Partagez | 
 

 Partie 1 : Solitude et souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Partie 1 : Solitude et souvenirs   Lun 24 Fév - 1:06

* Le voyage prendra plusieurs jours. Je vais d'abord devoir rejoindre la ville de Hurd au bord du fleuve, puis rejoindre Racium, mais je n'en ressens pas l'envie. Je n'arrive plus à réfléchir, mes souvenirs m'assaillent. Je me souviens du visage de ma mère, elle me manque tellement, elle m'a toujours manquée. Mon père me manque également, ces dernières années j'avais réussi à mettre ma tristesse de côté, même quand je perdais un frère d'arme. L'entraînement et les missions que l'on enchaînait m'aidaient beaucoup. Je ne sais plus où j'en suis, malgré le fait d'avoir dit vouloir traquer Argas, je ne sais pas ce dont j'ai envie. Je voulais seulement continuer à découvrir le monde avec les autres. Maintenant je suis seul. Je me demande si Belladone et Frez sont en vie. Me rejoindront-ils à Hurd comme il était prévu en cas de séparation ? Je veux y croire, car c'est l'un des seuls espoirs qu'il me reste. Je me souviens de tous les concernant.

Frez d'abord, je me souviens encore que, au début, il me faisait peur à toujours masquer son visage dans l'ombre de sa capuche. Il parlait très peu, mais je sais aujourd'hui qu'il est celui qui s'inquiète le plus pour ses camarades. Un homme exceptionnel, il porte un véritable arsenal et arrive à être le plus rapide du groupe. Il a de magnifiques cheveux sombres fins attachés en une courte queux de cheval, malheureusement son visage est plein de cicatrices, je n'ai jamais su comment il les a reçues, mais il m'a dit un jour que s'il s'arrange pour ne pas être vu, c'est pour ne pas rebuté les gens. Je trouve qu'il est assez triste, s'il vit encore j'aimerais pouvoir l'aider.

Belladone quant à lui est un très bel homme, il attire toujours l'attention des femmes, quelles soit d'âges mures ou encore adolescentes. Il refuse toujours leurs avances en souriant avec douceur. Je lui ai demandé pourquoi et il m'a répondu que pour lui une seule femme compte. Je me demande encore s'il parlait d'un amour ou de quelqu'un de sa famille. Il est celui le plus proche de Frez, toujours ensemble, notre duo de choc. Il est celui qui manie le mieux les épées, je m'entraîne souvent avec lui et je dois avouer que je ne lui arrive pas à la cheville, mais j'ai beaucoup progressé grâce à lui.

Je ne sais, concrètement, que peu de choses sur eux, alors qu'ils savent tout de moi, c'est souvent comme ça dans un groupe où chacun peut mourir à tout moment, on évite de trop se connaître pour ne pas sombrer dans la tristesse ou la colère. Je pense tout de même que, même sans se connaître on peut s'apprécier et être triste de la disparition de l'autre, sinon il n'y aurait pas de raison à ma tristesse.

Je repense à tous les frères d'armes que j'ai eu, aux détails de chacun. Bary et sa recherche du plat ultime, qui permettrait en même temps de remettre du baume au coeur grâce à sa saveur et d'être réellement nourrissant. Vex et ses talents de saltimbanque. Grov et son amour des enfants, il reversait toujours une partie de son salaire à un orphelinat et il y passait du temps quand on était à Racium. Tules et ses blagues absolument lourdes. Liz et sa mauvaise habitude à jurer en toutes circonstances. Nox et sa phobie des serpents. *

Pris dans ses pensées, Adrazel a marché plusieurs heures et est arrivé aux portes de Hurd. Hurd, n'est pas la plus magnifique des cités, mais tout homme (ou femme) y trouve un charme qu'il lui sera propre. Certains aiment la ferveur des quais, le brouhaha des personnes présentes, quelles soient marchands, marins, voyageurs ou commères. D'autres préfèrent la quiétude des parcs des hauteurs de la ville. D'autres encore aiment les différentes tavernes et bars que l'on trouve dans la grande rue principale, qui serpente des hauteurs jusqu'au bout des docks. Ce qu'Adrazel préfère lui, c'est le quartier des marchés. Le bruit des métaux frapper dans les forges, l'odeur des fleurs et celle du pain sortant du four. Le mélange des couleurs qui donnent l'impression que tous les jours sont des jours de fêtes. La vie qui se dégage de tous ces petits détails.

