Partagez | 
 

 Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Sam 2 Nov - 17:26



Haa… Je venais encore de passer une foutrement mauvaise nuit. Pourquoi ne me foutait-on pas la paix bon sang ? C’était su compliqué à comprendre pour cette bande d’abrutis congénitaux ? Je ne suis pas quelqu’un de sociable encore moins un donneur de plaisir bénévole. Voilà deux jours que je suis à Racium, les gens semblent tous heureux ici, pff, pourquoi je n’suis pas heureux moi ? C’était tellement difficile à comprendre pour ces gens que je n’aimais pas la compagnie ? Non, ils devaient tous venir me voir et me demander de faire quelque chose pour un oui ou pour un non. J’avais déjà accomplit mon dernier travail, je n’avais aucune raison de rentrer. Je n’avais juste pas envie que cette autre guerrière dont le nom m’échappait totalement vienne une nouvelle fois m’ennuyer.  De toute façon je le lui avais promis, la prochaine fois qu’elle viendrait m’importuner, je la tuerais sans une once de pitiés et si elle ferait l’erreur de ramener d’autres avec elle. Alors je serais sans pitiés. C’était si difficile à comprendre que j’avais besoins de mon espace dans ce monde ? Hahaha, quelle histoire amusante après tout. Le pauvre petit Svanheist sans nom qui cherche désespérément des personnes avec qui il pourrait s’entendre… Tellement pathétique.

Je me trouvais dans ma chambre pendant la  nuit. Je finissais doucement cette introspection lasse et rageuse allongé sur mon lit, le bras par-dessus les yeux. J’avais deux belles marques sur la joue, et je serais probablement marqué à vie, ça m’apprendra à épargner mes ennemis. Je regardai finalement par la fenêtre, ce soir je n’étais pourtant pas plus sociable que d’habitude, mais je ne savais pas, j’avais besoins de suivre mes instincts primaire, j’voulais comme… Me battre, me gorger de viande et peut-être même trouver une compagne pour la nuit. Tout ça me semblait une bonne idée en fin de compte. J’avais passé une journée épuisante à travailler pour le compte d’un autre noble de pacotille qui désirait que je chasse et abatte un voleur qui semblait lui avoir volé de l’argent. C’était un serviteur ou un truc du genre. Enfin bref, j’n’avais même pas eu besoin de dégainer mon épée que je lui avais déjà arraché la gorge entre mes doigts. J’aurais surement du écouter ce qu’il avait à me dire, mais je n’étais malheureusement pas payé pour écouter ma conscience. Pauvre bougre, il n’avait vraiment pas eu de chance que ma réputation avait atteinte son ancien maitre. Enfin bref. La nuit était déjà bien prononcée dans le ciel alors que je fermais ma chambre derrière moi, je descendis tranquillement l’escalier et me prit la porte de l’auberge. Il n’y avait pas d’ambiance dans cette auberge, c’était pour ça que je l’avais choisis, personne n’aurait idée de venir me chercher ici. Je pris finalement la route d’un endroit qui me paraissait plus animé, plus vivant. J’entrais dans le bar et sentit quelques femmes détourner leurs attention vers moi. J’avais laissé ma lame près de la fenêtre au cas où et je ne portais que mon long manteau ouvert un genre de vêtement composé de bandages, dévoilant mon tatouage. Hmm, mouais, j’aurais préféré faire plus sensation que ça mais ce n’est pas grave. Je pris route vers le bar et m’y accouda. « Ce que vous avez de plus fort. » L’homme me servit un verre d’un liquide ambré, probablement du bon Whisky, peu importait, j’voulais boire quelque chose de fort et voir s’il n’y avait pas un imbécile capable de vouloir tenter de me prendre la tête, je ne pensais pas tomber sur plus fort que moi ici en tout cas. J’aurais probablement mieux fait de faire une halte dans la ville d’à coté. Finalement une jolie femme blonde vint poser sa main sur mon bras pour me proposer ses services, tiens je n’savais pas qu’il y avait des racoleuses ici, m’enfin dommage pour elle, je ne payais pas pour des nuits en bonne compagnie.  Non, je trouvais une proie et je me l’appropriais. « Je ne paierais pas pour votre plaisir. » Le message était passé et la femme sembla toute émoustillée, s’était probablement parce qu’elle ne devait jamais se faire refuser souvent mais je ne désirais pas jouer avec pas plus qu’avec une autre des femmes de ce bar, je préférais attendre que mieux se présente.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mar 5 Nov - 23:40

Que le voyage m'avait semblé long. Il s'agissait pas de là d'une petite semaine de vacances. J'avais passé plus d'un mois sur les routes et une semaine au pays des Elfes. Je soupirais à côtés des deux guerriers qui m'avaient accompagnés. Ils étaient trois à mon départ.
Je repensais avec une tristesse infinie la mort de Mikel. Il était un guerrier fidèle et utile à la meute. Mon coeur se serra et je replaçais mes mèches brunes pour chasser ses vilaines pensées. Ma seule joie résidait dans le fait que la trêve allait fonctionner à merveille et que le Lycan décédé n'avait pas de famille pour le pleurer.

Il n'avait en fait que moi. J'étais sûrement la seule à qui il devait manquer. Je secouais violemment la tête, sous le regard ébranlé et usé de mes hommes qui tenaient mes chiens à bout de bras, presque à deux doigt tant leur force était épuisée.

_ Nous allons passer la nuit ici.

Retrouvant mon visage sérieux et imperturbable, je désignais de mon index droit une auberge qui paraissait plutôt pleine et joyeuse. Autant dire qu'une once de gaieté ne déplairait pas à mes guerriers. Et puis ils étaient des hommes après tout, je ne pouvais négliger leur besoin naturel d'être en bonne compagnie. Il y avait de quoi faire ici.

_ Derk, Paden, Roban, au pied.

Les chiens, heureux, se mirent en rang à ma gauche alors que je leur donner une récompense.

_ Ils dorment avec moi.


Comme toujours. J'étais, tous les soirs depuis deux mois, seule, dans un lit plus ou moins large, en compagnie de deux rottweileur et un berger allemand.
Je souriais à la simple idée qu'il y avait plus romantique en poussant la porte de l'auberge.
Les aboiements des chiens retentirent dans la salle alors que je leur ordonnais de se taire, ce qu'ils firent sur le champ en gobant un morceau de viande.
L'attention de la salle était désormais portée sur mes chiens, mes deux hommes et moi, à mon grand désespoir. Ce qui semblait être le patron s'approcha en gonflant la poitrine, jetant un coup d'oeil à droite, puis à gauche, à l'intention de mes deux hommes que j'entendais grogner.
Je levais la main pour leur intimer de rester calme.

_ Bonsoir. Nous cherchons seulement quelques chambres pour la nuit.

Le patron tira sur son pantalon de cuir en reniflant avant de regarder mes chiens.

_ Ils dorment dehors.

Il repassa derrière le bar alors que je m'y accoudais pour retirer ma capuche. Mes prunelles grisées se plantèrent dans les siennes alors qu'il déglutissait.

_ Ils restent avec moi.

Il ouvrit la bouche avant de la refermer en marmonnant. Je me mis à sourire avant de m'asseoir .

_ Vous ne laisseriez pas une femme toute seule dans sa chambre, n'est ce pas?

Le ton était ferme, appuyer par deux armoires à glace qui ne me lâchaient pas d'une semelle. Il s'empara de deux clés et prit un air faussement désolé.

_ Vos deux gaillards devront se tenir compagnie.

Je retenais un fou rire devant les yeux exorbités de mes lycans avant de me retourner.

_ Je dormirais donc à la belle étoile.

Ce n'était pas plus mal. Mereth et Taran semblèrent soulager avant de jeter un regard paniqué. D'un signe je leur disais de s'asseoir et de ne pas geindre.

_ Trois plats avec un bon morceau de viande et trois pintes de bière, s'il vous plait.


J'avais retrouvé mon visage de marbre en dirigeant mon regard vers les occupants de la pièce. Il semblait y avoir de tout; des femmes de joies, des voyageurs mystérieux, des vieillards, des alcooliques, des filles en quêtes d'amour... Des hommes. Mon flair me dirigea vers quelqu'un installé un peu plus loin à ma droite. Mon flair et mon instinct ne m'avait jamais fait défauts quand il s'agissait des miens.  Je levais mon énorme verre à son intention avant d'en boire une gorgée et de recevoir mon plat, ce qui détourna mon attention vers Mereth qui arborait un visage plutôt tracassé. Je levais un sourcil et n'eus pas le temps de poser la question qu'il prit les devants.

_ Je dormirais ce soir dehors. Je prendrais Paden avec moi.  

Le choix était fait. Je savais que je ne pourrais pas le changer, à mon grand desespoir. Je prenais quelques pièces dans la bourse accrochée à ma ceinture et les lui tendis.

_ Si tu veux de la compagnie ce soir. Tu sais ou sont nos affaires, prends ce qu'il te faut pour cette nuit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mer 13 Nov - 23:17



Spoiler:
 
Je promenais un regard las sur la populace du bar. Mais qu’avaient-ils d’intéressant ses gens ? M’étais-je fourvoyé en pensant que je trouverais quelqu’un d’intéressant ici ce soir ? Où peut-être étais-je trop présomptueux de croire que Racium avait un quelconque intérêt pour moi. Dans tout les cas, je n’avais rien d’autre à faire que de trainer ici. Alors j’allais probablement devoir me faire une raison. Tranquillement adossé au comptoir sur mon tabouret, jambes croisées, les hommes m’évitaient du regard et les femmes gloussaient quand mes yeux se posaient sur elle. Peut-être était-ce le dédain apparent que je ressentais ou alors ces femmes n’étaient pas assez intelligentes pour savoir qu’il valait mieux m’éviter. Je vous laisse choisir les versions qui vous plaisent personnellement, je pense que j’ai pas assez bu pour me décider d’une réponse. Je portais alors le verre de liquide ambré et en buvait une petite gorgée. hmm, un bon whiskey, j’avais raison. Un léger sourire étira mes lèvres alors que je reposais mon coude sur le bar en tenant le verre du bout des doigts. C’est alors que la porte s’ouvrit, le courant d’air apporta les odeurs de l’extérieur à mon nez. Il y avait des chiens, ça s’était une certitude, mais n’étant pas habitué à sentir l’odeur des miens, je ne les eus pas reconnu. Cependant, je peux dire que leurs odeur m’a parut familière ce qui était ma foi un bon début. Une jolie femme, deux hommes et trois chiens entrèrent alors. Le chiens se mirent à aboyer à l’approche du chauve bedonnant qui servait de patron à l’établissement  mais se turent rapidement  à l’ordre de la femme. Cette femme respirait l’autorité c’était étrange. Encore un fait étrange, les deux hommes avec la femme se mirent à grogner. Dire que je croyais être le seul à avoir cette mauvaise habitude mais, le plus amusant, c’était que comme les chiens, ils se turent sous ordre de cette femme.
 
Je détachai alors mes yeux de cette scène et fixa un peu les alentours, tout le monde semblaient subjugués par la scène. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’ils voulaient, et surtout, pourquoi le tavernier avait décidé de faire chier. C’était certes son établissement, mais je ne l’avais pourtant pas vu refuser les deux clodos du coin. Pourtant ils me paraissaient à vu de nez, beaucoup moins propre que les chiens de la femme. La femme demanda alors une chambre pour la nuit ce qui provoqua une réaction clownesque du tavernier. Il remonta son pantalon en cuir sous sa bedaine faisant onduler ce ventre dépassant légèrement de la tunique sous le tablier… Je me retins de rire et prit une nouvelle gorgée de mon breuvage alors qu’il lui disait de laisser les chiens dehors. Le tavernier revint se placer derrière son bar alors que la femme le suivit et s’accouda non loin de moi. Quelque chose dans son parfum me fit alors me sentir bizarre, elle sentait divinement bon, pourtant, elle semblait laisser derrière elle de longues heures de marche. C’était bizarre. Je ne comprenais pas réellement ce sentiment. C’était comme, trouver mon pareil, mais en bien plus jolie bien sure. Les mots de la femme me donnèrent alors des frissons…  «Ils restent avec moi.». Le ton de cette femme, wow, j’aurais su que je me trouvais en présence de l’alpha de la meute j’aurais comprit d’où me venait cette subjugation, mais je pense que dans tout les cas, aussi irrésistible soit-il d’obéir à ses ordres, je n’accepterais probablement pas si facilement l’autorité. C’était ma façon d’être, de rester indomptable, enfin, plus un lourd esprit de contradiction et le besoin perpétuel de faire absolument tout ce dont j’ai envie. Il n’empêchait que cette femme avait un charme et un charisme fou. Et ce n’était pas le tavernier qui déglutissait qui dirait le contraire.  « Vous ne laisseriez pas une femme toute seule dans sa chambre, n'est ce pas? » . Les deux autres guerriers dans son dos se firent plus féroces alors que de mauvaises idées me traversaient l’esprit. Si elle voulait un chien dans son lit ce soir là, j’serais son homme-loup quand elle le voudrait. Bien que si elle le désirait, je ne le lui laisserais pas facilement de toute façon. M’enfin, d’un autre coté j’suis surement trop imbu de moi-même pour me rendre compte qu’elle en aurait rien à faire de moi c’était aussi une éventualité. Dans tout les cas, je trouvais cette entrée en scène intéressante. Le tavernier répliqua avec une remarque qui me fit presque exploser de rire. Remarque j’avais eu envie de me battre toute la journée et le serviteur ne m’avait pas du tout rassasié. Peut-être que ces deux mastodontes me donnerait un défi plus appréciable. Puis ma belle Sans non désirait probablement du sang de meilleures qualités.  .  « Je dormirais donc à la belle étoile ».. La tentation de lui proposer ma chambre s’en vint une nouvelle fois mais elle commanda à manger et à boire avant que je n’eus le temps de parler. Hmm, c’était décevant mais la soirée n’était pas finie.
 
La femme, les deux guerriers et les trois chiens partirent alors se mettre à une table et se firent rapidement servir. La femme sembla alors finalement remarquer ma présence une fois qu’elle fut servie. C’était bizarre, j’eus l’impression qu’elle avait humé l’air avant de finalement poser ses yeux sur moi et de lever sa peinte. Je levais alors mon verre transparent et lui fit un léger signe de tête. Tôt ou tard, j’irais aborder cette femme pour mieux comprendre pourquoi elle me faisait me sentir comme ça. Elle sembla donner quelques pièces à un de ses hommes  mais mon observation fut alors interrompue par mes deux voisins de bar qui discutaient avec le tavernier.  « T’as été bien gentil avec cette femme Yub, mais j’aurais été à ta place, je l’aurais renvoyée comme une malpropre avec ce clébards qui chlingues. » Fit celui juste à ma droite. C’était un type tout maigre avec les yeux un peu globuleux et les cheveux roux fin coupés au bol sur le pourtour de sa tête. Les chiens ne sentaient pas plus mauvais que lui ça c’était clair, il sentait un mélange de purin et de chaux bon marché. Probablement un bâtisseur quelconque. « Tiny a raison Yub. Tu laisses entrer un chien, et le lendemain c’est une cinquantaine qui bave sur ton seuil ! » Le second était tout aussi roux que le premier mais avait une carrure des plus imposantes. A s’y méprendre ils avaient un ait de famille, puis ils sentaient tout les deux la même odeur d’ouvrier. Étonnamment la remarque me fit sourire, savaient-ils qu’ils parlaient à portée d’oreille d’un demi-loup ? Finalement le Barman conclut. « Z’avez raison les Branderbink, j’vais aller les faire détaler sans les rembourser. » Là par contre ça m’amusait moins. Je ressentais comme le besoins de couvrir les arrières de cette femme. Ces trois hurluberlus n’étaient que des humains, moi j’étais un loup dans la fleur de l’âge et ma force était bien plus grande que les leurs.
 

