Partagez | 
 

 Quand la chasse prend une autre tournure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 24 Sep - 21:57

Lorsqu'il sortit, il remarqua immédiatement que j'avais un peu bu, bon ce n'était pas très dur, même si je me déplaçais tout à fait convenablement, il était clair que je n'avais pas l'esprit aussi clair qu'à l'habitude, d'autant plus que la bière avait des propriétés somnifères naturelles, cela n'aidait pas à afficher mon tonus habituel. Je les suivi tranquillement jusqu'à l'auberge où le lycan commanda, lorsque l'aubergiste voulu lui poser des questions, un grognement de l'animal se fit entendre ce qui m'obligea à afficher un sourire amusé. Je passa commande d'un demi-poulet aux champignons, cela restait trop par rapport à ce que je pouvais encore avaler, mais voir manger mon compagnon m'avait redonné faim. Une fois servi je m'attela à me faire exposer la panse en l'accompagnant d'une bière, j'avais déjà bien assez bu pour la soirée, mais une de plus n'allait pas me faire de mal.

Le silence du repas m'obligeait à chercher une distraction ailleurs dans la salle mais il n'y avait plus rien d'intéressant, les clients étaient soit rentré chez eux soit étaient allé dans leur chambres. Mon demi-poulet presque fini -même si le presque semblait s'allonger à mesure que j'avançais-, le garde prit la parole. Sa proposition était assez ridicule et Urr'hean répondit parfaitement à sa demande. Je n'avais rien contre la proposition en elle-même, mais nous aurions du baisser le rythme de manière bien plus conséquente que lorsqu'il baissait le rythme pour me permettre de suivre. La conversation se finie plus tôt qu'espérer et je me dépêchais de prendre un dernier morceau de poulet avant de le suivre dehors. Il y avait peu de reste et compte tenu de la quantité que j'avais mangé auparavant je m'étonnais moi-même d'avoir pu en avaler encore autant.

Urr'hean semblait passablement irrité dans ces propos et j'en connaissais parfaitement la raison. Il n'attendit pas ma réponse pour se mettre en marche et quitter le village et je le suivais bien volontier, certes j'avais souhaité un lit, mais avec ce que j'avais avalé c'est surtout de fraicheur dont j'avais besoin et non de chaleur. Je laissais le silence s'installer jusqu'à ce que nous le fûmes nous même, c'est à ce moment-là que je brisais le calme. J'avais sommeil mais je voulais tout de même savoir ce qui s'était dit en mon absence et il pouvait aussi savoir quelle récompense j'avais pu obtenir.

"Je ne sais pas combien on doit recevoir pour les brigands, mais j'ai pu obtenir un joli pactole pour la petite, par contre il faut aller le récupérer à Racium, mais vu que c'est notre destination... J'ignore si tu avais de l'argent de côté mais dans mon cas cela me met à l'abri du besoin pour un très long moment."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 25 Sep - 10:40

Nous étions dans le calme le plus complet, j’avais marché quelques temps, suffisamment pour ne plus entendre aucun autres bruits que ceux de la nature et de nos pas, ce qui semblait déjà faire trop. Elle prit la parole, me relatant sans que je n’aie besoin de lui demander les résultats de sa partie du boulot, je n’y répondis pas, ni l’envie, ni le besoin. Elle avait dû comprendre ce qui s’était passé chez le garde et n’avais pas besoin d’un discours supplémentaire, aussi je n’ouvris pas la bouche de la nuit.

Je m’étais arrêté au bord d’un cours d’eau. Quelques bestioles du coin s’y amusaient comme si la civilisation était suffisamment loin pour qu’il n’y ai rien à craindre, l’eau coulait sans obstacle dans un bruit apaisant, les quelques arbres à proximité voyaient leurs feuilles bouger très faiblement dans l’absence de vent de cette nuit. Sans toujours souffler mot, je me posais, sur le dos, observant le ciel, sur un rocher plat et poli au bord de la rivière.

La nuit passa, toujours aussi calme, et se fut le soleil qui me réveilla. Je me levais, un peu raide de cette nuit peut confortable pour le corps mais tellement pour l’esprit, et en m’étirant j’observais l’horizon. Le village était visible à plusieurs kilomètres, déjà une activité y était visible, les chemins qui serpentaient dans la plaine portaient les premiers humains de la journée, opérant un transit nécessaire entre les différents villages du coin. En observant de plus près on pouvait remarquer que chaque personne visible portait en plus de ses marchandises une arme, que ce soit épée, gourdin ou même simple bâton, les gens se méfiait de la nature pour les gens qu’on pouvait croiser. Pour finir mon tour d’horizon je vis également très loin, de la fumée qui provenait sans doute du village dévasté.

Attendant Tyris qui n’était pas levé, je profitais des minutes de calmes qui me restaient pour nettoyer mes lames et mon corps dans l’eau fraiche qui s’écoulait à mes pieds. Mes lames… Elles m’intriguaient, déjà plus tôt depuis la rencontre de la femme walkyrie je m’étais rappelé des mots du forgeron, des mots vieux de plusieurs siècles. Depuis je n’avais eu l’occasion de vérifier les dires, peut-être pourrais-je demander à la femme de m’indiquer un forgeron de son peuple accessible aux étrangers, dans tous les cas je devais saisir l’opportunité d’avoir cette femme à mes côtés. Mais nous verrions ça une fois en Racium. Mon nettoyage fini, j’entendis des bruits signifiant sans nul doute le réveille de la belle en plaine dormant, j’espérais partir au village rapidement et reprendre la route au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Lun 30 Sep - 20:13

Malgré la fatigue et l'alcool, m'endormir fut quelque chose de long et difficile, mon estomac plein à craquer m'empêchait de dormir allongé sur le côté comme j'en avais l'habitude, je m'étais alors mise sur le dos, plaçant mon sac sous ma tête. Je n'aimais pas franchement cette position et c'est pour cela que je ne dormais pas ainsi habituellement. Je regardais les étoiles dans le ciel, attendant que mon corps accepte de s'endormir ou de vider mon estomac pour dormir comme j'en avais l'habitude. Je ne saurais dire combien de temps j'ai passé à attendre, les étoiles étaient belles mais elles n'occupaient pas, lassée, je me levais et partit marcher un moment.

Les environs n'étaient pas très intéressant, les rares bêtes que je croisais fuyaient après m'avoir senti, sans doute l'odeur du sang qui les effrayait. Après une demi-heure de marche aussi intéressante que de regarder les étoiles, je retournais près du lycan et m'allongeais. La marche m'avait permis de digérer en partie et je réussi m'endormir dans ma position habituelle .

Au lever du soleil mon esprit émergea, mais mon corps était encore lourd de la veille et mon esprit sombra à plusieurs reprises dans le sommeil après être parvenu à se réveiller autant de fois. Urr'hean était déjà debout depuis un moment, forcément en ayant mangé et bu aussi peu c'était chose facile. Finalement en forçant un peu je parvins à mouvoir la masse engourdie qui me servait de corps. Me lever fut pénible, marcher encore plus, aux grands maux les grands remèdes, je me laissais tomber dans l'eau fraiche presque froide. Le réveil fut instantanné et je resortis aussi trempée qu'éveillée.

"Bien dormi?" demandais-je en ôtant autant d'eau que je le pouvais avec mes mains.[/color]

J'essorais mes cheveux puis secouais ma tête, des mèches tombaient devant mon visage et cela m'agaçait mais je savais que cela allait passer à mesure qu'ils sècheraient. Je récupéra ensuite mon épée et ma sacoche, cela aura été difficile mais j'étais maintenant prête.

"Tu avais encore quelque chose à faire au village? Ou on peut y aller?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 1 Oct - 11:42

Le réveil de la demoiselle semblait dur mais elle utilisa les grands moyens pour s’en sortir. Une fois sortie de l’eau, elle me questionna sur la qualité de mon sommeil, mais je n’avais aucune raison de répondre. Quant à ça question sur le village …

_Evidement que j’y retourne, notre bourse nous attend et par la même occasion je prendrais la lettre cacheté à cet incompétent de garde.

Et c’était parti pour notre retour au village qui se passa sans problème.
Une fois là-bas, m’occupant désormais de ma tâche sans tenir compte de la walkyrie, je parti vers le garde, et sans formalités aucunes, je récupérais lettre et argent pour repartir aussi sec. A la périphérie de la ville je partageai l’argent et donnai sa part à Tyris. Ce n’était pas très généreux mais c’était représentatif de l’effort, comme d’habitude.

