Partagez | 
 

 Retour à la case départ [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 27 Mai - 11:58

Au petit matin, Ellana se réveilla doucement et se leva, ouvrit les fenêtres et alla se laver tant bien que mal. Son ventre grossissait chaque jour selon elle… Et le bébé donnait des coups plus forts… Elle alla ensuite manger, se souvenant de la visite de Kaëran, la veille. Cela avait été tout de même moins gênant. Ils avaient bien plus parlé que la toute première fois. Y avait-il une chance ?

Lorsqu’elle eut terminé, elle rangea puis alla ouvrir la boutique. C’était un jour particulier en plus. C’était l’anniversaire de Kaëran. Elle s’en rappelait. L’an passé elle était entre les mains de Raven, prête à être jetée dans une ruelle, à moitié morte. Mais cette année, même s’ils étaient… séparés, elle tenait à le lui souhaiter de vive voix et lui offrir son cadeau. Cadeau qu’elle irait acheter tout à l’heure…

-Bonjour ma jolie ! Je suis ponctuel comme tu peux le voir !

Ellana sursauta. Elle n’avait pas entendu la clochette ! L’homme était là, attendant son dû. Alors elle ouvrit la caisse et lui en donna.

-Hé ! Un peu plus tout de même ! Sois pas radine tête de nœud !

Il se servit alors, prenant une liasse de Daris supplémentaires. Et ensuite, comme il était venu, il repartit, lui lançant un dernier clin d’œil au passage.
Ellana soupira. S’il prenait tant à chaque fois, l’argent ne ferait pas long feu et il passerait à l’étape suivante : elle. A moins qu’elle trouvait une solution pour l’arrêter. Mais comment ? Elle ne voulait pas mettre en danger son bébé donc elle ne pouvait pas parler…

Bref, pour l’heure, l’important était l’anniversaire de Kaë. Elle sortit donc après avoir revêtu un manteau, et se dirigea vers le marché. La brise était fraîche et les feuilles tombaient des arbres. L’an passé il faisait plus frais et il avait commencé à floconner. Elle s’en souvenait comme si c’était hier, comme si elle se trouvait encore là-bas…
Elle voulait lui offrir quelque chose d’unique. Non, pas de bouteille de vin… pas de fleurs, pas pour un homme voyons ! Oh ! Un bijou !

Elle tomba sur un étal de bijou personnalisable.

-Bonjour madame ! Quelque chose vous ferait-il plaisir ? Demanda le vendeur gaiement.

Ellana sourit.

-Et bien… je souhaiterais un collier avec un médaillon personnalisé s’il vous plaît. Combien de temps faut-il ?

-Très bien, donnez-moi la taille des mailles et ce que vous voulez sur le médaillon ! Pour le temps… une bonne demi-heure.

Elle acquiesça et choisit les mailles selon ses modèles. Ni trop grosses ni trop minces, idéales pour Kaë.

-Pour le médaillon, je souhaiterais mettre des initiales. K.E.

L’autre nota et lui montra des typographies. Et elle eut un coup de cœur pour celle un peu manuscrite qui reliait le K et le E ensemble. Le E à double tranchant pour Eira et Ellana… peut-être ne le verrait-il pas, mais au moins elle serait toujours avec lui, quoiqu’il arrive…

Elle remercia le commerçant et s’éloigna, flânant durant une demi-heure… elle acheta du tissu qu’elle n’avait jamais eu, un peu de viande, et regarda les enfants courir partout en jouant entre eux. Bientôt, son bébé serait avec. Elle ne l’empêcherait en aucun cas de découvrir le monde. De faire tout ce dont elle-même avait été privée. Elle se l’était promis.

La demi-heure étant écoulée, elle retourna auprès du vendeur qui lui montra le résultat.

-C’est magnifique, exactement ce à quoi je pensais. Merci beaucoup. Pouvez-vous… l’emballer ? Ce serait pour un cadeau.

-Mais sans problème !

Il s’exécuta, enfermant le collier dans un écrin puis dans une petite boîte qu’il tendit à Ellana. Celle-ci paya le prix demandé et s’éloigna, ravie d’avoir son cadeau. Elle le posa dans la chambre qu’elle occupait puis s’attela à coudre d’autres vêtements. Il fallait qu’elle poursuive les travaux…

Vers le soir, elle retourna dans son ancienne chambre. Elle ne savait vraiment pas quelle couleur donner à cette pièce pour son enfant. C’est là que la clochette retentit. Haussant un sourcil, priant pour que ce soit Kaë et non l’homme, elle alla dans la boutique et écarquilla les yeux. Kaëran était bien là, rouge de gêne, un bouquet de roses bleues à la main.

- Oh... Kaëran... c’est... c’est pour moi ? Pourquoi ?

Il ne réussit qu’à balbutier :

-Je... n’en sais rien. Je... oui, c’est pour toi.

Elle sourit, s’approcha et prit les fleurs qu’il tendait vers elle. Le contact bref de sa main contre celle de l’homme lui envoya une décharge électrique le long de sa colonne vertébrale. Elle se dirigea vers l’arrière-boutique, suivie du Lieutenant, ou elle chercha un vase où entreposer les fleurs. Lorsqu’elle le trouva, elle y mit de l’eau et les roses, puis le posa sur la table de la cuisine.

- Elles sont très belles, merci beaucoup, Kaëran.

Il ne lui répondit que par un sourire timide et une autre pensée la frappa. Elle devait lui offrir le cadeau ! Elle se mit à rougir avec lui et s’évapora, direction la chambre de son père, sans un mot. Elle y chercha le paquet et revint, se plaçant face à lui pour le lui tendre et expliquer :

-L’an dernier je n’ai pas pu te le souhaiter, mais cette année je tenais à... marquer le coup malgré les circonstances.... joyeux anniversaire, Kaëran.

Sur le coup, le Lieutenant devint encore plus pâle qu’avant. Il avait sans doute oublié… mais comment oublier sa date d’anniversaire ? Elle, d’accord, puisqu’elle ne l’avait jamais connue, mais lui ?
Et il ne faisait aucun geste pour prendre le présent, seulement elle insistait du regard. Elle voulait le lui offrir. Alors il se résigna et prit la boîte, l’ouvrant lentement. Il le contempla quelques instants, ému vraisemblablement, avant de reporter son regard sur elle. Il ne semblait pas savoir quoi faire alors, téméraire, elle s’avança, prit le collier et se colla à lui pour le lui enfiler.

La proximité la faisait frissonner. Son odeur et sa chaleur lui donnait des forces insoupçonnées. Et quand elle frôla sa nuque pour relier les deux bouts du collier, ce fût pire encore. Mais elle ne s’était pas attendue à la suite.
Kaëran venait de la serrer brusquement contre lui. Elle sentait ses bras sur dos, son bouclier qu’elle avait fissuré et détruit en trois mois. Seulement là, il était présent, contre elle, et elle ne voulait plus le relâcher. Aussi lui rendit-elle son étreinte, plongeant sa tête contre son épaule.

Les larmes vinrent lentement dans ses yeux tant l’émotion était forte. Elle devait lui parler…

-Kaëran... tu me manques... je suis idiote... je... il y avait... une autre moi, qui... qui me faisait dire toutes ses méchancetés... je te demande pardon... je ne voulais pas être aussi méchante... je t’aime tant... j’ai peur... et...

Elle se coupa, juste avant la question fatidique. Elle se détacha lentement, à regret, et plongea son regard dans celui du Lieutenant :

-Est-ce que tu ne veux plus de... du bébé, Kaëran ? Tu peux... me le dire...

Elle vit que c’était une question nécessaire lorsqu’il ferma les yeux et soupira. Elle craignait sa réponse. Elle craignait qu’il ne lui dise qu’il ne le voulait plus et qu’elle devait l’abandonner à la naissance si elle voulait rester avec lui. Qu’elle doive choisir entre le père et l’enfant, mais qu’elle n’aurait pas les deux. Réponse improbable mais son esprit inventait toujours des scénarios catastrophes.

-Je ne sais pas, Ellana. Avec tout ce qui s’est passé, j’ai commencé à douter. Peut-être que ce n’était pas une bonne idée et aussi, je ne t’ai même pas demandé si tu le voulais réellement. Je me demandais si tu n’avais pas dit ça simplement pour me faire plaisir, alors qu’au fond, ça devait t’effrayer. Il se peut que je me trompe... Quand j’ai vu que nos essais étaient infructueux, j’ai cru que jamais ça n’arriverait. C’est peut-être pour ça que la nouvelle m’a pris de cour, que j’ai commencé à craindre l’idée d’être père. Ellana...

Elle aussi craignait l’idée d’être mère… elle avait peur de tout ça, mais voulait le bébé… il posa alors ses mains chaudes sur ses joues pour poursuivre :

-Comment puis-je ne pas vouloir de l’enfant, surtout qu’il vient de toi.

Et pour finir, il caressa ses pommettes d’un pouce :

-Toi aussi, tu me manques... Ça ne fait que deux jours que tu n’es pas à la maison et je n’arrive pas à supporter ton absence, malgré les trois derniers mois.

Elle se noyait dans ses yeux. S’y perdait. Ne voulait plus en ressortir. Plus jamais. Elle se mordit la lèvre et murmura alors, avouant ses craintes :

-Bien sûr que je le veux, le bébé, Kaëran. Oui j’ai peur de l’accouchement. Oui j’ai peur de mourir comme ma mère. J’ai peur de ne pas en être une bonne mère non plus. Mais je veux l’enfant, parce qu’il a le plus merveilleux de tous les pères... et au final... je... disais me débrouiller et en fait... je suis submergée et... les travaux n’avancent pas... c’est... ridicule...

Elle soupira pour la fin. C’était vrai que c’en était ridicule. Elle n’arrivait pas à suivre, n’arrivait pas à gérer tout ça. Les travaux ne finiraient réellement jamais pour la naissance.
Elle reçut un doux sourire de son homme qui posa ensuite ses lèvres sur son front. Et elles y restèrent. Elle ferma les yeux doucement, si bien là, si détendue soudainement, contre lui, les lèvres du Lieutenant sur sa peau…
Le silence n’était plus pesant d’un coup. Il était paisible… sauf qu’un horrible bruit de gargouillis vint le rompre, brisant le charme de la scène. Et évidemment ça provenait d’elle ! Elle rougit tandis que le Lieutenant ricanait en déclarant :

-On dirait que quelqu’un a faim.

Oh ! Sans répondre, elle lui prit la main droite et la guida jusque son ventre. C’était la première fois qu’il le touchait, mais aussi la première fois qu’il pouvait sentir leur bébé. Il posa son autre main, doucement, et put sentir le coup de leur enfant qui râlait après sa mère pour manger.

-Tu as senti ? Il n’y a pas que moi qui râle à cause de la faim...

- Oh bon sang... Je n’y crois toujours pas...

Elle souriait, émue de voir son homme ainsi. Il se mit à genoux, plaçant une oreille contre son ventre, écoutant les bruits. Elle se demandait ce qu’il pouvait bien entendre…
Il releva la tête vers elle, souriant d’un sourire émerveillé. Il se releva ensuite en disant :

- Bon Dieu de merde... Il faut que tu manges. Allez, hop. Tu t’assois. Je cuisine. Plus vite que ça.

Elle sourit et lui dit :

-Je peux aussi cuisiner...

Il avait tout de même travaillé toute la journée… et cela ne la gênait pas… mais Kaëran ne semblait pas de cet avis et commença à retirer son armure qu’il déposa dans un coin avant de rouler les manches de sa chemise. Ellana se demandait quelque chose… voulait le lui demander… le lui demanda :

- Tu... restes... cette nuit ?

Sur le coup, le Lieutenant se stoppa. Elle était complètement gênée de demander ça. Il se tourna vers elle, réfléchissant à la réponse :

- Euh... hum... tu veux que je reste... cette nuit... ?

Tous deux étaient rouges comme des poivrons et elle répondit en balbutiant :

-Et bien... il est tard... et il fait frais... enfin... si tu ne veux pas... je ne force pas...

C’était vrai… elle ne serait pas rassurée de le jeter dans la nuit noire par ce temps frisquet… même si c’était une bouillotte naturelle…

-Mademoiselle Stark, me tendriez-vous un piège par hasard ?

Hein ?! Un piège ? Quel piège ? Elle ne comprenait pas du tout ce qu’il sous-entendait par là… il leva les yeux au ciel avant de répondre et elle sut qu’elle avait encore mal compris ce qu’il avait voulut dire :

-Tu sais très bien... que j’ai du mal à te dire non...

-Alors je prends ça pour un oui, Monsieur Eira Rétorqua-t-elle en souriant.

Sur ces mots, il lui tourna le dos et commença à cuisiner. Ellana regardait son dos, les muscles qui s’y dessinaient. Elle se sentait si légère d’un coup… comme si un poids s’était volatilisé. Elle sentait que la vie leur laissait encore une chance de tout reprendre. D’apprendre des erreurs commises et ne plus les refaire par la suite.

Quelques minutes après, Kaëran posa un bol devant elle et elle attendit qu’il soit assis et servit. La salade improvisée semblait délicieuse et elle avait faim d’un coup, bien plus que lorsqu’elle avait été seule. Ce devait être l’effet Kaëran ça aussi. Elle commença donc à manger et effectivement c’était vachement bon !
Mais il la prit de cours :

-Tu n’as pas eu trop mal à la conscience en revenant ici ?

-Un peu... je... je suis un peu retombé dans le passé... mais... j’ai découvert... d’autres choses... aussi... et c’est très bon ce que tu m’as cuisiné, merci Kaëran

Elle mangeait doucement, savourant la salade. La sauce était exquise aussi… elle comme son bébé remerciaient le papa !

-Avec ce que tu y as traversé, c’est normal... J’aurais voulu t’éviter de repasser par là. Je suis navré.

Il n’avait pas à l’être bon sang ! C’était elle qui avait tout envenimé ! Et quand bien même, il devait arrêter… ce n’était pas sa faute… elle lui prit la main, cessant de manger, et lui dit doucement :

-Non. Non Kaë... tu n’as pas à être navré. Franchement... c’est moi qui t’aie mené la vie dure... et puis si j’avais voulu reprendre la boutique malgré tout ça, il aurait fallu que je passe par la de toute manière... mais il y a quelqu’un que je tiens à te présenter, après...

Oui… elle voulait lui présenter sa mère… même si ce n’était pas vraiment « important » elle tenait à le faire…
Il lui prit alors la fourchette et commença à la nourrir, ne relâchant pas sa main, posée sur la table, entremêlée à la sienne. Ils se retrouvaient petit à petit…
Et elle mangea tout, vida l’assiette comme une grande ! Oui, oui ! Tout, tout, tout ! Elle eut droit à une tasse de thé pendant qu’il terminait aussi de manger et ensuite ils débarrassèrent la table avant qu’elle ne l’entraîne dans le couloir. Elle entra tout d’abord dans son ancienne chambre, mise à nue, et lui dit :

-J’ai... tout arraché. Mais depuis ça stagne... Enfin bref...

Et ensuite, quittant cet endroit, elle alla un peu plus loin, vers la chambre de ses parents.

-Je n’étais jamais venue ici avant... c’est ma mère...

Il la regarda avant de s’engouffrer dans la pièce qu’il détailla du regard. Elle suivit le mouvement et lui montra les portraits, le laissant regarder sa défunte mère et la comparer à elle.

-Tu lui ressembles énormément... c’est frappant.

-Mon père me l’a dit aussi... ils étaient heureux... avant...

Avant qu’elle ne débarque et détruise tout.

-Et ils le sont maintenant... ils sont ensemble là-haut. D’accord ? Rien n’est de ta faute, alors chasse-moi tout de suite ces doutes de ta tête.

Il se tut alors et ajouta d’un ton plus bas :

-Sinon je dors à la maison.

Dormir à la maison ?! Hors de question !

-J’espère qu’ils sont là-haut à nouveau réunis. Réunis à cause de moi tout comme ils ont été séparés. Et non tu ne dormiras pas à la maison. Je te l’interdis.

-Essaie donc, pour voir...

La défiait-il ? Il allait voit oui… elle lui fît la moue, du moins tenta, et le poussa contre le lit sur lequel il chuta, assis à son rebord.

-Je suis entre toi et la porte. Et je suis enceinte. J’ai un allié. Tu ne partiras pas.

Oui oui, elle prenait l’enfant comme une arme maintenant…pourquoi pas… Elle souriait de moitié, essayant de se contenir pour garder un semblant de sérieux, mais n’y parvenait pas et lui non plus. Sa moue était ratée !

-On m’a roulé... je n’avais pas vu que tu cachais une armée.

-Une armée de Kaëran.

- La pire de toute...

Elle rit légèrement et continua :

-On est vraiment des idiots non ?

-Et fier de l’être .

Doucement, il lui prit les mains et l’attira à lui, la faisant asseoir sur ses genoux. Elle voulait rester éveillée… avec lui à discuter… mais ses yeux commençaient sérieusement à piquer, à vouloir se fermer…

-L’heure est venue pour vous de dormir, mademoiselle Stark.

Ca elle était d’accord mais…

-Je ne suis pas trop lourde pour vos pauvres genoux mon Lieutenant ?

Elle souriait, et d’une main elle caressait sa joue en l’observant. Comme si c’était la première fois qu’elle le voyait. Elle s’était perdue dans son regard pour de bon. Et n’osait pas l’embrasser.

-Même avec 300 kilos en plus, vous seriez légère comme une plume, Madame.

Ensuite, ce fût… merveilleux. Il porta une main à sa joue à son tour, mais il dévia et caressa ses lèvres du pouce. Elle avait de moitié fermé les paupières, savourant ce contact, ne détachant pas son regard de celui de l’homme. Celui-ci s’approcha alors… doucement… et ses lèvres effleurèrent les siennes. Son ventre dansa la salsa, la chaire de poule envahit ses membres alors qu’il se jetait à l’eau et l’embrassait pour de bon. Baiser qu’elle lui rendit, murmurant sans s’éloigner :

-Je t’aime, Kaëran... pardonne-moi tout ce que je t’ai dit...

-Chhht... moi aussi je t’aime, mon ange...

Il l’embrassa encore, fougueusement, avant de se détacher et de la soulever pour la coucher sur le lit, comme si elle ne pesait rien. Il plaça les couvertures sur elle et se coucha ensuite à ses côtés, caressant ses cheveux d’une main. Il lui embrassa le nez et déclara :

-Dors, je veille sur toi.

Elle lui sourit et se colla à lui, fermant les yeux pour partir vers le royaume des songes bien plus facilement que les autres fois. Il était là. Avec elle. Il ne partirait plus. Elle ne serait plus jamais aussi odieuse. C’était une promesse.

Elle dormit toute la nuit profondément et ce fût un baiser qui la tira du sommeil au matin. Elle ouvrit les yeux et tomba directement sur Kaëran. Il était bel et bien là… elle n’avait pas rêvé la soirée… Elle glissa lentement une main dans ses cheveux en pétards avant qu’ils ne sortent du lit pour aller se laver. Et là, il l’aida, parce qu’elle avait des difficultés à se pencher en avant… et malgré ce qu’elle avait craint, la gêne avait rapidement disparue lorsqu’il s’était agit de se déshabiller et d’être nu face à l’autre. Ils se connaissaient mutuellement, malgré ce qui s’était passé, leurs corps n’avaient pas changés. Enfin, le sien si mais bon.

Ensuite, habillés et propres, ils allèrent vers la cuisine mais Ellana fît un crochet vers la boutique pour ouvrir le commerce. Elle rejoignit par la suite son homme qui avait préparé le petit déjeuner et ils le dégustèrent tranquillement. C’est en terminant de ranger la vaisselle propre que la clochette retentie dans le magasin. Ellana se tendit immédiatement. L’homme… c’était l’homme… Kaë dut le sentir car il murmura, inquiet :

-Qu’est-ce qu’il y a ... ?

Ellana ne répondit pas et se dirigea vers le devant de la bâtisse. Elle ne pouvait pas parler, malgré l’envie… l’homme était bel et bien là, souriant, prêt à voler.

-À l’heure ma belle ! Allez donne moi une part de tes recettes et je te dis à demain !

Et là, avant même qu’elle ait pu esquisser le moindre geste, Kaëran avait surgit et sauté sur l’homme, la plaquant violemment au sol. Il se mangea un coup sur la mâchoire qui fît grimacer Ellana. Mais Kaëran parvint à le maîtriser plus ou moins bien alors que le voleur hurlait pour elle :

-Je t’avais dit de ne pas parler! Tu sais ce que je t’ai promis sinon!

Oui elle savait… le bébé… mais elle n’avait pas parlé. Cela faisait la différence.

-Et moi je te promets que tu vas croupir en tôle, crétin ! Ferme là maintenant...

Il la regarda ensuite pour demander :

-Amène-moi de quoi l’attacher Ellana, s’il te plait. Arrête de bouger toi !

Ellana se précipita vers une réserve de tissu et fils en tout genre. Elle farfouilla jusqu’à trouver de gros fils assez épais pour la situation et revint pour les tendre au Lieutenant qui attacha l’homme sans ménagement. Ensuite il le fît se relever brusquement et déclara :

-Maintenant, tu vas me suivre. Je ne serai pas long, Ellana.

Il lui sourit et sortit alors de la boutique. Il pouvait prendre son temps… légèrement tremblante, elle rangea le reste de fil et retourna à l’arrière pour finir de tout ranger. Cinq minutes plus tard, la clochette retentissait une, deux, trois fois. Inquiète, elle alla vivement au devant de la boutique…

-Ellana ! Tu n’aurais pas vu Kaëran ?! On le cherche ! Il a disparu !

Eiriel semblait en pleine panique, Dorguan tentant de la calmer et en retrait se trouvait un troisième homme… qui ressemblait énormément à Kaëran. Son père ?

-Il était ici. Il est resté… cette nuit. Répondit-elle en rougissant.

Et cela, comme un nouveau vent, eut le don d’apaiser Eiriel qui soupira. Elle s’approcha et serra la jeune femme contre elle en disant :

-Vous avez parlé ? Sa va mieux ?

-Oui Eiriel… ça va mieux…

Eiriel se détacha et sourit, puis l’homme s’avança vers elle.

-Bonjour, je… suis Noah, le père de… Kaëran. Vous devez être… Ellana ?

Timide, elle serra la main qu’il lui tendait et ne fît qu’acquiescer.

-Kaë m’a beaucoup parlé de vous durant ses quelques jours. Et je comprends pourquoi. Vous êtes ravissante.

-Elle est bien plus que ravissante… Noah. Elle est douce et correspond à Kaëran en tout point.

Devant ce déluge de compliments, Ellana n’arrêtait pas de rougir et de passer d’un pied sur l’autre, gênée. Et seul Dorguan le remarqua :

-Arrêtez voyons ! La pauvre va nous tomber dans les vapes ! Vous ne voudriez tout de même pas subir la colère du Lieutenant si ? D’ailleurs il est ou ?

Ellana avala sa salive, tentant de reprendre contenance et répondit :

-Il a arrêté un homme qui me volait depuis deux jours… il vient de partir pour l’emmener en prison.

-Qui te volait ? Et tu laissais faire ?

-Bon sang, Eiriel que voulais-tu qu’elle fasse ?

-Non je… lui donnais l’argent… sinon il m’aurait pris le bébé… il m’a menacée d’ouvrir mon ventre pour le sortir et le tuer… il voulait l’argent de la caisse et une fois épuisé il m’aurait prise…

Et hop Eiriel fût choquée.

-Mon dieu… il y a vraiment des cinglés…

-Des malades que j’attire comme un aimant…

Elle ricana alors, et fût suivie des autres.

-En tout cas il va passer un sale quart d’heure entre les mains de mon fils…

Tous acquiescèrent. Kaë n’était pas tendre en Lieutenant lorsqu’il fallait, et si en plus on touchait à ceux qu’il aimait, c’était pire.

-Il ne devrait pas trop tarder… vous voulez du thé ou manger quelque chose ?

Ils acceptèrent et elle les conduisit en cuisine, Eiriel observant tout attentivement, les hommes parlant entre eux. Elle dut trouver des chaises supplémentaires et la cuisine était quelque peu étroite pour tous mais ça allait. Elle fît bouillir de l’eau avec Eiriel qui lui souriait et servit tout ce joli monde.

-Je suis ravi de faire ta connaissance, Ellana, et… celle de mon premier petit fils ou fille aussi…

Noah était à côté d’elle et souriait en rougissant, exactement comme Kaëran. Il se massa même la nuque comme lui !

-Moi de même, Monsieur Eira…

-Brrrr ! J’ai horreur qu’on m’appelle Monsieur Eira ! Appelle moi Noah je te prie !

Ellana ricana, reconnaissant bien son homme a travers son père !

-D’accord, Noah.

Ils continuèrent à parler ensemble, attendant le retour de Kaëran, qui ne devrait plus tarder…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 1 Juin - 17:22

________________________________________________


Chapitre 6
Tranquillement, mais surement, partie 2

◆ ◆ ◆



‘‘ Pas si fort, merde ! Tu vais avoir des marques ! ‘‘

Le voyou n’avait cesse de geindre depuis qu’ils avaient quitté la boutique, lui et le Lieutenant. D’ailleurs, Kaëran n’était nullement doux avec lui. Sa main droite serrait fortement le bras du voleur et le conduisait d’un pas ferme à l’écart de la foule pour se rendre le plus rapidement possible au poste de garde du quartier.

‘‘ La ferme ! Tu y réfléchiras deux fois, en prison, avant de t’en prendre à ma fiancée et la voler. ‘‘

Bien entendu, le bandit tenta de se débattre et se dérober, mais rien à faire. Il avait pourri la vie d’Ellana, alors maintenant, c’était au tour de Kaë à lui pourrir la vie et il le regretterait amèrement une fois enfermé dans une pièce étroite. La caserne du quartier n’était pas bien loin de là et lorsque les deux hommes entrèrent, des soldats vinrent à leur rencontre aussitôt. Le Lieutenant leur expliqua de quoi le voleur était accusé et on le conduisit dans une cellule le temps qu’on rédige un rapport et que la justice se charge de lui. Une chose était certaine; s’il osait embêter la couturière une fois de plus, ce videur de caisse allait passer un très mauvais quart d’heure en sa compagnie.
Kaëran revint alors sur ses pas et entra dans la boutique une bonne vingtaine de minutes plus tard. La clochette tinta comme à chaque fois que quelqu’un entrait et ses pas le guidèrent dans le couloir qui menait vers la section résidentielle de l’établissement. Quelle ne fut pas sa surprise d’y voir Eiriel, Dorguan et son père assis en compagnie d’Ellana.

‘‘ Une réunion familiale ? ‘‘

La paysanne se leva aussitôt de sa chaise, manquant la faire verser l’arrière. Ce fut son époux, d’un mouvement rapide, qui attrapa le dossier juste à temps pour ne pas qu’elle percute le plancher. Eiriel vint serrer le jeune homme dans ses bras et Noah haussa les épaules en voyant l’air confus de son fils.

‘‘ Je croyais que tu avais fait une bêtise ! ‘‘

‘‘ Une bêtise ? Attends... tu ne crois quand même pas que... ‘‘

Eiriel se détacha de lui et ricana nerveusement, se trahissant elle-même sur sa réponse muette. Kaëran leva aussitôt les yeux au ciel et soupira d’exaspération. Il n’était quand même pas une personne à tendance suicidaire dès qu’il se produisait un drame ! Enfin... Si Ellana venait qu’à disparaître dans de mauvaises circonstances, peut-être qu’il songerait à la rejoindre, mais il n’en était pas là et ne le souhaitait pas non plus.

‘‘ Alors comme ça, on découche le jeune ? ‘‘

‘‘ Tu es jaloux peut-être ? ‘‘

‘‘ C’était pour une bonne cause, je crois. Enfin, je dis ça comme ça, mais je ne dis rien hein. ‘‘ Défendant son fils.

‘‘ Tu vois, Dorguan ! ‘‘

‘‘ Ah ! Ces jeunes... toujours en train de butiner de fleur en fleur ! ‘‘

‘‘ Parce que retourner vers Ellana est de butiner de fleur en fleur ? ‘‘

‘‘ Hum... non... mais j’aimais bien dire ça. Enfin ! Je me tais... C’est peut-être préférable. ‘‘

Eiriel, Noah et Kaëran s’échangèrent un regard et d’un commun accord, ils acquiescèrent. Le pauvre forgeron se gratta les tempes et soupira avant de rire de sa grosse voix. Il était heureux de voir que les jeunes s’étaient réconciliés aussi rapidement. Qui sait ce qui aurait pu se produire s’ils avaient attendu plus longtemps ? Mieux valait ne pas se poser la question. Le Lieutenant prit donc place à table après s’être servi une tasse de thé. Assis aux côtés d’Ellana, le jeune homme chercha sa main sous la table et la serra dans la sienne en lui souriant. Noah et Dorguan se regardèrent un instant, tout sourire et pour une fois, personne ne passa de commentaire. Le changement avait été radical sur Kaëran; sans Ellana, il avait l’air d’une âme en peine qui cherchait à se faire pardonner des dieux. Ça sautait aux yeux que ces deux-là avait pris leur décision trop hâtivement, mais ainsi, ils apprenaient de leur erreur comme tout être humain.
Le Lieutenant tilta comme s’il venait de se souvenir de quelque chose de capital et fouilla dans les poches de son pantalon avant de trouver ce qu’il cherchait.

‘‘ Je crois que ça t’appartient... ‘‘

Kaë prit la main gauche de sa belle et lui passa l’anneau à l’annulaire. Malgré leur récente rupture de deux jours, ses voeux n’avaient toujours pas changé; il l’aimait. Cette femme deviendrait la sienne et ils vieilliraient ensemble.

‘‘ Pour le meilleur et pour le pire. Le pire est passé ‘‘

Il lui souriait alors qu’Ellana observait l’anneau qui ornait son doigt et qu’Eiriel pleurnichait à leurs côtés.

‘‘ Je dois partir pour le travail. Si tu veux retourner à la maison, tu peux, tu sais... ça... me rassurerait. ‘‘ Lui dit-il avec un sourire timide et mal à l’aise à la fois. ‘‘ Papa, prends soin de ma fiancée. Je reviens ce soir. ‘‘

‘‘ Il m’a appellée papa ? Tu as entendu Dorguan ?! Il m’a appellé papa ! ‘‘ Dit-il, ému alors que son fils riait.

Le jeune homme enfila alors son armure et salua tout ce beau monde avant de sortir de la boutique pour s’en aller au palais. Bien entendu, il n’était pas partit sans embrasser fougueusement sa douce.

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 1 Juin - 18:09

Tous parlaient gaiement, attendant le retour du Lieutenant. Ce qui ne tarda pas. En effet, ils entendirent la clochette tinter à l’entrée et des pas se firent entendre. Ellana n’avait pas esquissé le moindre geste pour aller à la rencontre du visiteur. Elle savait que ce n’était pas un client. Kaëran apparut alors, disant :

-Une réunion familiale ?

Ellana sourit, alors qu’Eiriel se levait en hâte, Dorguan retenant sa chaise qui allait s’effondrer. La paysanne serra son faux fils contre elle, avouant ses craintes sur une éventuelle bêtise. Cela sembla presque choquer Kaë qui réfuta tout de suite. Ellana baissa un peu les yeux. Elle avait aussi prié pour qu’il ne fasse pas de bêtise. Même si ce n’était pas son genre, il suffisait de broyer du noir pendant quelques temps pour en arriver à cette conclusion. Et elle ne s’en remettrait pas s’il venait à le faire. Elle le rejoindrait illico. Elle écouta distraitement la conversation entre Dorguan, Kaëran et Noah, qui se chamaillaient gentiment.