Je vidais le contenu de mon verre et le jetais par terre le faisant exploser derrière le bar près des pieds du tavernier qui me lança un regard féroce. Un large sourire greffé sur les lèvres, je lui saisis le colle et le ramena à moi. Je posais mon front sur le sien et plantait mon regard bleu-jaune dans le sien.   « J’serais toi mon brave, j’ferais pas ça. Pourquoi ? Parce que sinon je te brise tes deux jambes et je te refais la façade façon pas gentil. Alors tu ferais mieux de t’écraser avant que je n’t’écrase. » Le plus grand des deux frère lança son poing en direction de ma tempe mais je tira suffisamment le tavernier pour qu’il prenne le coup à ma place. Le gros Yub, comme il semblait s’appeler, glissa sur son bar et resta inerte sur le bar. Le frère qui m’avait envoyé le premier coup tenta une nouvelle fois de me frapper, j’esquivais alors rapidement le poing mais je fus tout de même touché, une bouteille vite s’éclata sur le coté de ma tête. Le plus petit des deux roux m’avait frappé avec une bouteille vide au moment où j’esquivais. Je sentais le sang commencer à couler sur le coté de ma tête, ma main droite en trouva vite la route et se plaça sous mes yeux. Mon liquide vital avait teinté le bout de mes doigts. Un large sourire carnassier étira alors mes lèvres, mes dents avaient changés de forme, elles étaient… Plus bestiales.  Je me léchais le bout de mes doigts et resserrait mon poing. J’allais abréger ça mon poing trouva le visage de « Tiny » et la frappe fut si forte que le plus petit des deux frères s’envola sur le plus grand et l’assomma de l’arrière de son crâne. Les deux tombèrent à la renverse alors que je m’avançais sur leurs corps à demi conscients. « Les gars, s’il vous plait, respectez vous un peu et allez prendre des douches de temps en temps, parce qu’au cas où vous ne le sauriez pas, ces chiens sur lesquels vous vous amusiez à médire avec tant de conviction, sont très certainement plus propres et mieux odorants que vous. » Je fis quelques pas pour reprendre ma place quand la fille de joie que j’avais précédemment repoussée revenait à la charge se frottant son dos à mon torse. D’un geste négligeant du bras, je la repoussais une nouvelle fois. Je lui fit signe d’aller voir l’armoire à glace qui avait reçu des pièces, peut-être qu’il aurait envie d’elle lui. Je fit quelques pas et releva le visage du barman.  Je lui mis quelques petites baffes pour lui rendre conscience.   « Réveille toi, c’est même pas moi qui t’ais frappé. » Le barman se redressa visiblement choqué, il n’avait pas l’air d’avoir comprit ce qui se passait.   « J’vous conseilles de plus parler bête sur personne dans ce bar parce que j’vous ferais pire qu’à vos deux danseuses rousses. » Le barman jeta un œil aux deux assommés et déglutit. Je fis volte face et fit quelques pas vers une table vide. Puis me tourna une nouvelle fois vers le barman. Je me saisis de quelques pièces d’or et récupéra la bouteille du délicieux breuvage qu’il m’avait servi plus tôt. Je pris aussi deux verres et partit me poser sur la table vide que j’avais repéré. Je servis alors les deux verres et bu un peu du contenu que je me réservais. Je jeta un bref regard invitant à la femme alors que je laissais tomber mon manteau sur le dossier de mon siège et m’y posa ensuite. Mon haut fait de bandage ne laissait que peu d’imagination à la forme de mon corps et ne recouvrait pas mes bras. J’en arracha d’ailleurs un peu plus d’un mètre pour bander la plaie que j’avais sur la tête. Je me saisis d’un autre morceau moins loin que je pliais avant de faire couler un peu du liquide ambré et le posait sur ma tête en grimaçant légèrement.  J’enroulai rapidement la bande sur ma tête et l’attachait derrière mon crâne puis je pris une nouvelle gorgée.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 14 Nov - 1:18

Apparemment, le coin était plutôt.. "ambiancé". Je n'avais pas commencé mon assiette que les filles de joies gloussaient sur mes guerriers.. Je grimaçais en tentant de comprendre ce qui pouvait rendre ce genre de femmes attirantes car visiblement, mes guerriers, qui n'avaient pas vu un bout de chair depuis ce qui semblait être des siècles, étaient particulièrement intéressés. Je levais les yeux au ciel en tripotant la nourriture douteuse qui se trouvait dans le récipient tout aussi suspect. Je n'avais plus faim. Je ne saurais dire s'il s'agissait de l'ambiance déplaisante de cette taverne et de l'air qu'on y respirait ou si c'était tout simplement parce que pintade se dandinait sans gêne ni respect à quelques centimètres de mon assiette.
Je soupirais en repoussant mon plat, qui fut accueilli timidement par Taran. Les loups, des vrais estomacs sur pattes. Je lui souriais. Un sourire presque maternelle, une esquisse bienfaisante et rassurante, qui semblaient toujours faire son effet sur mon peuple. Seulement, ce contacte visuel pourtant très agréable fut stoppé net par un fracas aigu et croustillant; du verre.
Malgré mon ouïe surdéveloppée, je n'avais pas prêtée attention aux paroles des habitués ainsi que celles du Tavernier. J'étais habituée à ce genre de propos depuis sept cents vingt-spets ans, il ne me perturbait plus le moins du monde. J'avais même de la peine pour ces personnes qui ne verraient sans doute jamais plus loin que le bout de leur nez.

Il semblait pourtant qu'il en était autrement pour le lycan qui trainait vers le bar. Taran et Mikel, de leur instinct, s'étaient violemment dressés sur leur chaise alors que les demoiselles qui trônait sur leur genoux préféraient prendre la poudre d’escampette. En plus d'être faciles, stupides et irrespectueuses, elles étaient froussardes comme un enfant devant une énorme araignée.
De nouveau, mon nez se tordit sous la grimace.

Le peuple solidaire que nous étions ordonner presque d'intervenir lorsqu'un de nos semblables avait quelques petits soucis et je dus ordonner sèchement à mes hommes de ne pas lever le petit doigt. Mécontents, l'un parti prendre l'air alors que l'autre patienter au cas ou il pouvait participé à la démolition faciale du Tavernier répugnant.
J'observais curieuse, en tendant l'oreille, un sourire satisfait pendu sur les lèvres.
C'est qu'il se débrouillait plutôt bien. Il était rapide et efficace sans pour autant se fatiguer inutilement. Les remarques cinglantes qu'il s'amusait à lancer par ci par là me firent rire plus d'une fois. Il semblait avoir un caractère aussi attirant qu'impulsif. Qui était généralement caractéristique de nos peuples. Mon grand âge m'avait permis de gérer cela depuis quelques années.

Une fois que les deux rouquins ragoutant trônaient, inconscient, dans une position ridiculement entremêlée un peu plus loin dans la pièce, le lycan fit une dernière mise en garde avant de s'éclipser plus loin avec son verre.
Ses menaces portèrent vite leurs fruits car quelques minutes plus tard, le gros tavernier s'approcha en reniflant bruyamment pour me donner une clef de plus. Sans poser de question, je la tendis au pauvre guerrier qui devait à la base passer sa nuit dehors. Ses doigt fermes et imposants ne mirent pas longtemps à la saisir et il disparut presque aussitôt avec une jolie blonde totalement abrutie.

Je posais de nouveau mes yeux gris perles mêlés de bleu sur ce lycan impulsif. Apparemment , son système de régénération n'était pas au plus haut point. Il se mit un pansement de fortune alors que je levais les yeux au ciel en soupirant. L'herboristerie n'était pas son fort, à celui là.
Je saisissais mon sac pour le poser à côté de lui et sans un mot, je lui retirais le bandage maladroit qu'il avait fait avant de plonger dans mon sac pour y trouver un petit pot abimé. Il contenait un liquide gluant dont l'odeur n'était pas trop désagréable.
Aussi silencieuse qu'il était possible de l'être, je lui appliquais généreusement la pommade sur la plaie avant de m'asseoir en face de lui et de boire une longue et délicieuse gorgée de bière.

_ Merci, mais ce n'était pas utile. Ces crétins n'auraient pas pu me mettre dehors. Taran et Mikel sont aussi persuasif que toi, tu sais. Mais tu en l'air à filer une bonne raclée.

Une nouvelle fois, je portais le verre frais à mes lèvres pulpeuses pour en absorber un liquide sucré. Je me mit à sourire, désolée.

_ Je manque à tout mes devoirs! Je m'appelle Doylana. Doylana Katell.


De nouveau, mon regard se perdit sur les hommes qui trainaient ici. Je ne m'étonnais soudainement plus que les femmes ici le dévore du regard et s'empresse de ce jeter sur lui. Il était le plus agréable à regarder de tous ici.
Ma joue s'enfonça sur la paume de ma main alors que mon coude s'appuyait sur la table. Mes iris se plantèrent dans les siennes, plutôt agréables en passant et un sourire sur fendit mon visage.

_ Tu es un lycan. N'est ce pas?

HJ: J'ai beaucoup aimé ton poste!


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 14 Nov - 15:47



Spoiler:
 

Ralala, ce vieux Siffroy m’avait apprit que l’alcool nettoyait tout, c’était vrais, ça brûlait la plupart des infections malheureusement pour moi, c‘était probablement une méthode plus douloureuse bien que l’habitude m’avait apprit à la gérer. J’aurais revêtit une forme différence cependant, j’aurais probablement pu tout soigner en un clin d’œil, mais j’y tenais pas, non, chaque blessures me rappelaient que je vivais, puis ce n’était pas un cas d’extrême urgence donc je n’avais pas spécialement besoin de revenir au mieux de ma forme. Alors que je reposais mon verre sur la table. Je sentis le doux parfum de la femme se rapprocher, un sourire sur les lèvres, je tournais mes yeux sur elle qu’elle se postait à coté de moi debout. J’n’avais pas remarqué que le gros Yub avait apporté une clef à la femme après que je lui ai remonté les bretelles. D’un autre coté, j’avais remarqué que les deux armoires à glaces et que la blonde agaçante avaient disparut de la salle. Bon au moins elle m’avait compris quand je lui avais fait comprendre de dégager. Après une brève inspection des alentours, j’remarquais que certaines femmes me regardaient avec moins de gêne. Peut-être que la femme qui venait de me rejoindre ferait des jalouses, non c’était un fait, elle en ferait et ce n’était pas pour me vanter, mais à voir le regard de certains hommes qui m’évitait du regard jusque là, j’en faisais aussi. Un sourire étira mes lèvres quand je tournai une nouvelle fois les yeux vers la femme près de moi. Elle se pencha et me retira le bandage que je venais de faire avant de m’appliquer généreusement une pommade sur la plaie, la douleur se soulagea presque instantanément ce qui me fit sourire, l’espèce de pâte visqueuse bien que pas si puante, ne m’inspirait pas réellement, d’un autre coté, j’étais extrêmement bien positionner pour admirer les magnifiques hanches de la femme qui s’occupait de moi. Elle avait du m’entendre, tant mieux, même si je l’avais fait impulsivement, c’était quand même gratifiant de penser qu’elle m’avait remarqué grâce à ça. J’avais presque risqué un œil dans son décolleté mais je n’sais pas, je pense que je voulais me garder ça pour plus tard, après tout la silhouette totale de la femme semblait empreint d’un genre de perfection. Je me demandais ce qui pouvait être cause de ce manque d’objectivités que je ressentais à son égard. En tout cas, maintenant qu’elle était proche de moi et qu’elle m’appliquait la pommade, je le sentais, elle était une louve autant que moi bien que je lui sentais une certaine sagesse qu’il me faudrait probablement plus de temps à acquérir.

La femme finis de m’appliquer la pommade avant de s’asseoir en face de moi et de prendre une gorgée de sa bière. Je poussai le second verre que j’avais préparé pour elle pour lui faire comprendre qu’après sa bière, celui-ci serait pour elle. « Merci, mais ce n'était pas utile. Ces crétins n'auraient pas pu me mettre dehors. Taran et Mikel sont aussi persuasif que toi, tu sais. Mais tu en l'air à filer une bonne raclée. » Pas utile pour elle certes, mais utile pour moi qui ressentais un puissant besoin de me défouler depuis que j’avais quitté ma chambre de l’autre taverne. Elle me sourit et but une nouvelle gorgée alors que j’observais ses magnifiques lèvres. Cette femme décidément se trouvait être des plus intéressantes, elle réveillait presque certains instinct de ma race, comme celui de jouer ou de rester avec les siens. Elle reposa sa peinte et me fit un sourire désolé. Je fronçais les sourcils ne comprenant pas réellement pourquoi il se voulait être désolé, mais d’un autre coté je trouvais ça fort attrayant et incroyablement mignon sur le visage de cette femme… Louve. « Je manque à tous mes devoirs! Je m'appelle Doylana. Doylana Katell. » Ah je comprenais mieux pour le coup. Elle ne s’était pas présentée, cela dit, je ne l’avais pas fait non-plus bien qu’il était vrais que dans cette situation ce fut à elle de s’annoncer en première vu qu’elle m’avait rejoins. Je pris une longue gorgée de whiskey en lui adressant un sourire et un signe de tête. Le regard de la femme sembla vaquer sur les hommes de la femme avant qu’elle ne s’accoude à la table de la plus belle des façons. Elle semblait avoir sondé les environs et il semblait qu’elle n’avait pas vraiment remarqué tous ces humains presque en Ruth qui la fixaient. Ou alors elle n’en avait cure. La seconde option était la plus envisageable. « Tu es un lycan. N'est ce pas? » Un large sourire étira mes lèvres alors que mon œil droit, le jaune se mettait à luire et que le bleu, le gauche lui faisait un petit clin d’œil. Je lui saisis doucement la main qui ne soutenait pas le visage et la ramena à mon visage, je postai sa main sous mes lèvres et sans les toucher, à la façon des royautés, enfin, plus version loup, je lui reniflai les doigts yeux fermés avec un léger sourire. J’étais certes un rustre, mais Siffroy m’avait enseigné les bonne manières, ce qui me permettait généralement de traiter avec des nobles bien que je pensais que cette espèce pompeuse d’homme s’avérait être la vrais plaie du monde que nous connaissions. Je relâchai doucement sa main et ré-ouvrit les yeux avec un sourire enjôleur. « Je suis un lycan. Et vous êtes de loin la plus belle de notre espèce qui m’ait été donné de voir. » Mon sourire s’élargit dévoilant une de mes canines surdéveloppées. Son parfum était divin, son regard était profond, et son corps était empreint de grâce mais pourtant, on sentait que sa fine musculature était puissante, cette femme devait être d’une force incroyable mais contrairement à cette idiote de Walkyrie qui m’avait attaqué quelques jours avant, je ne ressentais pas le besoins de me battre avec.

Finalement je me décidais à lui répondre ce qui vous voulez mon avis, était grand temps que je le fasse. « Eh bien Doylana Katell. Je me nomme Svanheist. Je vous aurais bien ajouté un nom derrière ce prénom mais… Il s’avère que je ne le connais pas. Cela ne me dérange pas réellement si vous voulez mon avis. » Je pris alors une nouvelle gorgée de whiskey alors que je m’appuyais tranquillement sur le dossier de mon fauteuil, je regardais les hommes me maudire du regard et les femme m’inviter silencieusement, ces gens étaient-ils donc des imbéciles, ils ne remarquaient pas que j’étais totalement inaccessible aussi bien sur le plan combat que sur le plan sentimentale. Je tournais alors une nouvelle fois les yeux pour planter un regard amusé dans celui de la femme. « Il semble que vous fassiez des jalouses, comme il semble que certains des hommes présent dans cette salle passeraient bien une nuit avec vous. Au moins le barman et les deux roux avaient compris que vous n’étiez pas à leurs portés. Pour ce qui est d’être utile ou non, je veux bien croire que vos deux armoires à glace vous auraient gardé de partir de ce boui-boui ce soir. Mais je ne l’ai pas totalement fait pour vous. Je l’ai fais pour satisfaire un caprice causé par cet apparent manque de respect et cette apparente ingratitude. » J’allais pas lui avouer que j’avais vu rouge parce qu’il parlaient mal d’elle, non, ça serait trop facile pour cette femme que je rencontrais à peine. Je finis le contenu de mon verre et me resservais aussitôt. Mon ascendance bestiale me donnait une résistance aux effets de l’alcool hors du commun bien que je sentais mes sens tranquillement s’évanouir. Je ne pouvais cependant pas dire si oui ou non cette femme y était d’un quelconque effet. Tout ce que je savais, c’est qu’elle était forte plaisante et que cette nouvelle proximités bien que la table fusse entre nous, me plaisait ardemment. « Alors. Doylana. Qu’est-ce qui vous amène dans un endroit aussi peu glorieux que cette taverne animée mais néanmoins lugubre de Racium ? Ne me dites pas les rencontres parce que je ne vous croirais pas. » Un large sourire étira mes lèvres alors que je faisais un léger signe de tête vers les autres énergumènes de la salle. Décidément, cette femme suscitait chez moi un intérêt nouveau.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 14 Nov - 18:54

Le jeune Lycan me désignai un deuxième verre qui était posé sur la table. La liquide légèrement sombre et ambrée qui y séjournait me fit me lécher les lèvres d'avance. Une envie qui fut encore plus attisée par mon odorat qui repérer le sucre des céréales et l'eau de vie de ce contenu. Sans que je n'y prête attention, une langue émoustillé vint caresser le coin de ma lèvre.

Mon espèce de transe fut coupée nette par la voix grave et pourtant harmonieuse de l'homme. Mon regard gris bleutés dont j'étais presque la seule à posséder parmi les mondes se permis quelques glissements sur le visage de mon interlocuteur. Je n'avais pas remarquer jusqu'alors que celui ci était veron. Un œil bleu et un œil jaune. Un regard aussi déstabilisant que magnifique, le fait que toutes les pintades de la Taverne se dresse pour s’agiter en passant vers la table me parut plus "normal". Il avait un visage aussi ferme que doux, des traits délicats qui semblaient cependant avoir souffert, avec cet air rebelle lui allait à ravir.