_Maintenant tout est réglé on peut repartir directement pour Racium. On s’arrêtera le midi et le soir si tu le souhaite, à moins que tu ne préfères t’arrêter que pour la nuit. On pourra chasser ce qu’on trouvera, ce ne sera pas la nourriture qui manquera dans ses plaines.

Ce rythme qui m’était très simple voir trop lent était malheureusement le seul moyen de ménager l’humaine qui m’accompagnait, je ne disais rien tout haut mais ce n’était pas vraiment pour me plaire. Mais malgré cela j’avais du temps à perdre avant de retourner en direction du camp Lycan, Doylana devait encore être en voyage et je n’avais de toute manière aucune envie d’attendre, en compagnie des autres lycans, son retour. J’allais servir la meute mais pas l’intégrer au sens propre du terme, ça m’aurait éloigné de ma nature profonde.
Dans un autre sens, se rythme permettais à mon esprit de bien établir la situation, à mon corps de bien scruter l’horizon, observer ce qu’il se passait, voir en profondeur le comportement des humains et autres créatures dans ses plaines. Un moyen pour moi de me rendre compte de l’état des choses, de remarquer si les activités criminelles sont perceptible, confirmer enfin l’idée comme quoi une organisation mafieuse se mettait en place. Mon sens de la justice n’entrait pas dans les raisons de cet intérêt, les affaires humaines j’aimais les contempler avec amusement et d’assez loin, par contre les perspectives d’actions, d’argent, d’amusement étaient grandes, je pouvais me faire embaucher par tous les camps, me retrouver face à des adversaires intéressant, flatter mon égo face à la peur que provoque mon nom, comme c’est arrivé temps de fois en tant de crise avant que je ne retourne dans l’oubli du grand public et l’imaginaire des mercenaire. Une situation comme celle-ci était plaisante pour moi car les situations de chao étaient propice à l’action.

pour tyris:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 1 Oct - 19:23

Je le suivi silencieusement jusqu'au village et le laissa s'occuper des dernières formalités pendant que je patientais à l'entrée. Le ciel était plus couvert que ces derniers jours mais ne semblait pas menaçant pour autant. Lorsqu'il revint et me donna ma part du butin je me conforta dans l'idée que j'avais bien fait de demander beaucoup pour la gamine. La prime n'était pas dérisoire mais tout de même, Racium était censé être au top économiquement et pourtant les paies pour les brigands et voleurs n'augmentaient pas. Cela ne m'aurait pas étonné que l'on m'annonce qu'un misérable voleur gagne mieux sa vie que moi: il n'avait qu'à tendre la main pour se servir.

Le plan de voyage qu'il me proposa me convenait, je pouvais me passer d'une pause à midi, encore plus après mon repas de la veille qui heureusement ne pesait plus sur mon organisme.

"Inutile de s'arrêter à midi, pour aujourd'hui du moins."

Je m'élançais à sa suite, après deux ou trois minutes de course mon rythme était régulier et je n'avais plus qu'à fournir un effort minime pour maintenir ma vitesse de croisière. J'observais silencieusement le lycan, depuis la veille et son entrevue avec le garde il semblait sur les nerfs. Certes la proposition du garde avait été ridicule, mais il n'y avait pas de quoi être encore énervé le lendemain. Peut-être y avait-il eu quelque chose entre eux? En tout cas il n'était plus aussi détendu que la veille, je ne pouvais pas prétendre dire que cela me tracassait  mais cela restait désagréable. Le silence de la course ne m'avait pas gêné auparavant car il était naturel mais celui-ci gardait un goût d'agacement désagréable. Je laissais malgré cela les heures défiler, s'il ne voulait pas parler c'était son problème et j'avais de meilleures occupations dans ma tête que de jouer à la confidente d'un vieux guerrier bourru et grincheux. L'une de mes occupations étaient entre autres d'essayer de compter le nombre de pieds que je pouvais placer entre deux foulées, avoir un chiffre approximatif n'était pas dur mais j'essayais de trouver une réponse correcte au dixième de pied près, ce qui compliquait immédiatement la tâche lorsque l'on est en train de courir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 1 Oct - 21:30

Au fur et a mesure que le temps passait, les paysages défilaient, tranquillement, comme insensibles aux efforts que nous fournissions pour le voir reculer sous nos pas. Mes observations occupaient une place minime dans ma concentration mais je m’évertuais à voir au delà des images et cela prenait plus de place dans ma tête, je ne suis pas subtile de nature. De ci de là, je voyais des brigands souvent en action, mais jamais regroupés et toujours invisible, rien qui ne change de la normale. Mais il arrivait qu'on croise un convoi entier de voyageur préférant comme nous la nature à la route, ce genre de chose n'existe que quand il y a manigance, sans vraiment m'y intéressait, je faisais en sorte de rester le moins longtemps possible à leurs vu.
Les villages quant à eux défilaient, loin, je courrais de façon à éviter tout contact, mes nerfs étaient déjà bien assez vifs. Le soleil passa d'un côté à l'autre du ciel et bientôt il commença a faire sombre, nous arrivions prêt d'une forêt. De quoi me mettre d'humeur plus tranquille.
_Qui s'occupe de chasser le repas de ce soir ?
J'avais envie de me défouler sur de la viande, mais j'avais aussi envie de voir la scène que j'avais coupé assez brutalement durant notre rencontre, la réponse ne pouvait donc pas être mauvaise. Mais cette nuit, quoi qu'il en soit, je n'allais pas dormir, trop d’énergie qui cherchait à s'exprimer. Je ne savais pas encore ce que j'allais faire. Malgré le fait qu'il y ai une forêt, la petite taille de celle-ci la rendait bonne à chasser, mais sans plus, et autour de nous ne s'étendait que de la plaine, sans aucun feu de camp en préparation, nous étions seuls. Ce dernier point me rappelais qu'il fallait que je test son habilité au combat de mes propres lames, j'en parlerais sans doute une fois le repas terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 1 Oct - 22:34

Malgré le silence, la journée s'était écoulée rapidement et le soir s'annonça avec la promesse d'un bon repas. En arrivant à proximité d'une forêt le lycan baissa de rythme jusqu'à marcher et me demanda alors qui allait s'occuper du repas du soir. J'avais faim, mon lourd repas de la veille avait suffit à ma satiété jusqu'à il y a deux heures de cela, mais l'envie d'utiliser ma lame était encore un peu plus forte que mon envie d'avoir un repas facile.

"Je m'en occupe, ça me permettra de m'échauffer un peu pour ce que l'on avait prévu hier soir.

J'affichais un sourire enthousiaste, mon compagnon semblait avoir vu sa tension diminuer au fil de la journée et paraissait même de bonne humeur Je n'attendis pas plus longtemps pour m'engouffrer dans la forêt, la lumière baissait assez rapidement en intensité, le soleil était déjà bien bas et la petite forêt était bien dense ce qui ne facilitait pas la vision. Épée à la main, j'avançais doucement dans les bois, je ne cherchais pas encore une proie mais plutôt les endroits où le bruit de mes déplacements seraient minimisés. Je n'avais aucune envie de courser une biche effrayée.

Après avoir fait quelques repérages je me plaçais dans le creux d'un arbre déformé dont le tronc formait une sorte de V. Cela me cachait assez efficacement et le vent me venait de face ce qui me rendait indétectable à l'odeur. Je n'eus pas à patienter longtemps pour voir passer plusieurs proies potentiels, des lapins, un faon, quelques marcassins, les prédateurs devaient être suffisamment rare pour que ces jeunes animaux puissent se balader ainsi sans surveillance. Malheureusement cela risquait d'être un peu juste pour récupérer l'énergie d'aujourd'hui en plus de tenir la journée de demain. Heureusement l'attente pour un spécimen plus consistant ne fut pas trop longue, un sanglier visiblement âgé compte tenu de la taille de ses défenses passait. C'était un magnifique spécimen, le genre qui se retrouve en trophée de chasse et j'avais un peu de peine à l'idée de l'abattre. Mais mon estomac n'était pas de cet avis et me le fit savoir, m'obligeant à prendre une décision immédiatement je me jeta sur l'animal qui n'eut que le temps d'amorcer un mouvement de retraite avant que ma lame ne lui tranche violemment une bonne partie de la nuque. La tête n'ayant pas été trop abimée par l'attaque, je la découpais correctement avant de m'atteler à tirer la carcasse. Même avec la tête coupée le corps devait encore peser 150kg et cela se sentait.

C'est avec quelques difficultés que je revins vers le lycan qui avait installé le "camp" pour la soirée, camp qui se résumait en un feu pour cuir la viande. Une fois le corps et sa tête à proximité du feu je m'assis sur le sol et pris le temps de retrouver mon souffle. Déplacer 150kg sans corde n'était pas pratique mais faisable, mais en y ajoutant une grosse tête que l'on ne voulait pas abandonner cela devenait juste pénible et difficile.