Ensuite, il se servit du thé puis s’installa à côtés de la jeune femme, prenant sa main sous la table et lui souriant. Elle se sentait si légère… si bien à nouveau. Ils étaient tous là, tous sourires. Tout le monde était heureux. Un père avait retrouvé son fils. Un fiancé perdu avait retrouvé sa flamme…

Au bout de quelques instants, le Lieutenant s’agita à ses côtés et se tortilla pour chercher quelque chose dans sa poche de pantalon.

-Je crois que ça t’appartient...

Sa main gauche fût prisonnière de celle de Kaë, qui lui enfila lentement la bague de fiançailles à l’annulaire.

- Pour le meilleur et pour le pire. Le pire est passé.

Ellana souriait en même temps que lui. Elle observait l’anneau qui brillait à son doigt, tandis qu’Eiriel reniflait faiblement à côté, émue. Ils recommençaient. Ensemble. En apprenant de leurs erreurs. De leur décision trop hâtive et irréfléchie. Jamais ils ne pourraient vivre l’un sans l’autre. C’était certain. Kaëran était un autre homme avec et sans elle. Cela se voyait. Tout le monde le voyait, sauf eux. Jusqu’à maintenant.

Kaëran se leva alors, souriant timidement et gêné pour dire :

-Je dois partir pour le travail. Si tu veux retourner à la maison, tu peux, tu sais... ça... me rassurerait. Papa, prends soin de ma fiancée. Je reviens ce soir.

La réaction de Noah fût immédiate :

- Il m’a appelé papa ? Tu as entendu Dorguan ?! Il m’a appelé papa !

Kaëran rit gaiement et s’en alla, armure enfilée, baiser donné, salutations faites. Ellana regarda Eiriel, qui souriait. Elle voulait retourner à la maison. Une vraie maison. Et non celle-ci… ou la moitié était à retaper, ou les murs portaient encore les stigmates des événements passés. Tous se levèrent alors et Eiriel insista pour nettoyer la vaisselle et ranger, lui ordonnant d’aller préparer son sac. Dorguan et Noah étaient dans la boutique, attendant les femmes, observant les articles.
Ellana entra donc dans la chambre et prit son sac. Elle caressa son ventre alors que le bébé lui donnait des coups. Ils rentraient.

-Papa et maman sont deux idiots mon ange… Murmura-t-elle en riant toute seule, refermant son sac.

Mais juste avant de quitter la pièce, son regard se porta sur le mur ou était accrochés les portraits. Devait-elle prendre celui avec ses deux parents, ou juste sa mère ? Non…

Elle s’approcha et décrocha le portrait de mariage de ses parents. Sa mère était magnifique dans cette grande robe blanche. Elle devinait même la marque de son père dans les formes. Elle avait relevé le voile, et son regard semblait briller, même ainsi peint. Elle avait un grand sourire et enlaçait son père, vêtu d’un beau costume avec cravata, canne en main et haut-de-forme sur la tête. Magnifiques. Ils étaient réellement très beaux. Et heureux. S’ils savaient à ce moment là de ce qui allait arriver…

Elle chassa ses pensées, rangea le portrait dans son sac et sortit en refermant la porte. Eiriel avait terminé et le quatuor sortit de la boutique, Ellana fermant tout à clé. Noah insista pour lui prendre le bras et la conduire jusqu’à la maison.

-J’ai pour mission de prendre soin de toi. Je vais la remplir à cent pourcent ! Expliqua-t-il.

Tous rirent et en passant, ils achetèrent de quoi faire… une belle surprise à Kaë. La veille avait tout de même été son anniversaire. Le premier avec son père, mais aussi un anniversaire qu’elle pouvait célébrer. Pas d’enlèvement cette année. Juste une erreur idiote. Eiriel et Ellana se regardaient, malicieuses. Elles allaient faire peur à Kaëran. Elles achetèrent de quoi grimer Noah et Dorguan, puis rentrèrent sans répondre à leur regard interrogateur.

Noah sachant très bien faire les gâteaux, elles laissèrent les hommes s’en charger, les deux femmes s’installant au canapé pour coudre. Elles allaient métamorphoser les deux hommes. Les rendre malveillants. Et les hommes auraient pour mission d’aller au Palais, d’attendre qu’il sorte, et de lui sauter dessus, comme pour un enlèvement. En toute discrétion. Ils lui raconteraient que leurs complices avaient sous surveillance Eiriel et Ellana. Que les hommes étaient maîtrisés et qu’il ne devait pas bouger. Bien sûr, on lui banderait les yeux. Et une fois arrivés, on l’emmènerait au salon ou seulement là il recouvrerait la vue, ou Dorguan et Noah enlèverait leur masque et costume, et tout le monde crierait un joyeux anniversaire !
Ellana craignait d’une part qu’il ne lui en veuille pour cette mascarade, surtout après tout ce qu’ils avaient connu. Mais… elle avait envie. Pour bien marquer le coup. Comme si elle rattrapait l’an passé également.

Elles finirent vite fait les costumes, puis allèrent en cuisine. Elles terminèrent le gâteau avec les hommes, un immense dessert qui faisait baver Ellana et son bébé. Avant de commencer le plat, elle monta, rangea ses petites affaires et posa le portrait de ses parents sur sa table de chevet. Souriante, elle redescendit, et ils mangèrent tranquillement. En après-midi, ils préparèrent le repas complet, préparèrent la table, accrochèrent des ballons, des banderoles faites mains, puis Ellana et Eiriel mirent au jus les hommes.

-Pas mal comme idée ! J’espère juste qu’il ne va pas nous faire un arrêt !

-Non… il va sans doute m’en vouloir et me punir d’un baiser. Ou justement me punir en me privant de baiser.

Ils ricanèrent tous, et ce fût l’heure de l’enfilage des costumes. L’on voyait à peine leurs yeux ! Ils s’entraînèrent à changer leur voix pour que Kaë ne les reconnaissent pas. En plus avec l’hiver, la nuit tombait plus vite.

-Donc vous avez compris ? Vous y allez, vous attendez qu’il vienne, mais pas devant tout le monde ! Et vous faites comme si vous l’enleviez ! Dites lui bien que vous n’êtes pas les seuls et que d’autres attendent, avec nous comme captives. Dorguan et Noah devront être assommés. Et conduisez le ici.

-Oui chef !

-Oui mon capitaine !

Ellana ne pouvait s’empêcher de rire avec Eiriel. Le pauvre Kaëran… Eiriel avait aussi posé son cadeau sur la table, et Noah, acheté avant de mettre les costumes.

Les hommes s’en allèrent, plongeant dans l’obscurité naissante, glissant dans les ruelles pour que personne ne les voient. L’heure de fin de journée allait sonner dans pas longtemps. Ils avaient pile poil le temps d’y arriver. L’attacher, lui bander les yeux…

Un peu nerveuse, Ellana rejoignit Eiriel au salon. Tout était plongé dans l’obscurité. Elles allaient guetter leur retour, et se n’est que là qu’elles allumeraient les bougies du gâteau. Et quand la lumière s’allumerait et que Kaë recouvrerait la vue, ce sera ça qu’il verra en premier, avec elles, criant joyeux anniversaire.

Elle avait hâte de voir sa tête mais aussi… elle mettrait sa main au feu qu’il la punirait… d’une façon ou d’une autre… mais elle aimerait ça… le tyran resurgirait rapidement… et maintenant que ses hormones lui foutait la paix, elle pouvait savourer pleinement sa grossesse et sa réconciliation avec Kaëran.

Tout allait pour le mieux. Tout rentrait dans l’ordre. Et Kaëran allait sans doute avoir la peur de sa vie...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 2 Juin - 0:00


________________________________________________


Chapitre 6
Un plan machiavélique

◆ ◆ ◆



La journée avait débuté assez radicalement, il fallait s’en dire. Un autre détraqué qui s’en prenait à Ellana et la conduite en prison de celui-ci avant même qu’il eût débuté le travail. Une chose était certaine, le jeune homme était bien éveillé et de bonne humeur. Cela faisait un sacré bout de temps d’ailleurs. Ayden ne manqua pas de le voir à son regard et il sourira, lui donnant un coup de coude dans les côtes avant même de commencer l’entraînement. Une heure plus tard, des groupes furent formés pour les patrouilles en ville et Kaëran s’occupa de guider les nouvelles recrues dans la ville, comme il faisait de temps à autre. Les chanceux purent même prendre part à une bataille à l’entrée de la taverne. Les deux soulards étaient des hommes costauds, même à 5 contre deux, ils parvinrent à les séparer.
En ce qui concernait le reste de la journée, c’était passablement tranquille. Kaëran revint au palais avec ses hommes et se dirigea vers son bureau pour rédiger un rapport. Les cloches sonnèrent enfin et tout fut soigneusement rangé dans son bureau avant qu’il ne quitte pour s’en retourner à la maison. L’homme marchait d’un pas régulier et empruntait quelques petites rues, comme à son habitude, sauf qu’à un moment, il se sentit... épié. Kaë se stoppa, regarda derrière lui, mais on l’attrapa à gauche et à droite brusquement pour le maîtriser aussitôt. C’était quoi cette histoire ?! Était-ce un coup de Nolan ?

‘‘ Ne bouge pas... Nous tenons les femmes et les hommes. Alors s’il nous arrive quoi que ce soit, il leur arrivera malheur. ‘‘

‘‘ Ouais ! Sois sage... ‘‘ Ajouta l’autre, un peu barjo.

Comme demandé, Kaëran se laissa faire et ne tenta pas de jouer au héros en se démenant comme un beau diable. De toute manière, on lui attacha les mains derrière le dos et on lui banda les yeux. Le Lieutenant était sous le choc et se faisait tous les scénarios possibles. Et s’ils avaient fait du mal à Eiriel, à Ellana ainsi qu’à son père et le forgeron ? Il ne se le pardonnerait jamais et en plus, il ne pouvait pas appeler à l’aide au risque de les mettre encore plus en danger.

‘‘ Qu’est-ce que vous voulez ? ‘‘ Dit Kaëran d’une voix tranchante.

‘‘ Tu verras ! ‘‘

Le soldat serra les dents et se laissa conduire en silence. Ils tournaient à gauche puis à droite, passant dans des ruelles étroites. En fait, Noah et Dorguan le faisaient tourner en rond dans une série de petits chemins pour le désorienter et ils arrivèrent enfin à la maison. Le père de Kaëran ouvrit la porte et Dorguan poussa le Lieutenant à l’intérieur sans ménagement, percutant le mur. Oups. Le forgeron regarda Noah en grimaçant et ils se retinrent pour ne pas rire au risque de se trahir. On l’amena au salon où se trouvait Ellana et Eiriel, impatiente et on lui enleva enfin le bandeau des yeux.

‘‘ JOYEUX ANNIVERSAIRE ! ‘‘ Dirent-ils de concert.

Kaëran avait les yeux ronds, le visage blanc, la bouche mi-close et en plus, il ne savait pas quoi dire. Ses yeux pâles étaient rivés sur le gâteau qui trônait sur la petite table juste devant le foyer. C’était la seule source de lumière dans le salon. Au bout d’un certain temps, le Lieutenant inspira profondément puis expira en levant les yeux au sol. Il fallait qu’il calme son coeur et qu’il reprenne son sang-froid. À ses côtés, Dorguan et Noah lui donnaient des claques dans le dos en ricanant. Mais pour le moment, il avait besoin de serrer Ellana dans ses bras, le jeune homme contourna alors la table et s’approcha de sa fiancée pour la serrer fortement contre lui. Il tremblait en la tenant et murmura à son oreille.

‘‘ J’ai tellement eu peur... bon sang... ‘‘

Un baiser fut déposé sur le front de la jeune femme, ses mains caressèrent ses joues et ses lèvres croisèrent les siennes. Dans un sourire, il réussit à dire à voix haute:

‘‘ Ne me refaites plus jamais ce coup ! J’ai failli y laisser ma peau... Bon Dieu de merde... ‘‘

‘‘ En tout cas, le plan était réussi. Il y a un moment où j’ai eu peur de me faire trancher ! ‘‘

‘‘ Vous êtes cinglés... me faire un coup pareil. Je vais m’en souvenir le restant de mes jours de cet anniversaire. ‘‘

Tous se mirent à rire et Kaëran fit le tour des gens ici présent pour les serrer dans ses bras et les remercier. Son regard se posa particulièrement sur Ellana et il lui fit un regard rempli de promesses muettes. Elle savait qu’il finirait par prendre sa revanche.
N’attendant pas plus longtemps, le jeune homme souffla les vingt-six bougies de son gâteau et ils s’installèrent un peu partout dans le salon pour manger.

‘‘ Le dessert, puis ensuite le repas principal ! Pour une fois, on fera tout à l’envers. ‘‘

‘‘ Oh, mais ça ne me dérange pas moi. ‘‘

‘‘ C’est normal, toi et ta dent sucrées! ‘‘

Encore une fois, ils se mirent à rire et Eiriel se fit un malin plaisir à raconter quelques anecdotes de l’enfance de Kaëran à Noah qui absorbait l’information comme une éponge. Le Lieutenant lui, n’écoutait que très peu, concentré à caresser le ventre rond de sa douce qui était assise tout contre lui, tête contre son épaule. Il murmura alors à son oreille :

‘‘ Tu mériterais que je dorme dans la chambre d’ami, cette nuit, mais comme tu viens de revenir à la maison, ça attendra. ‘‘

Un baiser fut déposé dans son cou et il colla sa tête contre lui. C’est là qu’il se rendit compte que le silence était tombé dans la pièce. Lorsqu’il tourna la tête, effaçant son sourire stupide, Kaëran remarqua que son père, le forgeron et la paysanne les observaient avec un sourire en coin.

‘‘ Oh, mais ne vous dérangez surtout pas hein ! Continuez à vous cajoler, c’est si mignon ! ‘‘

‘‘ Eiri... Tu ne changeras jamais... ‘‘

La concernée haussa les épaules et continua sa conversation avec les hommes.
Il commençait à se faire tard et les adultes quittèrent les lieux. On les accompagna alors à l’entrer et leur souhaita la bonne nuit. Noah lui, prenait la chambre de Naël alors que les jeunes gens monopolisaient la salle de bain pour une bonne douche avant l’heure du coucher. Kaëran essuya Ellana et l’aida à s’habiller avant d’enfiler un pantalon de nuit. Ils allèrent ensuite au lit et elle fit border comme une enfant. L’homme se glissa sous les draps à son tour, collant son torse contre le dos de sa douce. Un bras fut passé autour de sa taille et ses lèvres se posèrent contre sa nuque qu’il embrassa à plusieurs reprises.

‘‘ Le lit était bien vide sans toi... ‘‘

Oui, sa présence lui avait aussi manqué durant les derniers mois. Sentir un corps contre le sien l’aidait à s’apaiser et le seul qui avait cet effet était celui d’Ellana. Se redressant sur un coude, Kaëran étira le cou et approcha son visage de celui de la jeune femme pour lui voler un baiser.

‘‘ Dors bien et ... merci pour ce soir. Malgré le fait que j’ai eu la pire peur de toute ma vie, la soirée était géniale. ‘‘

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 2 Juin - 10:18

Voilà dix bonnes minutes que les hommes étaient partis. Ellana se tordait les mains, nerveuse, impatiente. Eiriel elle, caressait Hewie tendrement. Elles guettaient leur arrivée, pour allumer les bougies. Mon dieu elle aurait du se sentir coupable de faire un tel tour à son homme ! Mais… c’était plus fort qu’elle, elle voulait marquer le coup. Déjà que l’an passé elle n’avait même pas pu le lui souhaiter…

-Ils arrivent ! Allume les bougies vite ! Murmura soudain Eiriel.

Ellana sursauta et se hâta, allumant les vingt-six bougies qui ornaient le gâteau. Elles réussirent à toutes les allumer juste avant que les trois hommes ne rentrent dans la maison plongée dans l’obscurité. Kaëran avait les yeux bandés et les mains attachées dans le dos. Elle le voyait paniquer le pauvre…

Les hommes lui retirèrent alors le bandeau des yeux et tous crièrent en chœur :

-JOYEUX ANNIVERSAIRE !

Ellana souriait, observant son homme. Pâle, les yeux écarquillés, la bouche à moitié ouverte, il semblait se calmer peu à peu. Oui, il avait eu sans doute la peur de sa vie. Ils n’étaient éclairés que par les bougies sur le gâteau. Kaëran se mit à respirer profondément, et elle craignit sérieusement qu’il fasse un arrêt sur place, mais les hommes derrière lui s’occupaient de le maintenir avec des claques dans le dos.
Une fois fait, le Lieutenant s’approcha d’elle et la serra fortement contre lui. Il tremblait.

-J’ai tellement eu peur... bon sang... Murmura-t-il.

Elle le sentait qu’il avait eu peur… mais elle souriait tout de même et eut droit à un baiser sur son front, à des caresses sur ses joues, et un tendre baiser sur les lèvres avant qu’il ne dise pour tous :

- Ne me refaites plus jamais ce coup ! J’ai failli y laisser ma peau... Bon Dieu de merde...

Noah approuva, avouant avoir lui aussi eut peur de se faire trancher par son propre fils…

-Vous êtes cinglés... me faire un coup pareil. Je vais m’en souvenir le restant de mes jours de cet anniversaire.

Ce fût au milieu des rires qu’il fît le tour des personnes présentes pour les serrer contre lui et les remercier. Et quand son regard se posa sur Ellana, elle y sentit toutes les promesses qu’il lui faisait. Des promesses de vengeance. Elle le connaissait, tôt ou tard il lui rendrait la pareille. Mais en pire. Il faisait toujours pire qu’elle. Mais heureusement là il était limité parce qu’elle était enceinte !

Elle lui fit un regard très innocent, et il souffla les bougies d’un coup. Sous les applaudissements, la lumière fût rallumée dans la pièce et chacun s’installa dans un coin pour manger. Eiriel avait déclaré que ce serait dessert avant le repas principal, au plus grand plaisir du Lieutenant et de sa dent sucrée, pour citer Eiriel.

Plus tard, le ventre plein, ils étaient assis près de la cheminée. Ellana avait pris place contre le torse de son homme, sa tête sur son épaule, Kaëran caressant son ventre doucement. Dorguan et Noah étaient installés dans le canapé, face à Eiriel qui racontait des anecdotes sur l’enfance de Kaëran. Les bêtises, principalement.

Elle se sentait si bien là… ça lui avait tant manqué de le sentir contre elle, de sentir son cœur battre, ses mains chaudes, son souffle, son odeur… les trois mois, puis les jours de séparation. Bien trop long.
Il murmura alors :

-Tu mériterais que je dorme dans la chambre d’ami, cette nuit, mais comme tu viens de revenir à la maison, ça attendra.

Ah non ! Il ne dormirait pas dans la chambre d’ami ! Il embrassa son cou tendrement, seulement, il y avait un silence anormal d’un coup. Et en regardant, ils découvrirent les trois adultes qui les observaient en souriant.

-Oh, mais ne vous dérangez surtout pas hein ! Continuez à vous cajoler, c’est si mignon !

Ellana était d’accord avec son homme : Eiriel ne changerait plus…

Un peu plus tard, la soirée et la nuit bien avancée, les vieux mariés les quittèrent, et ils les accompagnèrent à la porte d’entrée. Noah rejoignit la chambre de sa défunte épouse, et les deux jeunes allèrent d’abord se laver. Kaë l’aida, l’essuya même. Il était vrai qu’elle avait des difficultés pour les mouvements les plus basiques…
Une fois prêts, ils se glissèrent dans le lit. Qu’est-ce que c’était étrange tout de même au bout de trois mois et demi de chambre à part… mais elle ne s’en plaignait pas au contraire… elle allait sans doute pouvoir dormir complètement à nouveau…
Elle fût bordée doucement puis son homme se colla à elle, son torse contre son dos et un bras autour de sa taille. Avant qu’il ne parle, elle reçut un chapelet de baisers sur la nuque qui la firent frémir.

-Le lit était bien vide sans toi...

Oui…. Trop vide. Affreusement vide même. Elle sentit du mouvement derrière elle et le visage de son homme apparut pour lui voler un doux baiser qu’elle lui rendit sans hésitation.

-Dors bien et ... merci pour ce soir. Malgré le fait que j’ai eu la pire peur de toute ma vie, la soirée était géniale.

Là, elle ne put s’empêcher de rire doucement et pivota tant bien que mal pour le regarder.

-Je voulais vraiment marquer le coup. D’accord, ce n’était peut-être pas la meilleure façon étant donné tout ce qu’on a déjà connu. Mais je n’ai pas trouvé autre chose en si peu de temps… je voulais… rattraper l’an dernier aussi. Deux anniversaires en un seul.

Elle caressa son visage et l’embrassa, murmurant doucement :

-Bonne nuit mon cœur… dors bien…

Elle eut un dernier baiser puis se fût le voyage vers le pays des rêves.

Et comme convenu, elle dormit comme un loir cette nuit-là. Tant est si bien qu’elle eut du mal à émerger au petit matin, alors que son homme se préparait à partir travailler. Elle le rejoignit dans la salle de bain, l’enlaçant comme elle pouvait puisque son ventre faisait barrage et embrassa son dos. Il pivota et ce fût un baiser savoureux alors qu’elle disait :

-Bonjour… bien dormit ?

Apparemment oui au vu de son sourire et de son regard pétillant. Elle se débarbouilla vite fait, décidant de s’habiller plus tard, et descendit préparer le petit-déjeuner.
Ils mangèrent en silence, tranquillement, heureux, puis elle l’accompagna à la porte, lui souhaitant une bonne journée et de rentrer vite le soir. Il lui manquait déjà.

Souriante, elle se félicita. Elle était redevenue celle qu’il aimait. Elle était parvenue à enfermer l’autre. Pour les quatre mois qui restaient.

Quatre mois qui défilèrent bien vite. La routine s’était installée, et le seul changement était à voir dans l’état d’Ellana. Son ventre avait bien grossit, elle était persuadée qu’il allait exploser avant la naissance, et elle était bien plus fatiguée. Cela la dérangeait. Le matin elle n’arrivait plus à suivre le rythme de son homme et une fois sur deux elle dormait quand il partait. Cela la gênait. Mais il lui assurait que ce n’était pas grave…

Les tâches ménagères étaient faites au ralenti, et souvent Noah l’aidait à les faire. Le père avait décidé de retrouver un travail, pour aider son fils. Fils qui lui avait dit d’attendre et de s’occuper d’Ellana.
La petite guerre entre le père et le fils était magistrale et elle en riait pendant de longues minutes, jusqu’à ce que son bébé hurle stop et lui donne un violent coup. Au huitième mois, ils avaient pu observer le contour d’une main se dessiner sur son ventre. Cela avait bouleversé Ellana, qui se demandait comment s’était possible. Kaë lui, avait été ému et avait posé sa main sur la petite. C’était merveilleux.

Et au cours du dernier mois, tout le monde était aux aguets. Ils guettaient les réactions d’Ellana, prêts à courir chez la guérisseuse. Souvent Kaë ne dormait pas la nuit pour vérifier que tout allait bien. Il était si attentionné, déjà si inquiet aussi. Tout comme elle, bien qu’elle le masquait. Maintenant que l’accouchement se rapprochait, elle avait peur que tout s’effondre. Et c’est en fin d’après-midi, alors que le printemps arrivait paisiblement, que les contractions se déclenchèrent. Elle était dans la chambre, en haut, trop épuisée pour descendre. Kaë était à l’étage du dessous avec Noah, mais elle ne savait pas ce qu’ils faisaient.

Elle lisait tranquillement lorsqu’elle eut atrocement mal dans le ventre. Elle grimaça, respira profondément, posa le livre et mit une main sur le ventre. Elle eut un nouveau coup. C’était… horrible !

-Kaë ! LE BÉBÉ !! Hurla-t-elle entre deux contractions.

Aussitôt des bruits de course se firent entendre et le jeune père débarqua.

-Il… il arrive… j’ai… mal… aïe… souffla-t-elle.

-Je vais chercher la guérisseuse. Déclara Noah en filant précipitamment.

Kaë s’approcha d’elle et tout de suite elle lui prit la main. Ca faisait trop mal ! Elle respirait lentement, essayant de réguler son rythme cardiaque, mais rien à faire, les contractions étaient là et elle sentit rapidement un liquide couler le long de ses jambes…

-Bonjour !

La guérisseuse venait d’arriver, essoufflée, suivie de Noah. Elle approcha vite, sortant son matériel, enfilant des gants. Elle leva les draps, observa l’état de la jeune maman qui soufflait, grimaçant sous la douleur.

-Je… vais prévenir Eiriel et Dorguan…

Noah était pâle comme un linge. Ellana cria de plus belle, voulant qu’il sorte, qu’il voie le jour, que la douleur cesse…

-STOP ! Ne poussez pas ! Si vous continuez le bébé passera de force et vous tuera. Votre col n’est pas assez ouvert. Il faut attendre.

A-attendre ?! Mais elle ne pouvait pas ! Il voulait sortir ! Mais… la tuer ? Non… comme sa mère… Elle regarda Kaë, qui tentait de la rassurer.

-Je… ne peux pas… il veut… sortir… j’ai trop mal… Balbutia-t-elle, serrant la main de Kaë dans la sienne.

-Je m’en doute. Mais nous n’avons pas le choix. Si vous poussez, il déchirera tout sur son passage et vous vous viderez de votre sang. Le bébé vivra, mais pas vous. Il faut attendre. Respirez calmement, profondément. Je vais préparer une potion pour atténuer la douleur. Monsieur, parlez-lui, détournez son attention des contractions, même si c’est difficile.

Ellana paniquait. Elle respirait le plus profondément possible mais à chaque fois une autre contraction la perturbait. Elle regardait Kaë, cherchant la force d’attendre. Elle transpirait, avait mal, mais c’était le grand jour…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mer 5 Juin - 1:21

________________________________________________


Chapitre 6
La petite merveille, partie 1

◆ ◆ ◆



Les jours passaient, comme les semaines, et le ventre d’Ellana grossissait lentement. Jusqu’à maintenant tout se passait plutôt bien. La mère était en bonne santé, bien qu’elle s’épuisait beaucoup plus rapidement, et l’enfant verrait le jour bientôt. Les tâches ménagères étaient devenues plus ardues pour la jeune femme qui faisait son possible. Noah devait souvent venir à sa rescousse, mais ça lui faisait plus que plaisir de l’aide à vrai dire. Quand Kaëran rentrait, il s’occupait de bichonner sa douce comme il le fallait et la bordait une fois l’heure de se mettre au lit arrivée. Mais le matin, la couturière dormait profondément et le Lieutenant se levait en silence pour lui permettre de récupérer pleinement. Le jour fatidique approchait à grands pas aussi.
Quand Noah n’était pas chez son fils, il cherchait un travail en ville histoire de ne pas profiter de son hospitalité. Certes Kaë parvenait à bien vivre, mais il n’allait quand même pas le laisser se démener pour lui et sa fiancée. Quand même ! Il n’était pas un profiteur non plus, mais Kaëran ne cessait de s’obstiner avec lui pour qu’il attende la venue au monde de son petit-fils avant de partir à la recherche d’un gagne-pain. Souvent, les deux têtes de mules se chamaillaient dans le salon, faisant rire Ellana.

Les derniers mois s’écoulèrent sans trop d’encombres. Ellana faisait ce qu’elle pouvait pour contrôler ses sautes d’humeur et ses hormones, Kaëran gardait son calme et son sang-froid pour ne pas s’énerver inutilement et Noah servait parfois de médiateur entre les deux jeunes gens. Cependant, on était en alerte au moindre signe de la venue de l’enfant. Kaëran faisait des nuits blanches à regarder sa belle dormir tout en caressant son ventre rond, se demandant si ce serait une petite fille ou un petit garçon. Ce fut quelque jour plus tard que le moment arriva.

Kaëran était au rez-de-chaussée avec son père à préparer le repas du soir. Aussi tôt ? Oui, il fallait que la viande marine un moment dans la sauce quand même ! La voix d’Ellana percuta l’air depuis l’étage, étouffée de douleur.

‘‘ Kaë ! LE BÉBÉ !! ‘‘

‘‘ Le... le bébé ? LE BÉBÉ ?! ‘‘

Noah le poussa et le talonna dans l’escalier. Les deux hommes déboulèrent dans la chambre, le plus jeune s’approchant du lit.

‘‘ Il… il arrive… j’ai… mal… aïe… ‘‘

La pauvre avait de la difficulté à souffler et était déjà rouge à cause de la douleur de ses contractions. Kaë prit place sur le bord du lit, prenant la main de sa fiancée qui la serra aussitôt dans l’une des siennes. Noah était resté dans l’embrasure de la porte et fit un pas derrière en disant:

‘‘ Je vais chercher la guérisseuse. ‘‘

Et aussitôt il partit au pas de course, claquant la porte de l’entrée derrière lui. Ellana tentait de garder une respiration régulière en inspirant lentement, mais elle gémissait de douleur; elle venait de crever ses os. Son homme lui embrassa le front et resta à ses côtés le temps que la guérisseuse arrive, escorté par Noah. Ils avaient fait vite, il n’y avait pas de doutes là dessus, car tous les deux étaient considérablement essoufflés.

‘‘ Bonjour ! ‘‘

Et aussitôt elle se mit au travail. Kaëran s’était levé et éloigné pour laisser le champ libre à Irina. Encore une fois, le paternel du Lieutenant s’éclipsa pour se rendre chez le forgeron à quelques maisons de là. Le pauvre était blanc comme la neige, visiblement mal à l’aise d’assister à un tel spectacle ou de voir Ellana souffrir le martyre. Il était vrai qu’il n’avait jamais assisté à un accouchement. La couturière commençait à crier de douleur et tentait de pousser au vu de ses traits crispés, mais la guérisseuse lui hurla d’arrêter, car le moment n’était pas encore venu. C’était trop tôt pour que l’enfant ne passe. Les yeux vairons de la jeune femme croisèrent ceux de son homme qui lui faisait un sourire rassurant, se rapprochant en tirant le fauteuil vers le lit. Prenant place sur le bord, il prit de nouveau la main de sa douce et elle la serra sans faire d’histoire.

‘‘ Je… ne peux pas… il veut… sortir… j’ai trop mal… ‘‘

‘‘ Je m’en doute. Mais nous n’avons pas le choix. Si vous poussez, il déchirera tout sur son passage et vous vous viderez de votre sang. Le bébé vivra, mais pas vous. Il faut attendre. Respirez calmement, profondément. Je vais préparer une potion pour atténuer la douleur. Monsieur, parlez-lui, détournez son attention des contractions, même si c’est difficile. ‘‘

Les yeux pâles du Lieutenant se posèrent sur Irina puis sur Ellana qui était rouge comme une tomate et en sueur. Son regard était empreint de panique et sa respiration s’était accélérée. De son autre main, Kaëran repoussa quelques mèches de la longue tignasse noire de la couturière vers l’arrière et lui épongea le visage d’une débarbouillete humide. Il la remit dans la bassine et caressa sa main tendrement, tout aussi inquiet qu’elle malgré les apparences.

