Partagez | 
 

 Le voyage est un retour vers l'essentiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Sam 27 Avr - 21:37

Elle me demanda de la propulser, adoptant une méthode de groupe pour achevé la bestiole qui nous faisait face, je la propulsé sur la montagne qui nous faisait face, mes côtes me firent mal et je ne pu donner toute ma force, mais elle arriva sur le monstre, et entrepris une ascension dangereuse. La créature gesticulais, de grands gestes de la lance pour enlevé ce qui de loin ressemblait à une puce sur le dos d'un géant, il fallait que je détourne son attention, mais ce n'était pas chose aisé, les grands moulinés que ce maudit monstre effectué pour se défère de son parasite était dangereux, hasardeux, impossible à prévoir.
Écoutant mon instinct je me fofilais entre les coups dansant presque au milieu du combat, m'approchant rapidement de la créature, une fois proche, la lance ne pouvais m'atteindre et j'entrepris de charcuter son flanc avant, pour attirer son attention, ce qui arriva très vite, il était sur moi, trop proche pour éviter quoi que ce soit, je me pris un poing nu dans l'abdomen, reculant malgré mes jambes bien ancrés au sol, mais il avait repris son calme, il s'avancé vers moi, faisant fit de Doylana, j'avais réussi mon coup, je la voyais monter péniblement tandis que j'esquivé les coups, me tenant l'abdomen en cours de soin douloureux.
Soudain elle repris la parole, elle était prête, je devais a nouveau affaiblir la monture, elle est bien bonne celle-là, et comment, j'allais ... Une ouverture, la lance planté dans une portion du sol composé de rocher était coincé, profitant de cette seconde de répits, je pris mon élan et fonça aussi rapidement que je le pouvais vers le cheval, sur ma lancé, je lui asséna une double entaille dans le cou visible de la bête, et me rattrapant sur une souche solide, reparti à l'assaut, comme tout à l'heure, par dessous, plantant avec rage mes deux dagues dans sa poitrine.
Ça devait suffire mais on n'est jamais assez sur, l’humanoïde revenait vers moi, je ne pourrais placer plus d'un seul assaut avant d'être projeté inexorablement, tournant le dos au guerrier d'acier, je sauta une dernière fois, atterrissant sur la mouture, et abattit mes lames, la créature hurla, les deux créatures, en face de moi, dans une position quasi semblable, Doylana avait exécuté la même action. La monture remua, essayent de me faire tomber, après quelques résistances, je tombais directement contre un arbre, définitivement, ils aimaient bien stopper mes chutes ceux-là, mes dagues toujours planté dans le dos de la bête furieuse et mal en point.
Le calme revint, j'étais au sol, le bras cassé se ressoudait douloureusement, mon abdomen était soigné, ma chemise non, il n'en restait que les épaules et l'arrière était coupait en deux, encore des frais ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Dim 28 Avr - 19:45

Tout s'était passé très vite. Et à vrai dire j'étais surprise de la combinaison que nous faisions. Nous étions synchroniser.
Mes lames tranchèrent violemment le métal qui ressemblait désormais d'avantage à du cuir. Je ne savais pas d'ailleurs comment une telle chose était possible. Passée de la pire des carapaces à cette cuirasse mollassonne par le biais d'une monture m'étonnait au plus haut point. Une des curiosité de ce monde. Un lien surement magique existait entre les deux, sûrement quelque chose de fort et inconcevable pour des êtres comme nous.

Je plantais mes sabres dans le dos pour descendre péniblement le long de l'armure. A deux mètres du sol, je lâchais tout d'épuisement pour me laisser tomber, le corps monstrueux tombait en même temps que moi, mais un peu plus loin, toujours les sabres plantaient entièrement dans le dos après une longue et profonde plaie.
Le calme revenait peu à peu, mon compagnon semblait tout aussi épuisé. Allongée sur le dos, je soufflais en laissant mon corps faire un travail douloureux mais nécessaire. Après de longues minutes, je me levais enfin pour récupérer mes sabres et ma dague, plantée un peu plus loin, dans la nuque de la créature.
Je me souciais soudainement de la viande. Était-elle comestible?
Je me mordillais la lèvre en récupérant les armes du solitaire pour aller lui rendre. Je m'asseyais près de lui en posant mon dos sur ce qui ressemblait à une branche.

_ Voilà un exercice dont je me serais bien passé.

Je lui souriais, les joues rougies par l'effort, et entièrement recouverte d'un sang sombre et odorant, recouvert de quelques tâches plus claires, qui m'appartenaient.

_ Quoi que je me suis plutôt amusée.

Je lui mettais un coup de poing maladroit dans l'épaule avant de souffler pour me relever et m'approcher de l'énorme bête.

_ La créature ne doit pas être mangeable... Mais la monture, tu crois qu'elle est comestible?

Si c'était le cas, elle ferait un bon morceau de viande séchée pour plusieurs jours, et surtout un bon repas pour le soir même. J'évaluais la distance qui me séparait de mes hommes, ils étaient à une ou deux heures de marche tout au plus. J'entendais les chiens aboyer au loin, surement conscient de l'anarchie qui s'était produite ici. Mes hommes avaient du accélérait le pas. Je songeais sérieusement à acheter un oiseau voyageur pour les urgences de ce genre.
Je scrutais mon invité, un sourire pendu aux lèvres, je me débarbouillais le visage inutilement avec mes mains ensanglantées pour baisser aussitôt les bras. Je ronchonnais, consciente de mon allure.

_ On dirait un morceau de viande géant....

Je bougonnais en cherchant un point d'eau, une flaque, un étang, un lac, un ruisseau, n'importe quoi qui puisse me nettoyer un minimum. Le fait qu'Urr'hean puisse être aussi sale ne me choquait pas, sur un homme s'en était presque séduisant. Mais une femme maquillée de sauce ketchup n'était pas la plus sexy. Je soufflais en jetant des regards éparpillés parmi les arbres.

_ Et dire que c'est Taran qui à mon sac...

En pensant vers les terres des hommes, elle essaierait de s'acheter une sacoche, la sienne étant restée au camp, au moins pour de l'eau et des potions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Dim 28 Avr - 20:41

Crack!
Dernier craquement annonciateur de la guérison de mon bras, j'en étais soulagé, je souffla profondément, la guérison était rapide chez nous mais qu'est-ce que c'était désagréable...

Doylana s'était éloigné du cadavre, ramassant ses armes, et les miennes également qu'elle m'apporta avant de s’asseoir. Elle était couverte de sang, et pas du sien, ce combat en plus d'être comme elle l'avait si bien dit un supplément loin d'être nécessaire avait été particulièrement sale et violent. Sur ces pensées je me rendit compte qu'en plus de mes vêtements en lambeau, j'étais également couvert de sang, j'aurais prié pour avoir le bain d'hier soir à porté de main.

Elle me questionna concernant la chair de cette monture, c'était une bonne question, si c'était mangeable, notre soirée pourrait être bien agréable. Sans prendre la peine de répondre, préférant illustrer ma curiosité par un acte, je me relevai péniblement, m'approcha de la monture après avoir pris une de mes dagues et entama la chère au niveau de la cuisse visible. La chair été normale, rouge, ferme mais sans plus, l'odeur était typiquement celle d'un cheval, visiblement, c'était de la chair de canasson tout ce qu'il y a de plus banal, et donc comestible. Ceci me fit sourire, sourire qu'elle interpréta visiblement correctement, mais m’interpellait aussi, ça changeait encore une fois les données que je connaissais de ce monstre, si on avait affaire a un cheval, alors l'animal n'était bien qu'une monture qui fut lié a son maître qu'après coup, cette hypothèse mériterais d'être approfondi, je voulu en faire part à Doylana, mais celle-ci en vu de son état, était parti a quelques pas en quête d'un point d'eau. Je lui en parlerais le soir venu une fois que les autres nous auraient rejoint.

En effet un autre point retint mon attention, le combat n'avait pas duré longtemps dans notre esprit, mais en vérité, l'après midi arrivait à son terme, et au vu des bruits des chien, il faudrait près de deux heures aux lycans du groupe pour nous rejoindre.

_Doylana, tu ne penses pas qu'on pourrait s'arrêter pas loin et préparer un campement le temps que tes hommes arrivent ? Il sera tard quand ils arriveront et cette chair doit être consommé un maximum pour minimiser son poids si on l'embarque, et je pense que nous deux avons bien mérité une pause.

En effet, le combat avait était plus dure que je le pensais, j'avais encore des ressources, mais pas de quoi voyager une journée complète. En attendant une réponse je cherchais de mon côté également un point d'eau, pour mon corps désagréablement poisseux mais également pour soigner mes dagues qui méritaient également un nettoyage et des soins, une bonne arme s'entretient avec soin.

----


Ce fut moi qui repéra un point d'eau cette fois-ci, une source de petite taille éventrait le sol rocailleux de la forêt, laissant couler une eau clair qui semblait d'une pureté sans pareil, en contre-bas sur un mètre de profondeur, il y avait une cuvette entièrement faite de pierres dans lequel l'eau stagnait. La présence de quelques Grepoidaus permettait d'assuré la pureté de l'eau.

_Tient et voici un point d'eau, il est pur, il faudra éviter de le souiller et se laver à côté, on peut boire également.

Restant debout en l'attendant, je me remis à penser. Notre combat s'était déroulé sans trop d'accro car nous avions réussi à travailler en symbiose, c'est une relation que je n'ai jamais eu avec quiconque aussi rapidement, elle ferait une amie de valeur, c'était incontestable, par cette pensée, je me senti plus serein concernant le groupe et la meute en général, ils étaient bien "gouverné".
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 29 Avr - 13:00

L'idée d'établir le campement n’était pas une mauvaise idée. Je regardais la carcasse qui baignait dans sa propre marre de sang avant de grimacer.

_Il va falloir que l'on s'occupe de...ça... Aussi.

