Partagez | 
 

 Run Forest, run ~ 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Run Forest, run ~    Dim 22 Sep - 0:04











Nelae Achitaka
21 ans . Walkyrie . Célibataire . Guerrière d’argent. Les montagnes de Salvanniàh. Hétérosexuelle.



*Les tables étaient entassées dans cette petite maison qui servait de caverne.  À l’intérieur, la salle était bondée; une bonne quarantaine d’hommes, aux manières primitives, trinquaient en éclatant bruyamment de rire. La luminosité était tamisée, nous offrant une vue plus ou moins acceptable grâce aux quelques lampes qui éclairaient le bar; l’odeur de l’alcool se mêlait à celle de la sueur, du tabac et du renfermé. Bref, une charmante place, non? Assis de manière grotesque, les présents clients commandaient des plats de nourriture exorbitants, certains s’adonnaient à des jeux de cartes et d’autres racontaient leurs exploits de guerre, exagérant bien sûr leurs nombreuses victoires; celle contre des brigands, des mercenaires ou bien même l’affrontement contre d’autres espèces ennemies à la race humaine. D’ailleurs, parlant de races à part, un homme parmi tant d’autres se leva, profitant de cette occasion pour entrer dans le vif du sujet. D’une voix forte et roque, il s’adressa à la foule en abattant violemment son bock de bière sur la table.*

- Moi, j’ai une histoire à vous raconter : Celle d’une femme, mais pas n’importe laquelle! Le récit d’une femme froide, sans émotions ni pitié. On dit même qu’elle n’a pas d’âme et que si vous la croisez….votre tête tombera! *s’écria-t-il soudainement en balançant sa bière au sol, comme pour s’accorder de la crédibilité. Chacun se tut à ces mots, regardant avec surprise le contenant métallique qui roulait jusqu’au bar. Puis, le conteur reprit de plus belle.* Cette walkyrie, car oui il s’agit encore d’une d’entre elles, se nomme Nelae, Achitaka Nelae. Selon les rumeurs,  elle n’aurait jamais souri ni pleuré depuis déjà 10 ans et ne parlons surtout pas d’aimer! Elle n’agirait pas par logique mais par instinct, l’instinct meurtrier des prédateurs.  Cette dernière n’accorde d’importance qu’à l’art du combat, auquel elle se dévoue sans relâche. Elle est très respectée pour ses compétences incroyables dans l’art de la guerre, bien qu’elle soit rejetée des autres femmes de son espèce.

-Hein? Rejetée, mais pourquoi? *La question suscita l’intérêt des autres qui commencèrent à murmurer entre eux les possibles raisons d’une telle exclusion.*

-Parait-il qu’elle est folle alliée. La rumeur a beaucoup circulé chez les humains, c’est un des forgerons de son peuple qui nous l’a racontée. Il lui arriverait de parler seule à voix basse... Quoi qu’il en soit, mis à part ce détail, c’est un pur modèle de fierté et de dignité; toujours l’arme à la main, elle ne capitule pas, n’abandonne pas et ne se soumet pas, mis à part aux demandes de la guerrière d’or, qu’elle écoute bien que difficilement. Elle est d’ailleurs à la tête d’une des trois armées de son espèce et croyez-moi, lorsque elle dit quelque chose, elle ne le redit pas deux fois, prenez garde. Cette jeune dame est très autoritaire lorsque il s’agit de veiller à l’ordre dans ses rangs. Elle ne parle qu’à de très rares occasions, mais lorsque elle ouvre la bouche, ses conseils peuvent être dévastateurs pour l’ennemi. Un excellent stratège je vous dis! C’est aussi une vaillante combattante qui s’entraîne nuit et jour acquérir une force de plus en plus grande et redoutable, car ce mot peut très bien la qualifier chers amis! Une terre baignée dans le sang, jonchée de cadavres avec en son centre, les plus dangereuses walkyries que ce monde puisse avoir. Voilà comment l’on décrit la guerrière d’or et celles d’argent! C’est le genre de personne qui n’accorde sa confiance à personne, ou du moins personne à ce jour, et que l’on n’approche pas si l’on veut survivre. Elle n’est pas ‘’politically-correct’’ comme nous le décrit si bien l’expression; débattre n’est pas son fort et encore moins négocier. Vous lui posez une question, elle vous répondra par les armes. Et vous savez la meilleure? Une légende suppose qu’avant de mourir sous sa lame, on entendrait les pleurs de ses dernières victimes, celles à qui elle a volé les âmes pour les enfermer dans son pendentif.