‘‘ Ça va aller... détends-toi. Tout se passera bien. D’accord ? ‘‘ Il lui embrassa le front, lui sourit et continua, voulant dévier son attention vers autre chose que ses contractions ‘‘ Tu sais, j’y ai pensé et... enfin... les prénoms. Sauf que je ne sais pas quoi choisir. J’ai trouvé : Aalis, Ada, Adalarde, Adalasinde, Adalburge, Adalinde, Adalsende, Adalsinde, Ade, Adélaïde, Adelberge, Adèle, Adelheit, Adeline, Adelsinde, Adnette, Adrehilde, Advise, Aélais, Aelidis, Aelis, Aélith, Aénor, Agarde, Agathe, Agelberte, Ageruchia, Agnoflède, Aiga, Aïn, Alaine, Alaison, Alaiseta, Alaizie, Alarèse, Alayde, Alazaïs, Albérade, Albereda, Albérée, Alberte, Albine, Alboflède, Alchima, Alcima, Aldeberge, Aléide, Aliénor, Aliète, Aliote, Alix, Almodis, Ameline, Aneglie, Ansgarde, Arambour, Aremburge, Arlette, Asceline, Assalid, Attala, Audeburge, Audefledis, Audovère, Aubrée, Auge, Austreberthe, Azelaïs, Barbe, Balde, Bathilde, Bayonne, Béatrix, Bénigne, Berthe, Betton, Boussarde, Brunehaut, Brunissende, Carensa, Carétène, Clervie, Clotsende, Clotsinde, Dangerosa, Déda, Dies, Elbore, Eliette, Elvide, Emillane, Emma, Erembourg, Ermelne, Ermengarde, Ermenjart, Ermentrude, Ermesinde, Etiennette, Eudoxie, Eusébie, Fleur, Floberte, Flodoberte, Flor, Flore, Foi, Framehilde, Franchilde, Gabrielle, Gausle, Gebétrude, Gerberge, Gerberte, Gerloc, Gersinde, Gillete, Gillote, Gisla, Glossinde, Gontrade, Guen, Guillemette, Guiraude, Hélits, Hermine, Hersent, Hildegarde, Huguette, Hugonette, Hylde, Ide, Inde, Ingonde, Jillian, Jutta, Lampagia, Léceline, Leudeberte, Liutgarde, Mahaud, Mahaut, Malorsie, Marguerite, Mathe, Mathie, Mathilde, Mechtilde, Mélie, Métronie, Mode, Nantechilde, Ode, Odete, Odile, Odonette, Opportune, Ostrogotho, Pétronille, Phébalde, Placidina, Plectrude, Poppa, Praetoria, Pulcelle, Ragnachilde, Régina, Renaude, Richilde, Rictrude, Rixende, Robresse, Rodheid, Rosemonde, Rothaïde, Rotrude, Sanche, Sancie, Sara, Sédeleude, Sénégonde, Sichède, Souveraine, Thelchilde, Théodechilde, Théodora, Théodrade, Théophanie, , Waldrade, Yolande, Yselda ou Ysoir... ‘‘ Kaë reprit sa respiration ‘‘ Et si c’est un garçon, ça pourrait être Aalongue, Abbaud, Abbon, Abelène, Abran, Abzal, Acelin, Achaire, Achard, Acheric, Adalard, Adalbaud, Adalbéron, Adalbert, Adalelme, Adalgaire, Adalgise, Adalicaire, Adalman, Adalric, Adebran, Adélard, Adelbert, Adelin, Adenet, Adhémar, Adier, Adinot, Adolbert, Adon, Adoul, Adrier, Adson, Agambert, Aganon, Agebert, Agelmar, Agelric, Agenulf, Agerad, Ageran, Agilbert, Agilmar, Aglebert, Agmer, Agnebert, Agrestin, Agrève, Aibert, Aicard, Aimbaud, Aimin, Aimoin, Airard, Airy, Alard, Albalde, Albaud, Albéron, Alboin, Albuson, Alchaire, Alchas, Alcuin, Alleaume, Amanieu, Amat, Amblard, Anaclet, Ansbert, Anselin, Ansoald, Archambaud, Arembert, Arnat, Artaud, Aubry, Authaire, Avold, Ayoul, Barnoin, Barral, Baudri, Bérard, Bérenger, Bernon, Bettolin, Betton, Brunon, Burchard, Caribert, Centule, Childebert, Chilpéric, Cillien, Clodomir, Clotaire, Cloud, Colomban, Conan, Conrad, Cybard, Dacien, Dadon, Dalmace, Dambert, Dioclétien, Doat, Drogon, Durand, Eadwin, Ebbon, Ebehard, Eddo, Edwin, Egfroi, Égilon, Eilbert, Einold, Éon, Ermenfred, Ermengaud, Ernée, Ernold, Ernoul, Eumène, Eunuce, Euric, Eustaise, Euverte, Evroult, Fleuret, Flocel, Flodoard, Flouard, Flour, Floxel, Folquet, Fortunat, Foulque, Frajou, Frambault, Frambourg, Frameric, Francaire, Fulbert, Gailhart, Gaillon, Garréjade, Gaubert, Gerbert, Giboin, Gildric, Gislebert, Godomer, Gossuin, Guéthenoc, Guibin, Guiscard, Hatton, Haynhard, Héribert, Herlebald, Herlebauld, Herlemond, Hildebald, Hildebrand, Hilduin, Hoel, Honfroi, Hugon, Humbaud, Isembert, Ithier, Jacquemin, Jacut, Lagier, Lambert, Lancelin, Léothéric, Lidoire, Lisiard, Lothaire, Lubin, Maïeul, Malulf, Marcuard, Maric, Materne, Matfrid, Matifas, Maur, Mauront, Mesmin, Milon, Odo, Oldaric, Orderic, Oricle, Premon, Rachio, Radoald, Radulf, Raginard, Raimbaut, Raimbert, Rainier, Rainon, Ramnulf, Ranulfe, Rataud, Rodron, Romary, Roscelin, Rostang, Salvin, Savaric, Savary, Sébaste, Senoc, Seth, Sicard, Siegebert, Sifard, Sigebert, Taillefer, Taurin, Théodebert, Théodemar, Theoderich, Théodran, Thérouanne, Thiégaud, Ursicin, Ursion, Vantelme, Volusien, Warin, Wigeric, Willibert, Wulfoald ou Wulgrin... ‘‘

Bien entendu, il n’avait pas remarqué qu’Ellana avait les yeux écarquillés devant cette foule de prénoms et quand Kaëran croisa son regard, il parut confus. Il n’eut pas le temps de lui demander ce qu’il y avait que la guérisseuse lui faisait boire une potion qui atténuerait temporairement la douleur.

Deux heures d’efforts et de travail avant qu’une petite tête ne sorte. Kaëran était blême en entendant les cris d’Ellana qui avait mis sa main gauche en bouillie. Ah oui, littéralement ! Il ne la sentait plus tellement elle avait serré fort.

‘‘ C’est bien ! Continuez à pousser, le bébé arrive. ‘‘ L’encouragea Irina, enjouée.

Quelques secondes plus tard, ils entendirent des pleurs d’enfant et le père se figea. Alors ? Est-ce que leur bébé allait bien ? Était-il difforme ? Était-il en bonne santé ? Lui manquait-il des membres ? Avait-il des yeux ? Ah bon sang !

‘‘ Toute mes félicitations ! C’est une petite fille ! ‘‘

Une petite fille ! Oh mon dieu... Ça y est, l’émotion montait et Kaëran tentait de refouler les larmes qui le menaçaient de couler. Ce n’était pas le moment de pleurer, ça ne l’était jamais ! Pas pour lui, mais quand la guérisseuse enveloppa l’enfant dans une couverture de laine et qu’elle vint la lui mettre dans les bras, il sourit et laissa une larme glisser sur son visage. C’était... Il n’y avait pas de mots pour dire ce qu’il ressentait à cet instant précis. Il était papa, tenait sa fille dans ses bras et avait la plus merveilleuses des femmes à ses côtés. C’était le plus beau cadeau que la vie avait put lui offrir. Kaëran posa un baiser sur le petit front du bambin et l’approcha de sa mère qui reprenait tranquillement son souffle, morte de chaud et de fatigue.

‘‘ Regarde... c’est maman. ‘‘

Le Lieutenant la posa dans les bras de sa fiancée, lui caressa la joue tendrement avant de l’embrasser et s’asseya sur le bord du lit.

‘‘ Tu as fais un sacré beau travail, Ellana... ‘‘ Murmura t-il, la gorge serrée sous l’émotion.

Ellana put admirer son chef d’oeuvre un long moment avant que le père ne la reprenne pour laisser Irina laver la couturière. Déjà, le jeune père s’amusait avec la petite qui gigottait et poussait de petits cris stridents.

Spoiler:
 

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mer 5 Juin - 11:35

Les contractions faisaient affreusement mal. Comme si on voulait tout lui arracher de l’intérieur. Ellana respirait tant bien que mal, se retenant de hurler et de pousser. Elle ne voulait pas mourir. Elle serrait la main de Kaë dans la sienne, de toutes ses forces, pendant qu’il écartait des mèches de cheveux tombées sur son visage et qu’il la rafraîchissait avec une débarbouillette humide.

- Ça va aller... détends-toi. Tout se passera bien. D’accord ?

Elle hocha de la tête, profitant du baiser sur son front et l’écouta, focalisant son attention sur ses paroles plutôt que les douleurs :

-Tu sais, j’y ai pensé et... enfin... les prénoms. Sauf que je ne sais pas quoi choisir. J’ai trouvé :

Suite à cela il lui débita toute une série de prénom, par ordre alphabétique, fille comme garçon. Ellana avait écarquillé les yeux devant ce flux de proposition. En fille elle en avait retenu un, c’était déjà ça. En garçon… elle le laisserait choisir. Elle croisa son regard et il parut soudainement confus. Apparemment il ne s’était pas rendu compte de ce qu’il avait dit !

Elle voulut lui dire qu’il était fou, un gentil fou, mais l’arrivée d’Irina avec la potion l’en empêcha. LE liquide n’était pas vraiment appétissant, mais au bout de quelques minutes, les douleurs refluèrent légèrement.

Ensuite ce fût l’attente. Près de deux heures d’attente jusqu’à ce qu’elle puisse enfin mettre au monde son enfant. Elle hurlait, criait, poussait, et réduisait la main de son homme en miette. Elle avait parfaitement senti ses os craquer, mais elle ne pouvait pas le lâcher. Au bout de deux heures et demie supplémentaire, la guérisseuse les informa que la tête était visible. Enfin !

-C’est bien ! Continuez à pousser, le bébé arrive.

Sur une dernière poussée, la pièce fût envahie de pleurs d’enfants stridents. Ellana soupira et laissa tomber sa tête sur l’oreiller, yeux fermés et souriante. Son bébé… il pleurait… il était en vie… elle aussi…

-Toutes mes félicitations ! C’est une petite fille !

Une fille… Ellana rouvrit les yeux en souriant, observant la guérisseuse donner le bébé au jeune père. Ellana voyait nettement son émotion alors qu’il s’approchait d’elle. Elle retrouvait peu à peu un souffle régulier, mais était fatiguée et avait vraiment chaud.

-Regarde... c’est maman.

Elle se redressa légèrement, collant son dos au mur derrière elle, et prit doucement le bébé dans ses bras, recevant en même temps une caresse et un doux baiser de la part de son homme. Elle était si petite ! Si fragile ! Elle tentait vainement d’ouvrir les yeux, agitant ses petites mains dans le vide. Ellana tendit sa main, que sa fille agrippa et serra de ses maigres forces. Du moins, elle put prendre un doigt. Elle était si belle… un fin duvet brun lui recouvrait le crâne et elle hoquetait encore faiblement.

-Tu as fais un sacré beau travail, Ellana...

Kaëran murmurait d’une voix étranglée par l’émotion et en le regardant, elle voyait ses yeux pétiller de mille feux. Ils avaient eu si peur, et au final, c’était merveilleux. Leur fille… leur trésor…
Ellana put la garder contre elle de longues minutes avant que le père ne le reprenne, laissant Irina laver la jeune mère. Elle put boire goulûment, et profita de ce qu’on lui nettoyait les jambes et le visage, en sueur.

Elle entendait des petits cris provenant de sa fille alors que son père s’amusait avec elle.

-Alors… avez-vous une idée de prénom ? Demanda Irina en rangeant son matériel.

Kaëran se tourna vers Ellana, un peu rouge sur les joues. Oui, il avait tout de même déballé toute une liste de prénoms ! Elle sourit et répondit :

-Et bien… de tous ceux que tu m’as proposés… en fille… j’en ai un qui m’a tapé dans l’œil…

Il la regarda, tout comme Irina, attendant de connaître le prénom :

-Jillian…

Il regarda la petite, puis de nouveau elle, et sourit. Apparemment il était d’accord…

-C’est un très beau prénom. Il faut la nourrir maintenant. Allaitez-vous ?

Ellana la regarda, confuse. Allaiter ? C’était quoi ça ? Irina ricana et s’approcha de Kaë, prenant Jillian doucement dans ses bras et l’approchant de la mère.

-Dénudez votre poitrine. La petite fera le reste.

La jeune mère regarda Kaë puis s’exécuta, prenant Jillian dans ses bras. Comme un aimant, la bouche du nourrisson s’approcha de son sein et commença à téter. La sensation était étrange mais pas déplaisante ! Et le silence était revenu dans la chambre.

-Bien… je vais vous laisser en famille. Toutes mes félicitations encore.

-Merci…

La guérisseuse sourit et sortit de la pièce. Deux minutes après, on retoquait contre le bois de la porte. Ce fût Kaë qui ouvrit, laissant passer Eiriel, Dorguan et Noah. La paysanne émit un petit cri de bonheur en voyant la petite, et s’avança doucement. Il ne fallait pas la déranger, elle mangeait.

-Félicitations les jeunes ! Elle est magnifique ! S’exclama Dorguan.

-Ma première petite-fille… je n’arrive pas à y croire… c’est… merveilleux… viens la mon grand !

Noah serra son fils contre lui avec force, faisant rire les femmes.

-Comment se nomme-t-elle ?

-Jillian. Jillian Eira.

-C’est un magnifique prénom.

-C’est Kaëran qui l’a trouvé. En me donnant une ribambelle de prénoms pendant que je souffrais le martyre !

Ce fût le rire général, faisant rougir le père qui s’avança. Jillian venait de finir et leur fit un joli petit rot avant d’être passée de bras en bras, en commençant par Eiriel.
Ellana prit la main de son fiancé, celle qu’elle avait écrabouillée, et l’embrassa en murmurant :

-J’espère que je ne t’ai pas trop fait mal…

Elle s’en voudrait. Ses mains faisaient des merveilles ! Elles lui donnaient du plaisir… elles cuisinaient super bien… elles massaient bien… bref on arrête là !

Jillian découvrait sa famille en émettant de petits sons, jusqu’à ce qu’elle s’endorme dans les bras de son grand-père. Son tout petit lit fut donc amené dans la chambre, et Noah la coucha, tendrement. Kaë passa derrière, pour vérifier sans doute… Ellana le sentait venir, le papa poule !

Elle-même se coucha, épuisée.

-Nous allons descendre d’accord ? Repose-toi. Nous laissons la porte entrouverte au cas où elle pleurerait et que tu ne l’entends pas.

-D’accord, merci…

Elle eut droit à un doux baiser de Kaëran, des félicitations des hommes, puis elle fût seule dans la chambre. Tournant la tête vers le berceau, elle voyait la tête et le haut du corps de Jillian.

Sa fille… sa petite princesse… elle était si heureuse. Rien ne pourrait entacher se bonheur à présent. Ils étaient une famille. La prochaine étape serait le mariage. (si elle savait mon dieu…*sors*)

Ellana ferma les yeux pour le monde des rêves, le sourire aux lèvres.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 15 Juin - 15:58

________________________________________________


Chapitre 6
La petite merveille, partie 2

◆ ◆ ◆




Le spectacle qui se déroulait devant les yeux du jeune père était tout simplement magnifique. En fait, il n’y avait rien qui pouvait décrire ça. Ils avaient fondé une famille après une foule d’obstacles qui auraient très bien pu les briser. Mais tous les deux, lui et Ellana, en étaient arrivés là. Jillian venait de naître et d’agrandir la famille. Lui qui avait eu si peur au départ, était plus qu’enchanté maintenant.
Au bout d’un moment, Kaëran s’approcha de sa douce, prenant la petite délicatement et la colla contre son torse. Il dégageait tant de chaleur corporelle que si leur fille attrapait froid dans ses bras, c’était qu’il y avait un sérieux problème ! Bref, le jeune Lieutenant laissa la place à Irina, qui nettoyait Ellana, et il s’asseya dans le fauteuil. Ses yeux bleutés aux teintes de vert ne déviaient aucunement du nouveau-né. Ses lèvres elles, se posèrent sur son front qu’il embrassa. Elle était si petite et fragile.

‘‘ Alors… avez-vous une idée de prénom ? ‘‘

La guérisseuse rangeait ses effets pendant que le regard du jeune père se posa sur sa fiancée. Le rouge lui était monté légèrement aux joues en se rappelant le roman de noms qu’il lui avait défilé un peu plus tôt. Ellana le regarda avec un sourire aux lèvres qu’il lui rendit bien rapidement, puis dit son verdict.

‘‘ Et bien… de tous ceux que tu m’as proposés… en fille… j’en ai un qui m’a tapé dans l’œil… Jillian… ‘‘

Jillian... Le regard du soldat gradé se posa sur l’enfant. Avait-elle une tête de Jillian. Après mure observation et réflexion rapide, Kaëran croisa de nouveau le regard de sa belle et lui répondit d’un seul sourire. Pourquoi le dirait-il à haute voix alors qu’elle comprenait parfaitement par ce geste ?
Irina la complimenta alors sur son choix et Kaë dut laisser Jillian entre les mains des femmes pour l’étape de l’allaitement. Il resta cependant légèrement en retrait, regardant tout de même d’un oeil curieux le déroulement des évènements. Le chemisier d’Ellana fut donc de moitié ouvert, découvrant ainsi une partie de sa poitrine et la petite traça son chemin instinctivement pour se mettre à téter. Mission accomplie. La guérisseuse se leva alors du bord du lit et laissa la place au Lieutenant qui la remercia à son tour, les laissant un instant seuls avec leur petit miracle. Combien de temps ? Pas bien longtemps en tout cas ! On toquait déjà à la porte et impatiente comme elle était, Eiriel fut la première à pointer le bout de son nez dans l’embrasure de la porte après que le nouveau papa eut ouvert la porte. Les hommes entrèrent à sa suite, félicitant Kaëran en lui serrant la main puis en le ruant de claques dans le dos en riant.

‘‘ Félicitations les jeunes ! Elle est magnifique ! ‘‘

Noah, en bon père émotif, avait les yeux brillants. Voir une si petite chose lui faisait un pincement au coeur. Dire que s’il avait pris ses responsabilités, quelques années auparavant, il aurait pu connaître ce genre de chose avec son propre fils et la femme qu’il avait jadis aimée. Il était trop tard pour retourner en arrière et rattraper le temps perdu maintenant. Il sourit et murmura, ému d’être grand-père.

‘‘ Ma première petite-fille… je n’arrive pas à y croire… c’est… merveilleux… viens là mon grand ! ‘‘

Père et fils s’enlacèrent fortement, se claquant le dos, pendant que Dorguan vint les serrer contre lui à son tour pour un câlin collectif bien viril. Eiriel riait, bien entendu, vite suivi d’Ellana.

Noah serra son fils contre lui avec force, faisant rire les femmes.

‘‘Comment se nomme-t-elle ? ‘‘ Demanda Eiriel

‘‘ Jillian. Jillian Eira. ‘‘

‘‘ C’est un magnifique prénom. ‘‘

‘‘ C’est Kaëran qui l’a trouvé. En me donnant une ribambelle de prénoms pendant que je souffrais le martyre ! ‘‘ S’exclama Ellana, un brin moqueuse.

En effet, ça sonnait plutôt pas mal. Les hommes se lâchèrent enfin et Kaëran s’approcha, contournant le lit pour s’asseoir sur le côté qui était libre. Oui, il avait rougi et se frottait même la nuque d’embarassement maintenant. Devant toute la famille, c’était passablement gênant. Dorguan ne put s’empêcher de passer un commentaire et Noah se mit à rire avec tout le monde. Le Lieutenant baissa les yeux vers Jillian, caressant le fin duvet sombre qui ornait son crâne avant qu’Eiriel ne la prenne et vola un baiser à sa douce qui glissait une main vers sa gauche qui était en compote.

‘‘ J’espère que je ne t’ai pas trop fait mal… ‘‘

‘‘ J’ai vécu pire comme torture... ‘‘ Murmura t-il en replaçant les cheveux noirs de la jeune femme convenablement. ‘‘ Cependant, ravi que ça ait pu t’aider. ‘‘

Encore une fois, il l’embrassa un peu plus longuement en guise de félicitation. Leur regard respectif était brillant et rempli d’une joie indescriptible. Après une caresse sur la joue droite de sa douce, Kaëran se leva. Il n’avait fallu que quelques minutes pour que Jillian ne s’endorme dans les bras de Noah, un pouce dans la bouche. Dorguan avait trimbalé le berceau dans la chambre principale et l’avait posé près du lit où se trouvait la jeune mère. La petite y fut déposée avec grand soin par le grand-père et le Lieutenant ne put s’empêcher de regarder par-dessus son épaule puis d’inspecter s’il avait bien fait son devoir. Ça y est, il allait s’inquiéter pour tout et n’importe quoi maintenant.

Comme Ellana était totalement épuisé de l’accouchement, Eiriel proposa de descendre pour la laisser reprendre un maximum de force. Les nouveaux parents en auraient besoin étant donné que la petite ne ferait certainement pas ses nuits complètes dans les premiers temps. Kaëran se pencha pour déposer ses lèvres sur celles de sa fiancée, douces et sucrées, puis sortit le dernier, laissant la porte entrouverte. Tous s’installèrent dans le salon. Le Lieutenant s’affala dans le fauteuil, soupirant d’aise, un sourire béat aux lèvres. Noah le regardait avec un sourcil arqué, souriant.

‘‘ Comment se sent-on, fiston ? ‘‘

‘‘ C’est... étrange. Ça me chamboule presque, mais de manière positive. ‘‘

‘‘ En tout cas, vous avez fait du bon boulot les jeunes. C’est un véritable trésor que vous avez là. Prenez-en bien soin, même si le contraire m’étonnerait ! ‘‘ Dit Dorguan. ‘‘ Pourra t’on vous l’emprunter de temps à autre ? ‘‘

‘‘ Hors de question ! ‘‘

Kaëran semblait si sérieux que le forgeron en fut déstabilisé, mais le sourire en coin qui se formait tranquillement sur les lèvres du soldat finit par le trahir. Dorguan soupira profondément, une main sur le coeur.

‘‘ Tu as bien failli m’avoir, le jeune ! ‘‘

‘‘ Bien sûr que vous pourrez. Enfin... si j’arrive à m’en détacher... ‘‘

‘‘ Kaëran le papa poule ! Il me tarde d’en voir une démonstration. ‘‘ Répliqua Eiriel en ricanant.

Le Lieutenant fit la moue puis se leva pour leur préparer du thé.
Un peu plus tard, le vieux couple était retourné à la maison et Noah s’affairait en cuisine, laissant son fils monter voir comment se portait sa douce. Quand il entra, ce fut tout en douceur, car elle dormait toujours. Jillian elle, jouait des bras dans les airs, tentant d’attraper quelque chose d’invisible au dessus d’elle. Le père s’approcha en souriant, la prit dans ses bras et la lova contre lui. C’était un trésor que leur avaient donné les dieux après tant d’embuches
et le plus beau cadeau qu’on ne pouvait espérer un jour recevoir. La petite avait ouvert les yeux et regardait tout avec une extrême curiosité, allant même jusqu’à essayer d’attraper le nez de son père. Ricanant légèrement, celui-ci contourna le lit, allongea la petite, le fit à son tour, et promena une main sur la mâchoire de sa belle au bois dormant. Ellana mit un petit moment à émerger du sommeil puis libéra son magnifique regard vairon.

‘‘ Regarde... maman est enfin réveillée. C’était pas trop tôt hein ? ‘‘

Il se fit faussement foudroyer du regard et ne put s’empêcher de rire avant de chercher un baiser de sa fiancée.

‘‘ Magnifique demoiselle, voudriez-vous devenir ma femme dans la semaine à venir ? Quand vous aurez pris un peu du poil de la bête et du repos, bien entendu. Vous êtes dans un état passablement lamentable je dois avouer. ‘‘

Oui, il rigolait, mais cela n’empêcha pas la jeune maman de faire un semblant de moue alors que Kaëran souriait doucement, caressant ses lèvres pour qu’elle retrouve le sourire.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 15 Juin - 17:01


Ellana dormit magnifiquement bien. Ses rêves étaient remplis de son futur époux et de sa petite fille. Les ennuis étaient réellement terminés. Plus d’embûches. Plus de soucis. Rien que le bonheur d’être parents.
Elle dormit une bonne partie de la soirée, et ce qui la tira de ses songes fût le toucher de son homme le long de sa mâchoire. Au début, elle pensait que c’était une mouche, et gigota donc pour qu’elle s’enlève, mais cette saleté d’insecte ne partait pas !
Alors elle ouvrit lentement les paupières, pour découvrir que la mouche n’était autre que la main de Kaëran qui était allongé dans le lit. Et au milieu… Jillian qui émettait de faibles sons, jouant dans le vide avec ses petites mains.

-Regarde... maman est enfin réveillée. C’était pas trop tôt hein ?

Elle le foudroya du regard. Du moins, tenta, mais son bonheur était tel qu’elle n’y parvenait pas convenablement. Elle sourit donc lorsqu’il rit, et lui rendit son baiser quand il se pencha, le réclamant. C’était merveilleux…

-Magnifique demoiselle, voudriez-vous devenir ma femme dans la semaine à venir ? Quand vous aurez pris un peu du poil de la bête et du repos, bien entendu. Vous êtes dans un état passablement lamentable je dois avouer.

Hein ?! Avait-elle bien entendu ce qu’elle avait entendu qu’elle avait cru entendre ? « Dans un état passablement lamentable » ?! Elle aimerait bien le voir lui, s’il avait accouché ! Elle tenta de lui faire la moue, mais encore une fois, n’y parvint pas.
Et puis, comment résister à cette caresse sur ses lèvres ? Le sourire lui revint vite et elle l’embrassa encore, s’éloignant ensuite parce que Jillian râlait entre eux. Ellana lui prit une main, enfin, la petite lui serra un doigt qu’elle porta même à sa bouche et Ellana, de son autre main, ne put s’empêcher de caresser son crâne un peu chauve encore.

-Elle est si belle, Kaë… la plus belle de toute la ville. Murmura-t-elle.

Elle leva les yeux vers le jeune père, qui avait lui aussi le regard brillant, et passa sa main libre de la tête de Jillian à la joue de son homme.

-Merci…

Merci pour tout ce qu’il lui donnait et donnerait à l’avenir. Merci d’être là. Merci tout court. Elle décida ensuite de revenir sur ses dernières paroles.

-Mon… état passablement lamentable est dû à l’accouchement difficile. Dans quel état serais-tu, toi ? Mmh ? Elle ricana et poursuivit Et pour le mariage… oui… Jillian pourra se vanter d’avoir été présente au mariage de ses parents…

Même si elle ne s’en souviendrait pas forcément. (pas du tout ouais…)

Ils se levèrent alors, Ellana prenant doucement la petite dans ses bras, faisant attention à sa tête, encore très fragile. Ils se rendirent dans la salle d’eau, ou les deux parents lavèrent le bébé en riant. Ils apprenaient, et c’était des souvenirs qui jamais ne s’effaceraient. La petite habillée,  Ellana douchée, ils descendirent et constatèrent que Noah leur avait préparé le repas ! Ellana le remercia et s’installa à table, allaitant la petite. Elle ne pouvait guère faire autrement et elle n’était pas gênée si Noah voyait un bout de sa poitrine. Elle mangeait en même temps et la jeune mère félicita le grand-père pour ce délicieux festin.

La nuit avançait, Jillian s’était endormie dans les bras d’Ellana, et les hommes débarrassèrent avant qu’ils ne montent pour se rendre chacun dans leur chambre respective. Les deux parents couchèrent leur fille, leur miracle, Ellana s’amusant de voir Kaë inspecter le moindre détail.

-C’est bon… elle est bien couchée et dors profondément. Profitons-en avant qu’elle ne se réveille… Murmura-t-elle en l’embrassant.

Elle aimait tant voir son regard scintiller de milles feux ! Il suffisait à illuminer toute la pièce ! Ils se couchèrent donc, se blottissant l’un contre l’autre. Maintenant ils pouvaient à nouveau, elle n’avait plus ce gros ventre ! Oh et puis… dès qu’elle serait de nouveau bien reposée… elle lui sauterait dessus. Ca lui manquait trop et son corps le réclamait. Il réclamait toutes ses sensations que seul Kaë lui donnait…

Sourire aux lèvres, tête sur le torse musclé de son homme, Ellana s’endormit une nouvelle fois rapidement. Pour être réveillée en sursaut trois heures après par Jillian. Elle voulut se lever mais Kaë la devança et elle l’entendit marcher dans la chambre en berçant sa fille. Et dire qu’il avait eu peur…

Par contre elle ne l’entendit plus se recoucher et le reste de la nuit fût calme. Au matin, ils se réveillèrent tous sensiblement en même temps, les deux parents s’occupant en priorité de leur fille qui réclamait le changement de couche, la nourriture, et les câlins.

Kaëran devait partir au travail et Ellana ne put l’aider à enfiler son armure, puisqu’elle avait la petite dans les bras. Ce fût une longue série de baisers et caresses devant la porte. Kaë avait repris sa fille dans les bras pour lui dire au revoir et ne semblait pas vouloir la lâcher.

-Mon cœur, tu vas être en retard. Donne-la moi… tu la reverras ce soir. A moins que je ne me promène cet après-midi et te croise en patrouille. Allez !

Il fît la moue, regarda sa fille qui ouvrait à présent de gros yeux curieux de son environnement, puis finalement la lui tendit. Pour une fois, il avait baissé les armes rapidement. Souriante, Ellana lui fît signe jusqu’à ce qu’il ait disparu.

-Papa est un papa gâteau ma puce.

Jillian fût installée dans son parc au salon, surveillée par Noah qui s’amusait avec elle, et Ellana fît tout ce qui était ménage. Lits, linge… poussière…

Puis, elle se dit qu’il faudrait qu’elle commence à préparer le mariage. Elle rejoignit donc son beau-père au salon, avec un bloc et de quoi écrire.

-Noah… nous voudrions nous marier dans la semaine… ou la semaine prochaine… pourriez-vous m’aider ?

-Pas de soucis ! Alors… il faut déjà réserver une date. Ca, Eiriel s’en chargera elle connaît bien le prêtre. Ensuite… il vous faut des costumes… il faut les invités, le repas… la décoration…

Oups. Cela faisait d’un coup peur à Ellana.

-Pour… les costumes je vais m’en charger. Les invités, c’est à Kaë de voir principalement. De mon côté je n’ai personne donc c’est réglé. Le repas… quelque chose de simple. A voir aussi avec Kaë. La décoration… alors là…

Noah lui dressa une liste de ce qui était sympathique. Des bouquets de fleurs suspendus, des ballons… des banderoles… Ils poursuivirent même pendant qu’Ellana débuta la couture de sa robe. Elle avait pris un joli tissu blanc et elle visualisait déjà la robe qu’elle souhaitait porter. Mais elle ne la montrerait pas à Kaë. Il ne la verrait qu’à l’église, ce fameux jour, comme la tradition le voulait selon Noah. Le costume de Kaë, elle devait prendre les mesures de l’homme ! Elle le voyait bien en bleu marine plutôt que noir…

Enfin toute l’après-midi passa aux discussions, avec Eiriel et Dorguan qui s’étaient ajoutés entre temps. Et dire qu’elle avait dit à Kaëran qu’elle se baladerait pour le croiser en patrouille… mais bon, le mariage d’abord et il n’allait sans doute pas râler ! Surtout que là, Ellana jonglait entre la couture, l’allaitement, et la consolation de sa fille. Quoique ce dernier point, Eiriel s’en chargeait à merveille. On aurait dit qu’elle avait élevé des enfants toute sa vie !

