Partagez | 
 

 Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 20:10











Meïwann Seylan Katell
740 ans . Lycan . Célibataire . Herboriste/ Guerrière/ Alchimiste. Oublié . hétérosexuelle .



Meïwann s'est toujours demandée comment on pouvait bien la qualifier. Au premier abord elle dirait qu'elle pouvait paraitre fragile du haut de ses un mètre cinquante et de ses trente kilos. Mais c'était tout le contraire. Elle avait consciente des choses et son image. Elle en jouait. Elle est franche, hypersensible mais forte à la fois, elle est une adepte de l'auto-destruction. Inconsciemment bien sur. Elle a toujours préférer se faire du mal à en faire aux autres. Une chose que sa condition de lycan avait quelques peu perturbée au début.
Pour cela, elle s'était faite des "tatouages" grâce à de l'argent, des dessins géométriques cachés sur ses poignets et ses cuisses. Un trait pour chaque pêché. Ce qui commençait à en représenter un certains nombres.
Elle pouvait donc dire qu'elle était rancunière envers elle même, elle ne se permettait aucun écart et tentait de se dessiner un "droit" chemin.
Seule, ce n'était pas évident, cependant, elle fuyait l'amour.
Elle veut retrouver sa famille dont elle n'a plus quasiment aucun souvenir. Elle était donc seule et perdue dans ses mirages que seul l'esprit peut comprendre.
Lunatique, elle peut passer du rire aux larmes à cause d'une pensée parasite.
En résumé, c'est une femme prisonnière dans un corps encore adolescent. Une image rassurante pour les randonneur. C'est une femme désespérée que le destin semble avoir tout simplement oublié, un mirage, une ombre qui passe et que personne ne semble remarquer. Une âme perdue qui recherche une attache fiable, un pilié pour se rétablir correctement.
Elle est persuadée que toute sa famille n'est pas morte. Sa sœur n'avait jamais été retrouvée, pas un seul morceau de son corps trônait dans cette marre de sang.
Elle la cherche. Tenace, elle ne lâche jamais le morceau. Fiable, elle est la meilleure amie que l'on puisse avoir comme la pire ennemi.


Meïwann est fine, figée dans un corps d'adolescente. Ses muscles sont formés depuis toujours sous sa peau pâle, mais ils ont redoublés ces derniers temps. La vie nomade sans doute.
Elle est constamment habillée d'un simple tissus dont la base est aux hanches, deux morceaux coupés et cousues rejoignent sa nuque, provoquant un décolleté vertigineusement splendide, le reste du tissus pends devant et derrière ses cuisses, séparés au milieu de ces dernières pour plus de confort.
Elle dépense une fortune dans des tissus de bonne qualité, afin de ne pas paraître totalement négligée. Ces robes ont toujours la même coupe et sont souvent noires ou blanches.
Elle ne quitte jamais ses bijoux en or blanc -une fausse illusion d'argent qui rassure les villages qu'elle traverse- une boucle d'oreille sur son lobe droit, un bracelet à son poignet gauche, et une chaîne dont elle se sert de ceinture.
Dans ses cheveux est noué un ruban orange, qu'elle ne quitte jamais, souvenir de sa mère et de sa sœur.
Le seul souvenir de son père est son sac beige qui passe jour et nuit avec elle.
Il contient une dague, quelques babioles, une gourde, un bol , une robe, des fioles et un drap épais.
Elle porte une jarretière dans laquelle elle cache ses couteaux, son arme favorite pour laquelle elle est particulièrement douée.

Son visage est doux et triste. Il l'a caractérise particulièrement bien. Elle a les yeux d'un bleu profond dont quelques tâches de gris semblent refléter la lune aux seins de ses prunelles. Des yeux que personnes d'autres au monde ne détient à part sa soeur; Doylana.
Des lèvres fines et rosées, un nez long et fins. Si sa sœur avait hérité des deux caractéristiques de ces parents, Meïwann détient principalement les traits de son père ainsi que sa couleur de cheveux sombre.

[size]
[size=11]Je ne me souviens pas de grand chose. Je sais que je suis née dans un petit village, que ma mère était magnifique et mon père souvent absent. J'avais une soeur aussi. Brune avec les même yeux que moi. Elle était plus âgée de dix ans. Un chiffre peu banal pour les familles de cette époque.

Je me souviens d'un Lycan noir et gigantesque, à qui je dois le cadeau de la vie éternelle, et la malédiction de la rage. Et d'un lycan blanc qui l'avait terrassé, manger vif.
A ce moment là, la fièvre m'empêchait de bouger et je ne pouvais chercher ma soeur, je cessais d'aller et venir entre les cauchemars et la réalité.
J'ignorais tout de cette meute. Elle s'était contentée de ravager mon village et de repartir.