Je détestais couper la viande, je le faisais avec une allure de marbre, mais j'en avais toujours eu horreur. Je préférais détourner le regard pour m'approcher du point d'eau. Je voyais les grepoidaus barboter joyeusement et je repensais à celui que j'avais étant enfant. Cette petite bête m'avait toujours manqué. Son décès avait laissé un vide dans mon coeur.
La vraie douleur m'avait changé; le sentiment de perte, d'abandon, avait fait de moi un être à qui on ne s'attachait que très peu ou qui s'attachait pas du tout.
Je n'avais que mes chiens et mon peuple. Pas d'amant, pas d'amour et très peu d'ami.
Je lâchais un soupire lasse avant de commencer à descendre la pente. Elle était raide et peu amicale, mais je devrais faire avec. Quelques paires de yeux vitreux s'était bloqué sur moi et ma descente. Quelques petites bêtes essayer de s'approcher tandis que d'autre fuyait.

_ Tu as raison pour le campement, on se postera ici. Je vais me débarbouiller.

A quoi bon signaler mes actes alors qu'ils étaient déjà en cours? Bref, j'étais un peu perturbée. Je continuais avant d'atteindre le point voulu, je déposais mes vêtements et m'accroupie dans l'eau. Il n'y avait rien pour me servir de bol, de vase, de pot ou de seau.

_ Ca va être plus difficile que prévue de ne pas entrer directement dedans!

Je cherchais du regard, en essayant de ne pas trop "faire de vagues" auprès des petits habitants. Je me pinçais les lèvres avant de saisir l'eau au creux de ma main, pour nettoyer mon visage au dessus de la roche, afin de limiter les dégâts dans l'eau.
Peu à peu, je retrouvais enfin mon visage, je souriais, soulagée, avant de poursuivre sur les bras.

Un Grepoidaus s'approchait doucement, terriblement curieux de savoir ce que j'étais et faisais. Mais je n'avais pas de poisson pour l'appâter, et ces bêtes là ne mangeaient pas de viande... Il faudrait qu'il vienne seule, de lui même.
Je voyais sa démarche manchote ,du coin de l'oeil, s'approchait de quelques pas, pour reculer dés que je faisais un mouvement trop brusque.
Il n'était pas très loin de moi, et je l’ignorais. D'autres le suivait, décidément je plaisais à ce petit monde.
Une fois propre, je saisis mes vêtements pour observer leur état; déchiqueter.
Je ne pouvais même pas les remettre. Je prenais une deuxième douche improvisée pour pouvoir rentrer ensuite dans l'eau.
Elle était fraîche mais cette sensation me plaisait. Je nageai tranquillement dans ce petit point d'eau, à l'image de ces habitants, pou m'immobiliser plus loin et fermer les yeux. Perdue dans mes pensées.

_ Au fait, tu comptes rester là haut tout le temps ou je serais nue?



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 29 Avr - 14:04

Je la voyais faire, s’avancer lentement, visiblement touché par les bestioles qui nageaient tranquillement dans leur territoire, son visage exprimait une tristesse à peine perceptible, mais elle le cachait suffisamment pour me confirmer qu’elle n’avait pas envie de parler de ça. En s’approchant du point d’eau, elle avait accepté mon idée de campement.
Elle s’était débarbouillé et avait quitté ce qui lui rester de vêtement pour se prélasser lentement dans la cuvette d’eau. Je regarder la scène de loin, toujours en haut, proche de la source, je n’étais plus vraiment gêné, j’admirais, les pensées dans le vague, à la fois atteint par l’action soudaine qu’avait provoqué ce dangereux combat et la beauté et la pureté du paysage. Ce calme acquis par les armes et au pris de sacrifices vestimentaires était reposant, une pensée ironique me fit sourire, une nouvelle fois nous étions tout les deux dans un point d’eau, peu ou pas vêtu, cette proximité trop rapidement acquisse m’avait d’abord surpris, mais je n’y faisais plus attention.
Elle m’appela par une remarque amusé à ne pas trainer sur mon piédestal et à la rejoindre pour me laver à mon tour. Ce que je fis, descendant avec souplesse la pente, armes en main, ainsi que le reste de ma chemise, je me penchai vers l’eau, ne faisant plus attention à elle, j’entrepris de me laver le visage, puis le torse et les bras, pour finir par le bas du corps, avant d’entreprendre le nettoyage minutieux de mon reste de chemise, ce chiffon me permettrais de laver efficacement mes lames, et je pourrais le garder pour m’en servir durant le voyage, il n’y a pas de petites économies, encore moins dans une vie nomade. Enfin, je lavai mes deux dagues, prenant le temps de les admirer, fier de posséder de tels bijoux. Une fois fini, je me glissai dans l’eau profitant du calme quelques minutes.

_Ce coin d’eau calme tombe à pics, cette eau est revigorante, il serait bon d’en prendre un peu pour le voyage, malheureusement ma gourde à été détruite pendant le combat.

Sur cette phrase je fermais les yeux et leva la tête vers le ciel, les deux bras accroché au bord par les coudes, dos à la paroi, je laissais mes sens prendre le dessus sur mes yeux, profitant des sons et des odeurs de la forêt, profitant également de l’eau pure qui courait sur mon corps, remuée par notre arrivée. C’était reposant … Mais il y avait des choses a faire, cet animal ne se transformerait pas en tas de viande sans aide, et il ne fallait pas que les insectes ne prennent les meilleurs morceaux, aussi, je me relevais, elle était toujours couché. Sortant de l’eau et me séchant avec mon chiffon-chemise, je lui déclara :

_Je vais m’occuper du cheval, il ne faudrait pas le laisser aux insectes.

Lentement, je remontais la pente, et me mis à l’ouvrage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 29 Avr - 20:12

Je l'observais se laver et prendre soin de ses armes. Ce qui me fit penser aux miennes que j'avais laissé plus haut. Je décidais dans un élan de feignatise de m'en occuper plus tard, ce n'était pas sérieux, mais je voulais profiter de ces moments rares. Au camp je n'en avais jamais, le temps était précieux et il fallait toujours être prête à toute éventualité. Un rôle fatiguant mais qui était devenu essentiel à ma vie, je ne pouvais plus vivre sans mon peuple. Ils étaient ceux qui m'avait fait m’accepter en tant que lycan.
Lorsqu'il m'averti qu'il voulait prendre soin de la viande, je le regardais, impassible mais pourtant peu motivée.

_ Tu veux un coup de main?

Je tournais la tête vers le grepoideau curieux qui se tenait désormais à porté de main. Je souriais, touchée par cette petite bête. Cinq étaient cachés derrière lui et jetaient des regards curieux mais méfiants. Je n'osais pas tendre ma main, de peur de tous les effrayer.
Les poissons passaient vivement dans l'eau, l'idée d'en attraper un me traversa l'esprit, une pensée que je tiendrais à l'écart quelque temps. Il fallait qu'il se familiarise avec moi et mon entourage.
Au bout de quelques longues minutes, je me levais pour sortir de l'eau et renfiler mon short bien trop déchirer pour couvrir quoi que soit, je faisais la même tentative avec mon haut avant de le prendre pour qu'il serve de chiffon, quoi n'importe quoi d'autre.
Peut être qu'il pourrait servir au campement, après tout.
J'enfilais mes bottes abîmées par la route et le combat et je commençais à partir pour gravir la côte.

_ Ne t'en fais pas pour ta gourde, je t'en donnerai une quand mes hommes seront là.

Je regardais le ciel, il n'était pas tard, ils devraient bientôt être là. Je glissais sur un pierre et me rattrapais expressément à une branche pour prendre un appuis sûr et grimper plus haut. Une fois à hauteur, je cherchais mes armes des yeux pour les saisir et partir les nettoyer, torse nue.

_ Je nettoie ma dague et je viens t'aider, avec un tel bout de viande, on ne sera pas trop de deux.

Je laissais mes pieds vagabonder pour descendre habilement, une fois à la source, je nettoyais mes sabres et ma dague. Priant pour que mes hommes n'aient pas croisé de telles créatures.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Mar 30 Avr - 10:01

J’étais assis sur la bête, découpant méthodiquement la peau de l’animal, la partie la plus moche de la bête, en dessous de celle-ci se déployait une formidable chair musclé, me faisant presque regretter les coups données lors du combat, cet animal était une force de la nature, une monture compétente, et elle nous servirait de nourriture.

D’un regard, je trouvai un arbre avec des feuilles de grande taille, cela me servirait pour entreposer la viande ailleurs que sur le sol pour l’instant, par la suite, le cuir solide de l’animal pourrait être utilisé. Je découpais en gros, faisant sortir par bloque la viande de la bête, le travail de cuisine se ferait dans un endroit plus plaisant et surtout qui sentait moins, l’odeur du sang avait imprégné l’air sur un rayon de vingt mètres, un lycan immature se transformerait à cette odeur.

J’extrayais l’un des derniers morceaux quand elle revint, elle avait profité du temps qu’elle avait pour nettoyer ses armes, me déplaçant légèrement et montrant les feuilles étalés sur le sol, pleines de victuaille, je lui proposai de commencer le travail plus fin. Une fois terminé avec la carcasse, je me levais, empoignant avec force le cuir maintenant devenu une surface plate, je le posais convenablement au sol et nettoya l’intérieur avant de le faire sécher.

Nous étions tout les deux au travail, je profitais du moment en silence, j’aurais eu envie de discuter, mais je ne savais quoi dire, je travaillais donc en silence, gêné par ce manque communication qui était l’un de mes attributs. Je me levé, m’approchais de la direction des hommes du groupe qui arrivait, en dehors du rayon dans lequel l’odeur du sang feutrait toute autre odeur, il n’arriverait que dans une heure si ils marchaient toujours à la même vitesse, ils allaient assez vite, peut-être par inquiétude envers l’alpha, ils avaient senti la monstruosité qui nous avait attaqué, et ils ne me faisaient pas encore confiance, normal. Mais mon instinct me disait autre chose, ils pouvaient également être poursuivi, d’un air plus grave, je revenais vers la boucherie à ciel ouvert, elle était debout en train de transporter la viande en lieu sain.

_Penses tu que tes hommes vont arrivés sauf ? Je ne souhaite pas t’inquiété, je sais que ces monstres sont solitaire, mais un danger peut en cacher un autre.