"J'espère que tu as faim parce que ce serait dommage d'abandonner un tel spécimen aux charognards."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 2 Oct - 14:52

J’avais suivi sa trace, la petite avait accepté de s’occuper de la chasse elle-même, heureuse d’avoir de l’action, je la comprenais. Elle savait bien se tenir en chasse, se mouvant pour éviter les détections, elle utilisa une méthode furtive sur des animaux de passage qui ne l’avait pas vu se cacher. Le coup fût net sur le sanglier, pour un coup pareil, brisant la nuque, il fallait qu’elle est beaucoup plus de force qu’une humaine ne possède même en idéalisant, ça me laissait interrogatif sans pour autant m’inquiéter.
Laissant tranquillement la femme qui ne semblait pas m’avoir remarqué, je suivi ma route pour un petit cercle d’herbe au milieu de la forêt. Le coin était sympa, pas d'eau à proximité, pour une fois, mais on en trouverais sans problème le lendemain en reprenant notre route. En plus d'être sympa, le coin était caché de tout, même un assassin à nos trousses se ferait entendre si il s'approchait, et ça ne serait pas son jour. Cette remarque mentale me fit penser que si on avait mis un coup de pied dans la fourmilière de la pègre locale, il faudrait faire attention aux potentiels agresseurs qui nous chercheraient. Mais ce n'était pas tant un problème que ça, au contraire.
J’avais pris des branches sur la route, faire un feu fût rapide, et la voilà qui arrivait, traînant aussi bien que faire se peut la carcasse de sa trouvaille, une phrase enthousiaste en bouche.
_Tu utilises des méthodes bien subtiles pour chasser, mais tes coups ne manque pas de force, étonnant pour une jeune humaine.
J’avais prononcé ces mots en me levant, sortant par la même occasion l’une de mes dagues pour sortir la viande de ce tas de muscle encore chaud.
_Encore du sanglier, il faudra trouver autre chose la prochaine fois, mais sa taille nous donnera un repas convenable ce soir.
Le découpage fut rapide, mes mouvements avait l’agilité de l’habitude comme toujours, et peu de temps après, des morceaux parfaitement calibrés furent visible à la place de l’animal, le cuir encore intact juste à côté.
Nettoyant ma lame, je la lançai en l’air, la rattrapa par le plat de la lame entre mon pouce et l’articulation de mon index, et dans un même mouvement, je la lançais sur une buche mise de côté pour alimenter le feu. Elle s’y planta jusqu’au manche.
_Maintenant à toi de choisir, on entame la viande du sanglier ou la nôtre en premier ?
C’était bien sûr une image, je ne comptais pas entamer réellement sa chair, mais juste l’attendrir un peu, à l’occasion. Et voir ce qu’elle valait en combat, elle qui s’occupa de ces bandit la journée précédente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 2 Oct - 20:46

Il m'avait observé chasser, cela ne me dérangeait pas spécialement si ce n'est qu'il m'a laissé tirer péniblement cette lourde carcasse et n'est pas content que ce soit encore du sanglier. S'il avait une requête à faire c'était avant qu'il fallait la faire.

"J'aurais préféré que tu m'aides à déplacer cette carcasse plutôt que de m'observer pendant que je chassais. En plus tu critiques mon magnifique trophée."

Je le laissais découper la viande et patientais en fermant les yeux. Je me préparais mentalement à notre duel, révisais mes défenses, mes contres, mes offensives. Tous les mouvements qui pouvait m'être utile était visualisé dans mon esprit. Cela ne me prit pas beaucoup de temps, mes muscles étaient encore chaud de notre marathon et je n'aurai aucun mal à trouver la coordination, je devais juste ne pas me tromper dans mes réactions. Le son d'une dague se plantant dans le bois me fit rouvrir les yeux, le lycan me demanda si je voulais commencer par du loup ou du sanglier.

"Regarde-toi, tu as la peau sur les os, faut te nourrir un peu avant de te cuisiner."

Un petit sourire mêlant provocation et moquerie se dessina sur mon visage tandis que j'attrapais et mis à cuire un épais morceau de sanglier. J'avais faim et je ne serais pas capable de donner la pleine mesure de mes capacités si cette pensée devait m'occuper l'esprit. Le repas me laissa aussi penser à mon adversaire. En termes d'allonge nous étions à peu près équivalent grâce à la différence d'arme, désavantage de mon côté avec un poids non-suspendu beaucoup plus conséquent, au niveau des jambes il n'y avait pas à chercher, je le savais plus rapide et il a en plus de plus grandes foulées. À peu près toutes les données techniques jouaient contre moi, restait alors à bien user de mes mouvements pour l'obliger à se déséquilibrer. Lorsque mon estomac fut suffisamment rempli pour me faire oublier la faim et insuffisamment pour entraver mes mouvements je me leva.

"Bien, on peut y aller si tu es prêt.

Je m'éloigna d'une dizaine de mètres du feu et me mis en position, lame placée au-dessus de ma tête, la main libre en avant par rapport aux restes du corps et les jambes en appui prêtent à me propulser dans n'importe quelle direction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Jeu 3 Oct - 10:15

La pseudo-walkyrie sortait encore ses répliques désagréable, j’avais beau accepté cela parce qu’elle prouvait sa valeur par ses actes, il ne fallait pas trop en faire. Mes yeux prirent un bleu électrique alors que je la fixais sans un bruit. Je pris l’intégralité du tas de viande que je mis directement dans le feu, détruisant ma part et le reste de la sienne. Reprenant mon arme encore planté dans une buche (qui se fendit sur toute sa longueur par la même occasion), je la regardais deux secondes, puis la rangea. Il avait pris sa garde, me croyant sans doute prêt pour de l’action cependant dans l’état où elle m’avait mis, je ne pouvais la combattre sans la crainte d’avoir un meurtre de plus sur la conscience. Lui laissant son trophée de chasse durement acquis, je ramassais mes affaires et partie dans une impulsion dont seul un lycan de ma stature à le secret. Elle se plaignait que je critique, même ironiquement sa chasse, alors soit, j’allais trouver ma proie tout seul, à ma façon cette fois.

Après quelques impulsion calibrée, j’étais déjà loin du campement de fortune, sans élan je sautai directement sur un arbre parmi les plus grands pour scruter mon territoire de chasse. La faune locale faisait son affaire en s’éloignant naturellement de ma position, le bruit que j’avais produit mêler à mon aura actuelle suffisait à leur faire ressentir le danger. Cependant un groupe cerfs, étrangement ensemble ne bougeait pas trop, ils n’étaient pas loin, vulnérables. Je retombais au sol, et entama une course aussi silencieuse qu’assassine, dangereuse et rapide, de loin on pouvait voir le reflet de la lune sur ma lame sortant lentement du fourreau. Je n’étais plus qu’à quelques mètres désormais, un saut vers l’avant me le fis traverser sur la seconde, une seule lame à la main, j’attaquai. Une tête tomba, une tête lourde d’une dizaine de kilo toucha le sol alors que la petite meute se séparait en fuyant le lieu du crime. Je compris alors le pourquoi de ce regroupement.

Face à moi un animal que je n’avais pas vu depuis longtemps, en voir dans une si petite forêt et par les temps qui cours tenait du miracle, mais c’était généralement une bonne chose. Une Chimeiras me faisait face, toute griffes dehors, crocs visibles entourés de bave coulante, du moins sur la tête de lion, car sur le dessus de celle-ci, au beau milieu de la crinière, une chèvre aux yeux rouge sang me fixait également, des cornes longues et ondulées étaient visible un peu plus loin sur la tête. A la place de la queue était également présent un serpent au ventre jaune pâle et aux écailles bleu électrique, menaçant de ses crocs rempli à raz de poison. Je ne m’inquiétai pas trop de la situation, si ça avait était une meute comme on voyait dans les forêts plus au nord il y a quelques siècles, ça aurait été compliqué, pas là. Sans forcément être dangereux pour moi, c’était tout de même une bête féroce et rapide, il faudrait jouer fin pour revenir sans blessure et montrer à la demoiselle que si elle ne voulait pas partager, ça ne me dérangeais pas, au contraire.