J'avais l'habitude que les lycans soient quelques peu "différent" en ma présence. Mon aura d'Alpha le voulait et je n'y pouvais rien, je ne pouvais d'ailleurs qu'en remercier les dieux car cela m'avait éviter pas mal de soucis. Il était pourtant rare qu'on m'accorde autant d'importance. A moins qu'il ne s'agisse là que d'un éternelle dragueur.

_ Svanheist? C'est pas commun. J'aime beaucoup.

Après tous les nom farfelu que j'avais pu entendre, il était vrai qu'il était un des plus originalement beau. Un nom qui me semblait parfaitement adapté à un Lycan. D'après mon expérience, un lycan qui n'avait pas ou plus de nom était un lycan qui avait perdu les siens très tôt. Je soupirais en prenant de longues et fraiches gorgées de bière. Un soupire lent, surtout pas emplit d'ennui, mais juste un peu triste.

_ C'est dommage... Je trouve qu’avoir un nom, c'est comme une deuxième famille vers qui on peut se tourner quand on se sent plus ou moins seul. Vous avez déjà pensé à en choisir un?


J'avais bien remarqué les jalouses, mais alors les jaloux m'avaient totalement échappés. Si bien que je m'y à rire en les découvrant tout à coups.

_ Il y a définitivement de tout, dans cette Taverne.

Une remarque qui ne passait pas inaperçue aux oreilles d'une brunes pulpeuses qui rodait autours de al table comme un vautour depuis quelques minutes. Après m'avoir adressé une grimace désapprobatrice, elle partit avec ce qui ressembler plus ou moins à un grain de fierté. Ce qui me fit glousser de nouveau.
Mon rôle d'Alpha m'empêchait toujours de lancer quelques petites remarques cinglantes, à mon plus grand désespoir, mais étant seule, je pouvais peut être m'en permettre une ou deux.

_ Si l'un d'entre eux croit pouvoir m'approcher à plus d'un mètre. Il ne sera pas déçu.

Je pointais un homme blond au coin du bar qui ne me lâchait plus du regard. Le stéréotype même du tombeur du village. Mais seulement du village! Avec un menton carré et des muscles saillants mais certainement sans rien dans la cervelle.

_ Regardez celui là, là bas. Il ne vous fais pas penser aux abrutis des vieux contes pour enfants?

Je devais rester correcte. Correcte. Par tous les dieux! Ce que cela pouvait être ennuyeux de toujours rester sage et disciplinée. Je tournais de nouveau mon regard vers Svan et le détaillais un peu plus.
Grand, bruns et musclé, doué au combat mais sans attache. Il avait tout du nomade ou du mercenaire.

_Si vous ne l'avez pas fait pour moi, Svanheist, pourquoi vous sentez vous obligé de vous en justifier?


Un sourire taquin se dressa sur mes lèvres alors que je finissais ma pinte pour saisir le verre qu'il m'offrait. Je posais mon deuxième coude sur le bar, le verre à hauteur de nez.

_ Ils l'ont dans tous les cas mérités.

Je levais un sourcil amusé en esquissant un sourire en coin.

Voilà un comportement que je n'avais pas adopté depuis des lustres. Ce qui signifiait une seconde "jeunesse" pour moi. Ce jeune homme était décidément surprenant.

_ Si vous saviez ce dans quoi j'ai pu vivre au cours de mes siècles d'existences, vous seriez surpris. Mais je ne suis en effet pas ici pour les rencontres. J'ai fais un détour pour venir chercher des innés avant de rentrer au camp et retrouver mon peuple.

En priant pour qu'il n'y ait eu aucun mort durant mon absence. Les Lycans n'étaient pas franchement réputés pour leur patience. Je jetais un coup d'oeil à mes chiens qui semblèrent vite se faire au lieux. L'un des Rottweileur, Paden, était auprès du feu, le ventre flattée par une jeune fille d'une quinzaine d'année pas plus. L'autre, Roban, faisait les cents pas en cherchant mes guerriers, et Derk, fidèle à lui même, faisait le tours de la Taverne pour avoir un morceau de chaque assiette sous les regards tant amusés que dégoutés.

_ Et vous, que faites vous ici? On ne peut pas dire que ce soit "nos" terres...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Ven 15 Nov - 0:16



La femme me dévisageait, elle détaillait mon visage et ce n’était pas pour me déplaire, je devais lui faire un peu d’effet finalement. Mais ma soif de combat n’était pas tout à fait étanchée, mais bon, je n’allais pas provoquer de mauvaises vagues en présence d’une femme aussi captivante.  Je n’étais pas un éternel dragueur du tout, mais j’avais l’habitude d’attirer les regards des femmes et d’en profiter pour soulager des besoins primaires, que je tente de séduire cette femme indépendamment de ce que je pensais, était un réel exploit, je ne savais pas ce qu’elle avait mais elle me donnait des envies de rapprochement, cependant, je n’étais pas encore sure de quel genre ils étaient. Finalement la femme prit la parole quand j’eus finis mon monologue. « Svanheist? C'est pas commun. J'aime beaucoup.  » Eh bien, voilà qui se trouvait très flatteur venant de la bouche d’une femme aussi intéressante. « C'est dommage... Je trouve qu’avoir un nom, c'est comme une deuxième famille vers qui on peut se tourner quand on se sent plus ou moins seul. Vous avez déjà pensé à en choisir un?  » Question pertinente.  « Hmm. Choisir un nom hein ? Non je n’ai jamais eu ce besoin, je n’ai aucune utilités à me raccrocher à un patronyme me faisant appartenir à un tout. Je suis seul après tout. D’ailleurs, vous pouvez m’appeler Svan. Ne vous gênez pas. » Normalement la phrase c’était, les amis, mais comme j’en avais pas, ça risquait de compliquer légèrement les choses. Je n’avais jamais réellement trouvé le temps dans le mercenariat de sympathiser en sachant que la plupart du temps je voyais ces cancrelats de nobles bedonnant et les serviteurs ou voleurs que je devais constamment aller capturer ou juste éliminer.  Finalement nos regards repartirent dans la salle  quand Doylana  ré-ouvrit la parole.« Il y a définitivement de tout, dans cette Taverne. » J’étais tellement captivé par la louve que je n’avais pas remarqué la brune aux formes avantageuses tourner autours de la table. Doylana ne serait pas venue dans ce pub ce soir là, j’aurais probablement jeté mon dévolu sur cette brune qui semblait totalement piquée au vif. « Si l'un d'entre eux croit pouvoir m'approcher à plus d'un mètre. Il ne sera pas déçu.  » Ironiquement je la croyais sans peine, je n’avais aucun doute quand à ce qu’elle pourrait probablement leurs faire, mais si un se faisait trop prétentieux et venait déranger notre petit dialogue, je me ferais probablement un plaisir de les renvoyer bouler façon coup de pied au cul. Finalement la femme pointa du pouce une grand blond au bar. « Regardez celui là, là bas. Il ne vous fait pas penser aux abrutis des vieux contes pour enfants? » Un large sourire étira mes lèvres alors que je remarquais qu’elle avait totalement raison. La femme semblait lutter intérieurement pour rester correcte. Je ne comprenais pas son désir de rester sur le passage cloutés, c’étais vrais quoi, même si on avait l’éternité devant soi, peu importait si oui ou non on pourrait s’amuser demain, l’important c’était de profiter de l’instant sans se prendre le chou. « Si vous ne l'avez pas fait pour moi, Svanheist, pourquoi vous sentez vous obligé de vous en justifier?  » Me fit-elle avec un large sourire. La question me laissa pensif. Elle marquait un point la maline, d’un autre coté j’avais juste envie de taper sur quelque chose mais c’était d’autant plus vrais qu’ils s’en prennent à elle dans son dos m’avait totalement foutu hors de moi. « Ils l'ont dans tous les cas mérités.  » Le sourcil relevé et le léger sourire en coin aurait probablement fait fondre n’importe quel homme et l’aurait probablement propulsé à ses pieds, mais pas pour moins je la trouvais en tout point attirante, mais j’avais pas envie de lui donner tout trop vite. « Si vous saviez ce dans quoi j'ai pu vivre au cours de mes siècles d'existences, vous seriez surpris. Mais je ne suis en effet pas ici pour les rencontres. J'ai fais un détour pour venir chercher des innés avant de rentrer au camp et retrouver mon peuple.  » Elle jeta un bref regard à ses chiens avant de retourner ses yeux vers moi. «  Et vous, que faites vous ici? On ne peut pas dire que ce soit "nos" terres... »

C’était une question pertinente mais sachant que je n’étais nullement de ses terres à elle moi j’avais vécu dans les montagnes  près des walkyries, j’avais mon propre territoire. Donc pour le coup ce n’était pas un sujet avec lequel j’étais familier.  Oh et puis j’n’avais pas envie de parler d’où je venais de toutes façon. « Si j’vous dit que je m’ennuyais dans ma chambre de l’auberge au bas de la rue et que du coup j’suis descendu ici pour attendre que quelque chose se passe ? Me croiriez-vous ? » Svan fixait la femme avec un regard des plus amusé alors qu’il buvait une autre gorgée du contenu de son verre. Finalement le grand blond avait remarqué le regard de la femme mais semblait aussi idiot qu’il en avait l’air. En tout cas j’pensais qu’il avait très mal interprété le geste de la louve vu qu’il se rapprochait de moi. En fait c’était amusant il fixait et Doylana avec un regard charmeur et moi avec un regard méprisant, mais qu’est-ce qu’il avait cru lui encore ?  « Gente dame, ce petit homme vous ennui-t-il ? » L’homme posa sa main sur mon épaule en faisant une révérence complètement grotesque. Mais où est-ce qu’il se croyait lui de nous déranger au beau milieu d’une discussion.  Finalement il reprit sur un ton faussement noble. « Eh bien petit homme ? Qu’avez-vous à répondre à ça ? » Je détournais alors mes iris des deux magnifiques de la femme pour planter un regard froid sur l’homme. De ma main gauche, je me saisis des deux verres et de la bouteille que je posai sur un siège à coté de moi. Je fis un signe de la tête à la femme pour lui intimer de reculer alors que je me redressais doucement pour faire face à l’homme. L’homme faisait bien deux têtes de plus que moi mais ce n’était pas du tout pour me déplaire, au contraire, ça m’amusait au plus haut point.  « Tu es immense… Mais j’ai battu plus gros. » Un large sourire étira mes lèvres alors qu’il allait probablement répliquer. De ma main gauche je me saisis de sa main posée dans mon épaule droite et dans une véloce clef de bras, je lui enfonçai la tête dans la table la détruisant totalement sous l’impacte. Je fis en sorte d’accompagner son corps pour que le sol l’assomme après la table. Finalement je relâchais le massif bras et le laissait s’écraser au sol.  « Tu vois mon gars, c’pas la taille qui compte. » Je tourna alors une nouvelle fois mes yeux vers ceux de Doylana. "Vous aviez raison, comme dans les histoire des petits enfants, le grand blond avec rien dans la tête." Finalement je posais mon pied sur le dos de l’homme, me saisissait de mon verre et le vidais d’un trait avant de le poser sur la table voisine. J’me saisis de la bouteille dans ma main gauche et tendit la droite à la louve.  « Je commence à trouver cet endroit étouffant, si nous allions faire un tour avec ces deux superbes bouteilles ? » Je jetais rapidement quelques pièces au barman qui me jeta une bouteille du même breuvage. C’était bien, j’l’avais bien dressé le petit.  L’homme qui était sortit rageur plutôt ré-entrait à ce moment même mais je ne lui prêtai aucune attention.  « On peut amener vos trois petits avec nous si vous le désirez. » Elle ferait comme elle le voudrait, moi j’avais cette irrépréhensible envie de prendre l’air de toutes façon et que cette femme envoutante m’accompagne serait la cerise sur le gateau.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Ven 15 Nov - 1:03

Décidément, cet homme préférait agir et jouer des points plutôt que de discuter. Je trouvais ça étonnement touchant. Peut être que mes longues escapades avec mes guerriers plus que virils, les entrainements épuisant et les rendez vous politique assommants avaient finis par me cogner sur le casque.
Du bout des doigts, j'approchais mon verre à mes lèvres pour y prendre une petite gorgée. Je n'avais pas vu l'immense idiot blond approché. pas de chance, ma diplomatie aurait pu le sauver. Savheist avait à peine eut le temps de finir de répondre qu'une main gigantesque s'était posées sur son épaule. J'avais su à cet instant même que le gaillard était fichu. Je posais une main lasse sur mon feront en levant les yeux aux ciel. Ils n'avaient donc pas vu les princesses rousses se faire royalement expulser tout à l'heure? Ou il était stupide, ou il était suicidaire. Dans les deux cas, je ne donnais pas cher je sa peau d'ici les prochaines minutes... D'un regard, mon interlocuteur me fit signe de prendre un peu de distance, ce que je ne fis pas, bien assez apte à éviter les bouteilles et les coups.
Les yeux du blond s'écarquillèrent alors que sa joue sa pommette se brisait déjà sur la table qui se fendit au passage. Je soufflais, ennuyée pour ce grand crétin et murmurais un "c'était prévisible" lasse et dépité.

J'entendais déjà le Tavernier hurlait en remuant sa graisse pour demander qui payerait les dégâts mais n'en fit rien. Il se contenta d'entrer son double menton de plus possible en faisant volte face. Quel ami solidaire nous avions là! Je constatais les dégâts sur le géant et retroussais le nez. Il n’allait pas s'en remettre de si tôt, les capacités de régénérations des humains étaient lentes et douloureuses. IL avait gagné un sacré séjour en voulant jouer au coq. Je me demandais bien ce qu'il avait pu mal interpréter avant d'abandonner.

Une main ferme se tendit vers moi. Seulement alors, je relevais mes pupilles glaciales pour la contempler.

_ Si je ne veux pas encore vous voir démolir des crânes, il est surement préférable de prendre l'air, en effet.

Alors que Mereth franchissait la porte, incrédule devant un tel bazar, je me levais pour récupérer mon sac en sifflant. Sans attendre, les trois chiens étaient à mes pieds, près à obéir.

_ Je ne les laisserais pas ici avec cet...Homme.

D'un signe de tête, je désignais le tavernier qui en avait contre eux. Et voir mes chiens battus ou en morceau m'aurait permis un séjour dévastateur dans un corps de trois mètres de haut. Il y avait visiblement eu suffisamment de sang pour ce soir.
Sans prendre la main de Svan, je passais devant en posant une main tendre sur l'épaule de mon ami.

_ Ne les laisse pas te rendre fou.

Un murmure franc qui le laissa perplexe alors qu'il partait s'asseoir pour commander à boire.
J'emboitais le pas pour arriver à la porte et l'ouvrir d'un coup sec. Le bois vieillit se mit à grincer plaintivement alors que je passais suivit de mes trois chiens, et de l'homme aux bouteilles.

_ Il n'était pas utile de donner un tel spectacle.

Déformation professionnelle en tant qu'Alpha. Ça m'avait échappé. Dressée sur mes jambes nues, je contemplais la lune avec un léger sourire. J'aimais la lueur et la chaleur qu'elle pouvait dégageait.
Une lueur qui se reflétait dans mes yeux qui adoptaient presque la même couleur dans la pénombre.
Je tournais la tête vers le lycan en tendant ma main gauche pour réclamer une des bouteilles.

Qu'il me la donne ou pas, je comptais partir m'asseoir sur le rocher qui bordait la route un peu plus loin. Bien plus agréable pourboire et discuter sans "interruption".

Je rayais mentalement l'idée qu'il s'agisse d'un nomade. Cet homme ne pouvait qu'être un mercenaire. Et j’espérais sincèrement qu'il n'était pas du genre à se liguer contre sa propre race. Heureusement, à lui seule, il ne pouvait pas grand chose contre moi. C'était bien le seul avantage à être un Alpha. Chose qu'il n'avait sans doute encore pas deviner. Je me questionnais sur son métier. Quelques semaines avant, j'avais rencontré Urr'hean, un mercenaire également. Il n'en restait pas moins un lycan respectueux et efficace. Il m'avait promis de passer voir la meute et pourquoi pas s'y incruster dans les mois à venir.

_ On peut dire que votre travaille vous a forgé un sacré caractère.

