Partagez | 
 

 Guiall Emu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Guiall Emu   Jeu 24 Oct - 4:07












Guiall Emu
20ans . Humain . Célibataire .Roublard. Un bois de Salvanniàh .Hétéro.



Guiall est malin, un fourbe qui aime bien les fêtes (et en particulier celle où il n’a pas été invité). On le décrit comme le plus marrant de son village ce qui le rend plaisant ou l’inverse quand son humour devient trop incisif. C’est un habitué des larcins et des embuscades en foret ce qui lui faut une sale réputation de brigand dans les grandes villes où on peut voir son visage affiché sur quelques affiche avec la mention « 2.000 Dari mort ou vif ». Il adore volé et sentir qu’il a un coup d’avance. Son coup favori : se faire passer pour une victime jusqu’au dernier moment puis retourner d’un revers la situation en se moquant copieusement de sa cible.
Cependant ce truand a le sens des responsabilités, protège ses amis, les faibles et l’innocent. Ce garçon fait parfois preuve de grande générosité en rapportant ou village les animaux qu’il braconne sur les terres voisines et la plupart des gens de son village même si ils ne veulent pas le côtoyer le respecte et ne le dénonce jamais quand il est suivi par des chasseurs de prime trop téméraires ou un milicien zélé. Il ne cherche pas non plus à se faire passez pour un justicier bien qu’il est horreur de l’injustice et du pouvoir des nobles sur les pauvres gens. Ses parents répète à qui veux l’entendre que leur fils à toujours été très persévérant et qu’il a appris à lire à compter tout seul (eux même étant analphabètes). Mais il préfère ce décrire lui-même comme : « Une ombre qui a choisis ces propres règles ».




Guiall  Emu est un jeune homme d’une vingtaine d’années, avec un physique plutôt passe par tout. Il est élancé et légèrement musclé, pas le genre à se battre à main nues contre un lycan. Ses cheveux sont châtain foncé et forme une épaisse tignasse qu’il a depuis longtemps arrêté d’essayer de coiffer. On se demande d’ailleurs d’où il les tient car ses parents ont les cheveux noirs. Ces yeux fouineurs couleurs noisette, par contre il les tient de sa mère. Et son nez pointu légèrement proéminent, il le tient de son père. Tout comme lui il tente de dissimuler ce trait en ce laissant pousser la barbe et la moustache qu’il taille soigneusement tout les matins. On dit de lui qu’il a le visage fin et que quand il bouge, son corps dégage une sensation d’agilité animale. Ce grand garçon tient très bien l’alcool comme tous les membres de la famille Emu grands amateurs de banquet. Il ne parait pas très costaud ou endurant mais une fois que son corps est imbibé d’alcool il court beaucoup plus vite, ses réflexes sont décuplés  et malgré le fait qu’il ne puisse s’empêcher de rire en permanence, il réfléchit plus vite aussi.
Guiall a pour habitude de se vêtir d’un simple veston de cuir et pour les grandes occasions ou pour  épater la galerie, il arbore une armure à plaques d’acier gravé assez luxueuse. Ses capes et capuchons sont généralement vert pâle presque gris car c’est la couleur qui attire le moins l’attention quelque soit le lieu. On l’aperçoit rarement armé mais c’est le genre le type à garder une lame courte planqué dans sa manche.