C’était un pressentiment mais de par ma nature, je faisais confiance à mon instinct, qui s’avérait souvent juste. Cependant ce n’était pas à moi de me préoccuper de ça, aussi, je préférais lui révéler mes craintes. Sa réponse me donnerait la marche à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Mar 30 Avr - 20:37

Je constatais que la viande était parfaitement comestible en découpant la chair juteuse. Un travail que je détestais mais qui était vital. Je réfléchissais également à masquer l'odeur, mais je n'étais pas herboriste, et l'odeur du sang de la créature devait empester des kilomètres à la ronde, il ne serait pas une mince tâche de la couvrir. Je me devais de le faire au moins en partie.
On ne pouvait pas se trimbaler avec des kilos de viande sur plusieurs kilomètres. Je me mordillais la lèvre, comme d'habitude lorsque j'étais ancienne.
Urr'hean travaillait le cuir et je me rendis vite compte qu'il pouvait servir pour un nouveau haut, car si la nudité ne me gênait pas, elle n'était pas idéal pour le travail. Ma poitrine gênait mes mouvements, mais je me cachais de m'en plaindre.Surtout devant un homme, presque inconnu en plus, ce n'était pas forcément une bonne idée.
Je gardais donc mes bougonnements pour moi, m'appliquant sur la viande avant de tourner la tête vers une voix. Je n'avais pas tout saisi tout suite.

_ Je.. Euh... Je n'ai pas un bon pressentiment. Je sais qu'ils sont là, mais je ne sais pas si tous sont en vie.... Je m'inquiète pour mes chiens.

Une phrase qui pouvait faire tâche dans cette situation, mais elle était bien réelle. Je m'inquiétais pour mes bêtes, Derk était sans doute parti en courant à cause de l'odeur, et il n'était toujours pas là.

_ Je ne voudrais pas qu'ils aient laissé les chiens passer pour de la chair à paté. Ils sont souvent lâché lors des voyages.

Je me mordais la langue avant de reprendre mon oeuvre. Je le sentais mal. J'étais persuadée que si une vie n'avait pas était prise, elle avait été "endommagée". il n'était plus très loin désormais, j'entendais des aboiements, mais ils n'étaient pas assez près pour que je puisse les distinguer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Mar 30 Avr - 23:26

Elle avait également un mauvais présentement, ça me soulageait en un sens, je ne portais pas seul le poids de cette intuition. Mais en m'approchant de là où ils arriveraient, j'entendis des aboiements, encore très lointain mais un signe de vie malgré tout. Je regardai profondément Doylana dans les yeux, comme une interrogation que je formulais directement à son esprit, devrions nous aller voir ? Si l'un de nous deux partait les rejoindre, il y serait en 5 minutes, et quelque soit le danger qui guettait, il saurait défendre suffisamment longtemps pour que le groupe s'échappe.

Son regard marqué une inquiétude présente, malgré qu'elle soit très bien capable de le cacher, que faire ... si j'y allais, je ne serais pas forcement accueilli comme un sauveur, on pourrait me prendre pour un assaillant. Mes instincts me poussait à agir, je sentais mon pouls augmenter, adopter un rythme de combat, mais pour une fois, je ne pouvais pas me fier à corps perdu à lui, je n'étais plus seul mais dans un groupe, c'était contraignant ... Machinalement je me remis à faire de lents tour sur l'herbe, proche de la peau renforcé que je venais d’étaler, que faire.

Je pestais intérieurement, seul, il était facile de prendre des décisions, je n'avais que moi à écouter, personne pour me juger, et ce genre de situation ne pouvais de toute manière guère arrivé, c'était un argument de poids qui contre balançait mon envie de la journée de remettre en question mon statue de solitaire.

Je m'arrêtais, enfin décidé, ce n'était pas à moi d'agir, si elle voulait le faire, elle le ferait, par acquis de conscience, je demandai :

_Tu ne souhaites pas aller à leur rencontre ? je reste ici pour garder si tu veux, au moindre danger, je le sentirais et je rappliquerais.

Sur ces paroles, autant pour calmer mon instinct qui me hurlait de courir au danger, je m'assis et je fignolai le nettoyage de la large peau du cheval, vu son renforcement, elle aurait était parfaite pour des vêtements de combats, mais pas assez souple, mais en prendre un coin pour faire une gourde, et quelques lamelles pour empaqueter la nourriture était largement envisageable.


[HRP : je patine un peu dans se genre de situation à cheval entre l'action et l'inaction, je ne sais pas à quel point je peux prendre des libertés, et mis à part faire évolué la pensée de mon personnage, je ne sais pas trop quoi faire ...]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Jeu 2 Mai - 12:06

l'idée de partir les rejoindre était loin d'être bête. Je hochais la tête avant de tenter de trouver un bout de tissus décent pour le trajet, je voyais les lambeaux de chemises étalées au sil et je m’emparais vivement d'un morceau épais et solide qui fut certainement un bout de manche. Je plaquais le tissus sur ma poitrine et je le nouais pour en faire un micro-débardeur improvisé, qui était tout de même mieux que rien, en cas de vermine perverse dans la foret.

_ Je te pique ce bout de manche, tu as raison, je vais aller à leur rencontre. SI tu vois Derk ou un autre chien revenir, appâte le avec un bout de viande et tente de l'attacher.

Je prenais la route d'un pas décidé avant de me retourner.

_ Sans mes armes, je risque d'être ennuyée.

Je les saisissais d'une main ferme et décidée avant de partir entre les arbres et disparaître aussitôt. Ma voix résonna entre les arbres comme un tintement de crystal doublé d’échos.

_ Et ne mange pas tout en mon absence!

Je serrai le nœud pour être sûre qu'il tienne parmi les branches avant de courir. je sentais mes muscles se raidirent peu à peu pour devenir plus puissants et rapides encore. Ils chauffaient péniblement dans l'effort qui fut vite remplacée par une euphorie inappropriée à la situation, mais que tous les lycans connaissaient en pleine course.
Je serrais des dents, poussant mes capacité au maximum en vérifiant mon haut improvisé de temps en temps.
J'étais à bonne distance de mes hommes, d'ici une demi heure, je les aurais rattrapés.
Mes sens étaient en alertes, conscient du danger lorsque la nuit approchait. Les Aranis grouillaient péniblement dans le secteur, j'entendais leur huit pattes frappaient le sol. D'après mon ouïe, elles étaient au moins trois.

_ Sale journée...

Je portais une main sur mon sabre, juste au cas ou avant de poursuivre.

Mes hommes semblaient épuisés. Taran peinait désormais à porté le chargement. Les autres étaient là aussi, exténué par la route et le rythme de la marche.
Je ne vis aucun chien. Je me stoppais à bonne distance, le temps qu'ils me voient avant de grogner.

_ Ou sont mes chiens?

Tous se regardèrent avant de baisser la tête. Taran décida de répondre en bomba le torse, plus pour se rassurer que m'effrayer.
ment

_ Ils sont partis en courant. Une odeur étrange nous est parvenu... Et avec le chargement, nous n'avons pas pu les rattraper .

Je pestais, enragée contre mes hommes, même si leur faute n'était pas entière.

_ Cette odeur c'était nous contre un Rataneche. Le solitaire s'occupe de la viande. Taran, rend moi mon chargement, on part le rejoindre. Pressez vous.

Les ordres étaient si sévère, qu'aucun n'osa broncher. Ils se contentèrent de serrer des dents pour appuyer d'avantage sur leurs muscles endolories.

_ Ce soir, vous garderez le camp. J'irais chercher mes chiens.

Le trajet sembla silencieux et inquiétant; Après une bonne heure de marche, la nuit commençait à tomber. Je sentais l'odeur de viande à quelques mètres de là. J’espérais avoir une bonne surprise en arrivant, mais je ne me berçais pas d'illusions, si seulement un chien était revenu, c'était un miracle.
Si je voulais les retrouver, il fallait aller les chercher.

Je posais bruyamment mon sac avant de saisir un fil et une aiguille pour consolider le morceau de tissu qui me bandait la poitrine.
Je vidais mon sac, sous les yeux inquiets de mes hommes qui dressaient le campement. Je remis une potion, la viande séchée et y mit les laisses. Je mangeais en quatrième vitesse avant d'aller me débarbouiller pour mettre mon sac sur mon dos.

_ Je vous laisse lui expliquer la situation.

Sans en attendre d'avantage, je me glissais dans les ombres des arbres en écoutant chaque bruit. Je n'avais pas bu ma potion volontairement, en cas de rage ou de besoin, je voulais la prendre juste avant la métamorphose, afin qu'elle puisse me calmer au bout d'un long quart d’heure de débauche sanguinaire.



Dernière édition par Doylana Katell le Lun 6 Mai - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Jeu 2 Mai - 16:30

Elle était partit rapidement, prenant un bout de ma chemise comme maigre couverture pour sa poitrine, et sans oublié de me faire une petite pique amusante concernant l’appétit dont je pourrais faire preuve. Je devais également surveiller si les chiens arriveraient, j’étais donc plutôt coincé ici, prison dont les barrots sont ma parole, ça ne me dérangeait pas trop, j’aurais le temps de préparer un peu la nourriture, il ne restait pas bien plus d’une heure avant que l’heure du repas sonne.
Mais avant cela je souhaitais travailler un peu ce cuir, j’avais le temps. J’entrepris donc de découper avec précision des patrons qu’il faudrait ensuite coudre pour former une gourde d’une résistance à toute épreuve, et d’eau moins un litre. Gardant le patron de côté et voyant encore une très grande part de cuir, je réfléchissais à ce que je pourrais faire d’autre, en plus des lanières qui accueillerait la nourriture, je devais laisser au moins les trois-quarts à Doylana et son groupe qui en aurait plus besoin, mais si je pouvais me faire un bonus … C’était un cuir solide, des écailles d’acier remplaçaient les poils, cette solidité était un atout sans pareil, un morceau même fin de ce cuir ne cassera pas même sous la force, en utilisant des restes je commença donc à me faire un vêtement de fils solides qui au dessus d’une chemise ou à même le corps me servirait pour porter mes armes, avec une place libre, en effet, deux dagues n’était pas suffisantes, je ne couvrais pas entièrement mes capacités de combats, il me fallait une lame légèrement plus longue, face au monstre que j’étais en train de découpé, ça aurait été pratique.

Finissant ça, je laissais les travaux de côté, je n’avais pas de fil pour finir ma gourde, et le temps avait passé, il me fallait chercher du bois pour le feu désormais.

