Partagez | 
 

 Senjah de Riev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Senjah de Riev   Mer 27 Nov - 16:26











Senja de Riev
2763 ans . Maderas . Electron libre . Manipulatrice . Aetarh. Heterosexuelle .



L’éternité a un prix, celui de la lassitude. On ne vit jamais aussi longtemps, que pour pouvoir perdre encore et encore tout ce qu’on chérit. Et quand autour de vous tout se meurt, vous laissant intact, c’est votre capacité à vous émerveiller qui disparait, alors même que vous finissez par connaitre tout ce qu’il y a à savoir sur ce monde. Pourquoi les Maderas sont-ils si cruels ? Parce que la vie l’est avec eux, et Senjah n’échappe pas à cette règle.

Un esprit de vengeance. Voilà ce qui qualifie Senjah avec le plus de justesse. S’il n’avait fallu qu’un mot, c’eut été celui-là. Mais comme tout être vivant, Senjah est plus complexe que ce simple résumé. Douce et maternelle, froide et calculatrice, cette femme à plusieurs visages si bien qu’il semble assez difficile de recueillir un avis général la concernant. Mais si elle peut être d’agréable compagnie, il apparait que tout ce qu’elle fait sert un but précis, ou presque. Trahit par les hommes auprès desquels elle vivait, elle a juré de leur prendre ce qu’ils ont de plus précieux : leur tranquillité.

Sa rancœur est tenace, et les hommes sont bien la race qu’elle exècre le plus et qui constitue la majeur partie de ses proies. Toutefois, elle a suffisamment de discernement pour ne pas les mettre tous dans le même sac. Il y a les utiles, et les autres. Deux types de proies, ceux qu’elle aime, et ceux qu’elle n’aime pas.  Le second type, le plus nombreux constitue le bétail duquel on se nourrit, parce qu’il faut bien manger et pour lequel il n’y a pas de compassion ni même de ressenti. Mais parfois, certaines personnes sortent du lot et se créer un lien passionnel, mélange d’affection et de haine, un lien puissant et délectable. Ceux-là peuvent compter sur Senjah. Elle les mènera au plus haut, rendra leur vie exceptionnelle, parfois même à leur insu. Mais leur âmes lui appartienne, à n’en pas douter, sur des années, elle aura tissé sa toile autour, et c’est dans ses bras que ces êtres finissent leur vie.

De fait, elle ne laisse personne la connaitre ou la touchée suffisamment pour se dévoilée, de crainte de laisser apparaitre ses faiblesses, utilisable contre elle.  Contrairement à la plupart des Maderas, Senjah n’as pas d’inclinaison particulière pour la cruauté, cependant, il ne vaut mieux pas la provoquer chez elle, car alors elle peut redoubler d’ingéniosité pour briser les consciences.  Si elle semble assez dure et peu encline à la pitié, elle a un profond respect pour la vie, et surtout les jeunes âmes qu’elle considère comme innocente. Elle respecte la vie, mais aussi le fait de la prendre, elle n’as donc aucun problème à côtoyer toute sorte d’individus plus ou moins louche.  Mais quand on la croise, c’est l’aspect d’une femme terrible qu’elle laisse entrevoir.

Alliée de personne, si ce n’est d’elle-même, elle n’a pas peur d’employer les grands moyens pour résoudre les grands problèmes, quitte à devoir sacrifier de nombreuses personnes. Et pourtant, pour celui qui parvient à percer à jour sa vraie nature, elle se révèle d’une très grande loyauté même si la mort est toujours au bout du chemin parcourut avec elle.

Si sa stature physique n’en fait pas une femme menaçante, son regard comme son ton en ont refroidit plus d’un. Il exhale de sa posture et de son attitude une certaine puissance, ou du moins la certitude qu’elle fait partie de ces femmes de pouvoir, qu’on ne gagne pas à avoir contre soi et qui peuvent faire basculer tout votre monde.




D’une hauteur respectable d’1m 76, Senjah à l’apparence d’une femme tout ce qu’il y a de plus humaine. Assez fine et élancé, sa musculature peu apparente témoigne d’une vie avec peu d’effort. Elle n’a ni la carrure d’une combattante, ni celle d’une travailleuses des champs.  On lui prêterait volontiers des ascendances nobles, de par ses mouvements appliqué, son phrasé et son port de tête altier. Il n’en est toutefois rien.  

