Partagez | 
 

 Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Lun 9 Déc - 20:18



Qui de nous deux sera la proie ?

Avec Orodreth Alcarin


Un épais brouillard enveloppait les montagnes de Salvaniah tandis que dans la nuit noire, des bruits de pas se faisaient entendre. Une femme bravait la montagne, le visage enfouit dans une écharpe, et les mains emmitouflées. Elle avait du mal à respirer avec cette température, sa gorge la brulait. Le vent soufflait dans son dos, l’aidant un peu dans sa montée. Elle s’arrêta un instant pour se reposer, et admirer le paysage. Tout ces flocons qui virevoltaient dans le ciel étoilé, c’était si beau… cela lui rappelait son enfance. Par réflexe, elle leva son bras pour en attraper quelques uns, un léger sourire aux lèvres et les yeux brillants. Mais alors qu’elle semblait toucher le ciel, un oiseau s’envola juste devant son visage, et un cri s’échappa de sa bouche. Il l’avait surprise, et elle en était tombée par terre. Orlaithe lâcha un soupir, reprenant sa route.

Elle ne voyait pas grand-chose dans le brouillard, mais elle se fiait à son ouïe et son odora.  Dans quelques heures le soleil se lèverait, et ce serait plus facile d’avancer. Très bientôt, elle sentit une douleur dans son ventre. Comme toujours elle avait vu juste, cette journée serait la sienne. Serrant la mâchoire, elle ferma les yeux… après plusieurs bruits morbides et quelques gémissements, ce n’est plus une femme mais un loup gigantesque qui grimpait le flanc de la montagne, laissant des vêtements déchirés sur son passage. La bête prit de l’allure, et en deux trois mouvements, elle arriva au sommet. Orlaithe était bien là, mais elle n’avait plus besoin de réfléchir, d’être comme tout le monde. Elle pouvait laisser libre court à sa rage sous cette forme, et c’était mieux ainsi. La lycane se roula dans la neige, puis se mis à la recherche de nourriture. Ses lourdes pattes laissaient de belles traces dans le sol blanc, mais qui serait assez fou pour poursuivre un lycan ?...

Le loup s’approchait du but. A quelques mètres à peine se trouvait un cerf. Le pauvre essayait de brouter le peu d’herbe qu’il restait. Et puis, il finit par croiser le regard doré d’Orlaithe. Il prit la fuite, mais c’était déjà trop tard, la bête avait bondit. Elle ouvrit sauvagement l’encolure du cerf grâce à ses crocs, faisant gicler le sang sur la neige.

Orlaithe ne laissa rien, sauf les os, pour la plupart brisés. Très vite un nouveau bruit attira son attention, et elle releva son museau pour humer l'air. Une odeur flotait doucement jusqu'à elle, l'odeur d'un homme, ou quelque chose qui y ressemble. La lycane attendit là, le poil couvert de sang, la langue pendante sur le côté. Et puis, pour toute attente, elle reçut une flèche d'argent dans la patte arrière. Elle était venue du brouillard, là où les premiers rayons de soleil apparaissaient. La bête n'avait rien vu venir, et elle s'était mise à cavaler, blessée. Quelqu'un la prenait-elle en chasse ? Un grognement résonna dans la montagne. Elle ne comptait pas se laisser malmener de la sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Mar 10 Déc - 8:58

Des heures durant, bravant la morsure givrante du dense brouillard de montagne, Orodreth avait suivi la piste d'une jeune femme dont il était persuadé qu'elle était de ces monstres impies de Lycans. Il la suivait distance, essayant de ne pas laisser la piste se refroidir de trop, restant à l'aguets du lointain bruit de pas qu'il percevait au plus profond de la nuit. Emmitouflé dans son épaisse cape de laine, le visage masqué d'une écharpe il avançait, scrutant les ténèbres. Dans la neige épaisse et les rochers traîtres se traînait donc cette ombre déterminée. Ses tentatives pour rester le plus furtif possible étaient mises à rude épreuve par le froid qui engourdissait ses membres et le terrain qui semblait lui tendre des pièges à chacun de ses pas. Mais il devait en être de même pour la jeune femme et, à moins d'avoir d'ores et déjà mué en monstre d'instincts, elle devrait avoir les plus grandes peines du monde à percevoir sa présence. Cette idée, se savoir encore invisible, le poussait à persévérer dans sa quête meurtrière.

