Partagez | 
 

 On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]   Ven 18 Avr - 22:44

Campement lycan

La nuit tombait à peine sur le campement tandis que Orlaithe préparait ses affaires. Une longue route l’attendait, et elle ne pouvait se permettre d’oublier quoi que ce soit. Lorsqu’elle eut finit son sac, elle commença à aiguiser ses armes à l’aide d’une pierre naturelle. Ce soir, elle allait quitter la meute. Qui sait combien de temps son voyage lui prendrait ! Le pays où elle se rendait était connu pour sa cruauté, et pour autant, elle ne ressentait ni peur, ni appréhension. Dans quelques jours, elle franchirait les portes d’Aetarh, et chercherait un homme du nom de Aslak. Des rumeurs courraient sur cet homme. Il aurait capturé de nombreuses races, afin de les étudier en secret. En réalité, il s’agissait presque de torture. Alors comprenez que notre guerrière ne puisse accepter de tels actes…

Cela faisait maintenant plusieurs mois qu’elle était revenue de Celtica. Et Orlaithe était devenue de plus en plus sauvage envers son entourage. Ragnar Aledan occupait ses pensées, et rien que cette idée la mettait en rogne ! Son aventure au sein des Celtes l’avait beaucoup changé, et elle ne pouvait le nier. Inlassablement elle cherchait à se joindre aux diverses missions données par l’Alpha, essayant tant bien que mal d’occuper son esprit pendant quelques heures. Voilà pourquoi aujourd’hui, elle acceptait cette nouvelle quête.

Elle était fin prête. Jetant son sac par-dessus son épaule, et rangeant son épée dans son fourreau, la louve sortie de chez elle, jetant un coup d’œil à la lune. Elle brillait, haut dans le ciel d’encre, traçant comme une route à travers les bois. Orlaithe sourit avant de s’enfoncer sous les arbres.


Aetarh

Après quatre jours de marche à travers la contrée de Salvaniàh, Orlaithe Brydia atteignit la cité noire. L’air semblait s’alourdir au fur et à mesure qu’elle avançait, et les nuages s’amoncelaient dans le ciel. Cette ville inspirait le mal et tout lui donnait envie de faire demi-tour. Vêtue de guenilles, la lycane décida de se rendre dans la première taverne du coin. Encore une fois, elle ne pu s’empêcher de penser au Gran Khan et aux longues soirées passées ensembles. Lâchant un soupir, elle approcha du comptoir.

Je prendrai le menu du jour, et une choppe de bière.

Bien Mam’zelle. Il vous faut autre chose ?

Une chambre et des vêtements propres ne seraient pas de trop…

Hm… vous n’êtes pas du coin n’est-ce pas ? bah, je vous vous trouvez ça ! Et pour le paiement ?

Orlaithe plongea son regard dans celui de l’aubergiste, puis d’un air las, jeta une bourse devant lui.

Cela devrait suffire je pense. Ah oui… connaissez-vous un certain Aslak ?

***

L'aubergiste avait dit vrai. Aslak habitait bien le village, la dernière maison à vrai dire. Orlaithe se tenait devant elle, bien décidée à mener sa mission jusqu'au bout. Ne perdant pas une minute de plus, elle pénétra à l'intérieur silencieusement. Elle se retrouva dans un sombre couloir, qui débouchait sur plusieurs portes. Elle ne chercha pas à comprendre quel chemin emprunter, elle défonça chacune des portes à coup de pieds. Les pièces se ressemblaient toutes, excepté la dernière. Orlaithe n'en revenait pas... il y avait de nombreuses cages, de différentes tailles, mais aussi des silhouettes pendus dans le vide et d'autres allongés sur des tables. C'était exactement comme elle se l'était imaginé, une salle d'expérience et de torture. L'homme en question n'était pas là. Orlaithe comptait bien l'attendre.  

Pendant ce temps, elle s'approcha des prisonniers pour voir leur visage. Maderas, lycans, dimalis... il y avait de tout. Orlaithe le sentait à leur odeur. Et puis soudain, une couleur particulière attira son attention : le bleu. Elle était là, assise dans une toute petite cage. La Valkyrie !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]   Lun 21 Avr - 18:54

Melwyn avait extrêmement mal au dos. En fait elle avait mal partout et elle commençait à avoir la nausée, sa petite cage se balançait doucettement sous un effet non identifié. La trace des barreaux commençaient à s'imprimer sur son front qui y était collé, ses mains se cramponnaient maladroitement et un goût de fer avait fait son apparition dans sa bouche. Elle n'avait pas réellement eu le temps de s'installer confortablement -tout du moins autant que cela soit possible dans une si petite cage- de telle sorte que ses genoux lui touchaient le menton, que ses pieds étaient entremêlé. La jeune femme soupira repensant au chemin qui l'avait mené jusqu'ici.