-Kaëran était capricieux. Et Jillian à l’air de tenir ça de lui. Méfie-toi ! Deux têtes de mule sous le même toit n’est pas recommandé !

Et Noah fît la moue, puisque c’était lui qui avait transmis ça à son fils qui lui-même l’avait transmis à Jillian.

-Ne vous en faites pas. Je la prends telle qu’elle est et je l’aime comme elle est. Et si jamais elle fait trop sa tête de mule je la donnerais à Kaë !

Et hop fou rire général ! Ellana était définitivement heureuse. Et ne voulait en aucun cas changer le cours de sa vie pour l’heure…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 16 Juin - 6:19

________________________________________________


Chapitre 6
La petite merveille, partie 3

◆ ◆ ◆



Le jeune père se tenait sur le côté, tête appuyée dans la paume de sa main gauche et coude enfoncé dans son oreiller. Ses yeux pâles ne faisaient qu’admirer ce spectacle unique et merveilleux qu’étaient sa fille et sa future épouse. Elles étaient si belles toutes les deux...

‘‘ Elle est si belle, Kaë… la plus belle de toute la ville. ‘‘

‘‘ Vous l’êtes toutes les deux... les plus belles femmes que les dieux m’ont permis de regarder et de toucher. ‘‘

Le regard d’Ellana croisa le sien et il brillait de mille feux. Probablement autant que le sien. Ils se souriaient tendrement et la main délicate de la jeune femme se glissa sur l’une de ses joues. C’était inévitable, chaque fois qu’elle le touchait, d’une quelconque manière que ce soit, Kaëran était parcouru d’un frisson.

‘‘ Merci… ‘‘

Ce simple mot était gorgé d’une foule de sentiments divers passant par son regard et le timbre de sa voix douce et mielleuse. Kaëran avait compris que ce merci signifiait plus que celui qu’on disait par politesse. Ce merci regroupait tout; ce qu’il avait fait et ferait pour elle, ce qu’il lui donnait, ce qu’il était. Le Lieutenant ne put que lui sourire, l’embrasser tendrement et se recula puisque Jillian faisait des siennes, commençant à manquer d’espace entre ses parents.

‘‘ Mon… état passablement lamentable est dû à l’accouchement difficile. Dans quel état serais-tu, toi ? Mmh ? Et pour le mariage… oui… Jillian pourra se vanter d’avoir été présente au mariage de ses parents… ‘‘

Oh bon sang... jamais il ne se serait imaginé vivre l’accouchement ! Ça non ! Les hommes étaient chanceux pour ça en fait. Pas de risque de grossesse accidentelle, de grossesse et ce fameux problème mensuel qui en rendait plus d’une à cran. Mais au moins, le corps de la femme était plus fort que le leur pour cette raison. Elles avaient toujours été en mesure de combattre plus efficacement la maladie que les hommes.

‘‘ Je ne ferais pas long feu, je crois... imaginer la douleur me fait frissonner d’horreur. ‘‘

M’enfin, c’était l’heure de nettoyer et changer la petite avant de descendre rejoindre Noah qui s’occupait de leur préparer un bon repas après une journée aussi riche en émotion. La grande aussi devait se rendre présentable après des heures d’efforts. Kaëran s’occupait donc de Jillian pendant que la mère se séchait et s’habillait. Les jeunes parents arrivèrent dans la cuisine et Ellana allaitta le bambin. En tout cas, leur estomac ne pouvait être qu’heureux avec un tel festin. Kaëran se frotta même le ventre quand il eut vidé son assiette, son père le charriant sur le fait qu’il allait prendre du poids à manger comme ça. Le soldat n’était pas inquiet, ce n’est pas ça qui l’empêcherait de garder la ligne. Disons que son entraînement lui était bénéfique aussi. En soirée, on laissa la mère se reposer et s’occuper de sa fille, les hommes vaquant aux tâches ménagères. Enfin... la vaisselle et le rangement en fait.
Jillian endormie dans les bras d’Ellana fut le signal. On monta se mettre au lit, peu importe l’âge, et la petite fut déposée dans son berceau délicatement. Une fois encore, Kaëran veillait au grain que tout avait été fait dans les règles de l’art. Ellana le remarqua bien d’ailleurs et semblait amusé de l’attitude de son Lieutenant.

‘‘ C’est bon… elle est bien couchée et dors profondément. Profitons-en avant qu’elle ne se réveille… ‘‘

Kaëran se délecta du baiser de sa belle et jeta un dernier coup d’oeil à Jillian qui était caché sous une petite couverture de laine rose, tricotée par Eiriel. Notre homme se changea, revêtant un pantalon de nuit puis se glissa sous les couvertures, vite rejointes par sa fiancée qui se blottit contre lui de tout son long. Ça faisait étrange de sentir son ventre contre le sien, mais c’était très loin d’être déplaisant en fait.

Bercée par les battements réguliers de son coeur, Ellana le quitta rapidement pour rejoindre Morphée. Quant au Lieutenant, il tourna la tête vers le berceau de Jillian pour s’assurer qu’elle dormait toujours. Bien sûr que oui, franchement ! Si elle avait été réveillée, elle aurait poussé un cri strident à faire saigner les oreilles. Bref. Soupirant d’aise, le jeune père ferma les yeux à son tour, sombra vers l’autre monde. Trois heures plus tard, les pleurs de Jillian réveillèrent les parents qui eurent de la difficulté à émerger du sommeil. Kaëran ne mit pas beaucoup de temps à se tirer hors du lit, bâillant, puis se pencha légèrement vers l’avant pour plonger ses bras dans le berceau. Délicatement, la petite fut prise et collée contre le torse de son père qui se promenait dans la chambre en lui murmurant à l’oreille, la berçant toute en douceur. Les pleurs cessèrent au bout de quinze minutes et Jillian fut reposé dans son lit, pouce en bouche, laissant son père retourner se coucher. Le restant de la nuit, ça se passa bien.

Au matin, on s’activait tôt. Le soleil se levait tranquillement et annonçait une autre belle journée d’été... et de suffocation pour Kaëran qui se devait impérativement de porter l’armure de l’armée de Racium. C’était un vrai fourneau lorsqu’il partait en patrouille avec ses hommes et chaque soir, ça se résumait à une toilette d’eau froide. La ferraille enfilée, Ellana escorta son homme jusqu’à l’entrée et il ne cessait de l’embrasser, ainsi que sa chère fille. Kaëran avait pris la petite avant de partir, mais lorsque vint le temps de partir, il ne fut pas capable de s’en séparer. Eh merde... pourquoi fallait-il qu’il parte travailler ? En bon spectateur, Noah observait la scène de loin, riant dans sa barbe.

‘‘ Mon cœur, tu vas être en retard. Donne-la-moi… tu la reverras ce soir. À moins que je ne me promène cet après-midi et te croise en patrouille. Allez ! ‘‘

‘‘ Oui, mais... hum... ‘‘

Eh oui, la moue légendaire fit son apparition sur le visage du Lieutenant. Ses yeux pâles se posèrent sur Jillian qui observait tout et n’importe quoi puis dans un soupir, Kaë se sépara de sa progéniture pour la confier à sa future épouse.

‘‘ Prends soin de ma fille, sinon gare à toi. Je sais où tu habites. ‘‘

Avant de partir, il lança à Ellana un faux regard suspicieux puis traversa l’allée pour se diriger vers le chemin. Quelques minutes plus tard, il arriva au palais et croisa Ayden et Emiya qui se dirigeaient eux aussi vers la cour d’entraînement.

‘‘ Alors ?! ‘‘ S’exclama Emiya, curieuse.

‘‘ C’est une petite fille. Je n’aurais jamais cru que c’était aussi petit. Elle est tellement minuscule et fragile que j’ai peur de la briser dès que je la touche ! ‘‘

‘‘ Normal, tu es une brute, Eira. ‘‘

L’archer ricana et se mangea une claque derrière la tête. Poussant un grognement, Ayden se frotta la tête et tourna vivement la tête vers son supérieur qu’il foudroyait du regard. Le Lieutenant, nullement intimidé, ne faisait que sourire moqueusement. La journée s’annonçait bien.
Quand vint l’heure de la patrouille, Kaëran ne croisa nullement Ellana et Jillian. Il avait d’autant plus hâte de retourner à la maison pour les voir ! Et lorsque l’heure fatidique arriva, Kaëran se hâta de retourner à la maison, courant même pour y arriver rapidement. Il poussa la porte, entra et enleva son armure à la vitesse de l’éclair pour arracher Jillian des mains de son père qui jouait avec. La petite se mit à rire et sourire, lui montrant ses belles gencives sans dents ainsi que ses grands yeux brillants. Ellana arriva même pour la laver et le jeune père se mit à la fuir, lui donnant un baiser sur le vol avant de grimper à l’étage. Ah non ! Elle n’était pas sortie alors qu’il patrouillait, alors elle n’aurait pas Jillian pour un moment. C’est donc lui qui s’occupait de laver sa fille, s’enfermant dans la salle de bain. Mais quand il voulut sortir, sa fiancée se tenait devant la porte, poings sur les hanches.

‘‘ Que cherches-tu ? ‘‘

Comme s’il ne le savait pas... Le Lieutenant se poussa pour la laisser entrer et elle chercha leur fille des yeux. Kaëran, les bras croisés sur le torse, avait un sourire en coin énigmatique. Oui, il avait caché leur fille quelque part. Dans un endroit sécuritaire quand même, où elle ne pouvait pas se blesser. Ellana, après avoir fouillé partout, trouva la petite dans un panier de vêtements. Le soldat gradé s’empressa alors de reprendre la petite et fila à toute allure en dehors des murs de la salle de bains, l’enfant hurlant d’amusement dans les bras de son père.
Bon, il dut arrêter à un moment ou à un autre, car Ellana devait nourrir la petite. Noah et Kaëran s’occupèrent donc de préparer le repas pendant ce temps.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Dim 16 Juin - 11:22


Jillian dans les bras de son grand-père, Ellana s’occupait de lister les différentes tâches à faire pour le mariage. Elle avait commencé la robe, mais au vu de l’heure, il avait fallut qu’elle s’arrête. Kaë n’allait pas tarder à rentrer de sa journée et elle mettait un point d’honneur à ce qu’il ne voie pas la robe avant le jour-j.
 
-Je crois que notre nouveau papa poule est de retour. Annonça Noah alors que des pas précipités se faisaient entendre dans l’allée.
 
Et en effet la porte s’ouvrit deux secondes plus tard sur Kaëran, qui retira son armure à la va-vite pour ensuite prendre Jillian des bras de Noah qui pouffait. Le jeune père s’amusa donc avec sa fille dont il avait été séparé pour la journée, et Ellana fît semblant de s’offusquer. Elle n’avait même pas eu droit à son baiser ! Elle se leva, pour le lui « reprocher » mais aussi pour laver et changer la petite, mais Kaë ne voulut pas. Il lui donna son baiser furtivement avant de se précipiter à l’étage avec la petite qui émettait des sons ressemblant à un rire. Ellana souriait mais en même temps s’inquiétait. Dans ses gestes rapides, il pouvait cogner la petite, ou même trébucher et tomber. Et Jillian était encore trop fragile, elle n’avait que deux jours ! Il suffisait d’un simple choc sur son petit crâne pour qu’elle les quitte prématurément. Et ça, Ellana ne le voulait surtout pas, tout comme Kaë, elle le savait, mais en bonne mère, elle s’inquiétait.
 
Elle monta donc, s’excusant auprès de Noah et se posta devant la porte de la salle de bain, poings sur les hanches. Bon au moins Kaëran lavait leur fille mais bon… au bout de quelques minutes il ouvrit, disant :
 
-Que cherches-tu ?
 
Elle le regarda sans ciller. Ce qu’elle cherchait ?! Mais il le savait pertinemment ! Il se poussa même et elle entra, fouillant la pièce du regard. Il n’y avait pas de trace de Jillian. Ellana commença tout de même à paniquer mais au vu du sourire de son futur époux, il se jouait d’elle. Alors elle fouilla réellement la pièce, jusqu’à retrouver Jillian dans un panier de vêtement. Elle la serra contre elle, la petite lui attrapant même le nez, mais Kaëran arriva et lui reprit le bébé, sortant dans le couloir. Ellana soupira. Pourquoi est-ce qu’elle sentait que Kaë allait le faire dès qu’il le pourrait ? Pas que ça la dérangeait, c’était même amusant mais… bref.
 
Elle rangea juste la pièce et sortit, rejoignant les hommes à l’étage du dessous. Mais Jillian commença à pleurer dans les bras de son père, réclamant pitance. Kaë fût donc forcé de la redonner à sa mère parce qu’aux dernières nouvelles, il n’allaitait pas ! Ca se saurait…
 
Ellana s’assit donc dans le fauteuil et dénuda sa poitrine, installant confortablement sa fille qui cessa de pleurer aussitôt que sa bouche eut trouvé son sein. Les hommes eux, préparaient le repas, en bons gentlemans qu’ils étaient. Ellana observait sa petite fille, qui mangeait goulûment les yeux fermés. Ses mains se fermaient et se rouvraient dans le vide, doucement. Quand elle se détacha, Ellana parvint à se rhabiller, essuya la bouche de la petite qui émit son petit rot avant de prendre l’index de sa mère dans sa main. Jillian rouvrit les yeux, de beaux yeux d’un bleu pétillant. Mais la couleur allait encore changer, selon Eiriel. Elle avait hâte de voir la couleur définitive…
 
Lorsque son homme vint la chercher pour dîner, elle lui tendit sa fille pour qu’il l’allonge dans son parc. Il fît tourner le petit mobile offert par Noah, et retournèrent ensuite dans la cuisine pour manger, mais en ayant toujours la petite en ligne de mire au cas où.
 
-Vous vous améliorez chaque jour, les garçons. Dit-elle en savourant le repas.
 
Ils continuèrent un peu et Ellana revint sur le sujet du mariage avec Kaëran, alors qu’ils buvaient du thé :
 
-Aujourd’hui je ne suis pas sortie, tu as du le remarquer… excuse-moi mon cœur… mais nous avons commencé à organiser le mariage… demain nous allons demander à Eiriel si elle peut aller voir le prêtre et réserver une date. Et cet après-midi, Noah et moi avons réfléchit au menu et aux décorations. Pour les invités je te laisse faire, puisque je n’ai personne de mon côté. Et pour les costumes… il faut que je prenne tes mesures. Donc… hop en caleçon !
 
Oui elle allait le faire tout de suite, ainsi ce serait fait. Kaë écarquilla les yeux, rougissant même à l’idée de se déshabiller de moitié devant son père, mais il s’exécuta tout de même pendant qu’Ellana cherchait de quoi écrire et mesurer. Elle le fît lever les bras de chaque côté et prit toutes les mesures qu’il fallait, les jambes, buste, tour de taille, tout, tout, tout. Et au passage elle caressa ses abdos sans que Noah le voie. Mon dieu… elle sentait son corps fourmiller d’envie d’un coup. Avaient-ils mis quelque chose d’aphrodisiaque dans le repas ?!
 
Elle recula une fois finit, masquant un peu ses émotions, et il se rhabilla. Jillian s’était endormie et Kaë vint la prendre délicatement, suivant Ellana et Noah qui montaient à l’étage.
 
-Bonne nuit, Noah ! Dit-elle alors que Noah entrait dans sa chambre et lui répondait.
 
Les jeunes parents allèrent donc dans leur chambre également, et Kaëran s’occupa de coucher la petite délicatement pendant qu’Ellana allait se laver. Ils échangèrent ensuite et Ellana se coucha, pour ensuite se déshabiller et jeter ses habits par terre, là ou Kaë ne les verraient pas. Emmitouflée dans les draps malgré la température agréable, elle attendit que son homme revienne et se couche, serrant les jambes l’une contre l’autre. Mon dieu… elle avait trop envie là… ce n’était même pas négociable. Jillian dormait profondément, ils n’auraient qu’à être silencieux au possible.
 
Alors quand Kaë revint et se coucha, à moitié habillé pour la nuit, elle se colla à lui, l’embrassant doucement. Elle se colla, se colla, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’elle était nue. Là il la regarda étrangement et tout ce qu’elle lui fît fût un sourire coquin.
 
-J’ai envie de toi, mon cœur…
 
Et oui ! Elle avait dit ça ! Cela sembla surprendre Kaë d’ailleurs mais attendez… ils ne l’avaient plus fait depuis facilement neuf mois et demi ! Elle était en manque.
Sa main se glissa donc sur son torse qu’elle commença à caresser lentement, regardant les réactions sur le visage de son homme. Ellana se fît encore plus malicieuse et sa main descendit, en bas, encore plus bas. Elle se faufila sous le pantalon qu’il portait, et trouva le petit soldat rapidement, déjà à moitié au garde à vous. Elle le prit doucement et commença ses caresses, se redressant sur le coude pour embrasser Kaëran fougueusement. Elle le sentait qui s’arquait, qui répondait à ses gestes. Elle se dressa donc de moitié, lâcha son membre et le déshabilla. Elle commença à embrasser ses jambes, remontant doucement. Il n’avait rien à faire, rien du tout. Juste à profiter. Et il avait déjà le souffle bien plus court. Elle-même avait des frissons qui la parcouraient. Lorsqu’elle parvint à son membre, elle le regarda longuement avant de le caresser et de s’approcher, pour le prendre par la bouche. La deuxième fois qu’il y avait droit tout de même. Une main sur son torse, l’autre près de son membre qu’elle préparait, elle sentait les contractions de ses muscles.
 
Au bout de quelques minutes, elle le relâcha, souriante. Puis elle se mit à califourchon sur lui, embrassant son torse lentement tandis qu’il la caressait aussi partout. Leurs lèvres se retrouvèrent, et pour Kaë ce dût être étrange, puisqu’il avait le droit de se goûter…
 
Tout en s’embrassant, Ellana guida son homme et s’unit à lui. Elle débuta ses mouvements, gémissant d’aise, mais restant le plus silencieux possible à cause de Jillian. C’était… si bon… elle accéléra, encore et encore, jusqu’à ce qu’il prenne le dessus.
 
Il était bien plus vigoureux qu’elle et ce fût encore mieux. Elle rejetait la tête en arrière et griffait son dos sans relâche. Lorsqu’ils s’embrassèrent, elle parvint même à le mordre, sans faire exprès. Mais le sang perla et elle s’en voulut automatiquement. Elle le lécha pour arrêter le sang et s’excusa du regard.
Il reprit ses mouvements de plus belle, et elle enfouit sa tête dans son cou, lui dessinant un joli suçon. Elle se mordait la lèvre de plaisir, tout débordait en elle et elle allait vite exploser.
 
-Kaë… mmh… oui… mon dieu… Souffla-t-elle.
 
Il n’était jamais allé aussi vite. C’était intense, merveilleux. Quand il ralentit au bout d’une bonne heure, pour ensuite se stopper et se détendre en elle, ils étaient essoufflés, en sueur, mais ils souriaient, heureux. Et une partie de la nuit y était passé. Il se retira délicatement et s’affaissa à ses côtés. Le petit soldat semblait reput…
 
Et Kaë avait le dos pleins de griffures, le cou tatoué d’un suçon, une lèvre en sang.
 
-Désolée mon cœur… je ne voulais pas… ça fait mal ? bis bobo ?
 
Elle l’embrassa et souffla sur les bobos. Elle lui souffla de s’endormir pour prendre tout de même des forces pour le travail, remettant les draps sur lui, mais au même moment Jillian s’éveilla et hurla. Ellana se leva donc, laissant Kaëran s’endormir, et prit sa petite dans ses bras, contre le corps chaud et en sueur d’une mère. Elle fredonna doucement, et était sûre que Kaëran l’entendait et en profitait pour s’endormir aussi. Voilà qu’elle parvenait à endormir le père et la fille en fredonnant ! Jillian hoquetait encore et ne voulait plus trop la lâcher. Elle la berça donc une bonne heure avant qu’elle ne soit dans le monde des rêves et que sa mère la recouche pour ensuite aller se coucher près de son homme, tête contre son torse. Elle entendait son cœur reprendre un rythme normal et elle le rejoignit, sourire aux lèvres…
 
Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 17 Juin - 3:40

________________________________________________


Chapitre 6
La petite merveille, partie 4

◆ ◆ ◆



Le boeuf cuisait lentement sur le feu depuis une bonne heure maintenant et l’odeur se propageait dans l’entièreté de la demeure. Les légumes bouillaient dans la marmite comme les pommes de terre et Kaëran dressait la table alors que Noah s’occupait de l’assaisonnement ainsi que du pain qu’il coupait en tranche. Le repas fut servi quelques minutes plus tard, après que Jillian fut nourri et couché dans son petit parc fait maison par le menuisier au coin de la rue.

‘‘ Vous vous améliorez chaque jour, les garçons. ‘‘

‘‘ Tout a été fait avec amour, chère dame. Ma mère me disait toujours que c’était le meilleur des assaisonnements. Pas vrai fiston ? ‘‘

Kaëran lui fit un sourire en coin, étant en train de mâcher, mais il partageait entièrement son point de vue.
Les assiettes vidées, la vaisselle faite et rangée, on mit de l’eau à bouillir et prépara le thé ainsi que des petites douceurs en guise de dessert. Ellana leva les yeux au moment où le soldat portait sa tasse à ses lèvres et vint avec un sujet auquel il était justement en train de penser; leur mariage.

‘‘ Aujourd’hui je ne suis pas sortie, tu as du le remarquer… excuse-moi mon cœur… mais nous avons commencé à organiser le mariage… demain nous allons demander à Eiriel si elle peut aller voir le prêtre et réserver une date. Et cet après-midi, Noah et moi avons réfléchi au menu et aux décorations. Pour les invités je te laisse faire, puisque je n’ai personne de mon côté. Et pour les costumes…, il faut que je prenne tes mesures. Donc… hop en caleçon ! ‘‘

‘‘ Euh... ‘‘

Ce fut le seul semblant de mot qui put sortir de la bouche du Lieutenant. Son regard pâle se porta vers son père qui leva les mains en signe de reddition et il leva les yeux au ciel. M’enfin, comme si ça le gênait de voir qu’il le verrait en sous-vêtements. Ellana s’éclipsa donc l’espace de quelques minutes pour chercher ses outils de travail pendant que Kaëran se départissait de ses vêtements qu’il laissa sur le dossier de sa chaise. Quand sa fiancée revint, elle avait réellement l’air de la couturière typique avec son ruban à mesurer autour du cou, son cahier dans une main et de quoi écrire de l’autre.

Jouant au piquet, Kaëran leva les bras à l’horizontale et laissa sa douce prendre toutes les mesures dont elle avait besoin, mais il savait très bien qu’elle le reluquait en même temps. Ses yeux ne cessaient d’observer son corps et quand elle eut presque terminé, le jeune homme sentit une douce main caresser son ventre. C’était étrange, mais ce simple geste et aussi le regard de la couturière laissaient entrevoir un réel désir. Bon... ce devait être passager, alors quand elle eut fini, il se rhabilla et vint chercher Jillian qui s’était assoupi depuis un moment. Autant la monter à l’étage pour la coucher. Suivant la marmaille au second, on dit bonne nuit à Noah qui bayait aux corneilles puis les jeunes parents pénétrèrent dans leur chambre pour mettre leur fille dans son berceau. Pendant qu’Ellana allait se laver, Kaëran s’accouda au bord du berceau et admira sa fille qui dormait paisiblement, un doux sourire aux lèvres. Elle était si mignonne et petite... si fragile, mais bien réelle. Un cadeau du ciel.
Au bout d’une quinzaine de minutes, sa fiancée revint et ce fut à son tour de filer se débarbouiller, car oui, il se sentait sale à force de suer dans cette ferraille sous un soleil de plomb insupportablement chaud ! Ce ne fut que lorsqu’il fut propre comme un sou neuf et rafraîchit qu’il revint dans la chambre en simple pantalon de nuit. Prenant sa place, Kaëran se recouvrit des couvertures et se tourna pour recevoir un baiser de sa belle. Sauf qu’elle semblait demander quelque chose d’autre. Son corps de femme se rapprochait toujours un peu plus du sien, encore et encore, jusqu’à ce qu’il sente la poitrine généreuse de celle-ci contre son torse et son ventre contre le sien. Ce fut direct; la vague de frisson qui lui traversa tout le corps violemment. Kaëran arqua un sourcil et croisa le regard d’Ellana... alors là...

‘‘ J’ai envie de toi, mon cœur… ‘‘

Entendre, de telles paroles sortirent, de la bouche d’Ellana était si étrange que ça lui fit tout drôle. Si elle savait à quel point il en avait envie lui aussi... sauf qu’il restait là sans rien dire. C’était si stupide. Ce qui le sortit de sa transe végétative fut l’une des mains de sa fiancée qui glissait sur sa peau, parcourant son torse avec une lenteur et une sensualité exquise. Elle descendait encore, capte vers le sud, glissant ses doigts sur son bas-ventre et sous le vêtement qu’il portait. Les muscles de cette région se contractèrent aussitôt, même si ce fut pire lorsque sa virilité fut prisonnière. Bon... sang... c’était violent comme sensation après ces longs mois d’abstinence. Kaëran déglutit et accueillit les lèvres de sa douce contre les siennes sans réserve, voulant les garder jalousement pour lui. Lui seul. Les décharges de frissons qui traversaient son corps étaient un délice et l’homme se faisait violence pour garder le silence, serrant les dents et étouffant un gémissement. Ce qu’Ellana lui faisait vivre là était un supplice, mais dans le sens positif du terme. Il se retrouva dépouillé de son survêtement et...

‘‘ Bon sang... ‘‘ Souffla t-il, le souffle court.

Il sentait tout et tout ce qui se trouvait sous sa taille appartenait à sa fiancée. Maintenant et pour l’éternité. Sa bouche faisait des miracles certes, mais tout ce que le Lieutenant voulait était ses lèvres et sentir son corps contre le sien. Plus près. Soudé au sien.
La jeune femme cessa sa douce torture après un court instant, s’installant sur le petit soldat. Kaëran poussa un soupir d’aise et embrassa fougueusement Ellana, glissant une main dans son épaisse chevelure, l’autre parcourant une cuisse, ses fesses, sa taille et terminant sur sa poitrine qu’il massait délicatement. Ça faisait si longtemps que tout semblait avoir triplé. Ellana se déhanchait merveilleusement bien sur lui, accélérant graduellement alors que le plaisir montait d’un cran. Ce fut cependant plus fort que lui, Kaëran bouscula sa belle pour prendre le dessus, se faisait téméraire. Non... en fait, c’était sa future épouse qui l’était. Elle le griffait, retenant ses gémissements comme elle pouvait et l’avait même mordu à la lèvre inférieure. Pas que ça avait fait mal, mais il y avait un peu de ça. Ça ne faisait qu’ajouter du piment dans leur ébat ! Le Lieutenant s’était légèrement stoppé en grimaçant, laissant Ellana lécher le sang qui perlait. Avec ce regard désolé, elle était si mignonne qu’il ne pouvait pas s’arrêter là. Quand même hein. Reprenant sa danse, l’homme bougea avec fougue.

‘‘ Kaë… mmh… oui… mon dieu… ‘‘

Quand le summum de leur plaisir arriva, ils étaient en sueur et avaient le souffle affreusement court. Cependant, ça avait été fantastique. Jamais Kaëran n’avait remarqué le suçon qui ornait son cou, mais sentait légèrement la douleur de sa peau, dans son dos et celle de sa lèvre.

‘‘ Désolée mon cœur… je ne voulais pas… ça fait mal ? Bis bobo ? ‘‘

‘‘ Ça va, mon ange... ça ne fait pas mal. Demain je ne sentirai plus rien. ‘‘

Il profita de son baiser, caressant sa joue, puis s’allongea sur le dos dans le lit, Ellana le bordant avant de se lever pour consoler Jillian qui pleurait dans son berceau. Kaëran fut bercé par le chant doux et mielleux de sa fiancée et ne mit pas beaucoup de temps à trouver le sommeil, éreinté par une telle nuit.

Au petit matin, les oiseaux gazouillaient et les enfants dans la rue criaient déjà, s’amusant à se lancer un ballon. Kaëran se leva, embrassa sa douce sur le front, le nez puis les lèvres avant de se tirer hors du lit et filer vers la salle de bain pour se nettoyer. En fait, ce fut une toilette collective cette fois-ci. Non. Pas de Noah... franchement. Quelle idée ! La petite famille descendit au rez-de-chaussée où les attendait un bon repas et le Lieutenant dut revêtir son armure pour quitter le nid familial. Encore une fois, quitter Jillian ne fut pas une partie de plaisir.
Au palais, Ayden ne manqua pas de voir la tête de son supérieur et ami. Emiya non plus d’ailleurs et ne passa pas de commentaires, se contentant de ricaner dans sa barbe. L’archer lui, s’en fichait bien et lâcha:

‘‘ Et bien... on dirait que ta nuit a été mouvementé mon vieux. C’est une vraie tigresse ta dame ! Une morsure, un suçon. Quoi d’autre ? ‘‘

‘‘ Hum... En quoi ça te regarde d’abord ? ‘‘

‘‘ Des marques dans le dos ? ‘‘

‘‘ Ayden... ‘‘

‘‘ Hah ! Une vraie tigresse ! J’avoue que ça ne doit pas être évident de pratiquer l’abstinence pendant presque 9 mois, hein ? ‘‘

‘‘ Tu m’agaces. Va donc t’entraîner avec les jeunes, Ayden. ‘‘

‘‘ Attends ! Je suis certain que ce n’est que le commencement d’une longue série. Tu verras ! ‘‘

L’archer s’éclipsa, laissant Kaëran seul au beau milieu d’un long et large couloir drapé de tapisserie décrivant les exploits des ancêtres du présent roi de Racium. Bon sang... alors, il devait s’attendre à pire encore ? Soupirant, le Lieutenant vaqua à ses occupations habituelles et au soir, il retourna à la maison pour, bien entendu, volé Jillian des bras de Noah. Cette fois, il ne se sauva pas et vint embrasser longuement sa fiancée tout en lui souriant largement.

‘‘ Un petit pic-nique au lac, ça vous dirait ? Il fait beau et chaud, autant en profiter non ? ‘‘

Tout d’accord, on prépara casse-croute, breuvages, sacs, couvertures et vêtements de rechange au cas où il se produirait quelque chose d’inattendu.
Kaëran retira donc son armure puis lorsque tout le monde fut prêt, on quitta la maison pour marcher sous la douce brise du soir. Arrivés sur les lieux, on installa une couverture au sol et on s’asseya. Kaë ne lâchait pas sa fille d’une semelle, le collant contre lui, protecteur.

‘‘ J’avais pensé que nous pourrions inviter seulement la famille et ami proche pour le mariage. Je ne sais pas pour toi, mais une grande cérémonie ne me plait pas plus que ça. Ayden, Emiya, Dart, quelques bons collègues, Eiriel, Dorguan et papa. Qu’en dis-tu ? ‘‘

‘‘ Hum... Kaëran. ‘‘ Commença Noah, curieux. ‘‘ Tu as eu quoi à la lèvre et dans le cou ? ‘‘

‘‘ Rien... rien... je... ‘‘

Il fut aussitôt sauvé par Jillian qui suçait son pouce.

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Sam 22 Juin - 2:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 17 Juin - 10:49


Ellana, contre son homme, dormit le reste de la nuit et leur fille aussi, étonnement. Au matin, les premiers rayons de soleil les réveillèrent, et Ellana eut droit à ses baisers sur le front, le nez et les lèvres avant que tous deux se lèvent pour aller se laver, avec leur fille, bien entendu. Ellana s’en voulait encore en voyant la lèvre de son homme, ainsi que le suçon de son cou et son dos marqué.

