Partagez | 
 

 LE CONTEXTE DU FORUM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 86
Dari : 2245
Date d'inscription : 22/01/2013

MessageSujet: LE CONTEXTE DU FORUM   Jeu 4 Déc - 9:31

L'histoire de la création

Beaucoup du passé d’Adariel semble incertain, voire totalement ignoré. Peu savent ce qu’il se passait réellement des siècles auparavant, les traces de ce passé sont très peu nombreuses. On ne peut donc que se baser sur des suppositions hasardeuses, des pièces de puzzle collées entre elles alors que, tristement, il en manque la plupart.

Nous sommes sûrs d’une seule chose : la naissance des nouvelles races après la grande guerre, en l’an zéro. Mais tentons de remonter un peu avant ça. Il est logique et prudent de supposer que, malgré le fait qu’ils soient une légende aux yeux de tous, les Maderas furent les premiers individus à fouler les terres d’Adariel. Ces derniers ont la réputation d’avoir été créés par Guerguäan, le Dieu de la guerre, souvent assimilé à la stratégie, ainsi qu'à la discrétion qui est l'essence même de cette race mystérieuse.
Nous sommes toutefois certains de l’existence et de l’impact des loups garous, ancêtres des lycans, en ces temps confus. Avides de sang et de destruction, nombre d'écrits retrouvés ont démontré leur soif de meurtre et leur incapacité à se modérer lors de leurs inévitables métamorphoses. Malédiction, damnation ? Telle une fatalité, elle s'abattait sur les hommes cruellement impuissants, toujours plus vicieuse et pernicieuse à chaque pleine lune. Ils passaient ainsi plusieurs heures à lacérer les chairs et mordre les os des innocents, à terroriser les peuples et créer la panique à travers les terres. Ceux qui ne mouraient pas se voyaient condamnés à quelque chose de bien pire ; une vie de fuite, de peur, de regards terrifiés, de surnoms tels que « contaminés » ou « infectés » et d'incertitudes totales. Alors que les plus courageux tentaient de vivre avec cette malédiction, beaucoup, face à la réputation des loups garous et la terreur qu'ils inspiraient, préféraient mettre fin à leurs jours, accablés par l'éventualité plus que certaine d'un éternel exil.

Les dieux eux-même maudirent ce passage de la genèse ayant abouti à enfanter de pareilles créatures. Cependant, si tous semblaient réellement et profondément affectés par ces abominations sans nom, un d’entre eux, leur créateur, Torness, Dieu des tempêtes, éprouvait un attachement particulier envers sa progéniture. Il aimait la force qui émanait de ces magnifiques et imposantes bêtes. La puissance de leurs muscles trapus lorsqu'ils couraient, les crocs déchiqueteurs de leurs mâchoires mortellement gigantesques, la braise scintillante et dévorante de leurs yeux perçants, tout autant que leurs pelages doux, épais, lisses, colorés. Ils étaient, à ses yeux, réellement magnifiques sans aucun doute, mais il était un détail de poids outre lequel on ne pouvait passer : ils étaient bien trop ingérables. Toutefois, s'il semblait logique et évident de devoir s'en débarrasser au plus vite, pour notre cher dieu, pour les raisons citées auparavant entre autres, il n'en était pas question. Ses bébés étaient sacrés, même s'ils étaient dissipés. Il allait alors réfléchir à un moyen de les garder en laisse cette fois-ci...  