~

Il y a des jours avec et des jours sans. Elle se baladait dans les rues d'Aerath sans grande conviction, attendant l'heure de son rendez-vous. Melwyn devait rencontrer un autre stratège afin qu'ils partagent leur vision des choses. Une sorte de conférence en comité restreint sur la manière de construire une stratégie. Mais cela ne s'était pas passé comme prévu. Elle déambulait dans les ruelles sans trop se méfier des passants, son but était de passer inaperçu et ne les regardait donc pas. Melwyn n'avait pas vu les regards se tourner vers elle, fixant son collier -symbole des Walkyries-, ses yeux turquoises ou son épée attachée à sa ceinture.

Elle emprunta une ruelle plus étroite que les autres, il s'agissait d'un raccourci. Elle s'en souvenait, elle l'avait déjà pris lors de sa dernière visite à Aerath. Alors qu'elle marchait à un pas aussi rapide que possible, quelqu'un la héla :

« Mademoiselle ! Mademoiselle ! »

Melwyn ne se retourna pas, on lui avait déjà fait le coup dans cette ville et tout cela s'était bien mal terminé. Elle n'avait rien perdu en chemin et ne connaissait personne ici, il n'y avait donc aucune raison bienveillante à être interpellé ainsi. Melwyn accéléra le pas, elle avait appris à ne plus chuter, maintenant elle semblait survoler les dalles dépareillées. Son allure n'était toujours pas homogène mais au moins ses pieds ne se prenaient plus dans n'importe qu'elle difformité de la route. Deux hommes arrivés de la rue perpendiculaire à la sienne s'engouffrèrent dans la ruelle. Ils étaient fort costauds et prenait toute la largeur, ni une ni deux Melwyn fit demi tour à toute vitesse pour tenter une sortie par l'autre bout. Mais d'autres gars arrivèrent, elle allait être prise entre deux feux.

Attendre ne servait à rien puisqu'ils étaient en supériorité numérique. Melwyn détala, elle avait décidé d'essayer un passage en force, elle courait vite et peut-être qu'elle pourrait les distancer. Ses adversaires étaient fortement musclés et donc plus lourds qu'elle, elle irait plus vite qu'eux. En arrivant à leur hauteur, la jeune walkyrie donna un coup d'épaule à l'homme de droite. Ouf elle était passée ! Alors qu'elle continuait dans son élan, quelque chose lui bloqua la respiration. Un des hommes avait réussi à attraper son manteau qui volait derrière elle. Melwyn n'eut pas le temps de le détacher et de fuir à nouveau. Le deuxième attrapa son bras d'une prise d'acier, le troisième prit le second bras et tout deux la tirèrent vers l'arrière. Melwyn était comme une poupée face à eux, elle rua tout de même prenant appui sur les deux hommes pour battre des pieds, donnant des coups de tête à tout va, se tortillant. Les quatre hommes râlaient, ils n'avait pas envie de se balader une petite furie.

«- Et si on l'assommait? » Proposa le premier qui semblait être le plus bourru des quatre.
« -Non, le maitre a besoin d'elle en bon état ! » lui répondit un autre, plus sage.

Melwyn cessa soudain de se débattre. Sa voix chantante demanda spontanément :

« -Le maitre? »

« -Oui, quelqu'un qui a hâte de vous voir... »

Melwyn n'aimait pas cela, elle n'avait aucune envie de voir quelqu'un qui la traitait ainsi ! Les quatre hommes réussirent, malgré les tentative de fuite de Melwyn, à l'amener dans la maison de leur maitre.

Dès son arrivée, on lui attacha les mains, les pieds. Quelqu'un vint lui enlever son collier, lorsque cette personne s'approcha de son épée la jeune femme cria :

« -Comment osez vous ?! Détachez moi, je vais vous la faire de voir de plus près! »


Elle s'était enhardie en peu de temps, les moments passés aux côtés de Lyov avaient renforcés son caractère. Melwyn réussi à s'échapper des bras de son détenteur et se dirigeait tant bien que mal vers la porte la plus proche. Pieds liés, elle n'avançait pas beaucoup et un homme la rattrapa par les cheveux la secouant :

« -Quelle peste ! On va te trouver un domicile à ta taille »


Elle fut de nouveau entrainé contre son gré, quelqu'un lui prit son épée au passage. Melwyn impuissante vit son épée s'éloigner puis disparaître derrière la porte que l'on ferma.

