Partagez | 
 

 Retour à la case départ [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mar 2 Juil - 0:52

________________________________________________


Chapitre 6
Nolan, partie 1

◆ ◆ ◆




Le retapage de la boutique de couture allait bon train et quelques curieux s’arrêtaient même de temps à autre devant por regarder au-delà de la vitrine. Souvent, ils posaient des questions auxquelles ils n’avaient pas de réponse hormis des ‘‘ vous verrez très bientôt. ‘‘ C’était tout. Tous, dans les proches de la jeune famille Eira, mettaient la main à la pâte, incluant certains ouvriers puisqu’ils avaient bien plus d’expérience dans le domaine. Il en va de soi.
Un soir, Ayden était venu annoncer la nouvelle à Kaëran qui le remercia et le félicita pour ce bon travail d’une bonne claque derrière le dos et d’une accolade de mâle bien viril. L’archer lui souhaita donc la bonne nuit et puis de toute manière, ils se reverraient dès le lendemain pour le moment où Ellana découvrirait son cadeau.

Ce matin-là, Kaëran était en congé pour deux jours et il avait bien l’intention de bichonner les deux femmes de sa vie comme elles le méritaient. En plus, il y aurait la visite de la boutique pour Ellana qui ne se doutait d’absolument rien.
Les jeunes parents procédèrent donc à leur routine habituelle et après le petit-déjeuner, ils allèrent prendre l’air. Kaëran tenait sa fille d’un bras et la main de sa femme de sa main libre. Le chemin qu’il empruntait avait suscité le doute chez Ellana et il l’avait bien vu à son regard. Quand il s’arrêta devant la boutique avec un sourire en coin, la jeune couturière semblait confuse et même passablement inquiète. Pourtant, il n’y avait pas lieu d’angoisser en fait. Hum... oui, mais c’était parce qu’elle ne se doutait pas des changements qu’il y avait eut à l’intérieur. Kaëran l’entraîna donc avec lui, poussant la porte de la boutique qui était déverrouillée. Dorguan et compagnie se trouvait sur place, un large sourire aux lèvres en voyant l’état de choc d’Ellana. L’effet de surprise avait vraisemblablement fonctionné! On la fit visiter sa nouvelle boutique et la pauvre était tellement émue que ses yeux s’humidifiaient, menaçant de laisser couleur quelques larmes. Jillian, dans les bras de sa mère, regardait tout d’un air curieux. Ses yeux vairons ne faisaient que découvrir ce nouvel environnement.
Quand la visite se termina, Ellana confia sa fille aux bons soins du forgeron et elle sauta directement sur Kaëran. Son baiser était passionné et le fit même frémir tant il était savoureux. Le Lieutenant souriait contre ses lèvres, l’embrassant à son tour.

‘‘ Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci… c’est… merci ! ‘‘

Il ricana quand elle sauta dans les bras de chacune des personnes présentes pour les remercier. La surprise avait eu l’effet escompté, mais la boutique ne serait en service qu’une fois Ellana prête à se mettre à la tâche et quand Jillian serait apte à se passer de sa mère.

On fit un dernier tour de la maison en groupe puis on s’en retourna à la maison après quelques courses sur la place du marché. Bien entendu, c’était l’homme qui trainait les sacs, un sourire en coin aux lèvres en regardant sa femme et sa fille. Ils se préparèrent un bon repas le temps que Noah vienne les rejoindre pour jouer avec sa petite-fille et le reste de la soirée fut plutôt calme. En fait, non... pas du tout. Jillian couchée dans son berceau, Kaëran avait passé sous les mains et les hanches de sa douce qui l’avait complètement lessivé une fois qu’elle avait eut fini avec lui. Pas besoin de spécifier qu’il avait passé une très bonne nuit par la suite.

Le temps leur filait entre les doigts et leur fille grandissait bien trop rapidement. Elle avait appris à marcher à quatre pattes, donnant du fil à retordre à ses parents puisqu’elle ne restait jamais sur place bien longtemps, courant après Hewie qui l’avait prise comme partenaire de jeu. Les soirs, c’était au père de s’amuser et épuiser sa fille avant l’heure du coucher. Noah n’habitait plus dans la maison, mais restait non loin de là au cas où il y aurait urgence. De toute manière, il préférait rester proche des siens et aussi de son travail. De toute manière, il voyait la famille Eira à tous les soirs pour le souper.

Jillian était maintenant âgée de six mois et embellissait tous les jours. Il s’avérait qu’elle avait la chevelure rebelle et indomptable de son père. C’était la joie pour sa mère quand il fallait la peigner. L’excuse de Kaëran se résumait à un simple haussement d’épaules et un ‘‘ c’est pas de ma faute ! On l’a fabriqué à deux ! ‘‘. À tous les coups, ça ne passait pas et se terminait en rire.
Le Lieutenant se préparait pour se rendre au travail, comme à tous les jours et Ellana l’accompagna jusqu’à la porte d’entrée où il eut droit à son baiser. Il en donna un sur le front de sa fille qui posa ses mains sur ses joues, le regardant avec un large sourire.

‘‘ Bonne journée ma puce... toi aussi mon amour. ‘‘

Sur un dernier baiser à sa femme, Kaëran leur tourna le dos et traversa l’allée pour rejoindre Ayden et Emiya qui envoyait la main à Ellana. Ils étaient loin de se douter que Nolan était en ville depuis un moment déjà. En fait, même si il y avait des portraits de lui en ville, il avait su faire pousser considérablement sa barbe et s’était même mutilé une moitié du visage d’une longue et large cicatrice que partait de la base de son cuir chevelu à sa joue droite, passant par sa paupière. Ainsi, il était méconnaissable. Cela faisait maintenant un mois qu’il observait la petite famille, dégouté et fou de rage. Cependant, il attendait le bon moment avant de frapper et il était enfin arrivé. Cet enfoiré de Lieutenant était parti depuis un moment et devait être bien loin maintenant. Nolan s’approcha alors de la maison.

Le temps passait lentement alors que les soldats patrouillaient en ville depuis près de deux heures maintenant. Kaëran observait les lieux, en discussion avec Ayden lorsqu’un des soldats l’alerta d’une fumée suspecte qui s’élevait dans ce ciel clair. Un feu ? Sans perdre de temps, les soldats se mirent en route et courraient vers les lieux du feu, mais le coeur du Lieutenant rata un battement lorsqu’il reconnut le quartier. Pas chez... pas sa maison et sa famille ! Il accéléra la cadence, prit d’angoisse et quand il arriva sur les lieux, son visage devint livide, blanc comme la neige. Eiriel était dehors avec Dorguan et Noah.

‘‘ Où est Ellana ?! ‘‘

‘‘ Dorguan a tenté d’entrer dans la maison, mais une poutre est tombé et bloque l’entrée. Les fenêtres son en prise aux flammes elles aussi. Kaë... on ne peut pas entrer ! ‘‘

Tête de mule, Kaëran alla lui même vérifier et fit le tour de la demeure, toussotant quand il passait dans l’épais nuage de fumée et cachant ses yeux d’un avant-bras.

‘‘ ELLANA ?! ‘‘

Mais rien. Il craignait maintenant le pire...

‘‘ Passons par la porte arrière Kaë ! ‘‘

Ayden se dépêcha alors et le Lieutenant lui emboita aussitôt le pas, grimpant la haie pour sauter de l’autre côté en fléchissant les bras pendant que les autres soldats de la patrouille retournaient en ville quérir de l’aide pour éteindre ces flammes qui mangeaient la demeure des Eira depuis l’intérieur. Kaëran avançait rapidement vers la demeure lorsque ses yeux s’arrêtèrent sur Ellana, près du grand chêne. Elle était agenouillée, à moitié recroquevillée et tenait quelque chose dans ses bras.

‘‘ Ellana ! ‘‘

Elle ne se retourna même pas pour le voir quand il l’appelait, ce qui l’inquiétait d’autant plus. Le soldat gradé s’approcha, Ayden restant derrière. Kaë posa un genou par terre, une main au creux du dos de sa femme lorsqu’il vit sa fille recouverte de suie. C’était à peine pour dire si elle respirait et ses yeux étaient clos.

‘‘ Bon sang... ‘‘ Souffla t-il difficilement.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mar 2 Juil - 14:12


Ce jour-là, Ellana avait enfin réussi à coiffer Jillian. Oui, elle avait hérité de la chevelure de son père, rebelle et dure à coiffer. Toutes deux s’apprêtaient à souhaiter une bonne journée à Kaëran qui devait partir travailler. C’était une journée comme les autres, ensoleillée.

A la porte d’entrée, elle donna un doux baiser à son époux qui donna par la suite un baiser sur le front de Jillian. Et comme toujours, la petite s’amusait à prendre les joues de son père en otage tout en souriant.

-Bonne journée ma puce... toi aussi mon amour.

Après un dernier baiser, il les quitta, s’éloignant dans l’allée. Elle le regarda jusqu’à ce qu’il soit hors de vue puis referma la porte, prête à attaquer les tâches qui l’attendaient. En haut, elle fit les lits, Jillian allongée dans le sien. Et quand Ellana eut terminé, elle constata que la petite s’était rendormie. Souriante, elle remit la couverture correctement, replaça monsieur Lapinou contre elle, et sortit, laissant la porte entrouverte. Elle descendit et commença les tâches ménagères en faisant le moins de bruit possible pour ne pas la réveiller.

Elle s’attela même à la couture, puis une bonne heure avant midi, elle alla en cuisine pour réfléchir à ce qu’elle pouvait faire. Elle aimait bien cuisiner à midi pour que ça suffise au soir. Ainsi, elle pouvait profiter de la présence de son mari plus longtemps. Elle épluchait les légumes, fredonnant, perdue dans ses pensées mais attentive au cas où Jillian pleurerait, lorsqu’une odeur vint lui chatouiller les narines. Une odeur de… brûlé. Pourtant elle ne faisait rien cuire encore… Elle se dit que c’était des voisins, ou son imagination, et reprit sa tâche.

Elle ignorait que Nolan avait allumé le feu chez elle, les faisant partir des issues. Il bloquait les portes et fenêtres, pour la piéger, pour en finir une bonne fois pour toute… et avec ce méfait, il était sur de détruire le Lieutenant avec.

L’odeur se faisait insistante et Jillian hurla alors. Ellana posa les ustensiles et… en se tournant, vit de la fumée provenir du couloir. Prise de panique, elle courut et toussa, plissa les yeux. Le couloir était en proie aux flammes, le salon était ravagé. La porte d’entrée venait d’être bloquée par une poutre, tout comme les fenêtres. Sans réfléchir, elle grimpa l’escalier, évitant les flammes, s’en fichant lorsqu’une d’elles lui léchait la peau des bras ou des jambes, et entra en trombe dans la chambre. Jillian hurlait dans son lit, et Ellana s’empressa de la prendre contre elle, lui donnant sa peluche pour la calmer. Puis, elle plongea sa main dans le brasier pour récupérer la couverture qui n’était pas touchée. Elle se brûla, s’en ficha. Elle devait protéger sa fille !

Une main sur la tête recouverte de la petite, Ellana se tourna pour sortir… les flammes embrassaient tout, l’emprisonnait dans la pièce. Jillian hurlait, Ellana tentait de la calmer alors qu’elle-même était prise de panique. Elles étaient piégées dans la chambre et les flammes se rapprochaient, mangeaient les lits, les armoires, tout. Toute une vie qui partait en fumée.

Elle pivota une nouvelle fois, le regard balayant la pièce. La fenêtre ! Les flammes n’y étaient pas encore. Courant, elle ouvrit la fenêtre. L’air soudain attisa les flammes qui s’élevèrent, léchèrent son dos avant de se rétracter. Jillian hurlait encore. Ellana toussait, avait mal là ou les flammes l’avait eue, mais elle devait sortir… comment ? C’était trop haut pour sauter. L’arbre. S’installant sur le bord, elle plaqua sa fille contre elle, la maintint le mieux possible et se propulsa. Ses doigts crochetèrent la branche, difficilement. Grimaçante, Ellana donna tout ce qu’elle pouvait pour se stabiliser. Jillian ne hurlait plus. Doucement, sans gestes brusques, elle se rapprocha du tronc, tant bien que mal, gémissante et se retenant de crier quand elle sentait ses doigts glisser. Là, elle se laissa tomber, s’agrippa à une branche en-dessous, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle puisse sauter à terre. Elle se laissa tomber à genoux, essoufflée, noire de suie, brûlée à quelques endroits, mais elle était en vie et… sa fille aussi…

Ellana écarta sa fille de sa poitrine, retira la couverture et la secoua faiblement. Jillian était noire de suie aussi, les yeux fermés. Et elle l’entendait à peine respirer.

-Jillian… ma puce, ma chérie… mon cœur… réveille-toi… maman est là… s’il te plaît… fais-moi signe… murmura-t-elle, prise de panique.

Sa fille ne bougeait pas, ne répondait pas. Derrière elles, la maison flambait, complètement. Ellana entendait vaguement les meubles et autres objets dégringoler et se casser. Leur vie. Réduite à rien. Et Jillian qui ne se réveillait pas… Elle n’entendit pas son mari l’appeler, hurler, ni approcher. Elle sentit juste sa main au creux de son dos, là ou se n’était pas touché par les flammes.

-Bon sang...

Ellana tremblait, paniquait.

-Elle… elle va se réveiller… Kaëran… elle… elle… pas elle…

Devant la bâtisse, il y avait foule, pour éteindre le feu. Eiriel et Dorguan arrivèrent alors et virent eux aussi Ellana et Jillian.

-Il faut aller chez la guérisseuse.

Ellana ne pouvait pas bouger. Elle se sentait… clouée au sol, jusqu’à ce que sa fille rouvre ses magnifiques yeux, jusqu’à ce qu’elle hurle, qu’elle pleure, qu’elle leur fasse comprendre qu’elle était là, toujours là, avec eux. Kaëran lui prit le bras et l’entraîna à sa suite de force. Comme une poupée, elle se laissa faire, ne quittant pas sa fille des yeux. Monsieur Lapinou était toujours là, et Ellana le lui mettait entre les mains, comme si cela lui permettrait de revenir. Ils déambulèrent dans la rue après avoir réussi à contourner la maison en flammes, et coururent chez la guérisseuse. Noah et Ayden supervisaient pour éteindre le feu.

Eiriel entra la première dans la salle, et alerta immédiatement les guérisseuses. Kaë et Ellana arrivèrent deux minutes après, puisque la jeune femme était un peu plus lente. Irina s’approcha, voulut prendre Jillian. Ellana la serra contre elle et hurla presque :

-NON ! Pas ma fille ! Pas… pas ma fille ! Elle est là, elle est avec moi ! Je l’aide à vivre… ne me la prenez pas…

Elle avait l’impression que si on la lui enlevait, jamais plus elle ne la reverrait.

-Madame, je dois l’examiner, et vous devez vous faire soigner aussi. Donnez-la moi.

-Non… pas ma Jillian. C’est mon trésor…

Elle n’écoutait pas les autres, même pas Kaë.

-Elle est en état de choc. Il faut la forcer. Monsieur, tenez vous prêt à la retenir… Déclara Irina à Kaëran.

La guérisseuse s’avança vers Ellana qui s’était recroquevillée plus loin, parlant à sa fille pour la réveiller.

-Madame je vais prendre votre fille et l’examiner. La soigner. Et vous la reverrez juste après. D’accord ?

Elle tendait les bras, mais Ellana serrait Jillian, secouant la tête. Non… mais Irina la força, lui arracha Jillian des bras. Ellana voulut se jeter sur elle, mais se fut les bras forts de Kaëran qui l’entourèrent, la collèrent à lui pour la retenir.

-NON ! JILLIAN ! MA FILLE !

Une autre guérisseuse fit un signe à Kaë qui la suivit dans une autre pièce. Ellana avait cessé de lutter. Kaë l’allongea sur la table, de côté.

-Je vais vous ausculter madame ? Avez-vous mal aux poumons ?

Ellana fit juste oui de la tête. Elle avait mal partout… au cœur, aux poumons… partout. Elle serra la main de son mari quand il la prit. La guérisseuse releva son haut ainsi que les jambes du pantalon, pour avoir un meilleur accès aux brûlures.

-Vous avez de la chance, ce n’est que superficiel. Cela partira rapidement.

Ellana toussa, et sentit une larme rouler le long de sa joue. Quand la guérisseuse eut terminé de lui mettre des petits bandages, elle sortit, pour aller voir si Irina avait besoin d’aide avec la petite. Eiriel quant à elle, était assise dans la salle d’attente.

-J’ai voulut la protéger… je … l’ai collée à moi… recouverte d’une couverture… elle hurlait… jusqu’à ce que je sorte… jusqu’à ce que je sois agrippée à l’arbre. Là elle a arrêté…  On était piégées… il n’y avait plus que la fenêtre… je ne sais pas comment ça a pu arriver… je ne cuisais rien… rien du tout… elle dormait tranquillement… et l’odeur… je croyais rêver, je n’ai pas fait attention… jusqu’à ce qu’elle pleure et que je vois les flammes… je… si je m’étais tout de suite souciée… peut-être qu’elle hurlerait toujours… Kaë… je… j’ai tué notre fille…

Elle murmurait, d’une voix cassée, serrant la main de son époux. Lui aussi souffrait, elle le sentait. C’était leur fille, leur princesse… elle n’avait rien fait. Rien demandé sauf vivre pleinement. Irina revint alors.

-Votre fille à inhalé énormément de fumée. Ses poumons étant jeunes, ils ne peuvent pas tout évacuer. Et l’intoxication a du atteindre le cœur, ce qui fait qu’elle s’est plongée dans une sorte de coma. Je… ne peux pas vous dire si elle va se réveiller… cela peut arriver dans les jours prochains comme elle ne peut jamais le faire… mais vu son âge et la fumée inhalée, les chances qu’elle se réveille sont minimes…

Chaque mot poignarda les jeunes parents. Chaque mot ouvrit une brèche en eux. Ellana pleura, hurla même. Kaë la prit contre lui, tendrement. Leur fille était là, mais en même temps était partie. Elle était… partie…

-Non… elle va se réveiller… elle va revenir… c’est… elle est comme son père… tête de mule. Elle va revenir. Elle doit revenir !

Ellana ne voulait pas croire que sa fille était… morte… ou semi-morte… elle était toujours là. Toujours.

-Kaë… qui pourrait nous en vouloir… nous n’avons rien fait… qui… Nolan…

Le nom lui apparut d’un coup. Ils ne l’avaient pas arrêté. Il courait toujours. Et il était le seul à vouloir la mort d’Ellana et Kaë. Le seul capable de faire ça. A cause d’elle. Si c’était réellement Nolan, leur fille en souffrait à cause de sa mère. Indirectement, puisque Nolan lui en voulait. Elle avait condamnée sa propre fille…

-Je suis un monstre Kaë… Balbutia-t-elle en pleurant contre son torse…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 6 Juil - 16:29

________________________________________________


Chapitre 6
Nolan, partie 2

◆ ◆ ◆




‘‘ Elle… elle va se réveiller… Kaëran… elle… elle… pas elle… ‘‘

Le corps de sa femme tremblait sous la main qui lui touchait. Ses yeux pâles ne parvenaient plus à se défaire de la vision de leur petite Jillian qui respirait à peine, les yeux clos, alors qu’elle était habituellement débordante de vie. Les cris de l’autre côté de leur maison en fut étaient flous et les jeunes parents n’entendirent qu’à peine Eiriel courir à leur rencontre après avoir réussi à contourner les flammes. La pauvre était essoufflée et reprenait sa respiration, écarquillant les yeux en voyant l’état de l’enfant.

‘‘ Il faut aller chez la guérisseuse. ‘‘ S’empressa-t-elle de dire.

‘‘ Ellana, vient. Il faut faire vite. ‘‘

Mais elle ne parla pas. Aucunement. C’était à peine pour dire si la couturière bougeait. Son regard ne déviait pas une seule seconde de leur Jillian et Kaëran dut la prendre de force par un bras pour qu’elle se redressât sur ses jambes. Il suivit Eiriel qui courrait devant, alertant son époux, Noah et Ayden qui furent soulagés d’un coup, mais extrêmement inquiets de l’autre. Ils restèrent cependant sur les lieux pour éteindre le feu qui rongeait la demeure des Eira.

Ils courraient, encore et encore avant d’enfin parvenir à l’établissement de la guérisseuse. Le jeune couple resta près de l’entrer pendant qu’Eiriel allait quérir de l’aide, mais lorsqu’Irina s’approcha d’eux, avec la ferme intention de prendre Jillian des bras de sa mère, Ellana eut un mouvement de recul et s’empressa de hurler :

‘‘ NON! Pas ma fille! Pas… pas ma fille! Elle est là, elle est avec moi! Je l’aide à vivre… ne me la prenez pas… ‘‘

‘‘ Madame, je dois l’examiner, et vous devez vous faire soigner aussi. Donnez-la moi. ‘‘ Fit-elle avec insistance.

‘‘ Non… pas ma Jillian. C’est mon trésor… ‘‘

Ellana était bloquée, complètement. Sa fille avait besoin de soin immédiatement et ce n’était pas en restant dans ses bras qu’elle guérirait. Elle avait besoin de soin de toute urgence.

‘‘ Ellana... laissa là prendre conscience de son état, je t’en prie. ‘‘

Rien. La mère gardait son regard en permanence sur Jillian et ne daignait pas les écouter ou leur adresser un regard. Il fallait pourtant faire vite avant que l’état de leur fille ne s’aggrave. Le temps est tellement précieux...


‘‘ Elle est en état de choc. Il faut la forcer. Monsieur, tenez-vous prêt à la retenir… ‘‘ Dit-elle pour prévenir le Lieutenant qui acquiesça. ‘‘ Madame je vais prendre votre fille et l’examiner. La soigner. Et vous la reverrez juste après. D’accord? ‘‘

Ellana ne voulait en aucun cas qu’on lui prenne Jillian alors que pourtant, il le fallait, et vite. Irina dut se montrer perspicace et réussit à la lui arracher de force des mains, Kaëran se hâtant de l’attraper par les bras pour la serrer fortement contre lui. Sa femme se démena contre lui un moment, hurlant le nom de leur progéniture avec désespoir. Une autre guérisseuse vint alors et le jeune homme entraîna Ellana dans une autre pièce puisqu’elle était aussi blessée. Légèrement, mais elle l’était. Kaëran la guida doucement jusqu’à une table, la souleva avec aisance et précaution pour l’allongea avant de prendre un peu de distance. Observant le tout à distance, l’homme avait croisé les bras de son torse et observait le plancher, la tête basse. Son coeur tambourinait d’inquiétude au fond de sa poitrine et ses pensées se tournaient vers sa fille. Elle était une battante... elle s’en sortirait certainement.
La guérisseuse fit les soins à sa chère et tendre épouse puis les laissa seuls. Kaë s’approcha donc d’Ellana qui pleurait, une larme translucide glissant sur sa peau de nacre. Il prit sa main dans la sienne et caressa le dessus de son pouce doucement.

‘‘ J’ai voulu la protéger… je … l’ai collée à moi… recouverte d’une couverture… elle hurlait… jusqu’à ce que je sorte… jusqu’à ce que je sois agrippée à l’arbre. Là elle a arrêté… On était piégées… il n’y avait plus que la fenêtre… je ne sais pas comment ça a pu arriver… je ne cuisais rien… rien du tout… elle dormait tranquillement… et l’odeur… je croyais rêver, je n’ai pas fait attention… jusqu’à ce qu’elle pleure et que je vois les flammes… je… si je m’étais tout de suite souciée… peut-être qu’elle hurlerait toujours… Kaë… je… j’ai tué notre fille… ‘‘

‘‘ Aah Ellana... ‘‘ Murmura t-il en soupirant légèrement.

Kaëran essuya doucement ses joues rougies par la tristesse et le chagrin puis déposa un baiser sur son front. Lui aussi était mort d’inquiétude pour Jillian, son bébé, mais elle était entre de bonnes mains ici. Il ne restait plus qu’à savoir si les nouvelles seraient bonnes ou mauvaises. Quelques minutes s’écoulèrent avant que la porte de la pièce ne s’ouvre. Les deux parents se retournèrent vers Irina qui entra, mais l’ombre sur son visage ne laissait rien présager de bon. Le coeur du père rata un battement et recommença à son rythme effréné. D’un coup, il craignait le pire...

‘‘ Votre fille à inhaler énormément de fumée. Ses poumons étant jeunes, ils ne peuvent pas tout évacuer. Et l’intoxication a dû atteindre le cœur, ce qui fait qu’elle s’est plongée dans une sorte de coma. Je… ne peux pas vous dire si elle va se réveiller… cela peut arriver dans les jours prochains comme elle ne peut jamais le faire… mais vu son âge et la fumée inhalée, les chances qu’elle se réveille sont minimes… ‘‘

C’était comme si on enfonçait un poignard dans le coeur des parents et qu’on le tournait, encore et encore. Kaëran avait le souffle coupé et Ellana était en crise. Gardant son sang-froid pour eux deux, le Lieutenant la serra contre lui et caressa ses cheveux, nichant son visage dans son cou.

‘‘ Non… elle va se réveiller… elle va revenir… c’est… elle est comme son père… tête de mule. Elle va revenir. Elle doit revenir! ‘‘

‘‘ Chhhht... ‘‘ Souffla t-il difficilement.

‘‘ Kaë… qui pourrait nous en vouloir… nous n’avons rien fait… qui… Nolan… ‘‘

Entendre ce nom lui glaça le sang et lui noua les tripes; Nolan. Cela faisait près d’une année qu’il n’avait pas refait surface et pourtant l’évidence était juste devant leur nez. Ce rat était en ville et avait osé s’en prendre à sa famille pendant qu’il s’était absenté. Kaëran serra les dents, tout comme son étreinte autour des épaules de sa femme qui tenait jalousement contre son torse. Il allait lui mettre la main dessus et le massacrer si sa fille venait à mourir par sa faute.

‘‘ Je suis un monstre Kaë… ‘‘ Murmura t-elle en pleurant.

‘‘ Cesse de te jeter le blâme dessus, Ellana. C’est un accident, comment aurais-tu pu prévoir que ça arriverait? Tu n’es pas un monstre, bon sang! ‘‘

Il étouffa un sanglot, enfonça son visage dans ses cheveux. Ses paupières se fermèrent un instant, le temps que les larmes ne disparaissent de ses yeux puis inspirèrent profondément. Kaëran souleva sa femme, blottit contre lui et alla rejoindre Eiriel qui les regardait tristement tous les deux. Ellana sur ses genoux, il la consolait tant bien que mal, lui aussi torturé par l’inquiétude. Ce ne fut qu’une demi-heure plus tard que les parents purent aller voir leur fille. Irina les y conduisit en silence, les laissant entrer dans la chambre.

‘‘ Nous... devrons la garder ici jusqu’à ce rétablisse, si tel est le cas. Si jamais son état se détériorait, les soins seraient plus accessibles pour vous. ‘‘

‘‘ Bien, merci... ‘‘ Murmura t-il, les yeux sur sa fille.

C’était comme si elle était morte et vivante à la fois. Elle qui bouillonnait d’énergie, regardait et touchait tout. Maintenant elle était couchée dans un lit et ne bougeait plus du tout. C’était à peine pour dire si sa petite poitrine se soulevait quand elle respirait. Et ce son rauque qui s’échappait de sa bouche lui poignait le coeur; elle avait de la difficulté à prendre son air. De concert, les parents s’approchèrent et Kaëran se glissa sur le lit pour se coucher de côté. Tête contre l’oreiller, son regard bleuté et vert observait Jillian alors qu’il prenait une de ses minuscules mains dans la sienne pour la caresser du pouce. Les évènements le dépassaient littéralement et c’était difficile à supporter... leur fille, si jeune, allait probablement y passer dans les prochaines heures à cause d’un criminel en cavale qui les traquait depuis trop longtemps. Quel manque de prudence! Kaëran ferma les yeux, sentant Ellana se glisser de l’autre côté et prenant leur main.