*Les lieux étaient désormais silencieux. Tous attendaient la suite, ce qui réjouit d’ailleurs celui au cœur de l’attention. Il leva sa main, faisant signe à la serveuse de lui ramener un autre bock. Ce ne fut qu’une fois sa bière à la main, une gorgée coulant dans sa gorge, qu’il s’éclaira la gorge pour reprendre.*

-Cette Nelae, elle est l’incarnation même de la tromperie si vous voulez mon avis; à première vue, on n’en croirait même pas nos yeux que ce petit bout de femme puisse être à l’origine d’un si grand nombre de morts. Certainement plus basse que les 2 mètres, elle environne peut-être les 1 mètre 70 avec un rapide coup d’œil. Notre demoiselle possède un teint monstrueusement pâle et une musculation incroyablement fine, si bien qu’on peut à peine en cerner les contours subtilement gonflés. Elle ne dépasse clairement pas les 60 kilos et même difficilement les 55. Outre cela, elle a un corps de femme comme il se doit être, si vous voyez ce que je veux dire. Par contre, personne n’a jamais eu le courage de lui faire savoir ce détail, ou il n’est plus de ce jour pour nous en témoigner.  *Ce dernier laissa échapper un léger rire, soutenu par celui de plusieurs autres. Il marqua de ce fait une pause, prenant le temps de se rafraîchir avant de continuer.*

-Quant à son visage, on peut dire qu’elle ait un joli minois. Une beauté sanguinaire! De forme plutôt triangulaire, les traits de son visage son pointus, tout comme son nez parfaitement proportionné. Ses lèvres, pulpeuses à souhait, sont dessinées d’un rose pourpre qui donnerait bien envie à un jeune fou d’y poser les siennes. Imaginez, l’espace d’un instant, qu’un sourire naisse sur celles-ci. Il s’agirait sans doute d’une arme encore plus redoutable que le tranchant de son épée! Bref, revenons-en à nos moutons. Si on lève son regard un peu plus haut, on peut apercevoir de véritables joyaux, des pierres précieuses flamboyant d’un magnifique vert turquoise. La couleur y est si scintillante qu’il ne serait pas impossible de distinguer clairement ces deux perles dans l’obscurité. Celles-ci sont soulignées par de longs cils noirs qui les mettent parfaitement en valeur : Le tout surhaussé par de pointilleux sourcils, souvent froncés pour adopter un air malheureusement froid et distant. Enfin, la cerise sur le gâteau; une longue chevelure blanche virevoltant au gré du vent pour nous donner l’impression d’y apercevoir des reflets argentés. Des cheveux si fins qu’il serait aisé de les confondre avec du fil d’argent.

Ce qui nous rappelle néanmoins à la réalité chez cette meurtrière, car ne vous laissez pas attendrir par cette description angélique, c’est bien son armure visible à des kilomètres. Celle-ci se résume, en règles générales, à une combinaison moulante d’un bleu métallique ne s’arrêtant qu’aux poignets et à la mi-cuisse ainsi que deux épaulettes dont l’or fut travaillé par un habile forgeron de son peuple. Une ceinture entourant sa taille accompagne bien sûr son équipement afin d’y faire tenir son épée. Pour le reste, la Walkyrie porte bien sur des gants et des bottes qui terminent leur course aux genoux, mais nous ne pourrions dire que ces éléments l’avantagent particulièrement; il s’agit sans doute d’ajouts pratico-pratiques qui n’ont pas pour première fonction de la protéger au combat...




*Il n’y avait plus un bruit dans l’auberge. C’était fort étonnant, surtout en sachant qu’il y avait, en cet endroit, un sacré nombre d’humains barbares. Décidément, ce récit semblait attiser leur intérêt. L’homme ne se précipita pour leur raconter ce qu’il avait récolté des rumeurs circulant ici. Se laissant choir sur sa chaise, il termina lentement sa bière et souffla un coup.*