Main tendue, j'attendais patiemment que le verre glacé du Whisky vienne s'y loger. Mes chiens étaient partis faire une ronde et je les entendais jouer au loin, près de ce qui ressemblait à un ruisseau.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mar 19 Nov - 15:15




Je ne prêtais aucune oreille au barman qui semblait rager dans son coin et jetais ma veste sur mon épaule. Il devrait sortir l'huile de coude pour réparer se bazars, ça ne lui ferait pas de mal de se remuer un peu l'postérieur si vous voulez mon avis. Enfin bref, je n'avais nullement envie de m'occuper de ces affaires, je n'avais aucun intérêt à rester dans ce bar de toute façon vu que j'avais trouvé ce que je cherchais. La femme me fixait de ses iris clairs et rocheux alors que je lui tendais la main pour l’inviter à me suivre.
«Si je ne veux pas encore vous voir démolir des crânes, il est surement préférable de prendre l'air, en effet.  » Me répondit-elle finalement, la remarque me fit sourire, j’y pouvais rien, j’avais constamment envie d’en découdre. J’voulais frapper tout ce qui se trouvait être insultant et irrespectueux. J’suis pas quelqu’un d’méchant mais quand j’ressens l’appel de la bataille, il n’y a rien qui peux me la faire refuser peu importe l’ennemis. Puis sans me venter, le seul qui a jamais réussit à me battre c’était Siffroy. «Je ne les laisserais pas ici avec cet...Homme. » Bien finalement j’avais bien compris ce que la femme désirait puis son léger signe de tête ne faisait que conforter l’idée que j’avais du barman. J’aimais bien les chiens de toute façon, donc les voir nous accompagner ne me dérangeait nullement. La femme me passa à coté sans me prendre la main ce qui me fit sourire de plus belle. Elle avait du caractère, c’était bien, mais ça me faisais deviner qu’il y avait probablement un certain âge derrière. Dans tout les cas, l’âge ne m’avait jamais posé de problème de quelques sortes que ce soit. « Ne les laisse pas te rendre fou.  » Fit-elle à son compagnon qui venait d’entrer. Je la suivis alors et fit signe oui de la tête à l’armoire à glace pour finalement ensuite, sortir avec Doylana. Finalement nous arrivâmes à la porte qui s’ouvrit dans un grincement des plus stridents et irritants. Je jetais un œil au barman pour lui faire signe que ça aussi ça aurait besoin de réparation mais son air dépité me souffla qu’il ne le ferait probablement pas.  J’haussais alors les épaules et rejoignais alors l’extérieure sans pour autant enfiler mon vêtement. « Il n'était pas utile de donner un tel spectacle.  » Me dit-elle alors. La phrase me laissa perplexe quelques instants mais je ne lui répondis pas pour autant, je m’étais trop amusé à lui enfoncer le visage dans cette table pour ressentir ne serait qu’un brin de culpabilité. Finalement la femme se figea en fixant l’astre céleste souvent associé à notre race. Les courbes de la femme dans la lumière légèrement bleutée donnait des airs irréels à sa silhouette tant elle sublimait ses contours et rendait sa peau brillante comme si elle avait été faite d’une pierre précieuse. La femme pivota ensuite vers moi plantant ses deux yeux lunaires sur moi en me tendant une main. « On peut dire que votre travaille vous a forgé un sacré caractère.  » Hmm touché. Je lui aurais bien rendu la pareille pour le bar mais ca n’aurais probablement pas été amusant. Je lui tendis la bouteille pleine et la suivit jusqu’à son rocher où elle se posa...

Je me mis alors près de son rocher et m’allongeai tranquillement dans l’herbe les deux bras derrière la tête. La nuit était magnifique et on avait largement le temps pour boire plus cependant la femme m’avait fait plusieurs affirmation que je ne pu m’empêcher de me repasser dans mon esprit. Pas utile de me donner en spectacle ? Pourquoi je sentais cette phrase comme un conseil d’ainé plutôt que comme le reproche d’une femme ? Elle devait être plus qu’ne louve après tout, qu’est-ce que j’en savais j’n’avais aucune idée de ce que représentait le chef de la meute. Ou dans le cas présent, la chef de la meute s’il s’avérait que ce soit elle.  Dans tout les cas ce serait probablement une sacrée coïncidence. « Je me voyais mal attendre qu’il sorte pour lui faire comprendre qu’on évite de faire chier quelqu’un quand il est en bonne compagnie, c’est certes pas très raffiné et surement trop bourrin mais dans tout les cas, j’avais seulement pas envie de lui montrer gentiment ma force et le faire détaler. Puis même, j’étais dans l’impulsion du moment quoi. Vous devriez savoir ce que c’est vu que vous êtes une louve. » Je m’doutais bien qu’elle était déjà bien aguerrit sur le contrôle de soi, sinon elle ne m’aurait probablement jamais dit ça. Après d’un autre coté, elle avait raison sur le point que j’avais aussi un travail qui ne me permettait pas vraiment de renier cette impulsivités. J’étais un mercenaire et pas un des plus mauvais si je pouvais me permettre, je faisais ce qu’on m’disait de faire sans rechigner et si la paye me convenait, fort heureusement, la collectivité des loups poussait les divers employeurs à ne jamais demander qu’on leurs rapporte la tête de l’un des miens.  Bah oui, ils avaient trop peur que la meute ne vienne les tuer ensuite. Ce qui paraissait logique après tout. « J’suppose que vous avez raison sur ce point, mon travail ne fait rien pour mon self-control.  M’enfin, j’ai pas vraiment de meute, donc techniquement je n’connais pas réellement les usages de notre race. » Je fixais la femme d’en bras mais cette fois la position était telle que je la voyais carrément au centre de la lune, la réduisant à l’état d’ombre. Mais ce fut quand elle posa son regard sur moi que je compris qu’elle était réellement spéciale. Ses yeux avaient la même couleur que la lune elle-même, comme si elle avec deux trous dans le crâne laissant la lumière lunaire filtrer. « Et vous ? Qu’est-ce qui amène une louve aussi magnifique dans les rues de la barbante Racium ? » Un léger sourire se dessina sur mon visage alors que je venais de laisser un compliment à demi conscient s’échapper.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mar 19 Nov - 17:15

Je ne pouvais décrocher mon regard de la tapisserais nocturne qui s'offraient à nous. Un voile de nuit parsemée de diamant éclatant. Dans la meute, on les appelait les âmes. Ces étoiles représentait toute une vie pour les lycans, et ça en faisait beaucoup. Après quelques secondes de silence, Svan me tira de ma rêverie. Sa voix grave et mélodieuse était venue me chatouiller agréablement les tympans pour justifier ses actes de dernière minutes.

Je pouvais en effet comprendre l'impulsivité des Lycan, j'en avais été prisonnière durant des siècle. Tous les loups passait par là, c'était inévitable. Sans s'en rendre spécialement compte, il me confirma qu'il était mercenaire en précisant que ce dernier ne lui faisait pas travailler sa patience.
Quand il fit allusion au fait qu'il n'avait pas de meute et qu'il ne connaissait pas vraiment les usages de notre peuple, je me mis à grimacer légèrement en pinçant les lèvres.
Sa question ne me laissa pas le temps de rétorquer quant aux coutume sacrée de notre peuple. En retrouvant mon visage de pierre, je continuais à réfléchir en détaillant le jeune lycan.
D'où j'étais, je pouvais distinguer ses traits pâle sous la lune, ses yeux magnifiques luisant dans les rayons argentés et ses lèvres souvent étirées d'un sourire adorablement sauvage qui dévoilaient des dents plus blanches encore sous cette lumière, et de sanguinaires canines, que j'appréciais particulièrement. Le compliment glissa de ses lèvres sans vraiment qu'il ne le lui est permis, ce qui me fit sourire en coin en levant les yeux vers les dieux dans un air amusé.

_ Je suis en voyage pour la meute. J'ai du faire un détour pour acheter des innés et nous avions tous besoin de repos. Mes guerriers sont loyaux, j’essaie de faire de mon mieux pour qu'il ne le regrette pas. Cette soirée à l'auberge les remettront surement "droit".

Mes pupilles s'illuminaient toujours du même éclat d'amour maternelle lorsque je parlais des miens, de mes louveteaux, de ma famille. Mon visage devenait doux et pur; sincère.

_Mon rôle ne me permets pas d'être une féministe et d’empêcher les plaisirs charnelles nécessaires à mes hommes.


Une pointe de déception tintait dans ma voix.

_Après tout, vous ne fonctionnez pas comme nous.


Sur cette dernière phrase, je me mis à rire doucement. Il était vrai que les dieux avaient fait de nos natures une drôle de chose. Les hommes complétement différents mais pourtant parfaitement compatibles aux femmes. Une chose aussi déroutante qu'agaçante, à mon humble avis.
Les femmes pouvaient se passer de ses rapports charnelles plus facilement, n'y voyant pas une priorité, mais une Alpha, la première depuis des millénaires en plus, n'avait même pas le temps d'y songer.

Les hommes de la meute n'était pourtant pas dégoutant, après réflexion, et beaucoup avaient voulu devenir le partenaire. Les cupides comme les assoiffés de pouvoirs, il y avait certainement quelques hommes sincère aussi, mais tous semblaient être satisfait à la simple idée de partager le titre et la tente.

Je changeais de position, pour appuyer mes coudes sur la roche étonnement lisse et relever une jambe. J'étais maintenant à demi-couchée, la tête en l'air, dévoilant mon cou fin habituellement recouvert par la masse brune qui me servait de cheveux, les yeux grand ouvert à l'intention de la lune.

_ Et dire que cette magnifique chose nous rendait incontrôlable, avant... C'est étrange car elle m’apaise.

J'aimais peut être la lune au point qu'elle est un effet sédatif léger et agréable. J'avais toujours aimé la lune, aussi loin que je m'en souvienne. C'était une lune presque comme celle ci que mon village avait été décimé et mes parents dévorés, les seuls survivants avaient était Lycan, et la plupart étaient maintenant mort. La meute supprimait les Lycan trop menaçants si elle ne pouvait pas les sauver ou si tout simplement l'être caché dedans était aussi noir que la malédiction.

_ J'espère qu'un jour, une nouvelle génération nous permettra de nous contrôler en étant métamorphoser. L'évolution est permanente, les choses changent sans qu'on s'en aperçoive. La magie de l'univers!


Je prenais la bouteille et l'ouvrit pour boire de longues gorgées de whisky. L'alcool réchauffait le cœur disait-on! C'était vrai, mai au sens physique et non figuré. Les lycans n'avaient jamais froid et ils étaient rare qu'ils aient chaud, mais l'alcool facilité les choses. J'avais bel et bien chaud. Mais ma tenue ne me permettait pas vraiment de supprimer une couche de vêtement. J'étais vêtue de mon habituel mini-débardeur de cuir usé et de mon short court assortis. Je n'aimais pas mettre de l'argent dans les vêtements, ils finissaient bien trop souvent craqué. Ainsi, je n'avais que quatre ou cinq débardeur court et sombre, deux ou trois short, et une paire de botte. Moins de tissus; moins de coup.
Je soufflais en posant la bouteille glacée au creux de ma nuque, les paupières fermées, je dégustait les frissons piquant qui traversait mon corps dans une vague de fraicheur.
Autant de sensation que j'avais pas eu l'occasion de profiter depuis longtemps.

_Je suppose que c'est votre vie...


Je secouais la main pour montrer tout ce qui nous entourait; l'inconnu et l'aventure.

_ Je veux dire, de toujours voyager.

Ce que ça devait être agréable de faire ce qu'on voulait quand on en avait envie, sans attache, sans loin ni supérieur, sans contrainte ni responsabilité. Mais qu'il devait être pesant de n'avoir personne à aimer.

Je me mordillais la lèvre de ma canine droite, fichue manie que j'avais là et ce depuis toujours. Séparant la peau et saignant la chair cicatrisant aussitôt, une larme rouge caressa la peau jusqu'à son suicide écrasant.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mer 20 Nov - 1:55




Je laissais ma bestialité s’afficher sur mon visage alors que je fixais la femme avec intérêt. Décidément tout en elle m’attirait, que ce fusse ces deux magnifiques yeux lunaires ou ces formes qui faisait mourir d’envie les autres hommes du bar, il y avait une sorte d’attirance que je ne savais expliquer, je ne ressentais pas le besoins de lui obéir, mais pourtant, je ressentais l’envie de me rapprocher d’elle, de l’entendre parler et de la voir parler. Elle avait une gestuelle dans laquelle je lisais une sagesse et beaucoup de retenue. Bien que j’eusse préféré qu’elle fasse moins preuve de ce sérieux, c’étais vrais quoi, on était seul tranquilles dehors avec les chien qui chahutaient tranquillement  de leurs coté. On n’était pas en danger, j’avais ma lame qui m’attendait tranquillement devant la fenêtre et une très bonne compagnie.
« Je suis en voyage pour la meute. J'ai du faire un détour pour acheter des innés et nous avions tous besoin de repos. Mes guerriers sont loyaux, j’essaie de faire de mon mieux pour qu'il ne le regrette pas. Cette soirée à l'auberge les remettront surement "droit". » Droit ? Quel drôle d’utilisation de ce mot, mais c’tait vrais qu’il semblaient tout les deux motivés à finir avec des filles de joies, grand bien leurs fasse. Personnellement je savais résister à ces pulsions animale qu’était le désir sexuel, il était vrais que je pouvais probablement en avoir autant que j’en avais envie mais dans tout les cas, je ne laissais pas réellement de femme entrer dans ma vie, je n’avais aucune intérêt à me laisser avoir des faiblesses telles qu’une femme à protéger. Non j’avais besoins de quelqu’un qui soit capable de se gérer toute seule et de tuer ceux qui pourrait éventuellement l’attaquer. Puis même. Fallait surtout qu’une femme puisse me passer sous la peau et croyez moi, ce n’est pas gagné. « Mon rôle ne me permets pas d'être une féministe et d’empêcher les plaisirs charnelles nécessaires à mes hommes.  » Je ne comprenais pas cette pointe de déception dans la voix de la femme, voulait elle se garder ces hommes pour elle ? Non peu probable, je devinais qu’elle avait vraiment un rôle important dans cette meute,  elle devait en être la chef ou quelque chose dans le genre. « Après tout, vous ne fonctionnez pas comme nous.  » Hey ! Mais c’était drôlement réducteur ça ! On n’est pas tous des bêtes sans pitiés… Bon ok si , mais moi j’sais m’contrôler bon sang. Enfin bref, qu’elle pense ce qu’elle veut sur le sujet, les femmes bien que plus patiente que les hommes finissent toujours par ressentir le désir induit dans la présence d’un homme. Cette femme avait des pensées bien réductrices de la gente masculine mais à vrais dire je n’avais pas vraiment été élevé comme un loup de bien que j’eusse le contrôle de mes pulsions, je n’en restais pas moi assoiffé parfois. La femme commença alors à se laisser glisser en arrière pour poser ses coudes sur la pierre. De là où j’étais, je voyais ses cheveux lentement se faire rattraper par la force de gravités alors qu’ils laissaient son cou à l’air libre. Elle releva une jambe sur la roche pour le confort et rien que cette vision enchanteresse me donnait des frissons, cette femme avait une grâce naturelle qui me donnait des envies pas très catholiques, mais je n’voulais surtout pas me laisser dominer de la sorte par ces pulsions, pas tant que j’étais incapable d’en comprendre la provenance. « Et dire que cette magnifique chose nous rendait incontrôlable, avant... C'est étrange car elle m’apaise. »Svan sourit à la pensée de Siffroy qui ne s’attendait pas à voir le petit Svan se transformer en une bête féroce partie massacrer le chasseur qui venait de tuer leurs âne. Ouais j’lavais réduit en charpie le chasseur et j’avais aussi causé une longue cicatrice sur son crâne dégarnit, cependant il avait su m’assommer et m’avait apprit à contrôler cette rage en me racontant l’histoire de la vieille génération. Bizarrement Siffroy semblait insister sur le sujet pour que j’en retienne bien chaque mot, comme quoi je devais ne jamais l’oublier. « J'espère qu'un jour, une nouvelle génération nous permettra de nous contrôler en étant métamorphoser. L'évolution est permanente, les choses changent sans qu'on s'en aperçoive. La magie de l'univers! » La magie de l’univers ? C’était joliment dit mais je ne croyais pas vraiment aux divinités, je n’avais reçu aucune éducation et Siffroy m’avait apprit à faire confiance en ma lame et en mon bras qui la tenait. La femme prit alors une gorgée de whisky avant de reprendre sur un ton interrogateur. « Je suppose que c'est votre vie...  »   Elle leva la main pour montrer l’horizon alors que je me redressait doucement.  « Je veux dire, de toujours voyager.  » Je sentis alors une légère odeur de sang, vraiment infime, je me redressais doucement suivant la piste jusqu’à remarquer la fine marque de la goutte fuyarde qui avait glissé le long de sa lève et de sa joue.