‘‘ Je ne le laisserai pas te faire du mal à toi aussi... Pas tant que je respirerai. ‘‘ Souffla t-il difficilement.

Quand il ouvrit de nouveau les yeux, c’était pour croiser le regard dévasté d’Ellana. Elle avait ce lien si spécial avec Jillian. Un lien que jamais il ne pourrait comprendre. Ça lui faisait tellement mal de la voir ainsi abattue, tentant de croire que leur fille se battrait pour survivre alors qu’elle connaissait la vérité au fond d’elle.

Une heure s’écoula où régnait un silence insupportable. Eiriel entra avec les hommes recouverts de saleté et déglutit en apercevant la scène. Sans un mot, Kaëran embrassa la tempe de sa femme, le front de sa fille et leur fit signe de le suivre dans le couloir. Le Lieutenant avait la tête basse, bras croisés sur son torse. Il murmura alors :

‘‘ Ayden, Nolan est en ville, dit à mes hommes de garder l’oeil ouvert... Si personne ne l’avait, c’est qu’il a forcément changé son apparence physique ou je ne sais pas. Trouvez-le et dès qu’ils ont une piste, tu me préviens. ‘‘

‘‘ Mais Kaë... ‘‘

‘‘ C’est un ordre. ‘‘

Son ton était si froid tout d’un coup qu’il en surprit plus d’un. L’archer avait compris et ne fit qu’acquiescer en silence. Il serra l’épaule de son frère d’armes pour lui transmettre son courage et quitta les lieux pour donner les ordres. Noah lui, le prit dans ses bras fortement, Kaëran lui rendant son étreinte en tremblant. Ses barrières venaient de tomber et la présence de son plus proche parent lui faisait énormément de bien malgré tout.

‘‘ Je vais aller vous chercher de quoi vous vêtir pendant votre séjour ici, à toi, Ellana et la petite... je prierai pour elle. ‘‘

‘‘ Merci papa... ‘‘

Dorguan et Eiriel l’enlacèrent aussi puis la femme caressa sa joue, se risquant à sourire faiblement.

‘‘ Tenez bon... nous ne serons pas loin. D’accord? ‘‘

Le Lieutenant acquiesça puis s’en retourna au chevet de sa fille, reprenant sa place dans le lit pour veiller sur elle.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 6 Juil - 18:35


-Cesse de te jeter le blâme dessus, Ellana. C’est un accident, comment aurais-tu pu prévoir que ça arriverait? Tu n’es pas un monstre, bon sang!

La voix de son époux retentit, frappa les tympans d’Ellana qui se recroquevilla un peu plus en pleurant contre lui. Un accident… non ! C’était prévu. Ce … Nolan avait tout mijoté ! Et… ils avaient baissé la garde… en même temps ils n’avaient pas eu de nouvelles de ses crimes durant près d’un an. Ils avaient été persuadés que Nolan avait disparu vers un autre endroit… loin d’eux…

Dans ses cheveux, elle sentait Kaëran, tout aussi abattu, sauf que lui, il tentait de garder son sang-froid. Il restait droit, alors qu’elle s’effondrait. Seulement, elle n’arrivait pas à mettre de côté cette douleur au fond d’elle pour cesser et le soutenir également… elle s’abandonnait juste à la tristesse et se préparait inconsciemment à quelque chose qui arriverait dans les prochaines heures. La mort de sa fille…

Son homme la souleva alors et l’emmena près d’Eiriel, la gardant sur ses genoux. Les larmes ne voulaient même pas s’arrêter une minute. Ils attendaient simplement Irina, qui leur annoncerait la catastrophe ou qui, au contraire, leur assurerait qu’il y avait des chances…
C’est donc une demi-heure plus tard, une éternité aux yeux d’Ellana, que la femme revint les chercher et les conduisît auprès de leur fille en leur disant :

-Nous... devrons la garder ici jusqu’à ce rétablisse, si tel est le cas. Si jamais son état se détériorait, les soins seraient plus accessibles pour vous.

Ellana entendit à peine Kaëran la remercier. Elle contemplait sa fille, sa petite chérie, sa princesse, allongée dans un lit, immobile et les yeux clos. Elle mit une main devant sa bouche, les larmes inondant à nouveau ses yeux. Rien que la respiration de Jillian était rauque, difficile. Cela ne présageait rien de bon. Rien du tout.
Ils s’avancèrent vers le lit, et Kaëran se détacha pour se coucher à côté de sa puce, de profil. Elle le regarda prendre la main de la petite et la caresser. Puis, ses jambes lourdes comme du roc, elle fit de même et s’allongea de l’autre côté, agrippant la main de son époux qui tenait également celle de Jillian. Ils étaient réunis. Ensemble. Et ensemble ils y arriveraient. Jillian se réveillerait, et dans une dizaine d’années ils riront de cette mésaventure. Cela devait se passer ainsi. Il n’en était pas autrement. N’est-ce pas ?

-Je ne le laisserai pas te faire du mal à toi aussi... Pas tant que je respirerai.

Ellana leva les yeux de sa fille, pour croiser ceux de son époux qui s’étaient rouverts. Elle aurait préféré être à la place de Jillian… c’était elle que Nolan visait. Jillian n’avait rien demandé à personne. Tout ce qu’elle avait voulut, c’était découvrir le monde et la vie auprès des siens. Grandir, apprendre, faire des erreurs pour en tirer des leçons. Puis elle les aurait mené en bourrique à l’adolescence, elle serait tombée amoureuse, Kaëran aurait pu faire son gendarme en interrogeant le petit-ami pour protéger sa fille… et une fois passé, ils se seraient mariés et ils auraient eus des enfants…

Elle avait porté sa fille neuf mois durant. Elle l’avait senti se développer. Jillian avait été là lorsque ses parents s’étaient bêtement séparés. Elle l’avait aidée à supporter le choc. Le lien ne pouvait pas se briser comme ça. Impossible. Jillian méritait de vivre…

Elle ne prononça pas un mot et le silence s’installa, ponctué par leurs respirations et surtout celle bien plus grave de Jillian. Les parents l’observaient, leurs mains sur la sienne, priant, lui donnant leurs forces. Ellana tentait de contenir ses larmes, d’être forte, pour tenir, pour montrer à Jillian qu’il fallait qu’elle lutte, qu’elle leur revienne.

L’arrivée d’Eiriel et des hommes la fit donc sursauter, et Kaëran se leva en l’embrassant sur la tempe, puis sur le front de Jillian, avant de quitter la pièce avec la famille.

Restée seule, Ellana tenta de fredonner. Jillian aimait entendre sa mère chanter. Mais les sons restaient bloqués dans sa gorge. Elle n’y parvenait plus.

Kaëran revint un peu après, reprenant sa place en silence. Elle le regarda, respirant profondément. Il avait les yeux brillants de douleur mais aussi de colère. Elle murmura :

-On… l’accompagne… jusqu’au bout… Kaëran…

Il acquiesça lentement. Ellana était en proie à une lutte interne, entre la partie qui lui criait que Jillian allait se battre et revenir, et l’autre qui se préparait déjà à l’enterrer. Elle tenait la main de Jillian et celle de son mari les enveloppaient toutes les deux, en protecteur. Cela semblait dire : je serais toujours là pour vous protéger, quoiqu’il arrive, jusqu’à mon dernier souffle.

Les heures défilaient et ils ne bougeaient pas. Noah passa, déposant des habits et leur donnant tout son soutien. La guérisseuse revint en soirée pour vérifier l’état de la petite. Aucun changement.

Kaëran insista pour qu’elle se change et elle obéit, absolument pas gênée de le faire au milieu de la chambre. Son époux connaissait son corps de toute façon. Elle retira les vêtements noirs et un peu troués à cause du feu et enfila ceux que Noah avait apportés, frais. Kaëran fit de même un peu après, retirant son armure. Et, tremblante, elle changea aussi Jillian, ne supportant plus de voir ses petits habits noirs de suie. Son époux l’aida, parce qu’elle tremblait un peu trop et elle lui sourit faiblement pour le remercier. Elle tentait de rester forte, droite, de ne pas lui infliger sa femme en boulet.

-On était heureux trop longtemps…  mais pourquoi elle ? Kaëran… e-elle n’a rien demandé… notre fille… on a eu tant de mal à l’avoir et…

Kaëran la prit contre lui, parce que oui elle s’était mise de son côté, et elle enfouit sa tête dans son cou, inspirant son odeur, reprenant contenance.
La guérisseuse apporta un plateau avec un peu à manger, mais ils n’avaient guère faim. Ils burent, Ellana surtout pour évacuer cette saleté de fumée qui la tiraillait. La guérisseuse vérifiait encore l’état de Jillian.

-Son cœur a ralenti. Monsieur, madame… je suis au regret de vous dire qu’elle ne reviendra pas… à partir de maintenant, son cœur peut s’arrêter n’importe quand. Quelques heures, ou demain même… je suis navrée…

Elle repartit, le visage décomposé. Ellana elle, reprenait difficilement sa respiration. Elle serra la chemise de son homme, comme si elle allait sombrer dans un puits infini si elle lâchait. Ils se rapprochèrent ensemble de leur fille. Elle avait l’air paisible tout de même… on aurait dit un ange au repos.

-Ma petite fille… maman est désolée… désolée d’avoir attiré ça sur toi…

Elle sentit Kaëran vouloir répliquer et lui dit, tout bas, calmement :

-C’est moi que Nolan veut… C’est pour moi qu’il a fait ça… j’ai envie de le tuer, Kaë… je veux lui faire mal…

Elle soupira et se colla à lui après lui avoir donné un petit baiser. La nuit tomba lentement, et aucun des deux ne bougeaient. Il n’y avait que cette attente douloureuse…

Ellana avait pris sa fille dans ses bras, doucement, et elles étaient entourées de Kaëran, qui avait ses bras et ses jambes autour de sa femme. Elle la berçait, mais ne parvenait toujours pas à fredonner. Son cœur avait été comprimé, comprimé, et sa poitrine brûlait a cause de la fumée. Toute la nuit ils veillèrent sur elle. Ils voulaient l’accompagner… pour que son voyage se passe bien, qu’elle soit bien accueillie et bien traitée…

C’est au petit matin qu’ils recueillirent son dernier souffle, le plus long, le plus dur, le plus libérateur pour cette petite poitrine. Ellana pleura en silence, serrant sa fille dans ses bras. Kaëran la soutenait, et elle l’entendait renifler. Tous deux étaient juste anéantis. Quand la guérisseuse arriva, elle comprit sans peine et leur présenta ses sincères condoléances.

Au moins elle ne souffrirait plus…

-Au revoir ma chérie… soit en paix là-haut avec grand-mère Naël d’accord ? Va la trouver… elle veillera sur toi.

Ellana lui embrassa les joues et le front, et tendit le petit corps à son époux pour qu’il lui dise aussi au revoir. Maintenant, il leur fallait organiser l’enterrement.

La jeune femme espérait réussir à franchir cet obstacle. Elle serra la main de Kaëran.

Ensemble, ils y arriveraient. Pour Jillian.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mar 9 Juil - 1:20

________________________________________________


Chapitre 6
Nolan, Finale

◆ ◆ ◆



Allongé de côté, veillant comme un bon ange gardien sur sa fille, Kaëran l’observait de ses yeux pâles. Le silence était affreusement lourd et souffrant, mais que pouvaient-ils dire au final? Absolument rien. Leur fille était en train de se mourir devant eux et ils restaient là, impuissants à attendre que la mort ne vienne la chercher. Ellana souffrait. Lui aussi souffrait. Cet enfant, ils avaient eu tellement de difficulté à l’avoir et probablement que ce miracle ne reviendrait jamais. Tout ça à cause de cet enfoiré de fils de pute. Si jamais il posait la main sur Nolan, il se jurait de lui faire la peau pour venger sa fille. Il le ferait cette fois.
Le murmure d’Ellana le tira cependant de ses pensées, le forçant à croiser ses iris bicolores noyés de souffrance. Ça lui faisait si mal de la voir ainsi abattue...

‘‘ On… l’accompagne… jusqu’au bout… Kaëran… ‘‘

N’arrivant pas à dire quoi que ce soit, Kaëran ne fit qu’acquiescer lentement de la tête. Il ne quitterait pas le chevet de Jillian tant et aussi longtemps qu’elle ne se serait pas soit rétablie, soit endormie à jamais. D’une main protectrice, le Lieutenant enveloppa celle de sa femme et de sa fille, chercha un espoir qui disparaissait à petit feu. Jamais il ne les laisserait derrière, même s’il devait en payer le prix de sa vie.
Le temps s’écoulait lentement, extrêmement lentement. C’était un véritable calvaire et Jillian respirait toujours aussi difficilement. Quand Noah passa, les jeunes parents ne bougèrent pratiquement pas et ce fut pareil quand Irina passa pour voir l’état de la petite. Rien ne changeait. Rien ne s’arrangeait. Ce n’est que plus tard que Kaëran se leva pour retirer des vêtements de rechange du sac que son père leur avait apporté un peu plus tôt. Il en sortit des vêtements pour Ellana, puisque les siens étaient en bien piteux état, et lui-même se changea, retirant surtout son armure. À deux, ils changèrent Jillian qui ne bougeait aucunement, une boule dans la gorge. Elle qui ne cessait habituellement pas de bouger... Ellana se força à sourire, mais Kaëran n’ arriva pas, caressant son visage.

‘‘ On était heureux trop longtemps… mais pourquoi elle ? Kaëran… e-elle n’a rien demandé… notre fille… on a eu tant de mal à l’avoir et… ‘‘

‘‘ Chhhht... vient là.... ‘‘

Ses bras emprisonnèrent la jeune mère pour la coller contre son torse. Il sentait son souffle dans son cou alors qu’elle respirait profondément pour se calmer. Ellana était détruite de l’intérieur, il le sentait, et lui aussi. C’était leur fille qu’ils étaient en train de perdre quand même.
Quand Irina passa, un peu plus tard en soirée, elle leur apporta de quoi se remplir l’estomac. Ils n’avalèrent pratiquement rien si ce n’est que du liquide. Le ventre était serré...

‘‘ Son cœur a ralenti. Monsieur, madame… je suis au regret de vous dire qu’elle ne reviendra pas… à partir de maintenant, son cœur peut s’arrêter n’importe quand. Quelques heures, ou demain même… je suis navrée… ‘‘

Non... Pas ça... ! Kaëran avait blêmi et son coeur avait raté un battement. Ellana était contre lui, serrant le tissu de sa chemise avec tellement de force qu’elle en avait les doigts blancs. Leur petite Jillian allait rendre l’âme et ce n’était qu’une question de temps. Les parents reprirent place sur le lit, s’asseyant sur le bord, et la mère murmura :

‘‘ Ma petite fille… maman est désolée… désolée d’avoir attiré ça sur toi… ‘‘

Kaë déglutit aussitôt, mais Ellana le connaissait, savait très bien qu’il était sur le point de démentir cette affirmation. Elle était si calme et... si sérieuse à la fois.

‘‘ C’est moi que Nolan veut… C’est pour moi qu’il a fait ça… j’ai envie de le tuer, Kaë… je veux lui faire mal… ‘‘

Sa mâchoire était crispée. Lui aussi avait de le tuer et il le ferait si jamais il lui mettait la main dessus le premier. Prendre son emploi et se retrouver derrière les barreaux? Ça, il s’en fichait. Au moins, sa fille serait vengée et cette ordure ne pourrait plus faire de mal à ceux qu’il aimait. C’en serait fini. Tout simplement.
Ellana colla son corps au sien, déposant un chaste baiser sur ses lèvres.

L’attente était interminable et Jillian devenait de plus en plus pâle, de plus en plus froide. Kaëran était assis derrière sa douce qui berçait leur progéniture en silence, bras autour de son cou, jambes contre les siennes. Ses yeux pâles ne quittaient pas la petite une seule seconde. La nuit était avancée et son état dégradait toujours un peu plus au plus grand malheur des parents qui redoutaient le dernier instant; celui où on leur enlèverait leur fille adorée. C’est au lever du soleil que tout arriva. Kaëran et Ellana avaient les yeux injectés de sang par une nuit sans sommeil. Jillian inspira profondément et son souffle sembla durer une éternité. C’était le pire d’entre tous... La Mort était passée. Le coeur du Lieutenant avait cessé de battre et ses yeux s’étaient aussitôt humidifiés. Il avait resserré son étreinte sur Ellana, collant son front contre sa nuque et avait fermé les yeux, grimaçant de douleur.

Leur fille les avait quittés...

Irina arriva quelques minutes après, mortifiée et ne sut quoi dire mis à part leur présenter ses condoléances. Qu’est-ce qu’il s’en fichait en fait. Jillian venait de mourir! Leur fille... leur petite fille chérie... sa princesse aux yeux vairons...

‘‘ Au revoir ma chérie… soit en paix là-haut avec grand-mère Naël d’accord? Va la trouver… elle veillera sur toi. ‘‘

Le corps de sa fille fut déposé avec soin dans ses bras et Kaëran ne put que coller son front contre le sien, pleurant à chaudes larmes et serra le corps inerte de cet enfant contre lui jusqu’à ce qu’on vienne la leur enlever pour la préparer. Ils étaient meurtris, corps et âme, par cette mort tragique, mais leurs mains se trouvèrent; ils ne se laisseraient pas tomber et traverseraient cette rude épreuve ensemble. Eiriel entra en compagnie de son époux et de Noah et s’approcha pour les prendre dans leurs bras, pleurant la morte de leur petite Jillian un long moment.

‘‘ Venez. Vous dormirez à la maison le temps que tout se calme. ‘‘ Dit Noah d’un ton rempli de compassion.

‘‘ Merci papa, mais nous ne souhaitons pas vous importuner, toi ou Eiriel et Dorguan. ‘‘

‘‘ Ce n’est pas du tout le cas, fiston. Vous êtes tous les deux morts de fatigue et il faut vous reposer. ‘‘

Le jeune couple se laissa entraîner docilement, bagages en main, quand Ayden débarqua à bout de souffle. Tous tressaillirent en le voyant rougi par l’effort. Kaëran s’approcha de lui, sourcils froncés et le coeur battant. L’archer acquiesça et le Lieutenant arracha son armure des mains de Dorguan pour l’enfiler en un temps record.

‘‘ Ce rat! Je vais le démembrer! Où est-il ?! ‘‘ Aboya Kaëran.

‘‘ Il court dans le quartier est. Des dizaines de soldats sont à ses trousses. On doit faire vite. ‘‘

Rapidement, le jeune homme se retourna et embrassa longuement Ellana, lui murmurant :

‘‘ Je t’aime... ‘‘

Dans une dernière caresse, il leur tourna le dos et quitta les lieux aux pas de course malgré la fatigue. Il allait coincer Nolan coute que coute et cette fois, il ne lui glisserait pas entre les doigts. Oh ça non.
Les deux hommes retrouvèrent d’autres soldats qui courraient et se hurlaient entre les ruelles. Des citoyens criaient et fuyaient. C’était une chasse à l’homme.

‘‘ Grimpe et essaie de le localiser! ‘‘

‘‘ Oui Chef! ‘‘ Lâcha Ayden en fourchant brusquement dans une ruelle pour grimper sur des caisses de bois et de vieux tonneaux.

‘‘ IL VA VERS LE NORD! ‘‘ Cria un soldat dans la rue voisine.

Kaëran tourna brusquement à gauche, dévalant une ruelle et vit une silhouette qui fuyait; Nolan. Il bifurqua à droite, glissant sur le pavé et enjamba les débris d’une vieille Charette de foin. Quand il arriva au bout de la ruelle, le Lieutenant sauta dans les airs et atterrit sur le salaud qui avait tué sa fille. Leur roulade se termina contre un mur de pierre qui leur arracha à tous les deux un gémissement de douleur. Nolan était vif et il lui asséna un violent coup de coude sous le menton avant de le pousser pour se dégager.

‘‘ On se retrouve enfin, le pouilleux! J’ai failli faire une belle brochette de poulette... ‘‘

Un sourire mauvais se dessinait sur les lèvres de Nolan. Son visage était marqué d’une large cicatrice qui maintenait un de ses yeux à moitié clos ainsi que d’une barbe poivre et sel. Pas étonnant que personne ne l’ait reconnu! Se releva avec prudence, Kaëran ne le lâcha pas des yeux et tous les deux prirent les armes en se tournant autour.

‘‘ Ça fait longtemps que j’attends ce moment. ‘‘

‘‘ Celui de me saigner et ensuite t’occuper d’Ellana? Ne me fais pas rire... ‘‘ Cracha le Lieutenant. ‘‘ Je vais t’achever, ici et maintenant. ‘‘

‘‘ C’est ce qu’on verra! ‘‘

Le combat commença aussitôt et Nolan s’avérait être un combattant émérite qui savait ce qu’il faisait. Les points faibles de l’Homme, il les connaissaient tous et Kaëran redoublait de prudence, se contentant pour le moment de trouver une brèche pour contre-attaquer. Le Lieutenant fut acculé à un mur, mais se pencha juste à temps pour se glisser entre les jambes de ce tueur d’enfants, lui enfonçant la pointe de sa lame dans la cuisse. Aucun signe de douleur, ni même de grimace. Nolan se retourna et plantait ses lames dans le sol, manquant la tête de Kaëran qui roulait pour se remettre sur pied.

‘‘ Oh, mais arrête de jouer! Ça devient barbant à la longue. ‘‘

Il laissa tomber son cimetère au sol pour prendre deux longs poignards, cachés derrière son dos. Une lueur sombre lui passa dans le visage et Kaëran se recula légèrement, se remettant en position de défense.

‘‘ C’est inutile mon beau. Tu vas crever toi aussi! ‘‘

Nolan se précipita vers son adversaire avec rapidité. Le Lieutenant bloqua une des lames de son épée et vit l’autre se diriger vers son ventre trop rapidement. Le premier réflexe qu’il eut fut de bloquer avec sa main gauche. Un cri de douleur s’échappa de sa bouche quand il sentit le métal déchirer sa chair, transperçant le membre de bord en bord. La douleur était affreusement, mais Kaëran eut toute la misère du monde à repousser son adversaire pour retirer l’arme de sa main et la jeter au sol. Nolan pencha la tête de côté, un rictus mauvais au coin de la bouche.

‘‘ On est fatigué? Ta chère fille t’aurait-elle épuisé? ‘‘

‘‘ FERME LÀ CHIEN! ‘‘

‘‘ Oh? Je te sens fatigué aussi... il faut dire que tu n’es pas au meilleur de ta forme aussi. Et si je t’achevais tout de suite avant de rendre visite à te belle pour la sauter et la tuer? Ah non. Mieux! Je vais la faire souffrir et la défigurer avant qu’elle n’aille te retrouver parmi les dieux. Qu’en dis-tu? ‘‘

‘‘ Je vais te saigner avant que tu ne puisses dire ouf... ‘‘

L’excès de rage de Kaëran lui redonna la force suffisante pour prendre son épée de deux mains et riposter avec force. Nolan fut déséquilibré et son dos heurta un mur de la ruelle. La lame de l’arme du Lieutenant se plante dans son épaule droite et le soldat tourna, encore et encore, jusqu’à ce qu’il entende un cri de douleur mélangé à ceux de ses hommes qui cherchaient leur emplacement avec désespoir. Le salaud se dégagea et fit un croque-jambe à Kaëran qui s’affala sur le dos, lâchant son arme qui fut poussée plus loin. Nolan se mit à quatre pattes au-dessus de lui et enfonça la dague brusquement dans son flanc droit. Le yeux du Lieutenant s’écarquillèrent et il étouffa un gémissement de douleur puis un cri lorsque la lame s’enfonça et tourna dans sa chair.

‘‘ C’est armure ont tous le même défaut. Dommage pas vrai? ‘‘

‘‘ Ouais, mais toi tu n’en a pas... ‘‘ Souffla t-il d’un voix presque inaudible alors que sa vue se brouillait déjà.

L’ennemi fronça les sourcils et Kaëran enfonça sa dague -qu’il avait réussi à prendre de sa ceinture - sous son sternum. Il poussa encore et encore et des flèches vinrent aussi se loger dans le dos de Nolan.

‘‘ KAË! Merde ! ICI ! ‘‘ Hurla l’archer en descendant agilement pour le rejoindre.

Ayden poussa Nolan de côté, celui-ci agonisant, et se jeta sur les genoux en appuyant sur la plaie de son frère d’armes qui perdait la carte. La voix de l’archer commençait à se faire lointaine et il sentait ses paupières devenir lourdes... affreusement lourde. Merde... Allait-il réellement crever comme ça ? Comme un chien dans une ruelle après un affrontement?

‘‘ ...uis... ésolé... ‘‘ Articula t-il difficilement.

‘‘ Putain! Kaëran, reste avec moi! RESTE! À L’AIDE! ‘‘

La dernière chose qu’il entendit fut les pas lourds de plusieurs dizaines d’hommes et la voix de ceux qui hurlaient son nom.

Au moins, Jillian avait été vengé et Ellana n’avait plus rien à craindre...

Spoiler:
 

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mar 9 Juil - 14:15


Le monde n’était plus à ses yeux. Ellana se sentait vide, lourde, perdue, malgré la présence de son époux. Jillian, sa fille, leur fille chérie, venait de succomber dans ses bras et à présent on la leur enlevait pour la préparer aux funérailles. Eiriel et les hommes arrivèrent ensuite, les prenant dans leurs bras et pleurant également la mort de la petite. Ellana était là, comme une poupée de chiffon, une coquille vide, ne se rendant compte de presque rien. Il n’y avait que sa fille qui la hantait. Noah leur demanda de venir chez lui en attendant, pour se reposer, et Ellana laissa Kaëran faire, jusqu’à ce qu’Ayden arrive, complètement essoufflé et rouge.
Ellana ne comprit pas leur échange muet, mais dès que l’archer acquiesça, son homme revêtit son armure vraiment rapidement, jura, et vint l’embrasser en murmurant :

-Je t’aime...

Et il partit devant Ayden, au pas de course. Nolan. Il allait à la poursuite de Nolan pour lui faire la peau et elle n’avait même pas esquissé le moindre geste pour l’en empêcher. Il était fatigué… il avait mal… Ellana resta plantée là jusqu’à ce qu’Eiriel lui prenne la main doucement et l’attire à sa suite. Ellana s’inquiétait pour Kaëran, dans les rues, elle entendait les cris des soldats. Elle voulait y aller, le frapper pour venger sa fille, mais elle en était incapable, tout bonnement. Eiriel les emmena chez elle, ou elle installa Ellana dans le canapé, devant la cheminée. Noah et Dorguan s’installèrent à ses côtés, pendant que la paysanne allait faire du thé.
La jeune femme ne parlait pas. Non, elle tentait de garder son sang-froid, de ne pas s’effondrer, de ne pas se laisser abattre. Elle devait être forte pour Kaëran, ne pas être un boulet. Son cœur était comprimé, son estomac retourné, et sa gorge nouée. Elle avait un mauvais pressentiment. Exactement comme lorsqu’il s’était fait blesser par l’ours.

Le thé arriva et elle se força à boire pour évacuer le restant de la fumée. Personne ne parlait, le silence était pesant et endeuillé.

-Ellana… on s’occupera de son enterrement d’accord ? Proposa Eiriel, prudemment.

-Kaë et moi nous en chargerons, merci… souffla-t-elle, les yeux dans le vide.