-Alors, vous voulez savoir son histoire? Je me lance…On en connait très peu sur l’identité des deux parents, juste assez pour dresser un portrait rapide de la situation dans laquelle naquit la petite. Nelae étant une pure Walkyrie, ses géniteurs sont tous deux de la même espèce : son père était un talentueux forgeron, l’un des meilleurs à l’époque et sa mère? N’en parlons pas; certes, elle n’avait pas l’un des nobles titres de guerrière en chef, mais elle restait une adversaire redoutable, indispensable au combat. Pendant de longues années, cette combattante tuait, protégeait, défendait et se battait au nom des Walkyries. On reconnaissait l’honneur d’une telle détermination et d’une si grande force dont la femme faisait preuve. Déjà, on voyait cette famille comme étonnante et respectable. Or, cette réputation ne se transmettrait pas de génération en génération; Bien sûr, l’envie d’entamer une descendance qui perpétuerait cet honneur familial était un désir qui torturait sans cesse sa mère. Pourtant, malgré ce vœu tant souhaité, il s’agissait-là d’une chose qui lui était impossible, car la femme n’arrivait pas à enfanter. Elle avait essayé, consulter des guérisseurs, fait des allers retours incessants entre leur terre et celle des humains pour trouver des solutions auprès de leurs soigneurs, mais rien. Le temps passait, la femme vieillissait et elle n’avait toujours aucun enfant. Puis, la nature frappa, produisant un miracle depuis longtemps oublié : La walkyrie tomba enceinte.  C’était une bénédiction qui illumina cette époque sombre pendant laquelle le sang coulait sur les terres, annonçant une guerre prochaine. Elle avait enfin réussi à obtenir ce qu’elle avait désiré le plus au monde. On dit qu’en apprenant une telle nouvelle, la jeune femme prit énormément de précautions: elle ne s’entrainait plus et restait à la maison la plupart de son temps. Il y avait bien deux mois qu’elle n’avait pas dégainé une arme. Une telle tourne de situation entrainait beaucoup de non-dits aux alentours. On parlait à voix basse, on la pointait du doigt en chuchotant des paroles qui ne l’auraient sans doute pas flattée, car les femmes avaient leur place au combat et celle-ci agissait de manière contraire aux valeurs de son peuple. Or, ces blessantes paroles roulaient sur les rails de son indifférence. Elle fit la sourde oreille.

Un jour, la totalité des walkyries furent amenées à rejoindre l’armée, toutes sans exception.  La menace faisait rage et il n’était plus question de se retenir, il fallait combattre. Le poids de son enfant pesait fort sur sa conscience alors qu’elle marchait vers un affrontement sans pitié. Allait-elle la blesser, cette petite fille qu’elle chérissait tant? Et c’est là que l’histoire tourne au drame, c’est à ce moment qu’elle tacha l’honneur de la famille. Cette femme, auparavant si forte et douée, capitula face à l’ennemi : alors qu’elle combattait, celle-ci fut touchée à l’épaule. Incapable de reprendre son épée, elle n’avait plus que deux choix; vivre ou mourir. Fuir ou préserver son honneur. On se doute bien de l’issue! Alors qu’une de ses semblables la protégea de sa lame, cette dernière se leva et recula à l’arrière ligne avec difficulté, elle rentra chez elle en abandonnant le reste de ses compagnes d'armes. La marche fut longue, pénible et douloureuse. Elle sentait couler son sang le long de son bras, mais elle continuait, car elle ne pouvait l’abandonner alors qu’elle voulait tant la voir naître.  Elle atteignit finalement le village et fut immédiatement prise en charge, les hommes présents ignorant sa traîtrise. Elle accoucha 24 heures plus tard.

Messieurs, il faut savoir que chez ces guerrières, la fuite est une honte et qu’il vaut mieux mourir sur le champ de bataille. Or, sa mère désobéit à cette idéologie. Désormais, les siens ne la pointaient non seulement pas du doigt, mais parlaient plus fort. De plus en plus fort. Elle les avait abandonnées, comment oser une telle félonie et surtout, comment pardonner? Les parents furent fortement affectés par les conséquences d’un tel choix, si bien qu’il  leur était insupportable de vivre en ces lieux une seconde de plus. Durant la  nuit, ils emportèrent la petite Nelae avec eux et fuirent vers Aetarh. Sa mère ne pouvait plus se battre, en raison de sa blessure, mais elle lui apprit tout de même cet art qui, pour elle, faisait partie des traditions de son peuple malgré le fait qu’elle les ait quittés. La jeune enfant progressait rapidement, dit-on, un vrai prodige. Mais celle-ci était seule, toujours isolée des autres en raison de ses origines. Les autres marmots l’injuriaient et refusaient de jouer avec elle, si bien qu’elle finit par se renfermer complètement sur elle-même. Désormais, lorsque la gamine ne combattait pas, elle jouait…Seule? Pas tout à fait... Elle semblait s’amuser, rire, parler avec quelqu’un sans personne autour, une sorte d’amie imaginaire. Cette mauvaise habitude, qu’on espérait n’être qu’un jeu d’enfant, continua au fil des années, si bien que les parents en furent déroutés. Était-ce normal? Allait-elle arrêter un jour d’avoir cette hallucination qu’une personne, qui n’existait pas, la suivait partout?  

