Partagez | 
 

 Eileen toute en souplesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Eileen toute en souplesse   Mar 17 Sep - 19:34











Eileen Ehwaskaun
15 ans . Walkyrie . Célibataire . Itinérante . Salvanniah . hétéro .



Eileen est une fille bien difficile à cerner. Elle est, au premier abord, joyeuse, spontanée, un peu folle, un certain manque de maturité se fait sentir, et son âge le confirmera. Cependant les plus observateurs comprendront que la vérité est toute autre, elle cache bien son jeu. Derrière cette apparence d’enfant se cache une mentalité évoluée,  mature, qui correspondrait à quelqu’un qui a vécu déjà le double de sa vie. En dépit de sa façade, Eileen est posé, réfléchie, mais également assez froide et méfiante. Alors que de par son masque elle affichera une franche camaraderie, elle pistera le moindre détail capable de déterminer dans quel camp vous vous trouvez vis-à-vis d’elle, et malgré sa fougue pourtant rafraichissante, elle saura établir des stratégies pour arriver à ses fins et utiliser son corps à son avantage dans des entreprises de discrétion et de prudence. Méfiez-vous de cette enfant qui semble si attachant, n’oubliez pas que derrière ce masque se cache un adulte bel et bien conscient des dangers de ce monde et de ceux qui l’habite, si vous vouliez la manipuler, vous êtes mal tombé.
Par ailleurs Eileen n’aime pas le combat dans son état brut, elle aime cependant beaucoup le sport, se défouler, se rappeler des capacités extraordinaires qu’elle a hérité de son sang et de son passé. Aussi elle ne dira cherchera pas l’affrontement, mais n’en refusera jamais un.



La demoiselle qui se voit apparaitre à vos yeux est une étrangeté, son physique va à l’encontre de son sang et cache également bien plus qu’un si petit corps pourrait normalement porter.
Eileen est une walkyrie de sang mêlé. De part cette particularité, elle a hérité de la force que cache une guerrière de ce peuple mais n’en a pas les épaules ni les yeux, qui sont eux d’un brun dans lequel on se plonge sans pouvoir en ressortir autrement qu’amoureux. En plus de ça elle hérite de son côté humain, de sa taille, elle fait modestement un mètre cinquante-deux. En résumant sa carrure, on pourrait dire qu’on a affaire à un mètre cinquante-deux de souplesse et de force caché, une petite créature toute frêle en apparence mais qui porte sans aucun problème le double ou le triple de son poids, on pourra dire que ce n’est pas commun.
Pour s’arrêter un peu sur le visage, Eileen est brune aux yeux marron, ces cheveux tombent en cascade jusqu’aux épaules à l’avant, et bien plus long à l’arrière. Par habitude et dans un but pratique, elle les attaches en une tresse unique qui descendra alors jusqu’au milieu du dos.
Enfin les vêtements. C’est une fille qui aime la couleur, mais qui aime aussi être belle, elle organise donc ses choix en fonction de différents éléments : les couleurs joyeuses, les accords entre les couleurs et l’aspect pratique du vêtement en lui-même. On la verra souvent avec un pantalon en toile qui s’arrête aux chevilles, tenu par une ficelle, assez ample pour être confortable mais suffisamment peu pour ne pas gêner une course ou une acrobatie. Elle portera également une chemise moulante qui s’arrêtera au-dessus du nombril avec la marge suffisante pour tirer un peu vers le bas en cas de froid, sans manche également, laissant ses bras libres à l’exception de quelques bracelet en macramé et coloré, les mêmes que ceux qu’elle porte aux jambes.
Concernant ses aptitudes, elle a tourné son art vers le cirque, la souplesse, la dextérité, l’habilité, l’équilibre et de temps en temps une surprenante démonstration des origines guerrières. Ses muscles sont élancés, fondu en souplesse, fort et extensible jusqu’à la déraison. Malgré ses origines, un petit corps comme le sien n’aura pas la force d’une consœur Walkyrie, cependant elle détourne le problème par sa souplesse infini et sa rapidité d’action qui en combat ont déroutés pour le moment tous ses opposants. Elle combat grâce à une lame unique, plus longue qu’une dague, courbée, qu’elle porte dans son fourreau à l’horizontale au bas du dos.
.