D’un geste simple et subtile, je posais doucement mes doigts sous son menton et effaçait le sang d’un frôlement de pouce. Je regardais mon pouce suivre son court sur le visage de la femme avant de retirer doucement ma main et de lui tourner le dos. Je m’laissai alors tomber pour m’adosser au rocher de la femme j’avais la tête près d’un de ses bras alors que le berger allemand se rapprochait doucement de moi. Je tendis une main vers lui qu’il renifla quelques instants avant d’y frotter le dessus de son crâne. J’avais les jambes écartés et pliés mes coudes appuyés sur mes genoux, le chien vint alors se poser tranquillement dans l’espacement pour me réclamer des attentions. Je lui caressai alors tranquillement la crinière lui gratouillant affectueusement le dessous du museau. « ça c’est un bon chienchien. » Un sourire étira mon visage, j’avais rarement eu l’occasion de familiariser avec des animaux mais dans l’ensemble on ne s’entendait pas si mal eux et moi. Après tout j’étais tout aussi bête qu’eux. Finalement je relâchais mon attention de la magnifique robe noisette et noire du berger allemand pour la reporter à la femme. « Vous savez Doylana. C’est une vie solitaire, je dois même avouer que je ne sais même pas pourquoi je le fais, j’accumule de l’or depuis déjà longtemps et je n’ai aucune idée de pourquoi je vais l’utiliser. Tout les jours, j’ai un nouveau travail qui me demande d’oublier ce en quoi je crois tout ça pour qu’un misérable noble puisse avoir une tête de sanglier au dessus de sa cheminée ou pour qu’un de ses servant soit puni d’avoir toucher sa fille qu’il voulait se garder pour lui-même. Vous savez j’en ai vu dans tout les genres, les petit gros, les monstres incestueux, même certains qui voulait que je tue devant eux. J’ai fait pas mal de choses dont je ne suis pas fier sans même réellement savoir pourquoi je les faisais. » Je passais alors une de mes mains dans mes cheveux pour les remettre en place et je touchai alors le bras de la femme sans faire exprès. Je retirai prestement ma main et reprenait. « Fort heureusement, mon caractère reprend souvent vite le dessus, j’ai déjà renvoyés des primes juteuse parce que les déchets qui voulait m’employer voulait me faire faire des choses immorales… Comme me faire kidnapper des enfants voir d’en tuer. Bon ok, celui là on n’a jamais retrouvé son cadavre et je n’ai même pas eu à laisser mon loup faire. Il y avait aussi ceux qui pensait que je leurs appartenait après avoir été payé dument pour un travail, et qui tentait de me faire abattre par leurs gardes personnels quand je leurs riait au nez et que je prenais le large… Je n’aime pas quand on me donne des ordres. J’y peux rien. » Je pris une longue gorgée de whisky qui me brûla la gorge, mais d’une bonne façon.  « Croyez-moi, vous êtes bénie d’une famille et c’est probablement mieux que de voyager sans relâcha et sans but. J’suis certes un loup comme vous, mais j’ai vécu et ai été élevé dans de bien différentes conditions. Je n’connais ni mes origines, ni même celles de mon père adoptif. Je vous envierais presque, vous vous avez le contrôle sur les choses, personne au dessus de vous, Je me trompe ? » Le chien me poussa un grognement alors que je recommençait à le flatter des caresses au collier et de petit coups de paume sur sa cage thoracique.


Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mer 20 Nov - 2:48

La contemplation des âmes m'avait enfermée dans une bulle chaude et réconfortante. J'étais prise dans les méandres de l'esprit lorsqu'un contacte chaud et délicat me tira de ma rêverie.
Je ne pus m'empêchais de sursauter légèrement en jetant un coup d’œil rapide sur la zone touchée. La goutte de sang qui s'était écrasée sur al pierre avait roulé sur ma peau, la trainée bordeaux avait semblerait-il perturbé Svan.
Un geste délicat et tendre, comme s'il touchait une poupée de cristal. Un mouvement qui semblait ne pas appartenir au même homme que celui de la taverne.
Incrédule, mes prunelles s'étaient retournées vers lui pour plonger aux creux des siennes. Il était différent. Rien à voir avec la brute impulsive, totalement à l'opposé du sale gamin qui écrasait tout le monde.
Il avait donc les parfaits opposés en lui. Un parfait Lunatique. Cette pensée me fit sourire alors que Derk venait en trottinant pour se faire flatter. Cet homme avait du bon en lui, qu'il le reconnaisse ou pas. Mon chien n'aurait jamais approché sinon. Une intuition qu'il me confirma bien assez vite.

Je l'écoutais attentivement, comme si chaque paroles risquait un jour de tomber dans l'oublie. Je me cramponnais à ses mots afin de les comprendre certes, mais aussi de les ressentir.
Un éclair de tendresse caressa mon visage alors qu'il caressait le berger allemand. Il était donc aussi prisonnier de sa vie qu'il l'aimait. La solitude. Un tourment ancestral qui puisait son énergie directement dans nos âmes. Ainsi, on pouvait être entouré par des milliers d'êtres chers et pourtant se sentir seule, face contre tous. Une souffrance que nous connaissions tous trop bien et qui ne se laissait jamais de faire son apparition.

Il était sincère, dans ce qu'il disait ou même ce qu'il faisait. Les phrases sortaient naturellement et ses actions envers Derk n'était que plaisir et tendresse.
Sa main frôla mon bras. La réaction me laissa quelque peu penaude. Il retira promptement son bras, comme s'il avait mis sa main dans un bouquet de ronces.
Je me raclai la gorge avant de me recentrais sur la conversation. Il avait déduis que j'étais au placé.
Je soufflais en mettant mon ventre contre la pierre, les mains sous ma joue droite. Montrant le creux de mes reins à la lune, battant des jambes comme une enfant pour trouver une réponse.

_ Mmmh...

Très constructif. Bravo, Doylana!

_ Effectivement. Il est inutile de te le cacher. Je suis l'Alpha de la meute.

Encore un petit effort, Katell!

_ Il n'y a personne de plus hauts gradé que moi, à part les dieux eux mêmes, au sein de la meute. C'est une lourde responsabilité, mais c'est aussi l'assurance d'un avenir et d'une famille. Même si elle est recomposée. Ils sont tous mes enfants, mes amis, mes parents.


Je posais mon menton sur mes mains, en regardant la surface rugueuse devant moi.

_ Ils croient tous en moi et en mes actes. Mais seulement parce que cela fait des siècles que je travaille au bon fonctionnement de la meute.

Après quelques secondes de pensées vagabondes, je tournais de nouveau mes yeux vers la silhouette de Svanheist.

_ Ca me fait pensé à un mercenaire que j'ai rencontré au début de mon voyage. Il a fini par en conclure que la meute valait le coup, et qu'il passerait pour aider.

C'était un sacré numéro, celui là aussi. Urr'hean. Il avait un nom bizarre aussi, en passant. Mais j'avais un gout prononcé pour tout ce qui était original. La suite me laissa perplexe.

_ Tu peux venir aussi, pour aider, je veux dire. Passer de temps à autre. Avoir un pied à terre...

Et bien! Voilà que les mots sortaient de ma gorge avant que mes neurones ne le leurs commandes. Perturbée, j'imitais la carpe. En mettant un rythme parfaitement régulier avec ma mâchoire qui tentait de se fermer pour définitivement se taire. L'alcool! Il faisait toujours des ravages.

_ Je... Enfin, je voulais dire que tu seras accepté si jamais tu te présentes.

Voilà qui était mieux!

_ Nous aidons toujours les nôtres.

Et c'était vrai.
Après de longues minutes de silence et de gorgées chaudes d'alcool, je me redressais pour marcher en cercle devant le rocher, et donc, devant Svan en compagnie de Derk. Je ne savais plus trop quoi faire, indécise face à mes dernières paroles.
Je lançais un regard furibond à la bouteille avant de lui en jetais un second compatissant, pour l'ouvrir et en boire, encore. En plein dilemme entre l'alpha et la femme, je piétinais l'herbe humide.
Par tous les dieux, que je pouvais avoir chaud!
Une question me traversa alors l'esprit, quelque peu embrouillé certes, et sans attendre, je me plantais devant mon interlocuteur, droite comme un "i", avant de me penchais légèrement, sans vulgarité pour contemplais ses yeux.

_ Tes yeux... Ils sont comme les miens. Uniques.

Il y avait pourtant des ressemblance avec une ou deux espèce au monde, mais aucune n'était semblables au mien. tantôt ils étaient comme les nuages gris d'une tempêtes, tantôt ils étaient bleues ciels, ou alors, ils étaient les deux.
Rare et précieux.

_Tu dois en avoir des compliments et des jolies filles!

Sans attendre, je pouffais. Les femmes de al taverne m'avait prouvée à quel point il était prisé et j'étais plutôt fier d'être en sa compagnie plutôt qu'en celle du crétin blond.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 21 Nov - 5:03



Je ne comprenais pas cet élan de sincérités qui me taraudait alors que je m’occupais tranquillement du superbe berger allemand. J’aimais bien la confiance dans l’œil de l’animal, ils étaient toujours capables de sonder les âmes mieux que les humains qui réfléchissaient trop. Je l’aurais probablement envié il y a quelques temps. Dans tout les cas, j’étais en très bonne compagnie avec cette femme et ses trois chiens. Je sentis la femme bouger dans mon dos, je devinais ses mouvements, ses formes dans mon dos tant elle me paraissait attirant et enivrante. Je ne savais pas quel était cette sensation mais c’était comme si j’avais des yeux derrière la tête pour observer ses gestes, comme si je ressentais tout ses mouvements quand elle les faisait. J’imaginais la l chute de son dos, la courbe de ses reins. Je me secouais la tête pour reprendre mes esprits alors qu’elle répondait à ma question d’un simple
« Mmmh...  » Ce n’était pas très concluant mais un sourire étira quand même mes lèvres. « Effectivement. Il est inutile de te le cacher. Je suis l'Alpha de la meute.  » Mais encore ? « Il n'y a personne de plus hauts gradé que moi, à part les dieux eux mêmes, au sein de la meute. C'est une lourde responsabilité, mais c'est aussi l'assurance d'un avenir et d'une famille. Même si elle est recomposée. Ils sont tous mes enfants, mes amis, mes parents.  » Bizarrement en un sens ça ne me donnait pas envie de rejoindre sa meute, j’avais le sentiment que je n’avais pas ma place avec eux, j’avais aussi cette irrépréhensible sensation que je ne désirais pas être considéré comme un parent par cette femme. Elle était certes plus vieille, beaucoup plus vieille et elle avait certes une puissance probablement bien plus grande que la mienne, mais je ne nous sentais pas si différent… Je continuais de m’occuper de l’animal posé entre mes jambes et me doutais qu’il ne voulait pas que j’arrête quand Doylana reprit parole. « Ils croient tous en moi et en mes actes. Mais seulement parce que cela fait des siècles que je travaille au bon fonctionnement de la meute.  »  En même temps, si je me souvenais bien de ce que me racontais le vieux Siffroy, tu ne choisissais pas d’être l’alpha, tu l’étais pas droit de naissance. « Ca me fait pensé à un mercenaire que j'ai rencontré au début de mon voyage. Il a fini par en conclure que la meute valait le coup, et qu'il passerait pour aider. » Pour moi les mercenaires c’était toujours la même rengaine. Mission pognon au revoir. « Tu peux venir aussi, pour aider, je veux dire. Passer de temps à autre. Avoir un pied à terre... » J’haussais doucement les épaules quand le sens de ses mots atteignit enfin mon cerveau. J’arrêtais totalement de caresser le chien qui se mit à renifler en direction de mon visage. Elle m’invitait à passer visiter la meute ? «  Je... Enfin, je voulais dire que tu seras accepté si jamais tu te présentes. »La langue du cabot toucha finalement le bout de mon nez l’air de dire « hey caresse feignasse ! » Je me remis à le caresser pour qu’il cesse de me faire sentir son haleine viandeuse.  « Je... Enfin, je voulais dire que tu seras accepté si jamais tu te présentes.  Nous aidons toujours les nôtres.  » C’était une proposition qui mériterait que je m’y intéresse, une question drôlement intéressante même. Je ne savais pas ce que je voulais de toute façon. Finalement je bus plusieurs longues gorgées de ma bouteille qui était déjà pratiquement vide, j’commençais à avoir un léger décalage au niveau de ma vision, elle mettait quelques dixièmes de secondes à suivre mes yeux, je trouvais cette sensation amusante mais la bouteille n’aurait définitivement pas été assez. Je sentis alors des mouvements dans mon dis, la femme se releva et contourna tranquillement le rocher pour finalement se poster face à moi. Je relevais mon visage vers elle alors quelle plantait son regard dans le mien, elle était penchée au dessus de moi et j’avais pleine vu sur son décolleté ma foi très bien fournit. Mais bizarrement j’étais bien trop captivé par son regard pour observer son magnifique corps. « Tes yeux... Ils sont comme les miens. Uniques.  » J’observais la femme avec un léger sourire, elle n’avait rien vu encore. « Tu dois en avoir des compliments et des jolies filles!» Ouais clairement, autant que je le voulais et en quantité que je le voulais, mais ce soir, je n’en désirais aucune. Aucune à part celle qui se tenait devant moi.

Finalement je fixais la femme droite dans les yeux, un sourire grandissant et les yeux à demi clos. Je les fermais alors quelques instants puis les rouvris. Là je savais qu’ils étaient différents, ils brillaient tout les deux, chacun dans leurs couleurs, on aurait même pu dire qu’ils luisaient. Je posais alors mes mains sur le rocher derrière moi pour me redresser. Rapidement je fus debout avec une distance entre l’alpha et moi si minime qu’on pouvait sentir nos chaleurs respectives l’un sur l’autre. « On dit que les yeux sont le reflet de nos âmes. Quand je regarde les tiens, je vois… » Je fixais les yeux de Doylana comme si j’avais pu lire en eux. Je ressentais beaucoup de choses en les regardants pleins de choses contradictoires. L’envie de fuir loin pour ne pas se me laisser dominer comme l’envie justement de rester avec elle. D’un autre coté, j’n’avais cure de ses titres ou position, moi personnellement la vie en groupe c’était déjà pas mon truc alors…. On était si proche que je sentais son souffle sur mes lèvres mais aucune de nous deux ne semblait décidé à bouger. Alors nous resterions ainsi. « De la force… Beaucoup de force. Du caractère. De l’envie. » Je ne savais pas ce que cette femme me faisait mais j’savais que j’voulais définitivement la sentir contre moi. Et cette douce proximités s’avérait être une douce souffrance dont je me délectais avec envie. Cette femme stimulait autant le loup que la personne. Je ne pouvais probablement pas lui résister. Mes yeux luisaient de plus en plus alors que je restait totalement immobile face à la femme.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 21 Nov - 17:21

A quelques centimètres de son visage, je l'observais. Lentement, il se redressa alors que nos yeux rares ne se quittaient pas. Dans un mouvement aussi sauvage qu’élégant, il s'était mit debout devant moi sans que la distance entre nos visages de change vraiment, jusqu'à devenir scandaleusement restreinte. Sa respiration s'était légèrement accélérée, je l'avais sentie au souffle chaud qui caressait mes lèvres. Il était légèrement au dessus moi, à cause de sa carrure. Quant à moi, je ne couvrais pas grand chose avec mes cent soixante centimètres. Figée comme des statues c'est à peine si ses paroles avaient remués ses lèvres.
N'ayant pas l'habitude de ce genre de situation, je n'osais pas battre des cils. J'avais maintenant très très très chaud. Mais la sensation n'était plus la même, moins désagréable, plus douce.
J'étais tentée, vraiment. Les lèvres charnues qui s'offraient à moi étaient splendides et visiblement envieuses aussi.
Ma bouche s'ouvrit légèrement pour laisser passer un filer d'air fin, presque inexistant, dans un souffle chaud. Mes yeux se perdirent sur le visage de Svan avant de retourner au dessus du menton.

_ De l'envie?

C'était si flagrant?
Saccadée, ma respiration n'aurait même pas trompée un enfant, alors un lycan... J'esquissais un sourire bref sous des joues rougies par la chaleur.
L'Alpha et la femme se battaient encore violemment dans mes pensées. Mécontente, la première se plaignait de mon laisser aller tandis que la seconde insister lourdement sur le fait que je n'avais pas pensé à elle depuis des années. Il était vrai que je n'avais pas le sérieux d'une Alpha en cet instant, mais il n'y avait aucun de mes hommes pour me voir et mon titre ne serait sans doute jamais remis en question. Je n'avais pas non plus l'allure d'une femme puisque mes émotions étaient masquées et que je n'y cédais pas, du moins pas pour le moment.

Je priais intérieurement pour trouver une solution à ce trac-nard. Je me mordillais la lèvre à nouveau, et ma canine se remit à nouveau à séparer les chairs. Une perle rouge se mit à dégringoler avant que ma langue, curieuse et très désireuse de sortir de sa prison d'ivoire, vienne la récupérer.
Face au dilemme de l'Alpha et de la femme, je pivotais sur mes talons.

_ Le caractère est obligatoire pour les femmes de mon rang.