Et… rien qu’en l’observant baigner Jillian dans le lavabo, elle sentit le désir revenir en pic. Mais elle ne pouvait pas ! Pas maintenant pas là ! Elle se fît donc violence et alla prendre une douche froide, très froide, pour chasser ses envies saugrenues.

Une fois tous trois prêts, ils descendirent pour prendre un bon petit-déjeuner que Noah avait préparé. Mon dieu, elle ne souhaitait pas qu’il fasse tout non plus… il n’était pas leur domestique… elle le remercia donc et mangea tout en allaitant.

Ce fût Noah qui aida Kaëran à enfiler son armure, et comme la veille, quitter sa fille fût difficile. Ellana comprenait parfaitement, mais il n’avait pas le choix. Et de toute façon, elle se promit qu’un prochain jour, elle irait le chercher au Palais à cinq heures. Ou même le chercherait en patrouille durant l’après-midi. Mais pour l’heure, elle et Noah devaient aller chez Eiriel pour ensuite aller chez le prêtre et trouver une date, puis Ellana devait faire quelques achats au marché. Noah prenait son rôle très au sérieux et ne comptait pas laisser sa belle-fille et sa petite-fille partir toutes seules. Kaëran le tuerait s’il leur arrivait quelque chose… tous trois se préparèrent donc lentement.

-Et où qu’on va ma puce hein ? On va se promener ? Oui, maman t’emmène promener ma chérie… Et … on emmène monsieur lapinou ?

Monsieur Lapinou était une peluche que Noah avait trouvée au marché et que Jillian avait tout de suite adoptée. C’était sa peluche et elle ne s’en séparait que pour manger ou se baigner. La petite habillée, un chapeau sur sa petite tête pour la protéger, ils l’installèrent dans sa poussette et sortirent, pour rejoindre la demeure d’Eiriel qui était en train d’arroser ses plantes.

-Mais qui vois-je ! C’est ma petite puce que j’adore ! Et coucou !

Ellana sourit, parce qu’Eiriel faisait de drôles de têtes à Jillian qui tentait d’attraper le collier qu’elle portait autour du cou.

-Bonjour Eiriel. Nous venons vous voir pour… pour savoir si vous vouliez bien aller voir le prêtre pour une date de mariage…

-Mais bien sûr ! Laissez-moi juste me débarbouiller, il fait déjà bien chaud !

Elle rentra dans sa demeure et ils patientèrent cinq minutes avant qu’elle ne revienne.

-Dorguan serait bien passé dire bonjour à Jillian, mais il a énormément de travail…

-Ce n’est pas grave… elle ne lui en voudra pas !

-S’il veut je peux l’aider un peu un de ces quatres…

-Oui pourquoi pas !  Il faudra lui demander !

La petite troupe se mit en route, et Eiriel les quitta non loin du marché pour se diriger vers la grande église. En l’observant, Ellana déglutit. C’était là-dedans qu’elle allait officiellement unir sa vie à celle de Kaëran. Cela l’angoissait. Devant du monde, certains inconnus…

Noah et elle allèrent donc vers le marché, ou Ellana acheta des légumes frais, de la viande, oui avec deux hommes à la maison, il fallait beaucoup de viande, des fruits et des sortes de compotes. La marchande avait vu le bébé et lui vantait les mérites de sa compote.

-Désolée mais… pour le moment je la nourris avec du lait maternel.

-Mais plus tard ! L’allaitement ne durera pas ! Un mois, même moins, et ensuite ce sera les biberons et les compotes !

Ellana lui sourit et passa son chemin. Elle avait horreur qu’on lui force la main pour acheter quelque chose. Et là, il s’agissait de sa fille et puisqu’elle ne s’y connaissait pas encore suffisamment pour ce genre de détails, elle préférait voir avec Eiriel et Kaëran. Ou la guérisseuse même.

Ils s’arrêtèrent aussi au stand de tissu, ou elle trouva son bonheur pour le costume de son homme. Noah portait la moitié des achats, et ils rejoignirent Eiriel qui sortait de l’église.

-Dans six jours, vous serez officiellement mari et femme, ma belle !

-Merci…

Six jours… mon dieu ! Il fallait se hâter !

-Pour les décorations, tel que je connais Kaë, il ne voudra pas quelque chose d’extravagant. Pour le menu, quelque chose de simple… je pourrais en toucher un mot à mon amie bouchère. Elle proposera peut-être quelque chose à un bon prix.

-Merci beaucoup, Eiriel. Que ferais-je sans vous…

-Ca me fait plaisir. Allez, rentrons !

Ils rentrèrent donc, rangèrent les achats et Ellana poursuivit la robe. Elle avait, grâce à Noah, installé un mannequin ou elle pouvait l’entreposer. Quand Kaë était là, ils le cachaient dans la chambre de Noah, puisque son fils n’y allait jamais.

-Ce n’est que le début, mais je sens que ta robe va être une merveille.

-Je fais selon mes pensées. A vrai dire je ne sais pas moi-même à quoi elle va ressembler une fois achevée.

Eiriel l’aida à coudre, tenir les tissus, tout assembler, pendant que Noah cuisinait. Jillian, comme tout bébé de trois jours qui se respecte, dormait dans son parc paisiblement. A midi, ils mangèrent tranquillement. Eiriel avait voulut chercher son mari, mais celui-ci mangeait un sandwich, débordé par son travail. Ellana allaitait à nouveau tout en mangeant, et ce fût un repas des plus convivial. L’après-midi, Ellana débuta le costume de Kaëran. Du bleu marine… elle avait toutes les mesures nécessaires donc ça irait vite.

Et quand son homme revint, il vola à nouveau la petite des bras de Noah. Eiriel était repartie depuis quelques temps, devant cuisiner quelque  chose de consistant pour son homme avant qu’il ne se tue au travail. Et cette fois Kaëran ne se sauva pas, il vint l’embrasser tendrement en disant :

-Un petit pic-nique au lac, ça vous dirait ? Il fait beau et chaud, autant en profiter non ?

Ellana acquiesça, tout comme Noah. Tout fût donc préparé et hop, direction le lac. Jillian était coincée dans les bras de son père et il n’avait même pas fallut de poussette. Et Ellana sentait à nouveau ses envies grimper dans son corps. Et encore plus en voyant son cou et sa lèvre… ça la stimulait. Mais elle se retint. Ils installèrent tout aux abords du lac. Ellana revoyait encore le premier jour ou elle était arrivée dans cette famille, ou Naël voulait manger au lac. Ellana n’était alors encore qu’une fille peureuse et discrète, perdue dans la douleur et la crainte de son père. Le lac, ils y étaient allés aussi quand il avait débuté les leçons pour nager, avant le procès. Et maintenant, elle y retournait avec sa fille, son beau-père et son futur époux. Tant de choses avaient changées. Tant de choses c’étaient passées.

-J’avais pensé que nous pourrions inviter seulement la famille et ami proche pour le mariage. Je ne sais pas pour toi, mais une grande cérémonie ne me plait pas plus que ça. Ayden, Emiya, Dart, quelques bons collègues, Eiriel, Dorguan et papa. Qu’en dis-tu ?

Ellana voulut répondre, tout à fait d’accord avec lui, sauf que Noah voulut savoir ce qu’il avait fait au cou et la lèvre. Elle se mit à rougir et détourna les yeux vers l’eau miroitante du lac. Kaë eut de la chance, il fût sauvé par sa fille. Alors elle changea de sujet à nouveau :

-Oui, je suis d’accord. Pas trop de monde. Je vais être assez angoissée comme ça. Et… il aura lieu dans six jours. Eiriel est allée voir le prêtre ce matin pendant qu’on faisait les courses. Elle a aussi dit qu’elle irait voir son amie bouchère pour le menu. Maintenant il reste les décorations… je ne sais pas trop ce dont tu as envie… et les invitations aussi. Si tu veux inviter tes hommes, tu peux… je te laisse faire cette partie…

Il semblait d’accord et elle l’embrassa, faisant attention à leur fille qu’il tenait précieusement contre lui. Ils mangèrent ensuite, Noah lançant toujours des blagues idiotes mais qui faisaient bien rire. Et Ellana n’arrêtait pas de lorgner Kaë, de l’admirer, de le dévorer du regard. Le vent dans ses cheveux, les petites pommettes qui apparaissaient quand il souriait, les petites rides au coin des yeux, ces muscles qu’elle aimait. Son bas ventre était en fusion. S’ils avaient été juste eux deux, elle lui aurait sauté dessus dans les secondes qui suivaient. Alors quand, à la nuit tombée, ils plièrent bagage pour rentrer, ce fût presque un soulagement pour elle.

A la maison, ce fût direction la salle de bain. Ils changèrent la couche de Jillian, la lavèrent, et la préparèrent pour la nuit. A deux, ils lui souhaitèrent la bonne nuit, même si elle était déjà endormie. Eiriel lui avait dit qu’à son âge, Jillian dormirait au moins quinze heures par jour. Ils allèrent ensuite se laver tranquillement et… sous la douche… elle se retint. Elle ne le toucha pas, ou le moins possible. Elle se retenait violemment. Ils se couchèrent mais elle ne tint plus. Elle le titilla, le caressa.

Elle se dévêtit, fît de même avec lui.

-Kaë… je… touche-moi… Souffla-t-elle.

Il la regarda, comme s’il ne comprenait pas, et elle l’attira près d’elle. Elle prit sa main, qu’elle fît descendre sur elle, jusqu’à son intimité. Elle l’encouragea du regard. Il pouvait. Tout ce qu’il voulait faire, il pouvait. Elle l’embrassa, pour le détendre, et comme une automate, sa main bougea sur elle, en bas. Elle gémissait faiblement, et elle fît de même avec le petit soldat, comme la veille. Elle le désirait, c’était violent, c’était une envie irrépressible !

Elle embrassait son torse, ses tablettes, lui faisait de même avec ses seins et elle tirait même ses cheveux quand il se faisait téméraire. Le lâchant, elle le fît basculer sur elle, et écarta les jambes pour qu’il vienne. Comme toujours, il fût délicat, et débuta sa danse. Elle fermait les yeux, et comme la veille, lui griffa le dos. Elle lui claqua même l’arrière-train pour qu’il aille encore plus vite. Ils s’embrassaient, toujours, et encore une fois, elle le mordait. Mais elle ne le faisait pas exprès ! Une bonne demi-heure après, il s’effondra de côté, épuisé.

-Tu es merveilleux, Kaë…

Jillian hurla alors et elle se leva pour la bercer. Ce fût plus rapide que la veille. Elle se recoucha, voulut s’endormir, n’y parvint pas. Elle recommença à embrasser le corps de son homme qui lui partait déjà de moitié vers le monde du sommeil. Elle le sentit frissonner, et grimpa sur lui, pour le chevaucher sous les draps. Il ouvrit à moitié les yeux et elle lui mit un doigt sur les lèvres en murmurant : « chhtt ». Elle se faisait moins fougueuse, plus douce, mais elle sentit rapidement ses mains sur ses hanches, remontant vers sa poitrine. Deux fois en l’espace d’une heure et demie. Deux fois. Quand elle eut terminé, elle-même était morte de fatigue. Et pourtant, son bas-ventre la titillait encore.

-Dors… pardon… Murmura-t-elle en le regardant s’endormir.

Oui elle s’excusait. Il avait de nouvelles marques, et une griffure sur la joue en plus. Et flûte ! Mais elle ne le faisait pas exprès ! Cette fois, elle ne se colla pas trop à lui. Pas qu’elle ne voulait pas, mais cela réveillerait ses envies et maintenant il fallait dormir. Elle ne devait pas le regarder ou le toucher pour l’heure. Elle ferma donc les yeux, s’endormant difficilement…

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mer 19 Juin - 5:51

________________________________________________


Chapitre 6
Quand la grande s’y met, partie 1

◆ ◆ ◆




‘‘ Oui, je suis d’accord. Pas trop de monde. Je vais être assez angoissée comme ça. Et… il aura lieu dans six jours. Eiriel est allée voir le prêtre ce matin pendant qu’on faisait les courses. Elle a aussi dit qu’elle irait voir son amie bouchère pour le menu. Maintenant il reste les décorations… je ne sais pas trop ce dont tu as envie… et les invitations aussi. Si tu veux inviter tes hommes, tu peux… je te laisse faire cette partie… ‘‘

Six jours étaient rapidement passés et le temps pressait pour finaliser les préparatifs. Même si la cérémonie risquait d’être assez petite, n’empêche que Kaëran devait se mettre au travail dès le lendemain pour savoir combien il y aurait d’invités présents pour leurs épousailles. Ainsi, Eiriel pourrait se charger pleinement du menu. En ce qui concernait les décorations, le jeune Lieutenant ne savait pas du tout. Lui et ce genre de domaine, ça faisait deux alors bon. Il était bien loin d’avoir l’âme d’un artiste ! Les invitations, Kaëran n’aurait qu’à les distribuer par voie orale, car de toute manière, il n’avait plus de famille en dehors de son père, ou n’avait tout simplement pas conscience de leur existence puisqu’il n’en avait jamais entendu parler.
Acquiesçant alors aux dires de sa belle, le soldat gradé étira le cou vers elle et l’embrassa avec précaution comme il tenait Jillian dans ses bras. D’ailleurs, celle-ci attaquait toujours son pouce à l’aide de sa bave... Pendant ce temps, Noah était lancé dans un délire de blagues toutes aussi idiotes les unes que les autres. Rire leur faisait du bien, mais il y avait aussi autre chose. De temps à autre, Kaëran posait les yeux sur sa fiancée, remarquant bien qu’elle le détaillait du regard. À cet instant précis, il aurait aimé savoir à quoi elle pensait puisque son regard était rempli de tellement de choses. M’enfin, il finirait par savoir tôt ou tard. 
Quand le soleil commença à se coucher et que l’air ambiant commençait à être plus frais à cause du lac, on replia les couvertures, les fourra dans le sac de cuir puis on retourna à la maison d’un pas plutôt régulier. Les deux hommes ne cessaient de rigoler. En fait, jamais Kaëran n’avait pensé qu’il se serait rapproché de son père aussi rapidement. Il lui en avait voulu de ne pas avoir été là durant sa jeunesse et de ne pas avoir donné de nouvelles durant toutes ces années, mais que pouvait-il faire maintenant si ce n’est que de lui donner une chance ? Au final, ils avaient considérablement d’affinité tous les deux et le jeune homme l’avait fait entrer dans sa vie plus rapidement qu’il ne l’aurait cru. Noah faisait son possible et se montrait de bonne foi. L’aide qu’il portait à Ellana pendant qu’il était absent était très apprécié et malgré le fait qu’ils ne se connaissaient peu, il lui avait accordé sa confiance. Il savait qu’au fond, jamais cet homme ne s’en prendrait à sa fiancée et à leur enfant.

Le vent se levait lorsque le quatuor arriva à destination, et dès que la chaleur de la demeure leur lécha la peau, on soupira d’aise. Noah grimpa à l’étage aussitôt, suivit des nouveaux parents qui filèrent vers la salle de bain s’occuper de la petite. Déjà ils devaient lui changer la culotte et ensuite lui enfiler des vêtements de nuits. Ils en firent de même chacun leur tour et étrangement, Ellana ne semblait pas oser le toucher. Elle se mordait sans cesse la lèvre inférieure quand leur regard se croisait et Kaëran avait un mince sourire en coin. Une fois propres et changés, les jeunes adultes s’enfermèrent dans leur chambre et se mirent aussi au lit. Kaëran se glissa sous les draps en soupirant d’aise. Sauf qu’il sentait les doigts fins de la couturière parcourir sa taille, frôlant les contours de son pantalon de nuit. Ils montèrent sur son ventre puis s’arrêtèrent sur son torse qu’Ellana se mit à caresser. Lentement... très lentement. Déjà un frisson lui traversa la colonne vertébrale tout entière. Rapidement mise à nue, la jeune femme ne perdit pas de temps à tirer sur les manches de son pantalon de survêtement pour le remettre au naturel.

‘‘ Kaë… je… touche-moi… ‘‘

Son souffle était déjà bien court alors que rien n’avait commencé, mais... la touché ? C’était le sens de ses dires qu’il ne comprenait pas clairement au départ. Ce fut quand elle l’attira à elle, prenant sa main droite, que Kaëran trouva. Sa main d’homme fut déposée sur la base du cou de la jeune femme et descendit lentement vers le bas. Sous ses doigts, il sentait la douceur de cette peau de nacre, sa fraîcheur, mais aussi sa fragilité. Elle passa donc de son buste à son ventre, puis continua son sillage jusqu’à se retrouver sur cette partie qui faisait d’une femme ce qu’elle était. Est-ce que c’était des choses qu’elle avait apprises lors de son séjour à Orthank ? Ça, Kaëran n’en savait rien et mieux valait ne rien savoir. Pour l’heure, tout ce qu’il désirait était sa belle et surtout, lui faire plaisir, lui montrer son amour d’une tout autre manière que par des baisers et des paroles. 

Dès que leurs lèvres se retrouvèrent, le jeune homme explora la partie intime de sa fiancée qui se mit à gémir légèrement contre elles. La jeune femme aussi se mit à l’oeuvre, enflammant encore davantage son homme qui ne manqua pas de répondre. Ses mains exploraient pour une énième fois ce corps qu’il ne cessait et ne cesserait de découvrir, ce corps qui lui prodiguait un plaisir si intense que jamais plus il ne pourrait s'en passer. Ellana était sa drogue, à part entière, sur tous les plans possibles. Délaissant sa bouche vermeille et invitante, le Lieutenant se mit à descendre. Il embrassa son cou, ses épaules, mais s’arrêta sur sa poitrine magnifique sur laquelle il s’attarda, mordillant légèrement la pointe de ses seins. C'était juste assez pour qu’il sente des ongles s’enfoncer dans la peau de son dos. Aussi étrange que cela puisse paraître, cette sensation l’excitait, le motivait à jouer sur la témérité. Dès qu’il prenait sa belle par surprise, il en avait une en retour; une morsure, des griffures et des claques sur le fessier. Cette fois fut plus courte que la précédente et le Lieutenant se laissa roulé à côté d’elle, calmant son coeur et toute les sensations qui le parcourait. 

‘‘ Tu es merveilleux, Kaë… ‘‘

Le jeune homme n’eut le temps que de lui caresser la joue que Jillian se réveilla en hurlant. Ellana se leva presque aussitôt pour rendormir sa fille. Lui, était en train de se laisser partir pour le monde des rêves, quand les lèvres de sa future épouse se posèrent sur son corps. Bien entendu, les frissons revinrent à l’assaut, ne pouvant s’en sauver. La réaction fut directe et déjà, Ellana se glissa sur son bas ventre, lui arrachant un faible râlement. Kaëran posa ses yeux pâles sur sa belle qui l’empêcha de dire quoi que ce soit, se déhanchant sur lui. C’était plus doux qu’il y avait quelques minutes, mais tout aussi bon. Rejetant la tête en arrière, les yeux fermés, le Lieutenant savourait. Ses mains se glissèrent sur les cuisses douces d’Ellana, montant à ses hanches fines puis jusqu’à sa poitrine qu’il enveloppa. Ce fut de nouveau le 7e ciel et leur lien si spécial se brisa ensuite.

‘‘ Dors… pardon… ‘‘

Kaëran lui fit un sourire, vidé d’énergie, et caressa ses lèvres d’un pouce avant de fermer les yeux. Sentir le regard d’Ellana sur lui avait quelque chose de rassurant. Morphée le trouva en quelques secondes. Ensuite ce fut le néant total.
Au matin, le jeune homme se leva pour constater qu’Ellana n’était plus dans le lit, comme Jillian n’était plus dans son berceau. Elle devait donc être avec Noah au rez-de-chaussée. Kaëran en profita donc pour se rendre à la salle de bain avec ses vêtements propres, se débarrassa de son pantalon de nuit et se glissa sous l’eau. Le liquide chaud ruisselait sur son corps légèrement endolori et c’est à ce moment qu’il sentit des mains frêles caresser son bassin. 

‘‘ Bon matin, belle dame. ‘‘

Le Lieutenant se retourna, croisa le regard carnassier de sa fiancée, plaquant aussitôt leurs lèvres les unes contrent les autres pour un baiser passionné. L’homme colla la couturière contre le muret, leurs mains faisant leur chemin sur le corps l’un de l’autre comme des automates. 

‘‘ On... rattrape... le temps perdu... à ce que je vois... ‘‘ Souffla t-il entre chaque baisers.

Ellana était en feu et ce n’était pas compliqué, lui aussi. Ils avaient attendu longtemps et maintenant que Jillian fût née, ils pouvaient se défouler autant qu’ils le voulaient. Donc oui, ils avaient un temps considérable à rattraper. Hum... peut-être bien que non, mais enfin. On s’en fiche. 
Kaëran souleva la jambe droite d’Ellana, main derrière le genou, et entra doucement, mais avec une certaine fougue. Il ne savait pas ce qu’elle avait mangé, mais la jeune femme en redemandait encore et encore. Le problème, c’est qu’il devait partir... après qu’elle lui eut mordu le lobe d’oreille gauche. Quand il sortit de la douche, Kaëran s’empressa de se vêtir et embrassa sa douce avant de descendre à l’étage pour enfiler son armure, prendre une tartine dans sa bouche et quitter pour le palais au pas de course. Encore une fois, on ne manquait pas de le taquiner avec ferveur, mais comme d’habitude, le jeune Lieutenant ne se laissait pas intimider. Cependant, l’heure de la patrouille venue, ce fut difficile, car Kaë ressentait les effets de la fatigue dans son corps. Bon, pas encore assez suffisamment pour ne pas être fonctionnel, mais encore. 

Un peu plus tard, il croisa Ellana dans sa ronde au centre de la ville et serra sa fille dans ses bras, bombardant son visage de baiser pour la faire rire. Ensuite, il s’attaqua à sa fiancée qui tenait sa lèvre inférieure entre ses dents, ne voulant pas le lâcher. Dans son regard, le soldat y vit plein de promesses; il y passerait encore le soir venu, ça, il le sentait. Bien entendu, il avait tenté de convaincre Ellana de garder Jillian pendant sa patrouille, mais celle-ci s’objecta, et avec raison. Quand ils se quittèrent, Kaëran ne cessait de jeter des coups d’oeil dans leur direction. C’est durant l’après-midi que le Lieutenant se chargea d’inviter des frères d’armes à son mariage et ceux-ci furent enchantés de pouvoir y assister.

Spoiler:
 

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Sam 22 Juin - 2:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mer 19 Juin - 10:39


Le soleil se levait sur un jour plein de promesses et de sourires. Ellana fût la première à se réveiller, et elle se leva, admirant pour la énième fois son homme endormi. Son prince charmant, son ange gardien… son bouclier… Souriante, elle alla récupérer Jillian qui gigotait dans son berceau et l’emmena dans la salle de bains ou elle la changea et l’habilla. La tenant d’une main pour qu’elle ne tombe pas, Ellana revêtit une robe de chambre aussi, avant de descendre en silence avec sa fille. Kaë pouvait encore dormir quelques minutes tout de même. Elle espérait qu’elle ne l’avait pas trop éreinté. Mais elle ne comprenait pas. Dès qu’elle le voyait, elle avait envie. Aussi simple que ça.
 
En bas, Noah était déjà affairé au petit-déjeuner.
 
-Bonjour Ellana ! Alors bien dormit ?
 
-Bonjour Noah ! Très bien et vous ? Et… vous n’êtes pas obligé de tout préparer… je veux dire… vous n’êtes pas notre domestique…
 
Le grand-père rit de bon cœur, s’approchant de Jillian pour lui donner une bise sur le front, lui disant bonjour également avant de répondre :
 
-J’ai très bien dormit, merci.  Et cela me fait plaisir de vous aider ainsi. T’en fais pas. Kaë à une panne d’oreiller ?
 
-Hum… oui… j’irais le réveiller d’ici quelques minutes.
 
Elle s’assit à table et allaita sa fille, mangeant une tartine en même temps. Après ça, Noah accepta volontiers de s’occuper de Jillian pendant qu’Ellana irait s’occuper du père. Remontant, elle entra dans la chambre, prête à sauter sur son homme s’il dormait encore, mais le lit était vide. Par contre, de l’eau se faisait entendre dans la salle de bains… elle ouvrit les fenêtres et entra dans la pièce, se dépouillant de sa robe de nuit, et entrant silencieusement dans la douche. Elle apposa ses mains sur son bassin, lentement.
 
-Bon matin, belle dame.
 
-Bonjour…
 
Il se retourna, et elle l’observa, le dévorant littéralement du regard. Plus petite que lui, elle avait une magnifique vue sur ses abdos qu’elle avait envie de manger. Il l’embrassa alors, la plaquant contre le muret de la douche. Le contact froid ne fît aucunement baisser son thermomètre que Kaë était en train de faire grimper en flèche. Et entre chaque baiser il susurra :
 
-On... rattrape... le temps perdu... à ce que je vois...
 
Ils se caressaient, en feu, le désir plus que jamais présent entre eux. Oui elle rattrapait le temps perdu, mais répondait aussi à des ordres de son corps. Il souleva sa jambe droite, callant sa main au creux de son genoux, et vint à elle doucement mais fougueusement en même temps. Ellana gémissait dans son cou, le laissant opérer le charme que lui seul savait créer. Mais il devait partir travailler, aussi dut elle cesser de lui mordre le lobe de l’oreille pour qu’il se retire et termine de se préparer.
 
Elle l’imita donc, se séchant et s’habillant. Elle l’aida à enfiler son armure puis ils descendirent. Kaëran ne prit qu’une tartine au vol, disant bonjour et au revoir d’un coup à sa fille et son père, avant de quitter pour la journée.
 
Cette matinée fût consacrée au ménage, mais aussi à la poursuite des tenues de mariage. La robe était presque prête. Et Ellana était fière de sa création. Avant midi, elle poursuivit aussi le costume de son homme. Le bas serait finit le lendemain, et le haut était vite fait aussi. Il devrait alors essayer et lui dire si ça lui allait. Avec Noah, pendant qu’elle allaitait, ils discutèrent de la décoration. Puisqu’ils le faisaient chez eux, autant ne pas trop mettre. Des ballons, quelques banderoles, sans plus. La table serait en cohérence avec le menu, non définit pour l’heure.
 
Durant l’après-midi, elle prépara Jillian, la mettant dans sa poussette délicatement.
 
-On va voir papa ma puce ? Oui, on va voir papa en boîte de conserve !
 
Elle rit avec sa fille et Noah qui avait entendu.
 
-En boîte de conserve ? Je ne suis pas sur qu’il apprécierait !
 
-Je ne le lui dis pas… mais j’aime bien dire ça ! Et puis… non son armure lui donne plein de charmes…
 
Mais elle était dure à enlever dans le feu de l’action… Noah ne les accompagna pas cependant, ayant rendez-vous avec Dorguan pour l’aider à travailler et rattraper son retard. Il s’en voulait de laisser Ellana aller seule en ville…
 
-Ne vous en faites pas. Je vais juste à la rencontre de Kaëran. Et je reviens.
 
Ils se sourirent et elle commença la promenade, montrant les nouvelles choses à sa fille. Tout ce qu’elle-même n’avait pas eu la chance de voir à son âge ou de découvrir. Toutes ses choses qu’elle avait vues à l’âge de vingt-deux ans. Elles observèrent deux oiseaux se battre pour un morceau de pain, et cela faisait rire Jillian. Et ensuite, elle tomba sur Kaëran. En les voyant, il se précipita et prit sa petite dans les bras, lui donnant pleins de bisous qui la faisait rire et gigoter dans ses bras. Ellana aimait voir ce genre de scène et Emiya comme Ayden souriaient aussi en voyant leur Lieutenant Grognon devenir un papa gâteau. Et elle aussi eut droit au bombardement de baisers, qui la faisait frémir. Elle se mordait la lèvre, et du regard, annonçait déjà le programme du soir à son homme. Lorsqu’il fût temps pour lui de repartir, il tenta de garder sa fille pour la patrouille, mais Ellana refusa. Elle lui barrait la route à chaque fois qu’il voulait l’emmener, jusqu’à ce qu’il la recouche dans sa poussette. Lui assurant qu’il la reverrait au soir venu, elle le laissa repartir, lui tournant le dos pour rentrer. Elle se força à ne pas se retourner, sinon elle lui aurait sauté dessus.
 
Jillian faisait la sieste dans son parc, au salon, pendant que sa mère terminait de coudre le pantalon de son homme pour le mariage. Au final, c’était allé plus vite encore. Elles étaient seules dans cette grande maison et cela lui faisait réellement étrange… Noah ne rentra qu’une heure avant Kaëran, s’assurant que tout c’était bien passé.
 
-Oui, Noah. Il n’y a rien eu de spécial. Maintenant, je vais préparer le repas. Elle dort encore…
 
-Je vais vite me laver. Je transpire et je suis noir de fumée.
 
Elle acquiesça et le laissa monter se laver. Elle s’affaira en cuisine, fredonnant, préparant le repas du soir. Si absorbée et nullement dérangée par sa fille, elle n’entendit pas son homme rentrer, continuant à fredonner. Elle sursauta donc lorsque deux bras entourèrent sa taille et qu’un baiser fût déposé dans son cou.
 
-Bonsoir… Susurra-t-elle en pivotant dans ses bras pour l’embrasser fougueusement.
 
Il la lâcha ensuite pour se départir de son armure et aller voir sa fille, qui était sous la surveillance de Noah. Ils mangèrent un peu plus tard, tranquillement, et lorsque fût venue l’heure du thé et des biscuits, Ellana tendit le pantalon à Kaë.
 
-Tiens, enfile-moi ça s’il te plaît.
 
Il s’exécuta, et elle s’accroupit devant lui pour voir si ça allait niveau longueur et largeur. Apparemment ce n’était pas trop serré niveau taille non plus. Parfait ! Elle reprit le pantalon, sans s’empêcher de l’embrasser, et le rangea avec le reste du tissu. Ils discutèrent encore du mariage, puis se fût direction le lit !
 
Noah était éreinté après cette journée de travail avec Dorguan. Jillian dormait et fût déposée dans son lit. Ellana se débarbouilla et revint, se jeta sur le lit ou Kaë était allongé, nue. Oui… encore.
 
Elle remonta le long de son corps, embrassant son torse, son cou, sa mâchoire et ses lèvres. Ses mains s’affairaient comme des automates. Et elle le chevaucha, fougueusement, bien plus ardemment que la veille. Elle aimait sentir ses mains la caresser, ses hanches, sa poitrine… elle aimait le sentir en elle… créant ce lien si spécial qu’ils avaient tous les deux.
 
Quand elle le relâcha enfin, il était épuisé, mais avait un nouveau suçon dans le cou. Et Jillian pleurait. Comme si c’était elle qui donnait le signal de fin. Elle la berça donc et une fois fait, elle remit sa avec Kaë, comme la veille. Mais d’où tirait-elle cette énergie ?! Pourquoi ?! Elle commençait à se demander s’il ne valait pas mieux qu’elle dorme ailleurs…
 
Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Jeu 20 Juin - 16:38

________________________________________________


Chapitre 6
Quand la grande s’y met, partie 2

◆ ◆ ◆



Les invités avaient tous été choisis et tenus au courant des évènements. Il s’agissait là des individus desquels il était le plus proche, dont Ayden, Emiya, Dart et son supérieur. Ces gens avaient une place bien spéciale dans son coeur à la vue des derniers évènements et c’était une manière de les remercier. Inconsciemment, ils avaient participé à son bonheur et celui d’Ellana. Sans eux, comment aurait-il pu parvenir à ça ? Au mariage, à fonder une famille avec la femme qu’il aimait ?