La nouvelle pièce était étrange, froide. Beaucoup de cages vides et occupées se trouvaient dans cet endroit.

« -Si ce n'est pas merveilleux ça! »


L'homme ouvrit la porte d'une cage minuscule et y jeta Melwyn. La jeune femme recroquevillée avait les yeux injectés de larmes qui roulaient sur ses joues. Elle resta ainsi un bout de temps, observant les autres prisonniers, tous de races différentes. Que voulaient-ils à la fin ? Ils avaient pris les deux objets représentant la sienne, son collier et son épée. En observant bien elle vit du sang de Maderas dans des éprouvettes. Melwyn sentit sa gorge se serrer ; et si la prochaine étape la concernant était ses yeux ?

Melwyn entendit la porte claquée contre le mur. Elle tourna la tête tant bien que mal pour voir d'où cela pouvait bien venir. Elle écarquilla les yeux : la lycane ! Par réflexe elle tenta de faire un mouvement, s'agitant dans sa cage mais se prit les barres de la cage et grimaça. La walkyrie était d'un côté soulagée de la voir car elle allait sûrement la sortir de cette situation mais d'un autre côté elle aurait préféré garder secret sa captivité dans une cage pour oiseau. Aussi, elle se doutait bien que la lycane n'allait pas apprécier le fait que sa mère était entre des mains inconnues pour l'étudier. Que pouvait-elle bien faire dans cet endroit ? Ne voulant pas faire plus de bruit, elle chuchota si bas que seule une personne avec une ouïe sur-développée puisse l'entendre (les autres auraient put lire sur ses lèvres) :

« Sors moi de là »

La jeune walkyrie ne tenait plus dans sa cage ridicule.  
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]   Lun 21 Avr - 23:36

Orlaithe venait tout juste de croiser le regard de la jeune Valkyrie quand cette dernière lui chuchota de l’aider. Elle voulait être discrète pour ne pas attirer l’attention, mais est-ce que les autres prisonniers en feraient de même ? La lycane les regarda un à un, le regard dur. Elle ne voulait pas de supplications, ni de cris emplis de désespoir. Elle avait besoin de réfléchir. L’homme qu’elle recherchait n’était pas dans cette maison, peut-être était-il sortit quelques heures ? Seulement voilà… Aslak ne devait pas travailler seul, car un simple humain serait incapable de capturer tant de races sans acolytes. Alors où étaient-ils donc ?

Reportant son attention sur Melwyn Aerith, la louve s’approcha lentement de sa cage. Elle n’était pas plus pressée que cela, car à vrai dire, elle n’était pas certaine que cette valkyrie puisse l’aider dans son affaire. Elle serait plus un poids qu’autre chose, comme tous les autres d’ailleurs. Mais allons, elle était aussi venue pour les libérer de ce tortionnaire. Attrapant un chiffon ensanglanté, puis un pied de table brisé, elle vint entourer les barreaux de la cage avec ses outils. Sans peine, elle tordit les barreaux pour en faire une ouverture.


Sors dépêche-toi.

Se reculant, Orlaithe se mis à jauger la jeune femme. Un détail la frappa aussitôt : son épée n’était pas pendue à sa taille. L’épée qui renfermait l’âme de sa mère avait disparu ! Une ombre sembla se terrer au fond de ses yeux jaunes, tandis qu’elle entreprit de libérer les autres. Elle ne souffla mot pour le moment, se concentrant sur les victimes d’Aslak. La plupart étaient blessés, et il était clair qu’elle ne pourrait les emmener loin d’ici sans encombres si leur ennemi n’était pas mis hors d’état de nuire ! Ainsi, la solution de leur problème était toute tracée. Et Melwyn allait se rendre utile pour payer sa dette. Après tout, c’était la deuxième fois qu’elle lui sauvait la peau.

Notre lycane posa sa main sur le manche de son épée, lâchant un léger soupir.


Que sais-tu de tes agresseurs ? Où est le leadeur Aslak ? demanda t’elle sèchement. Je suis venue pour lui.