Je parti donc à quelques pas, à l’inverse de la source, chercher du bois assez sec pour un feu, quand une odeur me rappela quelque chose, une odeur que j’avais déjà senti, de transpiration, ma mémoire me manquait pour me rappeler quoi, suivant la trace, j’atterrit rapidement sur une forme au sol, entouré par trois formes munis de nombreuses pattes, des Aranis attaquait l’être que j’avais senti, d’où la sueur, je savais que c’était un ami, je devais l’aider, sortant mes dagues qui ne me quittait plus depuis que Doylana était parti à la rencontre de ses compagnons, je bondis.

Le combat fut bref, après un ennemi comme le rataneche, des aranis étaient d’une simplicité déconcertante, d’une danse mortelle, un mouvement avait suffit pour démembrer méthodiquement mes adversaires octopodes. Je pouvais découvrir la créature avachi sur le sol, désormais hors de danger. Il s’agissait d’un chien, le chien que j’avais rencontré en même temps que la Lycane, il avait du sentir le danger et en se précipitant ici s’était retrouvé attaqué, seul. Cette dernière nouvelle m’étonnait, il y avait trois chien, en cas d’attaque, ces amis l’aurait aidé, où pouvaient-ils être ? Peut-être ne l’avaient ils pas suivi …

Ce n’était le moment de réfléchir à ça, le chien était empoisonné, je devais le ramener et le soigner. Je le pris et l’amener dans mes bras en direction de la source, je le posais au bord de l’eau, il était conscient et parvint à boire, cette eau pure ne pourrait que lui faire du bien. Il était touché au flanc droit, une blessure peut profonde mais infecté par le venin de ces fléaux des forêts, je n’avais qu’un moyen d’enlever le poison, écartant les poils, j’entrepris d’aspirer à la bouche le sang qui était au niveau de la plaie, étant moi-même immunisé, je ne risquais rien, une fois cette étape effectué, rapidement, il ne fallait pas non plus le vider, je nettoyais la plaie avec l’eau pur de la source, et utilisant le reste bien maigre de ma chemise, je compressais la plaie, il ne fallait plus qu’attendre.

Je le posais à côté du cuir, un morceau de viande lavé à ses côtés, puis je ramassais les bûches que j’avais laissé pour venir le sauver, entoura un foyer avec des pierres, et alluma un feu, je sentais qu’ils revenaient, et l’aura de Doylana était perceptible, elle n’était pas inquiète mais énervé, pour moi, ce n’était pas une mauvaise nouvelle. Je commençais donc à cuir un peu de viande en les attendant, surveillant d’un œil le chien mal en point, je ne savais pas si il s’en sortirait, mais j’avais bon espoir, lui, me regardait d’un air las, malade, mais reconnaissant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 6 Mai - 13:33

Je retournais prêt du solitaire. Une tension certaine et parfaitement visible planait autour de moi. Je serrais des dents en franchissant la barrière de branche pour atteindre le solitaire.
Je lui jetais un regard vide avant de tourner la tête pour observer les alentours. Un chien était étendu sur le sol, je m'avançais prudemment, car même si elles étaient mes bêtes, on ne savait jamais réagir sur le coup de la douleur.
Il s'agissait de Derk, mon plus fidèle et vaillant chien.
Je souriais, heureuse de constater qu'il nous avait retrouvé, avant de contempler sa vilaine blessure. Ma gorge se noua.

_ Des Arani?

Ca ne pouvait être qu'elle. Ces créatures étaient vicieuse et adoraient la facilité. Un berger allemand face à plusieurs Arani était presque sans danger. Même s'il avaient du en blesser ou tuer une, ce n'était pas suffisant sans arme.

Je pinçais les lèvres avant de chercher dans mon sac. J'avais emmener de quoi faire des cataplasmes à mon départ de la meute.
Je repartais en courant vers mes hommes pour saisir un sachet contenant de la poudre et prendre quelques larges feuilles avant de repartir aussi rapidement.
Taran semblait désireux de me suivre, mais il se ravisa. La culpabilité devait le ronger, mais l'heure n'était pas à la discussion.

Urr'hean m'observait, mais il ne disait rien. Surement conscient de la rage qui grimpait peu à peu.

_ Mes hommes se sont installés un peu plus loins pour amoindrir l'odeur. tu peux aller les rejoindre si tu veux. Ils t'aideront pour la viande et le cuir. Je ne rentrerai certainement pas avant l'aube. Je compterais sur vous pour soigner Derk et changer son topique plusieurs fois dans la nuit. Je vais chercher mes chiens.

En espérant qu'ils n'aient pas subit le même sort.
Je versais un peu de poudre dans un bol avant d'y ajouter très peu d'eau pour en faire une bouillie épaisse et noirâtre. Je l'appliquais doucement sur la plaie du chiens avant de recouvrir le tout par de grande feuilles qui se collèrent au médicament très vite.

_ C'est une potion de Naïsha, note herboriste. Elle est très efficace. J'espère que ca lui suffira...

Je regardais les yeux emplis de douleur de mon animal avant de détourner les yeux pour le porter délicatement et l'emmener vers noter camp "de nuit".
La journée avait bien débutée, mais elle était vite partie en cauchemard. Et je sentais que la nuit serait très longue.

En posant Derk prêt du feu et en plaçant un bol plutôt plat d'eau vers lui, le plus vieux de mes hommes se tourna et m'adressa un regard suppliant.

_ Je t'en pris Doylana, choisit l'un d'entre nous pour t'accompagner. Les nuits sont dangereuses ici, tu le sais. S'il te plait.

Je grognais avant de me dresser sur mes jambes pour mâchouiller un bout de viande sécher et descendre un verre d'eau.
Je ne savais pas lequel de mes hommes choisir. Et je n'avais pas envie d'emmener avec moi un de ceux qui avaient laisser filer mes chiens.
Ma fierté m'empêcha de demander au solitaire et je partais pour une aventure macabre dont l'issue me faisait peur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 6 Mai - 14:12

Je ne pouvais que regarder tranquillement, ne laissant paraitre que peut de chose dans mon regard, si notre caractère se ressemblait un peu, le moindre petit signe pourrait la faire partir dans une colère sans retour, autant jouer la touche. Visiblement sa colère était en rapport avec les chiens, une colère empli d’inquiétude, colère contre ses hommes, inquiétude envers les chiens, en s’occupant plus professionnellement de son chien, elle m’annonça qu’elle allait partir pour la nuit, chercher les deux autres j’imaginais.

Elle avait installé son groupe tout près, à distance des cadavres, je pouvais les entendre s’affairer à l’installation, d’après la colère de Doylana, ils devaient se sentir honteux, eux qui était visiblement si dévoués. Nous devions nous occuper du chien et de la nourriture en son absence, qui pourrait durer tout au long de la nuit, j’allais me retrouver seul avec ses compagnons, bien que je m’y étais un peu habitué le temps de débuter la course ce matin, ça ne m’enchantais guère. Quand elle eu le dos tourner, je ne pu contenir une mou révélant ce sentiment.

Prenant quelques feuilles où j’entassais la viande qui n’était pas cuite, je transportais celle-ci proche des autres individus, en effet il n’était pas fier, tous calmes, s’affairant sans un bruit, sans mouvements brusques à l’installation, un feu était en préparation, j’y posais la viande. Je souhaitais repartir chercher ce qui était cuit quand j’entendu un des lycans, inquiet pour son alpha, qui lui suppliait de ne pas partir seule, peut-être était-ce une occasion pour moi d’éviter un soir de plus la cohabitation avec le groupe ?

Elle avait un visage expressif ce soir, la journée avait été rude, même une statue aurait exprimé quelque chose dans ces conditions, elle était en colère contre ses hommes, sa fierté devait l’empêcher d’accepter le support de son équipe, réfléchissant à un moyen de me présenter, je m’approchai d’elle, de face, et exprima avec les mots qui venait :

_Laissons tes hommes s’occuper du campement, à nous deux nous irons sans doute plus vite et on pourra quadriller une zone plus grande, d’autant plus qu’on connaît déjà une partie de la forêt maintenant, du moins, si tu acceptes que je t’accompagne.

Mes arguments était valable, mais je doutais qu'elle souhaite être accompagné, même par moi, elle devait être dans une colère qui la poussait à éviter les freins, et toute compagnie pourrait en être un, cependant les chiens devaient également être prioritaire, sa réponse n'était donc pas prévisible.
Me tournant vers l’homme qui lui avait parlé, je lui demandai avec le plus de gentillesse que j’étais capable d’exprimer :

_Pourrais-tu, s’il te plait, aller chercher la viande que j’ai déjà cuite auprès du feu qui se trouve par là ? Il y en a suffisamment pour la soirée, le reste devra être conditionné pour être transporté, je pense.

Depuis mon tour pour aller chercher du bois, j’étais toujours équipé et près à partir, une chose qui pourrait faciliter le choix de la lycane, j’espérais qu’elle accepterait mon offre, me retrouver à coudre une gourde en compagnie du groupe m’ennuyait beaucoup, malgré moi, ça devait se voir dans mes yeux. Sans attendre de réponse, l’homme était parti sans demander quoi que ce soit, l’aura que dégagé Doylana était d’une puissance foudroyante sur ces hommes, même si je restais, ils ne me demanderaient pas grand-chose, vu leurs état.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Mar 7 Mai - 22:16

Ainsi, il avait compris que je ne souhaitais pas supporter un de mes hommes dans ce nouveau périple. Le sourire ne vint pas, mais le coeur y était. Même s'il était plus loin pour quadriller la zone, Urr'hean serait un allié de poids redoutable si je devais encore me battre.
Je me contentais de hocher fermement la tête pour accepter son offre. Un de mes guerriers me demanda son accord du regard pour obéir au solitaire, je lui accorder d'un signe de tête semblable au premier avant d'observer le Lycan.

_ Laisse le reste, ils vont s'en occuper. Je vous laisse vous reposer un peu, vous en avez besoin.