   Au bout qu'un certain temps il lui semblait ne plus entendre le son résonnant des pas de sa proie. C'est bien trop tard qu'il se rendit compte que le brouillard lui avait caché la proche présence de celle qu'il traquait. Il se jeta prestement derrière le couvert d'un large rocher, rageant intérieurement de son manque d'attention et jurant tout bas contre cette purée de pois gelée. Lentement, il s'autorisa à pencher la tête hors de son abri, respirant plus doucement encore, inspirant dans ses narines l'air glacial de la montagne et relâchant sa respiration lentement, très lentement. Il la voyait, les bras tendu vers le ciel étoilé, c'était le moment, il allait la tuer, là, maintenant, avant qu'elle n'ait eu l'occasion de se métamorphoser. Avec minutie il se prépara, sorti son arc, enfila une pointe d'argent sur la tête nue d'une flèche, encocha et, tout doucement, banda l'arme. Il avait sa cible en mire, une flèche, prête à se loger dans le cœur de celle-ci, il n'avait qu'à relâcher la corde et sa vie s'éteindrait dans un choc sourd et une douleur assommante. Seulement voilà son manège avait dû trop attirer l'attention d'un oiseau des environs qui prit prit peur et s'envola à tir d'aile. La lycanne, dans un cri de surprise, se retrouva sur son séant et Orodreth manqua sa chance.

Tandis que la jeune femme reprenait sa route, l'elfe s'autorisa une pause, savourant presque avec délice le goût rassis d'un quignon de pain un peu trop vieux. Une fois certains que l'écart entre eux fut de nouveau creusé il reprit lui aussi sa route. Au loin l'horizon s'éclaircissait légèrement, prévenant l'arrivée prochaine de l'astre du jour. Sa tâche n'en serait alors que plus ardue et l'elfe commençait à penser qu'il n'aurait peut-être pas cette femme aussi facilement qu'il l'aurait souhaité. Pire, il constatait peu à peu qu'il ne percevait plus la présence de cette dernière, hâtant le pas il finit par tomber sur quelques lambeaux de tissus, vestiges, sans nul doute, de la tenue de celle qu'il traquait. Or donc la bête avait émergé de son sommeil. Sa chasse se compliquait et il lui faudrait être prudent pour qu'elle ne s'inverse pas. Cependant si le monstre avait grandement pressé l'allure il avait également laissé un véritable chemin dans le froid manteau blanc.

   Après avoir accéléré le pas il finit par rejoindre l'animal, il l'entendait déchirer la chair, certainement d'une autre bête, et ressenti comme à chaque fois le dégoût profond que lui inspiraient ces créatures. Une seconde chance de mettre fin à la vie de cette horreur hybride s'offrait à lui. Il apercevait une corniche, légèrement en surplomb de la scène, qui lui donnerait un parfait point de vue pour l'assassinat à venir. Grimpant avec l'agilité inhérente à ceux de son peuple il atteint bien vite son nid d'aigle. Là il accomplit une nouvelle fois son mortel rituel de préparation. Fin prêt, accroupi sur le rebord lisse et humide de la roche, il mit sa cible en joue. Mais le destin est capricieux et ce qu'il offre, il se peut qu'il le reprenne aussitôt. Derrière lui quelques pierres roulèrent, un léger éboulement qui suffit à attirer l'attention de la lycanne. Sa lourde tête, aux babines luisantes de sang, se tourna vers lui. Elle ne semblait pas le voir, peut-être le brouillard était-il encore suffisamment épais, toujours est-il que cette fois-ci Orodreth comptait bien lâcher le trait mortel sur la bête. Ses doigts se relâchèrent et la flèche fila, droit vers sa cible. Dans un bruit sourd elle se ficha dans le cuir épais de la louve. Cependant, la fatigue de la traque et la morsure de la montagne avait eu raison de la précision de l'elfe. Le trait n'avait fait que blesser sa cible qui, d’un bond, fit volte face et partit à toute allure s'enfoncer dans le froid de la montagne dans une plainte grondante.