La valkyrie ressemblait presque à une enfant face à Orlaithe. Après plus de 200 ans d’existence, notre lycane était de loin son aîné. Il allait sans dire qu’elle prendrait toutes les initiatives et que Melwyn ne pourrait qu’approuver ses choix. Libérant le dernier prisonnier, un lycan, elle posa sa main sur son front. Le pauvre était au bord de la mort. Son geôlier lui avait fait subir diverses expériences avec de l’argent… n’attendant pas d’avantage, Orlaithe le souleva du sol et l’allongea sur la seule table qui n’était pas cassée. Ce qui allait suivre ne serait pas une partie de plaisir...

Melwyn. J’ai besoin de ton aide à présent. Amène les pinces ! se retournant vers le lycan, elle lui serra doucement la main. Tu vas devoir être fort maintenant mon ami. Tiens le coup.

Elle passa derrière la valkyrie, lui murmurant à l’oreille ce qu’elle devait faire. La chose n’était pas si compliquée en soit : elle allait retirer les morceaux d’argents coincés dans la chair du mâle, tandis que Orlaithe le tiendrait de toutes ses forces. D’un autre côté, la jeune Melwyn avait tout intérêt à obéir et à ne pas rater sa tâche.

Plusieurs minutes s’écoulèrent avant que le dernier morceau d’argent soit retiré. Il était inutile de recoudre les plaies, les lycans cicatrisaient vite. D’ici une heure tout au plus, il serait sur pieds. Pour le moment, il y avait mieux à faire et c’est en adressant un sourire dès plus sadique à la jeune femme qu’Orlaithe lui dit ses mots.


Et si on allait récupérer Aëla et botter le cul à ces mecs ?

Oui, Orlaithe n'avait pas oublié l'âme de sa mère, et elle fut bien gentille de ne pas reprocher à Melwyn de l'avoir laissé. Une guerrière digne de ce nom ne laisserait personne lui prendre son arme, encore moins lorsqu'elle est si précieuse. Certes, la bleuette n'était pas tout à fait une guerrière, mais tout de même...

Un bruit de porte ramena alors les deux femmes à la réalité. Elles n'étaient plus seules à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]   Mar 22 Avr - 20:44

Lorsque Melwyn lui demanda de l'aide, la lycane sembla hésiter un instant, se demandant si c'était dans son intêret de relâcher tout les monde maintenant. Elle finit par tordre les barreaux de la petite cage et Melwyn s'en extirpa non sans mal. La lycane alla délivrer les autres, elle était comme Melwyn s'en souvenait ; dure, froide et autoritaire. Elle ne semblait absolument pas amicale et cela aurait pût être leur première rencontre ; Quoi que si cela avait été le cas, elle aurait sûrement laissé la petite walkyrie dans sa cage. Orlaithe demanda sèchement :

- Que sais-tu de tes agresseurs ? Où est le leadeur Aslak ?

Elle ajoutait qu'elle était venue pour lui. Cela expliquait la raison de sa présence ici. La voix chantante de Melwyn lui répondit :

- Je n'en sais rien, ils m'avaient repérés depuis longtemps, m'ont pris et m'ont jeté dans cette cage. J'ai entendu dire que le leader arriverait sous peu, je ne l'ai pas encore vu.

Elle désigna d'un geste du menton sa précédente « cellule ». Au final, elle ne servait à rien et elle eut une certaine appréhension par rapport à la lycane. Melwyn ne pouvait lui apporter aucune information. Il restait un dernier prisonnier à libérer qui était fortement mal en point. Il s'agissait d'un lycan et Melwyn observa les gestes d'Orlaithe avec attention. Elle était bien différente lorsqu'il s'agissait d'un membre de sa race, plus avenante. Elle l'allongea sur la table et Melwyn sentit bien que ce qui allait se passer ne serait pas agréable.

- Melwyn. J’ai besoin de ton aide à présent. Amène les pinces !

Sur ce elle dit des mots d'encouragements au lycan. Melwyn s'exécuta, pris des pinces sur une table voisine, elle ne s'était pas trompée. Orlaithe indiqua à la walkyrie que faire et Melwyn prit une grande inspiration. Il fallait qu'elle le fasse et qu'elle le fasse bien. Il était hors de question que ce lycan meurt sous ses attentions. Premièrement parce qu'elle s'en voudrait terriblement et deuxièmement parce que la lycane ne le tolérerait pas.