L’action commença, fatigué d’attendre face à un adversaire immobile, la bête attaquait, mettant en avant sa tête de lion alors que la queue-serpent attendait sur ma droite pour me cueillir à la moindre tentative de fuite. Fuite qui n’était pas nécessaire, sortant ma deuxième dague, je m’accroupi et passant en dessous de la bête, je découpais une partie de son ventre, évitant de justesse le serpent qui avait réagi fort rapidement. Mais cela ne suffisait pas, la bête bien que blessé ne semblait pas s’en faire, cette fois elle chargea au sol, ne montrant de disponible que les cornes de bouc au-dessus de deux yeux d’un rouge démoniaque, je n’avais pas le temps de réagir pour fuir avec le serpent à côté, je rangeai juste une dague et saisi l’une des cornes à sa base, de la main gauche, stoppant la bête dans un craquement macabre de mon épaule, déboité. Sans prendre de considération pour ce dégât mineur, je fis une courbe parfaite avec ma lame dans la main droite, voulant supprimer l’animal de trop sur cette bête : la queue. Mais il réagit rapidement et au lieu de couper le serpent, je ne coupais que ses crocs qui relâchèrent tout le poison, un danger de moins à prendre en compte.

Il me fallait conclure à présent, la bête se dégagea de ma main gauche, et se leva pour lancer ses griffes contre moi. Je chargeais alors, épaule gauche en avant sur sa poitrine, remettant l’épaule dans une position de guérison, le serpent tenta une morsure dénué de croc à la jambe, mais ma main droite encore valide planta le coup final dans le cœur de la bête qui laissa mourut sur le coup, m’écrasant à moitié de sa masse immense, avant que je ne me dégage.

Cela suffisait, je pris une forte inspiration et attrapa le cerf sur mon épaule droite, mon épaule gauche remise, la guérison lycane faisant son affaire, je pu empoigner la queue de la chimère de la main et gauche et pris le chemin du retour à pied.

Une fois arrivé au campement, je laissais tomber les deux morts, me frottant les mains. Cela devait faire une petite demi-heure que j’étais partie, aucune bûche n’avait était rajouté au feu qui brûlait encore sans peine. Sans faire attention à savoir si la jeune femme était présente, je tendi la main en direction de la chimère et lança :

_Ça c’est un trophée de chasse, rare … et dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 8 Oct - 22:28

Le combat allait commencé, enfin combat, pour lui ça n'en était pas un. J'avais l'agréable impression que mon corps était un brasier crépitant, je sentais l'adrénaline se déverser en petite quantité dans mon corps, il me faisait face.

Et puis il a rangé ses lames et s'est barré.

La scène me laissa sur le cul, n'était-ce pas lui qui voulait voir comment je me débrouillais? Une courte réflexion permit à mon cerveau de suggérer un besoin pressant, je restais alors debout, attendant son retour qui devait se faire de manière imminente. Les minutes passèrent et puis rien, peut-être un gros besoin? Je posa mes fesses dans l'herbe fraîche et lui accorda encore un peu de temps, mais il ne revenait toujours pas. Ma patience laissait place à de la frustration et mon esprit se partageait entre continuer d'attendre et s'occuper ailleurs.

C'est la deuxième solution que je choisis, je me dirigea vers un point d'eau et bu abondamment, je parlais ensuite à mon sanglier et évoquais les raisons qui pouvaient lui faire prendre autant de temps. Si les premières étaient réalistes les dernières l'étaient de moins en moins et je ne m'en rendit vraiment compte que lorsque je parla à Glen d'un ours violeur d'enfants en manque qui ce serait rabattu sur le lycan. Bien sûr cela supposait que l'ours était un ours-garou valkyrie mais ce n'était pas plus improbable que de l'imaginer être parti chercher un plus beau trophée que Glen parce qu'il était jaloux.

Vingt minutes s'étaient écoulées depuis son départ, une éternité lorsque l'on attend. J'étais maintenant allongée dans l'herbe, je fixais le regard vide de Glen, je me perdais dedans, nous discutions à voix basse, la conversation n'était pas intéressante mais cela occupait. Et puis soudain il s'exclama: "Ca c'est un trophée de chasse, rare... et dangereux."

Je me redressais dans un certaine affolement qui laissa rapidement place au soulagement lorsque je me rendis compte que ce n'était "que" le lycan qui était revenu. Je jetais un oeil à son "trophée" qui était aussi rare et dangereux que sa voix ne l'avait annoncé. Je récupéra mon épée et me remis en garde après m'être à nouveau un peu éloigné du camp.

"Effectivement, je saurais qu'il ne faut pas te déranger pendant la grosse commission ou ce que tu faisais. On reprend là où on en était?"

Je n'avais aucune envie de m'attarder sur sa prise, premièrement parce que l'attente avait été horrible et deuxièmement parce que lui avait la chance -ou la malchance, c'est selon les gens- de tomber sur une chimère alors qu'il ne cherchait rien, probablement. J'attendais maintenant l'impulsion qui me confirmerait le début du test, mon enthousiasme n'était pas entamé, il s'était même renouvelée avec la fin de l'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 9 Oct - 10:26

Sa réponse concernant ma touche fut brève et dérisoire, elle ne semblait pas comprendre la raison de mon acte, vingt minutes seule ne l’avait pas fait réfléchir plus que ça. Elle n’avait même pas remarqué l’apparition d’un cerf dans le garde-manger. Mais qu’importe j’avais réussi mon coup en me détendant un peu, je pouvais désormais faire abstraction de ces enfantillages et me concentrer sur plus important.
Et elle ne semblait attendre que ça, prenant en main son épée, elle se tint prête. Détendant mes épaules qui retombèrent aussi loin que ma musculature le permettait, je soufflai un coup, puis pris une lame, une seule, dans ma main gauche, moi qui suis droitier (mais ça elle ne le savait pas). Je n’étais plus habitué à ce style de combat, et je voulais profiter de cet entrainement pour tester mes capacités aussi. Je pouvais plus me le permettre en combat amical que face à un autre adversaire tel que l’alpha de la meute.

Je me lançais, elle attendait un mouvement, elle en eu un, mais elle n’était pas surprise, elle était prête. J’attaquai de front, en premier lieu, mais alors que ça lame s’interposait, je bifurquais vers son côté gauche qui semblait être la moins efficace. Faisant tomber ma lame avec une force suffisante mais qui me permettrait de m’éloigner au moindre signal. Qui arriva rapidement, elle avait réagi vite et pris les mesures, je m’éloignai donc par une impulsion, et me mis en garde, lame proche de mon avant-bras. Lui faisant comprendre que je l’attendais.

Les sensations à une lame étaient différentes, en premier lieu je ressentais un déséquilibre, un manque de poids sur un de mes côtés. Mais une fois ce sentiment lié simplement à l’habitude, je sentais ma lame plus faible, non pas parce que ma main gauche était moins forte, en autant d’année, sans être ambidextre on devient au moins efficace des deux mains, mais la lame semblait réagir au manque de sa comparse encore au fourreau. On m’avait prévenu qu’il s’agissait de lames jumelles, mais était-ce uniquement une particularité morphologique ? En tout cas ces nouvelles sensations que je n’avais jamais pris le temps de tester étaient agréable, un renouveau toujours apprécié quand la vie prend son temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Sam 19 Oct - 16:59

Il ne prit qu'une seule lame, il était en confiance et cherchait sans doute à me provoquer un peu. S'il se permettait cela, je pouvais bien me permettre quelques fantaisies, son premier assaut fut bloqué par le fer, manoeuvre dangereuse avec cette épée si l'on a pas des muscles de gorille puisque le surplus de poids au bout de la lame lui donne des envies d'ailleurs. Le coup ouvrit ma garde et il enchaîna par une attaque sur mon flanc gauche, étant droitière et n'utilisant qu'une arme à une main, il n'était pas difficile de trouver quel était mon côté faible. J'utilisa le mouvement de l'épée pour me laisser entraîner et éviter l'attaque, la contre-attaque fut immédiate puisque j'avais propulsé mon pied dans sa direction. Cela me permit de l'obliger à reculer et de me remettre en position. C'était lui qui attendait un assaut maintenant.

Je pris une grande inspiration et me jeta vers lui, mon épée fendit l'air verticalement et vint s'abattre sur sa dague, l'assaut avait débuté. J'enchainais les attaques, quelles soient diagonales, verticales ou horizontales avec une surprenante fluidité étant donné mon arme et la force que j'y mettais. L'explication tenait en l'utilisation des rebonds lorsque les lames s'entrechoquaient, plutôt que de résister au mouvement de recul, je l'utilisais pour pouvoir plus rapidement attaquer. C'était toutefois quelque chose du plus facile à dire qu'à faire et de nombreux mois me furent nécessaire pour automatiser ce mouvement. Ces esquives cassaient quelques peu le rythme, mais là encore l'entraînement m'avait permis de minimiser cela. Le résultat final était, d'un point de vue extérieur, très élégant, cela ressemblait à une danse avec ces nombreux mouvements rotatifs. Malgré mes assauts répétés, je n'oubliais pas la défense, mon bras gauche accompagnait mon corps pour pouvoir parer un éventuel coup de dague avec les ossements de mon avant-bras ou détourner un poing montrant un peu trop d'affection à mon corps.