   Une nouvelle traque s'annonçait, cette fois, les deux protagonistes étaient alertes, parfaitement au courant de leur situation et de l'enjeu de cette chasse. Mais qui serait le chasseur ? Et qui serait la proie dans ce jeu de cache cache mortel ? La lycanne était une prédatrice née, une montagne de muscles et de férocité brutale, l'archétype monstrueux du chasseur. L'elfe lui était épuisé de sa poursuite, et pourtant, contre tout ce que lui hurlait son instinct de survie, il se lança à la poursuite de la bête. Car un dernier détail rentrait en jeu, la pointe de la flèche était encore dans la patte du monstre, elle allait très probablement se détacher du reste du trait et son argent allait peu à peu empoisonner le sang de l'animal blessé ... Mais quoi de plus dangereux qu'un animal blessé ? Reste à déterminer duquel des deux il s'agit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Ven 13 Déc - 22:56



Qui de nous deux sera la proie ?

Avec Orodreth Alcarin

La lycane courrait dans la neige, ses muscles se contractants à chaque foulée. Elle respirait fort, blessée par cette flèche d’argent coincée dans sa chair. L’argent répandait doucement comme un poison dans son sang, et l’empêchait de courir correctement. Parfois, la bête manquait de tomber, mais elle poursuivait sa route, bien décidée à semer son agresseur. Et puis, plus les minutes passaient, et plus elle comprit qu’elle ne pourrait pas se débarrasser de lui aussi facilement. Il l’avait clairement prise en chasse et ne semblait pas vouloir abandonner de si tôt...

La flèche se brisa en deux contre la roche, laissant la pointe argenté dans le poil de la lycane. Elle devait l’enlever et vite, car son poison l’affaiblissait. Et même une fois retirée, Orlaithe aurait besoin d'une guérisseuse pour être certaine de ne courir aucun danger. La rage montait peu à peu et ressortait en un grondement dès plus effrayant. Cet elfe ne s’en sortirait pas si facilement, il finirait entre ses crocs avant que le soleil ne brille haut dans le ciel!

Regardant derrière elle, Orlaithe ne voyait plus le jeune homme à ses trousses. On aurait dit qu’elle avait réussi à mettre de la distance entre eux, et pour une fois, ce brouillard allait lui être utile pour la camoufler. Elle se cacha donc dans un recoin de roche, et tenta d’arracher la pointe d’argent de sa patte ensanglantée. Malheureusement, elle était trop enfoncée dans la chair et ses crocs étaient trop gros. Se servant de ses griffes, elle gratta, et gratta encore, faisant couler le sang. Et puis, après avoir creusé suffisamment dans sa peau, elle entendit la pointe tomber sur le sol. C’était un soulagement, bien que sa patte fût décorée d’un joli trou et qu'elle subissait toujours l'allergie.

Léchant ses babines, la louve se redressa, boitant légèrement. Où était l'homme ? Elle aperçu une ombre un peu plus bas, et n’hésita pas un instant avant de foncer dans sa direction. La bête se jeta sur lui, l’écrasant de ses lourdes pattes, et le surplombant de toute sa hauteur. Elle ouvrit grand sa gueule au niveau de son visage, grognant férocement, comme pour le menacer.

Il voulait chasser une lycane ? Cet elfe était tout simplement fou, elle allait le réduire en miette ! Un cerf ne suffisait pas à calmer la faim d’un loup de cette taille… elle en demandait toujours d’avantage, et ce type avait l’air appétissant (bien qu’un peu maigrichon). Orlaithe l'agrippa sauvagement à l’épaule, et le jeta de toutes ses forces dans la pente de la falaise. Le jeu ne faisait que commencer, mais qui serait la proie à la toute fin ? Si par malheur il se faisait mordre, son sang serait contaminé, et seul la mort pourrait l'empêcher de devenir un monstre. Ce serait plutôt amusant... lui, qui détestait tant son espèce, et qui serait forcé d'être comme eux! Allez, prend tes jambes à ton cou et va t'en d'ici avant de le regretter...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Dim 15 Déc - 23:34

Une course effrénée c'était lancée dans la neige et la roche glissante, Orodreth trébucha à de nombreuses reprises, manqua de chuter au fond d'une faille à la bouche béante dissimulée par la neige et la brume. La précipitation de sa course lui faisait prendre des risques inconsidérés, bafouant les règles de la plus élémentaire prudence. Mais malgré sa course frénétique il sentait bien que l'écart se creusait entre lui et sa proie, elle semblait l'avoir distancé et ce malgré son empoisonnement à l'argent. Le métal ne devrait pas faire pleinement effet avant quelque temps étant donné le peu d'argent que constitue une pointe de flèche. Cependant plus la poursuite durerait et plus la lycane serait affaiblie, il lui fallait être patient et attendre que l'argent atteigne un organe vital, là il ferait plus de dégâts. Mais voilà, son envie dévorante de mettre fin à une existence de violences bestiales le poussait à ne pas prendre ce détail en compte, à tenter de rattraper sa proie le plus vite possible.