Même si j'étais désormais dos à Svan, la distance qui nous séparait ne s'était pas réduite. Son souffle rauque chatouillait ma nuque envahie par les frissons piquant sous cette sensation.

La femme prenait le dessus petit à petit alors que l'Alpha freinait des quatre fers.
Intérieurement, je priais pour qu'il n'en rajoute pas une couche alors que ma maitrise de moi-même était mise à rude épreuve. Les sens en alerte, je pouvais tout ressentir.
j'entendais son cœur précipité, son souffle lourd, je sentais son corps vivre à quelques centimètres à peine de moi. Je devinais ses envies et mon corps travaillait à ne pas y céder.

Après tout, je ne le connaissais pas cet homme. Je ne pouvais pas me permettre d'avoir les idées ailleurs s'il s’agissait d'un simple coureur de jupon. Et son caractère m'amenait à y penser sérieusement. Mais quelque chose clochait. Il était sincère et ça, je le ressentais. Il ne mentait pas, ne jouait pas, il se contentait de parler à cœur ouvert, simplement. Sans que je comprenne vraiment, mon instinct me criait de lâcher prise et de lui faire confiance, et mon être tout entier voulait l'écouter. A bien y réfléchir, c'était peut être simplement de la peur. J'avais peu être juste la crainte de devenir une femme torturée.
Je me méfiais toujours des hommes séduisants, plus encore lorsqu'il me plaisait.
Je soufflais, torturée entre l'envie de me pendre à son cou et celui de fuir à toutes jambes.
Mes yeux, jusqu'à lors fixés dans le vague, pivotèrent pour regarder ceux de mon interlocuteur. Il avait un regard étrangement envoutant sûrement à cause de ses deux couleurs différents.
La bouteille n'avait pas quitté ma main blanchie à force de la serrer, si je continuais, le verre éclaterait sans doute, une option qui ne me plaisait pas vraiment dans un si joli tableau. Sans attendre, je la débouchais pour la finir et la lancer doucement un peu plus loin. Un risque en moins, mais un anti stress supprimé aussi. Machinalement, les mains montèrent vers mes cheveux bruns pour les tresser.Je m'acharnais à me concentrer sur ma natte, pourtant parfaitement consciente que ça ne me sauverait pas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 21 Nov - 22:01



De l’envie… Ouais de l’envie. Je ressentais aussi cette envie qui paraissait si évidente sur son visage, dans son regard, dans son souffle brûlant et même dans son parfum. Je voulais la saisir impulsivement et la garder essentiellement pour moi, je voulais la garder près de moi ou rester près d’elle.  Je la fixais intensément quand elle écarquilla doucement les yeux.
« De l'envie? » Le visage de la magnifique femme en face de moi prenait une légère teinte pourprée que je trouvais encore plus séduisant, son souffle se réchauffait encore et s’accélérait doucement provoquant de légères vagues de frissons parcourant mon dos. Cette femme me faisait décidément un effet dingue. Elle me tourna finalement le dos et sans sourciller, je continuais de lui souffler mon air enfiévré dans le cou.  Je sentais le doux parfum de ses cheveux et me faisait grande fureur pour ne pas réduire à néant la distance qui séparait nos deux corps. J’voulais la sérer dans mes bras alors que je ne la connaissais pas le moins du monde, elle m’avait dit son nom, sa fonction, elle m’avait même presque donné des ordres, chose qui me donnait envie de me tirer normalement mais là, avec elle, je n’avais plus qu’un désir, la serrer contre mon corps, gouter les délices de sa peau… Sentir la douceur et la saveur de ses lèvres sur les miennes. Je poussais une longue expiration embrasée de désir quand elle reprit la parole. « Le caractère est obligatoire pour les femmes de mon rang.  » Je profitais du parfum de la femme alors que mes mains se faisaient rage pour ne pas la toucher. Mais qu’elle était cette sensation ? J’savais que j’avais des périodes comme ça, où j’étais lassé de tout, où j’voulais jouer me battre et séduire. Cependant je ne savais pas pourquoi avec cette femme, la sincérité se rajoutait dans l’équation.  J’étais simplement incapable de lui mentir, puis, je n’en ressentais pas le désir. Sa gestuelle, son parfum, son visage, l’aspect doux et velouté de sa peau, la chaleur qu’elle dégageait, le son de sa voix, le bruit de sa respiration… Tout en cette femme m’attirais et qu’elle fut femme de caractère ne me donnait qu’envie de la saisir par la taille et de l’embrasser sauvagement comme si mon loup avait prit possession de mon corps humain. Puis vint une nouvelle fois l’odeur de son sang, elle s’était encore mordu la lèvre… Elle se retourna vers moi après quelques instants et me fixa de ses iris lunaires. Cette couleur me subjuguait totalement. Elle vida sa bouteille et la jeta au loin, j’en fis de même et reprit ma position face à elle. Elle commença à tresser nerveusement ses cheveux mais j’aimais bien la façon dont ses cheveux étaient…

Sans réellement comprendre pourquoi,  ma main gauche glissa furtivement le long de son corps l’effleurant et saisissant doucement son poignet pour lui faire arrêter de faire subir se traitement à ses cheveux. Ma main droite glissa doucement jusqu’à sa joue effleurant son corps en remontant. Nos visages étaient si proches, je l’aurais voulut, j’aurais pu l’embrasser sur le champ, mais je voulais savourer cet instant, cette douce souffrance qu’était de résister à agir. Une fois la goutte de sang totalement disparue, je laissais ma main droite lentement glisser sur l’omoplate de la femme, passant furtivement sur la douce courbe de son dos et finalement se poser sur sa hanche. J’attirais doucement la femme à moi pour coller nos deux corps ensembles, mais je le faisais en douceur et ne la retenais à peine pour lui laisser une porte de sortie bien que j’espérais qu’elle n’en fasse rien, non. Je voulais qu’elle reste avec moi, je ne voulais pas qu’elle parte. Je n’avais jamais ressentit une telle attirance auparavant.  « De l’envie…  Tu m’en induis aussi. » Mon bras se refermait sur son dos alors que je la rapprochait un peu plus de moi sans jamais que nos yeux se lâchent.  Elle insufflait en moi tant de confiance et d’intérêt que j’étais incapable de lui résister tant l’effet rien que de sentir son corps contre le mien me remplissait de chaleur et d’affection naissante. Finalement mes deux bras la retenait aux hanches, ma respiration devenu haletante ralentie doucement quand finalement, j’avançais mon visage sur le siens, nos lèvres se trouvaient à présent à quelques centimètres les unes des autres, nos souffles étaient déjà entremêlés et mon cœur battait à tout rompre dans mon torse.  Finalement mes yeux se fermaient doucement alors que je réduisais encore un peu la distance nos lèvres s’effleurant doucement, pendant quelques secondes je lui laissa le loisir de s’évader et quand ma patience fut rompue… Je posais mes lèvres sur les siennes sans plus lui laisser le choix, laissant totale libre court à cette envie qui nous taraudait tout les depuis que nous nous étions rencontrés...

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Jeu 21 Nov - 22:38


Cuite. J'avais perdue la face. L'alpha n'existait plus, il n'était que l'ombre de la femme. Son bras avait frôler une grande partie de mon corps avant de terminer sur mon poignet agacé. Tout s'était stoppé. Mon cœur avait eut un raté, ma respiration s'était brusquement coupée et tout mon corps était devenu de la guimauve brûlante.
Mes muscles me lâchaient un à un, lentement, tant ils étaient engourdis et retenus par l'envie. Une main ferme pourtant délicate se posa sur ma joue, rougissant mes joues d'avantage, de timidité et de désir.
La dernière caresse fut une catastrophe. Je en contrôlais plus rien, réduite sauvagement à mes envies délaissées depuis des siècles. Sans vraiment dominer mon corps, il se rapprocha alors que mes iris ne démordaient pas des siennes. J'aurais pu m'échapper, mais sans savoir pourquoi, la volonté de quitter cet enlacement était totalement inexistante. Comme perdue au fin fond d'un puis en territoire inconnu... Ses paroles raisonnèrent un moment dans mon crâne, comme un agréable échos dans les montagnes. Sa voix basse, grave et ardente était gravée dans mes pensées pour des jours encore.
Ma seule réponse fut de me blottir contre lui, lentement, par crainte de briser ce moment avec un geste maladroit. Les paumes de mes mains s'étaient naturellement posées sur son torse que mon sens du touché trouvait très ferme.
La dernière petite action de L'apha fut de vouloir résister...
Alors que ses lèvres étaient à quelques millimètres des miennes qui les réclamaient plus que tout à cet instant, mes bras se raidirent pour s'échapper. Trop tard. Il ne m'avait plus laisser le choix.
Déjà, il m'embrassait, ses lèvres coller au miennes, sans violence mais la dominance était bel et bien présente.
Je fondais littéralement alors qu'un soulagement mêlé de bonheur emplissait mon âme. Trop désireuse de garder éternellement ce moment, je n'avais pas cédais à ma première pulsion, je m'étais contentée de glisser une main calme et tremblante vers la joue alors que l'autre se posait dans son cou.
Si je n'avais d'abord pas quoi sut faire, peu habituée à ce genre de relation, une fois les reines lâchées, je devenais gentiment incontrôlable. Mes doigts exercés une légère pression sur la peau de mon bourreau alors je jouais doucement avec ses lèvres douces. De temps en temps, je jetais un regard désireux vers son visage en m'écartant un peu pour mieux le voir, mais très vite, il rattrapait mes lèvres. Il semblait décidé de la marche à suivre et j'étais esclave de mes sensations.
Après quelques instants tendres, je séparais mon visage du sien en passant une main dans ses cheveux. Mes lèvres se pinçaient légèrement avant de sourire. Un masque contagieux de bonheur parfait que je n'avais pas porté depuis des années. Une esquisse sincère et attisée.

Alors que l'Alpha revenait aux triples galops, pleine de remontrance, la femme lui fit violence en l'écartant vivement. Presque à l'aise avec la situation, je l'avais gentiment fait reculer jusqu'à un tronc d'arbre épais à un mètre derrière lui avant de déposer mon poids sur son corps dans une étreinte féline.

Les chiens s'étaient couchés un peu plus loin, épuisé par leur soirée et seul le bruit de la brise dérangeait ce tableau silencieux. Dans l'ombre, ses yeux étaient plus brillants encore, alors que les miens s'assombrissait légèrement pour devenir gris foncés. Il était beau. Son charme n'avait donc pas de limite face à une femme tourmentée?

Perplexe, je levais un sourcil interrogateur en le dévisageant.

_ Nous avons toutes droit à ce petit cocktail de bienvenue?

Simple question. Je voulais me rassurer, avec une vérité, qu'elle soit blessante ou pas. Rien de ma voix ne laisser paraitre un reproche, elle était même presque amusée, si la peur ne s'était pas cachée derrière. Collée contre lui, j'attendais patiemment sa réponse, en espérant qu'elle soit aussi spontanée et chaleureuse de la précédente.
L'index de ma main droite se perdit en frôlant les lèvres de Svanheist, sous mes prunelles envieuses. De près; elles étaient encore mieux: charnues, rose, douce, ferme et légèrement humide.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Ven 22 Nov - 18:00



Le baiser provoqua une puissante explosion dans mon corps, ma pompe à sang se mit à devenir brûlante et le sang acheminait de grandes vagues de chaleur dans mes extrémités. La main qui était posée sur sa joue s’avança délicatement dans ses cheveux suivant la forme de sa tête tandis que l’autre se plaqua au creux de ses reins pour empêcher toute fuite, bien que le fait que le baiser soit totalement rendu me prouve déjà qu’elle ne s’enfuirait pas. Je sentais son corps devenir aussi brûlant que le mien, l’air autour de nous se chargeait d’électricité et devenait comme en ébullitions tant la chaleur en devenait intense. Cette femme en face de moi, qu’elle soit alpha ou pas, qu’elle soit louve ou pas, je la désirais plus que je n’avais jamais désiré personne. Les mains de Doylana n’avaient pas quittées mon torse devenant deux épicentres de vibrations, deux centres de frissons électrisant… Le contact de sa peau sur la mienne me rendait de plus en plus accroc.  Ses mains tremblantes vinrent alors rejoindre doucement ma joue et le coté de mon cou marquant ma peau de chair de poule dans leurs sillage, elle me faisait un effet que je n’avais jamais connu auparavant avec personne…  Nous échangions de longs baisé passionnés et simples quand elle écarta son visage du mien me lançant un regard qui se grava dans mon esprit, un regard encore plus envieux et désireux que la veille mais je reprit prestement ses lèvres pour ne pas lui laisser reprendre le contrôle, non, pas pour le moment, ma main perdu dans ses cheveux se retira doucement longeant sa mâchoire, elle glissa doucement le long de son bras pour lui saisir la hanche avec envie.  Mon autre main grimpa tranquillement vers sa nuque pour se poser doucement entre ses omoplates et ainsi coller un peu plus sa poitrine sur mon torse. Elle m’embrassa de plus belle et finalement au bout de quelques instants, elle écarta son visage du miens m’offrant un incroyable sourire comblé et heureux tout en passant une de ses mains dans mes cheveux. Mon regard luisant dans son regard devenu plus gris que lunaire, elle commença à me pousser jusqu’à-ce qu’un obstacle bloque ma marche arrière, je laissais échapper un léger grognement d’appréciation. Cette femme me rendait ivre d’envie et de désir, elle me fixait avec ce regard et lovait contre moi avec une sensualité féline que je découvrais avec plaisir.

Son sourcil se leva alors que ses yeux se fonçaient encore, je me doutais qu’une question la taraudait et je n’avais pas mis très longtemps à avoir le fin mot de l’histoire.
« Nous avons toutes droit à ce petit cocktail de bienvenue?  » Elle semblait craindre ma réponse. Elle passa un de ses doigts  sur mes lèvres provoquant une nouvelle vague de frissons, décidément cette femme me mettait dans un état second. Je baissai mon visage sur le siens alors que mes deux mains glissaient jusqu’à ses cuisses, d’un geste rapide et puissant, je la soulevais et la faisait basculer sur le coté pour coller son dos à l’écorce de l’arbre. Je plaquais alors mon bassin sur le siens pour ne pas qu’elle tombe et la fixait avec un regard désireux mais néanmoins sincère. « Non. » Je lui lançais un regard amusé alors que je prenais une longue inspiration de son parfum.  « Sache que certaines femmes ont eu droit de m’avoir dans leurs couche, mais aucune de ma vie ne m’avait fait un effet comme tu me le fais. Donc non, ce cocktail de bienvenue n’est que pour toi. » Je plaquais alors mes deux bras derrière ses épaules et ré-avançais mes lèvres près des sienne, quand elles furent presque en contact, je lui soufflai « seulement toi. » Puis je reprenais ses lèvres avec passion et envie, intégrant cette fois une nouvelle gourmandise au baiser, ma langue de faufila doucement entre ses lèvres pour enlacer la sienne avec engouement.  Sans réellement comprendre pourquoi au bout d’un moment, mes jambes perdirent l’équilibre et je m’écrasais au sol, dans un réflex, mes bras saisirent les hanches de Doylana pour ne pas qu’elle se blesse mais quand j’eus touchée le sol, son corps s’écrasa sur le miens, je laissais échapper un léger rire amusé alors qu’elle se retrouvait à califourchon sur moi. Un large sourire se dessina sur mes lèvres quand mes mains la saisirent aux aisselles pour reprendre le baiser là où nous l’avions laissé. Mes mains partirent caresser les courbe de ses hanches alors que je lui laissais un demi-contrôle sur la situation, elle avait la position de force mais je gardais toujours les rennes.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 0:20

Je ne me souvenais pas avoir connu un pareil sentiments par le passé. J'étais aussi perturbée qu'heureuse dans les bras de Svan, alors que je ne connaissais que depuis quelques heures. Une sensation envoutante et délicieuse, une torture que tout être humanoïde rêverait de connaitre chaque jour de son existence.
Blottie contre lui, j'attendais patiemment que les secondes s'écoulent. Lentement, je vis son visage se baisser vers le mien, quelques centimètres plus bas, ses mains glissant le long de mes cuisses avant de s'y arrêter brusquement. D'un geste vif, précis et sauvage, il me retourna pour me coller contre l'écorce sèche.
Une nouvelle vague de chaleur s'était emparée de moi. Plus intense, plus fervente que les précédentes, plus difficile à gérer aussi. Les joues étaient encore rougies par le désir, un masque que tout le monde pouvait décelé aisément.
Lorsque son bassin se colla violemment sur le mien pour m'empêcher de chuter, ma gorge laissa passé un gémissement presque inaudible alors que je tentais de respirer sous les battements explosifs de mon muscle cardiaque.
Ses yeux verrons se plantant dans les miens ne me facilitaient déjà pas vraiment la tâche, mais ses paroles me brûlaient plus encore. «Seulement toi.» Il n'y avait pas de mots, de phrases de citations, d'hommes ou de dieux pour décrire le sentiment qui m'avait parcouru, celui même qui avait arraché un sourire et un soupir chaud à mes lèvres bientôt prisent.
Sans que je ne m'en rendre vraiment compte, ma main droite se glissa dans ses cheveux à alors que ma mâchoire s'agitait en rythme avec la sienne. Tandis que ma main gauche se posait sur mon épaule, sa langue vint tendrement toucher la mienne.
Inconsciemment, ma main droite s'enfonça dans ses cheveux pour les serrer doucement sous l'emprise de l'avidité. Une cadence soutenue qui se trouva vite fichue en l'air.
Je me retrouvais à califourchon sur lui, incrédule alors qu'il riait aux éclats. Qu'il était bon se rire. J'avais envie de me jeter à son cou, mais je préférais l'observer encore un peu pour graver cette scène magique dans ma mémoire. Mes yeux n'avaient pas finis de se régaler que je me retrouvais déjà collée contre lui en échappant un rire à mon tour.
Mon bassin contre le sien, je dus décoller ce dernier pour arriver à sa hauteur en lui souriant sincèrement avant de me mordiller la lèvre. Le baiser reprit de plus belle sous les courbures féline de mon dos attaqué de délicieuses caresses. L'enlacement était enivrant mais malgré cette sensation divine, je m'écartais de lui pour me rassoir, sans honte, de tout mon poids sur le sien.

