Partagez | 
 

 La nouveauté en vallait la peine [Messire le Roi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: La nouveauté en vallait la peine [Messire le Roi]   Sam 22 Juin - 0:27

Il y eut plusieurs choses à dire, on ne se connaissait pas et maintenant c’était tout à fait le contraire. Je savais beaucoup plus de chose que j’avais prévue à son sujet et je n’aurais jamais cru dire des choses à mon sujet à quelqu’un d’autre cas ma mère. J’avais appris à connaitre la première guerrière d’argent et il m’en restait une à connaître, Alwine, mais le temps n’était pas au rencontre de grade. Je savais une chose d’important et elle m’en avait parlé. Étant la nouvelle tête de l’armée des Walkyries je me devais d’aller voir nos allier. Leur faire comprendre qu’il y avait un nouveau visage à craindre. En fait, il n’y avait qu’une seule personne à aller voir et c’était le roi d’Aetarh. Je ne savais pas grand-chose à son sujet, bien sûr que je connaissais les légendes sur sa famille, mais aucune d’entre elle indiquait que le roi avait un quelqu’onque pouvoir sur les Walkyries. Je me demande même ce que nous gagnions à être un allier dans cette stupide cause de guerre fraternelle. J’avais pensé à cela durant tout le trajet qui me séparait de ma maison. Drôle d’idée à se faire, ou peut-être pas en fait. En arrivant à la maison, je pris le temps de parler avec ma mère, je savais que le chemin vers Aetarh était très long alors j’allais prendre la nuit. Elle fut presque aussi surprise que moi du fait que j’ai passé du temps avec quelqu’un à lui parler de moi. Ce n’était pas un insulte qu’elle soit aussi surprise, parce que j’avais encore moins la fois d’un jour pouvoir me dire capable de parler avec d’autre Walkyrie.
Le lendemain matin, je partis à la première lueur du soleil, embrassant ma mère sur son front pendant son sommeil, je pris quelques effets importants pour ma survie durant ce voyage. Un drôle de voyage, mais c’est comme cela que je devais expliquer cette longue marche parce que je n’étais jamais vraiment allé à d’autre place cas la montagne. Un voyage plutôt palpitant et utile, je me devais d’apprendre le territoire. Je devais apprendre à voir tout, me préparer à une guerre ou peu importe si un jour je me dois de revenir. Bien sûr que je n’ai aucune idée comment me rendre vers le château, mais j’avais la chance de pouvoir suivre un chemin dans la forêt qui avait l’air de mener quelque part. Je n’avais cas demandé mon chemin par la suite. C’est-ce que je fis lorsque la route déboucha dans un petit village quelque jour plus tard. C’est avec chance qu’on m’indiqua le chemin et je reçus même une carte, sans oublier des au revoir et un peu de nourriture pour continuer mon chemin. Je n’en comprenais pas pourquoi ils étaient aussi gentils avec une personne complètement inconnue, il y avait des choses incompréhensibles dans le monde et cela en faisait partie. Le reste du chemin fut beaucoup moins ennuyant parce qu’il y avait des choses à voir. Lorsque le château fut enfin à vue le soleil commençait à être plutôt bas dans le ciel. C’est à la course que je finis mon voyage. Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis mon départ et maintenant j’étais enfin rendu.
Lorsque je fus enfin dans la cour du château plusieurs paires d’yeux se tournèrent vers moi. La plus part d’entre elles étaient les yeux de garde. Un seul prit la chance de faire une remarque en s’approchant de moi et le regretta amèrement. Lorsqu’il fut assez proche de moi, je lui empoignai l’entre jambe et serra fort. Le cri de douleur qu’il laissa échapper de sa bouche me fit un plaisir fou. Le spectacle alarma quelques gardes qui sortirent leur épée et vinrent défendre leur compatriote. Ne voulant point les ridiculiser, je montrai les mains aux gardes. Lâchant prise de l’homme, il se recula rapidement et s’excusa de façon boiteuse. Je ne m’attendais à rien de la part de ses hommes, alors je ne fis que continuer mon chemin vers la porte du château. Arrivant face à des gardes qui étaient resté froid face à l’affrontement stupide des autres je les saluai et demandai une audience avec le roi. La réponse à ma demande fut négative à cause de leur tardive, mais je n’avais pas le temps d’attendre pour voir le roi. Je fis ce que je ne voulais pas et dut user de mon rang parmi les Walkyries pour pouvoir pénétrer dans le château. Les gardes parurent surpris de ma révélation et incertains de ce que j’avançais.
-      
Je connais la guerrière d’or, tu n’es pas elle.
-       C’est pour cela que je suis ici, il y a eu du changement dans nos rangs.
Avec un regard méfiant il me fit signe de le suivre, c’est avec un certain plaisir que je le suivi dans le château. Il me fit arrêter en arrivant devant la porte de la salle principale et entra avec beaucoup de précaution. J’avais presque l’impression qu’il allait revenir en se tenant la jugulaire parce qu’il avait déranger le couple royal pendant leur diner. Cependant, ce ne fut pas le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La nouveauté en vallait la peine [Messire le Roi]   Jeu 27 Juin - 2:35


Le jeu en vaux rarement la chandelle.

-RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRfiooooooooooooooooooou.RRRRRRRRRRRRRRRRRRRRROOOONNRooooonRON!Huhum..Ah!Mais qu'est-ce donc?!

Je me réveilla en sursaut de mon royale palace, le cœur en débandade,la sueur au front.On cognait à ma porte.Je sortit mes longues jambes de sous mes couvertures en satin et m'approcha d'un grand lavabo d'ardoise qui reposait près de mon lit.Il n'attendait que moi ce miroir. Façonnée des mains de mes subalternes n'attendait plus que de m'admirer. Je glissa mes mains dans l'eau chaude et me la glissa sur le visage et la glissant dans une serviette fraichement refroidie.Rouge de rage, je brossa mes cheveux et au deuxième coup à la porte mes poings se refermèrent durement sur la brosse qui allait s'enfoncer dans le bois de ma porte,en laissant une pauvre et malheureuse cicatrice.

-QUOIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII?!
-Messsire Bäldr,une jeune Walkyries demande à vous voir...Semble t'il qu'elle se prétendrais être la guerrière d'or.
-IMPOSSIBLE RENVOYEZ LÀ!
-Mais...elle insiste...
-JE VOUS EST DIT DE LA RENVOYEZ ESPÈCE DE CONNE!

J'attrapai mon peignoir l'enfila et en attacha les fils.La couleur écarlate de celle-ci reflétait si bien mon jolie teint blanchâtre et mes yeux épars.J'inspirai profondément et ouvrit la porte à la volée, la colère dans les yeux et un léger sourire mesquin au coin des lèvres.Mes yeux était plisser et en laissais entrevoir ma colère.Je passa ma langue charnue sur mes lèvres et pencha la tête.Ma longue chevelure d'un noir d'encre alla toucher les seins de ma servante et ma main,dont les ongles étais une belle fierté, à la pointe effilée et métallique assez résistante pour s'enfoncer dans la chair des malheureux.Je voyait le peur dans son visage,la goutte de sueur qui perlait sur son menton je décala ma tête sur la gauche en souriant de façons appeurante..

-Entrez donc.dit-je sèchement.Allez.

J'allai lui taper les fesses et referma la porte du talon. Je marcha à grand pas pour la rattraper et l'aggriper par le chignon.Son visage était à quelque centimètre du mien.Ma main sur sa poitrine au dessus de son cœur,je le sentait qui se débattais,je le sentait qui allais bientôt cesser de battre et c'est ce qui m'amusait.Ne connait-on pas mieux un homme que lorsqu'on tient son coeur entre ses mains.

-Allez me chercher mon équipement.TOUT DE SUITE!

Sans ne rien dire, elle courue comme un lapin vers ma penderie et en revenue avec une chemise d'un blanc ardoise,un pantalon agencée de bas rouge cramoisie et les déposa sur mon lit.Croyant en avoir terminée elle se dirigea vers la porte mais étirée ma jambe me suffit à la retenir.

-Dites donc au gardes de conduire gentille ment la dame dans les quartiers du cotée Est et apportée lui un apero.
-Ce sera tout Messire?

Je leva la main et lui pointa la porte en grognant en signe de réponse puis lui tourna le dos.Les mains croisée, je m'avança de manière royale,laissant glisser mon peignoir dévoilant mes atout,de mes épaules pointue à mes fesse ronde et lisse.J'enfilai les vêtements avec une certaine douceur et devant moi, trônait une armoire en vitre dont les vitraux en protégeais ce qui m'étais de plus cher.Plus cher encore que ma malheureuse femme,que mes bijoux ou mon royaume.Cet être cher qui me portait et montrait toute ma puissance, ma grâce et ma grandeur.-Mon armure-Fabriquée par les meilleures artisan réuni et les meilleurs forgeron, mon armure était la plus solide et la plus léger.-L'armure  d'Aetarh.-J'ouvris les portes en vitre et inspira l'odeur métallique qui en évinçait la mince espace et la glissa sur moi. On s'enfilait à merveille.Les métaux, les alliages,le fibre de carbone,l'émaille,la cape..Elle était parfaite. Finissant de m'admirer je descendit, talon résonnant sur le carrelage et me rendis au quartiers Est, où était censer m'attendre mon invitée.