La jeune Achitaka grandissait, atteignant bientôt la seizaine. Durant son adolescence, elle s’était endurcie, non seulement physiquement, mais aussi moralement; désormais, les paroles des autres ne l’atteignaient plus. Elle se tenait à l’écart, très solitaire, et ne parlait presque plus, si ce n’est qu’à soi-même. Par contre, ses discussions seule à seule se faisaient plus rares, au grand bonheur de ses parents. Était-ce parce qu’elle guérissait? Non. Elle avait seulement réalisé qu’il n’y avait rien de normal à voir ce qu’aucun autre enfant ne pouvait voir. Ainsi donc, pour éviter d’être agacée par ces derniers, elle se taisait. Lorsqu’on dépassait les bornes, elle en venait aux poings. Très bagarreuse, elle se bâtit rapidement une mauvaise réputation. Décidément, la famille était maudite, car sitôt un problème était réglé qu’un autre surgissait. Ce fut finalement pour fuir ces rumeurs à son sujet que la jeune Walkyrie quitta le village à sa maturité pour rejoindre les rangs des Walkyries, laissant ses parents au village. Elle ne les revit plus jamais depuis ce jour.

Bien sûr, ce ne fut pas aisé pour elle. On s’opposa d’abord à sa venue, prétendant qu’elle les laisserait tomber tout comme sa mère l’avait fait, mais Nelae était décidée à laver son nom des fautes commises par le passé.  Étant tout de même l’une d’entre elles, les guerrières finirent par la tolérer. On la fit participer aux entraînements, pendant lesquels elle accomplissait des exploits les uns après les autres au grand étonnement de ses semblables. Forte, vaillante et endurante, elle fit ses preuves avec acharnement. Sur les champs de bataille, ses victoires s’accumulaient, le nombre de morts qu’elle faisait ne cessait d’augmenter en flèche. On reconnaissait son agilité, son maniement incroyable de l’épée et surtout, son calme inébranlable face à l’adversaire.  En position de faiblesse, elle arrivait à protéger les siens et elle terrassait efficacement ses ennemis. C’est au bout de deux ans qu’on lui décerna le titre de guerrière d’argent lorsque celle qui possédait ce titre se retira, mérite qui rendit aussitôt la gloire d’antan à sa famille. De nos jours, Nelae est respectée, mais à part, on parle d’elle…de cette manie qu’elle a parfois de discuter avec elle-même. Les rumeurs disent que son corps serait en fait possédé par le démon et qu’il communiquerait avec le diable, dissimulé aux yeux des profanes. C’est d’ailleurs à lui que reviennent les âmes qu’elle récolterait. Alors, si vous ne voulez pas pourrir en enfer, tenez-vous loin de cette Walkyrie…À la vôtre!


*L’homme leva son verre en direction des autres, qui firent de même en lâchant un cri barbare. Le brouhaha recommença peu à peu, revenant au point de départ tandis que la place reprenait  son air festif. Adossé au mur, un individu demeurait silencieux, regardant autour de son coin reclus. Cet étranger avait écouté l’histoire du début à la fin, n’en perdant aucun mot. La capuche de sa cape rabattue sur la tête, il se redressa, quittant le mur qui lui servait d’appui tandis qu’il se dirigeait vers la sortie d’un pas lent. La nuit était froide, un vent glacial traversait Aetarh. Seul, l’inconnu avançait vers la ruelle, son épée frappant sa cuisse à chacun de ses pas, dont le bruit résonnait lourdement dans l’écho. *

‘’Ouhhhh, t’es presque une légende, c’est claaaasse!’’ *Résonna la voix rieuse d’une demoiselle qui avançait à reculons tout en regardant la femme dissimulée sous sa capuche’’

-La ferme… *Murmura-t-elle sèchement tandis que deux jeunes gens passaient, se demandant tous deux à voix basse : Mais à qui parle-t-elle?*


Spoiler:
 



Pseudo: Gertrude :sors Non je blague._.
Âge: 18 (yah! ._.)
Fréquence de connexion: Une fois par jour au moins, que ce soit le temps d’un bonjour ou pour rp.
Un petit commentaire: Enfffffiiin, fini ;w;
Code du règlement:
Spoiler:
 

© Copyright 2011 - Fiche de présentation : LYLINEE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Run Forest, run ~    Dim 22 Sep - 3:25

J'ai bien aimé la manière dont tu as rédigé tes descriptions ainsi que ton histoire. Très original Smile.
Pour ma part, c'est un oui et j'ai bien hâte de lire tes rp. Ça promet avec ta personnalité Wink

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Run Forest, run ~    Dim 22 Sep - 3:32

Merci bien Kae' :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Run Forest, run ~    Dim 22 Sep - 9:55

Bienvenue à toi ^^

J'aime aussi !

Alors pour moi c'est OUI aussi !




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Run Forest, run ~    

Revenir en haut Aller en bas
 

Run Forest, run ~ 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Partenariat] Forgotten Forest [manque 1 avis]
» Run Forest Run
» Gillian Forest-Whitaker
» Lost in the forest - Jasper & Murphy
» La sagesse des Brainboyz

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-