C’est son histoire qui, comme tout un chacun, a fait d’elle ce qu’elle est maintenant, car, malgré son âge, elle a vécu beaucoup de choses, et beaucoup de choses qu’elle n’aurait sans doute jamais dû vivre.
Elle est née en pleine nature, éloignée de tous, d’un père walkyrie et d’une mère humaine. Son père avait dut partir avant l’arrivée de l’enfant, laissant seule sa mère s’occuper durant les premières années d’une fille de caractère qui lui menait la vie dure. Alors qu’elle avait huit ans, elle était déjà presque indépendante, prête à découvrir le monde et avec cette unique idée en tête. Elle voulait en premier lieu découvrir ses origines, celles de son père.
Ce fut le théâtre de beaucoup de débat entre mère et fille, l’une lui demandant de rester, prenant pour argument son jeune âge et le fait qu’elle ne serait pas bien accueillie là-bas, l’autre argumentant  par sa maturité, sa force et ne comprenant pas pourquoi le peuple de son propre père la rejetterait. A un moment, la maman fatiguée accepta qu’elle voyage, mais annonçant tout de même qu’elle le regretterait. La jeune fille ne prenant garde de ses paroles, partie dès le lendemain, baluchon sur l’épaule, pour un voyage long d’une semaine vers les terres de ses origines.
Le voyage fût mouvementé, mais Eileen combattu le danger sans broncher, elle battu un duo de pseudo-briguant de bas étages qui étaient attiré par la facilité, elle battu un loup, in extremis, utilisant sa souplesse et sa réactivité ainsi qu’un heureux hasard qui avait amené là un ravin infranchissable. Elle arriva finalement, après près de deux semaines de trajet, légèrement fatigué, mais optimiste quant à ses capacités et ce qu’elle allait bientôt vivre.
Elle comprit alors rapidement les mots de sa mère. Quand elle arriva, un accueil froid lui servi de mise en bouche, les walkyries ne semblait pas aimer les étrangers, et ses yeux sombres prouvait pour eux la non-appartenance aux leurs. Quand elle expliqua la situation, donnant par la même occasion le nom de son père, l’ensemble de l’assemblée présente se mis à rire. Une femme souriante mais qui n’avait visiblement aucune bonne intention vis-à-vis d’elle lui proposa de la suivre, pour aller voir son père. Faisant fi des détails de la situation, elle se lança à corps perdu, heureuse de rencontrer un père qui malgré sa lâcheté, était quand même son père dans son cœur.
Ce qu’elle trouva au bout de la route n’était pas son père, ou du moins ne pouvait pas l’être. Un homme affaibli, enchainé à une enclume, derrière des barreaux épais et sans aucune autre lumière que la lame rouge qu’il tenait à la main. Sur invitation brutale de la walkyrie, il s’approcha, ne lâchant toujours pas la lame qui virait au bleu en refroidissant. Son regard vide se fixa sur la femme puis sur elle. Elle ne supportait pas se regard elle sentait qu’il s’agissait de son père, mais il n’était même plus l’ombre de l’ombre de lui-même, un sous homme lâchement emprisonné et forcé à forger par des femmes sans empathie. De son côté, le père compris, sous le regard de la femme  amusée,  qui était la jeune fille qui lui avait été amené. Il se mit à pleurer. Eileen compris peu de chose dans ses sanglots, mais elle comprit les passages essentiels : « pourquoi es-tu venu » « tu étais sécurité avec elle » « venir ici ne t’apportera que malheur » ainsi que des supplications pour la femme qui l’avait amenée.
Eileen était désemparé, ne savait plus quoi pensé. Le peuple de son père, ses semblables, l’avait enfermé, trainé dans la boue, pourquoi ? La réponse lui fut donné plus tard, alors qu’on la ramenait près de là où elle s’était présenté, on l’amena dans une tente où une autre femme, visiblement chef du campement, lui offrit « gentiment » un petit rendez-vous.
Elle parla beaucoup, laissant Eileen écouter, triste.

_Tu ne dois pas comprendre grand-chose, jeune fille, tu es venu en quête de tes origines paternelles et tu le découvres plus bas que terre. Il faut désormais que je t’explique, l’union dont tu es l’aboutissement est interdit, cela fait partie de nos coutumes. Pour t’expliquer plus clairement, chez les walkyries, les hommes sont des outils, ils minent, ils forgent, mais ils n’ont pas tous les droits accordé aux femmes, et parmi ces droits celui de faire un enfant avec une autre que l’une des nôtres. C’est ainsi. Et ton père est tombé amoureux d’une humaine, et de part se fait, il a été ainsi traité, et il continuera à l’être jusqu’à sa mort. Cependant tu es sa descendance, et malgré le mauvais traitement offert à ton père, je ne peux pas laisser ainsi une jeune fille repartir sans lui proposer quoi que ce soit.
Voilà ce que je te propose, soit tu pars dès maintenant et tu n’auras plus le droit de t’approcher, soit tu suis l’entrainement et tu deviens une guerrière walkyrie auquel cas tu n’auras plus le droit de nous quitter.


Le choix était rude, on lui proposait de choisir entre les origines de son père ou de sa mère, sans lui permettre de bénéficier des deux. Elle réfléchit, beaucoup, évaluant le pour et le contre. En repartant elle abandonnait son sang, son père qui a souffert pour lui donner la vie mais elle gardait sa liberté, en restant elle abandonnée sa mère, mais aurait un entrainement solide et serait parmi un peuple qui lui ressemble au moins à cinquante pour cent. Cependant elle accepta de rester, d’une part parce qu’elle ne voulait pas rejeter le sang de son père et d’autre part parce qu’elle pourrait de toute manière s’enfuir quand elle voudrait revoir sa mère.