Les siècles étaient passés depuis et mon seul but avait été de canaliser ma rage. Cela m'avait pris presque trois cents ans de souffrance et de solitude extrême. Et puis j'étais sortis de ma tanière pour commencer à chercher un sens, un souvenir, n'importe à quoi me raccrocher pour continuer à vivre ainsi l'image d'une petit brune aux même yeux que moi apparût. Son mirage m'avait sauvée, comme elle l'avait toujours fait avec moi.

L'idée que je puisse disparaître de sa vie depuis ce jour là était sans cesse présent. De tels traumatismes pouvaient effacer de nombreuses choses. J’espérais ne pas en faire parti. j'avais le rêve secret qu'elle me cherche, elle aussi, quelque part dans ce monde vaste et dangereux.
Je ne sais pas pourquoi, mais je sentais qu'elle n'avait pas été dévorée, qu'elle était juste perdue. Qu'elle était, elle aussi une Lycan.

A la perte de ma famille et de mon village, je me souviens mettre transformer pour la première fois en un lycan de couleur blanc aux reflets argentés et avoir parcouru la forêt, ou plutôt je devrais dire, détruis une grande partie de la foret, pour tomber, prêt de Racium.
Depuis j'étais partie sur les terres Elfique pour apprendre n'importe quoi qui m'empêcherait de trop penser, durant les premiers temps.
Grâce à des êtes généreux et ayant encore la foie, ils m'avaient prêter main forte.
J'ai été apprentie herboriste durant un siècle, une des meilleure qui me valait la jalousie de certaines autres. Une jalousie qui n'éclatait pas, de peur que je ne les dévore tous.
Une fois certifiée herboriste, j'étais partis en Aetarh, ou mes potions avaient été mes meilleures alliées.

Avec l’expérience, je savais faire les meilleures breuvages comme les pires. Ainsi, mon sac contenait de nombreuses fioles à cette époque. De toutes les couleurs, et pour chaque nuance, un effet bien spécial.
Les couleurs blanchâtres et verdâtre étaient mes potions contre la rage et pour les cataplasmes, les bleus foncés et bleus pâles étaient des potions incendiaires plus ou moins fortes selon l’intensité de leur couleur, les rouges étaient des sortes de fumigènes parfois mortelles pour les humains et les jaunes provoquaient juste une fumée blanche qui me permettait souvent de courir très loin en cas d'urgence. Je n'avais à l'époque aucune capacité de combat, une dague était aussi dangereuse qu'une aiguille entre mes mains.
Je n'avais que mes potions, aujourd'hui quelque peu délaissée.

Ma maîtrise des couteaux venait d'un pacte. Un pacte avec le diable.
Un habitant d'Aetarh craint qui m'avait appris toutes ces ficelles à conditions que je le "serve". J'étais devenue pendant de longues années une esclaves domestiques.
L'idée d'un lycan soumis avait fait rire bon nombre de villageois. J'avais doublé mes potions afin de ne pas me transformer, je voulais devenir plus douée que lui, afin de le battre à son propre jeu.
Il m'avait fallu prêt de cinq longues et délicates années pour maîtriser cet art. Un art que j'avais encore amélioré grâce à mes capacité d'herboriste et mon immortalité.
Mes dagues étaient empoissonnées pour la plupart et j'étais la seule à avoir l'antidote.
Un pouvoir de persuasion indispensable dans ma quête, pour retrouver ma soeur; mon unique famille.

Un but que je ne perdais pas de vue, même si celui ci devait coûter des vies gênantes ou trop curieuses.


Pseudo: Écrire ici
Âge: 20
Fréquence de connexion: Quotidien
Un petit commentaire: DC de Doylana et Orwenn
Code du règlement:
Spoiler:
 

© Copyright 2011 - Fiche de présentation : LYLINEE

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 20:50

Re re bienvenue !

Il y a quelques erreurs et tournures maladroites mais dans l'ensemble c'est une belle fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 20:51

Je me suis pas relue XD
Ca explique peut être pourquoi
Je corrige ca ^^
Rien d'autre qui te chagrine?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 22:09

Non pas vraiment ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 22:15

J'ai corrigé ce que j'ai vu (je ne suis pas parfaite)
C'est donc un oui?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 22:17

Un OUI en effet ^^
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Ven 26 Avr - 22:22

Merci Smile
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Sam 27 Avr - 2:01

Bon bon bon, on va dire. Tant que tu es actif avec les trois comptes, je n'aurais rien à redire sur ton troisième compte.
C'est un oui pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    Sam 27 Avr - 9:34

Orwenn n'est pas active parce que son jumeau ne l'ai plus non plus. Hors ils sont toujours ensemble >.<

Mais merci Loké Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Maïween Seylan Katell, soeur oubliée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soeur Sourire
» Katell Lodge
» Le Manoir Oublié
» Un anniversaire oublié [Privé]
» Soeur de Sigmar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-