Le restant de la journée, on ne cessa pas de taquiner le jeune Lieutenant et nouveau papa. Il ne faisait que parler de sa fille pendant ses entrainements et était aussi excité qu’une puce à l’idée de revenir à la maison après son quart de travail. On ne le connaissait plus sous le nom de Lieutenant Grognon, mais bien sous le nom de Lieutenant Poule. Pourquoi ? Parce qu’il ne cessait de s’inquiéter à son sujet et il ne faisait que regarder la position du soleil pour voir si la journée passait rapidement ou non. Quand sonnerèrent les cloches annonçant la fin de l’après-midi, Kaëran sortit en vitesse de son bureau, dévala le long et large couloir qui menait vers le Hall spacieux et lumineux de ce palais humain et marcha d’un pas rapide dans les rues en direction de la maison. Quand le jeune homme entra dans la maison, il n’entendit pas les rires de sa fille; elle devait faire sa sieste avant l’heure du repas. Alors tant pis. À la place, il chercha l’autre femme de sa vie, s’approcha d’elle et l’enlaça doucement par l’arrière, caressant son ventre par la même occasion. Ses lèvres s’apposèrent sur le cou d’Ellana qu’il embrassa. Ce fut automatique. Sous ses mains, Kaëran avait senti sa fiancée frémir et l’évidence apparut dans son esprit; il venait de réveiller la tigresse une fois de plus, mais pas au point où il l’aurait cru... La couturière se retourna dans ses bras, de manière à lui faire face et reçu un baiser remplit de fougue. Parfois, elle pouvait être extrêmement douce, comme téméraire et ce n’était pas pour lui déplaire puisque ça amenait du piquant.

‘‘ Bonsoir… ‘‘

‘‘ Bonsoir, ma belle ‘‘ Susura t-il à son tour.

Kaëran lui fit un sourire en coin puis la relâcha pour la laisser continuer sa tâche. Lui enleva son armure qu’il installa sur le mannequin prévu à cet effet, passé de la chambre des maîtres à un coin du salon. Si Jillian voyait ça en pleine nuit à côté de son berceau, elle finirait par hurler ! Le soldat fit une courbe jusqu’au parc où se trouvait sa fille qui venait tout juste d’ouvrir les yeux. Elle bâilla et regardait son père avec un sourire, ses petites mains battant l’air. Il se pencha donc, la prit et la souleva lentement pour la lover contre son torse et lui faire des pets de bouche sur le ventre. Sur le coup, Jillian avait eu les yeux ronds, mais elle se mit à pousser un cri tellement strident que Kaëran en grimaça. Si ses oreilles ne saignaient, alors là...

‘‘ Ce serait une bonne alarme ça, ma petite chérie ! Surtout avant que tu fasses tes besoins dans ta culotte... ‘‘

Une fois de plus, le jeune homme grimaçait; l’odeur nauséabonde se rependait dans le salon. Kaë s’empressa donc de monter à l’étage pour aller laver la petite et la changer. Quand il revint, Noah était en train de dresser la table. Ils se firent l’accolade une fois qu’Ellana eut pris la petite et ils s’asseyèrent pour le repas. C’était délicieusement bon et les hommes ne manquèrent pas de lui faire le compliment. Au dessert, Ellana en profita pour lui donner son pantalon et lui dit :

‘‘ Tiens, enfile-moi ça s’il te plaît. ‘‘

Comme bon futur époux obéissant... hem... le Lieutenant s’éclipsa dans la salle de bain très peu utilisée du rez-de-chaussée. En fait, elle servait principalement aux invités ou lorsqu’on avait une envie très pressante. Cette pièce était passablement étroite, comparée à celle de l’étage, et ne comportait que le nécessaire. Se débarrassant du pantalon qu’il portait, Kaëran enfila celui de son costume et revint vers sa douce qui observa la moindre des coutures ainsi que la taille. Parfait ! Il s’en retourna se changer puis Ellana le lui reprit, l’embrassant. Installé dans le salon à boire leur thé et manger des biscuits, le reste de la soirée fut consacré aux derniers préparatifs oraux du mariage qui approchait à grands pas.

L’heure du coucher arriva inévitablement et Noah comme Kaëran bayaient aux corneilles, suivies de Jillian. On monta et chacun entra dans sa chambre après les traditionnelles bonnes nuits. Le soldat prépara le lit, s’éclipsa pour se débarbouiller et se changer, puis revint s’allonger dans le lit, sur le dos, bras croisés sous la tête. Ellana en fit de même lorsque leur fille quitta pour le monde des rêves. Cependant, la couturière revint bien assez rapidement, faisant lever le matelas. Kaëran se redressa légèrement sur les coudes pour voir que sa fiancée était flambant nue. Ah oui... c’est vrai, son frémissement de l’après-midi. Il l’avait complètement oublié. Ellana s’approchait de lui et posa ses lèvres sur son ventre, jusqu’à remonter le chemin pour rejoindre ses lèvres. Bon sang... les frissons étaient toujours aussi violents malgré sa fatigue apparente. Il fallait s’en dire que les nuits du jeune homme étaient courtes depuis un moment. Encore une fois, elle le mit à nu et il se laissa faire, sauf que la petite demoiselle se faisait encore plus téméraire qu’à son habitude. Elle était fougueuse, un peu plus brutale que la veille et les sensations étaient d’autant plus fortes. Kaëran caressait ses hanches, ses cuisses, sa taille et ses seins, serrait les dents, fermait les yeux et faisait son possible pour retenir ses gémissements. Bon Dieu de merde ! Elle avait mangé du tigre ou quoi ?!

Quand Ellena le libéra de ce délicieux calvaire, Kaëran chercha son souffle ainsi qu’à reprendre contenance. Ils s’unissaient tous les soirs depuis une semaine et parfois plus d’une fois. Chaque coup était toujours plus intense que le précédent et le soldat en vint à se demander s’il ne finirait pas par faire un malaise à la longue. En plus de ça, il avait une nouvelle trace dans son cou. Génial ! Ayden le charrierait dès son entrée en fonction le lendemain matin.

Jillian pleurait dans son berceau et comme il voulut y aller, Ellana fut encore une fois plus rapide et s’occupa de la bercer. Dix minutes plus tard, la couturière le chevauchait de nouveau avec autant d’ardeur que la première fois. Elle avait une de ces énergies ! C’était inconcevable... était-ce possible ?! Encore une fois, quand la jeune femme le libéra, le Lieutenant reprit son souffle. Il avait cru qu’Ellana serait rassasiée et qu’elle dormirait enfin après ces deux fois, mais dès qu’il colla son corps au sien pour s’apprêter à s’endormir, il sentit des mains agripper ses fesses et attirer son bas ventre contre celui d’Ellana.

‘‘ Encore ?! ‘‘

D’après son sourire, il devina que oui et en plus, elle était fébrile comme jamais. Kaëran l’embrassa donc, s’allongeant sur elle cette fois. Ses lèvres passèrent le long de sa mâchoire et il mordilla ses oreilles, ses seins, descendant vers le bas. Il la toucha et sentait son corps s’arquer sous lui, le réclamant au plus vite.

Combien de fois ? Il ne le sait pas, mais quand il eut la possibilité de s’endormir, le soleil commençait son ascension à l’horizon, derrière les arbres au loin. Résultat ? Un Lieutenant avec la tête dans le cul au réveil. Kaëran se tira hors du lit, échevellé, se traina jusqu’à la salle de bain où il croisa son père surpris et prit une douche froide pour se réveiller. Au déjeuner, on ne passa aucun commentaire et le jeune homme embrassa sa future épouse ainsi que sa fille avant de se mettre en route d’un pas lent vers le palais. Son corps était lourd, lui paraissait ankylosé. En fait, non. Il l’était ! Il avait des courbatures partout, avait mal partout. En cour de route, il croisa Ayden qui écarquilla les yeux en le voyant.

‘‘ Eh bien... la petite n’a pas fait sa nuit ? ‘‘

‘‘ Non. C’est la grande qui ne les fait pas. ‘‘ Murmura t-il en se passant une main dans le visage, comme si ça pourrait lui permettre de se réveiller.

‘‘ À ce point ? ‘‘

‘‘ Ayden, je ne sens plus rien en bas de la ceinture ce matin. Le petit soldat est au repos obligatoire pour une durée indéterminée. ‘‘

‘‘ Bon sang... tu sais, je demande ça comme ça, mais est-ce qu’elle est satisfaite au moins ? ‘‘

Kaëran s’arrêta dans sa marche et leva les yeux sur l’archer qui s’était lui aussi stoppé. Il avait les yeux écarquillés et la bouche semi-close, sous le choc.

‘‘ Non, mais qu’est-ce que tu insinues là ? Que je ne suis pas capable de... ‘‘

‘‘ La fatigue fait diminuer les performances mon cher ! Tu es tellement cerné que ça fait peur. ‘‘

‘‘ Elle me draine ! Elle mange du tigre, j’en suis certain... Pas que ça me déplait, mais je n’ai plus d’huile là. Elles ne fournissent pas les basoches. ‘‘

‘‘ Je me demande si toutes les femmes sont comme Ellana après une grossesse... ‘‘ Faisant mine de réfléchir.

Ayden se mangea une claque derrière la tête et n’eut le temps de voir que la silhouette de son supérieur passé à ses côtés en vue de se diriger au palais.

Cette journée là, fut assez pénible en fait, étant donné qu’il cognait des clous derrière son bureau. Ses paupières étaient lourdes et se fermaient d’elles-mêmes. Kaëran décida donc de combattre le sommeil en allant en patrouille. C’était ça ou dormir sur ses rapports pour ensuite se retrouver avec de l’encre tatouée sur le visage !

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Jeu 20 Juin - 17:41


Deux fois. Ils venaient de le faire deux fois. Il était temps de dormir. Mais Kaëran se colla à elle et se fût immédiat : frissons, envie, désir. Alors qu’elle avait conscience qu’il était plus que fatigué. Comme des automates, ses mains se faufilèrent sur ses fesses qu’elle serra, approchant le bas-ventre de son homme d’elle.
 
-Encore ?!
 
Elle sourit pour toute réponse, son corps en fusion. Il l’embrassa alors, s’allongeant sur elle. Commençant à la mordiller partout ! De plus en plus bas. Et c’était dur de retenir ses gémissements ! Il était téméraire et ce fût une nouvelle fois magistral…
 
Et la grande partie de la nuit y passa. Kaë n’avait guère put se reposer. Ellana s’occupa de Jillian, le laissant prendre sa douche, et ils descendirent pour manger, en silence. Elle allaitait, et voyait l’air fatigué de son homme, les cernes sous ses yeux.
Quand il partit après avoir donné les baisers nécessaire à sa fille et fiancée, elle allongea Jillian dans le parc et aida Noah à débarrasser. Elle aussi était fatiguée, mais moins. Elle ne ressentait pas de courbatures ou autre chose… c’était juste à n’y rien comprendre…
 
En matinée, elle s’occupa de la serre de Naël qui avait besoin d’un bon désherbage. Noah l’aidait, et ils avaient sortis le parc qui était démontable, pour que Jillian profite du plein air, bien à l’ombre sous le grand arbre.
 
-C’était donc… le jardin de Naël ?
 
-Oui… je l’entretiens depuis que je suis ici. Je le trouve magnifique.
 
-Merci… Naël a toujours aimé les plantes… les fleurs… elle aimait bien marier les parfums et les couleurs.
 
-C’est ce que Kaë m’a dit… je ne l’aie pas connue assez longtemps…
 
Un léger silence s’installa, au souvenir de la défunte. Mais à midi, la serre était rutilante, les fanes des fleurs avaient disparues. C’était de nouveau propre. Ils rentrèrent se laver chacun leur tour, et décidèrent de manger sur le pouce dehors. Jillian fût allaitée, changée et remise dans son parc. Eiriel vint durant l’après-midi, et elles discutèrent des menus. Elles s’arrêtèrent sur deux choix, et Kaë n’aurait plus qu’à choisir !
 
Puis, elle s’attela à coudre le reste du costume homme, ce qui lui prit la majeure partie de son temps. Eiriel et Noah avaient pris Jillian pour la promener un peu. Et… cela lui faisait étrange d’être vraiment seule ! Mais ils revinrent un bon quart d’heure avant le Lieutenant.
 
Ellana était à l’étage à changer la petite lorsqu’il rentra.
 
-Et qui c’est qui c’est promenée avec tata Eiriel et papy Noah ? C’est toi ! C’est Jillian ! Oui ma chérie !
 
La petite fît alors un joli… grognement aigu et regarda derrière Ellana. Cette dernière pivota et sursauta en voyant Kaëran qui faisait des grimaces !
 
-Tu m’as fait peur ! Mais bonsoir bel homme…
 
Elle chercha son baiser, lui caressant la joue d’une main, l’autre occupée par Jillian. Il était si fatigué ! Et elle voyait nettement toutes les marques sur son cou et visage ! C’était… elle qui avait fait ça ?! Et là elle avait de nouveau envie. Mais elle se retint. Pas le lieu, ni le moment. Elle laissa son homme se débarbouiller puis prendre sa fille et ils redescendirent. Ellana prépara donc à manger, laissant les deux hommes se reposer et discuter entre eux.
 
Elle fredonnait doucement, habitude prise depuis que Jillian était là parce que le son l’apaisait et lui permettait de s’endormir. Elle dressa la table et appela tout ce beau monde qui s’installa rapidement.
 
Elle les servit, puis s’occupa de sa fille qui réclamait avant de manger elle-même.
 
-C’est très bon, Ellana !
 
-Merci, mais c’est bien peu de choses…
 
Et hop elle rougissait et sous la table, la main de Kaë vint se poser sur son genou. Elle le regarda en souriant et lui parla des menus du mariage. Il n’avait qu’à choisir et elle le dirait à Eiriel le lendemain. Laissant par la suite la petite aux bons soins de son père, elle débarrassa et nettoya avant de revenir avec du thé, comme tous les soirs. Le thé, mais aussi le costume complet du marié qui devait l’essayer. Elle n’eut même pas besoin de lui parler pour qu’il devine ! Lorsqu’il revint, elle l’examina sous tous les angles, mis des pinces là c’était un peu trop large, ajusta le tout. Mon dieu qu’il était beau ainsi !
 
Le libérant en souriant, elle le laissa se changer une nouvelle fois. Il fallait qu’elle finisse sa robe. Et elle avait encore quatre jours. Quatre jours… mon dieu !
 
Éloignant son anxiété, elle suivit les hommes à l’étage pour dormir. Elle coucha Jillian qui dormait, et alla se doucher. Sauf qu’en revenant… Kaë était là, allongé, beau et musclé, et doux et… elle avala sa salive et lui dit :
 
-Kaë je… crois que je vais dormir ailleurs… il faut que tu te reposes… enfin tu comprends et… non enfin je ne comprends pas… et toi pas non plus je pense… enfin… j’espère que la petite ne te réveillera pas… bonne nuit…
 
Rouge comme une tomate, elle sortit de la pièce et alla dans la chambre d’ami, à côté de celle ou logeait Noah. Elle ferma les rideaux et s’allongea sous les couettes. C’était la meilleure solution, sinon elle lui sautait dessus.
 
Et pourtant, elle ne prenait aucune potion, aucune plante, elle ne faisait rien d’anormal. Mais elle avait toujours envie ! Heureusement que ça ne la prenait pas avec Noah … mon dieu… elle aurait l’air fin… 
 
A plat ventre, elle enfouit sa tête dans l’oreiller, soupirant. Elle n’était pas normale, voilà… elle venait d’une autre planète…
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 22 Juin - 2:48

________________________________________________


Chapitre 6
Quand la grande s’y met, partie 3

◆ ◆ ◆




Une autre journée qui s’écoulait tranquillement et sans encombre. Bon, mis à part les blagues idiotes d’Ayden par rapport à Ellana la tigresse et la batteuse d’homme, il n’y avait rien eut non. Tout allait bon train en fait et on oubliait même l’existence de Nolan qui s’était fondu dans l’ombre depuis près d’une année maintenant. Peut-être avait-il décidé de garder ses distances ?

De retour à la maison, comme tous les jours, Kaëran se départit de son armure dans le salon tout en jetant un coup d’oeil à son père qui dormait sur le dos dans le canapé. En tout cas, c’est qu’il ronflait fort tout de même ! Le Lieutenant se dirigea vers l’escalier en ricanant légèrement puis se guida grâce aux bruits qui parvenaient à ses tympans. Ellana se trouvait dans leur chambre, sur le lit, parlant à Jillian qui riait et bougeait des membres. Kaëran s’accota contre l’embrasure de la porte, sourire aux lèvres et bras croisés, observant la scène. C’est là que sa fille remarqua sa présence et poussa un grognement aigu. Il fit des grimaces à ce son strident et croisa le regard de sa douce.

‘‘ Tu m’as fait peur ! Mais bonsoir bel homme… ‘‘

‘‘ Bonsoir, belle demoiselle. Vous m’avez manqué aujourd’hui. ‘‘ Murmura t-il.

Il rejoint donc sa femme, l’embrassa tendrement et se laissa caresser la joue pendant que son regard pâle déviait vers leur progéniture. Jillian reçut un baiser de son paternel sur le front puis le jeune homme quitta ses femmes pour s’enfermer dans la salle de bain. Il se lava donc convenablement, se changea puis vint voler sa fille avant que l’on ne serve le repas du soir. La petite fut déposée dans son parc avec sa peluche pendant que les adultes se remplissaient la panse. Le repas était véritablement exquis et Ellana ne manqua pas de recevoir les commentaires de Noah sur sa cuisine. Kaëran était d’accord, mais c’était impoli de parler la bouche pleine. La jeune femme se mit donc à rougir et, discrètement, sous la table, le Lieutenant posa une main sur le genou de sa douce. Celle-ci croisa alors son regard et il lui rendit le radieux sourire qu’elle lui offrait. La discussion se tourna ensuite sur le mariage dont le menu serait à coup sûr du poisson fraîchement pêché.

Jillian se mit à pleurer depuis son enclos et en bon papa, Kaë se leva pour aller la chercher et la serra contre lui en murmurant à son oreille. Elle jouait avec ses cheveux, entrait ses petits doigts dans son nez puis tentait même d’aller agripper ses dents. Le père ricanait, reculant sa tête puis s’installa dans le canapé aux côtés d’Ellana qui avait fait le thé. Cependant, il dut laisser Jillian à Noah et fila se changer pour revêtir son costume de marié. Quand il revint, Ellana le fit tourner, encore et encore, l’examinant de son oeil expert et repliant le tissu là où c’était sensiblement trop grand. Rien à dire, la couturière savait ce qu’elle faisait et elle avait bien réussi son boulot. En plus d’être confortable, l’habit était de toute beauté.
La jeune femme laissa ensuite à son futur époux le loisir de retourner se changer et il s’écoula une heure ou deux avant que les adultes ne montent pour se mettre au lit. Noah avait en quelque sorte trouvé un emploi aux côtés de Dorguan qui était débordé dans sa forge et un assistant n’était pas de refus, alors il devait lui aussi se lever tôt. Pendant qu’Ellana se retirait pour doucher, Kaëran observa Jillian dormir et ensuite il se glissa sous les couvertures qui le recouvraient jusqu’à la taille. Bras croisé sous la tête, il observait le plafond, attendant que sa future épouse vienne le rejoindre pour son baiser de bonne nuit. Sauf que...

‘‘ Kaë je… crois que je vais dormir ailleurs… il faut que tu te reposes… enfin tu comprends et… non enfin je ne comprends pas… et toi pas non plus je pense… enfin…, j’espère que la petite ne te réveillera pas… bonne nuit… ‘‘

Attendez... mais qu’est-ce qu’elle lui chantait là ? Kaëran n’eut le temps que de se redresser sur ses coudes qu’il vit la longue chevelure de sa douce disparaître derrière la porte qui se refermait. Bon voilà. Ellana avait encore des pulsions à assouvir et elle ne parvenait pas à se maîtriser dès qu’il était dans les parages. Oui, ça, il l’avait compris maintenant, mais de là à ne pas dormir dans leur lit...

Le Lieutenant repoussa donc les couvertures, s’assura que Jillian dormait toujours était confortablement installée, puis quitta la chambre des maîtres pour rejoindre la chambre d’ami. Poussant la porte après avoir tourné lentement la poignée, Kaë entra, s’approcha du lit et s’asseya au bord. Sa main droite se posa au creux de son dos qu’il caressa affectueusement.

‘‘ Comme si j’allais te laisser dormir dans la chambre d’ami... ‘‘

Ellana semblait piteuse et pourtant, il y avait cette lueur de désir qui brillait encore au fond de son regard. Le soldat gradé lui fit donc un sourire en coin, la souleva d’un rien et la ramena vers leur chambre tout en l’embrassant. Elle pressait ses lèvres contre les siennes, le souffle court, et ses doigts se cramponnaient à ses cheveux. L’allongeant sur le lit, Kaëran la débarrassa de ses vêtements, en faisant de même pour lui et lui donna ce qu’elle attendait. Après il put se reposer, tenant les mains d’Ellana dans les siennes pour qu’elle puisse contenir ses envies de les empêcher d'explorer son corps pour une énième fois en une semaine. Cette femme, depuis l’accouchement, était devenue insatiable!

Le Lendemain matin, émerger du sommeil était quelque chose de passablement difficile. Quand ses paupières s’ouvrirent s’étaient parce que son corps avait senti quelque chose caresser ses lèvres délicatement. Ses yeux bleuté et vert croisèrent celui, vairon, de sa dulcinée. Un sourire s’étira sur ses lèvres et il chercha son baiser. En réponse à sa question, Kaëran acquiesça.

‘‘ Oui, j’ai dormi comme un loir. ‘‘

Un sourire malicieux se dessina sur les lèvres du jeune homme et sans crier gare, il sauta sur la couturière, la chatouilla tout en semant des chapelles de baisers sur son corps puis la laissa en plan pour s’occuper de leur fille qui pleurait depuis son berceau. Quand il se retourna, Ellana les observait avec un sourire en coin, joues dans ses paumes de mains.

‘‘ Vous admirez la vue, mademoiselle. Cela vous plait-il ? ‘‘

Comme si elle allait dire non... m’enfin. Ils s’habillèrent vite fait, donnèrent la petite à Noah qu’ils croisèrent dans le couloir, les cheveux en pétard, et filèrent se laver à toute vitesse pour pouvoir déjeuner tranquillement.

Encore une fois, le Lieutenant s’en retourna au travail et ce fut ainsi les trois jours qui s’en suivirent. Le mariage avait lieu la veille et les préparatifs étaient pratiquement terminés. Le costume du marié était fin prêt, personne n’avait vu la robe de la mariée mis à part Eiriel, et on fêtait les festivités dans la cour arrière de la demeure Eira qui était suffisamment grande pour contenir tous les invités.

Ce jour-là, Kaëran avait pris congé histoire de porter son aide et d’aider Ellana avec la petite. Noah avait dû s’absenter pour accompagner Dorguan et aider Eiriel à finaliser quelques trucs concernant le mariage. Maintenant, il voyait ce que sa douce faisait toute la journée et comprenait qu’elle soit fatiguée. S’occuper de la maison et de l’enfant en même temps était une tâche assez lourde. Noah n’était plus aussi régulièrement là non plus. Celui-ci avait même songé trouver une habitation pour laisser son fils et sa femme à enfin vivre en famille, paisiblement.

Spoiler:
 
________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Sam 22 Juin - 11:21


Encore une fois, elle soupira contre l’oreiller. Non mais ce n’était pas possible que son corps ait tellement envie de son homme et qu’elle ne puisse pas s’arrêter ! Si ça continuait il faudrait qu’elle aille voir la guérisseuse…
 
Elle entendit faiblement la porte s’ouvrir puis le matelas s’affaissa près d’elle. Une main se posa dans le creux de son dos, le caressant délicatement. Elle tourna la tête pour voir Kaëran qui disait :
 
-Comme si j’allais te laisser dormir dans la chambre d’ami...

Ellana s’en était douté qu’il ne la laisserait pas découcher mais c’était pour son bien… pour qu’il reprenne des forces… mais le désir était toujours là…
Sur un sourire en coin, il la souleva comme si elle ne pesait rien et l’embrassa tout en la ramenant dans leur chambre. Et elle, elle lui rendait ses baisers, avec nettement plus de fougue, elle plongeait ses mains dans les cheveux en pétards de son futur époux. Elle était déjà essoufflée tandis qu’il l’allongeait sur le lit, lui retirant ses vêtements.
 
Ne réfléchissant plus, elle le laissa faire, le déshabilla et gémit faiblement lorsqu’enfin il fût en elle. Ce fût moins fougueux que les nuits d’avant mais tout aussi exquis. Et quand ils eurent finis, Kaëran garda ses mains prisonnières des siennes pour les empêcher de parcourir son corps d’homme. Bonne initiative. Ainsi, Ellana resta sagement couchée à dormir avec lui, le laissant se reposer correctement.
 
Mais au matin, ce fut elle la première réveillée. Jillian n’avait pas fait de siennes durant la nuit pour une fois et dormait encore, gigotant de temps en temps dans son sommeil, et le papa était exactement pareil ! Souriante, Ellana détacha une main de celle de son homme et commença à parcourir ses merveilleuses lèvres. Elle ne faisait que les effleurer et se remémorer la sensation qui l’envahissait à chaque fois qu’elles se posaient sur sa peau, n’importe où. Quand il libéra enfin son superbe regard endormi,  il lui sourit et chercha son baiser qu’elle lui donna avec joie avant de demander :
 
-Tu as bien dormit mon cœur ?
 
-Oui, j’ai dormi comme un loir. 
 
Ouf ! Cela la rassurait grandement ! Mais… attendez… le sourire qu’il lui offrait là… elle le connaissait… oh non ! Il lui sauta dessus d’un coup, sans qu’elle puisse réagir, et se mit à la chatouiller tout en l’embrassant partout. Elle se tordait comme une truite sous lui, riant, les larmes aux yeux, avec un mal de côte énorme au bout d’un moment. Sérieusement, ses mains étaient des expertes dans tous les domaines…
 
Et il la lâcha enfin, la laissant là sur le lit en pagaille, pour aller s’occuper de leur fille qui pleurait dans son lit. Reprenant son souffle, Ellana se mit en tailleur et posa sa tête sur ses paumes, observant le père et la fille, attendrie. Il avait eu si peur de ne pas y arriver. Et en fait, il se débrouillait comme s’il l’avait toujours fait. C’était un futur mari et père merveilleux.
 
-Vous admirez la vue, mademoiselle. Cela vous plait-il ?
 
Elle sourit en répondant :
 
-Je n’ai jamais vu meilleure vue de ma vie monsieur…
 
Puis elle se leva, ouvrit les fenêtres, et ils allèrent s’habiller et changer Jillian avant de la confier à Noah qui passait par là pour pouvoir se laver convenablement. Ce qu’ils firent rapidement, pour ensuite descendre et manger paisiblement, Ellana allaitant sa fille. Sauf qu’elle avait déjà remarqué que Jillian avait plus de mal à boire ses derniers jours. N’aurait-elle déjà plus de lait ? Il faudrait qu’elle demande Eiriel si elle y pensait. Parce que pour l’heure, le mariage approchait à grand pas.
 
Les trois jours qui restèrent passèrent à la vitesse de l’éclair. Ellana avait pu finir sa robe et hormis Eiriel, personne ne l’avait vue. Le menu avait été choisi, poisson principalement, les tables dressées à l’extérieur. La veille de la cérémonie, Kaë avait pris congé pour aider sa future à tout finaliser, pendant qu’Eiriel, Dorguan et Noah allaient s’occuper d’autres petits détails en ville.
 
Ellana elle, stressait. Elle le masquait, mais en elle c’était la panique totale. Elle avait peur d’avoir oublié quelque chose, qu’il y ait un souci, que sa robe ou le costume de Kaë ne se casse malencontreusement… elle imaginait des scénarios pas possible et elle en tremblait presque.
 
Au soir, Eiriel vint leur souhaiter la bonne nuit, leur dernière nuit en « célibataire » ou en « homme et femme libres » comme elle disait, et les quitta. Ellana et Kaë s’occupèrent de Jillian avant de se mettre au lit, un sourire aux lèvres.
 
-Ca y est Kaë… demain… nous serons mari et femme…
 
Il souriait et elle reçut de jolis baisers avant qu’ils ne s’endorment. Non, cette nuit-là elle n’eut pas de pulsions. Le stress les tenait éloignées apparemment.
 
Et le lendemain matin…
 
-HOP! DEBOUT! Kaë tu viens avec moi, ordre d’Eiriel, pas le droit de voir ta future avant l’église !
 
Ellana sursauta et eut à peine le temps de croiser le regard de son homme que Dorguan l’emmenait avec lui. Jillian hurlait et la jeune mère se leva pour la consoler et la changer, encore endormie. Elle n’avait même pas eut de baiser… Dix minutes après, Dorguan revint.
 
-La petite est prête ? Je l’emmène et la garde avec moi durant l’église. Si jamais elle pleure ou autre je sortirais discrètement.
 
Ellana hocha de la tête. Elle avait habillée Jillian avec une petite tenue splendide, comme une demoiselle d’honneur. Et elle avait un joli chapeau enrubanné de petites fleurs. En plus, ses yeux changeaient. Si elle ne se trompait pas, l’un d’eux devenait plus clair que l’autre… aurait-elle les yeux vairons, ou comme son père ? Ils verraient bien…
 
-Tenez… je vous donne le sac avec Dorguan. Dedans je lui ais mit des couches au cas où, une peluche de rechange, une tétine de rechange si jamais elle perd la sienne et Eiriel m’avait montré comment tirer mon lait donc je vous ais mis un biberon. Si jamais elle pleure pendant l’église essayez de la nourrir, puis de la consoler, si rien n’y fait…
 
-Je sortirais. Merci, et ne t’en fais pas elle est entre de bonnes mains !
 
Elle acquiesça, mettant le sac autour de ses épaules et lui tendant la petite. Après une bise, elle regarda Dorguan s’éloigner avec elle, laissant place à Eiriel.
 
-C’est le grand jour ma belle ! Je suis toute excitée ! Kaëran est avec son père pour se préparer. Moi je m’occupe de toi ! Allez enfile ta robe !
 
Respirant profondément, Ellana se cacha et revêtit sa robe. C’était un bustier, dont le haut était brodé délicatement. La robe s’élargissait par le bas, le tissu s’enroulant autour de sa taille joliment. Quant elle revint, Eiriel avait presque les larmes aux yeux.


Spoiler:
 

 
-Tu es magnifique… il faudra juste espérer que ton homme ne nous tombe pas dans les vapes en te voyant ! Il est tellement stressé lui aussi…
 
-Je suis paniquée, Eiriel… j’ai peur que quelque chose cloche, peur que ce ne soit pas réussi…
 
-Les angoisses de toutes les mariées. Ne t’en fais pas, tout est en ordre. Ca ira. Maintenant assieds toi que je te coiffe correctement et te maquille.
 
Ellana s’exécuta, et cela leur prit une bonne heure. Eiriel était très talentueuse et avait réussis à lui faire un chignon tressé. Quand elle se regarda, avec ses deux mèches qui tombaient de part et d’autre de son visage, Ellana était éblouie. C’était… magnifique… Souriante, elle laissa la paysanne la maquiller, rouge à lèvres, fard à paupières, crayon… toute la panoplie ! Mais à la fin elle ne se reconnaissait plus…
 
-Voilà ! Mon dieu j’ai l’impression de me revoir à mon propre mariage…Bien… ton bouquet est sur le lit. Noah va venir te chercher. Il tient à te conduire lui-même à l’autel. Moi je me charge de Kaë. On se retrouve à l’église.
 