Ses longs cheveux noir et bouclées tombent en cascade sur son dos, chatouillant ses omoplates par leur longueur. Ils semblent ne jamais avoir été attachés ou retenu. Ils encadrent un visage au grain fin et aux traits bien dessinés. Les yeux sont les fenêtres de l’âme, et ceux de Senjah, d’un gris cendré, semblent avoir vu milles mort. Son regard est perçant, et inquisiteur et il n’est pas rare que les gens détournent le leur quand elle leur tient tête. Ils reflètent une grande connaissance, mais aussi une grande menace, peu perceptible dans le reste de son physique et d’autant plus inquiétante que son regard peut être froid.

Peu attacher aux modes, Senjah a appris à adapter sa tenue en fonction de son environnement, s’il est plus évident de se faire accepter aux seins des cours humaines en se faisant passer pour une noble, vêtue de longue robe aux soies chatoyantes, il semble bien plus adapté d’enfiler un pantalon pour vivre entouré de combattant et monter à la tête d’une armée.

Toute en souplesse, bien plus qu’en force, Senjah porte toujours sur elle une dague d’os, qui en témoigne sa couleur partiellement brune, a déjà servi plus d’une fois. Ses mains, comme le reste de son corps gardent d’ailleurs la trace d’anciennes cicatrices diverses. On ne peut pas vivre des millénaires sans jamais se blesser…




Une vie

Quand on est éternel, vivant parmi le commun, il est difficile de ne pas éveiller les soupçons et l’envi, la colère de ceux qui vous observe. Quand tout autour de vous, la vie se flétrie, alors que vous restez éternellement jeune, difficile d’éviter les accusations légitimes de sorcellerie. Alors pour vivre en paix, il est nécessaire de voyager. Ne reste jamais plus de 20 ans au même endroit, elle l’avait appris de sa mère. Un renouveau à chaque fois. Tout perdre pour tout reconstruire. Perdre ses repères, ses connaissances, de crainte de voir ses amis, ses voisins se saisir de fourches et de torches et ne vous brule parce que vous êtes différentes et que vous leur faite peur…  Une peur légitime, bien que surfaite. On ne mange pas là ou on dort… Un élément évident pour la survie.

C’est dans le petit village de Riev, non loin de Racium, une bourgade dont le nom à aujourd’hui été oubliée, phagocyté par l’étendu de plus grosse villes ; que Senjah avait décidé d’établir son domicile il y a de cela plusieurs centaines d’année. Arrivée seule, un enfant au creux des bras elle y avait été reçut avec méfiance dans un premier abord. La méfiance qu’on réserve a une femme seule, sans époux, une petite fille sous le bras. Puis les choses s’étaient tassées. Senjah le savait bien, les hommes finiraient par la protéger elle et sa fille que ça soit par amitié, ou pour gagner ses faveurs.

Et la vie continue, aux alentours, des gens disparaissent, on parle d’un monstre qui rode, l’imaginaire commun alimente la rumeur, et c’est une bête immense et sordide qui vient prendre les gens dans leur sommeil, qui semble les dévorer de l’intérieur. Mais Riev est épargnée, alors, tout va bien… La petite fille grandit, et sa mère est radieuse.


La promesse

Voilà 9 ans que Senjah s’est installé à Riev. Les boucles blondes de sa fille ont pris l’habitude de courir à travers tout le village. Elle fait partie du décor, elle rayonne comme un soleil et les sourires marquent les visages sur son passage. Mais elle est jeune et ignorante. Ignore qu’elle n’est pas comme ceux qu’elle côtoie et qu’ils ne peuvent pas accepter ce fait. Et le drame survient, un petit garçon est mort, et le soleil ne brilleras plus jamais sur Riev.

Il faut partir, ne pas se retourner. Cette fille et sa mère sont des démons, la foule gronde, criant sa colère, la bouche avide du sang de ces créatures qu’elle veut morte. Et la petite fille pleure, alors qu’un homme bien trop fort pour elle la moleste sur la place. Un piège destiné à débusquer sa mère, car qu’importe sa nature, ils étaient certains qu’elle ne pourrait abandonner sa progéniture. Ils ont raison, alors elle parait, le charme de la mort sur le visage. On la laisse approcher, son nouveau visage dévoilé à ses anciens voisins, ceux-ci peine à se saisir d’elle, comme par crainte de ce qu’elle pourrait leur faire.