Cette hâte le conduisit dans les pattes griffues de la bête qu'il traquait avec tant d'ardeurs. Elle jaillit de la brume au-dessus de lui. La fatigue, le froid glacial et son imprudence semblaient avoir émoussé les sens de l'elfe pour qui la surprise fut totale. Il ne put rien faire, il fut plaqué au sol avec violence, sous cette montagne de muscles et de férocité il ne pouvait à peine bouger. La gueule béante de l'animal hurla toute sa rage devant son visage paniqué. Il était mort, comment avait-il pu être si idiot ? Comment avait-il pu en arriver là, sur le point de se voir ôter la vie par ce ... cette chose ? Mais avant d'avoir d'autres remords la lycane fit une erreur, elle ne le tua pas. Elle le précipita avec une force inouïe en contrebas de là, dans une pente abrupte. Au premier choc sur la roche enneigée l'elfe senti une douleur aiguë lui poignardant le côté, l'air de ses poumons s'échappa en un instant et le craquement morbide d'os qui se brise retenti à ses oreilles. Lorsque sa chute prit fin et qu'il tenta de se redresser sur ses jambes il prit conscience qu'au-delà d'une côte cassée, tout son corps lui faisait souffrir le martyre. Il tituba quelques mètres, jetant un œil autour de lui de façon régulière, avant de réussir à se redresser complètement. Un rapide inventaire le rassura, comme par miracle ni son arc ni ses flèches ne semblaient brisés. Aussi il dégaina, arma et banda presque dans un même mouvement, ses bras le brulaient lorsqu'il tira sur la corde, son souffle douloureux peinait à stabiliser sa visée. La louve était loin et le brouillard ne se dissipait que lentement cependant un bref instant après qu'il ait lâché la corde Orodreth put entendre le choc de sa pointe d'acier dans la chair de la lycane. Une deuxième suivit presque aussitôt mais celle-ci alla rebondir sur la pierre froide de la montagne. Ces deux tirs rapides avaient encore davantage affaibli l'elfe. Le temps était venu de fuir à son tour, de courir aussi loin que possible du monstre qui semblait vouloir jouer avec lui.

D'un regard désespéré il fouilla les proches alentour. À une petite centaine de mètres de là un petit bois d'un vert grisâtre s'accrochait à une pente douce. La brume semblait plus épaisse entre les troncs étroits de ses pins agrippés au flanc de la montagne. Son salut était là, sous le couvert de ses arbres Orodreth aurait une chance de survivre, et peut-être même de tuer son adversaire. Après une course difficile durant laquelle il dut à plusieurs reprises se soutenir de ses mains pour ne pas tomber, l'elfe put respirer l'essence parfumée des pins tout autour de lui et caresser leur écorce rugueuse. il s'enfonça un peu dans le bois avant d'entamer une escalade qui le conduis aux réconfortants abris des branches. Là, en hauteur, dissimulé au cœur des arbres, derrière leurs aiguilles, il pourrait surprendre la louve. Invisible dans la forêt il avait ses chances. Ose, ose me suivre lycan et je te promets que tu te souviendras toute ta vie de cette chasse, si tu en sors vivante ....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Mar 17 Déc - 23:02



Qui de nous deux sera la proie ?

Avec Orodreth Alcarin

L’elfe avait fait preuve d’imprudence et s’était fait prendre par surprise. En effet, la lycane s’était jetée sur lui et l’avait précipité dans la pente de la falaise. Les os de son agresseur craquèrent, et son corps tout entier semblait souffrir de cette chute. Il se mit à tituber pendant quelques mètres, et Orlaithe continua de le fixer de ses yeux dorés, analysant chacun de ses gestes. Et puis, il finit par se redresser, et tout de suite, enchaina avec une nouvelle rafale de flèches d’argent. Il peinait à bander son arc, cela s’entendait et se voyait, mais pourtant, il réussit à toucher la louve… par chance, toutes ne firent pas le même trajet, et échouèrent un peu plus loin. La flèche s’était plantée dans l’épaule massive de la bête, et tandis qu’elle reprenait son souffle, l’elfe en profita pour fuir.