J'aurais pourtant voulu les user jusqu'à la moelle pour retrouver mes deux autres chiens, mais un Alpha ne devait pas se permettre ce genre d'abus de pouvoir pour être prise au sérieux.
Je me mordillais la lèvre en attendant patiemment le solitaire.
Il était déjà prêt et cela nous permit d'obtenir de longues minutes supplémentaires pour la recherche des chiens. J'observais la forêt qui se dressait devant moi pour choisir une direction, peu sûre de ma vue à cette heure ci, je préférais me fier à mon flaire. Les odeurs étaient multiples, je peinais à discerner les parfums, l'énervement en était sans doute la cause. Je plissais le front avant de tenter de me concentrer sur les différentes odeurs de la forêt, une tâche qui s'avérait plus difficile qu'à l'ordinaire.
Je murmurais quelques injures avant de fermer les yeux pour retourner à mes occupations. Prise au dépourvue par une ingérence totale de mes émotions, ce qui ne m'était pas arrivée depuis des siècles, je soufflais avant de tourner une regard désespérer autour de moi. La cumulation de jour même ne m'avait pas été bénéfique apparemment.
j'entreprenais de compter jusqu'à dix en respirant doucement et je sentis rapidement une piste non négligeable.
Je souriais, contente de mes efforts avant de me lancer à sa trace.

_ C'est pas vrai! Ça empeste l'Arani ici!

Je priais pour que mes chiens n'aient pas subit le même sort que Derk, ou pire encore. Je me mordais la lèvre en courant dans al forêt, tous les sens en alerte, l'odorat au aguets parmi tous ces parfums plus étonnant les uns que les autres. Il me fallut une dose de concentration supplémentaire pour pouvoir suivre un de mes chiens.
Dans l'effort j'en avais totalement oublié le solitaire qui devait m'aider, sûrement parti ou encore derrière moi. Je m’immobilisais quelques secondes pour le chercher des yeux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Mar 7 Mai - 23:52

Me voyant près elle était partie vite, choisissant une direction, pour plus d'efficacité et conformément à ce que j'avais argumenté, je partis dans une direction légèrement différentes, partant du camp nos deux routes formaient un triangle large permettant de maximiser le rayon d'action, la base du triangle se trouvant là où nous avions camper hier, si chien il y avait, et il y aurait forcement, ils seraient dans ce rayon.

Doylana était partie tendu et rapidement, j’espérais qu'elle retrouve ses chiens, par sympathie bien sur, mais également pour éviter de me retrouver avec un alpha de mauvais poil le lendemain, même sans transformation, ça risquerait d'être dangereux. Je pris une allure rapide mais pas précipité, malgré une journée animé j'étais assez calme, conscient de la situation, il ne fallait pas bâcler le travail.

Il faisait sombre, la vue ne serait pas très utile pour nos recherche, un coup d'oeil me permet de vérifier qu'elle l'avait compris, plus avancé sur sa route elle avait les yeux presque clos. Respirant un grand coup je me concentrais, l'odorat d'abord, les odeurs étaient multiples, le nombre de lycan dans la zone était grand, et l'odeur emplissait l'atmosphère, surtout qu'étant des inconnus, je n'étais pas habitué à leurs odeurs, à cela s'ajoutait les odeurs de nos ennemis déchu et celles de la forêt, un fouie limitant grandement l'efficacité de mon nez, je devais donc également utiliser deux autres de mes sens les plus fins, l'ouïe, les seuls sons désormais audibles étaient ceux du groupe, ceux des aranis, nombreuses et actives et enfin nos foulées. Et l'instinct, mon sens de prédilection, celui qui faisait foi quelque soit la situation.

Nous n'avions pas fait beaucoup de chemin que j'entendais les foulées de Doylana ralentir puis se stopper, me stoppant à mon tour, je la regardai, mes yeux désormais éclairé par la lune devaient être bleu très clair, lumineux, et vivifié par l'énergie que m'apporté l'astre, elle me regarda également, comprenant que j'étais là, c'était suffisant, je repris mes recherches, de son côté, ses foulées s'étaient calmé.

Après une bonne heure de recherche, je commençais à me poser des questions, la zone recherché s'étendait, Doylana était désormais trop loin pour mes yeux mais encore parfaitement audible, les bruits du campement avaient disparu, fronçant les sourcils je me permis un élan de forte concentration, fouillant le périmètre presque feuille par feuille, me focalisant sur l'avant et sur le sol, des aranis n'aurais pas transporté un chien, c'était un peu lourd, cette concentration trop intense sur le sol me fit oublier ma propre sécurité, et je fut surpris par un groupe d'aranis, nombreuse, une trentaine de ses êtres malveillants avaient sauté des arbres environnants, me stoppant dans ma course. En tant normal ça n'aurait pas été un problème mais là, si, j'avais été surpris, j'étais fatigué par le combat de tout à l'heure, seul, armé, heureusement, et je n'avais pas le loisir de me transformer, je grognai violemment, les chances de m'en sortir sans blessures étaient quasi-nul et uniquement dépendantes de la perception et de la vitesse de réaction de Doylana, ma fierté en prenait un coup. Sortant mes dagues, je sautais, ouvrant une faible brèche dans l'embuscade, aussitôt refermé, deux étaient mortes, ce n'était pas suffisant, je reculais.

J'état désormais au sol, entouré au niveau du sol, entouré au niveau des airs, aucune possibilité de fuir, elles attaquaient en duo, toujours dans des directions opposées, les blessures sur mes bras étaient bénignes mais n'avaient pas le temps de se refermer, heureusement que j'étais immunisé. Le nombre diminuait très lentement, encore vingt au moins était sur moi, cette situation n'avait mis qu'une minute à peine pour se mettre en place. Je m'agenouillais, mettant mes lames de telle façon qu'elle protégeaient mes avant-bras, les deux bras protégeant ma tête et mon buste, contre un arbre, de cette manière j'étais protégé sur beaucoup de plan, mais ces aranis trouverais la faille, aussi petite soit elle, se serait une bataille d'endurance face au nombre, je tendis l'oreille, fermant les yeux désormais pratiquement inutilisable, la forêt bloquant la lumière de l'astre de la nuit. Me concentrant sur le moindre mouvement, près à encaisser un coup d'où qu'il vienne, le combat serait long ...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Jeu 9 Mai - 23:37

Quelque chose me tracassait. Tout était trop calme. Pas une créature ne passait dans la forêt... C'était un silence auquel j'avais l'habitude prêt du campement car al concentration de lycans faisaient fuir tout le monde. Mais ici, c'était différent.
Ma réaction fut un peu trop lente. Déjà, j'entendais les pattes des Arani foncés sur ce qui leur semblaient le plus faible des deux, ce qui n'était pas totalement juste et fondé. Le monster en moi ne demandait qu'à sortir, je jugeais la distance qui me séparait du solitaire avant de boire ma potion. Je grognais avant de tout lâcher et trouver le courage de glisser une dernière phrase dans un mélange de râles et de hurlements.

_ Concentre mon attention sur elles!

Je priais pour qu'il m'entende avant d'observer mes bras se déformer pour devenir plus long, plus musclé et couvert d'un poil blanc très soyeux. Mes doigts se transformaient rapidement en griffes acérées noires, mes vêtements s'étaient déchirés et mes crocs avaient percés mes gencives. Sans chercher plus longtemps, je me dirigeais vers le combat, spectatrice de mon propre corps, envahie par une rage désespérément euphorique.
J'avais un quart devant moi, avant que la potion ne fasse effet. Une dose pareil aurait anéanti n'importe quelle créature, mais le combat serait terminé depuis bien longtemps.

La plupart des Arani ne purent rater mon intervention. Les branches et les jeunes arbres fins pliaient et cassaient sous mon poids, je fendais la forêt sans honte ni regret pour tout anéantir.
Je ne distinguais plus le Solitaire des araignées humanoïdes. Je ne voyais que la chair et du sang. Je ne voyais que de la viande à abattre.

Heureusement, Urr'hean passa derrière une Arani, quelque peu surprise de ma venue plutôt musclée, que je tranchais aussitôt avant d'en attraper une deuxième pour lui arracher la tête avec les dents. Plusieurs avaient déjà fuit, mais je les poursuivais pour les fracasser. Leurs os qui se brisaient entre mes dents me provoquaient un plaisir sans nom, le sang sur mes babines qui coulaient sur ma robe argentée tétanisait les créatures qui tentaient perversement de fuir le sentiment qu'elles adoraient imposer.
Leurs virages, leurs bons, leurs toiles et leurs attaques ne les sauvèrent pas. Elles y passèrent toutes, sans doute grâce à une intervention certaine du Solitaire que je n'avais pas vu.
Mais désormais je le voyais, je ne voyais que lui alors que la potion commençait à me calmer. Je grognais pour alerter la forêt de ma force et de ma dominance avant d'avancer, un peu trop lentement vers mon inconnu d'ami.

Je l'ai rédiger en étant dans les choux, donc au moindre truc, n'hésite pas!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Ven 10 Mai - 10:57

Bon sang de … Je reconnaissais cette sensation à des kilomètres, une aura violente d’agressivité, de force et de domination venait d’apparaitre là où se trouvait la lycane. Pas bon, ce n’était pas bon du tout, j’entendis, en plus des pas d’une course effrénée, un avertissement. Elle en a de bonne elle, je devais détourner l’attention sur nos ennemis, en gros éviter de me retrouver sur le chemin.

L’apparition de la louve avait perturbé le groupe d’aranis, elles ne s’intéressaient plus à moi, elles n’avaient goût que pour une chose, mettre en place une stratégie de fuite, ça me permis de prendre le dessus sur elles, elles ne fuiraient pas, oh non, dans l’histoire, c’étaient elles ou moi, car je n’avais strictement pas l’intention de me transformer, ça ferait des ravages bien au-delà de ce qui était souhaitable.

Empli d’une énergie nouvelle, un instinct guerrier qui me poussait à l’assurance mais qui vivifiait mes mouvements, je prenais les aranis par les pattes, sans difficulté, bien plus rapide que je ne l’étais quelques minutes plus tôt, et les lançais sans ménagement sur mon violent allier, qui ne faisait pas dans la dentelle, ces bras poilu et blanc déchiquetaient pattes, abdomens et têtes par des coup vifs et tranchants, la forêt autour d’elle ne suivait pas le mouvement, c’était une tornade d’un blanc lunaire qui s’abattait sur le champs de bataille. Je devais jouer de souplesse et de vivacité pour rattraper les aranis qui fuyaient tout en évitant les morceaux de leurs sœurs tombés sur l’exécutrice.

Vint le moment que j’attendais avec très peu d’envie, il ne restait qu’elle et moi, la violence face à la restriction, je devais trouver un moyen de l’occuper ou au moins de la retenir le temps de se retransformer, ça faisait près de 15 minutes qu’elle était transformé, ça pouvait encore durer longtemps, nos transformations sont d’autant plus longue qu’on en as l’utilité, tant qu’il y a quelqu’un de vivant dans le périmètre, pas de répits, sauf par épuisement, mais ce n’était jamais ce qui arrivait en premier.