Guiall est née dans un petit village dans le nord est de Salvanniàh, réputé pour ces champs de poireaux.  Le jour de sa naissance, sa mère était partie cueillir des plantes dans la forêt quand elle fut prise de contraction. Quand on lui rappel ce jour, elle aime à dire que déjà bébé son fils aimait arriver dans les moments les plus inattendus.  Guiall vit donc le jour dans les bois et y passa une nuit le temps que sa mère récupère de l’accouchement qu’elle avait effectué seule avant que son mari inquiet ne finisse par la retrouver.  En grandissant, le petit nourrisson devint de plus en plus colériques et insupportable, refusant parfois pendant plusieurs jour se nourrir. Il mit beaucoup de temps à apprendre à marcher car il était plutôt maigrichon. A l’école du village, tenu par un druide, il révéla très tôt des facilités d’apprentissage impressionnantes ainsi qu’une propension à voler et mentir pour attirer l’attention des autres sur lui. « Rien de bien méchant. il cherche juste à recevoir de l’amour et de l’estime avec des petites mesquineries de garçon farceur » disait le druide bienveillant.
Malheureusement au fils des années les mesquineries devinrent de graves bêtises puis des petites escroqueries, de grosses arnaques en délits mineurs. Le jeune Guiall devint donc un adolescent à problèmes arpentant les marchés noirs des cités environnantes pour revendre des objets volé ou des animaux braconnés. Ses activité illégales n’avait rien d’exceptionnel jusqu’au jour ou une de ses escapade tourna au drame. Agé alors de dix-huit ans il traînait dans une taverne de mercenaire ou il avait pour habitude d’écouler ses armes volées au marché. Une charmante Dimalis vint le charmer et, comme il avait écoulé tout son butin à une troupe d’orc peu regardant sur la qualité du matériel, le jeune homme lui offrit quelques verres d’hydromel. La Dimalis lui offrit en retour deux fois plus de verres. Une fois le roublard complètement rond la jeune femme lui demanda malicieusement « Dit moi beau gosse pourquoi n’irai tu pas me voler la plus belle des bagues du royaume en cadeau de mariage ». Guiall qui pourtant n’est pas facilement manipulable en temps normal accepta immédiatement. La séductrice amusé ajouta que le voleur avait jusqu’au levé du jour pour lui ramener une bague digne de servir de présent. Bien quelle n’avait en réalité aucune envie de se marier avec lui. Le jeune partit donc aussitôt dans la nuit à la recherche d’un joyau à la hauteur de la promesse de mariage qu’on lui avait fait. Le jeune alcoolisé se rendit directement devant l’étale d’un bijoutier qui était en train de remballer ses marchandises voyant la nuit s’assombrir. Guiall lui fit les poches avec facilité et emporta sur lui une dizaine de bagues. Mais lorsqu’il revint tout sourire à la taverne sa futur dulcinée jeta les bagues au sol en s’exclamant que ses bijoux là ne valait pas un clou et qu’elle était profondément déçus. Guiall s’excusa platement mais toujours poussé par les effets de la boisson et la beauté de la Dimalis, il ressortit avec pour objectif de réaliser le cambriolage du siècle : s’emparer de la bague de la femme du seigneur de la cité.
Ce qu’il fit pour y parvenir il ne s’en souvient lui-même que de manière vague car il commit l’erreur de se revigorer à coup de vin rouge avant d’entreprendre son vol. En revanche on sait que cette nuit là les précieux joyaux de la reine disparus. Et le lendemain le chef de la garde qui avait veillé toute la nuit devant la salle du trésor annonça sa démission le lendemain en laissant un rapport sur les événements  de la nuit. Le rapport comportait les notes suivantes : « Comme vous le savez mon seigneur la bague que vous aviez offert à votre épouse a été dérober cette nuit. Je vais tenter dans cet ultime rapport vous détailler ce que j’ai vu dans les corridors de votre donjon.  
--4ème ronde de garde— Lune à son apogée
A l’instant où je m’apprêtais à relever le garde de la troisième ronde une silhouette tomba avec fracas au bout du couloir. De toute évidence l’individu a été assez fou pour escalader le rempart ouest mais à glissé de l’escalier en voulant rejoindre le corridor du deuxième étage. Surpris mon subordonné et moi avons dégainé nos armes en avançant prudemment vers le corps inerte du mystérieux intrus. Quand soudain il se leva d’un bon et se faufila entre nous deux en m’arrachant au passage mon trousseau de clé. Il était bien trop rapide pour nous le temps de se retourner il était déjà en train d’essayer d’ouvrir la salle du trésor en rigolant. A l’ instant où il trouva la bonne clés je le rattrapais mais il m’assomma avec une facilité digne d’un véritable professionnel. La suite vous la connaissez : le corps de mon collègue une dague plantée dans le ventre et le coffre contenant la bague vide tandis que le reste du trésor seigneuriale n’a même pas été déranger. Je porte sur moi la responsabilité de la mort du garde sous mes ordres ainsi que le vol.

Avec tout le respect que je vous dois sir je ne puis plus assurer correctement mes fonctions. Engagé un chef de la garde plus jeune et surtout moins faible. Adieu. ».

Le lendemain Guiall se réveilla dans l’auberge. Il chercha confusément la Dimalis mais elle avait disparus avec toutes les bagues (y compris celle de la reine). Depuis ce jour les divers amendes pour vols et arnaques du roublard ont été remplacé par le fameux 2.000 Dari mort ou vif, sur les avis de recherche de cette cité de Salvanniàh.


Pseudo: Guiall
Âge: Une vingtaine d’années
Fréquence de connexion: Je débute mais je vais essayer d’écrire toutes les semaines
Un petit commentaire: C’est un secret l’ami
Code du règlement:
Spoiler:
 

© Copyright 2011 - Fiche de présentation : LYLINEE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guiall Emu   Jeu 24 Oct - 10:14

Très belle fiche pour ma part je n'ai rien à redire Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guiall Emu   Jeu 24 Oct - 19:00

bienvenue à toi ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guiall Emu   Ven 25 Oct - 0:39

It's bin bin good pour me Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Guiall Emu   Ven 25 Oct - 17:23

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Guiall Emu   

Revenir en haut Aller en bas
 

Guiall Emu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-