Je ne lui laissais aucun répit, ou en tout cas le moins que je pouvais faire, mais je ne parvenais pas à briser sa défense, cela ne me surprenait pas mais mon égo n'appréciait pas pour autant la vitesse et la précision de mon adversaire. Et lorsqu'une possibilité de recul se présenta avec une contre-attaque, je la saisie sans hésitation. Reprenant mon souffle je revoyais mes attaques et ses défenses et cherchait une faille à exploiter. Il n'y avait rien, je serrais les dents après avoir laissé échapper un juron par agacement. Insister ainsi ne mènerait à rien, je devais d'abord réussir à le surprendre pour briser sa garde et pouvoir l'atteindre, j'avais bien une idée en tête mais je ne savais pas comment m'y prendre pour pouvoir la mettre à l'épreuve. J'attendais de voir s'il voulait à nouveau attaquer ou s'il comptait me laisser continuer, mon corps était prêt à se défendre si les rôles changeaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Lun 21 Oct - 15:19

L’assaut que j’attendais ne tarda pas, en effet, elle s’approcha et entama une pluie de coup, des coups rapides, des coups fluides surtout. Cela m’étonna sur le moment, je ne l’avais que peu vu combattre et cette technique somme toute unique qu’elle utilisait été passionnante à analyser. Je parais les coups, sans trop de difficulté, parfois plus, parfois moins fort, je « m’amusais » à changer de manière de parer pour voir les réactions de mon adversaire, pour comprendre encore plus le système qu’elle utilisait.
Elle utilisait une particularité de sa lame que j’avais senti très tôt, celle-ci était plus lourde vers la pointe. Ce déséquilibre renforcé ses coups ce qui la rendait plus dangereuse que ce que ses bras lui permettaient, et pour avoir autant de fluidité, elle suivait tout simplement la danse de sa lame, profitant de chaque force qui s’opposait à elle comme un atout. C’était en un sens une danse, elle rejoignait ma façon de combattre par sa philosophie, elle ne s’opposait pas au mouvement, elle l’épousait. Quand je disais que le combat est un art, je ne plaisantais pas.
Il était temps de changer de phase, si je continuais à parer silencieusement ses coups, d’une part elle me tendrait un piège, d’autre part, ça n’avait aucun intérêt ludique. L’épée arriva par le haut cette fois, mais au lieu d’opposer le plat de ma dague comme d’habitude, je la plaçai en oblique, uniquement à la dernière seconde. L’astuce fonctionna, je profitais du déséquilibre vers l’avant de mon adversaire pour la contourner par la gauche et de ma main gauche tenant toujours la dague, je tapotai avec mesquinerie la garde de ma lame sur le dos de la femme. Je me retournais promptement et observa.
Après quelques pas pour se rééquilibrer, elle se retourna également pour me faire face. Le coup de la parade oblique ne fonctionnerait pas une deuxième fois au vu de son regard. Mais elle avait également compris qu’il était temps de passer à autre chose. Cependant c’était mon tour.
Une fois prête, je lançai un nouvel assaut. Avançant droit vers elle je lui montrais volontairement ma lame, telle une menace, qu’elle para sans difficulté, avec la force de son épée. Utilisant à mon tour la force du choc, et prenant un pied d’appuie ferme au sol, je pivotais avec une vitesse impressionnante, représentative du choc de nos armes, et lança mon bras gauche pour attaquer le sien, mais je ne trouvai que des os, qui sur le choc firent un bruit sourd, creux suivi d’un bruit de cassure. Ne sachant pas de quel côté la cassure avait opéré je continuai mon mouvement rotatif alors qu’elle tournait pour me faire face puis m’éloigna de quelque pas. Regardant furtivement mon bras, serrant le poing, je compris que je n’avais de mon côté rien de cassé, heureusement elle aurait de quoi réparer ça avec notre gibier du soir.
_ « J’aime ta façon de combattre, j’aimerais en discuté une fois l’entrainement terminé, si tu le veux bien »
J’étais serein, malgré la monté des humeurs légèrement plus tôt, ma tête et mon esprit étaient désormais au plus clair, galvanisé par le plaisir d’un combat, et surtout par le plaisir de découvrir un nouveau style unique. Quant aux sensations du combat à une lame unique, je m’y adaptais sans trop de problème, mais j’avais le sentiment que ma lame n’avait pas son efficacité habituelle, de plus, elle semblait appelé sa jumelle, encore au fourreau.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Ven 25 Oct - 22:05

À peine mon assaut avait fini qu'il revenait à la charge avec un puissant coup qui parvint à me déstabiliser, je n'étais pourtant pas la dernière pour ce qui était de la force physique. Il tenta d'attaquer avec sa main libre mais mon bras gauche, ou plutôt les os de mon bras avant-bras gauche encaissèrent au prix d'un craquement sourd qui, s'ils avaient été de mon avant-bras je n'aurais été guère plus étonnée. Étonnamment il recula après cette attaque et jeta un œil à son bras, avait-il sérieusement douté de quel côté le craquement venait? C'est ce que son geste laissa penser même. Il complimenta ma manière de combattre alors même que je doutais d'elle, certes la différence de capacité était important mais les techniques de combat sont là pour gommer cet écart, en l'occurrence, ce style était totalement inefficace.

"On en discutera lorsque j'aurai réussi à passer ta défense."

Bon c'était très optimiste comme annonce, d'autant plus que l'idée que j'avais eu plus tôt avait été rejointe par une action pour l'essayer, action qui allait me demander un sans faute sous peine de morfler, dans tous les sens possible. Je me concentrais un bref instant avant de m'élancer. Mon corps était très incliné en avant, je me trouvais à une petite dizaine de degrés de la limite de mon équilibre et ralentir signifiait chuter, mais j'avais d'autres projets pour le moment. Lorsqu'il fut à ma portée je pivotais sur moi-même, donnant ainsi de la vitesse à mon épée pour frapper son flanc droit à l'horizontal ou me faire parer un peu en-dessous du surpoids de ma lame (en l'imaginant à la verticale donc). Ca c'était pour la partie évidente, la partie moins visible était à mes pieds, mon pied qui n'était pas en appui avait effectué un pas plus court, suffisamment pour pouvoir me donner quasi-immédiatement une autre impulsion et regagner une vingtaine de centimètres. Je déplaçais ainsi le choc entre les lames vers la garde que n'avait pas mon épée, ma main avait, elle, relâcher la fusée et se contentait de vaguement guider la lame. L'idée était simple: gagner encore quelques centimètres en laissant mon épée s'échapper de mon contrôle, s'il la parait la lame allait pivoter vers lui grâce au centre de gravité déplacé, et s'il l'esquivait, et bien il ne devait pas se faire surprendre par les centimètres supplémentaires qu'avaient obtenu l'épée pour pénétrer sa défense. Mon idée me semblait infaillible, j'éprouvais juste une légère crainte concernant ma main qui, si j'avais mal dosé mon pas, irait rencontrer directement la dague du lycan.

Une pensée me vint à l'esprit, cette attaque signifiait pratiquement la fin de l'entraînement: je n'allais plus avoir mon épée donc pour combattre c'est pas top, j'avais de bonnes chances de me faire blesser en plus des chances de blesser mon camarade de jeu, même s'il s'en remettrait sûrement mieux que moi. Toutes ces idées puant le défaitisme furent chasser de mon esprit par mon envie de percer cette défense à priori impénétrable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Dim 3 Nov - 22:46

Elle partie à l'assaut, cette fois sa tête avait du bien fonctionner, car elle tenta une approche audacieuse. Premièrement en prenant pour cible le côté droit, exposé car sans l'appuie d'une lame, c'était sans compté le fait que j'étais droitier, la suite arriverais bientôt.
Le coup était donc en directement du flanc droit, rapide, trop pour me permettre de reculer, juste assez pour concentrer mes réflexes sur un pivot de mon corps pour faire face à la lame et la parer à son centre, lame à la verticale. Cependant je fu surpris de voir la lame changer de direction et la pointe partir en direction de mon ventre, d'autant plus qu'une impulsion de la guerrière avait fini d'utilisé le déséquilibre de sa lame, car ce ne pouvait être que ça, pour agrandir la portion de lame qui s'approchait dans une courbe dangereuse. La violence et la vitesse du coup n'était pas a mon avantage, clairement, je n'avais pas d'autre solution que de pousser violemment ma dague droit devant moi pour échapper au coups, et dans la situation actuelles, mon bras gauche était trop loin.
Réussissant in extremis un petit décalage vers l'arrière, je changeais ma dague de main, ce qui n'eu pour conscéquence que d'aider mon adversaire en rapprochant la menace pendant le court instant ou j'avais arrêté de forcé. Conséquence rapidement contrebalancé par la force bien plus efficace de mon bras droit dans cette position, je repoussais la lame. Au fur et a mesure que la garde s'éloignait, la pointe se rapprochait, je poussais encore, la garde échappa des mains de sa maîtresse, c'était là que démarrait l'astuce, jeune naissance d'un esprit calculant toute alternative, joyeuse découverte au beau milieu d'un combat, cette idée pourrait sauvé ma victoire et terminer le combat. L'épée était en roue libre, pointé vers moi, mais la garde n'avait plus de contrainte, je pouvais influencé le mouvement. montrant le plat de ma dague au ciel, en un mouvement du poignée, je soulevais l'épée. Et appuyant sur celle-ci avec mon arme, pour garder l'appuie, je la fis tournée violemment et elle sauta, formant une courbe argenté avant de se planter sur la souche qui avait accueilli plus tôt ma dague. L'action n'avait durée que quelques secondes depuis le début de son assaut, j'avais eu de la chance d'avoir cette idée à temps.