Ils lui offriraient un beau départ. Une belle cérémonie, puis ils l’enterreraient avec Naël. Comme ça, Jillian serait protégée. L’attente était affreuse, elle avait les yeux qui piquaient à cause de la fatigue et des larmes, mais elle ne voulait pas dormir. Elle n’y arriverait pas sans lui de toute façon. Il était sa bouée pour le moment.

C’est là qu’on défonça la porte et tous se relevèrent en un sursaut. C’était Ayden, essoufflé. Et à son regard, Ellana comprit que Kaë avait eu un accident.

-Ellana… Kaë… est… chez la guérisseuse… il… a tué Nolan mais… a été gravement blessé…

Elle n’attendit pas de savoir s’il y avait une suite ou non. Elle le poussa, et courut dans la rue, les larmes aux yeux. Non ! Pas sa fille puis son mari ! Nolan voulait la tuer ainsi ?! Elle entra en trombe chez la guérisseuse, et celle qui l’avait soignée la veille la reconnue aussitôt.

-Votre époux est encore aux soins. Veuillez attendre je vous prie.

-Comment va-t-il ? Que savez-vous ?

Elle n’allait pas s’asseoir et attendre sagement sans savoir.

-Il est dans un état critique. Sa main gauche a été perforée et son flanc droit à été touché également. Il a perdu énormément de sang. Mais Irina est en train de tout mettre en œuvre pour le soigner au mieux.

Le peu de couleur de ses joues disparurent bien vite et Ellana alla s’asseoir, les jambes flageolantes. Dans un état critique… allait-il mourir aussi ? Allait-elle recueillir dans une même journée le dernier souffle de sa fille et de son époux ? Comment ferait-elle sans eux ? Comment survivrait-elle à ça ?

Eiriel, Dorguan et Noah apparurent alors, mais elle garda la tête basse et ne leur parla pas. Ils allèrent se renseigner auprès de la guérisseuse puis Eiriel lui prit la main qu’elle serra pour la soutenir, ainsi que Noah, de l’autre côté. C’était son fils tout de même… ils venaient de se retrouver…

-Ca ira… tu verras. Il va s’en remettre. C’est une tête de mule non ?

-Ses blessures sont graves. Il est dans un état critique. Pour l’heure je préfère me préparer à… à… à lui dire au revoir.

C’était difficile ce qu’elle disait, mais dans son état, il était plus simple de tout de suite se préparer au pire et avoir une très bonne surprise au final. C’est un bon quart d’heure après qu’Irina revint, s’essuyant encore les mains. Elle avait la mine grave et tout de suite, Ellana crut que c’était la fin. Alors qu’elle n’avait rien senti en elle.

-Nous avons pu le stabiliser. Il est toujours dans un état critique, mais nous avons pu arrêter les pertes de sang. S’il passe la nuit, il aura de bien meilleures chances de s’en sortir.

Ellana acquiesça et, suivit des autres, elle entra dans la chambre. Kaë était là, couché sur le lit, torse nu. Son bras gauche était entouré de bandages, tout comme son torse. Son flanc droit était rouge de sang encore. Mais surtout, il était pâle. Trop pâle. Elle s’avança, et s’assit sur le bord du lit, du côté droit tout en faisant attention à sa plaie. Elle prit sa main doucement, croisa ses doigts aux siens. Il était horriblement froid et sa respiration était assez difficile. Eiriel, Dorguan et Noah s’avancèrent aussi, mais personne ne parla. Noah serrait les mâchoires, poings fermés et furieux de ne pas pouvoir en coller une au salaud qui avait fait ça à son fils. Dorguan lui, réconfortait Eiriel, en larmes. Et Ellana… regardait son époux, sa bouée, perdue dans sa douleur. Elle n’allait pas être un boulet. Elle allait être forte pour eux deux. Tenir le coup, pour eux deux.

Midi était passé et Eiriel emmena les hommes. Elle voulait s’aérer la tête pour pouvoir mieux réfléchir et aussi, laisser de l’intimité au jeune couple. Seule, Ellana laissa quelques larmes s’échapper de leur prison, et murmura :

-Je voudrais te dire de me revenir, mon amour. De lutter pour ne pas me laisser seule ici bas avec mes douleurs et l’immense vide en moi. Pour que l’on surmonte tout ça ensemble, comme nous l’avons toujours fait. Mais… peut-être que c’était prévu… peut-être  que c’était voulut, pour que tu rejoignes notre fille et l’élèves là-haut, avec ta mère… c’est peut-être parce que Jillian à besoin de toi là-bas. Je t’aime et je t’aimerais toujours, jamais je ne te remplacerais. Jamais je ne prendrais un autre homme. Tu es le seul et unique dans mon cœur… Si jamais, j’espère que tu ne souffriras plus, là-bas. Que tout ira bien pour vous.

Elle porta alors sa main à sa bouche, et embrassa chacun de ses doigts délicatement. De son autre main, tremblante, elle retira une mèche de cheveux qui barrait son front, et caressa son visage. Elle se préparait à sa mort. S’il revenait, ce serait merveilleux, un peu de soleil dans cette noirceur qui l’étreignait, mais s’il partait, elle serait prête. Prête à enterrer sa fille et son mari en même temps.
Une fois de plus, Ellana se rendit compte que son père avait eu raison. Elle portait malheur. Tous ceux qu’elle aimait disparaissaient peu à peu, tandis qu’elle survivait. Alors qu’elle ne le méritait pas.

Le souffle manquant, les larmes ruisselant soudain sur ses joues, elle murmura faiblement :

-Je ne te quitte pas, Kaë. Je resterais… jusqu’à la fin… jusqu’à ce…que tu rendes ton dernier souffle si cela doit arriver… ou jusqu’à ce que tu rouvres les paupières, libérant ton magnifique regard…


Elle essuya ses larmes d’un revers de main, l’autre serrant toujours celle de son époux, si froide. Sa respiration était toujours difficile, mais moins rauque que leur fille. Elle resta là, assise sur le bord du lit, ne sachant plus quoi dire. Elle le veillait, c’était tout. Elle était là, comme un ange gardien. Alors que sa place était en enfer.
C’est en fin d’après-midi que la famille revint. Ellana sentit Noah lui serrer l’épaule, et chuchoter :

-Il va revenir… il va se battre, ne t’en fais pas.

-Je me prépare tout de même à sa mort.

-Ellana ! Il va te revenir ! S’écria Eiriel.

-Je viens de perdre ma fille, Eiriel. Je préfère me préparer au pire et avoir une merveilleuse surprise plutôt que me faire de faux espoirs et souffrir encore plus que je ne souffre maintenant. S’il part, ce sera parce qu’il aura décidé de s’occuper d’elle là-haut. C’est tout.

Suite à cela, un lourd silence environna la pièce. Irina arriva peu après et l’ausculta, avant de dire :

-Aucun changement. Il est toujours stable, mais comme dit plus tôt, la nuit va être cruciale. S’il la passe, il aura toutes ses chances et sinon …

Elle ne termina pas, mais Ellana avait compris. S’il y avait des problèmes durant la nuit, sa vie serait juste sur un fil…

-Et… s’il se réveille… s’il se rétablit… quelles séquelles va-t-il garder ?

-Et bien… sa main a été sérieusement endommagée. J’ai fait tout mon possible pour la soigner, mais il ne pourra sans doute plus l’utiliser aussi bien qu’avant. Il aura des soucis de réflexes, ne pourra plus faire certains mouvements… de toute façon il devra se faire rééduquer à son réveil. Faire des exercices avec la main pour voir si à l’intérieur ça cicatrise aussi. Pour le flanc, faire très attention pendant quelque temps.

Ellana la remercia et Irina repartit, les laissant en famille. Ellana priait pour lui. Elle ne lâchait pas sa main, pour que même dans les tréfonds de l’inconscience il sache qu’elle était là. La nuit tomba, et elle ne bougeait pas. Elle ne voulait pas. Les autres marchaient, ou sortaient se dégourdir les jambes.

-Vous pouvez rentrer… je reste ici.

-Mais…

-Vous pouvez je vous l’assure. Allez-y.

Eiriel ne répliqua plus et fit la bise à Ellana avant de s’en aller avec les hommes. Seule dans le noir qui s’installait, Ellana retenta de fredonner pour lui. Rien. Les sons étaient coincés. Cela lui rappelait Jillian et les moments de liesses partagés. Et une fois de plus, elle éclata en sanglots, faisant le moins de bruit possible. Elle parvint à se calmer dix minutes après, les yeux rouges et gonflés. Kaë n’avait pas bougé, rien n’avait changé. Posant une joue doucement contre son torse, elle écouta son cœur. Il battait. Ni trop vite, ni trop faiblement.

Le savoir en sursis, entre la vie et la mort… c’était juste atroce. Le silence lui faisait mal aux tympans et elle murmura alors :

-Je t’aime Kaë. Tu te souviens, de ce jour ou tu m’as… cherchée ? Chez mon père. Ce jour où tu m’as ramenée chez toi. Je n’étais qu’un poids pour toi, qui devais s’occuper de sa mère. On a parcouru tant de route depuis… on a traversé tant d’épreuves… et pourtant, à cause de moi… notre fille est morte et tu es en train de me quitter également. C’était moi, que Nolan visait. Et je suis la seule qui n’est pas blessée, malgré mes petites brûlures. Mais qu’est-ce que je m’en fiche de ça… je voudrais te donner mon souffle… ma force… je te demande pardon, mon amour… je suis inutile… je n’ai jamais rien fait de bien. J’ai juste réussi à envoyer un bébé de six mois dans la tombe et un homme de vingt-six ans à sa suite.

Respirant profondément, elle se rendit compte que sa main était un peu plus froide. Mais… elle porta deux doigts à son cou, et fut horrifiée. Son cœur avait ralenti soudainement ! Paniquée, les larmes aux yeux, elle le supplia brusquement de se ressaisir. La nuit allait être longue, trop longue. Elle, elle ne faisait que l’observer, pleurer et prier. D’un côté elle se préparait au pire et de l’autre elle espérait qu’il lutte. Elle caressait sa joue lentement, tentant de sourire pour que, si jamais, il emporte d’elle une image meilleure que celle qu’elle affichait. Pour qu’il se sente moins coupable de la laisser en arrière.

Ainsi, elle prit son pouls toutes les heures, mais il n’y avait pas de changement. Toujours un peu trop faible à son goût. Lorsque les premiers rayons du soleil tapèrent la vitre, Ellana avait les yeux plus rouges et plus gonflés encore. Deux jours debout, sans dormir.

Irina vint pour l’ausculter. Il avait passé la nuit, donc il avait toutes ses chances de revenir. Elle repartit, vite remplacée par Eiriel et les hommes.

-Tu ne voudrais pas te reposer, manger et boire, Ellana ?

La jeune femme ne fit que hocher négativement la tête.

-Tu as une mine de déterrée… il faut que tu dormes… tu n’arriveras plus à réfléchir non plus…

-Non, Eiriel. Je ne le quitte pas. Je veux être là si jamais. Je ne veux pas qu’il s’en aille seul. Je l’accompagnerais jusqu’au bout. Jusqu’à sa mort ou son réveil.

-Mais tu vas te tuer si tu ne dors, mange et ne bois pas !

-Je m’en contrefiche de mon état ! S’exclama-t-elle.

Eiriel ne répondit plus rien et alla s’asseoir avec les hommes. Ellana serrait la main de son homme, et murmura une nouvelle fois :

-Je sais que tu peux le faire, Kaë. Je sais que tu es là, quelque part. Je sais que tu es en train de te demander si tu dois rejoindre ta fille ou me revenir. Fais ce qui te semble le mieux pour toi. Ne pense pas à moi. Ne pense pas à… ma peine ou ma douleur… pense à notre fille principalement.

Les larmes aux yeux encore une fois, elle ferma les yeux, serrant la main de son homme dans la sienne. Combien de temps ? Vivrait-il, ou allait-il mourir ? Et elle, survivrait-elle à ça ? Elle en doutait. Elle en doutait fortement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 15 Juil - 3:18


________________________________________________


Chapitre 6
Rétablissement, partie 1

◆ ◆ ◆



Les cris d’Ayden et de ses hommes devenaient de simples murmures alors que le néant l’apportait. La noirceur et le froid l’entouraient. En fait, c’était comme s’il se retrouvait dans une étendue d’eau sans fond ni surface, qu’il se noyait. Son corps flottait, immobile. Il n’y avait aucun son, même pas ceux des battements de son coeur. Ses paupières étaient lourdes et ne voulaient pas s’ouvrirent. Était-il en train de mourir? Allait-il rejoindre Jillian bientôt? Pourtant, une petite voix lui disait de se battre dans cette étendue sans fin. Le devait-il? Ici, il était bien. Sa douleur face à la mort de sa fille n’existait plus. Tout n’était que calme et sérénité. Pas de tracas, plus de tristesse ni même d’inquiétude... Mais dans sa main droite, il sentait une étrange chaleur qui lui était aussi familière. C’était comme si on serrait sa main fortement pour lui faire comprendre une chose qu’il n’arrivait pas à trouver.

Le temps ici était inexistant. Son corps flottait toujours, mais au travers de ses paupières, une lueur prenait forme à l’extérieur. Il revoyait des images défilées dans son esprit, voyait une jeune femme; Ellana. Le premier jour où il l’avait vu et escorté jusqu’à sa maison alors qu’il s’occupait de sa mère malade. Puis il y eut ses retrouvailles à Orthank, le goût de ses lèvres mêlées à ses larmes. Kaëran avait mal au corps et au coeur et luttait, mais aucun de ses membres ne bougeait. Rien. Il coulait un peu plus alors que la question lui venait : devait-il rejoindre leur fille et saa mère ou se battre?

Son coeur avait faibli et il faisait de plus en plus froid. Une chaleur enveloppa sa joue droite doucement, comme si on caressait son visage et pourtant, il n’y avait personne. Il était seul et toujours dans cet horrible dilemme. Que devait-il faire?

Au bout d’une éternité, Kaëran réussit à ouvrir les yeux et fut aveuglé par cette lueur qui brillait lointainement au-dessus de lui, à la surface. C’était comme un soleil... Ellana... Jillian... Son choix était fait et il se devait de retourner dans le monde des vivants. Malgré la présence de Dorguan, Eiriel et Noah, Ellana était seule alors que Jillian était certainement aux côtés de sa mère maintenant. Elle en prendrait soin et respecterait la parole qu’il avait faite à son épouse lors de leurs voeux de mariage et aussi auparavant, celui de mourir ensemble. Keilan combattait et parvint à prendre le contrôle de ses membres pour nager difficilement à la surface. Il nagea, encore et encore, épuiser, à bout de souffle.

Il ouvrit les yeux le soir, une horrible douleur dans la main gauche et le flanc droit. Le lieutenant grimaça légèrement et tenta d’y voir clair. Sa vue se réajustait trop lentement et les voix autour de lui étaient encore floues. Les mots étaient difformes et dénués de sens pour le moment, mais il sentit des mains douces et chaudes se poser sur son visage ainsi que des lèvres. Sur sa peau roulaient les larmes d’Ellana qui était muette au-dessus de son visage. Elle avait un sourire soulagé, des cernes sous les yeux et le teint blafard.

‘‘ Tu devrais dormir... ‘‘ Souffla t-il d’une voix à peine audible, se risquant à lui faire un faible sourire en coin. ‘‘ Tu ne te débarrasseras pas de moi... aussi tôt, Ellana. ‘‘

Sa main droite se posa difficilement sur son visage qu’il caressa doucement malgré la peau qui l’élançait autour de la peau de son flanc droit. Ce simple geste lui demandait tant d’efforts aussi. Ellana entoura sa main des siennes et déposa des baisers sur chacune de ses phalanges justes avant que la guérisseuse ne toque et n’entre. Celle-ci soupira de soulagement et s’approcha du lit pour constater l’état du blessé.

‘‘ Bonsoir monsieur Eira. Comment vous sentez-vous? ‘‘

Keilan dut inspirer lentement pour que la douleur ne soit pas trop vive et tourna la tête vers Irina qui lui souriait, serrant l’épaule d’Ellana en guise de soutien.

‘‘ Lourd... affreusement lourd... ‘‘ Dit-il en fermant les yeux, un faible sourire amusé au coin des lèvres.

‘‘ C’est bien. Nous allons vous garder en observation un jour ou deux et ensuite vous pourrez partir d’ici avec votre femme. Votre blessure au flanc est profonde et vous l’avez échappé belle. Sans votre confrère, vous seriez mort. Pour ce qui concerne votre main gauche, je suis navrée de vous l’apprendre, mais je doute que vous retrouviez une mobilité totale. Vous le saviez, n’est-ce pas? ‘‘

‘‘ Oui... mais je suis en vie au moins. ‘‘

‘‘ C’est le principal en effet. ‘‘ Dit-elle en souriant à Ellana. ‘‘ Je vais prévenir votre père. ‘‘

Ils étaient tous là, à attendre des nouvelles? Eiriel, Dorguan, Noah, Ayden... ils devaient être si inquiets les pauvres. Reportant plutôt son attention sur Ellana, Kaëran lui fit signe de tête de s’allonger de son côté gauche. Au départ elle avait été hésitante à cause de ses blessures, mais il avait besoin de la sentir contre lui et puis il gelait pour une rare fois. Son épouse se glissa à ses côtés et se colla avec une extrême lenteur contre son torse. Entourant ses épaules de son bras gauche, Kaë fit attention à sa main enrobée de pansement de coton légèrement rougie au centre.

‘‘ Ça ne doit pas être beau à voir, hen? ‘‘

Le jeune Lieutenant voulut soupirer et grimaça de douleur. Il allait vraiment devoir faire attention pendant sa guérison et ce serait très certainement bien long avant qu’il ne ressente plus les effets de la douleur. Ses lèvres se posèrent alors au sommet de la tête de sa douce.

‘‘ Jillian est aux côtés de mère... elle n’a pas besoin de moi là haut, alors que toi si. Je ne pouvais pas te laisser comme ça après la promesse que je t’ai faite, Ellana. Quel homme serais-je si je laissais ma femme veuve aussi jeune alors qu’elle vient de perdre sa fille... ? Nous traverserons cette épreuve tous les deux... ‘‘

Ce petit discourt l’avait complètement essoufflé.

‘‘ Ça me rappelle drôlement la fois avec l’ours. Tu ne trouves pas ? ‘‘

Spoiler:
 

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 15 Juil - 11:20


L’attente était longue. Interminable. Ellana restait là, assise au bord du lit, la main serrée à celle de son époux. Elle était épuisée de pleurer, épuisée de garder les yeux ouverts, épuisée d’avoir mal partout et surtout à l’âme. Mais elle tenait, elle restait droite et forte pour lui. Pour arrêter de montrer une femme faible. Elle n’était pas faible. La vie lui avait appris à être forte. A encaisser. A subir sans se plaindre. Sauf que là… perdre sa fille… et peut-être son mari… a une journée d’intervalles… c’était la goutte d’eau. L’état de Kaëran était stationnaire, Eiriel, Dorguan, Noah et même Ayden venaient de temps en temps pour la soutenir et lui parler. Mais elle ne répondait pas ou juste par monosyllabe. Elle luttait contre elle-même.

Eiriel vint à midi avec de quoi manger.

-Il faut que tu manges, Ellana. Et… la guérisseuse nous a demandé quand est-ce qu’on comptait enterrer… la petite.

Ellana ne détourna pas le regard de son homme.

-Je n’ai pas faim. Et nous l’enterrerons une fois son père présent ou parti. Pas avant.

-Ellana… peut-être qu’il restera à jamais ainsi… tu ne sais pas ce qu’il se passe pour lui… tu ne sais pas si son esprit est encore là ou est déjà parti…

-Il est là. Il est là quelque part et il cherche la voie à suivre. Je le sais, c’est tout. Il cherche à savoir s’il doit me laisser en arrière ou me rejoindre. Il ne restera pas toujours ainsi. Il se réveillera, ou il mourra.

Eiriel semblait un peu déboussolée d’entendre la jeune femme parler ainsi. Surtout que sa voix était dénuée d’émotions, elle était monotone, douloureuse.

-Je te laisse le plateau… si jamais.

Ellana ne fit qu’hocher de la tête avant que la paysanne ne s’en aille retrouver son époux. Ellana se força au bout de cinq minutes et but le verre d’eau posé sur le plateau. Le liquide eut du mal à passer. Par contre la nourriture… rien que l’odeur lui donnait envie de vomir. Elle ne pouvait rien avaler. Pas maintenant. C’est Irina qui enleva le plateau lorsqu’elle vint examiner Kaë et lui changer les pansements. Sa main était… sa main était perforée… cette vue troubla Ellana. Elle… elle voyait encore un peu au travers ! Mais les tissus cicatriciels commençaient à prendre le dessus… et il était certain qu’il ne pourrait plus utiliser sa main comme avant.
Son flanc cicatrisait aussi lentement, et Irina assurait que c’était dans un meilleur état que la veille lorsqu’il était venu. La plaie était profonde mais il avait eu énormément de chance que la lame ne perfore pas d’organes vitaux et surtout qu’Ayden ait été rapide.

Seule une nouvelle fois, Ellana laissait dériver ses pensées. Elle revit l’accouchement, cette douleur pour donner la vie, Kaë qui la bombardait de prénoms pour qu’elle ne pousse pas trop vite. Cette petite chose dans les bras de son père qui hurlait à pleins poumons… les joies de l’élever, de s’en occuper… et… la disparition brutale… Jillian était partie… pour de bon… à jamais… Ellana savait qu’elle mettrait du temps à refermer cette plaie et encore elle ne se refermerait pas complètement. Ce qu’elle ne savait pas, par contre, était si un deuxième miracle leur serait accordé lorsqu’ils auraient enfin fait leur deuil. Pas pour remplacer, non, elle était irremplaçable mais… là, Ellana se sentit égoïste et chassa ses pensées. Jillian était morte et… ils n’auraient sans doute plus d’autres enfants. Elle n’avait pas réussi à donner un héritier à Kaëran. Non, elle l’avait envoyé à la tombe… Cette culpabilité latente l’énervait. Elle entendait presque Kaëran lui dire que ce n’était pas sa faute. Pourtant c’était son impression. C’était elle que Nolan visait, et c’était elle qui était en vie et que légèrement blessée. C’était elle la mère et c’était elle qui aurait du partir à la place de Jillian. D’accord Kaë aurait été abattu, mais il aurait eu sa fille. Il aurait pu l’élever et la voir grandir. Ellana aurait été fière d’eux, parce qu’elle les aurait protégés. Et là, elle était juste assise à attendre que le destin lui enlève son cœur. Son mari.

C’est au soir que tout bascula. Elle fixait son homme, perdue dans ses pensées, lorsqu’il ouvrit doucement les yeux. Au début elle avait cru rêver. Mais non il ouvrait les yeux !

-Kaë ! Kaë tu es là, tu es revenu, mon dieu ! Souffla-t-elle, les larmes aux yeux.

Elle se pencha, lâcha sa main et posa les siennes sur son visage, l’embrassant pour la première fois en deux jours. Un baiser mêlé de larmes mais bon… il était là, il était revenu ! Il avait l’air un peu perdu, mais voir ses yeux était… un cadeau… et sa voix était faible, mais bien là.

- Tu devrais dormir…  Tu ne te débarrasseras pas de moi... aussi tôt, Ellana.

Elle répondit à son petit sourire, si heureuse qu’il soit avec elle. Bien sûr elle n’oubliait pas Jillian, ne vous méprenez pas. Il leva alors sa main valide et caressa son visage. Elle, elle savoura pleinement avant de la lui prendre et d’embrasser chacune de ses phalanges. Ce simple geste venait de lui coûter un effort colossal, elle le voyait.
C’est là que la guérisseuse toqua et entra, poussant un soupir de soulagement en le voyant réveillé.

- Bonsoir monsieur Eira. Comment vous sentez-vous?

Irina s’était avancée, posant une main sur l’épaule d’Ellana pour la soutenir. Il répondit après avoir repris des forces, fermant les yeux et un petit sourire aux lèvres :

- Lourd... affreusement lourd...

- C’est bien. Nous allons vous garder en observation un jour ou deux et ensuite vous pourrez partir d’ici avec votre femme. Votre blessure au flanc est profonde et vous l’avez échappé belle. Sans votre confrère, vous seriez mort. Pour ce qui concerne votre main gauche, je suis navrée de vous l’apprendre, mais je doute que vous retrouviez une mobilité totale. Vous le saviez, n’est-ce pas?

Ellana se mordit la lèvre alors que Kaë confirmait le tout. Oui l’essentiel était qu’il soit en vie. Le reste importait peu. Elle l’aiderait avec sa main. Elle serait là. Elle serait toujours là pour lui. Irina ressortit, disant qu’elle allait prévenir la famille. Restés seuls, les jeunes mariés se regardèrent. Ellana avait encore les larmes aux yeux, mélangée entre la douleur de la perte de sa fille et la joie de le retrouver. Seulement, il lui fit signe de s’allonger à ses côtés, à sa gauche, là ou il n’était pas blessé. Elle ne pouvait pas… il devait prendre des forces et elle allait le gêner… mais tout comme lui, elle avait besoin de le sentir contre elle.
Alors elle contourna le lit, et s’allongea à ses côtés, faisant extrêmement attention et se collant à son torse. Son bras gauche entoura ses épaules et là, elle se sentit… bien. En plus, il était gelé. Alors elle posa ses jambes sur les siennes. Il fallait le réchauffer, lui qui d’habitude était une bouillote humaine ! Il examinait sa main enrubannée en disant :

- Ça ne doit pas être beau à voir, hen?

Non, ce n’était pas beau à voir… mais elle ne dit rien, le laissant respirer, prendre son souffle et des forces. Elle sentit ses lèvres sur sa tête, et s’en voulut de ne pas s’être lavée depuis le décès de Jillian, deux jours auparavant.

-Jillian est aux côtés de mère... elle n’a pas besoin de moi là haut, alors que toi si. Je ne pouvais pas te laisser comme ça après la promesse que je t’ai faite, Ellana. Quel homme serais-je si je laissais ma femme veuve aussi jeune alors qu’elle vient de perdre sa fille... ? Nous traverserons cette épreuve tous les deux...

Jillian… au moins elle était en sécurité avec Naël… cela la soulageait légèrement. Sa fille était entre de bonnes mains…  à côté, Kaëran reprenait son souffle.

- Ça me rappelle drôlement la fois avec l’ours. Tu ne trouves pas ?

-Non. C’est pire que la fois avec l’ours… bien pire. Je ne t’ai pas quitté une seule fois, Kaë. Je… voulais être là si jamais tu… rendais ton dernier souffle… je ne voulais pas te laisser partir tout seul. J’avais peur et encore maintenant j’ai peur…

Sa main était sur son torse, là ou il n’avait pas mal, et elle releva la tête pour croiser son regard. Il ne brillait plus comme avant… mais elle était sur que le sien n’était pas mieux, surtout avec les larmes et la fatigue.

-Je n’ai… pas dormit, pas mangé et à peine bu en deux jours et demi. Mais… je m’en fiche. Seul toi comptais. Je n’ai plus que toi, Kaë… Jillian me manque… elle nous manque… je n’arrive pas à réaliser qu’elle est vraiment partie…

Elle pleurait encore, et se força à ravala ses larmes. Il venait de se réveiller, elle n’allait pas se lamenter. Et puis, Eiriel, Dorguan, Noah et Ayden débarquèrent au même moment, dans une effusion de sourires et de larmes de joie à la vue de Kaëran qui était réveillé. Ellana voulut se relever pour que la famille puisse venir lui dire bonjour, mais Kaë resserrait son étreinte avec son bras et elle se laissa faire, fermant les yeux contre son torse. Le battement régulier de son cœur emplit ses tympans, la submergea, éloigna faiblement la douleur.