Elle murmure des mots, à l’intention de sa fille, agit, comme si la foule n’existait pas. On la menace, elle continue d’avancer. Elle sait de toute façon que ces hommes-là ont déjà pris leurs décisions. Ils l’égorgent devant son regard, alors ses yeux se ferment, laissant couler ses larmes, elle avance toujours, alors l’homme, l’arme encore à la main, maculé du sang chaud recule, pris soudain d’un pressentiment mortifère. Elle serre contre elle le corps mou de cet être qu’elle a tant chéri, tandis que le sang qui coule sur ses vêtements renforce l’impression de créature qu’on lui prête. C’est l’occasion, l’homme va mettre fin à tout cela. Il s’approche l’arme au poing, mais tandis qu’il prétend l’abattre sur celle qui les as tous trahit du simple fait de sa nature, il est projeter contre un mur, tordu par la violence du choc. Les yeux de Senjah se relève, mauvais. Et ils le savent déjà, ils sont tous mort. Un mouvement de recul, elle se relève, le corps de sa fille toujours blottit contre le sien, et leur offre sa promesse.

« Vous avez pris ce qui m’est le plus cher au monde alors je vous le dit. Vous ne connaitrez jamais le repos. Cachez vos enfants, vos femmes, vos trésors. Je vous prendrait tout, je ne vous laisserais qu’une seule chose, une chose qui vous tortureras toujours. L’espoir. Je vous anéantirais, et j’attendrais que vous vous reconstruisiez. Vous aurez de nouveaux enfants, de nouvelles maisons et alors même que je ne serais plus qu’une légende pour faire peur aux plus idiots d’entre vous, je reviendrais, comme le pire de vos cauchemars… Je vous maudis, vous et les vôtres. Riev et ses habitants sont miens, pour toujours. »

Un massacre. Le village étaient désert, habités par les charognards. Ce furent des marchands qui les trouvèrent, profitant de l’absence de vie humaine pour se remplir les poches. Enfermer dans une cave, une dizaine de personnes, hommes, femmes et enfants, traumatisé par un évènement dont ils ne parvenaient à décrire l’origine. Une furie meurtrière ? Une bête, une maladie… Qu’importe. Le village de Riev sombrerait bientôt dans l’oubli. Et seuls certains pourrait conter à quel point il est maudit.


Une vengeance

Les années ont passés par centaines, faisant taire le nom de Senjah alors même que Riev est devenue le nom d’une petite place, dans une ville de plus grande envergure. On y raconte avoir brulé un couple de sorcière, et que dans leur colère, celles-ci ont emporté l’intégralité des habitants du lieu.

La « sorcière », bien plus vivante que morte a elle beaucoup voyagé, mais si sa peine ne l’étouffe plus, elle ne s’est jamais apaisé, pas plus que sa rancœur. Ses pas l’ont conduit sur une petite ile ou les hommes ont poussés loin de toute autre race et ignore tout du monde. Elle se prend alors à les observer. Voir comment vivent ces hommes qui ne connaissent pas de « monstres ».

Ils naissent, s’élèvent puis meurt, comme tous les autres, l’arme au poing, de préférence. Et voilà que germe une idée, alors que ses hommes vivent pour se combattre, n’y gagneraient ils pas à avoir un ennemis commun ? Ils seraient alors grands. D’autant plus grand si cet ennemi pouvais également être le sien… Alors elle reste, pour apprendre d’eux, de leur coutume, de leur fonctionnement, de ce qui pourrait l’aider à s’imposer parmi eux.

Il y avait ce garçon et son regard clair. Sans comprendre pourquoi, elle jeta son dévolu sur lui. Peut-être parce qu’il lui faisait pensé à son propre enfant, ou parce que malgré son jeune âge elle avait vu une volonté de fer dans son regard alors qu’il avait tenté de protéger sa vie et celle de ses pairs. Ce serait lui, elle le sut dès qu’elle plongea son regard dans le sien, alors que le sang de l’homme qu’elle venait d’égorger pour le protéger maculait son visage. Pas un mot, elle reparti comme elle était venue. Elle attendrait qu’il grandisse. Le temps ne lui manquait pas. Alors elle commença à veiller dans l’ombre sur la vie de son protéger.