Melwyn s'appliqua donc à retirer chaque bout d'argent coincé dans la chair du mâle. Un par un et avec une grande délicatesse. Elle essayait d'aller assez vite pour ne pas que « l'opéré » souffre de trop. La walkyrie tentait de ne pas penser à ce qu'elle touchait, au fait qu'elle fouillait dans les plaies d'une autre personne. Sa respiration était calme et non profonde, l'odeur de la chair la dégoutait et essayait d'en inhaler le moins possible. Elle retira le dernier bout d'argent et s'éloigna aussitôt du blessé. Elle ne savait pas comment ce dernier allait réagir et elle souhaitait s'en éloigner. S'il était aussi caractériel qu'Orlaithe, il ne fallait pas trainer à son chevet.

La lycane sourit à Melwyn mais celui-ci n'était en aucun cas réjouissant. C'était un sourire sadique, sans joie spéciale. Elle ajouta :


Et si on allait récupérer Aëla et botter le cul à ces mecs ?


Elle avait donc bel et bien remarqué que Melwyn n'avait pas son épée. Heureusement elle n'en avait rien dit dès le départ. Melwyn se sentait vide sans Aëla et souhaitait par dessus tout la récupérer. La première partie du plan du convenait donc très bien. En revanche la seconde était moins dans les cordes de la walkyrie. Bien qu'elle ait vécu des péripéties forte en émotion depuis leur dernière rencontre, ses talents au combat n'avaient pas changés. Elle acquiesça cependant pour ne pas contrarier la lycane. De toute façon, elle devait le savoir depuis le premier coup d'œil qu'elle lui avait lancé.

Un bruit fit sursauter Melwyn, une porte venait de se fermer ou de s'ouvrir brusquement dans la pièce d'à côté. Les geôliers étaient de retour. Melwyn chuchota :


- Aëla est de l'autre côté. Dit-elle en désignant la porte.

Elle fit un pas en avant sans trop savoir comment cela allait se passer. Certes la lycane était une fine lame mais saurait-elle se contrôler ? Melwyn n'avait pas d'arme et la bande d'estropiés récemment libérée n'allait pas être d'une grande utilité.

Arrivée à la porte, Melwyn posa sa main sur la poignée. Son regard bleuté se tourna vers la lycane pour voir si elle était prête. Quelle question ! Évidemment Orlaithe était prête. Ce devait être le genre de personne prête en toutes circonstances. D'un geste, Melwyn ouvrit la porte afin de conserver l'effet de surprise. Elle laissa la lycane s'engouffrer dans la pièce en premier, Melwyn suivit de près se jetant vers la table ou Aëla était posée sur un essieu. Elle s'en saisit et observa la situation.

Dans la pièce, il y avait 5 personnes, 5 hommes de grande taille armés de haches et d'épées. 3 étaient vers Orlaithe et 2 devant Melwyn. Bien entendu, ils avaient tout de suite compris qui était leur véritable adversaire et avait mis le plus grand nombre dessus. Melwyn était assez embêtée, déjà un adversaire était compliqué mais deux, c'était bien trop. En revanche, elle ne se faisait aucun soucis pour Orlaithe, elle les aurait sûrement envoyés au tapis avait même que Melwyn n'eut finit avec le premier.

Elle se concentra donc sur les siens, implorant Aëla de lui prêter sa force et son courage. Le premier homme se jeta sur Melwyn qui l'esquiva en se décalant et lui assena un coup avec la garde l'épée dans son dos. La garde, toujours la garde, elle était incapable de frapper avec la pointe ou le tranchant. Heureusement, celle-ci était pointue et infligeait donc certains dégâts, c'était toujours ça. En se décalant elle avait atterrit sous le joug du second homme, Melwyn se baissa de justesse, fit une roulade pour éviter la hache qui s'abattait sur elle. Au passage elle s'était saisit d'un pied de table cassé. Elle l'aplati sur le premier homme au niveau de la nuque et l'assomma. Le second était plus coriace et Melwyn dût s'y prendre à plusieurs reprises avant qu'il ne s'effondre.

Reprenant son souffle, elle réalisa qu'Orlaithe devait sûrement avoir fini depuis longtemps être entrain de l'attendre. Elle se retourna vers elle, épée et pied de table en main
.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]   

Revenir en haut Aller en bas
 

On se retrouve enfin bleuette [pv Melwyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» On se retrouve enfin [Elcolo]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Qui veux rp avec moi ? Je ne mord pas (enfin pas toujours)
» Toi & Moi enfin réunis... [Pv Sweet Fire ♥] [{fini}
» Enfin je t'ai trouvé ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-