En entrant, je vit que les rideaux avait été tirée et que le soleil pénétrait dans celle-ci.Je détestait le soleil.Parfois je pense que cela me viens de mon héritage vampirique mais même...Le soleil ce n'est pas merveilleux et ses aveuglant.J'hurla à mes gardes d'en fermer les rideaux et croisa la belle crinière bleutée de mon invitée.Elle était dos à moi mais elle semblait froide et dangereuse comme je l'ai aime.

-Huhum.toussent-ai-je. J'espère pour vous que se message n'en sera pas importun et qu'il est important très chère.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La nouveauté en vallait la peine [Messire le Roi]   Sam 29 Juin - 21:06

Ma patience a des limites, mais comment pouvais-je même faire accélérer le processus, il était roi et moi qu’une simple invitée. Je ne pouvais faire autrement que d’attendre devant cette porte que le garde revienne me voir. Ce ne fut pas si long avant de le revoir apparaitre dans l’encadrement de la porte, mais pour moi j’avais l’impression d’attendre tout une éternité. Lorsqu’il arriva, il me fit savoir que le roi allait me voir, mais dans un autre quartier. Laissant un soupire sortir, je ne fis que suivre le garde jusqu’à la salle ou le roi avait décidé de me rencontrer. C’était le temps, un peu plus pi j’aurais cru qu’on me faisait faire le tour guidé de tout le château. Lorsque je mis les pieds à l’intérieur du quartier Est du château le garde qui m’avait escorté fit une révérence et partie. Je fus tout de même surprise, mais lorsque je fis d’autres pas je vis enfin les gardes de la pièce. Quelques minutes plus tard une servante entra avec des coupes et une bouteille. Lorsqu’elle me proposa un verre je le refusai poliment, son visage avait l’air inquiet et elle ne fit que déposer le tout sur une petite table devant de bon grand fauteuil. Ils avaient l’air très confortables, mais je voulais rester debout un peu.
Je me dirigeai vers les fenêtres, tous les rideaux étaient fermé et cela me déplaisais énormément, le coucher du soleil était proche et j’aimais bien le voir. Les gardes me laissèrent faire, mais je sentis quelque chose, comme s’ils avaient un problème avec moi qui ouvrait les rideaux. De toute façon je n’avais rien à craindre d’eux, alors je pris quelque temps pour regarder le soleil par la fenêtre, cela me fit du bien. Le roi se faisait attendre et en plus j’avais l’impression d’être rendu sous terre tellement il n’y avait aucune lumière qui pénétrait dans le château. Après quelques instants, je me retirai du cadrage de la fenêtre pour marcher un peu partout dans la pièce, m’arrêtant face à une bibliothèque. À ce même moment, une personne entra dans la pièce et je pus très facilement savoir de qui il s’agissait par le hurlement qu’il lâcha au garde. Voilà l’explication du pourquoi les gardes n’avaient pas aimé que je les ouvre, ils savaient que le roi allait être furieux. Lorsqu’il s’adressa à moi, sa voix n’avait pas vraiment changé de ton qu’avec les gardes sauf qu’il ne m’avait pas crié dessus. Me retournant, j’eus le droit à un roi dans une armure, j’avais presque l’impression qu’il s’attendait à se faire attaquer. Je n’avais aucune raison d’en faire autant à moins qu’il me force la main.
’’C’est moi qui est ouvert les rideaux, vous devriez prendre du soleil, cela ne fait jamais de mal à personne.’’
Roi ou pas, cet homme allait recevoir de moi la politesse la plus simple. Il n’était pas mon roi, mais tout simplement un allier. Me forcer à faire quelque chose qui ne me tenait pas à cœur allait tout simplement lui faire perde ses plus puissantes alliées. Cependant, étant dans sa demeure, je fis une légère révérence de la tête pour le saluer en cette heure si tardive. Lorsque ma tête revint droite, je plongeai mon regard dans le sien. Il y avait beaucoup d’histoire à son sujet, mais je n’avais pas à les craindre, malgré que son regard démontrer une légère haine envers tout et surement envers moi parce qu’il aurait pu croire que j’étais la petite fille toute obéissante. Si l’ancienne guerrière d’or était faible moralement et se laissait toucher par se roi, je n’allais pas être pareil.
’’Je vous apporte une nouvelle de vos alliées, ma présence en votre demeure est pour vous faire rencontrer la nouvelle guerrière d’or. Je croyais en mon devoir de vous faire voir qui j’étais. Pour être sur qu’il n’y aurait aucun mal entendu.’’
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La nouveauté en vallait la peine [Messire le Roi]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La nouveauté en vallait la peine [Messire le Roi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouveauté W40k
» nouveautés a la VPC games workshop
» Nou mande la peine capitale pou mouche
» » x Nouveautés du jour!
» [Spéculation] Messire_chlas (21/12/1458)peine purgée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-