Les années passèrent et le temps vint enfin. Alors qu’il défonçait la porte de la petite maison ou elle était installée, prêt à réduire en bouillit ses habitants, il ne lui fallut qu’une seconde pour la reconnaitre. Etait-ce parce qu’elle n’avait pas changé ? Ou parce qu’il le veuille ou non, son âme était désormais lié à la sienne ? Une foule de question l’animais et son esprit de curiosité était à la fois à son avantage, tout comme elle savait qu’il la mettrait en difficulté.

Avec le temps passé, elle avait appris à connaitre les croyances tout comme les ressorts de ce peuple, et elle pris alors le temps de lui expliquer ce qu’elle était. Du moins, ce qu’elle serait pour lui. L’incarnation de son destin. Une messagère des dieux envoyés pour le guider sur cette terre. Il avait été choisi. Qui aurait refusé de se laisser enivrer par un tel discours ? Elle nourrissait sa curiosité, tout en prenant soin de le laisser suffisamment ignorant pour qu’il ait besoin d’elle.

D’abord, il faudrait prendre le contrôle des siens… Puis ils pourraient se tourner vers l’océan. Elle lui apprendrait comment se diriger en haute mer, à l’aide des étoiles pour atteindre les côtes du continent. Il dépassa ses attentes, se saisissant lui-même de ce destin qu’elle lui faisait miroiter, pour le faire devenir réel. Senjah la sorcière. C’est le sobriquet qu’on lui avait donné alors qu’elle commença à s’illustrer à ses côtés. Elle laissa planer le mystère sur sa véritable identité, faisant le choix de ne s’adresser qu’à un nombre restreint des hommes du Khan, ceux dans lequel il avait le plus confiance. Quand certains commencèrent à s’insurger contre sa présence lors des conseils, c’est le Khan lui-même qui régla le problème, proposant à qui le souhaiterais de le défier s’il n’était pas en accord avec ses choix.
Quand à ceux qui faisaient le choix de s’adresser à elle dans leur revendication, les rumeurs sur son compte, ainsi que son aura eurent tôt fait de les dissuader. Après tout, elle ne leur avait apporter que du bon jusque-là…  Sa vengeance était en marche.



Pseudo: /
Âge: 22 ans
Fréquence de connexion: Dépend de mes envies
Un petit commentaire: /
Code du règlement:
Spoiler:
 

© Copyright 2011 - Fiche de présentation : LYLINEE



Dernière édition par Senjah de Riev le Mer 27 Nov - 21:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Senjah de Riev   Mer 27 Nov - 16:44

Je valide !

Comment ça je peux pas ? Ha merde, désoler, l'habitude.
Enfin, je peux quand même confirmer le lien avec ma fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Senjah de Riev   Mer 27 Nov - 17:20

Bienvenue !

Pour moi tout est bon rien à redire :p
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Senjah de Riev   Mer 27 Nov - 18:21

Bienvenue Smile
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Senjah de Riev   Jeu 28 Nov - 15:10

Bienvenue parmi nous!

Ton avatar est vraiment sublime (coup de coeur pour ma part)

C'est avec plaisir que je te dis OUI.
J'aime beaucoup ton style d'écriture, en espérant en profiter lors d'un rp prochainement!

N'oublies pas de t'inscrire dan sles métier pour ton rang ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Senjah de Riev   Jeu 28 Nov - 17:03

Pour le style, j'ai peut d'avoir du mal a le tenir en rp. Il est assez agréable lorsque l'on conte des éléments passés, et peu précis sans aucun détail, mais beaucoup moins aisé dans le feu de l'action... Alors a voir, je m'y essaierait peut être!

J'avais une question par contre, au niveau de la magie, j'ai vu que vous en aviez rajouter, et j'ai pas vraiment compris comment on y accédait (je songe notamment a la magie noire au vu de l'orientation de mon personnage...). Si c'est trop compliquer, je m'en passerait! Mais je me suis dit que ca pouvais renforcer le coté sorcière du personnage...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Senjah de Riev   

Revenir en haut Aller en bas
 

Senjah de Riev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-