Orlaithe releva tout de même le regard afin de voir où son ennemi fuyait, et avança dans cette direction, subissant toujours l’allergie dans son sang. Très vite elle arriva au petit bois, qui s’accrochait à la pente douce de la montagne. L’elfe était caché là, dans la brume épaisse. Il était conscient que dans les branchages, il ne craignait rien, et qu’il aurait la chance de surprendre Orlaithe. Il était donc invisible, ou presque, car l’odeur ne trompait pas.

La lycane pénétra donc dans les bois, méfiante, et blessée. N’y voyant rien, elle se servait principalement de son odorat pour trouver son ennemi. La neige craquait sous ses pattes, et sa respiration se faisait de plus en plus forte. L’argent contaminait son sang, et si elle continuait cette chasse, elle pourrait bien y passer. L’odeur se faisait sentir peu à peu, et soudain, son instinct lui cria de ne plus avancer. L’elfe n’était plus très loin, et peut-être était-elle à porter de tir. Elle n’avait plus vraiment le choix, soit elle courrait droit sur lui pour une dernière attaque, soit elle restait là à attendre qu’on lui tire une flèche en plein cœur.

La louve hurla de toutes ses forces, déchirant le silence de mort qui régnait dans les montagnes de Salvaniàh. L’elfe avait probablement compris ce qui allait suivre, car d’autres flèches filèrent dans l’air. Orlaithe parvint à en éviter, mais une d’entre elles lui transperça l’oreille, atterrissant plus loin derrière. La bête s’était tout de même mise en route, car elle courrait à une vitesse hallucinante, tout droit jusqu’à l’arbre. Baissant la tête, elle fonça dessus, le déracinant complètement ! Le jeune homme qui s’y trouvait dû sauter à terre pour ne pas subir le choc.

Ils étaient donc là, face à face, comprenant que tout allait se jouer maintenant. Et puis, pour toute attente, Orlaithe se roula au sol, vulnérable. L’argent l’avait beaucoup affaibli, et sa forme lycane prenait fin. En quelques secondes, tout son corps se brisa, et pour finir, c’est une femme complètement nue qui apparu étendue dans la neige. Elle redressa la tête, croisa le regard de l’elfe, et semblait alors complètement perdue. Elle n’était pas effrayée, car c’était une guerrière, mais elle saignait, et elle n’avait pas d’arme. La flèche coincée dans son épaule n'était toujours pas retirée, et elle devait à tout prix trouver une guérisseuse! Qu'allait-elle faire pour se sortir de cette situation ? Comment se défendre à présent ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Mer 18 Déc - 19:43

À l'abri parmi les branches et les aiguilles Orodreth prit le temps de souffler un instant, son côté était douloureux et respirer lui était pénible. Il lui faudrait sans doute des mois de convalescence avant que sa cote ne se ressoude correctement. Accroupi sur une branche solide, adossé au tronc, la tête étirée en arrière, il se concentra, essayant de se calmer, de chasser la douleur de ses muscles. C'était peiné perdue, tous ces muscles le brulaient, lui hurlait d'arrêter tout effort. En son for intérieur il savait qu'il ne tiendrait plus très longtemps à ce rythme, que la chasse devrait rapidement en arriver à sa conclusion sinon il n'aurait plus aucune chance. Profitant de ce bref instant d'accalmie, l'elfe sortit quelques pointes d'argent de sa besace. Il constata qu'il ne lui en restait guère, bientôt il lui faudrait s'en procurer de nouvelles, d'une manière ou d'une autre. Il enchâssa chacune de ces têtes sur une flèche nue et disposa ses maigres munitions à portée de main.

Plus bas, un léger craquement retenti, surgissant de la blancheur spectrale de la brume, la lycane s'avançait, le museau levé et à l'affut de toute odeur. Il n'y avait plus de temps à perdre, Orodreth savait qu'il ne serait plus invisible très longtemps. Aussitôt il se prépara à tuer, conscient que seule la première flèche avait besoin d'être précise. Si celle-ci ratait sa cible les suivantes ne seraient pas plus chanceuses avec plus de précision. Après le premier tir, la vitesse d'exécution des suivants serait son meilleur atout. Or donc Orodreth visa le coeur de la bête, la pointe scintilla une fraction de seconde sous un rayon de soleil qui perçait le ciel laiteux avant de s'envoler vers sa cible. C'est à toute vitesse qu'elle s'enfonça dans le sol, là où, quelques secondes plus tôt, se trouvait la lycane. Trois autres traits suivirent aussitôt les uns derrière les autres, sifflant dans l'air une menace stridente. Toutes allèrent se planter dans le sol où elles vibrèrent un instant. Une seule d'entre elles blessa, elle avait traversé l'oreille de la louve, mais comme les autres, elle finit sa course mortelle la tête enfouie sous terre.