_Etonnant.

Devant son regard intrigué, je m'expliquai :

_Sache d'abord que je suis droitier. *Je mis en équilibre sur la pointe à l'aide de mon index ma dague* Et pour contrebalancer la violence de ton coup et la courbure dût au déséquilibre de ton épée, j'ai en fait pris appuie sur la garde et donné une force supplémentaire, la faisant tournée dans une autre direction ... Le reste n'est que hasard. *Petite pause* Il est temps de s'arrêter, je reconnais ta valeur.

J'avais dis ça sur un ton neutre, ne dévoilant rien, mais tout jusqu'à ma dernière phrase était l'exacte expression de ma pensée, fallait il encore qu'elle s'en rende compte. Sans un mot de plus, je me mis à table, près du feu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 6 Nov - 21:17

Ma lame s'était envolée et avait finie dans la souche d'arbre. Mes yeux avaient suivi la scène mais mon cerveau n'avait pas réussit à suivre le déroulement de la défense, les mouvements du lycan repassèrent plusieurs fois dans ma tête et après plusieurs visionnages je parvins à comprendre ce qu'il avait fait. Il me confirma ce que j'avais cru voir et comprendre de vive voix après avoir admis être surpris de mon attaque. Un maigre sourire s'était d'ailleurs dessiné sur mon visage, sourire qui devint plus confiant lorsqu'il reconnu ma valeur. Je m'avançais vers mon épée et l'arracha du bois, quoi qu'il en dise, sa défense avait été surréaliste, ou plutôt surhumaine, et je me mis même à douter sur la capacité de l'élite Valkyrie a avoir de tels réflexes. Sans doute les avait-il mais ils se révéleraient sous une autre forme, après tout un guerrier d'or est aussi un génie tactique et il aurait été tout à fait concevable qu'il coince son adversaire avant d'avoir à faire face à une telle attaque.

"Même après que tu m'ait confirmé ce que j'ai vu, j'ai du mal à y croire, je ne pensais pas que réagir aussi vite était possible, pas pour un mouvement demandant autant de dextérité."

Je retournais près du feu et me rappela de la présence de la chimère, ou plutôt de son cadavre. Quelques minutes s'étaient tout juste écoulées mais celles-ci avaient été tellement intense que j'avais oublié le reste, je n'avais même plus souvenir qu'il y avait un cerf mais n'étant pas difficile, j'en pris une part pour être sûre de ne pas avoir faim trop tôt le lendemain.

"J'espère que l'on recroisera quelques bandits, histoire que je puisse canaliser tous mes sens sur toi sans avoir à me soucier de ma défense."

Le mot défense me rappela que les os de mon avant-bras avaient craqué, en y portant un regard attentif je constata plus nettement les dégâts cette fois, les os étaient largement fissuré et quelques bouts plus petits étaient tombés, le verdict fut sans appel: irrécupérable. J'allais devoir passer une partie de la soirée à dépecer les victimes de nos armes pour avoir à nouveau une garde autre que ma chair. Cela ne m'enchantais pas vraiment évidemment car l'on pouvait facilement se retrouver avec des os trop grands ou trop petits selon l'animal et malheureusement, attaché plusieurs os ensemble n'était pas très efficace: il y a toujours un flottement désagréable lorsque l'on bouge et la résistance des os est souvent moindre que lorsqu'il y en a moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 20 Nov - 0:04

Elle était surprise par ma dextérité, elle avait dit ça sans rien cacher d'autre que sa surprise et son interrogation, et c'était pour moi une récompense en considérant ce que je savais de son comportement. Il fallait que je réponde, malheureusement. J'avais épuisé pour plusieurs jours au moins mon energie concernant les relations sociales, et partir chasser ne m'avais pas suffisamment défoulé pour que cette énergie me revienne. Je me demandais toujours, malgré le poids des années, si j'arriverais un jour a communiquer sans m'agacer ou m'épuiser, et quelle était la raison de ce défaut. En cause, sans doute, les nombreuses années de solitudes, sans doute aussi à cause de mes relations avec ma horde d'origine, il y avait beaucoup de raison possible. Mais depuis ma rencontre de l'alpha karath, une nouvelle raison prenait le pas sur beaucoup d'autre, s'imposant d'elle même : je n'étais pas avec les bonnes personnes. Plus je réfléchissait et plus je pensais comprendre que je devais trouver ma place parmi les miens, parmi ceux qui pourraient me comprendre et qui comme moi, aurait un esprit grégaire.

_Les années, jeune femme, des années de combats, de rencontres. Des tonnes et des tonnes d'aciers, des litres de sang, des tonnes de livres engloutis. Le combat est un art et plus nous sommes investi dans ça découverte et plus les portes s'ouvrent. Mais sans doute ma race joue-t-elle un peu ...

Sur cette dernière phrase, exprimé nonchalamment, comme ci ça n'avait pas d'importance (ce qui était le cas, pour la discussion en cours du moins), je me remis sur un repas attendu et toute la soirée durant je ne prononça plus le moindre mot, fatigué d'avoir a m'exprimer. Je partis me coucher un peu éloigner cette nuit là, faisant comprendre d'un regard qu'elle n'était pas en cause dans mon comportement.



Le soleil sortait à peine son nez que je m'étais déjà levé, je retrouvais le feu encore chaud, l'humaine a côté. Aujourd'hui il n'y avait rien a dire sur notre direction, c'était la même que les jours précédents, j'allais encore faire attention au moindre détail concernant cette monté en puissance de la pègre, et j'attendais avec impatience la chance d'affronter quelques têtes brûlé, tout comme Tyris l'avais exprimé la veille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 20 Nov - 22:48

La conversation prit rapidement fin sur une réponse qui ne me convenait pas, l'expérience jouait certes, mais il s'agissait plus là de capacités physiques, je choisis toutefois de ne pas insister puisque je connaissais la réponse. Il continua son repas silencieusement et alla rapidement se coucher tandis que je finissais ma part. Je m'attelais ensuite à récupérer des os pour mon bras, détachant à l'épée, libérant au couteau puis nettoyant dans l'eau, je prie un temps considérable pour obtenir un résultat que je jugeais satisfaisant. Les anciens os, craquelés, tombèrent en morceaux lorsque je relâcha la pression exercé par les lanières de cuir, confirmant la force du lycan qui aurait sans doute brisé les os de mon bras si je n'avais pas eu cette protection supplémentaire.

Fatiguée, je levais les yeux vers le ciel, la nuit était déjà bien entamée et si je voulais dormir j'allais devoir cesser de dépecer les animaux chassés, rangeant rapidement mes affaires, je m'éloignais quelques peu des carcasses pour m'allonger contre un rocher près du feu. Mon corps sombra quasi-immédiatement dans les méandres du sommeil.

Les premiers rayons de soleil me tirèrent de mon sommeil, je restais allongée, profitant de leur douce chaleur pour me réchauffer, mon opposant de la veille était rapidement arrivé ce qui m'empêcha de rester allongée encore de longues heures. Bien que l'envie de dormir était encore présente je n'étais plus fatiguée, j'ouvris les yeux et me leva doucement. Après l'avoir silencieusement salué je plongea mon visage dans la rivière, le choc thermique acheva mon réveil efficacement. Mes affaires récupérées, je me tournais vers lui et lu dans son regard qu'il était prêt à partir. Le temps étant précieux, je lançais ma course dans les secondes qui suivirent, au fur et à mesure que la matinée avançait, la température augmentait agréablement. Je remarquais toutefois durant cette période que Urr'hean était attentif à ce qui se passait au tour. Il l'avait toujours été, mais il me semblait qu'il l'était encore plus, comme s'il cherchait quelque chose. Je n'avais pas envie d'attendre pour savoir s'il y avait quelque chose derrière cela, le soleil était certes bientôt à son zénith mais il était tout à fait envisageable de ne pas faire de pause immédiatement.