Durant les six années qui suivirent, elle subit la vie chez les Walkyries. Entrainements éreintants, presque sadiques, racisme avéré pour ses yeux bruns et sa constitution toute en souplesse. Elle gagna en force et en caractère, appris à être une autre personne au contact des autres, pour être elle-même une fois seule. Ces camarades ne l’appréciaient pas pour ses origines mais au fur et à mesure, sa force et le masque qu’elle s’était formé eurent l’effet voulu et on l’embêtait moins. Durant toutes ses années elle passait son temps libre à aller voir les hommes, à la forge, des hommes qui étaient plus humains à son gout, suffisamment ouvert. Elle en garda des contacts dont un qui lui promit une lame une fois sa valeur prouvée. Vers ses quatorze ans, elle du combattre pour prouver sa valeur. Cela ne la dérangea pas mais elle comprit que le moment était venu, une fois qu’elle aurait acquis la certitude d’avoir eu un entrainement payant, et une fois sa lame en poche, elle partirait.

Le combat fut cours, sa morphologie et son art du combat tout en souplesse lui permis d’y arriver sans problème. Et une fois terminé et décidé apte, elle partit en direction des forges. Le forgeron lui expliqua que d’ici quelques jours sa lame serait prête, et que si je voulais partir, je pourrais profiter d’un groupe de marchant qui passe ici, une fois par an, pour les approvisionner en matières exotiques. Durant la semaine qui suivi, elle ne pouvait pas retenir son impatience, mais elle tint bon, profitant des derniers cours qu’elle allait recevoir en pensant à sa mère qu’elle allait revoir.

Le jour vint, la caravane était là, elle put se cacher parmi les sacs vident qui repartait, dans son dos se tenait fièrement une épée courte. Avec beaucoup de fierté même, et de tristesse. Car elle apprit du forgeron que cela faisait plusieurs années que son père était mort, mais qu’il avait recueilli son âme dans le collier d’émeraude qu’il lui avait donné en même temps que l’épée. L’arme qu’elle tenait maintenant était son père, son âme, piégée dans l’acier comme tout grand Walkyrie l’aurait voulu. Et elle quitta définitivement ce monde pour aller explorer l’autre côté de la barrière, pour la première fois en six ans.

Une semaine plus tard, la caravane s’arrêta près de chez sa mère. Depuis le début du voyage, elle s’était fait des amis, ils étaient tous humains, et décomplexé, vivant à la fois de marchandage et de spectacle de cirque. Elle avait eu la proposition de les suivre, mais avant de répondre elle voulait voir sa mère. Celle-ci même qui l’accueilli vieilli, rongé par l’inquiétude d’une attente si longue, Eileen en était désolé, mais en expliquant les choses, elle comprit et elles se quittèrent en bon terme, jurant de revenir autant que possible. Car elle avait pris sa décision : elle allait visiter le monde désormais, la vie d’itinérant que menait la caravane lui plaisait.
Quand elle alla expliquer ça à ses sauveurs, une décision fut prise. Au lieu de l’incorporer dans le groupe et continuer les trajets habituels, l’équipe sortirait quelques jeunes éléments pour la suivre au grès des vents, et elle devint du jour au lendemain l’acrobate d’un groupe de quatre fantaisistes menant leur vie dans la liberté et la joie du spectacle et luttant avec courage contre les problèmes qu’ils pouvaient rencontrer. Encore aujourd’hui, parcourant le monde, Eileen fait son chemin avec ses amis, laissant son passé derrière elle, elle jouit de son présent dans son entièreté, pour le plus grand plaisir des spectateurs de leurs spectacles.

Pseudo: Écrire ici
ge: 21 ans
Fréquence de connexion: Bien plus que nécessaire Wink
Un petit commentaire: C’est Urr qui change de sexe, au SECOOOOOUUUUUUURS
Code du règlement:
Spoiler:
 

© Copyright 2011 - Fiche de présentation : LYLINEE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Eileen toute en souplesse   Mar 17 Sep - 21:06

Bienvenue parmi nous !

Très belle fiche et pour ma part je n'ai rien a redire mis à part quelques tournures étranges à surveiller pour les rps ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Eileen toute en souplesse   Mar 17 Sep - 21:08

L'expression n'a jamais était la plus marquante de mes capacités ^^ Si tu me cites des exemples, je pourrais tenter de reformuler.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Eileen toute en souplesse   Mar 17 Sep - 22:18

Je ne sais plus trop ^^" et je ne retrouve pas exactement XD

Mais ce n'est pas trop grave pour la lecture Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Eileen toute en souplesse   Mer 18 Sep - 3:42

C'est bon pour moi aussi Bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Eileen toute en souplesse   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eileen toute en souplesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Parce que toute histoire a un début. (Elisabeth)
» Eileen Rogue II [validée]
» moi j'préfère rester toute seule ~ lys&lloyd
» "Toute personne qui pense fortement fait scandale." - Feat Nathan A. Baker
» Toute la musique que j'aime...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-