Malheureusement le monstre l'avait repéré et chargea à une vitesse ahurissante dans sa direction. L'imposante masse de la bête heurta le pin dans un choc violent qui déstabilisa sans mal l'elfe caché dans ses hauteurs. L'arbre en fut ébranlé jusqu'au tréfonds de ses racines et fut déraciné par la force inhumaine de la lycane. Il s'Abati au sol dans une pluie d'aiguilles et le fracas des branches qui se brisent. Orodreth eut tout juste le réflexe de sauter avant d'être broyé entre bois et Roche. Il se retrouva le nez au sol après une chute qui réveilla encore davantage les multiples douleurs hurlant çà et là leur alerte dans tout son corps. Il se releva, tant bien que mal et s’apprêtait à armer un nouveau tir lorsqu'il se rendit compte que son arc lui avait échappé dans la chute. Il gisait là aux pieds d'une louve enragée. Alors qu'il se demandait comment il pourrait l'emporter, Orodreth constata, étonné et écœuré, que son adversaire se transformait à nouveau au son morbide d'os et de chair qui disloquent. Elle était là, sous ses yeux, nue dans tous les sens du terme, sans défenses, faible et sans rien pour se protéger. L'elfe se redressa lentement, saisi la garde de son épée dans son dos et dégaina. L'acier elfique chanta une plainte aiguë en sortant de son fourreau. Dans la main du chasseur, la lame au tranchant impeccable malgré les siècles passés à tuer et massacrer, réfléchissait les quelques maigres rayons lumineux qui perçaient entre les arbres. En un instant, faisant fi de ses maintes douleurs, il bondit en avant, prêt à frapper. Il était arrivé sur la jeune femme à toute vitesse, prêt à distribuer la mort, lorsque, au moment de frapper, il fut foudroyé sur place.

- Inwë ...


Ce nom à demi chuchoté qui lui avait échappé, perçant le tissu lui couvrant la bouche pour se perdre au coeur des brumes du petit bois. Ce nom, celui de son amour, celui de sa femme. Devant lui, à quelques centimètres d'une lame en suspend, il y avait Inwë. Maintenant qu'il était assez près pour la détailler il pouvait reconnaitre ses yeux, sa bouche, ses longs cheveux, le teint de sa peau, la courbure de ses seins, de ses hanches, son air fier, son allure sauvage. Il était là, pétrifié d'incompréhension, ses yeux écarquillés, ne remarquant pas les oreilles humaines et les grains de beauté diffèrent de ceux de sa défunte femme. Hagard, il tituba en arrière, son arme tomba lourdement au sol, sa bouche masquée bafouillant maladroitement.

- Ce ... Celà ne se peut . Tu es morte, ils ... ils t'on tuée, je t'ai vu mourir, j'étais là, je te tenais dans mes bras lorsque tu es morte tu ... tu ...


Ses pensées désordonnées, emmêlées les unes aux autres le paralysèrent là, sous les yeux de celle qu'il pensait être son amour perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Jeu 19 Déc - 23:37



Qui de nous deux sera la proie ?

Avec Orodreth Alcarin

L’elfe se releva, s’apprêtant déjà à armer son arc, mais malheureusement pour lui, il l’avait échappé dans sa chute. En effet, l’arme se trouvait aux pieds d’Orlaithe, désormais sous sa forme humaine. Elle ne pouvait s’en servir sans flèche, et à vrai dire, ce n’était pas ce qu’elle maniait le mieux. Ainsi donc, elle était désarmée, et nue dans la neige. Son ennemi allait sans aucun doute profiter de sa vulnérabilité et lui ôter la vie… il s’avança vers elle, épée en main. Alors qu’il courrait vers la jeune femme, elle ferma les yeux, prête à sentir l’acier elfique trancher son corps. C’était la fin pour elle. Que cela pouvait être triste pour une guerrière de mourir de la sorte…

« Inwë ... »

Un chuchotement, un nom. L’elfe venait de parler, désemparé. Il avait stoppé net son épée, détaillant Orlaithe avec amour et incompréhension. Il se mit à tituber, et laissa même tomber son arme sur le sol. Une réelle chance pour la lycane, qui jusqu’à présent n’avait plus aucun espoir. Pour autant, elle haussa un sourcil, l’air étonné.