Le battement l’emporta dans les méandres du sommeil, laissant Kaë aux bons soins des siens…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 21 Juil - 3:57

________________________________________________


Chapitre 6
Rétablissement, partie 2

◆ ◆ ◆




‘‘ Non. C’est pire que la fois avec l’ours… bien pire. Je ne t’ai pas quitté une seule fois, Kaë. Je… voulais être là si jamais tu… rendais ton dernier souffle… je ne voulais pas te laisser partir tout seul. J’avais peur et encore maintenant j’ai peur… ‘‘

Vu comme ça, c’était effectivement plus grave. Cette fois il est vrai qu’il avait passé à un cheveu de rendre l’âme pour retrouver sa fille et sa mère parmi les Dieux quelque part là-haut. De sa main droite, et la seule valide d’ailleurs, Kaëran prit celle d’Ellana qui se trouvait sur son torse. Son regard croisa le sien et il vit bien la fatigue de l’attente ainsi que sa peur. On n’avait pas besoin de remarquer les cernes sous ses yeux et ses traits tirés pour le deviner.

‘‘ Je n’ai… pas dormi, pas mangé et à peine bu en deux jours et demi. Mais… je m’en fiche. Seul toi comptais. Je n’ai plus que toi, Kaë… Jillian me manque… elle nous manque… je n’arrive pas à réaliser qu’elle est vraiment partie… ‘‘

‘‘ Ellana... ‘‘

Leur fille... leur petit trésor. Lui le réalisait mieux maintenant, mais c’était plus difficile pour une mère de perdre son enfant. Habituellement, on s’attendait à ce que ce soit les parents qui quittent le monde des vivants les premiers, or, ce n’était pas le cas pour Jillian. On la leur avait arrachée de force alors qu’ils avaient eu tant de difficulté à avoir un enfant. Kaëran colla sa tête contre la sienne et consolait Ellana comme il pouvait, mais il eut de la visite. Tous eurent un sourire rassuré en voyant qu’il avait les yeux ouverts ou les yeux brillants. Comme Dorguan, Noah, Ayden et Eiriel s’approchaient, Kaëran empêcha son épouse de s’éloigner de lui en resserrant son étreinte. Dès qu’elle s’éloignait, il grelottait, mais il voulait aussi la garder contre elle puisqu’il avait un grand besoin de sa présence au moment actuel. La tête contre son torse, Ellana fut bercé par le rythme des battements de son coeur et s’endormit. Il y avait longtemps qu’elle n’avait pas dormi aussi. Son repos, elle l’avait amplement mérité après l’avoir ainsi veillé.

Noah fut le premier à s’approcher, faisant une semi-accolade à son fils en reniflant.

‘‘ Je viens à peine de te retrouver! S’il avait fallu que je te perde toi aussi... Bon sang... je pleurniche comme une fillette! ‘‘ Dit-il la voix cassée et essuyant la seule larme qui s’était échappée de ses yeux émeraude.

Eiriel s’avança à son tour, passant une main dans les cheveux du jeune homme tout en lui souriant. Elle avait toujours été aussi maternelle envers lui. Dorguan se posta derrière elle en bon époux et dit :

‘‘ Bon retour parmi nous le jeune... nous avons prié pour toi, pour que Jillian te dise de nous revenir. Tu as tant de choses à accomplir encore. ‘‘

‘‘ Sans parler qu’il faut que tu veilles sur ta femme, vieux. Elle n’aurait pas surmonté ta mort et celle de votre fille. ‘‘

‘‘ Je sais... ‘‘ Souffla t-il en baissant les yeux sur Ellana qui dormait à point fermé. Elle semblait si paisible, là, contre lui. ‘‘ J’ai lutté pour la rejoindre... vous n’avez pas idée à quel point c’était difficile. On voit cette lumière et nos efforts sont vains à chaque fois qu’on essaie de s’en approcher. Je ne cessais de couler... Mais je ne pouvais pas lui faire ça. ‘‘

Kaëran reprit son souffle en grimaçant de douleur et laissa la marmaille s’installer sur les chaises ou sur le bord du lit pour Noah. La guérisseuse leur apporta du thé et de quoi grignoter.

‘‘ Que s’est-il passé dans la ruelle, Kaë? Les soldats ont eu du mal à comprendre pourquoi tu n’as pas appelé à l’aide. ‘‘

‘‘ Je... voulais lui faire la peau, seul, Ayden. Il avait tué ma fille. ‘‘

‘‘ Mais il a aussi failli te tuer toi! Idiot! C’est ce qu’il voulait et ensuite, si tu ne l’avais pas tué, il s’en serait pris à Ellana. ‘‘

‘‘ Je ne l’aurais pas laissé partir vivant. Aucunement. Même s’il m’avait coupé les jambes, je l’aurais massacré. Je voulais venger la mort de Jillian et empêcher ce chien de faire du mal à quelqu’un d’autre. Il en a assez fait comme ça. ‘‘ Il reprit son souffle encore une fois et Noah l’aida à boire une gorgée de thé à base d’herbe. ‘‘ Dégoutant... ‘‘

‘‘ Mais nécessaire. ‘‘ Lâcha Noah en souriant.

‘‘ Je l’ai sous-estimé, Ayden. Il me testait avant de me montrer de quoi il était capable. J’étais épuisé et je n’arrivais plus à réfléchir clairement. Encore moins me battre. Nolan m’a détroussé... si je n’ai pas eu ma dague, il aurait certainement tué Ellana ou je ne sais quoi... j’avais un ange gardien qui... veillait sur moi. ‘‘

Ses dernières paroles étouffaient une grande et profonde tristesse. Levant la main droite, Kaëran la porta devant ses yeux et ne put étouffer son sanglot. Les larmes lui roulèrent sur les joues alors que son père s’approchait pour le serrer contre lui. Au diable la douleur de son flanc qui le tiraillait.

‘‘ Jillian veille sur vous de là-haut... elle était avec toi ce jour-là et voulait que tu restes aux côtés d’Ellana. ‘‘

‘‘ Elle... me manque tellement, papa... ‘‘ Souffla t-il en hoquettant, grimaçant aussitôt. ‘‘ Je ne sais même pas si un jour je... pourrai... une fois que notre deuil sera fait... ‘‘

‘‘ Chhhht... ‘‘

‘‘ Kaë... la vie vous réservera une surprise un jour ou l’autre et vous la prendrez. Vous aurez une deuxième chance. ‘‘

L’archer fit un sourire en coin à son supérieur et ami qui le lui rendit faiblement en le remerciant muettement. Noah aida ensuite le jeune Lieutenant à se rallonger convenablement et le couvrit d’une couverture, lui et Ellana.

‘‘ Tu dois aussi te reposer mon grand. Ton corps récupéra seulement avec du sommeil et à ce que j’ai su, tu devras rester au lit. Chose qui, apparemment, ne te plais pas tant que ça. ‘‘

‘‘ Qui... ? ‘‘

Dorguan et Eiriel levèrent les yeux. Kaëran esquissa un sourire en coin et ferma les yeux. Son père restait là pour veiller sur eux et la paysanne vint leur embrasser le front avant de quitter pour se rendre à leur demeure. Ayden avait aussi fait ses au revoir et alla rejoindre Emiya pour la mettre au courant du réveil du Lieutenant.

Ainsi, le jeune homme alla rejoindre sa belle dans le monde des rêves, sombrant dans les bras de Morphée pour une nuit réparatrice où il revoyait le sourire de sa fille.

Jillian...

Spoiler:
 

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 21 Juil - 10:50





Le sommeil d’Ellana fut ponctué de souvenirs. Les souvenirs de sa fille, quand elle était née, quand elle riait, mangeait, jouait avec eux. Quand Kaëran la cachait partout dans la maison ou voulait l’emmener au travail. Elle le revoyait, revoyait les sourires, les yeux pétiller. Et cela ne faisait qu’attiser le feu qui la submergeait, rendait encore plus réelle cette disparition prématurée.

Juste avant son réveil, sa fille tourna le dos à ses parents, et s’éloigna d’eux. Ellana voulait lui courir après, la retenir, mais Kaërant lui serrait la main. Leur fille avançait à quatre pattes, comme elle avait l’habitude de faire et tout d’un coup elle devint floue, et disparue. Le cri d’Ellana se perdit dans les échos du réveil, et elle ouvrit les yeux, un peu désorientée. Elle avait une couverture sur elle, et son oreiller bougeait. Étrange. Elle redressa donc la tête et vit qu’en fait elle était toujours sur le torse de son mari, qui l’entourait de son bras gauche.

-Ca va ?

La voix la fit sursauter et elle vit Noah apparaître devant elle.

-Oui je… combien de temps ais-je dormit ?

-Toute la nuit. Nous sommes en plein milieu de la matinée.

Donc cela faisait trois jours que Jillian était morte, et une journée que Kaë s’était réveillé. Le truc, c’était qu’elle ne pouvait pas bouger tant et aussi longtemps que Kaëran dormirait.

-Tu as faim ? Soif ?

-Les deux…

Noah lui fit un petit sourire et s’éloigna pour revenir avec un verre d’eau et un petit pain. Elle but comme elle put, sans en renverser sur son homme, mais pour manger… à chaque fois sa gorge se serrait et rien ne voulait passer.

-Il faut que tu manges Ellana… ça va faire trois jours tout de même…

-Je sais… mais ça ne veux pas passer…

-Il faut peut-être que vous disiez au revoir à votre fille, avant de pouvoir manger. C’est psychologique et tout à fait normal.

Irina était entrée en silence et s’avançait. Elle posa une main sur le front de Kaë, et vérifia ses plaies, sans lui changer les pansements puisqu’Ellana prenait la place.

-Plus de fièvre. Et tout cicatrise bien aussi. Il pourra rentrer demain, mais en fauteuil roulant. Pas d’efforts physiques pour lui.

-Un… fauteuil roulant ?

-Oui ! C’est tout nouveau. Une chaise simple à laquelle on a fixé des roues. Comme aux chariots. Le malade peut faire tourner les roues lui-même ou quelqu’un le pousse. Dans le cas présent, avec sa main, je doute qu’il puisse le faire tout seul.

-D’accord… oui c’est mieux que de devoir rester au lit…

-Et comme ça il pourra aller à l’enterrement.

Ellana déglutit et Irina se chargea des explications.

-Tout est organisé. Madame Eiriel s’en est occupée.

-Et… c’est quand ?

-Demain.

Le lendemain… Ellana baissa les yeux. Non… elle ne voulait pas l’enterrer… Tout serait alors trop réel. Trop définitif. Alors que là elle pouvait encore espérer que ce ne soit qu’un très long cauchemar et qu’elle allait se réveiller dans son lit, à la maison, après une nuit passionnée avec Kaëran. Irina s’éloigna alors, laissant la famille seule.

-Tu tiens le coup ?

Ellana avait les larmes aux yeux. Encore.

-Ca aurait du être moi à la place de Jillian…

-Ellana… tu n’y peux rien… ce n’est pas ta faute…

Kaë aurait dit pareil… mais pourtant…

-Noah… cet homme… c’était après moi qu’il en avait principalement. C’est moi qu’il voulait tuer en premier. Pour faire mal à Kaë. Il y a quelques temps, si je n’avais pas fait mon idiote de première, je n’aurais jamais rencontré cet homme. Rien de tout ça ne serait arrivé et Jillian serait toujours là et Kaë en pleine forme.

-Tu ne pouvais pas prévoir.  Arrête de te torturer.

-Je m’en suis sortie avec des brûlures, sans plus. Kaë ne pourra sans doute plus jamais se servir de sa main gauche et aura des soucis avec sa hanche et… Jillian a payé au prix de sa vie. C’est injuste. Alors je me torture pour rétablir l’équilibre.

-Mais cela ne te ramèneras pas Jillian.

Ellana ne répondit pas. Elle le savait. Jillian ne reviendrait jamais. Jamais plus elle ne verrait son joli regard vairon ou son magnifique sourire. Ses mains qui apprenaient la vie, ses yeux qui pétillaient en découvrant de nouvelles choses… Ellana reposa sa tête sur le torse de Kaëran, ferma les yeux, et laissa les larmes couler en silence. Noah, dépité, retourna s’asseoir.

Quand Kaë s’éveilla, Ellana se leva du lit, le recouvrit convenablement pour qu’il n’ait pas froid. Et pendant qu’elle allait doucher, la guérisseuse vint lui changer les pansements et lui annonça pour l’enterrement. Donc, quand Ellana ressortit, les cheveux encore un peu mouillés, elle croisa son regard triste. Voulant rester forte, elle s’assit sur le bord du lit droit, faisant attention pour sa hanche, et lui prit la main droite, celle valide.

-On… va y arriver, Kaë… on va y arriver…

Sa voix tremblait et ça sonnait plus comme si elle cherchait à se convaincre elle-même. Ellana se chargea de nourrir son homme, doucement. Elle, elle ne parvenait pas à manger. Mais lui, la soupe passait, donc il devait le faire pour récupérer plus vite.

-Tu as mangé Ellana ? Demanda Eiriel qui était arrivée un peu plus tôt avec Dorguan.

Ellana secoua négativement la tête.

-Ca va faire trois jours et demi Ellana ! Tu vas dépérir !

-Ce n’est pas la première fois de ma vie que je ne mange pas pendant quelques jours, Eiriel. Et pour l’heure, je n’y arrive pas. Point. Je mangerais quand je pourrais et pas avant. Maintenant… arrêtez.

Eiriel se renfrogna mais ne dit plus rien. Au soir, quand ils furent seuls, elle dit à Kaë :

-Nous pouvons aller dans la boutique de mon père, en attendant. Il y a assez de place maintenant.

C’était préférable. Elle ne voulait pas abuser de l’hospitalité d’Eiriel et puis… elle en avait marre de dépendre des gens. Elle pouvait se débrouiller d’elle-même. Et avec tout ce que la vie lui aura fait endurer, elle arriverait à surmonter. Quand, aucune idée, mais elle le ferait.

-Je t’aiderais pour ta main… d’accord ? Je suis là… je prends tout en charge, ne t’en fais pas. Toi, tu auras juste à penser à ta guérison. Le reste, je m’en occupe.

Oui, tout prendre sur ses épaules. Pour se faire pardonner d’avoir abandonné sa fille…

Sa fille qu’elle enterrait le lendemain…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mar 23 Juil - 4:18


________________________________________________


Chapitre 6
Rétablissement, partie 2

◆ ◆ ◆



Hmmm... il grelottait et quelque chose lui chatouillait le torse... Hmmm... Putain que ça lui démangeait, là, son flanc droit. Merde... Ça lui démangeait vraiment!
Ses paupières s’ouvrirent lentement dans un étrangement grimace et Kaëran se tortilla légèrement, empirant la tronche qu’il piquait et qui n’était pas très jolie d’avance. Sous son bras, Ellana bougeait et le jeune homme le leva pour la laisser se lever et s’étirer les jambes. Noah s’était absenté pour faire sa toilette et sa femme en profita pour faire de même, le laissant seul dans la pièce principale de la chambre. Ses yeux vairons observaient la pièce un moment alors que ses pensées se tournaient sur les évènements des derniers jours. C’est le grincement de la porte qui tira notre homme hors de ses songes. C’était Irina qui lui souriait, tenant des bandages et sa trousse d’onguents.

‘‘ Bon matin, Monsieur Eira. ‘‘

‘‘ Bon matin. ‘‘

‘‘ Comment vous sentez-vous? ‘‘

‘‘ Un peu mieux, merci. J’ai envie de me gratter là par contre. ‘‘ Dit-il en désignant son flanc d’un mouvement de têt

‘‘ C’est déconseillé, du moins jusqu’à ce que tout soit cicatrisé. ‘‘ Lui répondit-elle en souriant légèrement. ‘‘ Je vais vous aider à vous asseoir. Il faut nettoyer vos plaies et changer les pansements. ‘‘

Les tissus étaient souillés de sang et Kaëran se risqua à jeter un coup d’oeil à son flanc. Sa peau était rouge et la plaie en tant que telle était beaucoup plus sombre. C’était profond, mais la lame n’avait apparemment pas touché d’organe vital. Il avait eu de la chance dans sa malchance. Pour sa main par contre, c’était une autre histoire. C’était affreux à voir, limite dégoutante. Maintenant, le Lieutenant comprenait pourquoi on lui disait que la mobilité de sa gauche ne serait plus comme elle l’avait jadis été. Enfin... au moins, ce n’était pas sa main d’épée puisqu’il était droitier. C’était au moins ça. Positivé malgré tout.
Irina s’occupa de lui avec soin, mais avant de quitter la pièce, elle posa son regard sombre sur le jeune homme avec une mine inquiète. Kaëran fronça légèrement les sourcils, attendant qu’elle daigne parler.

‘‘ C’est un peu délicat de vous l’annoncer ainsi, mais... demain votre fille sera enterrée. Vous pourrez y assister en prenant place sur cette chaise roulante. Le menuisier du village l’a fabriqué pour nous il y a un moment et nous n’avons pas eu la chance de la faire tester. ‘‘ Elle se tut et baissa légèrement les yeux, mal à l’aise. ‘‘ Je suis vraiment navrée, Monsieur Eira. ‘‘

‘‘ Ça... ça va... je me doutais que ça finirait par me venir aux oreilles. Merci. ‘‘ Murmura t-il, le coeur lourd.

La guérisseuse s’excusa d’un signe de tête et quitta la chambre. De nouveau seul, le jeune Lieutenant regardait sa main gauche momifiée puis la forme de ses jambes qui se dessinait sous la couverture. Sa fille. Six pieds sous terre. Ellana revint alors que Kaëran, dépitée, leva les yeux vers elle.

‘‘ Elle m’a dit pour l’enterrement... ‘‘

Sa chère et tendre vint prendre place à sa droite et chercha sa main. Il entremêla ses doigts au sien et serra son étreinte, cherchant du courage dans ce simple geste

‘‘ On… va y arriver, Kaë… on va y arriver… ‘‘ Souflla t-elle d’une voix tremblante.

Il osait l’espérer du moins. Ce serait long, mais avec de la volonté, ensemble ils y arriveraient. C’était une question de temps en fait.
Un peu plus tard, Noah revint avec un plateau contenant un repas léger pour les jeunes gens. Kaëran se rétablissait et n’aurait donc pas une très grosse faim, alors imaginez Ellana. Le père du Lieutenant se rassit donc dans son fauteuil et observa sa bru et son fils qui se faisait nourrir tout en douceur. Eiriel et Dorguan étaient arrivés entre temps, installés sur des chaises rembourrées d’un épais coussin jaune canari.

‘‘ Tu as mangé Ellana? ‘‘

Bien entendu, Ellana secoua la tête tout en mettant une cuillerée de soupe dans la bouche de son homme qui refermait les lèvres sur l’instrument de métal. Son regard bleuté teinté de vert se posa sur sa femme qui semblait légèrement à bout de nerfs. C’était comprenable, mais Eiriel avait raison; elle devait manger.

‘‘ Ça va faire trois jours et demi Ellana ! Tu vas dépérir ! ‘‘ S’écria-t-elle.

‘‘ Ce n’est pas la première fois de ma vie que je ne mange pas pendant quelques jours, Eiriel. Et pour l’heure, je n’y arrive pas. Point. Je mangerais quand je pourrais et pas avant. Maintenant… arrêtez. ‘‘

Kaëran avait voulu répliquer, mais se ravisa et ouvrit la bouche à la dernière bouchée qu’il s’écoula dans sa gorge, lui faisant un bien fou. En tout cas, son estomac était plus qu’heureux et avait enfin cessé de se tortiller dans tous les sens. Eiriel n’avait plus pipé mot et elle était finalement partie avec Dorguan et Noah, laissant les jeunes mariés seuls.

‘‘ Nous pouvons aller dans la boutique de mon père, en attendant. Il y a assez de place maintenant. ‘‘

‘‘ Oui... et puis nous serons tranquilles le temps que la maison soit reconstruite. ‘‘ Il pinça les lèvres au souvenir que ça évoquait et ne dis rien de plus.

‘‘ Je t’aiderais pour ta main… d’accord? Je suis là… je prends tout en charge, ne t’en fais pas. Toi, tu auras juste à penser à ta guérison. Le reste, je m’en occupe. ‘‘

‘‘ Ellana, je ne suis pas amputé et j’ai toujours mon autre main. Je dois seulement faire attention à mon côté droit. Je n’ai pas besoin de la chaise roulante pour aller là-bas et je ne veux pas que tu te tapes tout seule. ‘‘

Le regard qu’il reçut fut assez pour le faire comprendre qu’il n’y avait pas lieu à la discussion et... ça perturbait Kaëran de voir Ellana dans cet état. Pour détendre l’atmosphère, il lui fit plutôt signe de tête de venir le rejoindre et de se coucher à ses côtés comme la veille. Ellana s’exécuta et se glissa à sa gauche, se laissant entourer par le bras de son époux qui la colla contre lui.

‘‘ Tu sais... Jillian... je l’ai vu quand j’étais inconscient. Elle me souriait comme elle le faisait toujours. Elle voulait que je reste avec toi. Je le sentais... Ça se passera bien demain. D’accord? Si tu veux pleurer, ne retiens pas tes larmes pour paraître forte, Ellana. Il faut qu’elle sorte... tu n’es pas surhumaine, même si je le croyais de ma propre personne. Regarde le résultat... ‘‘ Il lui fit un sourire sur sa terminaison de phrase humoristique. ‘‘ Enfin... Moi aussi je suis là pour toi, ma chérie. T’écouter, te soutenir, te chérir, t’aimer et t’énerver c’est mon boulot. ‘‘

Kaë l’embrassa doucement, caressant ses cheveux tout en repoussant quelques mèches de ses longs cheveux noirs derrière ses oreilles.

‘‘ Dors... je ne tarderai pas à venir te rejoindre. Ce thé me donne sommeil... ‘‘

Ils se regardèrent un moment avant le dernier baiser de la journée puis s’installèrent confortablement pour dormir. Sa nuit fut sans rêve et le lendemain matin, le soleil se montrait timidement à l’horizon. Kaë se réveilla le premier pour une fois et embrassa sa belle sur le front en voyant entrer Irina suivi de son père qui poussait la chaise roulante.

‘‘ Bon matin les jeunes. Kaë, je t’ai apporté de vêtements propres. L’enterrement à lieu dans deux heures alors ça nous donne amplement le temps de faire ta toilette et tester cette petite merveille. ‘‘

‘‘ Mais je peux marcher papa ! ‘‘

Voilà, il avait droit à une double paire de gros yeux... non trois incluant Ellana. Le Lieutenant soupira de résignation en levant les yeux au ciel et son père l’aida à s’asseoir puis à se lever pour ensuite prendre place dans la chaise à roue. Il faisait une moue magistrale tout en se faisant pousser vers la salle de bain où on lui fit couler un bain.

‘‘ C’est comme si je n’étais qu’un homme-tronc... ‘‘

‘‘ Allez ! Cesse de ronchonner, voyons! C’est temporaire au moins... ‘‘

‘‘ Mouais, c’est ça. ‘‘

Noah le regarda avec un sourire amusé et laissa son fils aux bons soins d’Ellana en ce qui concernait le bain. Il n’allait quand même pas le laver! Sa femme connaissait chaque racoin alors c’était elle la plus qualifiée pour ce travail.
Kaëran fut donc dépouillé de ses vêtements et se leva avec prudence avec l’aide de sa femme. Il enjamba la baignoire et s’y assit une fois les bandages enlevés. L’eau contre ses plaies lui donnait d’affreux picotements et le jeune homme se faisait violence pour ne pas se gratter quand on lui mouilla les cheveux, ceux-ci lui bloquant la vue par la même occasion.

‘‘ Mmmm... ‘‘ Grogna t-il.

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mar 23 Juil - 13:52


Forte. Il fallait être forte. Une phrase qu’Ellana se répétait en boucle, alors qu’en elle, c’était l’apocalypse.

-Ellana, je ne suis pas amputé et j’ai toujours mon autre main. Je dois seulement faire attention à mon côté droit. Je n’ai pas besoin de la chaise roulante pour aller là-bas et je ne veux pas que tu te tapes tout seule.

Elle le regarda, pour lui montrer qu’elle ne discutait pas. Elle devait se racheter et… il avait faillit mourir, il devait juste se reposer et guérir. Elle se chargerait des repas, ménage, courses, soins. Elle ferait tout. Elle avait l’habitude du temps de son père donc ça ne lui posait pas de soucis.
Ellana contourna le lit lorsqu’il lui fit un signe de tête et s’allongea à son côté gauche, entourée de son bras. Elle était bien là, contre lui, le sentir vivant, avec elle.

-Tu sais... Jillian... je l’ai vu quand j’étais inconscient. Elle me souriait comme elle le faisait toujours. Elle voulait que je reste avec toi. Je le sentais... Ça se passera bien demain. D’accord? Si tu veux pleurer, ne retiens pas tes larmes pour paraître forte, Ellana. Il faut qu’elle sorte... tu n’es pas surhumaine, même si je le croyais de ma propre personne. Regarde le résultat... Enfin... Moi aussi je suis là pour toi, ma chérie. T’écouter, te soutenir, te chérir, t’aimer et t’énerver c’est mon boulot.

Il avait vu Jillian ?! Donc elle… allait bien là-bas ? Demain… l’enterrement… rendre tout ça réel… elle ne savait pas si elle y arriverait, mais le devait. Ellana s’en voulait, se jetait la faute dessus. Tout le monde lui disait que ce n’était pas elle mais… elle le sentait ainsi.
Elle profita de son tendre baiser, sa main dans ses cheveux apaisant la jeune femme.

-Dors... je ne tarderai pas à venir te rejoindre. Ce thé me donne sommeil...

Elle l’observa, admirant pour la énième fois ses yeux. Imaginer que jamais plus elle n’aurait pu faire ça… qu’il avait manqué la laisser… leurs baisers allaient être encore plus savoureux. Et après celui de bonne nuit, elle se coucha contre son torse, laissant les battements de son cœur l’emporter loin…
Jusqu’au petit matin ou Noah arriva avec Irina et la chaise roulante. Bien sûr, Kaë protestait, mais tous le regardèrent farouchement et il se résigna, allant s’asseoir avec l’aide de son père.

Ellana comprenait qu’il fasse la moue. Ainsi assis, il paraissait faible et vulnérable alors que Kaëran avait toujours mis un point d’honneur à être fort pour les siens. Entrés dans la salle d’eau, elle fit couler le liquide dans la baignoire alors que Noah les laissaient seuls. Elle lui retira ses habits, doucement pour ne pas lui faire mal, puis lui servit d’appuis pour qu’il se lève et entre dans le bain. Oui il pouvait marcher mais il valait mieux qu’il économise ses forces et marche peu à peu, s’exerçant chaque jour. Tout comme sa main. Elle lui mouilla les cheveux, doucement, lui bouchant la vue et elle apprécia le petit commentaire :

- Mmmm...

Cela lui plaisait… donc elle poursuivit et étala du savon sur ses mains pour laver ses cheveux, massant en même temps. Elle descendit dans son cou et ses épaules, poursuivant le massage, le détendant au maximum alors qu’ils enterraient leur fille dans près d’une heure trente. Elle contourna le bain pour laver son torse, évitant le flanc blessé, ses bras, sauf la main gauche, et descendit encore. Elle n’était pas gênée et le lavait vraiment partout. Même les parties intimes. Ensuite, elle le rinça, délicatement, concentrée et évitant de penser à l’enterrement. Sinon elle allait pleurer tout de suite.

-Tout propre… Murmura-t-elle en prenant une serviette pour lui sécher les cheveux.