La jeune mère ne put qu’acquiescer, la gorge nouée par le stress. Kaë allait arriver bien avant elle à l’église, par une calèche que son supérieur avait affrétée spécialement. Il allait attendre avec Eiriel devant l’autel, regardant tous les invités et curieux remplir l’église. Et une fois l’église pleine, elle arriverait. Mon dieu… Elle alla dans la chambre, prit son bouquet et se posta devant un miroir, s’observant. Elle était heureuse, anxieuse… surtout heureuse.
 
-Bonté divine Ellana… tu es superbe…
 
Elle sursauta et se tourna vers Noah qui venait d’arriver. Il vint et lui fît une accolade, faisant attention à ne pas la décoiffer ou froisser les tissus…
 
-Eiriel et Kaë viennent d’embarquer dans la calèche. L’église va commencer à clocher quand ils arriveront. Nous partirons cinq minutes après le début des cloches. Ca va ?
 
-Oui je… suis nerveuse et… dépassée par tout ça…
 
-C’est normal. Concentre-toi sur ton mariage. C’est votre journée les jeunes ! Nous on s’occupe du reste. Tu veux boire quelque chose ?
 
-Non merci… sinon je devrais aller aux toilettes au milieu de la cérémonie…
 
Ils partirent alors dans un fou rire et ce fût les cloches qui les firent se stopper. Kaë était donc à l’église maintenant. Ils descendirent, Noah l’aidant pour qu’elle ne marche pas sur sa robe et tombe. Elle avait hésité à mettre un voile, mais avec la magnifique coiffure qu’Eiriel lui avait faite, ce n’était pas utile. Le voile ne ferait qu’abîmer ce joli travail.
 
Ils montèrent dans la calèche doucement, et Ellana ferma les yeux le temps du trajet, tentant de calmer sa nervosité. Quand ils s’arrêtèrent, Noah la fît sortir doucement, et un enfant retourna dans l’église pour prévenir tout le monde que la mariée arrivait. Les cloches ralentissaient et Ellana se posta devant la grande porte, le cœur battant. Les cloches cessèrent, Noah lui tendit son bras qu’elle prit en lui souriant, et les portes s’ouvrirent doucement. D’un pas lent, précédée de deux jeunes qu’Eiriel connaissait qui lançaient des pétales de fleurs, elle avança à travers l’église. Les bancs étaient pour la plupart comble, de soldat principalement. Tous la regardaient, mais elle, elle n’avait d’yeux que pour le marié qui attendait droit devant elle, souriant également, les yeux brillants de mille feux. Dans les bancs, des murmures sur sa robe s’élevaient. Ils devaient se demander ou elle l’avait fait faire…
 
Arrivée à l’autel, Noah lui fit le baise main et la laissa aux bons soins de son fils, s’en allant ensuite avec Eiriel rejoindre Dorguan sur le premier banc, Jillian dans ses bras.
 
-Mes très chers frères, mes très chères sœurs… nous sommes ici réunis afin d’unir ses deux jeunes gens par les liens sacrés du mariage…
 
Le prêtre commença son discours et la cérémonie dura une bonne heure, alternant les chants et les prises de paroles. Et quand enfin ce fût l’heure de l’échange d’alliance… ce fût contre toute attente Hewie qui débarqua, un coussin attaché à sa tête, les alliances dessus ! Ellana comme Kaë n’avaient pas été au courant et maintenant qu’elle y songeait, elle n’avait pas vu beaucoup le chat ses derniers jours ! Un assistant du prêtre libéra le coussin et le tendit vers Kaë qui prit l’alliance.
 
-Monsieur Kaëran Eira, acceptez-vous de prendre pour épouse Mademoiselle Ellana Stark ici présente, de l’aimer et de la chérir, dans la joie et la tristesse, dans la santé et la maladie, dans la richesse et la pauvreté, jusqu’à ce que la mort vous sépare ?
 
-Je le veux.
 
Il prit sa main gauche et lui passa l’alliance au doigt, devant la bague de fiançailles.
 
-Mademoiselle Ellana Stark, acceptez-vous de prendre pour époux Monsieur Kaëran Eira ici présent, de l’aimer et de le chérir, dans la joie et la tristesse, dans la santé et la maladie, dans la richesse et la pauvreté, jusqu’à ce que la mort vous sépare ?
 
-Je le veux.
 
Elle prit sa main gauche et lui enfila doucement l’anneau au doigt, souriante et heureuse comme jamais.
 
-Je vous déclare donc mari et femme ! Vous pouvez embrasser la mariée !
 
Kaëran ne se fît pas prier et la serra contre lui, l’embrassant fougueusement. Dans l’assemblée, les applaudissements retentirent, ainsi que les sifflements poussés par Ayden. Quand il la relâcha, ils souriaient à s’en décrocher les mâchoires, et ils avaient les yeux brillants. Tout le monde sortit et ils suivirent en dernier, se faisant accueillir par des pétales de roses. Jillian, elle, tentant d’en attraper dans les bras de Dorguan. Et comme toute bonne tradition, Ellana tourna le dos à tout le monde et lança son bouquet dans les airs. En pivotant, elle vit que c’était une jeune fille d’une dizaine d’années qui l’avait réceptionné. Et elle était heureuse.
 
Maintenant, retourner à la maison, manger, fêter ça… profiter de cette merveilleuse journée. Elle était mariée. Et n’arrivait pas encore à réaliser. Elle était mariée à Kaëran…
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mer 26 Juin - 5:28

________________________________________________


Chapitre 6
L’union de deux vies

◆ ◆ ◆



‘‘ Ca y est Kaë… demain… nous serons mari et femme… ‘‘

Ellana semblait beaucoup plus nerveuse que lui pouvait l’être à l’heure actuelle. Il se demandait même si elle allait réussir à dormir cette nuit là. Pour l’aider à s’apaiser un tantinet, Kaëran se redressa sur un coude et posta son visage au dessus de celui de sa douce, semant des baisers sur ses lèvres, descendant le long de sa mâchoire, tout en lui souriant.

‘‘ Tout se passera bien, tu verras. ‘‘ Murmura t-il contre son cou.

Le jeune Lieutenant remonta jusqu’à ses lèvres, s’allongea à ses côtés et ferma les yeux, se laissant envelopper par les doux bras de Morphée. En ce qui concernait Jillian, elle fit sa nuit entière, et ce, jusqu’à ce que les premiers rayons du soleil se montrent. Ils parcouraient le feuillage des arbres environnants, grimpaient avec agilité le long des murs des demeures, jusqu’à trouver les fenêtres qui leur permettraient de pénétrer à l’intérieur. Ils se faisaient même un malin plaisir à réveiller les hôtes qui paisiblement dans leur lit. La petite famille Eira n’y échappa pas. En fait, c’était plutôt parce qu’un certain Dorguan était debout tôt. Pourquoi ? C’était le grand jour pour Kaëran et Ellana qui faisait encore les marmottes, d’après Noah. Retroussant donc ses manches de chemise, le forgeron grimpa à l’étage et ouvrit la porte en hurlant:

‘‘ HOP! DEBOUT! ‘‘

Kaëran sursauta et manqua tomber à la renverse, en bas du lit. Ellana l’imita et Jillian se mit à pleurer depuis son berceau. Non, mais ! Ça n’allait pas ?! On ne faisait pas une telle chose ! N’empêche que le grand homme trouvait ça bien rigolo. Au moins, il ne les avait pas retrouvés à poil... hem... bon.

‘‘ Kaë tu viens avec moi, ordre d’Eiriel, pas le droit de voir ta future avant l’église ! ‘‘

‘‘ Mais... Hého ! ‘‘

Il n’eut même pas le temps de regarder ne serait-ce qu’une seconde Ellana ou même lui faire un bisou, que le forgeron lui prit le poignet et le traîna de force en dehors de la chambre en direction du rez-de-chaussée. Son père lui donna des vêtements à enfiler vite et ils quittèrent aussitôt pour se rendre chez Eiriel qui patientait. Dès que le Lieutenant entra il trouva enfin la force de dire:

‘‘ Mais c’est quoi tout ce cirque enfin ?! ‘‘

‘‘ Tu n’as quand même pas oublié le jour de ton mariage ? ‘‘ S’interrogea la femme, presque indignée.

‘‘ Non ! Bien sûr que non ! Si j’avais la maladie du coeur, je serais dans mon lit de mort avant même d’avoir dit: oui je le veux ! ‘‘

La paysanne ne put que pouffer de rire et écrasa le costume de marié contre le torse du jeune homme. Elle le contourna alors, mit ses mains contre ses omoplates et le poussa jusqu’à la salle de bain alors que Noah prenait le relais, s’enfermant dans la salle de bain avec son fils. Eiriel quitta donc sa maison à toute allure pour se rendre aux côtés d’Ellana, croisant son époux en chemin. Celui-ci retrouva les hommes et Kaëran sursauta une fois de plus.

‘‘ C’est moi ! ‘‘

‘‘ On ne t’as pas appris à toquer avant d’entrer ?! ‘‘

‘‘ Oh... pardon. Regarde qui est là. ‘‘

Kaëran, à moitié vêtu de son costume vint vers le forgeron et prit sa fille dans ses bras, la serrant contre lui. Jillian prit la chaine qui ornait son cou et commença à l’enrouler autour de ses doigts maladroitement et tenta même d’enfiler le pendentif dans sa bouche. Le jeune paternel dut intervenir en lui soufflant sur le ventre et on la lui arracha des mains. Enfin... Noah la lui vola pendant que Dorguan le forçait à enfiler le reste de son costume. Bien entendu, Kaëran fit la moue puis on vaqua à s’assurer que tout était parfait en le faisant tourner sur lui-même. Noah était ému et serra son fils dans ses bras, fortement, puis dit, la voix légèrement cassée:

‘‘ Je suis tellement heureux d’avoir l’honneur d’assister à ce jour... Tu as fière allure, jeune homme. ‘‘

‘‘ Merci, papa. ‘‘

‘‘ Allez file ! ‘‘ Dit Eiriel en entrant à l’instant, poussant Noah vers la sortie de la pièce. ‘‘ La mariée t’attend ! ‘‘

‘‘ À plus tard fiston ! ‘‘

Kaëran rit légèrement et Eiriel vint l’enlacer à son tour, les yeux brillants. Elle lui tourna autour pour l’observer et tapa dans ses mains. Ellana avait fait un sacré beau travail et avait su mettre son époux en valeur, surtout avec cette couleur qui faisait davantage ressortir ses yeux pâles.

‘‘ Quel bel homme... ta future épouse en a de la chance et en plus, elle est très talentueuse. Mais regarde toi ! ‘‘

Encore une fois, elle le prit dans ses bras et ils durent quitter la demeure, car Dorguan leur signalait que la calèche était arrivée. Le jeune homme était plus que nerveux et commençait à prendre de profondes inspirations pour se calmer. Une fois à la cathédrale de la cité humaine, imposante et magnifique de par son architecture et ses couleurs, Eiriel accompagna le jeune Lieutenant dans l’allée. Il y eut bien entendu des sifflements et des conneries balancées pour le détendre venant d’Ayden qui était assis dans le premier banc. Celui-ci se leva, serra son frère d’armes fermement dans ses bras et lui claqua le dos avant de reprendre place aux côtés d’Emiya.

Les minutes qui s’écoulaient étaient infernales et interminables. Kaëran se balançait nerveusement d’une jambe à l’autre jusqu’à ce que quelqu’un crie que la mariée arrivait. Alors là, son cœur s’emballa aussitôt. Il avait tellement hâte de la voir après ce réveil brutal. Les portes s’ouvrirent, la harpe commença son doux et mélodieux chant alors que Noah faisait son apparition avec la plus belle des créatures pendue à son bras gauche; Ellana. Sa robe était époustouflante et suscitait déjà des commentaires flatteurs dans l’assemblée. Le Lieutenant lui, avait le regard rivé sur elle, et elle sur lui. D’un coup, il était l’homme le plus détendu au monde. Noah, en bon gentleman, la conduisit devant son futur époux, lui embrassa la main et alla se placer aux côtés de l’archer.

La cérémonie commença alors avec les traditionnels blabla du prêtre. Kaëran n’écoutait que la moitié de ce qu’il disait, perdu dans le regard de cette femme magnifique. Elle était resplendissante et ses yeux brillaient de mille feux. L’heure qui s’écoula ne sembla durée qu’une petite minute cette fois et à la surprise de tous, le chat traversa l’allée avec un coussin sur le dos. L’assemblée riait, tout comme les futurs mariés. Le Lieutenant ne put s’empêcher de tourner les yeux vers son père qui faisait mine de regarder dans les airs. Cela expliquait pourquoi il le prenait avec lui tous les soirs ! Kaëran prit donc l’alliance de sa douce et patienta pendant que le prêtre récitait les vœux.

‘‘ Monsieur Kaëran Eira, acceptez-vous de prendre pour épouse Mademoiselle Ellana Stark ici présente, de l’aimer et de la chérir, dans la joie et la tristesse, dans la santé et la maladie, dans la richesse et la pauvreté, jusqu’à ce que la mort vous sépare ? ‘‘

‘‘ Je le veux. ‘‘

Doucement, le jeune homme prit la main de sa belle, caressant l’intérieur de sa main par la même occasion, et glissa l’anneau à son annulaire gauche, alors qu’on posait maintenant les yeux sur Ellana. Le prêtre répéta ainsi les mêmes paroles, sauf exception du nom de la concernée.

‘‘ Mademoiselle Ellana Stark, acceptez-vous de prendre pour époux Monsieur Kaëran Eira ici présent, de l’aimer et de le chérir, dans la joie et la tristesse, dans la santé et la maladie, dans la richesse et la pauvreté, jusqu’à ce que la mort vous sépare ? ‘‘

‘‘ Je le veux. ‘‘ Dit-elle, faisant de même pour lui.

‘‘ Je vous déclare donc mari et femme ! Vous pouvez embrasser la mariée ! ‘‘

Oh ça oui il allait l’embrasser et ne s’en priverait pas ! Il n’avait même pas pu le faire le matin même parce qu’on l’avait tiré brusquement de son lit avant même de s’être complètement réveillé. Kaëran serra donc sa chère Ellana contre lui et posa ses lèvres sur les siennes, sucrées, douces. Ce fut avec une fougue non dissimulée qu’il embrassa sa femme devant un torrent d’applaudissement et de sifflements. Le Lieutenant relâcha alors son épouse, le souffle court, et lui rendit son sourire. Lui prenant la main il l’entraîna alors dans l’allée de la cathédrale pour en sortir et les nouveaux mariés furent accueillit par une pluie de pétale de rose. On lança le bouquet de la mariée puis on les laissa grimper dans la calèche qui conduirait le jeune couple au nid familial. Assit l’un en face de l’autre, ils se toisaient du regard. Le soldat avait ce faible sourire énigmatique aux lèvres et tira brusquement sa douce jusqu’à lui, l’asseyant sur ses genoux pour lui embrasser le cou.

‘‘ Si le chemin n’était pas aussi court, je te boufferais tout rond immédiatement...  ‘‘ Souffla t-il à son oreille.

Comme de raison, ils arrivaient à la maison et Kaëran aida Ellana à descendre. Il lui faudrait attendre en fin de soirée pour prendre une croquée de la mariée.
Les invités arrivèrent peu de temps après et tous se retrouvèrent dans la cour arrière où on avait dressé les tables et installé le buffet. Les hommes de Kaëran avaient kidnappé leur supérieur pour le féliciter, les femmes en faisant de même pour Ellana, mais ils se retrouvèrent bien assez vite, se soudant en se serrant fermement la main pour le reste de la soirée. Bien entendu, pour accompagner le tout, il y eut des jeux assez rigolos et Ayden avait failli se noyer dans le tonneau, cherchant à attraper une pomme qui ne voulait pas se coincer entre ses dents. Il y eut aussi la première danse où Kaëran fit grimper Ellana sur ses pieds pour qu’elle puisse suivre le rythme. Le jeune homme ne pouvait s’empêcher de lui susurrer des compliments et des mots doux à l’oreille, la faisant même rougir parfois. À une ou deux reprises, Ellana avait dû s’absenter pour s’occuper de Jillian et Kaëran avait fait de même un peu plus tard. Et lorsque vint la fin de la soirée, Dorguan et Eiriel s’occupèrent de prendre la petite avec eux pour la nuit. Noah allait dire quelque chose quand il se tut, un doigt dans les airs...

‘‘ Viens là, toi... ‘‘ Avait-il dit en grognant légèrement.

Le Lieutenant avait plaqué sa femme contre lui, l’embrassant avec fougue, celle-ci lui répondant aussitôt.

‘‘ Hum... je... vais filer. Bonne nuit les jeunes. ‘‘

Mais aucun des deux ne lui répondit, trop occupé à se bousculer contre le mur. Noah s’éclipsa alors, fermant la porte derrière lui pour débarquer chez Eiriel. La nuit s’annonçait pleine de rebondissements pour les jeunes apparemment. Et... oui, ça commençait même. Avec les pulsions d’Ellana, ça ne faisait qu’ajouter plus de chaleur au moment présent et leur permettrait de s’amuser un peu puisque Jillian n’était pas à la maison ce soir-là.

Le Lieutenant agrippa sa femme juste sous les fesses et la souleva pour l’asseoir sur la table de la cuisine, remontant la robe pour avoir accès à ses jambes qu’il parcourut lentement. Il avait envie de la déballer tout de suite, mais devait se montrer patient. #1, faire languir madame Eira au maximum et ce, jusqu’à ce qu’elle pète un câble... s’ils y arrivaient. On le débarassa de sa veste et entreprit d’ouvrir sa chemise d’un seul coup quand Kaëran prit les poignets de la jeune femme. Il planta son regard du sien, fiévreux de désir, et secoua négativement la tête.

‘‘ Il faut faire preuve d’un peu plus de patience maintenant et je compte bien vous empêcher de dormir cette nuit... ‘‘

Ces paroles ne tombèrent pas dans l’oreille d’une sourde à première vue. Ellana se mordait la lèvre d’impatience, plaquant ses lèvres contre les siennes. La soulevant, Kaëran se dirigea distraitement vers le canapé où il allongea la jeune femme, libérant sa longue et magnifique chevelure qui ondulait sur les coussins. Ses lèvres se posèrent contre son cou et remontèrent jusqu’à son oreille qu’il mordilla doucement. Déjà, sa chemise volait dans la pièce quand il lui susurra à l’oreille.

‘‘ Je t’aime, mon ange... ‘‘

Son regard croisa brièvement le sien, éclairé par les flammes du foyer. Leurs lèvres se retrouvèrent de nouveau avec un peu plus d’ardeur. Cette femme était envoutante, encore plus sous cet éclairage et avec ces yeux étincelants.
Les mains du jeune homme se frayèrent un chemin sous le corps allongé de sa femme et elles s’attaquèrent aux lanières de soie qui maintenaient la robe solidement contre son corps fébrile. Sa poitrine se dégagea légèrement et la bouche de l'homme s’y posa pour semer de doux baisers. Le tissu glissa alors tranquillement sur la peau de la couturière qui respirait déjà profondément, le souffle court. Les caresses  de Kaë étaient douces, mais extrêmement lentes et langoureuses. Ses doigts parcouraient ce corps frêle, mais fort à la fois, explorant et découvrant de nouveaux endroits. Ellana s’arquait, gémissante et en demandait plus sans toutefois laisser libre court à sa voix. Le Lieutenant la laissant pantelante alors qu’il lui enroulait les jambes autour de la taille et se redressait pour grimper à l’étage. Ils se retrouvèrent bien rapidement au beau milieu du couloir, à même le sol puis durent prendre appuis contre le mur pour être en mesure de se rendre jusqu’à la chambre des maîtres. La nuit s'annonçait être des plus torrides.

Quand enfin ils se lâchèrent, le soleil se levait. Ils étaient morts d’épuisement, parcourus de picotements dans les membres et avaient le souffle affreusement court. Kaëran embrassa sa douce sur le front, la tira hors du lit pour filer sous la douche et la sécha avant de la remettre au lit. En bon époux, il la borda, l’embrassa et se glissa à ses côtés tout en la serrant contre lui.

‘‘ Bonne journée, ma chérie. ‘‘

Dire bonne nuit était quelque peu dépasser étant donné les circonstances. Le jeune couple, nouvellement marié, ferma alors les yeux pour profiter de quelques heures de sommeil. De toute manière, ce n’était certainement pas les vieux qui allaient venir les déranger...

Spoiler:
 
________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Mer 26 Juin - 14:06


Le bouquet rattrapé, les jeunes époux dévalèrent les marches sous les cris et applaudissements de leurs proches, pour grimper dans la calèche. La porte se referma et l’habitacle se mit en mouvement, Ellana assise en face de son désormais mari. Elle observa son alliance, magnifique, puis reporta son regard sur Kaëran. Il avait les yeux brillants, tout comme les siens sans doute, et arborait un sourire à faire fondre n’importe quelle femme.

Il la prit alors par les hanches, et l’installa sur ses genoux, ses lèvres se promenant dans son cou tout en disant :

-Si le chemin n’était pas aussi court, je te boufferais tout rond immédiatement...

Elle ricana et lui sourit. Elle aussi avait une folle envie de le manger, morceau par morceau, doucement. Mais la calèche s’était stoppée et il l’aida à descendre, Ellana faisant attention à ne pas se mêler les pieds avec sa robe.

Ils arrivèrent dans le jardin, ou les tables avaient été installées ainsi que le buffet. Même la serre de Naël avait été décorée et la fontaine également. Les invités arrivèrent par la suite, discutant et riant. Du coin de l’œil, Ellana vit Jillian, dans les bras d’Eiriel à rire. C’était bon, elle était entre de bonnes mains. Son homme lui fut arraché, entouré de ses soldats qui le félicitaient. Ellana aussi fut attirée dans un coin, toutes les femmes la félicitant et lui demandant qui lui avait cousu la robe.

-Hum… c’est moi qui… ai fait les tenues…

Et cela les laissaient bouche bée ! Eiriel arriva alors en disant :

-C’est la fille de Stark, le tailleur. Vous en avez sans doute entendu parler, tout ce qu’il lui a fait… mais elle a néanmoins appris à coudre et le résultat est superbe.

-Et pensez-vous reprendre le commerce ? Demanda une femme.

-Hum… sans doute que oui, mais pas pour le moment… il faut y faire des travaux et… j’ai une petite fille donc pour le moment c’est en pause…

-Bien sur bien sur !

Sur un sourire entendu, elles s’éloignèrent, et Ellana put rejoindre Kaëran, toujours le sourire aux lèvres. Leurs mains se cherchèrent, se trouvèrent et ne se quittèrent plus. Ils mangèrent avec les invités, discutant, riant, profitant tout simplement. Ellana avait vu Noah donner le biberon à Jillian, ce qui la rassurait aussi. Ensuite, ce fut la place aux jeux. Ayden manqua s’étouffer dans la bassine pour chercher une pomme, Ellana percuta le front de Dorguan en voulant faire de même. L’ambiance était au beau fixe et lorsque fut venu le temps de la première danse par contre, cela se corsa. Ellana réalisa qu’elle n’avait jamais dansé. Elle se mit en piste avec Kaë, le regardant, inquiète, mais il la rassura et d’un signe, il lui fit comprendre qu’elle devait mettre ses pieds sur les siens. Avec la robe, personne ne le remarquerait, espérait-elle.

Et elle n’y fit pas attention, parce que son époux n’avait de cesse de la faire rougir en lui murmurant des choses coquines ou même en la complimentant. Par la suite, tous dansèrent, certains restaient au buffet à parler en groupe et buvant. Ellana s’absenta pour coucher Jillian, morte de fatigue, et revint un peu après, pour repartir une quinzaine de minutes plus tard pour s’assurer que sa fille dormait toujours. Cela lui avait fait étrange, de ne pas avoir sa petite près d’elle toute la journée. Mais la famille de Kaë, et à présent la sienne, s’en était occupé à la perfection. Kaë vérifia aussi que la petite était bien installée. En gros, la soirée passa rapidement et dans la bonne humeur. Au compte goutte, les invités s’en allèrent, et en dernier lieu Eiriel et Dorguan, la petite qui dormait dans les bras. Ils la gardaient pour la nuit. Ellana pensait que Noah était parti avec eux, et ne le remarqua pas, ouvrant la bouche. Non, Kaë s’était jeté sur elle et la plaquait contre lui en grognant :

-Viens là, toi...

Puis il l’embrassa avec fougue, et elle ne se priva pas de le lui rendre, son bas ventre déjà en fusion. Ils n’entendirent pas Noah ni la porte qui se refermait derrière lui. Contre le mur, ils s’embrassaient, jusqu’à ce que le Lieutenant glisse ses mains sous les fesses de sa femme pour la soulever et l’installer sur la table de la cuisine. Cela surpris Ellana qui se laissa néanmoins faire, le regardant remonter sa robe pour dévoiler ses jambes et les caresser doucement. Et ces simples caresses lui envoyèrent des frissons partout !

Automatiquement, folle de désir et d’envie, Ellana porta ses mains à la veste de son homme et la lui retira vivement, s’attaquant ensuite à la chemise. Pourquoi avait-elle mis des boutons ?! Elle aurait pu mettre quelque chose qui s’arrachait plus facilement ! Mais… ses poignets venaient de se faire kidnapper par Kaëran qui secouait la tête.

-Il faut faire preuve d’un peu plus de patience maintenant et je compte bien vous empêcher de dormir cette nuit...

Hum… voilà qui était plaisant. Elle se mordit la lèvre, se jetant sur ses lèvres invitantes et expertes. Elle se sentit soulevée, transportée, puis reposée sur le canapé du salon, ou un feu brûlait encore dans la cheminée.  Kaëran libéra ses cheveux, les laissant cascader sur ses épaules et s’étaler sur les coussins délicatement. Elle la laissait explorer, l’embrasser dans le cou, remonter à l’oreille, la lui mordiller…

Et pendant ce temps elle avait réussi à déboutonner sa chemise, qu’elle fît glisser le long de ses épaules musclées pour la jeter au sol.

- Je t’aime, mon ange... Murmura-t-il au creux de son Oreille.

Ils se regardèrent alors, les yeux brillants. Elle aussi. Elle aussi l’aimait. Comme jamais. A jamais. Il était à elle, comme elle était à lui. Mais elle ne réussit pas à le lui dire. Elle avait le souffle court, le désir brûlant  dans ses veines et son corps. Elle voyait dans ses yeux tout l’amour qu’il lui portait, pour elle comme pour leur fille. Et elle espérait qu’il voit la même chose chez elle.

Elle sentit ses mains s’agripper aux lanières de la robe, les ouvrant pour faire glisser le tissu et dévoiler un bout de sa poitrine qu’il s’empressa d’embrasser. Elle fermait les yeux, se mordait la lèvre, aimant tellement lorsqu’il se montrait téméraire ! Puis la robe lui fut retirée complètement, et les mains agiles de son mari la caressèrent, doucement, langoureusement. Il explorait, et elle gémissait, s’arquait, profitait juste.

Puis il se stoppa, pris ses jambes pour les mettre autour de sa taille avant de la soulever. Tant bien que mal, ils montèrent à l’étage, Ellana déboutonnant son pantalon, et atterrirent sur le sol du couloir ou elle le débarrassa des vêtements qu’il portait encore, le mettant à nu. Les habits jonchaient le sol, les siens au salon, la moitié de ceux de son homme dans le couloir. Mais elle s’en fichait, elle rangerait le lendemain. A nouveau transportée, ils arrivèrent dans leur chambre ou elle fut posée sur le matelas, son homme par-dessus. Il vint rapidement, tous les deux plus qu’impatients d’être unis, et débuta sa danse. Ellana embrassait son cou, son torse, puis revenait aux lèvres. Le souffle court, ils se bousculèrent, elle prenant le dessus puis lui. Ce fut une nuit torride.

Les rayons du soleil perçaient les rideaux de la chambre lorsque Kaë se retira et s’affala à ses côtés, essoufflé, épuisé, en sueur, mais tous sourires. Ellana regardait le plafond, cherchant à retrouver un rythme cardiaque normal, le corps parcourut de frissons et de chaire de poule. Il s’était encore surpassé. Elle ne savait pas comment il faisait, mais il y parvenait. Et elle aimait ça.

Le visage de son époux apparut au-dessus d’elle, pour lui donner un baiser sur le front, puis sans crier gare, il la prit au bras et la tira hors du lit, l’emmenant dans la salle de bains. Ils se lavèrent, se séchèrent, enfin, Kaë le fit pour elle, puis retournèrent au lit. Il la borda avant de se coucher à ses côtés, la serrant tendrement contre lui. Il sentait déjà meilleur, elle devait l’avouer…

-Bonne journée, ma chérie.

-A toi aussi mon cœur…

Ils fermèrent les yeux, et Ellana s’endormit, tête enfouie dans le cou de son époux. Lorsqu’elle se réveilla, le soleil était bien élevé dans le ciel et… Kaë n’était plus à côté d’elle. Elle fronça les sourcils, jusqu’à ce que tout lui revienne en tête. Mariage, grosse nuit… sur un sourire béat, elle mit sa main gauche devant elle, admirant l’alliance. Elle était mariée au plus bel homme qui soit. La veille, elle se souvenait avoir vu des regards jaloux de la part d’autres femmes. Il était à elle, point à la ligne.

Elle se tira hors du lit, ouvrit la fenêtre, se pencha pour voir que les tables étaient en train d’être démontées. Se débarbouillant et s’habillant, elle descendit. Elle n’avait guère faim avec tout ce qu’ils avaient avalé la veille. Non, à la place elle sortit, et tomba tout de suite sur Eiriel qui avait Jillian.

-Regarde qui voilà ! C’est maman. Oui... elle s’est enfin réveillée…

Le bébé tendait les bras vers sa mère et Ellana s’approcha, un peu gênée.

-Désolée… je ne voulais pas dormir aussi longtemps.

Elle prit son bébé et la serra contre elle, souriante.

-Ce n’est pas grave voyons ! Je te taquine. On démonte les tables là, c’est vite finit. Ton homme doit être dans le coin !

-Merci !

Ellana s’aventura donc, saluant les hommes, montrant le monde à sa fille, jusqu’à ce que Kaë la trouve. Oui, elle le cherchait, mais c’était lui qui gagnait la partie. Elle eut droit à un doux baiser, sa fille aussi et elle murmura :

-Bonjour… le lit était froid sans vous, monsieur Eira…

Il sourit et elle l’embrassa un peu plus passionnément, Jillian émettant une sorte de rire entre eux.

-Et si on profitait du fait que tu as congé pour se promener avec notre petite Jillian ? Tu pourrais aussi passer la journée avec elle de ce fait… Proposa-t-elle en lui donnant sa fille.

Elle attendit sa réponse, sourire aux lèvres. Se promener, tranquillement, profiter, tout simplement. Parce que l’on ne sait jamais de quoi l’avenir sera fait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Ven 28 Juin - 3:56

________________________________________________


Chapitre 6
Bébé partout ? Partie 1

◆ ◆ ◆



Un oiseau cognait de son bec contre la fenêtre. Kaëran fronçait les sourcils et finit par se lever avant qu’il ne réveille Ellana à son tour. Sale bête. Les volets furent ouverts et la bestiole à plumes s’envola aussitôt. Se retournant en bâillant et s’étirant après avoir refermé la fenêtre, le Lieutenant admira sa douce de moitié recouverte par les draps. Il fallait s’en dire qu’ils n’avaient eu que peu d’heures de sommeil durant leur nuit. C’est dans un sourire en coin que Kaë prit des vêtements propres et fila vers la salle de bain pour se débarbouiller. Il descendit tout en ramassant les vêtements qui trainaient ici et là et l’empila dans le panier de lessive.
Noah arriva à cet instant, tenant Jillian dans ses bras. Le père de la petite ne se pria pas pour la serrer contre lui et souhaita le bon matin à tous. Dorguan et Eiriel venaient d’entrer, gardant le silence en voyant qu’Ellana était toujours à l’étage. D’un commun accord, le petit groupe s’en alla à l’extérieur pour ranger les tables qui monopolisaient le jardin arrière. Eiriel s’occupa donc de Jillian pendant que les hommes forçaient leurs muscles en trimbalant les planches à droite et à gauche. Kaëran revenait lorsqu’il crut apercevoir sa douce qui scrutait les environs des yeux. Elle devait le chercher alors, mais ce fut lui qui vint à elle, se glissant derrière et posant ses mains sur ses hanches fines et ô combien fougueuses par moment. Il l’embrassa doucement, faisant de même pour sa petite fille qui poussait son habituel cri strident.