« Ce ... Cela ne se peut. Tu es morte, ils ... ils t'on tuée, je t'ai vu mourir, j'étais là, je te tenais dans mes bras lorsque tu es morte tu ... tu ... »

« Quoi ? »

Ce fut le seul mot qui sortit de sa bouche. Il lui avait échappé. Orlaithe ne comprenait plus rien à la situation. Etait-elle entrain de rêver ? Etait-elle morte ? Cet elfe la prenait pour quelqu’un d’autre, probablement son amour perdu. Elle analysa rapidement ces mots, et comprit qu’elle ne devait pas répondre au hasard. Elle devait se sortir de là, et surtout, ne pas le contredire. De plus, une épée de choix gisait dans la neige, et elle pouvait s’en emparer !

La femme se releva, sans la moindre honte. Ses cheveux tombaient sur sa poitrine et venaient chatouiller son nombril, ses mains cachaient légèrement son intimité, et son regard, restait plongé dans celui de son interlocuteur. Ainsi, la femme qu’il avait aimée autrefois lui ressemblait. Le pauvre s’imaginait la revoir, alors qu’elle était tout, sauf sa bien aimée. Elle était depuis toujours une lycane, et le serait jusqu’à sa mort.

« Qui m’a tuée ? » dit-elle sérieusement.

A vrai dire, Orlaithe avait envie d'en apprendre un peu plus. Il y avait bien une raison pour qu'il déteste sa race. Jetant un regard à l’épée, elle serra son poing, essayant de garder son calme. Elle ne devait pas oublier son but premier : prendre l'épée, et fuir d’ici. A cette heure, elle ne pensait même plus à le tuer, elle voulait simplement rentrer et se soigner. L’argent l’avait vraiment affaibli, elle tenait difficilement debout...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Ven 3 Jan - 21:48

La beauté sauvage de la lycane lui rappelait son épouse et l’aveuglait encore un peu plus qu’il ne l’était déjà. Son esprit était embrouillé, perdu dans un dense brouillard de pensées anarchiques. Sous le choc il arrivait à peine à organiser sa pensée et à s’exprimer.

- Eux … Ces bêtes immondes, elles t’ont tuée, je t’ai vu te faire … te faire égorger par l’un de ces lycans abject.

Dans sa tête les images affluaient, les horreurs de la guerre qui avaient marqué sa psyché, la mort de sa femme,  brutalement déchiquetée par une mâchoire fétide et inondée de sang. Les larmes vinrent perler aux coins de ses yeux, il resta ainsi perdu le regard dans le vide quelques secondes.

- Tu es morte dans mes bras, j’ai assisté à ton enterrement … Comment peux-tu être devenue une de ces … créatures ?


Des centaines d'années durant il avait chassé, traqué et tué. Sans relâche il avait poursuivi sa quête meurtrière, comme pour expier une faute, celle de n'avoir pas pu empêcher la mort de son aimée. Il avait d'ores et déjà mi fin à d'innombrables vies, il ne comptait désormais plus les trop nombreuses existences anéanties par sa main. Mais il lui semblait ne jamais être rassasié, que jamais il ne pourrait racheter sa faute, alors il tuait, il tuait et tuait encore depuis des dizaines, des centaines d'années. Les meurtres, pas plus que le temps ne parvenait pas à combler le vide sidéral en lieu et place de son coeur et petit à petit l'elfe s'était enfoncé dans la folie. Sans aucune pitié il avait massacré lycan après lycan, violant la vie qu'il avait autrefois respectée par-dessus tout. Cette interminable errance dans ce purgatoire de violence l'avait transformé, à tel point qu'il se sentait au fond de lui indigne de l'amour que lui portait jadis son Inwë et pourtant ne pouvant se résoudre à laisser les monstres hybrides vivre en paix, pas après ce qu'ils avaient fait. Ainsi il avait suivi ce cycle de violence et d'autodestruction sans fin année après année.

- Je suis désolé Inwë, je suis tellement désolé ... Tu as toujours été la plus forte de nous deux et je n'ai pas su te protéger comme je l'aurais du ... Je les aient laissé t'arracher à la vie.


D'un geste incertain, l'elfe essuya les quelques larmes qui s'étaient aventurées sur ses joues sales.