Laissant la serviette sur ses épaules, elle l’aida à sortir, et il dut se tenir en équilibre pour qu’elle le sèche partout, pour ensuite lui remettre pommade et bandage soigneusement et le faire rasseoir dans le fauteuil. Elle vida le bain et s’habilla aussi, les mains tremblantes.

Prêts, ils retournèrent dans la chambre ou un plateau les attendaient. Ellana but, et tenta d’avaler quelque chose mais ça ne passait pas. Elle força Kaë pour au moins un potage, pour sa cicatrisation et là… il fut temps d’aller à l’église. La famille les attendait à l’extérieur et ils se mirent en route alors que les cloches sonnaient. Le cœur lourd à chaque pas, le groupe entra dans l’église et s’installa tout devant. Le cercueil était là, face à l’autel, couvert de fleurs. Ellana, assise à droite de Kaë, chercha sa main valide et la serra dans la sienne, la respiration soudainement accélérée. Les gens entraient, et venaient leur présenter leurs condoléances et de souhaiter un bon rétablissement à Kaë avant de prendre leur place. Ellana était là, et en même temps ailleurs. Elle remerciait les gens poliment, mais son regard revenait sans cesse sur le petit cercueil qui renfermait leur fille. Et… quand le prêtre, ce même prêtre qui les avaient mariés, commença à parler, décrivant la vie innocente de cette petite fille de six mois, Ellana ne tint plus. Une main devant la bouche, elle laissa les larmes lui brouiller la vue et couler sur ses joues. Elle n’avait pas voulut pleurer ainsi, devant tout le monde, mais c’était trop dur. Tout devenait réel, brutalement. Sa fille était partie… pour de bon…

Elle serrait si fort la main de Kaë qu’elle le privait de circulation sanguine. Et là encore, si elle lâchait prise, elle était fichue. Au bout d’une heure, la cérémonie s’acheva et les gens se levèrent pour sortir et se diriger vers le cimetière. Ellana et Kaë restèrent, en privé, et elle poussa le fauteuil juste devant le cercueil ou elle posa une main à plat.

-Jillian… désolée… pardonne-moi…

Ellana était en pleurs et ne parvenait pas à se calmer. A ses côtés, Kaëran aussi faisait ses adieux, et quand le prêtre le leur dit, ils firent demi-tour pour sortir également, laissant les spécialistes amener le cercueil au cimetière. Ils avaient décidés de la mettre auprès de Naël, loin du père d’Ellana. La tombe avait été rouverte, et la place était faite pour ce petit cercueil. Un silence de mort régnait sur l’endroit tandis que leur fille descendait sous terre. Un homme approcha avec des roses et Ellana en pris une, s’avança, et la jeta dans la tombe, priant pour elle encore une fois. Elle aida Kaë avec le fauteuil, pour qu’il puisse aussi jeter sa rose, puis quand il lui fit signe elle alla sur le côté pour laisser Noah, Eiriel, Dorguan, Emiya, Ayden et les autres faire de même.

Voilà… ceux qui n’étaient pas de la famille, ou collègues proches de Kaëran s’en allèrent. Ellana elle, restait là à regarder les hommes refermer le trou, sur leur fille. Et elle pleurait toujours. Ce fût Eiriel qui les entraîna pour sortir du cimetière.

-Vous pouvez venir chez nous le temps que ça aille mieux…

-Merci… mais… nous irons dans la boutique de mon père… c’est assez grand et… je ne veux plus embêter les gens.

-Mais vous ne nous embêtez pas !

-Sans doute mais… non merci…

Eiriel n’insista pas et Ellana poussa Kaë jusqu’à la boutique. Irina avait dit qu’il pouvait rentrer et avait donné les consignes à la couturière. Exercices avec la main, marcher un peu chaque jour, changement de bandage et surtout, repos.

En entrant, elle referma à clé derrière et l’entraîna jusqu’à la cuisine.

-Je vais nous faire du thé…

Ca au moins, ça passait, même si elle commençait à ressentir les effets du jeun pendant quatre jours. Ses mains tremblaient tant qu’elle renversa de l’eau. Mais quand elle y parvint, elle s’assit à table et but une gorgée.

-C’est… c’est devenu réel… elle… est partie…Kaëran…

Elle devait tenir ! Être forte ! Maintenant qu’elle avait cessé de pleurer ! Elle devait veiller sur lui. C’était le plus important. La vie avait voulut lui arracher toute sa famille d’un coup et elle était heureuse qu’il soit toujours là. Elle allait le chouchouter. L’aider à guérir. Sans se préoccuper d’elle-même.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 28 Juil - 18:07

________________________________________________


Chapitre 6
Rétablissement, partie 3

◆ ◆ ◆




C’est fou comment ce bain lui faisait du bien. Son corps était tellement endolori et courbaturé à cause des récents évènements et dû aussi au fait qu’il ne bougeait pas dans son lit. Ses paupières s’étaient fermées dès qu’Ellana avait commencé à lui masser le cuir chevelu. Sa tête se penchait légèrement vers l’avant alors que sa femme poursuivait dans son cou et ses épaules, détendant ses muscles. Elle prenait soin de le laver soigneusement tout en évitant les plaies qui n’avaient cesse de le démanger, mais comme Irina le lui avait déconseillé, Kaëran gardait sagement ses mains loin de son flanc. Une fois bien savonné et sa crinière en pétard nettoyée, l’heure fut au rinçage et le jeune homme ferma les yeux le temps que l’eau cesse de couler sur son visage.

‘‘ Tout propre… ‘‘

Son murmure lui semblait évasif et avec raison. Lui aussi pensait à l’enterrement et ne parvenait pas à dire quoi que ce soit pour remonter le moral d’Ellana. Il se laissa alors sécher les cheveux puis avec une extrême lenteur, le Lieutenant dut s’agripper au bord de la baignoire pour pouvoir se hisser sur ses jambes avec l’aide de sa femme. Elle prit la serviette de ses épaules et termina de l’essuyer pendant qu’il se tenait en équilibre. Pas que c’était difficile, mais après plusieurs jours allongé avec si peu de force, oui ça l’était ! Ils se vêtirent puis retournèrent dans la pièce principale pour se remplir l’estomac bien que cette fois, la faim n’était pas réellement au rendez-vous. Kaëran fut obligé d’avaler au moins sa soupe pour aider son corps dans son processus de guérison et vint le temps de partir.

Son coeur était devenu lourd en voyant l’église, davantage en voyant le petit cercueil devant l’autel. Oui, leurs proches étaient là pour les soutenir, mais ça n’empêchait pas le vide que les parents éprouvaient face à l’absence de leur petite fille, de leur Jillian. Ellana serrait sa main droite avec force et pendant la réception, des larmes perlaient sur ses joues de porcelaine alors que lui n’y arrivait tout simplement pas. Il savait que sa fille était heureuse là où elle était, bien qu’elle lui manquerait le restant de ses jours.

Chaque année, ils se diraient qu’elle aurait une année de plus à son anniversaire, qu’elle aurait pu ressembler à sa mère, aurait pu faire ci ou ça une fois adulte. Ça le chagrinait au plus haut point.

L’étreinte autour de la main de sa femme se resserra légèrement et les yeux pâles du Lieutenant se posèrent sur Ellana qui pleurait toutes les larmes de son corps. Elle était déprimée, à la dérive, mais il ne la laisserait pas tomber. Ce devait être pour ça que la mort n’était pas venue le chercher malgré sa lutte pour se sortir du monde de l’inconscience. Kaëran n’écoutait donc pas le discours du prêtre, perdu dans ses pensées et bientôt, les lieux se vidèrent. La chaise sur laquelle il se trouvait s’avança sur le cercueil de sa défunte fille. Sa femme lui demandait pardon, toujours en proie aux pleurs alors que lui fermait les yeux, la mine dépitée. S’en suivit de l’enterrement où ce fut pire. Cette fois Kaêran laissait ses larmes coulées en silence alors que son père serait ses épaules pour lui apporter tout son soutien. On jeta ensuite des roses avant d’enterrer le corps avec celui de Naël sous terre. Ils restèrent même là un long moment après qu’on eut fermé le trou, comme des âmes en peine. Eiriel dut entourer les épaules d’Ellana, Noah poussant la chaise de son fils et Dorguan les suivant, muet comme une tombe.

‘‘ Vous pouvez venir chez nous le temps que ça aille mieux… ‘‘

‘‘ Merci… mais… nous irons dans la boutique de mon père… c’est assez grand et… je ne veux plus embêter les gens. ‘‘

‘‘ Mais vous ne nous embêtez pas! ‘‘ Rétorqua t-elle aussitôt

‘‘ Sans doute mais… non merci… ‘‘

Kaëran regardait la scène en silence, laissant son père partir avec la paysanne et le forgeron. Quant au jeune couple, la direction prise fut en sens inverse; vers le marché où se trouvait la boutique de couture que son père dirigeait avant sa condamnation. Aucune parole ne fut échangée en cour de route et bientôt leur demeure temporaire fut envie. Ellana le fit entrer, verrouilla puis ils se retrouvèrent dans la cuisine.

‘‘ Je vais nous faire du thé… ‘‘

Le Lieutenant l’observait depuis sa chaise et voyait nettement ses tremblements. L’eau coulait en dehors des tasses... Quand elle vint s’asseoir à ses côtés, son époux chercha sa main.

‘‘ C’est… c’est devenu réel… elle… est partie… Kaëran… ‘‘

‘‘ Ellana... il faut que tu manges et que tu dormes sinon tu ne te relèveras pas. Tu dois reprendre des forces. Si je dois te nourrir à la petite cuillère, je vais le faire, mais mange au moins une soupe. Tu ne tiendras plus sur tes jambes si tu continues ainsi. ‘‘

Mais elle ne semblait pas vouloir faire quoi que ce soit. Dans ce cas... Kaëran pris appuie sur les bras de sa chaise pour se lever en grimaçant légèrement et allait mettre de l’eau dans la bouilloire quand sa femme se leva pour l’en empêcher. Fronçant les sourcils, il la regarda dans les yeux.

‘‘ Je vais te nourrir comme une enfant, Ellana. Faim ou pas, je vais le faire. Alors, mange. Eiriel flanchait, mais ce ne sera pas mon cas. ‘‘

Eh non, il était loin de rigoler. Un jour ou deux ça passait à cause de la mort de leur fille et aussi à cause du fait qu’il était dans un état d’inconscience, mais là, leur fille était enterrée et lui conscient. Lui aussi avait le coeur lourd et se forçait à avaler quelque chose pour guérir.

‘‘ Toi aussi tu dois guérir. Alors, remplis-moi cet estomac au plus vite. Elle ne voudrait pas que tu te laisses dépérir comme ça Ellana. ‘‘

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 28 Juil - 18:52


-Ellana... il faut que tu manges et que tu dormes sinon tu ne te relèveras pas. Tu dois reprendre des forces. Si je dois te nourrir à la petite cuillère, je vais le faire, mais mange au moins une soupe. Tu ne tiendras plus sur tes jambes si tu continues ainsi.

Manger ? Mais son estomac était comme du béton… elle savait qu’elle devait le faire mais… elle n’en avait pas envie… c’était… étrange. Seulement elle le vit prendre appui pour se lever en grimaçant et elle le stoppa alors qu’il voulait faire bouillir de l’eau. Il la regarda, les sourcils froncés, et elle se sentit comme une enfant prise sur le fait.

-Je vais te nourrir comme une enfant, Ellana. Faim ou pas, je vais le faire. Alors, mange. Eiriel flanchait, mais ce ne sera pas mon cas.

Elle baissa la tête, le cœur palpitant trop vite. Elle le fit rasseoir pour ensuite chercher de quoi faire une soupe, l’écoutant la réprimander pour la brusquer et justement qu’elle se relève :

-Toi aussi tu dois guérir. Alors, remplis-moi cet estomac au plus vite. Elle ne voudrait pas que tu te laisses dépérir comme ça Ellana.

Ses mains s’agrippèrent au bord du comptoir et elle ferma les yeux, tournant le dos à son mari. Il avait raison et elle le savait au fond d’elle. Elle le savait, mais n’arrivait pas à taire cette voix qui la tirait vers le bas, la dépression, la dérive… Inspirant profondément, elle fit de la soupe, grimaçant à l’odeur. Avant que ce ne soit prêt, elle mit deux bols sur la table, des verres et des cuillères, et une planche pour la casserole. Ensuite, elle posa la soupe dessus et servit, en versant jusqu’à la moitié. Elle s’assit, et regarda sa soupe. Elle devait manger…

Elle prit donc une cuillerée et la porta à sa bouche. Rien que ça eu du mal à passer. Mais elle le devait, elle ne voulait pas être un poids pour Kaë qui devait guérir de ses blessures. Or, le ton qu’il avait employé auparavant lui démontrait qu’elle était un poids. Elle mangea donc doucement pour que ça passe sans qu’elle ne recrache tout. Mais elle ne fut pas capable de prendre un second bol.

-Désolée, Kaë. J’ai l’impression de flotter… d’être hors du temps, que tout ça n’est qu’un long cauchemar… je n’arrive pas à me faire à l’idée que… qu’elle est morte… je ne serais pas un poids, ne t’en fais pas… je dormirais et mangerais, je ferais ce que tu me dis de faire…

Elle but son verre de vin, et le trouva fort plaisant pour réchauffer son âme gelée depuis la disparition de sa fille. Elle se resservit pour boire à nouveau cul sec. Mmhh… non, elle devait cesser. L’alcool n’aiderait pas. Elle se leva donc et rangea la bouteille, débarrassa, mis le reste de soupe dans un lieu frais pour le lendemain, puis poussa Kaë vers la chambre. Là, elle l’aida à s’asseoir sur le bord du lit, et lui enleva le haut pour accéder à ses plaies. Elle défît les bandages, constata que c’était nettement plus joli que la première fois ou elle l’avait vu, et remit de l’onguent et des bandes propres. Ensuite, ce fut la main, sauf qu’elle rajouta les exercices. Irina lui avait donné une balle en mousse, et il devait la serrer dans sa main. Ou même prendre la main d’Ellana et la serrer dans la sienne. Elle lui tendit donc la balle, et l’incita à s’exercer. C’était difficile… il parvenait à peine à plier de quelques millimètres.

-Ca va revenir… je n’ai pas peur.

Elle retint un bâillement et l’aida à s’allonger, faisant bien attention à ses plaies. Elle voulut se redresser, mais avec sa main valide, il l’attira à lui, lui faisant comprendre par le regard qu’elle devait se coucher et dormir. Il se poussa doucement vers la droite, lui laissant la place à gauche, pour qu’il puisse l’entourer de son bras invalide. Mais comme ça elle ne toucherait pas son flanc blessé, comme chez la guérisseuse. Elle se coucha donc, se rapprochant de lui et posant sa tête contre son cou.

-Je vais dormir et je vais arrêter de me montrer si nulle et faible… je vais dormir et avancer. C’est ce qu’elle aurait voulut. C’est… ce que tu veux aussi et… je vais le faire…

Elle avait besoin de parler, même pour ne rien dire. Mais elle avait tellement l’impression de déranger Kaë… de l’embêter… alors que ce devait être faux mais bon…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 3 Aoû - 0:33


________________________________________________


Chapitre 6
Rétablissement, partie 4

◆ ◆ ◆



Ce que ça pouvait être pénible d’être assis sans pouvoir rien faire ! Sa femme se tapait tout alors que son moral devait être limite à son plus bas. La mort de Jillian l’ébranlait à un tel point que Kaëran craignait qu’elle ne s’en remette jamais. Il verrait avec le temps si cela s’améliorait parce qu’on disait qu’il arrangeait toujours les choses. Enfin..., le Lieutenant osait l’espérer, mais quelque chose lui disait que ce ne serait pas le cas. Son regard vairon se posa sur elle lorsqu’Ellana s’assit à table, se forçant à manger sa soupe. Une grimace de dégoût à peine visible de dessinait sur son visage à chaque bouchées qu’elle prenait, mais c’était pour son bain. Son corps avait besoin de reprendre de l’énergie . La jeune femme termina alors son bol et s’arrêta là. Sa cueillir fut déposé sur la table et le silence qui régnait sur les mariés se brisa enfin.

‘‘ Désolée, Kaë. J’ai l’impression de flotter… d’être hors du temps, que tout ça n’est qu’un long cauchemar… je n’arrive pas à me faire à l’idée que… qu’elle est morte… je ne serais pas un poids, ne t’en fait pas… je dormirais et mangerais, je ferais ce que tu me dis de faire… ‘‘

‘‘ Je ne te demande pas ça, Ellana... voyons... ‘‘

La voir dans un état aussi morne et dépressif le rendait triste. Kaëran ne savait même plus comment faire pour lui rendre le sourire alors qu’auparavant s’était si facile. Ellana coulait sans cesse et bientôt, s’il n’agissait pas, elle allait sombrer pour ne plus remonter. Or, il fallait qu’elle se batte pour sa famille, pour leur couple, pour leur avenir et il était là pour l’aider si seulement elle prenait sa main.
La coupe de vin de sa femme vide pour la seconde fois, celle-ci se leva pour débarrasser la table dans un mutisme complet. C’est ensuite seulement qu’elle poussa la chaise vers leur chambre. Le jeune homme pris appuie contre le bord du lit de sa main droite, se souleva de la jambe gauche avec l’aide d’Ellana. Débarrassé de sa chemise, on lui enleva les bandages pour nettoyer les plaies de son flanc blessé puis ce fut le tour de sa main. Les exercices ne furent pas très fructueux et Kaëran soupira de découragement en voyant que ses doigts pliaient à peine. La douleur par contre était omniprésente.

‘‘ Ca va revenir… je n’ai pas peur. ‘‘

‘‘ Je l’espère... ‘‘

Kaëran s’allongea avec sa femme en support au centre du lit. Celle-ci bâillait et avait besoin d’une bonne nuit de repos. Voulant certainement prendre place dans le fauteuil pour le veiller, Ellana fut freinée dans ses intentions par son Lieutenant qui lui attrapa le bras pour l’attirer vers lui. Ah non ! Pas question qu’elle reste une nuit de plus debout ! Et puis, il voulait la sentir contre lui de nouveau. Sentir sa chaleur et son doux parfum. Se décalant vers la droite, Ellana puis s’allonger et l’homme l’entoura du bras gauche pour la serrer contre son corps. Le souffle de sa femme contre son cou l’incita à fermer les yeux.

‘‘ Je vais dormir et je vais arrêter de me montrer si nulle et faible… je vais dormir et avancer. C’est ce qu’elle aurait voulu. C’est… ce que tu veux aussi et… je vais le faire… ‘‘


‘‘ Tu n’es ni nulle, ni faible Ellana. C’est normal de se sentir impuissant face à tout ça... Moi aussi j’ai de la peine, ne crois pas le contraire. Je suis là pour t’aider... on y arrivera ensemble. Dors maintenant. Tu en as autant besoin que moi, ma chérie. ‘‘

Le Lieutenant tourna la tête pour avoir accès à son front, y déposa un tendre baiser puis inspira profondément. Au bout de quelques minutes, le sommeil vint le cueillir et il quitta le monde des vivants pour celui du rêve.

Au petit matin, la pluie claquait contre les fenêtres de la boutique et le vent sifflait. La pièce était plongée dans une semi-obscurité quand Kaëran se réveilla, suivit d’Ellana. Sur un simple baiser, ils se levèrent et encore une fois, le soldat au repos dut dépendre de sa femme pour se rendre à la salle de bain au risque d’aggraver ses blessures. C’était vraiment saoulant de se trimbaler sur cette chaise qui roule ! Déjà qu’en plus Ellana devait le trainer là où il devait aller...
Ils se lavèrent donc à tour de rôle avant de filer vers la cuisine où les suivait ce silence pesant. Kaëran observait sa femme qui ne souriait plus, ne riait plus. Sa femme qui n’avait plus d’étincelles dans le regard. Qui ne pétillait plus de vie et de curiosité comme avant. Avant la mort de Jillian... Son regard pâle se détourna sur ses mains croisées, dont une enrôlée de bandage et qui tenait cette fichue balle de mousse. Pourquoi ne pouvait-il pas retourner dans le passé pour tout effacer ? Faire revenir leur fille... leur famille comme elle était avant. C’était tout ce qu’il souhaitait au moment actuel, mais il ne détenait pas ce pouvoir.
Le jeune couple mangea donc un petit déjeuner bien léger et Kaëran surveillait Ellana pour qu’elle avale au moins assez pour que son corps récupère et qu’elle ne dépérisse pas. S’il fallait, il l’assoirait sur ses genoux et lui ferait avaler tout ça en purée. Au moins, elle mangerait !

Quoi qu’il en soit, les jours qui s’en suivirent furent sensiblement les mêmes. Ils ne parlaient que très peu, voire pas du tout. Pendant que Kaëran était au salon à lire ou à faire une sieste sur le canapé pour récupérer, Ellana se réfugiait dans son ancienne chambre qu’on avait aménagée pour être celle d’un enfant. Ils ne sortaient même plus prendre l’air à l’extérieur. Même quand il faisait beau.
Une semaine ainsi... et c’était un pur calvaire. En fin d’après-midi, Kaëran péta un plomb après avoir fixé le plafond une heure durant, perdu dans ses pensées et à chercher une solution. Le jeune homme se leva du canapé en douceur, réprima une grimace de douleur et se dirigea vers la chambre d’enfant inutilisée jusqu’à maintenant. Sa femme était assise dans un coin, son visage d’ange camouflé par sa longue crinière sombre. Il s’avança alors, ignora la surprise et les dires de celle-ci et prit sa main de la droite pour l’entraîner avec lui en dehors de la boutique. Oui, il marchait et puis ? La douleur était refoulée bien loin pour le moment et il se fichait de devoir ensuite rester au lit deux mois s’il le fallait, mais c’était le moment pour Ellana de dire au revoir à Jillian et d’enfin la laisser partir de ce monde. Le Lieutenant la conduisit alors devant la tombe de Naël et de leur fille, la poussant doucement devant lui.

‘‘ Tu dois lui dire adieu, Ellana... ‘‘

Son regard pâle l’observa alors qu’elle s’avançait pour s’agenouiller devant la pierre où était gravé le nom de Jillian. Ses doigts fins et pâles traçaient le contour de chacune des lettres avec lenteur. Kaëran savait que ça devait la faire souffrir, lui-même en avait extrêmement mal, mais il fallait aller de l’avant et vivre pour elle. Ne pas se laisser abattre et se morfondre! Les épaules d’Ellana sautaient de temps à autre, signent qu’elle sanglotait. Le Lieutenant s’approcha donc et s’agenouilla derrière elle, l’assit sur ses cuisses et entoura ses épaules de ses bras en lui embrassant la nuque.

‘‘ Il le faut, Ellana. Notre fille doit reposer en paix. Continuer pour elle... Tu es et seras toujours une battante, une mère merveilleuse. Il faut garder les bons souvenirs que nous avons d’elle et s’en servir pour rester fort, vivre pour elle, sourire pour elle. Jillian n’est pas morte parce qu’elle vivra toujours dans mon coeur et le tien... ‘‘ Murmura t-il en posant un main au dessus de l’emplacement du coeur de sa femme. ‘‘ Si elle avait pu parler, je suis certain qu’elle t’aurait dit de retrousser tes manches et de sourire, de profiter de la vie comme elle vient. On doit le faire. Tu dois remonter à la surface comme je l’ai fait pour toi. Je t’aime Ellana. Je veux revoir ton sourire, tes yeux briller. Je veux t’entendre rire de nouveau parce que j’ai dit ou fait quelque chose d’absurde. Je veux sortir et marcher avec toi au marché en te serrant la main pour faire des jaloux. Je veux revoir cette joie de vivre qui t’habitait autrefois et qui m’a fait fondre le premier jour où je t’ai vu à quatre pattes dans le jardin arrière à caresser le gazon puis le sentir. ‘‘

Il prit son menton pour lui faire tourner la tête et plongea son regard dans le sien en lui souriant. Ses lèvres se posèrent sur les siennes doucement et il l’embrassa.

‘‘ Tu n’as jamais été un poids, un boulet et encore moins encombrante. Tu es la femme la plus travaillante que je connaisse, ma chérie. Ton homme a toujours été fier de toi... toujours... ‘‘

Son front contre le sien, Kaë ferma tout simplement les yeux. Il sentait le souffle de sa femme contre sa peau puis son étreinte autour de lui. Ses bras d’hommes se refermèrent alors autour d’Ellana qui cachait son visage dans son cou.

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 3 Aoû - 14:31


-Tu n’es ni nulle, ni faible Ellana. C’est normal de se sentir impuissant face à tout ça... Moi aussi j’ai de la peine, ne crois pas le contraire. Je suis là pour t’aider... on y arrivera ensemble. Dors maintenant. Tu en as autant besoin que moi, ma chérie.

Elle le savait, qu’il avait de la peine. Et c’était ce qui la culpabilisait encore plus. Il se montrait si fort ! Il était gravement blessé, avait faillit mourir, et il était là, à surmonter, tandis qu’elle… se laissait abattre.  Seulement elle ne dit rien, profitant du baiser sur son front avant de fermer les yeux, de chasser sa peine et ses  sombres pensées pour dormir.

Le lendemain, ce fut les tambourinements de la pluie sur les fenêtres qui tira Ellana du sommeil. Elle ouvrit les yeux, gigotant alors que Kaë s’éveillait aussi. Elle voyait à peine son visage avec cette obscurité, mais leurs lèvres se trouvèrent d’elles-mêmes pour leur baiser matinal. Ellana se leva, aida son homme à s’asseoir dans la chaise roulante, et l’emmena à la salle de bain pour la toilette et l’habillage. Elle était sûre qu’il détestait déjà cette chaise, mais cela lui permettait de ne pas rester cloîtré au lit alors il devait s’estimer heureux non ?

Suite à cela, ils allèrent à la cuisine pour manger, accompagnés de ce silence pesant qui les environnaient. Ellana prépara le repas doucement. Elle qui fredonnait en même temps, elle ne faisait rien, ne souriait pas, ne riait pas. Comme une machine, elle préparait, c’était tout. Ils mangèrent, toujours en silence. Elle voulait le briser, dire quelque chose ! Mais elle ne trouvait pas quoi et sa gorge était nouée…  parce que quand elle regardait son homme, elle voyait sa fille dans ses bras, alors qu’il lui donnait son biberon…
Ellana mangea sa part aussi, et cela passa mieux que la soupe de la veille. Ce qui était tant mieux. Ensuite, la journée fut longue selon elle. Elle changeait les bandages de son époux, et l’aidait à s’exercer avec la main. Elle voyait aussi que cela le décourageait, mais elle le rassurait. Pour elle, il était certain que ça s’arrangerait.

Les jours s’écoulèrent ainsi et, si au départ Ellana avait cru qu’elle serait forte et avancerai, ce n’était pas le cas. A n’importe quelle heure, une voix lui disait ce qu’elle aurait fait avec Jillian. Le bain, le coucher, le biberon, la promenade… les jeux… et cela la renfonçait alors qu’elle donnait tout ce qu’elle pouvait pour remonter.

Et pour ne pas le faire endurer à Kaëran, elle avait décidé de s’enfermer dans son ancienne chambre, prête à accueillir un enfant. Elle s’asseyait dans un coin, jambes contre la poitrine, et revoyait encore et encore sa fille chérie. Ils ne sortaient plus pour se promener ou faire des courses. Elle était divisée en deux. Une partie qui s’en voulait d’être ainsi alors que Kaë avait des plaies plus importantes, et une autre partie qui la tirait vers le bas et lui imposait toutes ses pensées néfastes.