_ Vous êtes intenable jeune homme...

Notre position le prouvait largement. Et j'étais devenue une excentrique aussi, de par sa faute.
Alors que mon sourire s'étirait, je me penchais pour lui accorder un baiser rapide avant de me relever, tout aussi vite. Je n'en avais pas envie, mais la Taverne n'était qu'à quelques mètres et mes hommes à l'intérieur. Sans parler du gros gérant totalement répugnant. La vitesse, s'était pour qu'il m'empêche de mettre debout.

Droite sur mes jambes, je me penchais pour l'observais.

_ Tu comptes me suivre ou la vue des étoiles et plus plaisante que celle de ma personne?

Avant qu'il puisse répondre, je partais avec mes chiens en trottinant pour m'approchait de la taverne, saisissant mon sac au passage. Arrivée à la porte, il n'était qu'à un mètre à peine de moi. Déraisonnablement, je me mettais dos à lui alors qu'un regard qui en disait long le parcourait lentement. Je pivotais les talons pour entrer dans la taverne vide et y commander une bouteille.
Je m'amusais de la réaction qu'il aurait, je me délectais de ne pas tout lui offrir tout de suite, j'étais encore plus ravie de constater les regards jaloux des fille de joies présentent.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 3:03



Après une douce et longue séance de baisers et de cajoleries, la femme se redressa doucement sur moi et recula se rasseoir sur mon bassin, je sentais son poids et regrettait presque qu’il y avait des vêtements entre nous à ce moment même, mais ce n’était pas grave, nous avions tout le temps ce soir pour aller plus loin. Ou pas. Elle me fixa droit dans les yeux de son regard rocailleux et me lâcha avec une puissante pointe d’ironie
« Vous êtes intenable jeune homme... » ce qui me fit sourire immédiatement, elle était infiniment plus vieille que moi mais j’étais destiné à vivre aussi longtemps qu’elle de toutes façon. Je me contentai de lui faire un clin d’œil brisant un instant la brillance de mon œil droit. Elle se pencha pour déposer un dernier baiser sur mes lèvres avant de se relever prestement ne me laissant pas le temps de la saisir. Un large sourire étira mes lèvres alors que je la sentais prendre un malin plaisir à se retirer à mon étreinte, d’un autre coté, ça nous permettrait de savourer plus longtemps cette soirée. Elle se pencha sur moi et me lâcha une nouvelle réplique cinglante. « Tu comptes me suivre ou la vue des étoiles et plus plaisante que celle de ma personne? » J’lui aurais bien répondu que j’aurais plus apprécié les étoiles si elle se voyait revenir sur moi mais elle fila avant que je n’eus le temps de répondre. Un large sourire étira une nouvelle fois mes lèvres, alors que je basculais sur moi-même pour me relever aussi prestement qu’elle. Avec une grande impulsion je la rattrapais rapidement et quand je fus à un mètre derrière elle, elle se retourna et me jeta un regard si… Sulfureux, que je crus ne pas la reconnaitre, un large sourire des plus bestiale se dessina sur mon visage alors qu’elle se retournait pour entrer, je me mordis la lèvre inférieure et la suivit. Nous entrâmes dans le bar quand elle se décida à prendre une table mais bizarrement, des voix semblaient pester dehors. Des gens semblaient hurler au bâtard aux yeux Veron. Mon entrain s’évanouit alors que je fixais Doylana. Ils hurlaient des insultes dans la rue nocturne et ils s’adressaient clairement à moi. Mais le coup de grâce fut quand ils hurlèrent « Ramène nous donc ta catin, on lui montrera ce que sont de vrais hommes. » Je savais pas ce que c’était, le cycle lunaire, l’alcool ou seulement que je ne voulais pas être humiliés en face de Doylana. Mais une colère commença à grimper progressivement dans mon estomac. Mais pour qui se prenaient-ils ? Je n’avais même pas remarqué que les femmes visaient ma charmante compagnonne d’un mauvais œil. Je m’étais retourné vers la porte et l’avais poussé d’un coup sec de l’avant bras. Je m’avançais alors vers les trois abrutis qui hurlaient leurs inepties à voix haute. Les deux jumeaux et le blond était là, le blond avait la mâchoire totalement bandée et ne parlait que par gémissement, cette image clownesque aurait du me faire rire mais je n’avais pas envie de ça. Non pas envie du tout.

Le plus grand des deux frères portait un lourd marteau de forgeron, le grand blond une grosse hache convexe à double tranchants et le plus petit des frères deux dagues. Les trois hurlaient de rire alors qu’ils se jetaient sur moi sans un mot de plus. Le grand blond qui brandissait sa hache se jeta sur moi en hurlant intérieurement. Mon œil qui brillait changea totalement de teinte, mes deux yeux laissaient comme échapper de la fumée… Du moins à s’y méprendre c’était ce qu’on voyait. La hache allait entrer en contact avec moi quand je fis un léger bond vers lavant et me précipitais sur le plus petit des deux frères. Le marteau brandit par le grand roux fila droit horizontalement sur ma tempe mais me manqua de peu alors que je me baissais prestement. Le petit roux se jetait toutes dagues devant droit sur ma gorge. Je me redressai et fis une roue arrière pour esquiver les lames effilée qui m’auraient probablement valut de me vider à mort. Je me redressais prestement et jetais un bref coup d’ouïe derrière moi, la hache filait une nouvelle fois sur moi pour trancher tout ce qui dépassait de mes épaules. J’étais très mal placé et je n’avais nullement envie de céder la place à mon loup. Je fis une roulade sur le coté et me relevait prestement pour faire face aux trois hommes qui ricanaient. Je levais la main au ciel avant de laisser lentement mon bras retomber vers l’avenue à ma droite. Au loin un bruit de verre éclaté raisonna suivit d’un sifflement significatif d’un objet qui arrive à très forte vitesse. Les trois hommes me bondirent dessus et je du baisser le bras pour esquiver. Le hurlement d’une femme raisonna au loin alors que je parais la hache d’un rapide coup du revers du poing sur le plat de la lame. Une dague fila droit dans mes côtes mais dans un rapide mouvement de bassin pu le faire passer sur mon coté et le marteau que je n’avais pas vu venir s’écrasa presque sur mon visage. Je m’étais laissé tomber en arrière au risque de me faire mal mais le marteau aurait surement causé plus de dégâts qu’autre chose. Le marteau fila ensuite droit sur mon visage alors que j’étais allongé sur le sol. Je tournai alors rapidement sur le coté et tendit une nouvelle fois ma main dans la direction précédente en pensant « grouille ! » Le marteau arriva rapidement derrière ma tête mais ce que j’attendais toucha enfin la paume de ma main. D’un puissant revers de bras, ma lame gargantuesque faucha le marteau des mains du plus gros. D’un puissant coup de pied dans le ventre je le fis basculer au sol. Le petit jeta sur son frère alors que le blond me fonça dessus. Grave connerie. D’un puissant revers, la hache s’envola droit dans les bois. Le blond tomba à la renverse et tenta de reculer sur son postérieur alors que je marchais vers ces trois ordures consanguines. « De vrais hommes vous ? Sachez que je ne suis pas un homme. Je suis un Loup. Et je vais vous donner des cauchemars dans l’au delà pour le reste de l’éternité. » Je relevais la lame pour en finir avec ces trois salopard mais quand j’abaissa mon poignet pour les retirer de ce monde, la douce main de la femme s’y posa, elle était arrivée su vite que je ne l’avais pas vu venir et le simple contact de sa peau désarma mon bras…

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 11:25

Je n'avais pas mi une fesse sur ma chaise de cris vinrent de nouveau fracasser l'ambiance de la taverne. Curieuse, je tendais l'oreille. Je pouvais distinguer trois voix différentes et graves mais je dus me concentrer un peu plus pour comprendre ce qu'elles disaient. Elles m'étaient familières et pourtant, je ne savais pas dore à qui elles appartenaient. Me creusant les méninges, je jetais un coup d'oeil dans la salle pour trouver Svanheist, au même moment, il ouvrit la porte d'un coup sec. Je levais les yeux au ciel en comprenant de qui ils s'agissaient en fait, derrière la porte grinçante. Les danseuses et le crétin blond.
D'un geste las, je passais ma main sur mon visage. Le dernier de me guerrier posa une main puissante sur mon épaule en m’interrogeant du regard. Je lui faisais signe qu tout allait bien en entendant les premiers coups, je me levais pour voir ça de plus près alors que mon ami me suivait de très près, au cas ou, disait-il.
Je sentais Svan bouillir d'ici. Il était réellement intenable. Ces messieurs allait encore prendre une sacrée dense, si vous voulez mon avis et pourtant il paraissait sûr de leurs prouesses au combat contre cet homme. Mais le voilà le hic, ils pensaient qu'il s’agissait d'un homme. Je grimaçais en avançant vers la scène de combat. Le crétin blond, maladroit, avait failli m’assommer une ou deux fois avant de s'excuser et de me lancer un sourire qui se voulait certainement charmeur, c'était sans compté le bandage. Je me demandais bien ce qu'ils avaient pu dire pour que je retrouve Svan dans cet état de nerfs. Le pauvre était d'ailleurs en bien mauvaise position, une main tendue vers... Vers quoi, d'ailleurs?
Je levais un sourcil intéressé avant de me pencher légèrement pour éviter le crétin qui partait à la charge, une nouvelle fois. Je soupirais. Il n'avait donc rien compris? S'il continuait, c'était la mort à coup sûr.
Tiens, Svanheist se retrouvait avec une épée. D’où elle sortait celle là? Je regardais les alentours suspicieuse et pourtant, je ne trouvais rien. Une question de plus à lui poser.
La voix de Svan, que je trouvais si mélodieuse et agréable, même énervée, du tourner dans ma tête plusieurs fois avant que je n'en comprenne réellement le sens. Il était plus que temps que j'intervienne. Taran me suivait de près alors que mon second guerrier regardait par la fenêtre, amusé. Je posais ma main droite sur Taran pour qu'il ne bouge plus en m'avançant vers le lycan armé. Rapidement, je me précipitais vers son poignet alors qu'il tentait de s'abaisser. D'une main ferme et pourtant délicate, je le saisissais.
La lame tomba à terre sous le regard effrayé des trois lourdauds. Plutôt efficace, comme réaction, même si je ne m'attendais pas à avoir autant de d'emprise sur le jeune loup. Je vérifiais d'un coup d'oeil discret de ne pas avoir serrer ma main. Je n'avais pas utiliser ma force et pourtant, j'avais eu l'effet d'un poignard rien qu'en le touchant.
Le blond voulut lancer une remarque sarcastique mais Taran lui posa une main bourrue sur l'épaule et il se mit à déglutir bruyamment sans pour autant bouger.
Ma main gauche se posa tendrement sur l'épaule de Svan alors que la droite incrusté au poignet de ce dernier, le déplaça jusqu'à ma joue pour y déposer sa main. Tranquillement, je l'observais de mes prunelles grises, sous les sourires de Taran devant la scène.

_ Elle a toujours un effet inexplicable et fascinant à la fois cette femme...

Taran avait murmurer si bas, qu'il était presque impossible de l'entendre. Pourtant, les trois abrutis acquiescèrent sans pouvoir réellement bouger.
Je me déplaçais sur le côté pour mettre mon visage à quelques centimètres de mon "prisonnier". Plantant mes iris dans les siennes, je parlais calmement.

_ Je pense qu'ils ont eu leur dose, ils auront des cicatrices à vie.


Sans le lâcher des yeux, je remettais une de ses mèches de cheveux en place.

_ Il y a des moyens beaucoup plus attrayants de gérer sa colère...

Ma tête se pencha sur le côté alors que je m'approchais de son oreille.

_ Il y a moi, par exemple, qui te trouve extrêmement séduisant et bien trop à l’étroit dans cette tenue...


Là, encore, je doutais de ma capacité de persuasion envers ce qui ressemblait être mon futur amant. J’espérais réellement que l'appel de la chair le calmerait, du moins pour le moment.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 15:11



Quelle était cette sensation qui me désarmait ? Qu’elle était cette puissante colère que je ressentais, j’avais plus de retenue normalement. J’avais déjà remarqué que quand la lune était pleine, j’étais totalement intenable mais là, j’devais admettre que je n’avais aucune idée de comment gérer ça. Je brûlais intérieurement de boire leurs sangs avec une paille, mais pourtant, la main qui m’avait stoppé net sans user de force me fit lâcher ma lame qui s’écrasa avec fracas sur le sol. Cette lame presque aussi grande que moi m’arrivait jusqu’au torse. En fait elle était aussi grande que Doylana, détail qui m’aurait fait sourire en d’autres circonstances, mais je fixais toujours les trois énergumènes, le blond avait faillit blesser ma louve plusieurs fois et je n’avais nul autre désire que de lui briser une jambe pour aller avec sa mâchoire. Une main de Doylana vint se poser sur mon épaule alors qu’elle entrainait ma main qu’elle tenait sur sa joue. Mon regard perdit les espèces de volutes qui s’en échappaient et devinrent ternes. Je fermais les yeux pour les plonger ensuite dans ceux de la femme. Mon regard restait totalement impassible, je n’étais pas si facile à calmer que ça. Mon regard ce releva sur l’homme qui était toujours dans le bar quand nous y étions rentrés. Il avait fait une réplique le sourire aux lèvres, mais je n’avais pas entendu, j’entendais un bourdonnement et ma vue n’était plus que focalisé en son centre. Je ne voyais plus que le visage de Doylana et rien autour, elle avait eu raison de m’arrêter, j’aurais probablement laissé mon loup piquer une crise après avoir prit leurs vies et ça aurait pu devenir très moche. Je fermais une nouvelles fois les yeux pour reprendre mon souffle quand je sentis mon bras se fléchir, Doylana s’avançait plus proche de moi. Son parfum, pour une raison qui m’échappait totalement, me calmait progressivement, je sentais mon pouls reprendre une cadence normale, je sentais les veines de mes temps redevenir progressivement calmes, chacune de mes artères cessaient progressivement de me relancer.

Je ré-ouvris les yeux et les plantais dans ceux de la femme alors que ma vue revenait elle aussi progressivement. Mais ce ne fut pas ça le plus impressionnant, la simple voix de la femme tua tout les bourdonnements qui me rendais sourd à toutes sommation ou supplication, ma colère s’estompait peu à peu. J’n’allais pas fondre en larme après ça, c’était un mal nécessaire pour gagner le combat, ainsi que tous les suivants d’avance.
« Je pense qu'ils ont eu leur dose, ils auront des cicatrices à vie. »Mais je ne voulais pas qu’ils aient des cicatrices à vie, je les voulais mort. La main de la femme vint replacer une mèche de mes cheveux dans sa position initiale.  Je ne comprenais pas pourquoi elle se prenait la tête comme ça pour moi. Je n’étais pas de sa meute, je n’étais encore moins un intime avec elle. Bon c’étais vrais qu’on avait eu un épisode assez intime quelques dizaines de minutes auparavant, mais je ne savais pas me l’expliquer. Je n’savais pas m’expliquer cette attirance et encore moins cette sincérités dont j’avais fait preuve à son égard. « Il y a des moyens beaucoup plus attrayants de gérer sa colère...  » Ouais comme de les découper ronde… Quoi ? Attends, qu’est-ce qu’elle voulait dire par là ? Mon cœur fit un énorme boum dans mon torse alors que je comprenais ce qu’elle voulait dire, mais pourquoi maintenant après une scène aussi mauvaise que celle là ? Aimait-elle me voir corriger d’autres hommes ? Elle s’avança doucement sur moi pour me murmurer quelques mots à l’oreille. «  Il y a moi, par exemple, qui te trouve extrêmement séduisant et bien trop à l’étroit dans cette tenue...  » Bien qu’extrêmement flatté par la proposition, je n’étais pas en train de faire un caprice et je n’étais encore moins un enfant qui voulait sa sucrerie pour aller mieux. Je me sentais même presque vexé qu’elle veuille partager sa couche dans ces conditions, cependant. Je ne voulais pas la repousser mais je voulais lui faire comprendre qu’elle ne le faisait définitivement pas correctement. Je lui souffla alors à l’oreille en guise de réponse à ses avances. « Doylana. Si tu veux que nous allions tout les deux ‘’gérer notre colère’’, ne le fait pas pour me calmer fait le parce que c’est ce que tu désires. » Ma main quitta doucement sa joue alors que je reculais mon visage pour planter mon regard dans le siens. Je lui offrais un regard fort et invitant, j’voulais lui faire comprendre qu’avec moi elle n’avait pas à céder pour des idioties aussi ridicules que celles-ci. « Tu n’as aucune obligation envers moi Doylana, mais tu as des obligation envers toi-même. Si tu veux te donner à moi, fait le parce que t’es désires te disent de le faire. » Ma main toujours maintenue sur sa joue glissa sous son menton pour relever son visage vers le mien. J’étais sure qu’elle pouvait lire le désir en moi. Je la désirais depuis le moment où elle avait franchit la porte du bar, mais cette fois je lui laissais le choix.