Tout en courant de manière assez imprévisible, utilisant la forêt à son potentiel maximal, je réfléchissais à comment m’en sortir, j’avais en tout et pour tout deux avantages, ma faculté de réflexion, et ma taille, plus fine sous forme humaine face au monstre blanc qui me coursait, dans la forêt je pourrais m’en sortir. A cette taille s’ajoutait le poids, elle ne pourrait pas escalader un arbre sans le détruire, de cette réflexion me vint une idée. L’arbre le plus proche était derrière elle, je me retournais, me baissait violemment pour éviter un coup de patte sensiblement équivalent à un coup de hache puis roula sur la droite de la bête, me relevant avec précipitation, je commençais à courir sur un tronc large et verticale, sur trois mètres, avant de m’accrocher à une large branche et me propulser 5 mètres plus haut, j’étais à mi-chemin de la cime, disposé à atteindre n’importe quel arbre de la forêt mais déjà en bas la louve attaquait l’arbre, qui tomba. Je me propulsais sur un autre qui ne tint que dix secondes supplémentaire, si ça continuait comme ça, la forêt serait à terre avant le matin.

Mais d’un coup sa forme se flouta, déjà ?! Elle se retransformait devant mes yeux, d’un coup beaucoup plus faible, elle vacillait, elle reprit forme humaine, entièrement nu, et visiblement vidé de son énergie, la transformation avait été extrêmement courte, il faudrait qu’elle m’apprenne se tour de force, j’avais visiblement encore des choses à apprendre malgré mon âge. Je soufflais, bien content de m’en sortir ainsi, cette journée était véritablement un combat à chaque minutes, mais je me sentais bien, au moins, c’était vivant. Descendant de mon perchoir en glissant lentement le long du tronc, je m’approchais du corps au sol, mes blessures c’étaient toutes refermées, elle ne semblait pas avoir subit de blessure, la retransformation remettant le corps dans son état d’origine, ça forme de louve était exceptionnellement belle et forte, un loup blanc, je ne m’attendais pas à sa venant d’elle, ça la démarquait des autres, et sa force était grande, je ne regrettais pas tant que ça de l’avoir vu ainsi, ça ne s’était pas si mal passé finalement. Je m’assis, l’adrénaline m’avait donné un second souffle d’une force surprenante, mais le contre coup était violent, dans la forêt le calme régnait, vidé de toute hostilité par l’aura de violence qui venait de se terminer, au milieu de celle-ci deux lycans exténués, contre un arbre. J’attendais en observant le vide qu’elle se relève, écoutant la forêt par instinct, quand j’entendis au loin un couinement, un son que je ne m’attendais pas à attendre, au loin, une odeur me vint, deux chiens approchaient, ils avaient à l’odeur très peur et étaient fatigués, que leurs étaient ils arrivé ? Je ne bougeais pas, attendant l’arrivé des animaux et l’émergence de Doylana, la journée allait elle enfin se terminer ?


HRP : ya juste le "j'avais un quart" qui m'a surpris ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Ven 10 Mai - 16:26

Mon âme semblait perdue entre le cauchemars et la réalité. Je voyais flou et tout mon corps me faisait mal, l'un étant l'effet secondaire de la potion l'autre étant celui de la métamorphose. Je grimaçais en titubant, la potion avait visiblement fait effet à temps. j'aperçus une ombre glisser d'un arbre avant de comprendre qu'il s'agissait d'Urr'hean.

Tout n'était que des masses plus sombres que la nuit et toute semblait au sol. J'avais surement fait un ravage démesurée...
Comme d'habitude, je ne me souvenais que de quelques images, des coups de pattes, du sang, des arbres pliés. Je clignais des yeux avant d'observer mes mains que je tournais dans les sens en évaluant globalement la quantité de sang qui me servait en fait de vêtement tant elle était abondante et épaisse. J'avais ce gout de fer sucré sur la langue, cette sensation pâteuse sur les dents et cette désagréable impression collante sur les lèvres.
Je tentais vainement d'enlever le sang sur ma peau, mes mains glissaient maladroitement sur mes bras, mon ventre et mon visage pour ne quasiment rien retirer.
L'odeur âpre du sang des Arani m'empêchait de sentir quoi que ce soit, à mon grand désespoir.

Mon pauvre invité devait avoir été surpris de voir un Lycan blanc de trois mètres arriver et tout arracher, trancher, déchirer et laminer sans aucun ménagement. Je tentais de positiver en reprenant mes esprits.

_ C'est une réussite presque totale!

Je me demandais comment je pouvais encore plaisanter dans de telles situations. Ce fût la réaction du solitaire qui me mit la puce à l'oreille. Il avait vivement tourner la tête en cherchant quelque chose des yeux, donc quelque chose approchait, et apparemment à grande vitesse. Je bougonnais de ne pas pouvoir sentir convenablement ce qui se produisait à cause de mes narines pleines de sang et mon temps de réaction ralenti par la potion. C'est d'ailleurs à le moment là que je me rendis compte que j'étais assise par terre. Un peu étourdie par la situation, je me relevais en me demandant quand est ce que mon postérieur avait préféré tomber que rester en place.

_ Je suis navrée, mais je crois que pour le reste de la soirée, je serais un piètre Lycan. Peux tu me dire ce que tu sens? Avec cette fichu odeur d'Arani, je ne sens rien.

Je ma cachais bien de dire que la potion y était pour quelque chose. Mais en ayant pris une dose triplée par rapport à la normale, je ne pouvais qu'être vaseuse et incapable jusqu'au levé du jour.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Ven 10 Mai - 19:27

Je guettais la venu des chiens, je ne les voyais pas encore malgré la lune qui avait pu nous parvenir avec les arbres coupés, j'étais impatient de voir comment ils seraient, j’espérais qu'ils ne soit pas trop touché, vu le nombre d'aranis tuées, il n'y en avait plus sur plusieurs centaines de mètres, il y avait donc des chances.

A côté de moi, Doylana découvrait son état, qu'on pourrait résumé en un mot : sale, mais on aurait pu aussi ajouter "dans les vapes" ou "drogué", ou encore "complètement crevé", l'effet d'une journée compliqué, d'une transformation éclair et du sang d'aranis qu'elle avait sans doute goutté. Elle plaça avec humour son contentement sur la situation, presque ironique à l'entendre, ça me fit sourire. La laissant se remettre de ses émotions, je ne la regardais pas, je n'avais d'yeux que pour l'arrivé des animaux. Sur ce constat, elle me demanda ce qui m’interpellait, visiblement pas dans l'était nécessaire pour utiliser ses dons, et ça ne lui faisait pas rire. Que devais-je dire, je ne savais pas trop, la franchise serait la meilleure option, peut être pas, je voulais voir l'état des bêtes avant de répondre, elle le saurait bien assez tôt, l'odeur approchait rapidement, visiblement, ils pouvaient courir.

Je la regardai deux secondes, le visage impassible, non pas pour cacher quoi que ce soit, mais parce que je n'avais rien à dire. Je me levais puis observa les environs, plissant les yeux, écoutant, regardant, le calme, mis à part les deux animaux qui arrivait il n'y avait pas le moindre bruit, on était comme perdu entre deux secondes, le temps à l'arrêt, notre combat était la cause, mais c'était quand même surprenant, je n'avais que très rarement entendu un calme aussi pesant, nous étions au milieu du vide, en pleine nuit, coupé de tout, ça me provoquait un certain malaise, mais je n'y pris pas garde.

Les chiens furent visible au bout de quelques minutes, pendant lesquelles la lycanne essayait de reprendre lentement ses esprits, elle était dans le flou, poisseuse, mais son état était loin d'être critique, cependant vu l'heure et compte tenu du temps qu'il faudrait pour revenir, il serait dure de partir au matin sans la surmener. Je pouvais désormais sonder l'état des deux bêtes.

_Si les odeurs disent vrai tes deux chiens t'ont retrouvé, je n'ai pas voulu t'inquiété le temps d'en être sûr, ils vont assez bien, ils courent, ils sont fatigués et sales et surtout ils ont peur, ils ne sont pas poursuivi.

Je marquais un silence pour lui laisser le temps d'encaisser la presque bonne nouvelle.

_Ils seront là dans une dizaine de minutes si le destin n'est pas définitivement contre nous.

Rassuré, je m'adossai à un arbre, j'avais des questions à poser, ça devait se voir dans mon regard, ça me dérangeait de ne pas pouvoir les poser, mais ce n'était ni le moment, ni l'endroit, ni la situation. Par cette résignation, je la regardai, observant comme pour répondre à mes questions, bien sûr sans y parvenir.

_Ta transformation m'a sauvé la vie, j'aime pas trop le dire mais merci, je t'en dois une ... Si tout se passe bien, on devrait pouvoir rentrer à l'arrivé de tes bestiaux, ça prendra du temps, préfères-tu dormir sur place ? ou rejoindre tes compagnons ? Mon choix est déjà fait, je suis fatigué du combat, tu l'es encore plus, les chiens également, rentrer prendra du temps et la nuit est maintenant bien avancé, en plus de ça, la zone est sécurisé par les événements.

Je préfèrais gardais sous silence mon inquiètude, ce n'était peut être rien qu'une peur du vide, ce n'était pas nécessaire d'en parler.
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Dim 12 Mai - 12:31

La joie de retrouver mes chiens en vies me fient sourire. Mon sourire blanc fendit d'un blancheur presque parfaite mon visage couvert de sang.
Il avait raison, les chiens ne devraient pas tarder, je les entendais à présent.
Machinalement, je voulus saisir une mèche de cheveux brunes pour la tortiller passivement, mais le sang à peine sécher croustilla sous mes doigts et me détourna de cette idée.
Un bain serait définitivement le bienvenu. Je mettais peu à peu mes idées en place afin d'ête rationnelle. Je tenais sur mes jambes, ou du moins à peu près, le campement était loin, certes, mais Derk s'y trouvait avec tout le reste de mon bardas, et surtout, mes vêtements. Même si la proposition était plutôt bien vue, elle m’intéressait de moins en moins..