"Quelque chose te tracasse? Tu as l'air méfiant depuis hier. Comme si tu cherchais. Ou surveillais quelque chose."

Parler me fit me rendre compte que je n'avais pas bu depuis un certain temps déjà, peut-être même depuis ce matin, je sortit la gourde de mon sac et avala plusieurs gorgées d'une eau pas très fraîche mais qui possédait toujours sa fonction première: désaltérer. Ceci fait, je me reconcentrais sur ma vitesse qui avait accusé quelques mètres au lycan et les comblais rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Sam 23 Nov - 17:00

La matinée évolua tranquillement, les kilomètres tombaient a mesure que la température grimpait, le paysage toujours aussi monotone ne me proposait aucunement de déceler le moindre problème, la campagne vivait à son rythme habituel. Il fut temps de s'arrêter, nous étions à la mi journée. Je ne comptais pas rester inactif longtemps, à mesure que nous approchions, je n'avais de plus en plus qu'une envie, arriver a racium et discuter des contrats. Je m'étais dis en quittant le groupe de lycan que je ne ferais plus de mission, mais ces temps de sociabilité ainsi que cet avant gout d'action m'avait donné envie de reprendre le combat. Il faudrait en plus que je test mes lames restauré, c'était toujours un moment agréable. Tyris, avant de boire me posa une question, elle avait vu sans nul doute que je surveillais la campagne, et elle ne semblait pas comprendre pourquoi, je répondis brièvement.

_Notre précédente mission augure une activité parmi la pègre, je fais en quelque sorte du repérage, si j'ai suffisamment d'élément, je pourrais jouer de ma position pour offrir beaucoup de contrat aux mercenaires. Il serait grand temps qu'il y ai de l'action pour nous dans ces campagnes trop calmes.

Après avoir répondu, je bu également, et sorti quelque chose a grignoter.

Nous partîmes rapidement, elle avait compris mon envie de ne pas trainer. Sur le chemin encore une fois aucun signalement jusqu'à la moitié de l'après midi. A ce moment là quelque chose, presque invisible, nous voyions de plus en plus de villageois, habillé trop pauvrement et trop chaud pour la saison, quelques uns au kilomètre, rien qui pourrait être inquiétant et pourtant. Je souris, c'était un regroupement, ils s'en allaient tous vers la même direction, un lieu probablement au sud-est, les habits chaud camoufle aisément les armes et les armures. Des éléments se mettaient donc en place, et au vu des quelques kilomètres parcouru après ce premier signe, et du nombre de personne aperçu, c'était un mouvement de masse. Dans un sens j'avais envie d'y aller, de me dégourdir les muscles, sa se percevait à la fois à mon rythme de course et a ma tendance à modifier ma trajectoire imperceptiblement vers la droite. Mais ce n'était pas le moment, je n'avais rien a y gagner et c'était moins intéressant ainsi, surtout avec des lames encore en cet état. En remarquant mon comportement, je rectifia le tire, ralenti et repris une trajectoire adapté, jouant avec mes doigts sur le manche d'une de mes dagues.

Le soir arriva sans autre signe, il faisait déjà nuit quand nous nous arrêtâmes, et je partis directement chercher des branchages pour le feu, sans pour autant relâcher ma surveillance des environs. J'étais plutôt content, dans les semaines a venir, il y aurait du travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 4 Déc - 16:49

Des mouvements de la pègre? Voila qui se révélait intéressant, une source considérable de revenu se mettait en place mais surtout, une source d'actions. L'idée de mon compagnon de fournir du travail aux mercenaires diminua toutefois ma joie, pourquoi partager? Les mercenaires ont toujours été en constante compétition et il n'était pas rare que certains meurent parce qu'ils avaient la même cible qu'un autre. J'avais moi-même eu à me débarrasser de certains d'entre eux qui convoitaient la même récompense. D'autant plus que moins nombreux nous serions pour les détruire, plus grande sera notre renommée et nos primes futures en seraient grandies elles aussi. Définitivement son raisonnement m'échappait, mais je ne luis en fis rien savoir, l'explication viendrait peut-être plus tard.

Nous reprirent la route en silence, la journée passa lentement même si en surveillant le lycan je pu remarquer ce qu'il avait lui-même déjà remarqué: des groupements humains en mouvement. Je ne m'y attarda pas, nous avions encore de la route à faire et même si mon compagnon en avait envie il se contint et laissa parler sa raison. Nous serions sans doute capable de trouver mieux plus tard, être spectateur était pour le moment suffisant.

Enfin, la nuit, la journée avait été atrocement calme et je regrettais presque que l'on ait pas fait le détour pour aller voir les personnes croisées dans l'après-midi. Pendant qu'Urr'hean cherchait des branchages pour le feu je partis à la recherche de nourriture, mais nous étions en plein coeur de la plaine, les petits animaux ne dépassaient pas de l'herbe et les grands qui vivaient en groupe étaient déjà rassemblé pour la nuit, attaquer un groupe reviendrait à se faire piétiner par des dizaines de cerfs et biches ou percuter par plusieurs sangliers. J'insistais toutefois pour trouver un éventuel lapin aventureux mais rien. Lasse, je retournais là où nous nous étions établis pour la nuit, il faudra manger ce que nous avions emporté de la veille, à moins que le lycan et ses sens plus affutés n'est pu trouver un appoint à nos réserves. Je regardais au tour de moi, le mercenaire était visible plus loin, il était facilement repérable, étant le seul autre corps visible à plusieurs centaines de mètres à la ronde. Le vent soufflait assez fort et rappelait à quel point la plaine était vide de tout obstacle, au tour il n'y avait que de l'herbe dont la hauteur atteignait par endroit les cinquante centimètres. Je m'allongeais dans cette herbe, elle était fraiche et protégeait un peu du vent qui n'était plus qu'une forte mais agréable brise, attendant le retour de l'autre membre du groupe je m'assoupis un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Jeu 5 Déc - 16:59

Chercher de l’allume-feu en plaine n’était pas chose aisé, je m’ennuyais même de cette tâche, mais marcher était toujours mieux que d’attendre. Au loin je voyais Tyris rechercher de quoi agrémenter un repas qui s’annonçait léger, du moins au vu de nos appétits. Je me résolu à prendre des herbes sèches, faute de trouver quelconque arbustes dans ce paysage vide. Alors que je fouillais du regard les environs, je remarquai un coin bien plus touffu, pas plus loin qu’à une centaine de mètres. En m’approchant je compris qu’il s’agissait d’une marre, petite et camouflé dans des broussailles vert foncé, vivifié par la présence d’eau et sans doute de toute sorte de faune.
Dans cette marre nageait sans aucune préoccupations plusieurs grepoidaus, d’un coup ils apparaissaient à mes yeux déjà roussi par les flammes d’un feu de camp, je regardais à l’horizon pour voir si mon acolyte avait trouvé quelque chose, elle n’apparaissait plus, sans doute couché quelque part, et bredouille. J’hésitais, ce n’était pas un repas de qualité, ni très fourni, qu’offrirais ces bêtes pacifiques. A peine avais-je eu le temps de me dire que ça ne valait pas le coup qu’une carpe d’au moins cinq bons kilos passa, dans un si petit lac se devait être l’unique présente, c’était assez peu vraisemblable qu’une telle bête vive dans un espace aussi réduit. A moins que la marre ne soit connecté en sous-terrain vers un espace marin plus adapté …
Je n’avais rien d’autre que mes armes pour attraper la bête, ça aller salir une dague mais c’était une trop belle occasion, je la chouchouterais une fois le ventre plein. Je lançais donc une dague, nonchalamment, dans l’eau. Dague qui harponna le poisson en plein ventre, la faible profondeur de l’étendu d’eau me permettait même de récupérer la dague et la carpe sans me mouiller, parfait.