Hormis les Maderas et les loups garous, régnaient deux autres races ; les humains, cités plus tôt et créés par Lynerth, dieu de la vie, mais également les Elfes, créés par Sunaë, dieu du soleil.
Les hommes, simples et moins puissants que les deux autres races abordées mais ô combien redoutables en nombre, avaient une espérance de vie plutôt courte, fragile, précieuse et pleine de rebondissements des plus insensés alors que les elfes, dotés de la vie éternelle et de la sagesse, pouvaient profiter sereinement des années pour peu qu'ils ne croisaient pas le chemin de la meurtrière guerre. A eux quatre, entendez par là les races, ils sont la seule preuve d'un passé prétendument perdu et, ce, de par les rares documents écrits de leurs mains et bien souvent secrètement et jalousement conservés par une poignée d'initiés ou autres castes. Le dernier, daté de -100 avant le soulèvement, décrit la condition dure et privative des humains sous l’empire loup garou. Dispersés, instables, incertains, terrifiés, les hommes et les elfes peinaient à maintenir les populations. Les légendes disent que les Maderas, loin d’être insensibles à l’invasion, auraient prêté main forte à leurs voisins afin de retrouver leurs affaires d’âmes et de pactes. Tous deux avaient des intérêts dans cette alliance et bientôt, humains et Maderas s'allièrent et les hostilités pouvaient débuter.
Quelques années plus tard en l'an – 84, les elfes se seraient joints à la guerre pour débarrasser à jamais le monde des loup garous. Eux qui n'étaient pas réputés belliqueux avaient fini par prendre les armes car leurs précieuses terres se faisaient ravagées inlassablement par ces loups monstrueux et les leurs tombaient à vue d'œil. Amis avec les hommes qu'ils considéraient comme des petits frères, il ne leur fallu pas plus de réflexion pour les rejoindre car même si les Maderas étaient de bons alliés, le savoir faire elfique, tant en magie qu'en armement et autre équipement martial, n'était plus à prouver. La Triple alliance était née. De ce fait, la guerre allait bientôt passer à un tout autre niveau car l'équilibre des forces était sur le point de basculer irrémédiablement. Entre la discrétion des Maderas, le nombre des hommes, la technique martiale et l'armement du peuple aux longues oreilles, les loups n'avaient plus aucune chance.

La Grande Purge, comme elle serait appelée plus tard, débuta violemment en -20 avant le Soulèvement pour se finir sur le champ de bataille déjà dévasté par les monstres de chair et de poils tout en muscles, en l'an zéro de notre datation actuelle, se soldant par la victoire de l'Alliance des Trois. Il aura donc fallu un siècle, soit cent longues années destructrices et infernales pour réussir à renverser, inverser, apaiser et annihiler La Terreur.

La victoire enfin saisie en partie par les Humains, Torness dû se plier à la volonté des autres dieux et ainsi mettre fin à la lignée des loups garous, chose qu’il fit, plus ou moins. Souvenez-vous qu'il méditait sur sa création et ce petit "contretemps" de dix décennies lui avait été plus que suffisant.

L’an zéro pouvait débuter, rempli d’un air chaud et d’une ambiance paisible. Le peuple aux longues oreilles, qui avait subit d'énormes dégâts aussi bien physiques, logistiques et mentaux, prenait soin de remettre peu à peu sur pied son environnement, tout autant que la précieuse Nature, pendant que dans les cieux, les dieux réservaient d’autres surprises. En tête de liste, têtu et impulsif, le Dieu des tempêtes dressa sa pseudo nouvelle race : les Lycans. A l’image de leurs ancêtres mais beaucoup plus maîtrisables cette fois, il leur fit fouler le sol d'Adariel en l’an premier. D'abord réticentes, devant sa verve et ses preuves argumentées, les divinités s'inclinèrent. Quatre des dieux ayant déjà leurs « héritiers », les autres se mirent à réfléchir à la manière de peupler ce vaste monde le plus paisiblement possible tout en enfantant des progénitures dignes de leur image. 
Ainsi, en l’an trois vint une nouvelle race en la personne des Dimalis. Leur mère, Héâthyn, déesse de la nature, jugea préférable de conserver les racines des êtres déjà existants pour mieux respecter l’instinct et la chaîne animale. Elle créa donc une race hybride, s'appuyant sur les animaux existant, mais avec une morphologie plus humanisée ou elfisée. Bien des années plus tard, Luna, déesse de l’ombre, décida de mettre aux creux des montagnes un peuple noble et fier, discret et guerrier : les Walkyries. Peuple matriarcal où les femmes sont maîtresses, elles sont les plus jeunes, ayant pris racines en l'an 40 et ayant été épargnées par la guerre.