_ Derk est au camp, je vais y ramener les autres et prendre soin de lui cette nuit. en étant un peu motivé, on sera rapide.

Rapide? tout était relatif. Je comptais en fait sur les chiens pour me traîner plus ou moins jusqu'au campement. Son idée était pourtant bonne. Mais je ne voulais pas laisser ma bête dans cette état sans que je sois à ses côtés.

_ On mangera un morceau et tu pourras dormir plus convenablement.

Les rottweilers ne tardèrent pas. Je leur ordonnais de me suivre pour chercher mon sac, surement un peu amoché par la métamorphose. Je pouvais contempler mes ravages sur la route. La plupart des arbres étaient abîmés, beaucoup avaient plié sous mon poids titanesque et le sang semblait repeindre la foret.
J'évitais les morceaux d'Arani, toujours étonnée de ce que je pouvais faire en lycan pour attraper mon sac qui était seul et perdu à quelques mètres de là. Je prenais les laisse pour les accrocher aux colliers.

_ Ma couleur ne t'as pas étonnée?

La plupart des lycans étaient choqués de me voir transformer. Un loup humanoïdes de trois mètres blancs n'étaient pas choses courantes.
Consciente que le solitaire me suivait un peu à reculons, je voulais meubler la conversations, les bras tendus par les chiens, qui, heureusement, me faisait garder une bonne allure pour rejoindre mes hommes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Dim 12 Mai - 19:57

Je soufflais bruyamment, plus pour faire comprendre à ma compagnonne que pour soulager mon ennuie, elle avait préféré repartir vers le camp et nous étions en chemin, calmement. Je la comprenais, elle l'avait dit clairement, elle préférait être au près de ses animaux, ils étaient fidèles et fort, elle semblait très attaché à eux. Cependant de mon côté, j'étais las, pas spécialement fatigué au point de rester sur place, mais elle, était mal en point, elle se faisait traîner par ses chiens, tout heureux de s'être retrouvé enfin, le chemin allait être long, c'était ça qui m'ennuyait. Son état me poussait à l'aider, mais elle ne semblait pas vouloir d'aide et je n'avais pas le manque de pudeur nécessaire pour oser par moi même.

Comme pour répondre à mon souffle, elle se mis à me poser une question, bonne chose, j'aurais l'occasion de lui demander des choses si elle permettait la discussion, et nous avions largement le temps.

_Oui je dois l'avouer, c'est surprenant, j'en ai vu beaucoup des lycans, même dans leurs transformations, mais jamais d'un blanc comme le tient, et malgré la dangerosité de la situation, je ne suis pas mécontent d'avoir vu ça. Tu as en plus de tes transformation été touché par ce don. Cependant certains doivent peu apprécier ceci, ce n'est pas toujours une chance, j'aimerais avoir ton avis la dessus ... Et puis ... Concernant ta transformation, la durée de celle-ci était très courte, j'aimerais bien savoir comment tu as pu faire pour effectuer ce miracle.

Quitte à parler, autant parler librement, alors j'élaborais mes réponses, donnant mes pensées dans la profondeur, la réflexion était un domaine qui me plaisait, cette pensée me rappela la cause de ce gout. J'étais encore en quête d'identité, malgré mon âge avancé, j'avais encore des trous dans mon enfances, des passages majeurs qui m'empêchait d'être clairement moi. Je baissais les yeux, la lueur de mes yeux un peu plus éteinte, avant de me reprendre, la fatigue ne devait pas me faire dériver.

_Maintenant que nous avons le temps, j'aimerais, si ça ne te dérange pas, en savoir plus sur toi, tu m'as brièvement parlé lors de notre bain, hier soir, mais ma curiosité n'en ai que plus grande, surtout après t'avoir vu transformée. Je t'es aujourd'hui vu combattre, la journée fut d'une longueur étonnante et fatigante, j'ai découvert ton aplomb, ta force et ton courage, mais également tes inquiétudes, envers tes hommes, envers tes chiens. En une journée, j'ai pu me faire une idée d'une partie de toi, et tu es admirable. Cependant au lieu de te poser question sur question, j'aimerais que tu me dise par toi même ce que tu souhaites me dire. Tu pourras me demander des détails sur moi en échange, si tu le souhaite, bien que ma vie soit d'une monotonie bien lourde.

Je ne savais pas comment allait se passer la suite, nous avancions en direction du campement, les sons n'était pas encore audible, le temps serait long, la nuit qui suivrait serait courte, si elle racontait quelques bribes sur elle, j'aurais gagner quelque chose aujourd'hui, je pourrais avec un peu de chance profiter de l'expérience d'une lycane d'un âge sage. Attendant sa réponse, qui sans se faire entendre, prenait son temps, sans doute la fatigue était elle en cause, je réfléchissait à ces deux jours.

Deux jours, une durée si courte pour autant d'aventure, j'avais découvert des lycans, de la horde d'un ancien ennemi aujourd'hui mort, parmi eux l'alpha que j'avais eu l'occasion de découvrir dans l'action, et c'est dans l'action qu'on apprend le plus rapidement à connaitre les gens. Cependant pendant ces deux jours je n'avais rien appris ou presque concernant la meute, j'avais intégré le groupe par l'insistance de Doylana, qui voulait me prouver la véracité de ses arguments, me prouver que la meute avait changé, mais du groupe de lycan je ne connaissais même pas réellement les noms, j'avais très peu discuté avec eux, mais nous avions le temps, je les savais juste fidèles. De part cette réflexion, j'avais évolué sur ma façon de pensée, et une interaction avec la meute n'était plus impossible, mais peser le pour et le contre avec si peu de connaissance ne mènerait à rien, tout ce que je pouvais dire c'était que j'étais près à devenir un ami de Doylana, mais pas près à la servir ...
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Dim 12 Mai - 22:45

Le solitaire se dévoilait un peu, à ma grande surprise il prenait les devants pour la conversation. Visiblement, je l'intriguais. Je levais un sourcil en l'observant rapidement avant de réfléchir. Je ne savais pas trop quoi dire, dans la meute, le temps ne laissait pas la place aux questions, ou du moins pas celle ci. Le seul à être au courant de ma vie devait être Mengör, et peut être Naïsha, notre herboriste.

_ Je ne sais pas d'ou vient cette couleur. Mes yeux, je suppose. Déjà petite, on m'insultait de diable à cause du gris important de mon regard. Les gens sont parfois d'un stupidité débordante. La vérité c'est qu'ils ont besoin de haïr quelque chose, car c'est plus facile que d'affronter ces problèmes.

Je m'égarais, là n'était pas la question. Véritablement, lycanne ou humaine, je n'avais jamais vraiment été appréciée et le fait que l'ont me porte de l'attention me perturbait.

_ Pour la durée de ma métamorphose, j'ai triché.

Je jetais un coup d'oeil vers la mine aussi surprise que décomposer d'urr'hean.

_ Comment diable peut-on triché et se métamorphoser hein?

Je lui souriais, les yeux un peu perdus dans un vague que seul mon esprit divaguant pouvait comprendre. Je lisais dans les yeux bleus de mon interlocuteur que je l’inquiétais un peu, je lui faisais presque de la peine. Il lui fallait une explication, ce que je comprenais parfaitement.

_ C'est simple, j'ai bu de la potion, la même que je t'ai donné hier soir et ce matin...

Je me tortillais légèrement, mal à l'aise avant d'ajouter.

_ J'ai triplé la dose pour ce genre de situation. C'est pour ça que je semble... Droguée.

Je titubais sur une branche, comme pour appuyer mes paroles avant de me cramponner aux laisses. Je regardais les étoiles. Elles étaient magnifiques, le temps serait encore beau et chaleureux demain. J'esquissais un sourire rêveur avant de reprendre la parole.

_ Je ne sais pas quoi te dire... J'ai un passé très sombre, des siècles de vies bien rangées dans la meute... Rien de passionnant. j'ai très peu d'ami, personne dans ma vie à part mes chiens... J'ai toujours connue le stade d'Alpha. Je n'ai jamais su s'il s'agissait d'une chance ou d'une malédiction. Je fais de mon mieux pour que mon peuple vive et soit accepter. Je punis gravement les tortionnaires pour ne pas salir le nom de la race, ou je les exile sur les terres inconnus. Mon rôle est loin d'être évident et je ne souhaite à personne d'être l'auteur de temps de vie arraché par un simple poison.

Plus je parlais et plus mon regard s'assombrissait. Les mèches sales cachaient peu à peu mon regard, inconsciemment, pour cacher mes sentiments, comme je le faisais toujours.

_ Après cette journée, tu seras le bienvenue dans le meute. Tu pourras compter sur moi.

J'étais toujours perdue dans le fil de mes pensées, je ne savais plus quelle heure il était, ou se trouvait le campement, la conversation que l'on venait d'avoir. Mes yeux se fermaient doucement et seules mes jambes suivaient le mouvement, plus ou moins tremblotantes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Dim 12 Mai - 23:30

J'étais un peu décontenancé, a vrai dire je ne m'attendais pas à ce genre de récit, j'avais cerné le personnage, compris à quel point son grade pouvait être pesant, analysé son rapport avec les chiens, calculé son récit dans la rivière, malgré tout cela j'étais passé à côté d'un point, de son récit s'échappait une idée qui était lourde, et que je ne pouvais que comprendre : la solitude, elle était entouré mais seul, là où moi j'étais seul mais serein, habitué par les années, elle n'avait pas la meilleure place.

Concernant la métamorphose, par contre, la surprise était de taille, la dame était joueuse, en quelque sorte, se droguer pour diminuer les effets de la métamorphose, c'était jouer avec sa santé, mais elle l'avait fait dans le but de ne rien laisser dérapé, jusqu'où était elle capable de prendre sur elle pour que tout aille bien ?

_Euh ... Je vois que tu as une histoire mouvementé, je pense qu'il n'est pas nécessaire que tu en rajoutes, tu es vertueuse sur bien des points, c'en est presque fascinant, tu semble tourner entièrement ton être vers les autres, c'est un comportement que je n'avais jamais vu que chez une seul personne dans ma vie, et elle est longue cette vie.

Mes paroles étaient maladroites, je ne savais pas gérer ce genre de situation, c'était dérangeant, voilà pourquoi je n'en rajoutai pas. Doylana me faisait penser à cette fille que j'avais connu quelques temps après les premières traces de ma mémoire, la nostalgie m'empli quelques secondes, mais je fermai cette brèche de mémoire au moment où Doylana tituba à nouveau, cette drogue était d'une efficacité dévastatrice.