Je retournais au niveau du point de campement et déposant quelques herbes séchées et ma trouvaille, je m’apprêtais à allumer le feu. Il faudrait aller chercher beaucoup de carburant pour garder le feu allumé durant la cuisson et il ne tiendrait pas la nuit.
Elle était bel et bien endormi, la bougresse. Etalé de tout son long sur l’herbe désormais dans un sale état. Je ne me préoccupait pas d’elle et m’assit, alluma un feu et commença à m’occuper de la cible prioritaire : le poisson.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mar 10 Déc - 1:10

Ce n'était pas dans mes habitudes, mais je me savais en relative sécurité avec le lycan dans les environs, l'herbe fraîche achevait doucement d'amener mon corps auprès de Morphée, je me sentais devenir légère et c'était agréable avec cette autre journée de course. Combien s'en était-il écoulé d'ailleurs? Je n'étais déjà plus capable de penser pour pouvoir me poser la question. J'ignore le temps qui s'écoula mais un crépitement me fit revenir à moi aussi vite que mon corps se redressait, ma main allant instinctivement se poser sur mon épée. Le temps de comprendre que le crépitement était du aux flammes allumées par Urr'hean permit à mon rythme cardiaque de se calmes et mon souffle de redevenir plus régulier et discret. Mes yeux se posèrent avec une certaine incompréhension sur le poisson sur le feu, incompréhension qui dirigea mon regard vers celui qui avait allumé le feu.

"Où est-ce que tu as réussis à trouver un truc pareil? Il y a une rivière dans les environs que l'on aurait loupé?"

J'attendis sa réponse avant de m'attaquer au poisson, je pris une portion qui pouvait être considérée comme très modeste aux yeux du mercenaire mais mon estomac ne réclamait guère plus et mon corps, lui, réclamait plus le sommeil qu'autre chose. Je savais toutefois que ne pas manger ne ferait que m'affaiblir le lendemain et même si je n'eus à véritablement me forcer je m'imposa tout même de finir ma portion. Celle-ci finie je m'allongeais sans attendre, le feu diminuait encore un peu les effets du vent et s'endormir pendant qu'il brûle ne pouvait qu'être une bonne idée. Mes yeux fixaient le ciel, quelques nuages s'amoncelaient et je me mis à espérer qu'il ne se mette pas à pleuvoir cette nuit. Le ciel n'était pas vraiment menaçant mais la situation pouvait évoluer au cours de la nuit et la plaine ne permettait pas de trouver rapidement un refuge ce qui obligerait à repartir beaucoup plus tôt que prévu. Regarder le ciel ne m'ayant que fait penser à la météo, je choisis de fermer les yeux et aborder un autre sujet pour ne plus y penser.

"On est encore loin de Racium? J'ai un peu du mal à évaluer la distance que l'on a parcouru ces derniers jours."

Le rythme étant 3 à 5 fois plus élevé que ce que ce que j'avais prévu en voyageant seule, il m'était difficile d'avoir une idée précise de la distance parcourue par rapport à mon plan de voyage initial. Voyager avec le lycan ce sera avéré être un gain de temps considérable en plus de m'obliger à améliorer encore plus ma condition physique déjà exceptionnelle pour une humaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Mer 11 Déc - 15:09

Elle avait mis un peu de temps à se relever,  le feu avait réveillé la femme un peu paniqué, pensant instinctivement à un ennemi. Elle s’était vite rassuré et m’avait posé une question, pertinente celle-ci.

_Un petit étang, à côté.

La réponse lui suffit visiblement, elle prit une part et mangea, part de petite taille mais je ne savais pas si c’était réellement le cas, je ne connaissais pas les capacités des humains, et encore moins des humaines. Elle semblait fatiguée, alors même que j’entamais la partie centrale de mon repas, elle avait terminé le sien et s’était allongé à nouveau. Je n’y prêtais pas attention, profitant de ce repas reçu sur un coup de chance, et profitant du calme d’une nuit qui s’installe. En me concentrant sur ce calme je perçu la modification en cours, sans doute active depuis quelques temps déjà. L’humidité de l’air augmentait, la lourdeur également, progressivement le vent se faisait plus frais, aidé dans son action par l’humidité froide de la nuit.  Levant les yeux, je voyais les nuages se former, lentement, en y pensant, je compris que sa prendrait du temps avant d’éclater, mais un orage tomberait, sans doute dans les prochains jours si ce n’est demain. Ça m’allait bien, un peu de fraicheur, un peu de sombre, un peu de pluie, j’aimais les temps ainsi pluvieux, que beaucoup trouvent morne mais que je trouve reposant. La pluie qui tombe apporte l’eau qui peut nettoyer, qui peut hydrater, respirer me semble encore plus simple quand l’air est humide, il y avait un nombre incalculable de raison.

Mais nous n’en étions pas là, nous serions tranquille cette nuit, demain est un autre jour. Toujours couché, les yeux fermés, la guerrière ainsi rétrogradé au niveau de morceau de viande a peine vivace, posa une nouvelle question, concernant le temps qu’il nous restait.

_A première vue deux jours, tout au plus, mais si la pluie prend part aux négociations, nous accélèrerons, courir sera plus aisé.
Une pensée pris le pas sur les autres, avec un temps à l’orage, ou du moins bien pluvieux, il serait difficile d’observer les campagnes environnantes, et de déceler les actions suspectes. Je rajoutais donc, d’un air encore plus las.
_Et je ne pense pas qu’il y aura de l’action d’ici là…

Finissant de manger, et rangeant le matériel pour le départ au matin, je me levai et partie me coucher, préférant un signe à une parole pour souhaiter une bonne nuit à la dormeuse, sans doute déjà loin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   Ven 13 Déc - 1:36

Deux jours, le gain de temps avait été considérable, pourtant nous nous étions permis un détour pour s'occuper de quelques bandits -et récupérer une prime qui faisait du bien à la bourse-. Dans deux jours nous serons aux portes de Racium, notre "groupe" se séparera sans doute peu de temps après, moi je me préparerai à aller sur Arphànö, lui...fera sans doute autre chose. Cela me fit penser à ces groupes de voyageurs et mercenaires que l'on voyait dans les histoires, ces groupes où les séparations étaient de véritablement déchirement, je trouvais cela tellement éloigné de la réalité que je connaissais que je n'avais jamais pu trouver cela touchant. Là encore les séparations seraient sans doute éloigné de ce que l'on voit dans la littérature: on se dira au revoir, bonne continuation, il y aura sûrement une poignée de mains et ce sera fini.

"Et bien s'il n'y a pas d'actions nous n'aurons qu'à survivre jusqu'à la prochaine opportunité.

J'avais lâché cette phrase nonchalamment sur un ton à demi-assoupi, il n'était bien sûr pas question de survivre mais plus de réfréner un besoin d'adrénaline. Un besoin qui revenait constamment et qu'il était difficile de combattre durablement, un peu comme le sommeil qui engourdissait mon corps et mon esprit. Se débattre était inutile puisque l'on finissait par céder dès lors que l'on y ait un jour touché. Le Sommeil venait d'ailleurs de m'abattre sans que je ne lui offre de résistance, l'énergie me manquait et je n'avais de toute façon aucun intérêt à vouloir la gaspiller.

Lorsque mon esprit s'éveilla le matin, je remarqua immédiatement que le taux d'humidité était monté et ouvrir mes yeux ne fit que confirmer mon ressenti: le brouillard recouvrait la plaine, il n'était pas très épais et ne gênait pas vraiment pour voir à une distance moyenne, mais couplé aux nuages gris du ciel le paysage semblait plus monotone que jamais. Je me rendis au petit étang où le lycan avait trouvé le poisson la veille et y remplit ma gourde avant de retourner à notre campement. Courir sous la pluie ne me dérangeait pas mais je n'avais jamais pu apprécier le brouillard, cette vision grisâtre qui m'attendait à quelques mètres de moi et obstruait mon sens le plus développer me mettait le plus souvent mal à l'aise. Courir vers l'inconnu ne m'effrayait pas, après tout je voulais aller sur Arphànö, mais du gris partout au tour de moi... Une fois toutes les affaires récupérées nous reprirent la route sur le même rythme que depuis près d'une semaine, je n'avais alors qu'une seule envie en tête: voir ce brouillard disparaître au plus vite, même si cela impliquait de supporter une pluie diluvienne qui bloquerait tout autant la vision.


(j'ai comme un doute sur la faisabilité technique mais le brouillard étant des gouttelettes qui s'évaporent avec la chaleur, l'eau monte donc au ciel et charge les nuages déjà présent, les gouttes deviennent trop lourdes et tombent -o- je vais dormir, si c'est pas bon préviens moi)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand la chasse prend une autre tournure   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand la chasse prend une autre tournure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Crépuscule, Quand ta vie prend maintes chemins...
» Quand la femme prend la fuite....[Libre]
» Quand le fils prend soin de la mère [Pv Nunured]
» Quand on "prend le ruban"...
» Quand l'art prend vie [PV Makoto]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-