C’est en fin de semaine que Kaë en eut marre. Ellana était assise comme toujours, le visage caché par ses cheveux, quand elle entendit la porte de la chambre s’ouvrir sur Kaë. Elle fronça les sourcils, et il lui prenait la main en ignorant ses remarques sur le fait qu’il ne devait pas encore marcher ! Il allait avoir affreusement mal et risquait d’empirer le tout ! Oui… à cause d’elle. Il se forçait, à cause d’elle. Parce qu’elle se morfondait au lieu de lutter. La jetait-il à la rue ? Non… non ! Elle ne devait pas penser ça ! En fait, il la conduisit jusqu’au… cimetière. Il se stoppa devant les tombes, et la poussa vers l’avant en disant :

-Tu dois lui dire adieu, Ellana...

Se mordant la lèvre, elle s’agenouilla lentement devant les tombes, levant un bras pour venir caresser les gravures du prénom de Jillian. Sa fille, enterrée juste là, sous ses pieds. Sa fille qui, un mois avant, riait et profitait de la vie à pleine dents. Les larmes se remirent à couler et bientôt elle sanglotait, restant le plus silencieux possible. Lui dire adieux… mais… si elle le faisait… c’était comme si elle disparaissait pour de bon non ? Comme si on l’oubliait ? Or elle était sa mère… ce n’était pas aux parents de survivre aux enfants !

Elle sentit Kaë s’asseoir derrière elle avant qu’il ne la fasse basculer pour qu’elle soit assise sur ses jambes. Mais il devait avoir mal…  seulement, ses bras autour de ses épaules et son baiser sur sa nuque, elle en avait besoin… elle avait besoin de lui. Sinon autant en finir tout de suite et rejoindre sa fille. Il était là, resterait là… il était revenu pour elle…

-Il le faut, Ellana. Notre fille doit reposer en paix. Continuer pour elle... Tu es et seras toujours une battante, une mère merveilleuse. Il faut garder les bons souvenirs que nous avons d’elle et s’en servir pour rester fort, vivre pour elle, sourire pour elle. Jillian n’est pas morte parce qu’elle vivra toujours dans mon coeur et le tien...

Elle baissa les yeux sur sa main qui s’était posée sur le haut de sa poitrine, sur son cœur. Cette main forte et chaude. Cette main apaisante…

-Si elle avait pu parler, je suis certain qu’elle t’aurait dit de retrousser tes manches et de sourire, de profiter de la vie comme elle vient. On doit le faire. Tu dois remonter à la surface comme je l’ai fait pour toi. Je t’aime Ellana. Je veux revoir ton sourire, tes yeux briller. Je veux t’entendre rire de nouveau parce que j’ai dit ou fait quelque chose d’absurde. Je veux sortir et marcher avec toi au marché en te serrant la main pour faire des jaloux. Je veux revoir cette joie de vivre qui t’habitait autrefois et qui m’a fait fondre le premier jour où je t’ai vu à quatre pattes dans le jardin arrière à caresser le gazon puis le sentir.

Remonter à la surface. Il l’avait fait pour elle. Et elle n’était même pas fichue de faire de même pour lui. Quelle nulle…
Elle se laissa faire quand il prit son menton pour qu’elle le regarde. Elle était hypnotisée par son regard à chaque fois qu’elle plongeait dedans…
Il l’embrassa tendrement et termina :

-Tu n’as jamais été un poids, un boulet et encore moins encombrante. Tu es la femme la plus travaillante que je connaisse, ma chérie. Ton homme a toujours été fier de toi... toujours...

Ellana garda la proximité avec son homme, fermant elle aussi les yeux et le serrant contre elle. Il fit de même et là, elle se sentit hors de danger. En sécurité. Il avait parfaitement deviné qu’elle se sentait comme un poids…
Le visage dans le cou de son homme, Ellana refoulait les dernières larmes, et parlait intérieurement à sa fille, lui promettant de ne jamais l’oublier et de vivre pour elle. De prendre soin de papa, et de le faire sourire.

Elle lui lâchait la main, la laissant retrouver Naël. Pour de bon. Malheureusement, les dernières larmes s’écoulèrent dans le cou de Kaëran, et elle resserra son étreinte, comme si elle allait couler si elle lâchait. Sur ses paupières closes, elle voyait Jillian avancer vers une porte qui donnait sur un endroit lumineux. Sa fille la traversa, fut engloutie, et la porte disparue.

-Elle est partie… c’est… ça y est… je l’aie laissée… s’en aller…

Respirant profondément, elle se détacha, essuya les larmes, et aida Kaë à se relever. Sa main dans la sienne, ils quittèrent le cimetière en silence. Ce n’est qu’ensuite qu’elle lui dit :

-Merci… mais… tu dois avoir mal, tu ne devais pas te lever… viens, on rentre, je te change les bandages et tu te reposes…

Ils marchaient lentement, pour que Kaë reprenne son souffle, puisse avancer convenablement, et quand ils arrivèrent, elle le fit asseoir sur sa chaise et lui chercha de l’eau. Pendant qu’il buvait, elle alla dans la salle de bain et se rafraîchit le visage, comme pour s’éclaircir les idées. Elle s’essuya le visage et ressortit avec le nécessaire de soin pour son homme. Doucement, elle le fit s’installer mieux, pour qu’elle atteigne les endroits blessés.

-La cicatrisation est belle, Kaë. Ta hanche est bien mieux déjà. Mais évite de marcher… même pour moi.

Lui renfermant la plaie, elle s’attaqua à sa main. Et comme toujours, exercices. Il devait lui serrer la main. La pression était faible, mais elle voyait déjà une progression depuis la semaine d’avant.

-C’est bien ! Franchement Kaë, c’est mieux que la semaine dernière. Ca vient, lentement mais sûrement. Fais moi confiance…

Elle leva les yeux vers lui et lui fit un petit sourire, un peu crispé, mais sincère. Elle devait remonter… lutter, et vivre. Pour Kaë. Pour Jillian. Elle baissa alors la tête, se mordit la lèvre, et demanda :

-Kaë… tu… crois qu’un second miracle nous sera accordé en temps voulut ? Seulement, j’ai l’impression que si oui, c’était comme si on remplaçait Jillian et… enfin qu’on l’effaçait… et… enfin… tu n’as certainement pas compris…

Voilà elle rougissait et garda la tête basse, gênée d’avoir osé demander ça comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 5 Aoû - 2:33

________________________________________________


Chapitre 7
Le petit nouveau

◆ ◆ ◆



Ellana se faisait silencieuse et Kaëran ne faisait que lui caresser le dos doucement. Son flanc commençait à le faire souffrir, mais il renfloua la douleur pour le moment. Ce n’est que là qu’il sentit un liquide chaud lui couler dans le cou; sa femme était en pleurs. Ses bras se resserrèrent autour de lui, forçant le Lieutenant à en faire de même. La pauvre avait tant de difficulté et il se sentait presque mal d’avoir autant de facilité à faire son deuil. Enfin..., c’était probablement à cause de ce qui s’était passé pendant qu’il était inconscient après l’altercation avec Nolan.

‘‘ Elle est partie… c’est… ça y est… je l’aie laissée… s’en aller… ‘‘ Murmura t-elle.

La poitrine d’Ellana se souleva puis s’abaissa lentement et profondément. Son corps s’éloigna du sien et du revers de la main, elle essuya ses larmes. Même dans cet état lamentable elle était à tomber... Ses yeux rouges faisaient davantage ressortir la couleur de ses magnifiques yeux. Avec son aide Kaëran se redressa sur ses jambes et prit sa main, entremêlant leurs doigts. C’est en tournant le dos à la tombe de leur fille et de Naël que le jeune couple quitta le lieu d’éternel repos. Ils marchaient lentement en direction de la ville quand la couturière brisa le silence.

‘‘ Merci… mais… tu dois avoir mal, tu ne devais pas te lever… viens, on rentre, je te change les bandages et tu te reposes… ‘‘

‘‘ Oui, d’accord... ‘‘

Le jeune homme l’embrassa sur la joue et ils continuèrent à ce rythme jusqu’à parvenir à leur demeure temporaire. Dès qu’ils furent entrés dans la maison, Kaëran fut assis sur sa chaise roulante. Qu’est-ce qu’il pouvait la détester ! Pendant qu’il râlait en silence, Ellana était partit lui chercher de l’eau qu’il but goulument le temps qu’elle s’éclipse dans la salle de bain et en revienne un peu plus tard. Le Lieutenant fut avancé jusqu’au bout de la chaise roulante pour donner accès à la blessure au flanc plus aisément. Les bandages souillés par l’onguent furent jetés.

‘‘ La cicatrisation est belle, Kaë. Ta hanche est bien mieux déjà. Mais évite de marcher… même pour moi. ‘‘

Il savait, mais cette fois avait été nécessaire. Même s’il aurait pu rouvrir les plaies malencontreusement, Kaëran avait aidé sa femme cette journée-là. C’était un mal nécessaire pour qu’elle puisse avancer dans le processus de guérison.
Ellana fit de même pour sa main et l’enroula dans des bandages propres avant de mettre sa main dans la sienne et l’inciter à la fermer. Le Lieutenant s’exécutait, mais la douleur le faisait légèrement grimacer. Ses doigts pliaient un peu plus, mais ça n’y était pas encore. Sa femme dut voir son découragement parce qu’elle l’encourageait en disant :

‘‘ C’est bien! Franchement Kaë, c’est mieux que la semaine dernière. Ça vient, lentement mais sûrement. Fais-moi confiance… ‘‘

Son sourire valait tous les trésors du monde et apaisa le jeune homme. Kaëran le lui rendit alors, mais Ellana se déroba à son regard en baissant la tête. Il fronça alors les sourcils.

‘‘ Kaë… tu… crois qu’un second miracle nous sera accordé en temps voulu? Seulement, j’ai l’impression que si oui, c’était comme si on remplaçait Jillian et… enfin qu’on l’effaçait… et… enfin… tu n’as certainement pas compris… ‘‘

Un... second miracle? Un autre enfant? Ils avaient eu tant de difficulté à avoir Jillian qu’une partie de lui craignait ne jamais être capable de donner cette chance à sa femme. Il le voulait, mais seulement le pourrait-il? Kaë soupira donc et releva le visage de sa tendre moitié en posant un doigt sous son menton. Lui souriant tendrement, il murmura :

‘‘ Rien ne pourra jamais la remplacer Ellana. C’est seulement une impression, car son souvenir ne disparaîtra jamais. Jillian était unique à nos yeux et si nous arrivons à avoir un autre enfant, il le sera aussi. Nous croyons que la terre cesse de tourner parce qu’elle est morte, alors qu’elle continue sa ronde. Ne te sens pas mal d’y penser, ma chérie... On essaiera quand tu t’en sentiras prête. ‘‘

Le faible sourire qu’Ellana lui fit était déjà un grand pas en avant pour eux. Ils allaient remonter la pente ensemble, mais pour ça, il fallait qu’ils se tiennent la main et enjambe l’obstacle. C’était fait. Maintenant, avancer dans baisser les bras, peu importe les embuches.

‘‘ Mon petit doigt me dit que l’avenir sera rempli de bonnes choses, mon ange. ‘‘

Le jeune homme la fit lever et asseoir sur ses jambes pour la serrer contre lui. Il fallait se l’avouer, ces gestes d’affection n’étaient pas monnaie courante depuis un certain temps et c’était ce que ça leur prenait. Un geste de soutien. Une sécurité. Ils étaient humains et non faits de pierre quand même.
Bien enfoncée dans sa chaise à roues, Kaëran caressait la longue chevelure de la femme qu’il avait prise pour épouse. Cette femme qu’il avait prise sous son aile plusieurs mois plus tôt. Cette femme qui lui avait fait connaître tant de choses en si peu de temps. Ce qu’il pouvait passer rapidement aussi, le temps. Le visage dans son cou, Ellana était calme et avait entouré son cou de ses bras fins. Ses paupières étaient fermées et elle profitait de cette chaleur humaine qui était plus forte que tous les remèdes inventés.

Allongé dans leur lit, Kaëran serrait la main d’Ellana de sa gauche tout en regardant le plafond. Il grimaçait légèrement à cause de la douleur que cette blessure lui causait. Pour sûr, le Lieutenant garderait une faiblesse à ce membre et devrait possiblement changer ses habitudes lors de ses entrainements. Tenir une épée longue n’était pas chose aisée avec une main atrophiée, même si elle ne le serrait probablement pas. Enfin bref. Autant ne pas y penser pour l’heure non?

‘‘ Le seul avantage à être blessé est que je peux passer mes journées entières avec toi, mais je ne voudrais pas que ça arrive trop souvent parce qu’être coincé dans le lit ou dans cette satanée chaise m’insupporte. J’ai hâte de me dégourdir les jambes... ‘‘

La caresse de sa femme sur son torse l’apaisa aussitôt et il embrassa son front pour ensuite fermer les yeux. Les couvertures gardant la chaleur de leur corps les aidèrent à trouver le sommeil et au matin, la routine continua.

Ce fut ainsi pendant plusieurs jours et on voyait une nette amélioration au niveau de la cicatrisation des blessures. Sa main gauche quant à elle, reprenait du poil de la bête. Kaëran parvenait à entourer la main de sa femme sans la serrer au risque de se faire mal, mais c’était suffisant pour lui arracher un sourire de satisfaction. Oh! Et le Lieutenant avait recommencé à marcher. Le seul hic c’est qu’il fallait y allait en douceur. Ellana retrouvait lentement le sourire et avait recommencé à fredonner en faisant la cuisine. Au total, un mois et demi s’était écoulé depuis l’enterrement de leur fille. Elle leur manquait terriblement, mais sa perte était devenue un peu plus supportable maintenant. Le jeune couple avait recommencé à sortir prendre l’air malgré le temps qui se faisait de plus en plus frisquet avec l’arrivée de l’automne.

Une semaine plus tard, Kaëran avait été en mesure de reprendre ses fonctions sous condition : ne faire que de courtes patrouilles, prendre le temps de se reposer et pas de session d’entraînement pour lui-même et ses soldats pour encore deux bonnes semaines. Bien entendu, le Lieutenant avait ronchonné, mais son père l’avait rapidement rabroué pour qu’il se taise. Il avait voulu jouer au casse-cou en courant seul après Nolan? Maintenant il en payait les frais et devait endurer.
Un soir alors qu’il profitait d’un feu de foyer dans leur maison refaite à neuf, Ayden arriva en panique sans prendre le temps de cogner. Kaëran comme Ellana avaient sursauté en entendant la porte claquée contre le mur et l’archer atterrir dans le salon.

‘‘ Kaë... ! Viens vite, il y a un feu en dehors des remparts. Des soldats sont en route déjà. ‘‘

‘‘ J’arrive. Par devant, je te rejoins. ‘‘

Ayden acquiesça et partit aussi rapidement qu’il était venu. Kaëran se détacha de son épouse qui le regardait avec inquiétude. La dernière fois qu’il était parti prestement, il avait failli y laisser sa peau. Il revêt un manteau rapidement et délaissa l’armure ainsi que les armes puisqu’il devait rester tranquille encore un moment au risque de dormir sur le plancher de leur chambre.

‘‘ Je reviens vite, d’accord? Pas de bêtises c’est promis... Je t’aime. ‘‘

Lui caressant la joue, le Lieutenant quitta la maison pour se rendre vers l’origine du feu. Il courut un bon moment avant d’arriver sur les lieux et effectivement, une petite ferme brûlait. Ayden vint le voir, accompagnés de quelques soldats et l’escortèrent plus près.

‘‘ Des brigands? ‘‘ Demanda t-il, les flammes se refletant sur ses iris pâles.

‘‘ À ce qu’il parerait..., nous sommes arrivés trop tard. Le propriétaire de la ferme est mort depuis un certain temps. Égorgé. On a dû y mettre le feu après. ‘‘

‘‘ Aucun survivant? ‘‘

‘‘ Non. Pas à notre connaissance, Lieutenant. ‘‘

C’est là qu’un soldat hurla.

‘‘ Ici, vite! ‘‘

Les hommes ne restèrent pas sur place très longtemps. Ils s’approchèrent et un soldat agenouillé par terre tenait une femme en piteux état dans ses bras. Elle était gravement blessée et bien faible. Dans ses bras se trouvaient un enfant de quelques mois, 4 ou 5 tout au plus, emmitouflé dans une épaisse couverture de laine. Kaëran posa un genou par terre et demanda :

‘‘ Que s’est-il passé... ? ‘‘

‘‘ Mon.... mon mari avait des dettes... envers ces hommes... ils... ont pris leur dû... ‘‘ Dit-elle dans un souffle. ‘‘ Mon bébé... une famille... trouvez-lui une famille... promettez-moi... ‘‘ Acheva t-elle en pleurant.

‘‘ Je... je vais m’occuper de votre enfant comme si c’était le mien... ‘‘ Répondit le jeune homme, doucement en prenant l’enfant.

‘‘ Seth... il s’appelle Seth... Merci... ‘‘

La jeune mère ne put que sourire une dernière fois avant de rendre l’âme. Kaëran tenait l’enfant qui pleurait dans ses bras et le berça comme il faisait avec Jillian. Ses hommes s’occupaient d’éteindre le feu comme ils le pouvaient alors que d’autres s’occupaient des corps du défunt couple.
Le Lieutenant posa alors le regard pour la première fois sur l’enfant. Ses yeux étaient noirs. Tellement qu’on ne voyait presque pas sa pupille et un fin duvet de cette même couleur ornait son crâne. Lui souriant tristement, il laissa l’enfant lui attraper le menton.

‘‘ Je vais prendre soin de toi, Seth... ‘‘

Le bébé cessa ses pleurs pour le regarder avec de grands yeux brillants.

C’était la réaction d’Ellana que Kaëran redoutait maintenant...

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 5 Aoû - 11:02


Elle s’en voulait d’avoir dit ça. Qu’allait-il penser ? Qu’elle s’en fichait de leur défunte fille, qu’elle ne voulait qu’un enfant ? Non ! Elle souhaitait juste qu’une nouvelle chance leur soit accordée, sans pour autant effacer Jillian. Jamais elle ne pourrait l’oublier. Elle était sa mère, l’avait portée neuf mois durant, avait souffert pour lui donner la vie. Elle ne pouvait pas l’oublier.
Kaë lui releva alors le visage doucement et lui dit :

-Rien ne pourra jamais la remplacer Ellana. C’est seulement une impression, car son souvenir ne disparaîtra jamais. Jillian était unique à nos yeux et si nous arrivons à avoir un autre enfant, il le sera aussi. Nous croyons que la terre cesse de tourner parce qu’elle est morte, alors qu’elle continue sa ronde. Ne te sens pas mal d’y penser, ma chérie... On essaiera quand tu t’en sentiras prête.

Elle lui fit un petit sourire, le second déjà depuis qu’ils étaient revenus du cimetière. En fait elle sentait la différence. Elle avait laissé Jillian s’en aller pour le repos, et cela l’apaisait presque tout en la faisant souffrir. Mais oui, elle souhaitait retenter avec Kaë. Quand il irait mieux. Elle lui donnerait du plaisir charnellement, comme ils le faisaient si bien avant tout ça.

-Mon petit doigt me dit que l’avenir sera rempli de bonnes choses, mon ange.

Et elle voulait bien le croire, son petit doigt. Ellana se laissa donc faire, se retrouvant assise sur les jambes de son homme. Bien sûr elle priait pour qu’il n’ait pas mal. Mais ils avaient tous deux besoin de ce genre d’étreinte. Il caressait doucement ses cheveux et elle avait passé ses bras autour de son cou, jouant avec quelques petites mèches folles de son homme. Elle gardait le visage caché dans le cou de Kaë, yeux fermés, pour tout simplement profiter des bénéfices de cette étreinte. La chaleur humaine, rien de mieux pour se relever d’une terrible épreuve. Kaë était le meilleur soutien qu’elle puisse avoir. Cet homme qui avait basculé sa vie et son destin. Cet homme qu’elle aimait comme une tarée. Elle voulait mourir dans ses bras, exactement comme ils étaient là. Au moins, elle serait calme.

Plus tard, ils étaient allongés dans le lit de son défunt père, Kaë s’exerçant en serrant la main de la jeune femme. Elle sentait l’amélioration, minime mais présente. Et elle voyait du coin de l’œil les grimaces que cela lui soutirait.

-Le seul avantage à être blessé est que je peux passer mes journées entières avec toi, mais je ne voudrais pas que ça arrive trop souvent parce qu’être coincé dans le lit ou dans cette satanée chaise m’insupporte. J’ai hâte de me dégourdir les jambes...

Ellana lui caressa doucement le torse. Elle savait bien qu’il n’aimait pas rester au lit ou sur la chaise roulante. Mais c’était pour son bien et puis… il n’en avait plus pour longtemps. La hanche était bien cicatrisée et bientôt il pourrait recommencer à marcher, tout en faisant bien attention. Sur un dernier baiser à son front, ils fermèrent les yeux, s’endormant l’un contre l’autre.

Les jours passèrent ainsi, et le jeune couple se redressait. Kaë arrivait à présent à prendre la main de sa femme, sans trop serrer tout de même, mais c’était un grand pas pour sa main. Sa hanche n’était plus qu’une belle cicatrice et il put à nouveau marcher. Doucement, en faisant des pauses fréquentes et en se reposant toujours au maximum, mais il marchait !
Ellana quant à elle, se forçait par moment à rester droite. Le souvenir de sa fille était encore bien présent, et elle avait toujours mal, mais déjà moins qu’au début, il fallait l’avouer. Elle souriait un peu plus et, comble du bonheur pour Kaë, elle était parvenue à fredonner en cuisinant, comme avant.

Un mois et demi était passé et l’on voyait encore les stigmates de la perte sur les visages des jeunes mariés ou même leurs attitudes, mais ils se relevaient en douceur et reprenait goût aux simples plaisirs de la vie. Ils se promenaient jusqu’à ce que Kaë soit à bout de forces, malgré le vent frais de l’automne, et admiraient souvent le lever ou le coucher de soleil. Ils profitaient juste de tous les moments de paix que la vie leur offrait. Selon Ellana, ils avaient eu leur lot de malheurs et elle désirait que ce soit terminé. Qu’on leur fiche la paix…
La semaine d’après, il y eut de grands changements. Premièrement, Kaë avait put reprendre ses fonctions de Lieutenant au palais, avec des conditions qu’Ayden allait lui faire suivre sous peine de subir le courroux d’Ellana. Kaë ne devait pas s’entraîner pour l’heure, et les patrouilles devaient être courtes.
Deuxièmement, ils avaient pu réintégrer leur ancienne maison, refaite à neuf. Le jeune couple avait longuement inspiré avant d’entrer, et avait été enchanté en voyant le travail accompli. Mais les souvenirs étaient présents dans les murs et chaque pièce rappelait un autre instant avec Jillian. Surtout sa chambre. Ils avaient même refait la chambre d’enfant, persuadés qu’ils en auraient un second bientôt. Alors qu’en fait, cela allait faire deux mois qu’ils n’avaient plus fait l’amour. Ellana avait masqué sa peine quand les images affluèrent, les remettants bien en place dans un coin de son esprit. Elle n’oubliait pas Jillian, ne l’effaçait pas. Mais comme elle l’avait compris au cimetière, en lui lâchant la main, elle ne devait pas se laisser abattre, sa fille voulait que ses parents soient heureux.

Seule en journée, Ellana cousait ou s’occupait du jardin, malgré le temps frais. Si elle restait inactive, elle aurait tendance à retourner se morfondre alors qu’il ne le fallait pas. Bien sûr, Eiriel venait de temps en temps lui tenir compagnie et Ellana s’était excusée pour l’attitude un peu odieuse qu’elle avait eue envers la paysanne.

-C’est déjà oublié, Ellana. Tu n’as pas à t’en faire. Fut la réponse d’Eiriel.

Un soir, ils étaient tous deux pelotonnés sur le canapé à admirer les flammes, Ellana se demandant s’il n’était pas temps de franchir le cap de l’intime une nouvelle fois, lorsque la porte claqua, les faisant sursauter. En fait, c’était Ayden.

- Kaë... ! Viens vite, il y a un feu en dehors des remparts. Des soldats sont en route déjà.

Ellana regarda son époux alors qu’il disait qu’il arrivait. Non ! Il ne pouvait pas partir ! Il n’était pas un soldat du feu ! Et… le feu… la maison brûlée… non il allait à nouveau droit aux ennuis…
Elle était déjà inquiète tandis qu’il se détachait d’elle. La dernière fois qu’il était parti elle avait faillit le perdre… il ne pouvait pas… n’étaient-ils pas assez nombreux pour venir à bout du feu sans lui ? Oui, c’était un peu égoïste mais… vous comprenez.

Elle le suivit du regard quand il enfila un manteau en disant :

-Je reviens vite, d’accord? Pas de bêtises c’est promis... Je t’aime.

Elle acquiesça et il lui caressa la joue, s’en allant au pas de course. Ellana retourna s’asseoir sur le canapé, prenant le coussin de Kaë contre elle et le serrant dans ses bras. En observant les flammes dans la cheminée, elle revit une énième fois la maison brûler. Le salon, entouré de flammes, les escaliers rongés, la chambre de Jillian envahie, les pleurs du bébé. Elle, en panique de ne pas réussir à sortir. L’arbre, la descente, tout. Elle déglutit et ferma les yeux, enlevant tout ça. Kaë allait revenir… debout et bien conscient, en vie et pas à l’orée de la mort.

Une bonne heure s’écoula avant que la porte ne se rouvre. Elle se leva aussitôt, se tordant les mains, attendant de voir qui s’était. Ayden, lui annonçant encore une mauvaise nouvelle, ou Kaë ?
Un sourire étira donc ses lèvres quand elle vit Kaë, sain et sauf. Seulement, il tenait quelque chose dans ses bras…

Comme paralysée, elle le laissa approcher et constata que c’était… un bébé. Un bébé qui dormait. Son cœur fit une embardée et elle regarda Kaë, ne comprenant pas. Il lui expliqua alors que ses parents étaient morts dans l’incendie et que sa mère avait demandé à ce qu’on s’occupe de lui juste avant de rendre l’âme.
Ellana ouvrit la bouche, la referma. Pour lui c’était l’inverse qui s’était passé. Il avait perdu ses parents dans les flammes, tandis qu’eux avaient perdus leur fille.
Mais elle ne pouvait pas s’en occuper. C’était trop tôt et… malgré les dires de Kaë, elle n’avait plus confiance en elle pour le rôle de mère. Une petite partie d’elle était toujours convaincue qu’elle avait causé la mort de Jillian. Cet enfant avait le droit de vivre et si elle le touchait, il risquait de finir ses jours sous terre, avec ses parents.
Elle recula d’un pas, serrant ses bras l’un contre l’autre.

-Kaë… je… je ne peux pas…

Elle baissa la tête. Elle savait qu’il comptait sur elle mais… et puis, ce n’était pas son bébé… elle ne l’avait pas porté, elle ne le connaissait pas… oui elle était méchante. Parce qu’elle pouvait apprendre à le connaître. Mais elle n’était pas une bonne mère. Quoiqu’on puisse dire. Elle entendit des pas s’éloigner et releva la tête. Kaë était monté à l’étage, sans doute pour coucher l’enfant. Dans le lit de Jillian.
C’était plus fort qu’elle, elle n’arrivait pas à… accepter.

Pourtant il le fallait bien, Kaë travaillait toute la journée…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 10 Aoû - 6:21



















Les flammes ravageaient le bois comme s’il ne s’agissait que d’une vulgaire feuille de papier. Kaëran ordonna à ses soldats de se reculer pour laisser la demeure s’affaisser sur elle-même. Dans la nuit noire, des tisons volaient comme s’il ce n’était que des lucioles. Les soldats se relancèrent à l’attaque et une bonne heure plus tard, il n’y avait plus de danger pour que le feu se propage autrepart.