Entre le temps de parole et la réflexion qui s'en suivait, le temps avait passé rapidement, du moins ... pour moi, car la lycane semblait sur le point de tombé inconsciente, elle menait un combat à chaque instant, ça me rendait mal à l'aise. Mon cœur relâcha un peu cette pression quand j'entendis les bruits venant du campement, pas grand chose, on pouvait distinguer les souffles caractéristiques de dormeurs paisible ainsi que le bruit d'un feu et d'une personne éveillé et discrète, sans doute chargé de la garde et du feu, compte tenu du fait que les chiens n'était pas en état ou même absent. Profitant du temps qu'il nous restait, je répondis à sa dernière phrase.

_Je suis honoré que tu m'accordes cette confiance et que tu m'acceptes dans la meute, c'est un plaisir de l'entendre, et sache que certains événements me pousse à accepter cette offre, cependant, je suis de nature méfiante, je ne souhaite pas restreindre mes libertés sur un coup comme celui-ci, en tant qu'alpha, je ne pense pas qu'il y ai mieux, tu mène la meute dans un sens qui me semble juste, mais je ne sais pas vivre en communauté et je ne connait pas tes compagnons. Je me rend dans une ville près des terres elfiques, sur le côté marin de la forêt de dolhos, si vous passez par là, je peux vous suivre jusque la bas, cela permettra de me faire une idée plus précise. Quoi qu'il en soit, je ne compte pas rester sédentaire dans un village auprès des miens ... Nous allons bientôt arriver, tient le coup.

Sur cette dernière phrase je sifflais fortement, du camp ceux qui serait couché n'entendrais rien et l'homme de garde pourrais l'entendre si il avait une ouïe assez bonne, il nous viendrait peut être en aide pour les derniers mètres.

HRP : pour ce qui est de l'itinéraire, c'est tendu de choisir donc si tu souhaite que je modifie ça, pas de problème, un mp et ce sera fait dans la journée Smile
Revenir en haut Aller en bas
Messages : 535
Dari : 9083
Date d'inscription : 16/10/2011
Innés possédés : 4 Chevaux et un Arctics

MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 13 Mai - 21:18

Je me mis à rire doucement, perdue entre la folie des rêves et la réalité de ses propos. Visiblement, nous avions le même trajet, une bonne chose pour qu'il se fasse une idée de mes hommes, surtout que les trois guerriers que j'avais emmener avec moi faisaient partis des plus fidèles de la meute. Je peinais à parler correctement, les potion était à son maximum et je lutais pour ne pas m’effondrer et dormir sur place, parmi les branches, les feuilles mortes et les racines.

_ Je ne permettrais pas de te demander de servir la meute si tu n'y vis pas. Il est vrai que tout le monde à une tâche au campement, mais nous acceptons certains solitaires lorsqu'ils sont de passage ou lorsqu'ils ont besoin d'un pied à terre. Il est toujours bon de savoir que l'on a une sorte de chez soi dans ce monde. Tu y seras nourris et logé si tu viens, je mets un point d'honneur à ce que mes invités soient bien servis.

Je préférais ne pas noter la dernière phrase, de peur de le mettre mal à l'aise. Mais il avait raison, même sous l'effet de la potion, je pouvais entendre le camp. Nous étions presque arrivé.
Soulagée, je pressais tant bien que mal le pas pour arriver le plus vite possible.

A mon arrivé, les flammes dansaient faiblement dans la nuit, provoquant une lueur morbide sur Derk, étendu de sol par l'épuisement. Il semblait se remettre peu à peu de l'attaque, j'avais bon espoir qu'il s'en remette.
Une ombre se glissa vivement vers moi, si bien que je ne l'a reconnu pas tout de suite et j'eus un mouvement de recul violent avant de m'apercevoir qu'il s'agissait du plus vieux des mes hommes.

_ Doylana? Mais qu'est ce qu'il s'est passé? Tu es couverte de sang et...

Je levais la main pour le couper, trop dans le vague pour prendre à nouveau sur moi pour réfléchir.

_ On en parlera demain, prend les chiens, nourris les.

Je me retournais pour me diriger vers la source d'eau en marchant de biais, ma trajectoire ne pouvait de toute manière pas être droite.

_ Prends soin de notre invité aussi et fait moi chauffer quelque chose, je vais bientôt tomber. On partira plus tard demain matin.

La pente vers le point d'eau qui se trouvait plus loin me semblait bien trop dangereuse, mais je n'avais pas le choix. l'idée de dormir avec du sang d'Arani me dégoûtait.
Je posais un premier pieds qui glissa, ma hanche heurta un rocher dans un fracas macabre avant que je ne roule, rouée par les coups des roches pour finir en bas de la pente.
Un hurlement grave s'arracha de ma gorge. Je m'étais brisée une côte et une hanche, mon état ne permettrait pas une guérison avant demain matin. Je serrais les dents en rampant vers l'eau. Je devais avoir alerter la foret entière et mes hommes seraient surement bientôt là pour me relever.
A bout de force et la douleur prenant le pas, je me glissais dans l'eau pure mon visage tomba en premier dedans et je dus me débattre pour sortir ma tête et la poser sur la terre, le reste de mon corps flottant dans une eau rougeâtre.
Bientôt mes paupières se refermèrent pour ne plus s'ouvrir avant de longues heures. Si on ne venait pas me chercher, je ne bougerais pas de la nuit. trop usée pour me permettre le moindre mouvement. La douleur paraissait presque apaisante dans le sommeil, désormais.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://adariel.forumactif.com
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   Lun 13 Mai - 21:51

A notre arrivé, le plus vieux des lycans avait tenté de prendre en charge son alpha, qui l'avait doucement rejeté, avant de partir vers le cours d'eau, paraissant maintenant d'une faiblesse très lourde. Je voulais l'accompagné, mais elle ne semblait pas vouloir d'aide, et puis je n'en eu pas l'occasion, le lycan m'avait maintenant pris en charge, en quelque sorte, m'invitant près du feu où je pourrais me restaurer. Il faudrait aussi que je me nettoie, mais cela pouvais attendre un petit peu. Dans le camp, l'activité avait repris, tout le monde était debout, aux nouvelles, plusieurs semblait vouloir suivre Doylana, mais le veilleur leurs fit comprendre de rester ici, avant de me jeter un regard interrogateur, suivi par celui, plus impatient encore de ses compagnons, en une seconde j'étais passé de fantome à centre de l'attention, un violent frisson me parcouru la colonne vertébrale, tout ces regards sur moi, brrrr, je préférais être seul dans mon coin qu'au centre comme ici. Pour me retirer ce poids j'expliquai :

_Nous sommes donc aller chercher les chiens, au bout d'un moment, je me suis retrouvé enseveli par un nombre impressionnant d'arani, étant focalisé sur la recherche, je n'avais pas pris en compte les arbres par lesquels elles m'ont surprise. Votre chef a senti le danger et est venu m'aider dans un combat perdu d'avance.

Je marquais une pause, jusqu'où aurais-je le droit d'aller ...

_Ce combat a fini de nous user tout les deux, mais a permis à ses deux fidèles chiens de s'orienter dans notre direction, une fois arrivé, nous avons commencer notre voyage de retour, et nous voilà ...

Ils semblaient méfiant, conscient que j'avais passé sous silence une partie du récit, mais je ne souhaitais pas m'aventurer dans ce domaine, qui ne concernait que Doylana, je ne savais à quel point elle parlait à ces hommes ...

A peine mon récit terminé qu'un bruit grave de chute suivi d'un hurlement de douleur féminin se fit entendre, doylana avait visiblement subit une nouvelle blessure, décidément ... Je n'eu que le temps de me précipiter que les autres lycans était sur le pied de guerre, l’agressivité avait monté d'un cran, je ne pensais pas qu'il y ait quelconque ennemi, nous l'aurions détecté bien avant, mais ils étaient sur leurs garde, avec raison. Nous nous approchâmes d'un seul mouvement, elle avait chuté sur la descente menant au point d'eau, s'était visiblement bien amoché mais avait réussi avec peine, ça se voyait sur son visage, à ce caler convenablement dans l'eau pure de la source. Un souffle se fit entendre, un seul, ça me surpris, à vrai dire, d'un seul mouvement, tout le groupe avait soufflé de soulagement, moi compris, cependant ce soulagement soudain avait relâché trop de muscles au niveau de mes jambes et je me retrouvai, dix secondes plus tard, à une trentaine de mettre de mon point de départ, après avoir roulé sur la pente. Le spectacle était comique, en haut de la source on pouvait voir des pairs d'yeux observateur, surpris et attendant une réaction de ma part, Doylana, dans la source quant à elle, peinait à se retourné pour contempler, et en bas, me voici la tête en bas, tenu par un tronc qui avait cassé sous le choc, pestant contre la fatigue, honteux de cette situation peu démonstrative de force face à des être de ma propre race.

Lentement je me relevais, me dépoussiérant les bras nu, passant la main violemment sur mon reste de vêtement et bougeant mes muscles endoloris pour tout remettre en place. Enfin je levai les yeux, personne n'avait bougé, curieux sans doute de ma réaction, cette situation me rendit soudain grincheux, et je lâchais un grognement boudeur en annonçant :

_Je crois qu'il est sérieusement temps de se reposer !

Avant de m’asseoir près de l'eau et de laver ce corps plein d’ecchymoses, qui peinait maintenant à se résorber, profitant de ce mouvement pour vérifier furtivement que Doylana allait bien. Soudain sorti de cette pause comique, le groupe repris son mouvement inquiet en direction leurs alpha, me laissant tranquille pour l'instant, je comptais sommairement me laver avant d'avaler une bonne portion de viande et partir chez Morphée, oublier mes mésaventures. Cette journée fut longue et pleine d'action et de nouveauté, il était temps qu'elle se termine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le voyage est un retour vers l'essentiel   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le voyage est un retour vers l'essentiel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retour vers son coeur.
» Le retour vers le bercail.
» Lapangel. Le lapin pas crétin [ Fini, à valider)
» Le voyage du non-retour
» [retour vers le 17 mars] Don't worry about a thing...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-