[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 16:09

Décidément les homme ne comprenait rien à rien. Le principal était qu'il s'était calmés et qu'il n'avait pas vu les trois idiots tenter de revenir une ou deux fois, arrêté net par Taran. Il semblait presque vexé, ce qui me froissa un peu. Après tout, ce n'était pas ma faute si je le trouvais séduisant énervé, certes, ce n'était pas une habitude à prendre, mais je ne pouvais que reconnaitre que son impulsivité mettait... Du piment. Je ne saurais dire pourquoi, mais je le trouvais incroyablement attirant lorsqu'il devenait intenable.
Je levais les yeux au ciel alors qu'il se montrait particulièrement gentil et respectueux.

_ Je me suis mal exprimée.

Je m'approchais doucement de son visage pour poster mes lèvres à quelques millimètres des siennes.

_ Je trouve juste dommage d'utiliser tant d'énergie pour de parfait crétin, alors qu'une bouteille de whisky et une femme t'attendent pour monter à l'étage...

Comme si quelqu'un pouvait me forcer à recourir aux rapport charnels. C'était bien mal me connaitre. Il me désirait autant que je le voulais aussi. Il semblait e laisser un choix que je n'appréciais pas vraiment, rester ou partir. Comme si mon caractère me permettait de tout t'envoyer en l'air. Je soufflais en remettant mes idées en place.

_ On ne m'a jamais forcée à quoi que ce soit. Si tu crois que j'ai souvent recours à ce stratège pour calmer les loups, sache que tu es le premier depuis des siècles à m'avoir toucher...

Discrètement, mes lèvres frôlèrent les siennes dans un murmure.

_ Et je ne veux pas que ca s'arrête...


Je me redressais doucement, sans le quitter des yeux avant de parler à l'intention de Taran:

_ Je pense que tu peux raccompagner ses messieurs en lieux surs.

Sans attendre, il se fit un plaisir de les gratifiés d'un magnifique coup de pied dans le derrière pour qu'ils avancent. Une fois la petite bande éloignée, je m'approchais de nouveau de Svan, empiétant largement sur son espace vital pour poser une main délicate sur son torse et saisir la sienne de mon bras disponible. Je n'étais pas vraiment à l'aise avec mes mouvements, l'Alpha bloquait la femme sans arrêt et cette dernière devait se débattre pour avoir le dernier mot. Je me hissais sur la pointe des pieds, pour toucher ses lèvres quelques secondes avec les miennes, dans un baiser tendre et rassurant qui ne laissez passer aucune question. Serrant sa main plus fort, je tirais légèrement dessus en m'éloignant pour qu'il me suive.
Toujours accrochée à lui, je poussais la porte de la taverne presque déserte à cause du tapage pour m'y enfoncer et attraper la bouteille. Mes canines s’empressèrent de la déboucher alors que je m'asseyais sur la table et non sur la chaise en croisant mes jambes nues. Je lui tendais la bouteille en souriant.

_ Ca ne peut te faire que du bien...

Je prenais appuis sur ma main droite et penchais la tête en le dévorant du regard. Mes yeux baladeurs ne se voulaient pas discret et l'alcool m'y aidé particulièrement. Il enlevait peu à peu l'Alpha pour laisser la place à la femme que personne ne connaissait puisqu’elle était terrée depuis des siècles derrière la plus puissante et al plus respectée des deux; la chef de meute.
La femme était fragile, douce, compréhensive, sauvage et malheureusement en mal d'amour. L'alpha, elle, était forte, sévère, organisée et aimée de tous. Il était temps de lâcher prise et de laisser tomber le masque. Plus personne n'était là pour voir la scène, à par le gros barman qui nous tournait le dos, surement de crainte de s'en prendre une au moindre faux pas.
Alors que mes pensées fusaient pour torturer mon pauvre cerveau, je me mordais la lèvre et la fit saigner pour la troisième fois de al soirée. Un record.
J'étais perdue dans des images aussi exquises que dérangeantes. Une ombre brune me retira de mes pensées. Svan était devant moi et semblait particulièrement apprécier ma position. Je me penchais pour me rendre près de son visage.

_ Je crois que c'est le moment ou tu reprends les commandes et que tu ne me laisses pas le choix...

On se remue jeune homme, l'alpha vient de disparaitre pour le reste de la nuit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 18:13



Bizarrement, quand j’eus finis de parler, j’eus l’impression de faire totalement fausse route. C’était dire, j’étais tellement partit loin dans ma colère que je n’avais toujours pas les idées claire bien que mon corps avait été calmé instantanément par la présence de la femme. Ouais j’étais même pas fichu de penser correctement.
« Je me suis mal exprimée. » la femme rompit un peu plus la distance entre nous jusqu’à-ce que nos lèvres se touchent presque. « Je trouve juste dommage d'utiliser tant d'énergie pour de parfait crétin, alors qu'une bouteille de whisky et une femme t'attendent pour monter à l'étage... » Qu’elle ne s’inquiète donc pas sur ça, de l’énergie j’en avais infiniment plus à revendre. Un large sourire se dessina sur mes lèvres, elle avait bien raison sur se point, les trois déchets n’en valaient pas la peine. Non elle n’allait pas coucher avec moi pour me calmer ou me récompenser, non, je le sentais dans chaque fibres de ma peau, il y avait une espèce d’alchimie qui opérait entre nous, quelque chose de fort que je ne savais pas désigner ni contrôler, cette irrépréhensible envie de réduire à néant la distance entre les corps, de supprimer tout obstacle à nos peaux, de ne faire qu’un avec fureur toute la nuit. Je ressentais ce désir dans chacun de ses gestes et de ses sourires. « On ne m'a jamais forcée à quoi que ce soit. Si tu crois que j'ai souvent recours à ce stratège pour calmer les loups, sache que tu es le premier depuis des siècles à m'avoir toucher... » Au moins elle finissait de me rassurer, bien que l’idée que d’autres hommes ait pu la toucher m’aurais presque foutu en rogne, toujours pour la même raison qui m’échappe. Enfin c’était vrais quoi, qu’est-ce qui me disait de quoi demain était fait, dans tout les cas je m’en fichais éperdument, je l’avais ici avec moi. J’avais été vraiment con de penser ne serait-ce qu’une seconde qu’elle eut ou put être capable d’un tel stratagème pour me calmer, alors qu’elle aurait aussi put me frapper si fort que j’en aurais perdu conscience, je voyais ma force avec mon jeune âge et je n’osais imaginer la sienne. Elle était magnifique, un exemple de force et de beautés et je la désirais pour moi au moins ce soir, et peut-être après, je n’savais pas, je m’en fichais, elle détournait mon esprit de ces questions futiles, on était des loups, on était de ceux qui préfèrent vivre au jour le jour. Et ça me convenait parfaitement pour aujourd’hui. Les lèvres de la femme me tirèrent de ma brève rêverie me provoquant des frissons dans le dos faisant se crisper mes muscles pectoraux. « Et je ne veux pas que ca s'arrête... » Un nouveau sourire étira mes lèvres, j’avais été vraiment stupide la minute précédente. Doylana adressa un mot à Tharan qui fit bouger les trois imbéciles et débarqua avec eux. Je lui fis léger signe de tête quand les mains de ma femme attirèrent une nouvelle fois mon attention.

Une main sur le torse et une dans ma la mienne, sur la pointe des pieds, elle déposa un baiser sur mes lèvres, un doux baiser partagé puis m’entraina dans le bar où elle me tendit la bouteille de Whisky qu’elle avait eu le temps de commander avant ce tintamarre.
« Ca ne peut te faire que du bien... » Elle avait fait sauter le bouchon d’une façon très sexy que seul un loup pouvait réellement apprécier et avec un sourire je laissa couler le liquide brûlant le long de ma gorge. Je poussai un long grognement une fois ma gorgée finie alors que je reposais mes yeux sur la femme. Ses cuisses nues croisées juste devant moi me donnait envie d’y croquer, en fait j’avais envie d’embrasser chaque centimètres de sa peau, de la dévorer avec ferveur et plaisir tant elle développait de désir chez moi, et cette position, ce regard qu’elle me lançait me dévorant au moins autant que je la dévorais… Je posais la bouteille derrière elle et me penchait sur elle alors que mes mains s’appuyèrent sur la table de part et d’autre de sa magnifique courbe postérieure. Un sourire enjôleur étira mes lèvres, en fait, j’allais déjà mieux depuis le moment où elle m’avait plus ou moins rembarré et fait re-comprendre qui elle était. Mais la p’tit coup à boire m’avait redonné sens avec la brulure alcoolisée. Doylana se pencha vers moi réduisant encore un peu la distance entre nos corps. « Je crois que c'est le moment ou tu reprends les commandes et que tu ne me laisses pas le choix... » Mon sourire s’étira de plus belle. Elle était vraiment affolante et enivrantes quand elle s’y mettait. Ma main gauche se releva décroisant ses jambes, les écartant doucement pou finalement y présenter mon bassin. Ma main se posa doucement dans son dos et je la fis basculer en arrière. Mon sourire dévoilait un peu plus mes canines alors que j’élevais un de mes sur-cils et lui répondais sur un ton faussement outré. « Tu n’as pas d’ordres à me donner » Je lui tirais rapidement la langue avant de lui offrir un baiser des plus langoureux. Je laissais à présent mon poids sur le corps de la femme faisant grincer dangereusement la vieille table sur laquelle nous étions couchés. Le barman qui semblait nous regarder poussa un grognement rauque mais pour seul réponse, je mis un coup de pied dans ma chaise qui fit un tintamarre d’enfer. Finalement je la soulevais dans mes bras et prit la direction de l’escalier pour rejoindre sa chambre sans oublier d’attraper la bouteille. Elle me guida sans poser pied au sol jusqu’à sa chambre, j’ouvris la porte, la déposai sur le lit, fermai la porte à clef et me retournait vers elle avec un large sourire. Cette fois on était seuls.

Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9109
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Lun 25 Nov - 19:59

Mes dernières paroles eurent l'effet escontés. Bientôt, ses mains se crispèrent sur mes genoux pour les décroiser vivement, sans pour autant que le geste soit rapide. Son bassin s'était avancé sur le mien pour le coller et me faire regretter les barrières de tissus que nous portions respectivement, coupant ma respiration quelques secondes. Il me tirait la langue et je tentais gentiment de la mordre avant qu'elle se lie à la mienne.
Après avoir fait taire le barman, qui, je suis sûre de rincer plus l’œil qu'autre chose, il attrapa la bouteille vagabonde et me porta jusqu'à ma chambre. Après m'avoir tendrement posé sur le lit, il trottina presque pour aller fermer la porte.
Lorsqu'il se retourna, il avait cet air sûr et craquant avec un regard qui ne trompait pas.
Je prenais une gorgée d'alcool avant de poser la bouteille par terre. J'étais sur le côté, le coude enfoncé dans le matelas pour que ma paume tienne ma tête, jambes croisées, la main droite posée sur le matelas que je tapotais en regardant Svanheist.

_ Je sais que je ne suis pas censée te donner d'ordre, mais, que dis tu de venir près de moi?

Ma main tapota le matelas plus vivement alors que je ne le quittais pas des yeux. Je brûlais d’impatience, mais je ne tenais pas non plus à précipiter les choses, déterminée à profiter de chaque minute comme s'il s'agissait de la dernière et de la plus importante de mes siècles d'existences. Je voulais gouter son corps en entier, ne rien oublier. J'étais prête à le dévorer en entier mais je m'abstenais, consciente qu'il contrôlait et que ca me plaisait. Je lui aurais bien sauté dessus alors qu'il était encore debout mais au lieu de ça, j'étais allongée en le dévisageant, un sourire en coin, impatiente.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   Mar 26 Nov - 15:42



La femme prit une gorgée d’alcool alors qu’une petite goute vagabonde glissa le long de ses lèvres pour rejoindre son menton. « Attends j’arrive ma petite » Sa position à demi-couchée posant doucement la bouteille sur le plancher de la chambre avant de relever sa main et de tapoter doucement le coté du lit pour que je la rejoigne. Les reflets lunaires traversaient le verre de la fenêtre de la chambre pour sublimer sa silhouette de ses courbes. J’étais totalement obnubilé par l’observation de son corps et de ce geste invitant qui m’intimait une nouvelle fois ce désir que nous partagions.
« Je sais que je ne suis pas censée te donner d'ordre, mais, que dis tu de venir près de moi?  » Je fixais la goutte de whisky qui avait perlé doucement le long de son cou pour finalement mourir sur sa poitrine. Elle tapota plus vivement le matelas me faisant sentir son impatience et entre nous, j’en avais de plus en plus marre d’attendre, mais c’était l’histoire de bien faire les choses. Je retirais ma veste et la jetais sur le mur à ma droite. Je me saisis doucement d’un morceau de la bande qui composait mon haut et l’arracha d’un coup net. La bande se desserra et  se retira lentement, je restais fixe sur place, lui lançant un regard embrumé de désir et de provocation alors que la bande tombait doucement de mon torse. Après quelques minutes, mon ventre et mes abdominaux étaient totalement à découverts, c’est alors que mon tatouage commença à se découvrir. Dans un violent geste de bras, j’arrachais ce qui restait et le jetais sur le sol. La patience était passée. Mon tatouage était irrémédiablement immobile ce qui ne me dérangeais pas, au moins elle ne serait pas troublée par ce détail.

Je m’avançais finalement vers elle, d’un pas lent mais décidé quand finalement je fus face à elle. Je ne fis cependant pas comme elle l’entendait. Je passais doucement ma main au creux de ses reins pour la ramener dans mes bras. Je la soulevais et faisais passer ses jambes autour de ma taille puis je m’asseyais sur le lit. Je la fixais droit dans les yeux avec un sourire des plus amusé, elle était assise à présent sur moi. Ma main remonta le long de son dos pour toucher sa nuque, puis poussa légèrement sur sa nuque pour rejoindre à nouveau nos lèvres. Je joignais une nouvelle fois nos langues se livrant à un balai endiablé à mesure que notre désir devait plus grand, plus pressant. Mes lèvres dévièrent alors de ses lèvres pour lécher doucement la piste de la goutte de whisky. Je m’attardais alors plus longuement sur son cou que je mordis avec désir et frustration de retenir toute cette fureur de la posséder qui montait en moi. Je voulais qu’elle n’en revienne pas, j’voulais qu’elle s’en rappelle, mais ce dont j’avais besoins, c’était de patience, pour que le moment où nous passerions aux choses sérieuse, tout serait infiniment meilleur. La frustration, qu’elle belle façon d’amplifier les choses. Mes lèvres passèrent alors à sa clavicule, puis longèrent son décolleté, une de mains main fit alors doucement chuter une de ses bretelles de son débardeur et mes lèvres prirent fougueusement direction de son épaule. Mon autre main toujours rivé sur le creux de ses reins la maintenait fermement nos deux bassins collés.  J’étais totalement embrumé de désir pout cette louve qui me rendait totalement dingue et maintenant j’en étais sure, c’était elle qui me faisait cet effet, pas l’alcool et pas la lune bien qu’il devaient éventuellement aider en un sens.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une soirée intéressante. [Pv:Doylana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Une organisation intéressante(Pv Zunder D taker)
» Enfin une petite occupation intéressante [Libre]
» Description d'Oak Town
» [UN ARTICLE DE PRESSE] Les univers parallèles, une théorie intéressante !
» Une jument plutôt intéressante...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-