Dans ses bras, Seth s’était endormi en tétant son pouce. Le jeune Lieutenant l’observant un moment, les souvenirs de Jillian lui revenant en mémoire comme un coup de fouet. Il avait décidé de prendre cet enfant sous son aile sans même consulter sa femme qui serait certainement sous le choc. Avant de quitter les lieux pour s’en retourner chez lui, Kaëran prévint son bras-droit, Ayden, et se mit en route une fois assuré que le bambin était bien au chaud contre lui et dans sa couverture de laine. Tout ce que le jeune homme souhaitait était qu’Ellana ne lui dise pas de le confier à quelqu’un d’autre alors qu’ils avaient les capacités de le faire et de lui assurer un avenir. Le laisser à un étranger relèverait d’égoïsme pur, mais le décès de Jillian était encore récent dans sa mémoire et celui de sa femme. M’enfin...

La maison fut bientôt en vue et Kaëran tourna la poignée pour ouvrir la porte, laissant à peine le temps à la lumière de filtrer sur la pierre de l’entrée. Lové contre lui, Seth ne s’était toujours pas réveillé. C’est à ce moment que le soldat entendit des pas quitter le salon pour s’approcher de l’entrée. Kaëran vint à sa rencontre une fois déchaussé. Ellana s’était stoppée alors que son homme s’arrêta à quelques centimètre d’elle. Il voyait très bien la confusion dans son regard vairon, aussi s’expliquait-il par rapport à la présence de l’enfant.

‘‘ À l’extérieur des remparts de la ville, il y avait une petite ferme en proie aux flammes. Son père à été tué pour réglement de compte et sa mère grièvement blessée. Elle est morte en... me confiant son fils, Seth, me demandant d’en prendre soin. Je l’ai donc ramené à la maison... ‘‘

La jeune femme ne répondit pas tout de suite, comme si une tempête régnait dans son esprit à l’heure actuelle. Cependant, elle finit par recula d’un pas et prit ses bras contre elle à la plus grande surprise du Lieutenant.

‘‘ Kaë… je… je ne peux pas… ‘‘

Suite à ces paroles, Ellana baissa la tête pour couper tout contact visuel. Kaëran ne savait pas quoi dire, ni quoi faire et fut attristé par sa réaction. De l’autre côté, il comprenait tellement comment elle se sentait sans pour pour autant être capable de l’expliquer.

Ne voulant donc pas la forcer à quoi que ce soit, le jeune homme jeta un coup d’oeil à sa femme, à l’enfant, puis se détourna pour emprunter l’escalier et monter à l’étage. Il poussa la porte de la chambre d’enfant quand Seth se réveilla légèrement en grognant. Le bébé fit un léger sourire et le Lieutenant alla le laver puis le changer avant de l’allonger dans le berceau. Auparavant, c’était l’emplacement de la chambre de sa fille, mais tout avait tant changé depuis que la demeure avait été refaite. Au moins, les souvenirs étaient là malgré tout.

‘‘ Bonne nuit, bonhomme. ‘‘

Kaëran caressa sa tête, le borda et attendit que Seth se rendorme avant de descendre retrouver Ellana qui s’en était retourné dans le salon, assise sur le canapé. En silence, il vint prendre place à ses côtés et chercha sa main. Leurs doigts étaient entremêlés et formait maintenant un poing.

‘‘ Ellana... je ne voulais pas t’imposer ça aussi brusquement. Seulement je n’ai pas put prévoir qu’une telle chose aurait put arriver. Je veux m’occuper du petit, de Seth, non pas le confier à des inconnus qui pourraient ne pas en prendre soin convenablement. ‘‘ dit-il, soupirant par la suite. ‘‘ Demain en allant au travail, je vais le confier à Eiriel pour ne pas te l’imposer... ‘‘

Doucement, il carressa sa joue d’une main et se risqua à lui faire un sourire en coin.

‘‘ Tu n’auras pas à t’en soucier. J’en prendrai la responsabilité en revenant du palais.’’

Tout ce qu’il espérait était qu’elle finisse par accepter l’enfant un jour ou l’autre...

Spoiler:
 



Dernière édition par Kaëran Eira le Lun 12 Aoû - 2:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 10 Aoû - 13:31



Retour à la case départ


«Fais de tes doutes une force.»

feat Kaëran Eira

Ellana retourna s’asseoir sur le canapé, tiraillée. Elle devait accepter l’enfant. Mais… Jillian était trop présente dans son esprit, et sa culpabilité trop élevée. Si elle touchait Seth, il finirait par mourir. Elle n’était pas une bonne mère. Elle avait cru et pourtant… sa fille lui avait été reprise. Mais Kaë travaillait en journée et… le petit ne pouvait s’occuper de lui-même…
Comment faire ?

C’était à nouveau une lutte interne, jusqu’à ce qu’elle sente la présence de son époux à ses côtés, et voie leurs mains entremêlées. Unies et soudées.


-Ellana... je ne voulais pas t’imposer ça aussi brusquement. Seulement je n’ai pas put prévoir qu’une telle chose aurait put arriver. Je veux m’occuper du petit, de Seth, non pas le confier à des inconnus qui pourraient ne pas en prendre soin convenablement.  Demain en allant au travail, je vais le confier à Eiriel pour ne pas te l’imposer...

Non… elle… elle n’avait rien contre le fait qu’il le prenne sous son aile… le petit le méritait, il méritait une vie tranquille. Et Kaë était un très bon père… c’était elle le souci. Encore. Le confier à Eiriel… la paysanne allait sans doute venir gronder Ellana…

Elle redressa la tête quand il caressa sa joue, et profita de son petit sourire alors qu’il poursuivait :


-Tu n’auras pas à t’en soucier. J’en prendrai la responsabilité en revenant du palais.

Sa gorge se noua et elle soupira. Il travaillait dur toute la journée, il avait encore des soucis avec sa main et sa hanche, et il prenait la responsabilité de l’enfant en plus de tout ça. Alors qu’elle… restait là à ne rien faire. Cela l’énervait et la rendait coupable. Seulement elle bloquait…

-Je… je n’ai pas dit que c’était mal de le prendre avec nous… au contraire… c’est une bonne chose que tu l’ais pris… C’est juste que… je… je te déçois, une nouvelle fois.

Elle inspira, se forçant à rester normale et ne pas pleurer. Pas encore. Kaë attendait un soutien de sa part, qu’elle l’aide dans cette tâche qu’était élever Seth, orphelin. Mais elle restait comme une chiffe molle. Parce qu’elle ne voulait pas attirer le malheur sur le petit, parce qu’elle ne voulait pas abréger sa vie comme elle l’avait fait pour Jillian. Mais ça, elle ne le dirait pas. Pas à moins d’être forcée. Parce qu’elle savait ce que Kaë lui répondrait. Il lui dirait que ce n’était pas de sa faute mais celle de Nolan, il lui dirait qu’elle était une bonne mère et n’avait pas à s’en faire.
Alors que non. Elle n’avait plus confiance. Et elle était persuadée de porter malheur, exactement comme son père le lui avait maintes fois répété. Il fallait se rendre à l’évidence ! Kaë avait eu plus d’ennuis qu’autre chose depuis qu’elle était avec lui. Sa fille était morte ! Son mari avait faillit mourir aussi ! Elle s’en tirait toujours avec une égratignure tandis que les gens qu’elle chérissait payaient le prix fort. Elle était énervée contre elle.


-Viens… il faut te reposer.

Elle garda sa main et l’entraîna à sa suite, éteignant le feu et montant se laver et se coucher. Le bordant, elle parvint à lui sourire et coinça sa tête contre lui, comme d’habitude, pour s’endormir. Sa nuit fut agitée, les images de Jillian revenant de force, son père et Raven avec. Et Nolan. Mais elle ne se réveilla pas. Alors au matin, elle ouvrit les yeux, tombant sur Kaë, et ils s’embrassèrent pour le bonjour. Se levant ensemble, elle ouvrit la fenêtre et alla s’habiller et se laver avec lui. Ensuite elle descendit préparer le petit-déjeuner et Kaë vint deux minutes après avec Seth dans les bras. Ellana l’observa. Il avait des yeux et des cheveux noirs. Il avait cinq mois, environ. Et il débordait de vie. Et de voir Kaë avec l’enfant… elle juxtaposait Jillian et cligna des yeux, leur tournant le dos. Ce n’était pas sa fille… doucement, elle prépara un biberon qu’elle tendit à Kaë. Elle ne le touchait peut-être pas mais… ça elle pouvait le faire.

Ils mangèrent en silence et Kaë posa le bébé dans la chaise haute pour enfiler son armure avant de le reprendre. Sur un baiser elle lui dit :


-Passe une bonne journée mon cœur… ne fais pas de trop.

Quand elle fut seule, elle alla se rasseoir au salon quelques minutes. Elle se sentait si mal de lui laisser toute la responsabilité comme ça ! Il lui avait dit qu’elle n’avait jamais été un poids ou encombrante et pourtant…

Les larmes coulèrent cette fois, et ne s’arrêtèrent aucunement durant tout le temps ou elle fit le ménage, le linge et les lits. Elle ce sentait nulle à chier. Il voulait un soutien merde !

A midi, elle ne mangea pas mais prépara le repas pour le soir. Ensuite, elle se remit à coudre. Elle fit une bavette pour le petit. Au moins elle montrerait à Kaë qu’elle n’avait rien contre le petit. Eiriel vint au milieu, avec Seth.


-Bonjour ! Kaë m’a expliqué la situation. Alors ça va ?

-Bonjour ! Oui… ça va et vous ?

Eiriel s’assit dans le fauteuil avec le petit sur les jambes.

-Ca va ! Ca me fait rajeunir d’un coup de m’occuper de Seth ! Mais… pourquoi ne veux-tu pas de l’enfant ?

Elle avait un ton de réprimande qui déplut à Ellana.

-Ce n’est pas que… je ne le veux pas…

-Ellana… Jillian est décédée… tu ne l’as fera pas revenir. Et Seth ne la remplace pas. Ne laisse pas Kaë tout faire seul. Il a déjà suffisamment de travail tu ne crois pas ? Il a besoin de ton aide. Alors cesse de t’apitoyer et te morfondre.

Ellana fronça les sourcils. Elle… elle l’engueulait là ? Elle lui disait qu’elle n’était pas une bonne épouse ? En fait… c’était un peu la vérité. Mais ce n’était pas à Eiriel de faire ça. C’était à Kaëran.

-Si vous êtes venue pour me dire ça c’était inutile de faire le trajet. Tout ça je le sais déjà. Et je ne m’apitoie pas. Au revoir, Eiriel.

Ellana se releva et quitta la pièce, montant à l’étage. Elle entendit la porte d’entrée se refermer. Eiriel l’énervait ses derniers temps aussi. Allant sur le balcon de leur chambre, elle observa le paysage, les mains dans le vide, tremblantes. Était-elle une mauvaise épouse et Kaë ne le disait pas, par respect pour elle ou ce qu’ils avaient connus ? En avait-il marre d’elle en voyant ce qu’elle était depuis la mort de Jillian ? Préférerait-il tout stopper là avant qu’ils ne deviennent comme lors de sa grossesse ? Ou fabulait-elle et toutes ses questions étaient inutiles ? Elle était perdue… Elle s’assit contre la rambarde du balcon, regardant les nuages.

Est-ce que Jillian était dans l’un d’eux à l’observer ? A lui murmurer de s’occuper de Seth comme elle l’aurait fait pour elle ? Les larmes coulèrent à nouveau. Cela allait faire près de deux mois qu’elle était décédée… elle devait… arrêter de se torturer comme ça. Elle devait avancer… Au cimetière elle lui avait lâché la main ! Jillian était partie avec Naël.

Ellana se calma à nouveau, mais n’entendit pas Kaë rentrer. Ce n’est que lorsqu’il apparut devant elle qu’elle sursauta et se releva pour chercher son baiser. Elle l’observa, tentant de lire dans son regard. Il n’avait pas changé… elle y voyait toujours de l’amour… ou bien masquait-il ses réels sentiments ?


-Je ne t’ai pas entendu… désolée. Alors… ta journée ?

Seth n’était pas avec lui. Sans doute couché dans le lit ou son parc fraîchement ramené…

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 11 Aoû - 3:54



















‘‘ Je… je n’ai pas dit que c’était mal de le prendre avec nous… au contraire… c’est une bonne chose que tu l’ais pris… C’est juste que… je… je te déçois, une nouvelle fois. ‘‘

Kaëran soupira intérieurement, caressant la peau douce de la main de sa femme du pouce. Combien de fois lui avait-il dit que ce n’était pas le cas? Ellana se voyait comme un fardeau alors que c’était loin d’être sa vision. C’est comme s’il la réprimandait à chaque fois qu’elle faisait quelque chose de mal alors que non. Non elle ne le décevait pas une nouvelle fois. C’était une réaction naturelle qu’il aurait probablement eue lui aussi s’il avait été à la place de sa belle. Seulement, c’était lui qui avait ramené Seth à la maison puisqu’il était désormais orphelin.

‘‘ Tu ne me déçois pas Ellana, voyons. ‘‘ Murmura t-il, son regard pâle rivé sur les flammes du foyer.

Le silence s’installa alors entre les deux adultes et des deux, c’est l’homme qui bâillait le premier. La couturière se leva alors, entraînant son homme à sa suite. Kaëran se massa la nuque et ils étouffèrent le feu avant de se rendre dans leur chambre à coucher. Dans la salle de bains, le jeune couple se lava, se changea puis alla se mettre au lit. Ellana avait pris l’habitude de le border avant de se glisser de son côté pour se coller contre son époux. Un bras sous la tête de la jeune femme, Kaëran la coinça contre lui tout en emmêlant ses doigts dans sa chevelure ténébreuse, douce et soyeuse. Ils fermèrent les yeux et se laissèrent porter par les bras de Morphée jusqu’au lendemain matin où le soleil se pointait.
De concert, les paupières des mariés s’ouvrirent et le Lieutenant fit un faible sourire endormi à sa moitié avant de l’embrasser pour commencer la journée. Ils filèrent doucher, s’habillèrent et Kaëran se rendit vers la chambre d’enfant une fois dans le couloir. Seth avait les yeux ouverts et tendait les bras vers son père adoptif qui le lova contre son torse.

‘‘ Alors, bonhomme? On a faim? ‘‘

Il renifla et prit l’enfant à bout de bras en grimaçant.

‘‘ Bon sang! C’est que tu empestes quand tu largues les amarres dans ta couche, toi ! Tu ferais faner les fleurs avec ce parfum... ouf... ‘‘

Le petit poussait des cris stridents en guise de rire et Kaëran s’en alla dans la salle de bain pour le changer en vitesse et descendit rejoindre Ellana qui s’affairait en cuisine. Tirant une chaise, l’homme s’y installa et jouait avec le petit en appuyant sur le bout de son petit nez. Relevant les yeux, le Lieutenant tomba sur un biberon.

‘‘ Merci, chérie. ‘‘ Dit-il en le prenant, un mince sourire aux lèvres.

Quand le repas fut déposé sur la table, Kaëran tenait le bébé d’un bras et mangeait de sa main libre. Le petit lui rongeait difficilement le pouce, bavant dessus. Berk. Bien entendu, le jeune homme grimaça, mais ne put retenir un faible sourire d’apparaître sur son visage. Son assiette vide et le moment venu pour lui de partir, le Lieutenant installa temporairement l’enfant dans une chaise haute et enfila son armure comme chaque matin. Il avait de la difficulté avec sa main gauche qui n’était plus aussi fonctionnelle qu’auparavant, mais y arriva. Seth fut repris et ils se dirigèrent tous vers l’entrée. Ellana s’approcha alors pour l’embrasser.

‘‘ Passe une bonne journée mon cœur… ne fais pas de trop. ‘‘

‘‘ Je serai sage ‘‘ Commença t-il en lui rendant son baiser ‘‘ Bonne journée et à plus tard. ‘‘

Kaëran quitta donc la maison et traversa l’allée pour se rendre quelques maisons plus loin. Quand il toqua, c’est Dorguan qui ouvre la porte. Ses yeux s’écarquillèrent aussitôt, mais il laissa passer le Lieutenant sans lui poser de question. Il trouva juste le moyen de lâcher un commentaire avec humour.

‘‘ Bon sang... vous êtes des lapins ou quoi? Je n’ai jamais remarqué qu’Ellana était enceinte. ‘‘

‘‘ Dorguan... tu ne remarque pas qu’il a cinq mois et les yeux noirs? À moins que tu dormes encore. ‘‘

‘‘ Je crois que je dors encore. ‘‘ Ricana t-il.

Eirieil sortit de la cuisine en s’essuyant les mains à l’aide d’un torchon, se le mit sur l’épaule et approcha rapidement pour regarder Seth qui les observait avec de grands yeux.

‘‘ Mais qui est ce beau petit bonhomme? ‘‘

‘‘ Un orphelin. Sa mère me l’a confié hier soir avant de pousser son dernier souffle... ‘‘

‘‘ Ah oui, le fermier Akster... j’en ai entendu parler. Au moins, il sera entre de bonnes mains. ‘‘

‘‘ Je peux vous le confier pour la journée. Ellana a... un peu de difficulté avec sa présence et je ne veux pas l’obliger à quoi que ce soit pour le moment. Elle a du mal encore à cause de Jillian. ‘‘

‘‘ Mais bien sûr! ‘‘ S’exclama-t-elle. ‘‘ Files! Tu vas être en retard, jeune homme. ‘‘

Kaëran leur sourit en guise de remerciement et quitta les lieux pour se rendre au palais, croisant Ayden en cour de route. Celui-ci demanda des nouvelles de l’enfant, mais ils en restèrent là.

La journée se résuma entre rapports sur l’incident de la veille avec la ferme puis à une courte patrouille en ville pour le Lieutenant et son frère d’armes. La plupart du temps Emiya les accompagnait, mais pas cette fois. Elle était enceinte de six mois et la guérisseuse lui avait conseillé de se tenir tranquille pour le temps qu’il restait. Jamais Kaëran n’avait vu Ayden aussi heureux. Celui-ci avait tout simplement cessé de faire son coureur de jupons et concentrait tout ses efforts sur sa nouvelle flamme dont il n’arrêtait pas de chanter les éloges.

En fin de journée, le Lieutenant quitta son bureau pour se rendre chez Eiriel qui était légèrement de mauvais poil. Elle ne dit cependant rien à propos de ce qui s’était passé entre elle et Ellana puis lui confia le petit homme qui se colla contre lui, jouant avec le tissu vermeil de sa cape.

‘‘ Merci encore... Je peux le ramener jusqu’à ce que ça aille mieux? ‘‘

‘‘ Oui, oui Kaë. Tu sais bien que ça ne nous dérange pas, voyons. ‘‘

‘‘ Bonne soirée et à demain dans ce cas. ‘‘

Dorguan et Eiriel le saluèrent puis il s’en retourna à la maison. Il n’y avait personne au rez-de-chaussée... Kaëran arqua un sourcil, appelant sa femme une fois et sans réponses. Il monta alors à l’étage pour aller coucher Seth qui dormait presque contre lui et se lança à la recherche de sa femme qu’il trouva dans leur chambre, sur le balcon qui donnait sur le jardin arrière. Doucement, le Lieutenan s’avança et Ellana sursauta; elle était perdue dans ses pensées. Elle se releva, réclamant son baiser qu’il lui donna et plongea dans son regard vairon.

‘‘ Je ne t’ai pas entendu… désolée. Alors… ta journée? ‘‘

‘‘ Comme les autres : rapports et patrouilles. Je reste sage comme demandé. ‘‘

Kaëran posa ses mains sur les hanches de sa femme pour l’attirer vers lui, leur nez se touchant légèrement. Il fronça légèrement les sourcils en voyant les rougeurs sous ses yeux et ses joues.

‘‘ Tu as pleuré, n’est-ce pas? ‘‘

Il vit bien qu’Ellana se mordait la lèvre et tentait d’échapper à son regard, mais Kaëran lui attrapa le menton pour que sa tête reste bien en place.

‘‘ Tes yeux sont rouges et légèrement enflés... ‘‘ Murmura t-il en caressant sa joue d’une main. ‘‘ Ellana... Parle-moi, je t’en prie. Tu gardes tout pour toi, pleures quand je suis absent et fait comme si de rien n’était ensuite. C’est à cause de Seth? De moi? ‘‘

Depuis deux mois, les choses avaient tellement changé que c’en était déroutant. Malgré leurs efforts pour reprendre leur voix du passé, ils n’y parvenaient pas. Ça faisait deux mois que leur fille n’était plus de ce monde et leur joie de vivre n’était pas revenue. Leur regard ne brillait plus autant qu’avant et, aussi stupide que ça puisse paraître, ils ne s’étaient pas réellement touchés depuis ce temps. C’était l’abstinence. Pas de désir. Pas de plaisir. Pas de rire cristallin. Pas de blague idiote ou de regard charmeur sans réelle raison. Que des sourires forcés ou faibles, de simples baisers ou accolades.

‘‘ Tu me manques... Ellana... ‘‘ Finit-il par souffler en l’embrassant tendrement.



Dernière édition par Kaëran Eira le Lun 12 Aoû - 2:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 11 Aoû - 9:45



Retour à la case départ


«Le passé est le passé. A nous de l’utiliser pour avancer.»

feat Kaëran Eira

-Comme les autres : rapports et patrouilles. Je reste sage comme demandé.

Ellana était contente qu’il respecte les consignes de la guérisseuse. Petit à petit il pourrait à nouveau faire comme avant. Il la prit alors par les hanches, l’attirant à lui, si près que leurs nez se touchaient. Seulement, il fronça les sourcils. Et elle, dans sa paranoïa de la mauvaise épouse, s’imagina tout de suite que c’était le fait de la toucher qui le répugnait alors que ce n’était pas du tout le cas.

-Tu as pleuré, n’est-ce pas?

Elle déglutit et se mordit la lèvre. Il ne devait pas le savoir ! Sinon… il allait se dire que ses efforts pour la relever étaient vains. Qu’elle préférait rester au bas de l’échelle au lieu de remonter. Alors que c’était faux. Elle remontait, mais trop lentement. Elle voulut donc détourner le regard, mais il lui agrippa le menton, clouant sa tête pour qu’elle garde le contact visuel.

-Tes yeux sont rouges et légèrement enflés...

Il lui caressa une joue délicatement, et dieu seul savait à quel point elle aimait ça, pour continuer :

-Ellana... Parle-moi, je t’en prie. Tu gardes tout pour toi, pleures quand je suis absent et fait comme si de rien n’était ensuite. C’est à cause de Seth? De moi?

Là encore elle déglutit. Non ! Mais non ce n’était ni lui ni le petit ! Si elle agissait comme ça c’était pour ne pas s’apitoyer. Pour ne pas être réellement une mauvaise épouse comme Eiriel le lui avait si gentiment dit. Devait-elle parler ? Il travaillait, avait d’autres choses à penser… Elle ne voulait pas lui rajouter ses états d’âmes sur les épaules…
Il l’embrassa alors avec tendresse en soufflant :


-Tu me manques... Ellana...

Elle resta contre lui, l’entourant de ses bras et la tête contre son torse, prenant garde à sa hanche. Elle le savait qu’elle n’était plus la même depuis deux mois. Il y avait toujours l’ombre de Jillian qui planait, partout où elle allait, et ce malgré l’épisode du cimetière ou elle lui avait lâché la main. Elle voulait faire plaisir à Kaë, lui faire l’amour comme avant, mais n’osait pas. Et avec ses idées saugrenues de la mauvaise épouse, peut-être qu’il ne la désirait plus. A toujours se faire des films catastrophes, il en avait sans doute marre de répéter dix mille fois la même chose. Mais ce n’était pas sa faute… cette partie d’elle avait été créée par son père. Son père qui lui avait fait porter la mort de sa mère toute son enfance. La culpabilité faisait partie d’elle et elle se sentait coupable pour tout et n’importe quoi, même si ce n’était pas le cas. Et Kaë était si patient à ce niveau. Un autre homme l’aurait jetée depuis longtemps. Quand elle se détacha, elle lui murmura :

-Ce n’est ni toi, ni Seth… n’aie pas peur… c’est juste moi. Tu travailles dur toute la journée Kaë et… je ne veux pas que tu prennes encore ça sur les épaules. Je ne fais déjà rien pour t’aider alors… enfin…

Elle lui sourit et l’embrassa, puis l’emmena ce laver. Elle le massa, et vérifia ses plaies qui étaient devenues très belles.

-On peut dire que vous êtes viril, Monsieur Eira… Souffla-t-elle pour tenter de détendre l’atmosphère et chasser ses vilaines pensées.

Par la suite, ils redescendirent, Ellana s’occupant de réchauffer le repas. Elle en oubliait même Seth, n’ayant plus l’habitude de la présence d’un enfant. C’est Kaë qui alla le récupérer pour manger et comme au matin, elle lui tendit un biberon. Ils mangèrent en silence, mais les paroles d’Eiriel tournaient en boucle dans sa tête. Peut-être devrait-elle tirer ça au clair avec Kaë. Être sûre de ses pensées. Tout mettre à plat au lieu de laisser envenimer et risquer le divorce. Après… quand ils seraient sur le canapé.

Pendant qu’elle débarrassait et rangeait, son homme s’occupa du petit. Petit qui riait et criait de joie. Et cela rappelait Jillian… mais Kaë était un bon père et rien n’arriverait à Seth. Tant qu’elle-même ne le touchait pas.

Elle apporta un plateau de biscuits et du thé qu’elle posa sur la table basse, donnant une tasse à son homme avec un sourire. Ils burent et grignotèrent avant qu’elle ne prenne sa main droite, la valide, et commence :


-Kaë je… voudrais savoir quelque chose… Elle déglutit et chercha ses mots. Est-ce que… est-ce que je suis une mauvaise épouse ? Tu… tu travailles toute la journée malgré tes plaies, tu as pris le petit sous ton aile sans broncher… et moi je… reste complètement inactive… à… m’apitoyer et… à te rajouter des soucis sur tes épaules. Tu attendais de moi un soutien pour élever le petit et… je ne peux pas le toucher. Alors… dis-moi si je suis une mauvaise épouse ou si tu en as marre de moi ou… je ne sais pas…

Elle le regarda brièvement avant de baisser la tête, serrant sa main. Comme si elle craignait qu’il ne la retire subitement. Et une dernière question lui vint en tête, bien stupide mais qu’elle le sache avant de tenter et de se faire repousser :

-Et… est-ce que tu veux encore faire l’amour avec moi ?

C’était peut-être ce qu’il leur fallait. S’unir, pour marquer le point de cet épisode ténébreux et pouvoir recommencer sur de meilleures bases, sans oublier Jillian ni la perte, mais en avançant avec elle pour les soutenir de la ou elle était. Faire l’amour comme avant était peut-être la clé, le remède, l’antidote…

Elle était tellement nerveuse !

Chez Eiriel, l’ambiance était un peu plus froide. Eiriel était de mauvais poil et criait à tort et à travers.


-Kaë ne méritait pas ça ! Elle ne fait rien pour l’aider ! Elle reste juste là à se morfondre et se laisser abattre !

-Eiriel… calme-toi. Tu vas dire des choses que tu ne penses pas. Nous aussi avons perdu nos enfants. Tu n’as pas sourit tout de suite après non plus.

-Mais je ne suis pas devenue un boulet accroché à ton pied ! J’ai lutté contre moi-même et j’ai avancé ! Or cette femme le tire vers le bas ! Il a vingt-six ans et est Lieutenant ! Il risque son poste si elle continue ! Et j’ai promis à Naël de veiller sur lui. Alors s’il faut les séparer pour qu’il aille mieux et reste stable, je le ferais !