Dans le monde des mortels, les choses n'étaient pas si paisibles que ça. En effet, l'Alliance des hommes et des elfes avait fini par voler en éclat, engendrant une nouvelle guerre entre les deux peuples anciennement frères. Les enfants de Torness étaient intelligents et s'il était vrai qu'ils avaient chacun leurs singularités, ils pouvaient néanmoins se montrer profondément mauvais, perfides, fourbes, calculateurs et autres choses peu enviables et c'est ce que leurs dirigeants apprirent aux pauvres elfes, à leurs dépends.  De l'an 1 à l'an 34, les batailles firent rage et le tout se termina avec le retrait des elfes suite à un événement imprévu causé, involontairement ou non, par les hommes qui avaient réveillé ce qui ne devait l'être sur le territoire des sylvestres, ou plutôt sous. Quelques temps avant la fin de la guerre survint un incident sans pareille qui changea à jamais le monde des rejetons du dieu du soleil, l'ébranlant avec force. Alors que l'état elfique avait réuni son Conseil des Grandes Familles Dirigeantes, des créatures d'un autre temps, celles réveillées par leurs anciens camarades débarquèrent et un carnage sans nom eut lieu. Meurtris par la trahison des leurs anciens frères d'armes, ce coup du destin les acheva définitivement et ils se retirèrent, laissant les vainqueurs jouir de leurs nouvelles acquisitions.



Nous voilà désormais à notre époque, en l’an 1050, avec différents peuples, différentes cultures et différentes alliances. Le monde se crée petit à petit et nous, nous marchons, paisibles voyageurs que nous sommes, au milieu des trésors des dieux. Si le continent d'Adariel semble à présent entièrement colonisé et connu, d'autres terres de par delà les mers semblent encore inconnues, n'ayant pas livrées tous leurs secrets. D'autres races vivent ça et là et ce n'est pas la récente apparition des Celtes, parents des humains du continent, qui nous dira le contraire.

L'empire lycanthrope semble se dresser à nouveau sous la poigne de fer de l'Alpha Doylana Katell, une femme raisonnable qui dédit sa vie à la construction et l'établissement de son peuple. 
Une alliance a été récemment créée, entre les elfes et les lycans, et le peuple aux longues oreilles ne défiera pas cette dernière après la mort de son prince, Lókë Almárëa. Le trône semble vide mais la sagesse des elfes les empêche bien heureusement de s’entretuer pour ce dernier. Ils attendent un homme ou une femme voué(e) à sa cause, capable de défendre et gérer les habitants d'une main ferme et aimante. En attendant, le roi s'étant retiré par chagrin de ses obligations, accusant le coup des disparitions successives des deux princes ainsi que la princesse, c'est le Général des armées qui assure l'intendance à la demande personnelle du roi. En attendant qu'une solution soit trouvée, il assurera son rôle avec obligeance et honorera le traité nouveau né avec la réserve qui caractérise désormais sa race à l'égard des autres peuplades.

Chez les hommes, rien ne change ou ne s'arrange vraiment, il semblerait que les choses soient semblables à celles d'avant entre les deux royaumes mais un nouveau roi pourrait faire pencher la balance, conquérir de nouvelles terres, apporter la haine et la destruction, ou bien au contraire, lier les peuples pour les consolider. Les Maderas quant à eux, s'ils sont toujours aussi discrets et méconnus de tous, s'étant efforcés de se faire oublier avec brio au point qu'on les prend pour un peuple légendaire, vestige d'un passé révolu, leur existence semble pourtant grandement menacée. La Gardienne disparue, il leur faut en élire une autre, ou bien, se battre pour avoir la place, ce qui, accroissant les querelles, fragilise irrémédiablement leur équilibre. Il en est de même pour les Dimalis et les Walkyries. 

Tout n'est qu'illusion dans ce monde. Les peuples ont l'air solide, mais peu à peu les arrangements changent le cours de l'histoire et tous autant qu'ils sont, ils peuvent disparaître du jour au lendemain. La fragilité leur est commune et ce ne sont pas les hommes esclavagés autrefois, les Dimalis maltraités, ou même les elfes meurtris qui vous diront le contraire. En ces temps troubles, même une individualité méconnue peut faire vaciller la flamme du fragile équilibre qui régit Adariel et le plonger dans le chaos ou lui assurer une paix durable. Une seule question désormais : Qui serez-vous et quelles sont vos intentions, voyageurs ?



° CODAGE PAR DITA | EPICODE °
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

LE CONTEXTE DU FORUM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 1 - Contexte, Groupes, et Guide du forum
» Contexte du Forum
» AFTER THE CONQUEST ▲ contexte du forum.
» Contexte du forum
» Contexte du forum

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Informations Essentielles-