- Je sais, tu ne me reconnais pas, comment le pourrais-tu ? Je ne serais plus jamais le même, mais comment le pourrais-je sans toi à mes côtés ? Mais au moins te vengerais-je, je leur ferais regretter mille fois leur ignominie mon amour, puisses-tu un jour me pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   Dim 2 Fév - 18:45



Qui de nous deux sera la proie ?

Avec Orodreth Alcarin

L'elfe qui se tenait face à elle n'était plus du tout le même. Il n'arrivait pas à organiser ses pensées, il divaguait totalement, la prenant pour son épouse passée.

« Eux … Ces bêtes immondes, elles t’ont tuée, je t’ai vu te faire … te faire égorger par l’un de ces lycans abject.»

Orlaithe serra doucement son poing dans son dos. Elle n'appréciait guère se faire traiter de "bête immonde" par cet homme ridicule. La meute tuait pour manger, bien que parfois, ce soit par simple rage. Ainsi, la femme dont il parlait était morte de la griffe d'un lycan. Orlaithe ne pouvait pas vraiment comprendre ce que ressentait son interlocuteur, elle ne s'attachait à rien n'y personne. Entendre les mots doux de cet elfe lui donnait presque envie de vomir, et lorsque ses yeux se mirent à briller, s'en fut trop. Elle détourna le regard un instant, inspirant une grande bouffée d'air.

« Tu es morte dans mes bras, j’ai assisté à ton enterrement … Comment peux-tu être devenue une de ces … créatures ?»

Orlaithe ne répondit pas. Elle n'avait pas encore récupérée l'arme à ses pieds, et lui révéler la vérité ne serait pas la meilleure chose à faire pour le moment. Elle comprenait mieux pourquoi il l'avait pourchassé plus tôt. Ce type traquait sa race depuis la mort de sa bien aimée, une sorte de vengeance. En tant que guerrière des Karaths, elle ne pouvait permettre qu'un être humain tue sans relâche ses confrères. Ces massacres ne valaient pas la vie d'une simple femme. Et puis, tout le monde doit mourir un jour ou l'autre, alors à quoi bon s'appitoyer sur son sort ?


« Je suis désolé Inwë, je suis tellement désolé ... Tu as toujours été la plus forte de nous deux et je n'ai pas su te protéger comme je l'aurais du ... Je les aient laissé t'arracher à la vie. » dit-il en essuyant ses larmes. « Je sais, tu ne me reconnais pas, comment le pourrais-tu ? Je ne serais plus jamais le même, mais comment le pourrais-je sans toi à mes côtés ? Mais au moins te vengerais-je, je leur ferais regretter mille fois leur ignominie mon amour, puisses-tu un jour me pardonner. »


Il était trop tard pour l'elfe, Orlaithe avait bondit sur l'épée pendant qu'il essuyait ses yeux humides. En fait, lorsqu'il prononça son dernier mot, elle était juste devant lui, la lame pointée vers sa gorge. Le pauvre ne devait rien comprendre à la situation... mais elle allait être un peu plus claire.

« Quel piètre chasseur fais-tu. Ton amour t'aveugles et te rend faible, je ne suis pas Inwë. Mon nom est Orlaithe Brydia, lycane de pure souche. Les gens comme toi, je les dévore au petit-déjeuner. Tu te prends pour un purificateur ? Tes mains sont encore plus souillées que les miennes. Ta pauvre femme se retournerait dans sa tombe en te voyant! » dit-elle avec sérieux.« Tu ne peux en vouloir à ma race lorsque la tienne à fait couler le sang autant que nous. Mais fait comme bon te semble petit elfe, poursuit ta route de vengeance et de solitude. Sache qu'un jour, tes choix te mèneront à ta perte. Les lycans ne perdront pas, je ne perdrais pas! Je pourrai répandre ton sang sur la neige si je le souhaitais... »

Orlaithe vint toucher la peau de l'elfe du bout de l'épée. Elle appuya un peu, rien qu'un peu pour voir son sang perler. Elle ne comprendrait jamais tout ces gens et leur amour. C'était un sentiment écœurant et inutile. La bête qui l'habitait ne connaissait que la rage et le désir d'obtenir toujours plus.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui de nous deux sera la proie ? [pv Orodreth]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» [Mission D] - Nous deux, c'est pour la vie !
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Le premier de nous deux qui l'aura aura une tapette (Grifter)
» → A nous Deux ma Mignonne ♦ pv jolie Alice ←

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-