-Eiriel ! Non mais tu t’entends ! Ellana n’a pas eu ton enfance ! Elle a été traumatisée toute sa vie ! Toi tu as grandi dans une ferme, avec beaucoup de frères et sœurs. Cela t’a endurcie !

-Justement ! Les épreuves qu’elle a vécues auraient du l’endurcir ! Elle devrait être droite et courageuse ! Accepter Seth et mettre de côté Jillian ! Elle va nous détruire Kaë et ça je ne l’accepterais pas ! Point ! Discussion close, Dorguan.

Eiriel fila se coucher, laissant son époux seul au salon, soupirant. Eiriel était énervée comme il ne l’avait jamais vue. Il fallait qu’il l’empêche de retourner chez Ellana. Sinon… elle risquait d’être virulente et de créer de nouveaux dégâts. Surtout que Kaë protégerait Ellana et… Dorguan ne voulait pas qu’ils coupent les ponts. Il était comme son fils, malgré Noah…


Spoiler:
 

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 11 Aoû - 18:55



















Les bras de la jeune femme se glissèrent autour de lui et sa tête trouva refuge contre son torse. Kaëran regardait le vide, collant sa joue contre la chevelure ténébreuse de sa femme. Les mains du jeune passèrent alors de ses hanches fines au bas de son dos qu’il caressait au-delà du tissu. Ellana gardait le silence, possiblement en train de réfléchir à ce qu’elle allait dire. Elle semblait si tourmentée cette journée-là et lui, impuissant, ne pouvait rien faire mis à part tenter de lui tirer les vers du nez.
Au bout d’un certain temps, la couturière se détacha. Ses mains frêles étaient posées contre la taille de son mari et son regard croisa enfin le sien. Il y avait une tornade dans ses iris. Une tornade qu’il ne parvenait pas à calmer. C’est alors que sa voix, douce et mélodieuse, se fit entendre dans un murmure.

‘‘ Ce n’est ni toi, ni Seth… n’aie pas peur… c’est juste moi. Tu travailles dur toute la journée Kaë et… je ne veux pas que tu prennes encore ça sur les épaules. Je ne fais déjà rien pour t’aider alors… enfin… ‘‘

Comment elle ne faisait rien pour l’aider? Certes, Ellana n’avait pas repris le travail à la boutique de couture depuis la mort de leur fille, mais elle en faisait à la maison tout en s’occupant des tâches ménagères et des repas. Chaque fois qu’il arrivait, il y avait toujours quelque chose qui l’attendait sur le feu. Si ça n’était rien, Kaëran avait une poignée dans le dos! Bien entendu, le Lieutenant voulut répliquer, mais le sourire de son épouse le figea et son baiser le fit frissonner. Il se laissa donc entraîner vers la salle de bain où on remplit la cuve d’eau. Le jeune homme se débarrassa alors de ses vêtements et se glissa dans l’eau tout en soupirant d’aise à cause de sa chaleur. À tous les coups ça détendait ses muscles et en bonus, Ellana le massa. Dieu que c’était bon... Quand vint le moment de se sécher, Kaëran enroula sa taille d’une serviette de bain et laissa sa femme inspecter son flanc ainsi que sa main gauche où se trouvaient maintenant de profondes cicatrices.

‘‘ On peut dire que vous êtes viril, Monsieur Eira… ‘‘

Ce commentaire, soufflé de sa belle, lui tira un sourire en coin et il alla même jusqu’à rougir légèrement. Oui, il rougissait quand sa femme lui faisait des compliments. Et puis?
Le Lieutenant enfila déjà son pantalon de nuit et suivit sa belle dans le couloir. Inutile de se vêtir complètement puisqu’il ne risquait pas de sortir ce soir-là. Ce n’est qu’en bas de l’escalier qu’il se rendit compte qu’il avait laissé Seth en haut. Merde! Il fallait qu’il se remette dans le rôle du papa poule maintenant. Entrant dans la chambre, Kaêran prit l’enfant qui hurlait de joie et le cala contre lui pour retourner à la cuisine. La table était déjà montée et il venait à peine de s’asseoir sur sa chaise qu’un biberon lui fut donné. Le Lieutenant fit un sourire à sa femme qui avait eu la gentillesse de le lui préparer et Seth ouvrit aussitôt la bouche pour téter. Ses yeux se fermaient de moitié et ses petites mains se fermaient puis s’ouvraient sans cesse sur les doigts de son père adoptif. Le gardant contre lui, Kaë mangea d’une main, regardant le petit qui tentait de prendre la nappe qui ornait la table de bois.

Après le repas, Kaë tournait autour de la table en tenant l’enfant à bout de bras pour le faire voler. Quel enfant n’aimait pas ça? Seth hurlait de joie et termina contre le torse de l’homme, lui bavant dessus. Ah les joies de l’enfance... Le Lieutenant s’essuya comme il put, calant Seth contre son bras gauche alors qu’Ellana s’installait à sa droite. Ils terminèrent de manger leur dessert, repus. Une main douce se glissa dans la sienne ou plutôt dans celle que Seth n’était pas en train de bouffer. Son regard pâle se posa alors sur la couturière et d’une voix peu assurée, Ellana prit la parole.

‘‘ Kaë je… voudrais savoir quelque chose… ‘‘

Les sourcils du jeune homme se froncèrent légèrement sous l’inquiétude naissant en lui. Sa femme cherchait ses paroles, il le voyait...

‘‘ Est-ce que… est-ce que je suis une mauvaise épouse? Tu… tu travailles toute la journée malgré tes plaies, tu as pris le petit sous ton aile sans broncher… et moi je… reste complètement inactive… à… m’apitoyer et… à te rajouter des soucis sur tes épaules. Tu attendais de moi un soutien pour élever le petit et… je ne peux pas le toucher. Alors…, dis-moi si je suis une mauvaise épouse ou si tu en as marre de moi ou… je ne sais pas… ‘‘

Jamais il n’avait été aussi surpris par sa question et ses réflexions. Une mauvaise épouse? Marre d’elle? Mais où allait-elle chercher tout ça?! Bon sang... Kaëran croisa son regard un bref instant avant qu’elle ne baisse la tête. La prise autour de sa main se resserrait, comme si elle s’accrochait à lui au risque qu’il la laisse en plan. Il allait répondre quand Ellana lui posa une seconde question.

‘‘ Et… est-ce que tu veux encore faire l’amour avec moi? ‘‘

Ses poils se dressèrent presque sur ses bras. Les yeux écarquillés, Kaëran regardait sa femme qui l’avait rendu complètement muet. Tout ça le déroutait complètement et il ne savait pas pourquoi ces pensées avaient traversé l’esprit d’Ellana. Était-ce le fait de passer ses journées seule qui l’incitait à se poser des questions et s’inventer des scénarios ou des histoires?
Ellana était extrêmement nerveuse et ça se sentait. Ils n’étaient pas des étrangers l’un pour l’autre et pourtant, c’était l’impression qu’il avait en ce moment. Enfin..., c’était difficile à expliquer. Lentement, le jeune homme s’avança jusqu’au bord du canapé et se tourna de biais pour faire face à sa femme. Seth était bien calé contre les coussins donc, aucun danger qu’il tombe.

‘‘ Mais qu’est-ce que tu me racontes là... ? Non ! Non, tu n’es pas une mauvaise épouse, Ellana. Marre de toi? Comment une telle chose pourrait arriver dis-moi? Si c’était le cas, il y aurait longtemps que nous ne serions plus ensemble. ‘‘

Il enleva sa main de la sienne et prit son visage pour le relever.

‘‘ Tu me rends dingue avec tes questions et tes scénarios catastrophes... ‘‘ Souffla t-il. ‘‘ Bien sûr que oui. Je veux faire l’amour avec toi, Ellana. S’il faut que ce soit tous les jours, sept fois par jour, j’ajusterai mes horaires de travail! Bon sang... Mais qu’est-ce que tu crois? ‘‘

Le Lieutenant l’embrassa alors avec fougue et gardant son front contre le sien. Il caressa sa nuque d’une main, glissant ses doigts dans sa chevelure qu’il agrippa pour approcher de nouveau son visage du sien, prolongeant son baiser. Murmurant contre ses lèvres, Kaë lui dit :

‘‘ Je t’aime toujours autant, voire plus... mais ton rire me manque tout comme la lueur qui brillait dans tes yeux. Ellana... ‘‘ Il marqua une pause et ferma les yeux en fronçant les sourcils. ‘‘ Seth me bave dans le dos et c’est dégoutant... ‘‘

C’est à contrecœur que Kaëran lâcha son épouse pour prendre Seth qui ricanait. Il se leva et alla le déposer dans son parc, lui donnant des peluches qu’il mouilla de salive. Le jeune homme dut aller en cuisine pour prendre une serviette et s’essuyer le dos en soupirant. Les joies d’être parent!



Dernière édition par Kaëran Eira le Lun 12 Aoû - 2:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 11 Aoû - 20:12



Retour à la case départ


«Tu es mon soleil, ma vie, ma moitié, mon ange gardien. Sans toi, mes ailes ne seraient pas ce qu’elles sont aujourd’hui.»

feat Kaëran Eira

Ellana patientait, nerveuse à souhait, et sentit le mouvement de Kaë quand il s’avança sur le canapé. Peut-être l’avait-elle choqué ? Peut-être n’aurait-elle pas dû lui poser toutes ses questions… mais au moins elle serait fixée…

-Mais qu’est-ce que tu me racontes là... ? Non ! Non, tu n’es pas une mauvaise épouse, Ellana. Marre de toi? Comment une telle chose pourrait arriver dis-moi? Si c’était le cas, il y aurait longtemps que nous ne serions plus ensemble.

Il était sérieux ? Elle n’était pas une mauvaise épouse alors ? Cela la rassurait grandement. Eiriel avait semé le doute…
Il retira alors sa main de la sienne qu’elle referma en poing, tandis qu’il lui attrapait le visage pour le lui relever. Elle voyait la stupéfaction dans ses yeux. Elle l’avait tout de même surpris et choqué. Il continua alors :


-Tu me rends dingue avec tes questions et tes scénarios catastrophes... Bien sûr que oui. Je veux faire l’amour avec toi, Ellana. S’il faut que ce soit tous les jours, sept fois par jour, j’ajusterai mes horaires de travail! Bon sang... Mais qu’est-ce que tu crois?

Elle avait tout de même eut juste concernant ses fabulations. Elle se faisait des films pour rien et ça, ça l’énervait.
Leurs lèvres fusionnèrent avec fougue, comme pour rendre plus sincères les propos du Lieutenant. Et Ellana sentit l’effet jusqu’en bas avec violence. Sa caresse contre sa nuque lui envoya des décharges le long de sa colonne, et quand il plongea ses doigts dans ses cheveux, l’attirant à lui d’un coup sec pour prolonger le baiser, elle le lui rendit. Et il conclut sans s’éloigner de ses lèvres :


- Je t’aime toujours autant, voire plus... mais ton rire me manque tout comme la lueur qui brillait dans tes yeux. Ellana...

Rire… ses yeux briller… il ne demandait pas beaucoup… et le peu qu’il souhaitait, elle ne le lui offrait tout simplement pas… Non ! Elle chassa ce genre de pensées. Elle y arriverait ! Il avait fermé les yeux en fronçant les sourcils, et elle eut peur qu’il n’ait mal à la main ou sa hanche mais sa réplique la fit sourire :

-Seth me bave dans le dos et c’est dégoutant...

Il se détacha donc d’elle et alla en cuisine pour s’essuyer. Restée sur le canapé, des frissons lui parcourant l’échine, Ellana regarda Seth. Ses yeux étaient si noirs qu’on ne voyait pas l’iris de la pupille…comme un corbeau… Il la regarda et tendit ses mains vers elle, mais elle lui fit un sourire désolé.

~Pardon Seth… mais ta vie risque d’être trop courte si je te touche...~

Kaë revint alors, et elle se colla à lui, cherchant sa chaleur et… profitant de ses muscles mis à nu contre sa joue. C’est un peu après qu’ils montèrent et Ellana fila se laver pendant qu’il couchait Seth. Puis, comme chaque soir, elle le borda et se coucha à ses côtés. Il s’endormit avant elle et elle l’observait. Quelque chose germait dans son esprit. Quelque chose qui lui permettrait peut-être de redevenir plus comme avant.
Au matin, ce fut le même rituel, et elle lui souhaita de passer une bonne journée. Il partit avec Seth, pour le confier à Eiriel. Et Ellana se doutait que la paysanne allait revenir à l’assaut dans la journée.

Comme à chaque jour une fois seule, la jeune femme s’occupa du ménage, linge, lit, et des repas. C’était au moins ça dont Kaë n’avait pas à se soucier quand il rentrait. Tout était fait et prêt à l’emploi.

Et donc, peu avant midi, Eiriel déboula. Ellana était dans le jardin arrière, nettoyant les plantes de Naël qui avaient miraculeusement survécues aux flammes.


-Ellana. Je dois te parler.

La concernée sursauta et se redressa. Eiriel la toisait, visage fermé. Sans répliquer, elle lui indiqua le salon de jardin et elles s’assirent. Ellana ne proposa rien à boire ou à manger. Parce qu’Eiriel n’était pas venue par courtoisie, oh non.

-J’ai promis à Naël de veiller sur son fils, commença-t-elle, et je pense qu’il ne mérite pas ce que tu lui fais vivre ces derniers temps.

Ellana fronça les sourcils. Allait-elle encore lui dire qu’elle était une mauvaise épouse ? Ah mais cette fois Kaë l’avait rassurée ; elle ne l’était pas. En fait, c’était pire.

-Cela fait deux mois qu’il tente de se reconstruire après la perte de Jillian. Comme toi, je le sais. Mais lui, il a en plus sa convalescence suite aux blessures infligées. Et il y arrive. Il sourit, rit, et va travailler. Il a même pris le petit sous sa protection. Il garde la tête haute, et avance. Toi, tu le tires vers le bas en restant passive et en te laissant abattre ! Et je ne l’accepterais pas ! Il risque son poste de Lieutenant ! Dis-moi… tu étais bien contente, il y a deux ans de ça, quand il t’a prise chez lui, sous son aile comme il le fait pour Seth… or il avait sa mère mourante… il aurait pu très bien faire comme tu le fais là, et refuser de le faire. Il aurait pu te réexpédier chez ton père ! Mais il t’a acceptée et s’est occupé de toi et de sa mère jusqu’au bout ! Tête haute ! Il n’a pas flanché ! Jamais !

Chaque mot secoua Ellana et son cœur accéléra. La véhémence d’Eiriel la laissait coite. Elles qui avaient été de bonnes amies… à présent c’était tout autre. Et puis… lui remettre son passé sous le nez… le fait que Kaë avait été plus que gentil de la garder près de lui… elle n’y était pas forcée.

-Dites-le, si je dérange tant que ça, Eiriel.

-Je vais juste être bien claire ma jolie. Je te laisse le choix. Ou bien tu te ressaisis et cesse de le freiner dans sa vie, ou tu le quittes.

L’ultimatum lui coupa le souffle. Le… quitter ? Ellana fronça les sourcils. Ce n’était pas à Eiriel de lui dire ça…

-Vous n’avez pas à m’imposer ce genre de choix, Eiriel. Seul Kaëran est habilité à le faire. Et s’il voulait me quitter, je pense qu’il l’aurait déjà fait.

-Toujours aussi naïve. Il n’ose pas te quitter ! Il craint de culpabiliser par la suite à l’idée que tu te retrouves seule ! Il est trop gentil et tu le manipule, le tire vers le bas !

-IL M’AIME ! NOUS AVONS PARLÉ HIER SOIR ! IL NE VEUT PAS ME QUITTER ET MOI NON PLUS ! PARTEZ EIRIEL ! ET NE REVENEZ PLUS !

Ce haussement de ton soudain avait figé la paysanne qui resta pétrifiée un court instant avant de se lever et de s’en aller, tête haute, le regard plein de promesses. Allait-elle en parler à Kaë ? Aucune idée. Peut-être que non, parce qu’elle devait se douter qu’il prendrait la défense de sa femme.
Ellana déglutit et retourna s’occuper des fleurs pour se calmer.

Au soir, quand Kaë entra avec le petit, elle l’accueillit avec un sourire. Tout était prêt pour manger ! Elle lui laissa le temps de retirer son armure et se laver, puis lui donna le biberon de Seth. La seule chose qu’elle faisait pour le bébé… ils mangèrent tranquillement, Kaë racontant sa journée et Ellana la sienne, en omettant le passage « Eiriel ».

Et le quelque chose dans son esprit avait germé. Elle ne savait pas si cela fonctionnerait réellement, ne savait même pas si Kaë accepterait. Mais il fallait essayer.

Elle y pensa tout le long de la vaisselle, puis quand elle se lava, tandis que son homme couchait le petit. Il était assis sur leur lit quand elle arriva, un peu nerveuse de lui demander une telle chose. Elle s’approcha et s’assit de son côté, les mains sur ses jambes.


-Kaë, ce que je vais te demander risque de… te choquer. Mais… c’est peut-être ce qu’il me faut pour… revivre… ou … redevenir celle que j’étais avant tout ça, ou du moins en partie, sans oublier Jillian, bien sûr. C’est peut-être la solution pour me ramener. Je ne sais pas si cela va marcher, mais… je pense qu’il faut qu’on essaye.

Elle inspira et le regarda droit dans les yeux.

-Prends-moi. Là, maintenant. Mais pas comme d’habitude, doux et délicat. Baise-moi, brutalement, violemment. Fais-moi ressentir ce que j’ai à l’intérieur d’endormit. Je… sais que tu ne veux pas me faire mal mais… c’est peut-être justement ce qu’il me faut… et je comprendrais que tu ne veuilles pas.

Elle rabaissa les yeux, ne voulant pas voir le choc dans les siens.

© code by Lou' sur Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 11 Aoû - 23:55



















Débarassé de toute trace de bave, Kaëran revint dans le salon où l’attendait sa douce. Il se rassit à ses côtés et elle se colla contre lui, posant sa tête contre son torse mis à nu. Tendrement, le jeune homme caressait son dos, remontant jusqu’à sa chevelure soyeuse qu’il ne se lâsserait jamais de toucher.
Sans dire quoi que ce soit, les deux adultes se levèrent et le Lieutenant alla chercher Seth qui cognait des clous, une peluche contre son ventre. Il laissa donc Ellana monter la première, la suivant, et alla porter le bébé dans sa nouvelle chambre. Bien entendu, le petit avait besoin d’une petite toilette et fut aussi changé. Retrouvant son berceau, Seth fut allongé sur le dos et la couverture fut posée sur lui.

‘‘ Bonne nuit, mon petit bonhomme... ‘‘

Kaëran caressa sa tête jusqu’à ce qu’il s’endorme puis quitta la pièce pour se rendre dans la chambre des maîtres. Sa femme était toujours dans la salle de bain alors il s’allongea sur le dos dans le lit, les couvertures sur le ventre, bras sous sa tête. Quand elle revint, la couturière le borda, l’embrassa puis se glissa à ses côtés. C’est ainsi qu’ils s’endormirent, comme à tous les soirs.
Au matin, le ciel était légèrement grisonant. La routine s’installa de nouveau et cette fois Kaëran n’oublia pas de prendre l’enfant sous son bras pour le trimbaler jusqu’à la cuisine. Les deux hommes nourrit, c’était maintenant l’heure de partir au travail et le jeune homme embrassa sa belle avant de filer porter Seth chez Eiriel. Quand il toqua, Dorguan ouvrit et le laissa entrer, mais l’ambiance était étrange d’un coup. Le forgeron retourna dans le salon pour fumer sa pipe et Eiriel vint prendre l’enfant.

‘‘ Kaë... tu vas bien ? ‘‘

La question surpris le concerné qui acquiesça d’un simple signe de tête. Son regard pâle se porta sur Seth qui criait et il en grimaça tant le cris était strident.

‘‘ Oui, oui bien sûr. Je dois partir avant d’être en retard. ‘‘ S’empressa t-il de dire en embrassant le front d’Eiriel. ‘‘ Merci et à plus tard ! ‘‘

‘‘ À plus tard mon grand. ‘‘

Le forgeron lui envoya la main en souriant et le Lieutenant se mit en route pour le palais.
Comme à chaque fois, sa journée était tranquille. Il remplissait de la paperasse, allait se dégourdir les jambes dans le palais en veillant à ce que tout se passe bien et surtout voir sur les nouvelles recrues faisaient semblant de travailler. Bien entendu, il trouva des feinéants qui draguait les dames de la cours avec des belles paroles. Comme une ombre sinistre, le Lieutenant apparut derrière eux et il se râcla la gorge. Les jeunes femme se mirent à rougir et à rire timidement alors que les trois jeunes blanc-bec hésitaient à se retourner, de peur de savoir qui se trouvait derrière eux.

‘‘ Alors on prend du bon temps ? ‘‘

‘‘ L-Lieutenant Eira ! P-p-ardon ! Nous croyions que c’était la pause... ‘‘

‘‘ Ah oui ? Pourtant elle était il y a une heure exactement et je vous y ai vu. Au boulot avant que je ne décide de vous faire courir dix fois autour de la cité sans possibilité de vous reposer... ‘‘

‘‘ OUI CHEF ! ‘‘ Dirent-ils de concert.

Les jeunes hommes s’éclipsèrent et Kaëran croisa les bras sur son torse avec un sourire satisfait. C’est là que les jeunes femmes s’approchèrent.

‘‘ Merci bien, nous attendions la Reine, mais ces soldats ne voulaient pas partir. ‘‘

‘‘ Les recrues... ‘‘ Dit-il en haussant les épaules et les saluant avant de continuer sa petite marche santé.

Un peu plus tard, il partit en patrouille avec Ayden et Dart puis, en fin de journée, il passa prendre Seth. C’est Dorguan qui vint lui porter Seth puisqu’Eiriel était en cuisine. Son père était là lui aussi et les hommes se firent l’accolade avant de se détacher l’un de l’autre et de se sourire.

‘‘ Alors comment se porte la petite famille? Je n’ai pas eu l’occasion de vous rendre visite très souvent ces derniers temps. Comme Dorguan s’est écrasé le pouce gauche avec son marteau, c’est moi qui le remplace. ‘‘

‘‘ Ouais... c’est assez souffrant... ‘‘ Dis Dorguan en lui montrant son pouce momifié.

‘‘ Aïe... j’imagine. Eiriel est de mauvais poil? ‘‘

‘‘ Hum... ouais... ça lui arrive. ‘‘

Le forgeron haussa les épaules, un sourire mal à l’aise au coin des lèvres. Kaëran serra donc le petit contre lui et se laissa raccompagner jusqu’à la maison par son paternel.

‘‘ Si tu veux que je vienne donner un coup de main à ta femme avec le petit, n’hésite pas fiston. D’accord? ‘‘

‘‘ Tu as suffisamment de travail comme ça, mais merci, papa. ‘‘

‘‘ Allez... bonne soirée à vous trois. ‘‘

Kaëran entra alors et referma. Ellana arriva peu de temps après qu’il se fut déchaussé avec un sourire et il l’embrassa. Il monta ensuite à l’étage avec le gamin, le mit dans son berceau le temps qu’il se débarrasse de sa ferraille et se lave. Quand il eut terminé, Seth se retrouva sous son bras comme au matin et riait, les jambes et les bras dans le vide. S’installant à table, Kaëran lui donna encore le biberon et ils mangèrent, se racontant leur journée cette fois. Mais bon, mis à part l’épisode des recrues, il n’avait pas grand-chose d’intéressant à raconter.
Seth dans le parc au salon, le Lieutenant aidait sa femme en essuyant et rangeant la vaisselle pendant qu’elle nettoyait. Il terminait de ranger quand elle monta à l’étage pour se laver. L’homme de la maison en profita alors pour jouer et épuiser le petit pour ensuite aller le mettre au lit. Ouvrant la porte de leur chambre, Kaëran alla se poster devant la fenêtre un moment puis ferma les rideaux. Il se changea puis s’asseya à sa place en attendant qu’Ellana ne revienne.
Un sourcil s’arqua en la voyant aussi nerveuse.

‘‘ Kaë, ce que je vais te demander risque de… te choquer. Mais… c’est peut-être ce qu’il me faut pour… revivre… ou … redevenir celui que j’étais avant tout ça, ou du moins en partie, sans oublier Jillian, bien sûr. C’est peut-être la solution pour me ramener. Je ne sais pas si cela va marcher, mais… je pense qu’il faut qu’on essaye. ‘‘ Elle inspira et croisa son regard bleuté tacheté de vert. ‘‘ Prends-moi. Là, maintenant. Mais pas comme d’habitude, doux et délicat. Baise-moi, brutalement, violemment. Fais-moi ressentir ce que j’ai à l’intérieur d’endormi. Je… sais que tu ne veux pas me faire mal, mais… c’est peut-être justement ce qu’il me faut… et je comprendrais que tu ne veuilles pas. ‘‘

Attendez... quoi? La quoi? Est-ce qu’il avait bien entendu ou c’était son cerveau qui commençait à dérailler? Ellana avait dit vouloir qu’il la baise comme une brute?! Mais il n’avait jamais été violent ou quoi que ce soit du genre! Kaëran était complètement sidéré par cet aveu et faisait le poisson alors que sa femme baissait les yeux. Et il était sensé lui répondre quoi maintenant? Oui chéri je vais te baiser sauvagement... ?!

Le Lieutenant inspira profondément puis s’agenouilla et s’avança devant sa femme, prenant son menton d’une main pour l’embrasser langoureusement.

‘‘ Hors de question que je fasse une telle chose. Les violeurs font ça et ça me dégoute... ‘‘ Il la colla contre lui et murmura à son oreille. ‘‘ Un peu moins doucement, OK, mais pas comme une brute. ‘‘

Se détacha légèrement, le Lieutenant la regarda directement dans les yeux et lui fit un sourire en coin qui devint un peu plus mystérieux ensuite. Ellana semblait confuse, alors il profita de ce moment pour enlever sa chemise devant elle et lui arracha la sienne en plaquant ses lèvres contre celles de sa femme pour l’embrasser avec ardeur. Ça faisait si longtemps qu’ils ne s’étaient pas touchés que les frissons étaient d’autant plus violents qu’à l’habitude. Ils se retrouvèrent en tenue d’Adam bien rapidement, les vêtements éparpillés dans la pièce. Kaëran la mordait; cou, oreilles, épaules, poitrine... Il soufflait sur sa peau pour voir la chair de poule apparaître à sa surface et dès qu’il la sentit en condition, le petit soldat plongea un peu plus brusquement qu’à l’habitude, mais pas assez pour tirer une grimace à Ellana qui serait les couvertures dans ses mains.
La danse commença avec vitesse et les gémissements de la jeune femme étaient suffisants pour le gonfler à bloc. Le jeune homme écarta avec plus d’ampleur l’une des jambes de sa belle, l’autre s’enroulant autour de son bassin. Ils étaient trempés et c’était un concert de souffles saccadés, de cris et de gémissements incohérents qui se termina au sol... ils avaient glissé à cause des draps... Le choc fut assez fort pour leur tirer un cri et Kaë acheva sa douce qui poussa un long râle, la tête jetée en arrière et ses bras au dessus de sa tête. Les mains à plat au sol, son mari et amant se tenait en équilibre et cherchait son souffle. Ils étaient tous les deux trempés, vidés.



Dernière édition par Kaëran Eira le Lun 12 Aoû - 2:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour à la case départ [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Retour à la case départ.
» [Fini] Retour à la case départ ! (Suite d'une Nouvelle crise de nerfs ?) [PV]
» « Les hommes rêvent du retour plus que du départ. »
» ❝ Les hommes rêvent du retour plus que du départ. ❞ JULIET&DONOVAN
» Retour à la case de départ de l'OPERATION BAGDAG au Belair

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-