C'est à la tomber de la nuit, qu'est enfin arrivé Adrazel aux portes de Hurd. Le voyage pour venir a été long et fatiguant, mais Adrazel l'a réalisé sans s'en apercevoir. Conformément à ce qu'ils ont prévu avant de quitter Hurd pour traquer les lycanthropes, Adrazel s'est dirigé vers l'auberge qu'ils ont choisie. Là, après un repas et un brin de toilette, il se couche et s'endort.

La nuit fut très mouvementée pour Adrazel. Il fit un long cauchemars. Pour la première fois il revécu la mort de ses compagnons d'armes. Son calvaire dura de longues heures et il finit par se réveiller en début d'après-midi, tout perlant de sueur et blanc comme un cierge. Pour la première fois son passé le rattrapait et le jeune homme appréciait guère cela. Il déambula dans les rues toute la journée et prépara son départ du lendemain. Il chercha un bateau qui traverserait le lendemain, afin de reprendre sa route en direction de la capitale. Il passa le reste de l'après-midi à l'auberge à entretenir ses armes. L’affûtage et le polissage des lames était le point le plus important dans un combat et encore plus dans un combat contre un lycanthrope. Adrazel se coucha tôt, mais ne dormis pas tout de suite, la peur de refaire les cauchemars de la veille le tenait éveillé. Il dut faire un grand travaille de méditation afin de s'apaiser et de dormir. Le lendemain il se réveilla sans avoir ne serais-ce que rêvé.

Il profita de s'être réveiller tôt afin de faire quelques emplettes. Principalement de la nourriture, mais également quelques baumes de cicatrisation. Une fois rentrer à l'auberge il prépara son sac de voyage, se réarma de l'ensemble de ses armes. Il demanda à l'aubergiste d'informer ses éventuels compagnons, si par la grâce des dieux Belladone ou Frez avaient survécus à leur chute, de son départ pour la capitale. En sortant de l'auberge afin de rejoindre le bateau qui le mettrai sur la voie de la capitale, Adrazel se ravisa, il rentra aussitôt dans l'auberge et corrigea son précédent message.Il ne partirai pas en direction de la capitale, mais en direction du lieu du précédent combat. Bien que le danger devait encore y être énorme, il ne pouvais pas repartir sans s'être assuré de l'état de ses alliés. Sur le coup il s'en voulu de ne pas être sortis de cette torpeur plus tôt. Certes, la peur lui rongeai les entrailles, mais il devait agir et vite. Il prit la route dans l'autre sens, il marchait rapidement, privilégiant la vitesse à la sûreté. Il chercha un moyen de se trouver en bas du précipice, il trouva une bifurcation descendante plutôt que montante et longea la falaise. Il n'était pas encore arrivé que le soleil commençait de décliné sérieusement, il força le pas, mais fini par s'avouer vaincu.

Y voyant de moins en moins, Adrazel décida de préparer son campement. Il mis son entraînement de chasseur à son service, trouvant abris et vivre. Ses sens étaient en ébullitions, Adrazel avait un mauvais pressentiment, mais il savait qu'il avait besoin de sommeil et se coucha.

- CRAC !

Adrazel ouvra subitement les yeux, sa vision était floue, mais ses oreilles étaient aux aguets.

Editer le 19/11/2014 : Ajout du temps passé à Hurd jusqu'au craquement de branchage.


Dernière édition par Adrazel Silver-Wolf le Sam 3 Jan - 4:20, édité 2 fois (Raison : Modif pour RP)
Revenir en haut Aller en bas
 

Partie 1 : Solitude et souvenirs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Éternelle solitude | Lumi |

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-