‘‘ Bonjour… le lit était froid sans vous, monsieur Eira… ‘‘ Murmura t-elle.

‘‘ Je ne souhaitais pas vous réveiller, madame Eira. Vous sembliez si confortablement installé que ç’aurait été dommage de vous sortir de votre sommeil. ‘‘

Dans un sourire, le jeune père de famille posa ses lèvres sur celles de sa femme et l’embrassa avec plus de passion que précédemment. Ce qu’il pouvait aimer cette femme... s’en était dingue.

‘‘ Et si on profitait du fait que tu as congé pour se promener avec notre petite Jillian ? Tu pourrais aussi passer la journée avec elle de ce fait… ‘‘

Kaëran prit sa fille et la souleva dans les airs avec prudence, la regardant avec un large sourire. Il grimaça cependant quand elle poussa un autre cri à faire saigner les oreilles. Son regard pâle se posa ensuite sur son épouse qu’il attira vers lui en prenant sa taille d’un bras. Il lui embrassa puis lui mordilla le cou, chuchotant au creux de son oreille.

‘‘ Bien sûr que je veux, rien de mieux que de passer une journée avec les deux plus belles femmes de Racium. Hen Jillian, on va promener avec papa et maman ? ‘‘

La petite riait et hop, son regard se leva vers le ciel en voyant un oiseau passer. C’est là qu’il remarqua que son regard changeait lentement. Un sourire en coin se dessina sur les lèvres de l’homme qui posa le regard sur Ellana.

‘‘ Je crois qu’elle aura le magnifique regard de sa mère. ‘‘

Le couple s’échangea alors un sourire et Kaëran redonna sa fille à Ellana, l’embrassant une dernière fois, puis termina de remettre le jardin arrière en état. Dorguan et Noah se chamaillaient un peu plus loin et finalement le Lieutenant termina seul. On déjeuna ensuite tranquillement, fit la vaisselle et le rangement alors que la jeune mère préparait sa fille pour sortir. Kaëran la vola et la lova contre lui. Aujourd’hui, c’était lui la poussette. La porte s’ouvrit sur une journée ensoleillée. Main dans la main, les nouveaux parents traversèrent l’allée de leur demeure et marchèrent lentement vers les boutiques de marchands qui étaient déjà bien actifs à cette heure de la matinée.

‘‘ J’aimerais être plus souvent à la maison pour profiter de journées comme celles-ci... ‘‘ Murmura t-il.

Oui, il aurait aimé ça, mais son travail demandait beaucoup de temps et on avait besoin de lui au palais. Le jeune homme posa son regard sur Ellana qui caressait sa joue et il se pencha pour l’embrasser, suscitant des sifflements de la part de collègues de travail en patrouille. Kaëran les envoya balader en riant et reprit sa marche avec les deux femmes de sa vie. Ils volèrent donc d’étal en étal puis se dirigèrent vers un endroit un peu plus calme; le parc qui se trouvait non loin du château. Ils s’asseyèrent à l’ombre d’un vieux chêne et le Lieutenant emprisonnant sa douce contre son torse, bras autour de ses épaules alors qu’elle fredonnait doucement à Jillian qui bâillait.
Une heure dut s’écouler où ils ne faisaient que profiter du moment présent ainsi que de la présence de l’autre. Quand ils se levèrent, ce fut pour se remettre en route vers la maison afin de mettre la petite au lit pour sa sieste de l’avant-midi. Les parents profitèrent donc de cet instant pour faire le grand ménage de leur nid familial. À un moment, Jillian se mise à pleurer et c’est son père qui vint se charger d’elle sauf qu’une idée saugrenue lui vint en tête. Pourquoi ne jouerait-il pas de tour à Ellana ? Cherchant un endroit non dangereux pour y cacher la petite, Kaëran appela sa femme, lui demandant si elle ne pouvait pas apporter une couche de rechange pour leur fille, ce qu’elle fit. Quand elle entra, il vit bien son regard vairon chercher Jillian, mais Kaëran faisait l’hypocrite. Il savait qu’elle savait qu’il lui faisait un coup. La jeune couturière chercha alors et c’est le rire que poussait le bébé qui trahit la cachette. Elle se trouvait dans le placard, par terre, dans une tonne de couvertures.

‘‘ Bin quoi ? ‘‘

Le Lieutenant haussa les épaules en ricanant et se mangea un faible coup de coude dans le ventre, ainsi qu’un sourire en coin, de la part de sa femme bien aimée. En soirée, Kaë réitéra l’expérience pendant qu’Ellana préparait le thé. Quand elle revint, Jillian avait disparu et l’homme faisait encore son hypocrite. Cette fois, la pièce était plus grande pour les fouilles. Leur fille éternua et la mère trouva la cachette; sous le fauteuil entre des coussins qui lui permettait de ne pas bouger. Encore une fois, il reçut un regard noir de son épouse et voulut se faire pardonner d’un baiser qu’elle ne parvint à refuser.

Et ça ne faisait que commencer.

Spoiler:
 

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Ven 28 Juin - 11:09


Avant de répondre, Kaëran prit sa fille dans ses bras, la soulevant doucement et la faisant une nouvelle fois crier. De joie bien entendu mais c’était si aigu que leurs oreilles sifflaient. Elle fut collée à lui lorsqu’il l’entoura d’un bras, embrassant et mordillant son cou, avant de murmurer :

-Bien sûr que je veux, rien de mieux que de passer une journée avec les deux plus belles femmes de Racium. Hen Jillian, on va promener avec papa et maman ?

Ellana sourit, suivant comme son époux le regard de leur fille qui admirait un oiseau. Elle avait une semaine et demie et déjà elle était curieuse. Elle était vive comme son père. Et comme Kaë, Ellana avait très bien vu le changement dans les yeux du bébé. L’un changeait, l’autre non ou très peu.

-Je crois qu’elle aura le magnifique regard de sa mère.

Ou le magnifique regard de son père… il les avait aussi bicolore… moins prononcé qu’elle mais tout de même…enfin, elle s’en fichait, à ses yeux Jillian était la plus belle chose qui existait sur terre, avec Kaëran bien sur. Sur un sourire, il lui redonna leur fille, l’embrassa, et retourna travailler pour remettre le jardin en état. Ellana se promena dans la propriété, montrant du doigt à Jillian les plantes et autres choses qui l’émerveillaient. La petite voulait tout toucher et surtout, tout mettre en bouche. Ellana devait lui prendre les mains dans les siennes pour l’en empêcher, ce qui lui donnait un regard interrogatif de Jillian. Elle était si craquante…

Quand le jardin fut propre, ils allèrent déjeuner calmement. Ellana n’allaitait plus, elle donnait le biberon à Jillian, mais avec son propre lait. La vaisselle faite, Ellana prépara leur fille pour la promenade. Elle lui enfila une autre tenue, lui mit une veste et un chapeau. Elle s’amusa à lui faire la ventouse sur le ventre, la faisant gigoter. Ellana était heureuse comme jamais. Elle avait tout ce qu’il fallait, un mari, un bébé, une maison propre et entretenue… elle ne demandait absolument rien d’autre, surtout pas après tant de malheur. Elle profitait de ce que les Dieux leur donnaient. Fin prêtes, elles retrouvèrent le jeune père qui faisait office de poussette. Il prit sa fille dans les bras, la lovant contre son torse puissant et musclé, et Ellana remit juste le chapeau en place avant qu’ils ne sortent. Eiriel, Dorguan et Noah étaient repartis, les hommes travaillant à la forge et Eiriel cuisinant pour le soir. Le soleil inondait la ville, et, main dans la main, les jeunes mariés débutèrent leur sortie.

-J’aimerais être plus souvent à la maison pour profiter de journées comme celles-ci...

Elle s’en doutait. Il voulait être aux côtés de sa fille pour la voir grandir… c’était normal. Mais lui comme elle savait que ce n’était pas possible… son poste de Lieutenant lui prenait du temps… et Ellana refusait qu’il se fasse dégrader pour en avoir plus. Il avait beaucoup donné pour atteindre ce rang si jeune, et Jillian ne lui en voudrait pas. Non, elle serait fière de son père, plus tard. Doucement, Ellana caressa la joue de son époux, le rassurant. Elle aussi devrait aller travailler une fois la boutique rénovée. Elle aussi devrait laisser Jillian aux bons soins de Noah ou d’Eiriel… et rien que de penser s’en séparer une journée complète l’horrifiait. Vraiment, elle ne savait pas comment faisait Kaëran.
Celui-ci l’embrassa alors tendrement, attirant les sifflets de ses hommes qui patrouillaient. Ellana se sentit rougir atrocement tandis qu’il les envoyait paître.

Une fois passés, ils continuèrent vers le marché, se promenant d’étal en étal, montrant à Jillian les merveilles que pouvait offrir ce monde. Ensuite, Kaëran les conduisit près du château, sous un vieux chêne. Assis, elle contre le torse de son époux, ces bras autour de ses épaules, elle tenait Jillian doucement et la berçait, fredonnant pour qu’elle s’endorme.
C’était une journée qui resterait gravée dans sa mémoire, magnifique et simple. Ils restèrent assis là une bonne heure, à profiter de la présence de l’autre, à savourer ce que la vie leur permettait de connaître, observant le fruit de leur union passionnée qui dormait dans les bras de sa mère.

Quand ils se relevèrent, ils firent doucement pour ne pas la réveiller, et rentrèrent. Leurs ventres hurlaient famines et il allait être midi. Ellana alla donc coucher la petite soigneusement, puis tous deux s’occupèrent du ménage complet de la maison. Ellana profitait de la présence de Kaë pour lui donner à nettoyer les endroits qui lui étaient inaccessibles, au vu de sa petite taille. Même sur une chaise elle n’y parvenait pas ! C’était pas juste !

Ils durent juste mettre pause lorsque la petite hurla à l’étage. Kaëran alla s’en charger, Ellana terminant de dépoussiérer un meuble. Elle l’entendit alors lui demander de ramener une couche, et elle leva les yeux au ciel. Combien de fois lui avait-elle dit de tout de suite en emporter une ? Mais c’est avec le sourire aux lèvres qu’elle en chercha dans le paquet et monta, entrant dans la salle de bain. Sauf qu’il n’y avait que Kaëran. Jillian n’était pas sur la table à langer, et au vu du regard de son époux, c’était fait exprès. Il la menait en bateau, une nouvelle fois. Jouant le jeu, Ellana se mit à chercher leur fille, qui trahit son père en riant. Ellana ouvrit le placard, et trouva leur fille emmitouflée dans une tonne de couverture pour qu’elle ne se fasse pas mal. Elle la prit doucement et regarda son époux, haussant un sourcil.

-Bin quoi ?

Il haussa les épaules et elle lui donna un coup de coude dans le ventre tout en souriant.

-Papa est un farceur hein, Jillian ? Il aime bien faire des farces à maman.

Elle put admirer un joli sourire du bébé, puis ensemble, ils terminèrent de la changer avant de la recoucher et continuer leur ménage.

Au soir, ils avaient mangés légèrement, parce qu’avec tout ce qu’ils avaient avalés ils n’avaient guère faim, et Ellana préparait le thé en cuisine, Kaëran étant au salon avec leur fille et le chat. Elle revint avec un plateau qu’elle posa sur la table, puis constata que Jillian avait encore disparue. Et Kaë avait le même regard. Elle soupira, et commença à chercher, mais le salon était bien plus grand que la salle de bains…

Et une nouvelle fois, Jillian trahit son père ! Elle éternua, permettant à sa mère de la retrouver, sous le fauteuil, calée avec des coussins. Non mais ou allait-il chercher des cachettes pareilles ?! Elle se redressa avec Jillian et lui jeta un regard noir qu’il essuya en approchant pour l’embrasser. Elle voulut refuser, le punir de cette façon, mais impossible. Elle prit son baiser passionnément.

La soirée se poursuivit tranquillement, puis il fut temps d’aller au lit. Les parents couchèrent donc la petite avant de faire de même pour eux. Calée dans les bras de son époux, Ellana caressait son torse, pour s’endormir. Ses pulsions étaient un peu plus calmes depuis la nuit d’avant ou il s’était surpassé. Ils s’endormirent paisiblement, et Jillian fit sa nuit convenablement.

Au matin, Ellana se réveilla, caressa les cheveux en pétards de son homme qui dormait, du moins le croyait-elle,  et se leva en silence pour chercher sa fille…

… qui n’était plus là ! S’agrippant au berceau, Ellana s’inquiéta tout de même. Elle se tourna vers Kaë, et fronça les sourcils. Était-ce un de ses coups encore ? Sans doute. Il fallait que Jillian se trahisse… hum… oui !

Prenant un élan, Ellana courut et sauta sur le lit, sur Kaëran. Voilà, s’il dormait réellement maintenant il ne dormait plus. Elle se mit sur lui, mains sur ses épaules et lui dit :

-Bonjour mon cœur… je crois que tu dois être puni…

Elle l’embrassa à la va-vite puis ses mains glissèrent le long de son corps jusqu’à l’arrière de ses genoux. Elle se mit à le chatouiller sans relâche, l’homme se tordant sous elle, au supplice. Il riait, les larmes aux yeux, jusqu’à ce que Jillian cri aussi.

-Voilà… je vais chercher notre fille… monsieur le cachottier !

Elle le libéra enfin de la torture et s’avança vers… le panier de linge sale ou Jillian était enfoncée, calée par le linge, la tête libre pour respirer. La prenant dans ses bras, le nez prisonnier de la main de la petite, Ellana dit tant bien que mal :

-Papa s’amuse à faire peur à maman. Papa est un vilain ! Papa va être puni, n’est-ce pas ? Viens on va le punir ensemble. On est deux contre lui !

La petite riait et Ellana revint sur le lit, la déposant sur le ventre de son père.  Jillian partit en exploration, tirant les poils et pinçant la poitrine de son père. C’était un spectacle inoubliable et Ellana riait à côté. Quand son époux la regarda avec pleins de promesses dans les yeux, elle haussa les épaules l’air de dire : « qui aime bien châtie bien ».  

Elle savait pertinemment qu’il n’avait pas fini de la faire tourner en bourrique en cachant leur fille… elle le connaissait assez pour ça…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 1 Juil - 3:19

________________________________________________


Chapitre 6
Bébé partout ? Partie 2

◆ ◆ ◆




Le soleil se levait tranquillement à l’horizon, apportant une douce lumière sur la cité humaine de Racium. Une douce brise flottait dans l’air. Comme toujours, la ville s’activait de bon matin et les enfants commençaient déjà à sortir dans les rues pour jouer avec leurs amis ou à jouer les aventuriers. Ce matin-là, Kaëran s’était réveillé avant sa belle et la regardait dormir depuis quelques minutes lorsque l’idée saugrenue de lui faire un coup lui vint en tête. Se tirant hors du lit avec subtilité, le jeune père alla dire bonjour à sa petite princesse qui venait tout juste d’ouvrir les yeux. Elle bâilla et fit un large sourire à son paternel qui lui embrassa le front en lui murmurant de garder le silence. Comme si une enfant de cet âge pouvait comprendre hein? La petite, encore endormie, ne fit cependant pas de bruit lorsque le Lieutenant lui trouva une cachette et qu’il retourna dans le lit. Ce n’est que cinq minutes plus tard qu’elle émergea du sommeil, car il sentait une main glisser sur sa tête et des doigts fins s’entremêler à ses mèches rebelles. Ellana se leva ensuite et un sourire en coin se dessina sur les lèvres de Kaëran qui feignait toujours dormir alors que ce n’était pas du tout le cas. Quelques secondes à peine s’écoulèrent lorsqu’il entendit des pas précipités se rapprocher du lit, puis un poids l’écraser. Quand il rouvrit les yeux, c’est sa femme qu’il vit en premier lieu ainsi que son faux air de réprimande.

‘‘ Bonjour mon cœur… je crois que tu dois être puni… ‘‘

‘‘ Attends... ! ‘‘

Mais trop tard, il n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle l’embrassait furtivement et qu’elle faisait glisser ses mains sur sa peau. Mon Dieu... un frisson traversa son échine, mais l’homme se rendit compte bien assez tôt de la direction qu’elles prenaient; pas ses genoux! C’était horrible! Elle savait très bien que c’était son point faible et en plus elle abusait du fait qu’il était sans défense et vulnérable. Enfin... pas tant que ça, mais bref. N’empêche qu’il riait à en avoir mal aux côtes, des larmes s’écoulant de ses yeux. Jillian se joint au concert de son père. Et merde... ! Au moins, Ellana l’avait lâché et il pouvait enfin respirer. Allongé sur le dos, Kaëran tourna les yeux vers les deux femmes de sa vie, souriant.

‘‘ Papa s’amuse à faire peur à maman. Papa est un vilain! Papa va être puni, n’est-ce pas? Viens on va le punir ensemble. On est deux contre lui ! ‘‘

‘‘ Non, mais... hé! ‘‘

Encore une fois, c’était trop tard. Sa fille fut déposée sur son ventre et en rampant, Jillian agrippait tout ce qu’elle jugeait facile à attraper. Ses petits doigts étaient frêles, certes, mais quand elle prenait un poil et tirait fortement, Kaëran grimaçait et il ricana même quand elle le pinça à la poitrine. Non, mais! C’est que c’était une arme destructrice cette petite chose! Les yeux pâles du Lieutenant se posèrent sur sa chère et tendre épouse, lui promettant silencieusement qu’il se vengerait à coup sûr pour ça. Elle ne perdait rien pour attendre en fait. C’était un abus de pouvoir...
Kaëran prit sa fille dans ses bras puis se tira alors hors du lit pour s’occuper de la changer pendant qu’Ellana en profitait pour faire sa toilette dans la salle de bains. Comme à l’habitude, il y alla à son tour et les tourtereaux descendirent au rez-de-chaussée. Noah ne s’était pas levé ce matin-là. Il devait avoir eu une grosse soirée avec Dorguan qui était littéralement débordé ces derniers temps. C’est Kaë qui s’occupa de préparer à manger pour sa petite famille et il dût malheureusement les laisser pour reprendre ses responsabilités au palais. Encore une fois, Jillian était sur le point d’aller travailler avec son père quand Ellana s’interposa en toussotant derrière lui. En bon hypocrite, le Lieutenant camoufla sa fille dans son dos, sous sa cape écarlate.

‘‘ Jillian est dans son parc. ‘‘

Pourquoi Ellana ne le croyait-il pas? Elle le regardait avec un sourcil froncé, un faible sourire en coin et les mains sur les hanches et lui, haussait les épaules. Sa femme avait bien entendu le rire de leur fille depuis son dos. Voyons.

‘‘ Notre fille est ventriloque... écoute. ‘‘

Mais n’étant pas dupe, son épouse le contourna, souleva sa cape et lui arracha leur fille des bras. Kaëran soupira et fit sa légendaire moue, ne parvenant pas à faire plier Ellana le moins du monde. Elle avait compris, le connaissait maintenant. Eh oui... papa poule à l’oeuvre. À la place, le soldat retourna chercher son épée et l’attacha solidement à son dos avant d’embrasser sa petite famille tendrement, leur souhaitant une bonne journée.
Au soir, Kaëran revenait comme un cheval au galop. Il débarquait dans la maison, embrassait sa femme et allait chercher sa fille pour jouer avec elle. Quand on cria, en bas, que le repas était prêt, le Lieutenant revint seul avec son faux air sérieux. Pas besoin d’un dessin pour comprendre ce qu’il avait encore fait. Ellana monta directement au second, son époux sur les talons, alors qu’elle fouillait chacune des pièces. Ils terminèrent dans la chambre d’ami qu’ils avaient transformée en salle de couture pour Ellana et elle cherchait, encore et encore, jusqu’à ce qu’elle se retrouve devant des sacs en toile remplit de tissu... des sacs qui bougeaient. Kaëran se valut un regard d’exaspération et Jillian se retrouva dans les bras de maman en moins de deux. Les deux mains derrière la tête, le soldat gradé retourna prendre place à table, ne faisant que sourire innocemment à la femme de sa vie qui nourrissait leur progéniture.

Au soir, le même scénario se répéta, mais cette fois, Kaëran avait caché Jillian dans le sac de pommes de terre qu’on rangeait habituellement dans un placard de la cuisine. Elle la remit dans son parc avec sa peluche de lapin et Kaëran s’était installé sur le canapé pour la surveiller. Cependant, Ellana dut s’absenter quelques minutes et le jeune Lieutenant en profita pour prendre sa fille, la glisser dans la marmite vide et s’asseya à table avec un air tout à fait décontracté. Peut-être trop même. Sa femme sursauta pratiquement en voyant où se trouvait leur fille puisqu’elle s’apprêtait à y verser de l’eau froide à faire bouillir. Cette fois, le père se fit légèrement gronder et il s’en retourna dans le salon pour lui donner le biberon tranquillement. Même qu’à certains moments, Ellana venait voir s’il remplissait bien sa tâche. Après le repas, on toqua à la porte et c’est l’homme de la maison qui vint répondre.

‘‘ Hey, mon pote! C’est bon, on a commencé les... ‘‘

‘‘ Chht! ‘‘

Kaëran regarda vers le salon, espérant qu’Ellana n’ait rien compris puis entraîna Ayden à l’extérieur avec lui pour qu’ils puissent discuter seul à seul. L’archer se reprit donc et baissa même le ton de sa voix.

‘‘ Les ouvriers se mettront au travail dès demain. Dorguan et Noah superviseront le tout. J’en connais une qui sera folle de joie. ‘‘

‘‘ Oui, mais pour le moment, elle ne doit pas savoir, d’accord? C’est mon cadeau de mariage tardif pour elle et je tiens réellement à ce que ce soit une surprise. Pas de doutes, ni de sous-entendus, d’accord? Avec mon père qui n’est pas à la maison pour Jillian, elle doit travailler à la maison quand elle peut. ‘‘

‘‘ Oui, Chef! D’ici une semaine tout au plus, la boutique aura une toute nouvelle image. Nous aménagerons tout de même l’arrière-boutique au cas vous auriez des chicanes mari et femme. ‘‘

‘‘ Ouais... ouais c’est ça. Allez, file avant qu’elle ne me soupçonne de préparer encore un mauvais coup. ‘‘

‘‘ Comment ça encore? ‘‘

‘‘ Je... cache notre fille partout dans la maison et elle manque me faire un malaise à tous les coups, mais j’aime voir sa tête. ‘‘

‘‘ Chenapan... bonne nuit, à demain, Kaë. ‘‘

‘‘ De même, à demain Ayden. ‘‘

Sur ce, le Lieutenant retourna à l’intérieur et vint s’installer aux côtés de sa douce. Oui, cette fois il resta calme et ne tenta pas de jouer avec leur fille comme une poupée de chiffon, bien que ce n’était pas l’envie qui manquait.

De toute manière, il préparait déjà ses mauvais coups pour le lendemain, cherchant de nouvelles cachettes.

Spoiler:
 

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   Lun 1 Juil - 11:21


Ellana regardait juste leur fille tirer les poils de son père et le faire grimacer. Finalement, elle n’aurait guère besoin de se venger de lui, Jillian le faisait magnifiquement bien toute seule, inconsciemment. Et dans le regard que lui lança Kaëran, Ellana vit nettement les promesses de vengeance à son égard. Elle le connaissait son Lieutenant. Il n’allait certainement pas s’arrêter en aussi bon chemin !

Kaëran se leva alors du lit, Jillian dans les bras qui continuait l’exploration de son torse, et alla la changer pendant qu’Ellana allait se débarbouiller et s’habiller. Ils échangèrent par la suite et descendirent. Kaë s’occupa même de préparer le petit-déjeuner puisque son père était absent. Il avait du travailler tard chez Dorguan… Pendant ce temps, Ellana nourrissait Jillian tranquillement. Ainsi ils purent manger ensemble et profiter, parce qu’aujourd’hui son homme reprenait son poste au Palais…

Et c’est au moment de partir qu’il lui fit un nouveau coup.  Ellana cherchait Jillian, pour pouvoir dire au revoir à son père, mais ne la trouvait pas. Elle se planta devant le Lieutenant et compris nettement que leur fille était avec lui. Elle toussota pour attirer son attention et il lui lança :

-Jillian est dans son parc.

Mouais, c’est ça et mon cul c’est du poulet hein ! Elle fronça un sourcil, mains sur les hanches, ne pouvant cependant pas retenir un sourire en coin. Et sa seule réponse était de hausser les épaules ! Non mais ! En plus elle avait parfaitement entendu Jillian qui riait dans le dos de son père.

-Notre fille est ventriloque... écoute.

Ellana soupira devant ce mensonge, le contourna, souleva la cape, et agrippa sa fille qui riait comme une tarée. Kaëran lui fit la moue, mais cela ne fonctionnait pas avec elle. Cela ne marchait plus, non, elle le connaissait trop bien à présent ! Il alla mettre son épée à la place puis les embrassa pour leur souhaiter la bonne journée et fila à toute allure. Plus vite partit, plus vite rentré n’est-ce pas ?

Seule, Ellana s’occupa de sa fille, qu’elle habilla puis installa dans son parc le temps de faire tout ce qui était tâches ménagères. Les sols furent lavés, les meubles dépoussiérés, les lits faits… les vitres lavées… il était midi lorsqu’elle eut finit, et elle ne sentait plus ses bras.

Mangeant un peu, elle alla s’asseoir sur le canapé avec un biberon et le donna à Jillian. Sa fille chérie qui allait avoir… pratiquement un mois déjà… elle grandissait si vite ! Déjà elle cherchait à tenir le biberon, mais Ellana le maintenait tout de même. Sinon, tout le lait se retrouverait sur le canapé !

Après son rot, Ellana la berça doucement, fredonnant, jusqu’à ce que la petite s’endorme. Là, la jeune mère la coucha dans son parc et s’éloigna prudemment pour chercher sa couture en cours.

Le soir venu, son mari rentra à vive allure, prit à peine le temps de lui donner un baiser pour ensuite voler Jillian et monter jouer avec elle. Ellana ricana. Quel papa poule ! Si seulement elle en avait eu un aussi… Hum, bref. Elle termina la cuisine, et cria pour que le père descende. Et… pourquoi s’en était-elle doutée ? Il vint seul.

Elle le fusilla faussement du regard et monta. Il suivait et elle fouillait chaque pièce jusqu’à atterrir dans la chambre d’ami qu’elle avait occupée au tout début, et qui avait été transformée en pièce de couture. Son regard bicolore se posa sur les sacs de tissus et un sourire vint étirer ses lèvres. Les sacs avaient bougés ! Sur un regard exaspéré à l’attention de son époux, elle s’avança et dégagea Jillian qui poussait de petits cris joyeux. Ensemble, ils redescendirent manger, et Ellana voyait au sourire innocent de son époux qu’il allait recommencer dans la soirée.

Et effectivement, Ellana put repêcher leur fille dans le sac à patates. Non mais ou allait-il chercher tout ça ?! Délicatement, la petite fut nettoyée de la saleté des féculents, puis recouchée dans son parc avec monsieur Lapinou. Kaëran lui, était chargé de la surveiller, assis sur le canapé, pendant qu’elle allait préparer le thé et le plateau de viennoiseries pour le dessert. Et flûte, il n’y avait plus de sachet de thé. Elle s’absenta donc pour en chercher une boîte dans la réserve, et revint. Pourquoi Kaë avait-il cet air aussi décontracté ? Hum… elle posa la boîte, prit l’eau à verser dans la marmite et sursauta en voyant Jillian dans la marmite ! Une main sur le cœur, elle avait réellement cru qu’il allait lui sortir de la poitrine ! Elle ressortit sa fille et cette fois, gronda un peu le père :

-Chéri ! Je n’ai… rien contre que tu me fasses tourner en bourrique de la sorte mais… pas dans la marmite ! Pas quand c’est dangereux ! Non mais !

Elle soupira et lui tendit sa fille avec le biberon. Il retourna donc au salon pour le lui donner et, pendant que l’eau bouillait, elle vérifiait qu’il accomplissait son devoir convenablement. Ils prirent thé et gâteau tranquillement puis, lorsqu’ils eurent terminés, l’on toqua à la porte. Ellana se demanda bien qui cela pouvait être à cette heure, mais Kaë lui donna Jillian et se leva, allant ouvrir. Elle entendit la voix d’Ayden, mais ne comprit pas ce qu’il disait et d’un coup, la porte se referma. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Ils complotaient ? Pourquoi ? Oh non, si Kaëran mettait Ayden dans le coup pour dissimuler Jillian elle lui ferait une crise !

Mais Kaëran revint cinq minutes après et se rassit à ses côtés, sans rien dire. Elle tenta de lire dans ses yeux, mais n’y parvint pas. Et il resta aussi sage qu’on puisse l’être à vingt-six ans… étonnamment.

Les jours suivants furent similaires. Kaëran s’amusait à cacher leur fille, tentait toujours et toujours de l’emmener avec lui au travail. Surtout qu’il avait faillit réussir ! Mais à la dernière minute Ellana avait compris son plan et s’était interposée. Noah était souvent absent, et Ellana s’occupait de la maison, intérieur comme extérieur. Jillia grandissait et son regard était bel et bien vairon. Elle avait le magnifique vert de son père, et le gris de sa mère… c’était… magnifique… elle était parfaite… et c’était sa fille…

Jillian avait près de deux mois et demi quand Kaë les entraîna en ville, un jour de week-end.  Il les emmena… à la boutique de son père. Au début, Ellana ne comprit pas, et s’inquiétait même parce qu’il n’y avait pas réellement de bons souvenirs là-bas, si ce n’est sa réconciliation avec son époux. Mais Kaë lui prit la main et l’emmena à l’intérieur et là…

Le choc.

Tout avait été rénové. Ce n’était plus le même endroit. Les couleurs étaient chaleureuses, vives, amicales. Les mannequins étaient neufs. L’arrière-boutique était tout aussi merveilleuse. Sa vieille chambre était devenue une chambre de bébé, au cas où sûrement, avec des couleurs féminines mais pas clichées. Quelques jouets étaient disposés avec des peluches que Jillian s’empressa de montrer du doigt. Ellana, la main devant la bouche, s’empêchait de pleurer tant elle était émue. La visite se poursuivit, par la cuisine, complètement refaite à neuf, plus espacée, plus fonctionnelle. La pièce d’eau également et… la chambre de son père. Refaite, hormis les portraits au mur. Ils les avaient laissés. Et elle ne les remercierait jamais assez.

Donnant Jillian à Dorguan, elle se jeta au cou de son époux et l’embrassa passionnément en murmurant :

-Merci, merci, merci, merci, merci, merci, merci… c’est… merci !

Elle était émue, et fit le tour des personnes présentes pour les remercier. Dorguan, Noah, Ayden… Eiriel et Emiya s’étaient chargées des décorations et des meubles et Ellana les remercia aussi affectueusement. Elle pouvait reprendre le commerce de son père… apporter de l’argent à la maison, aider Kaëran… c’était… magique… mais cela signifiait aussi se séparer une journée complète de sa fille… et Eiriel était déjà prête à jouer la nounou à plein temps. Seulement pour l’heure, le commerce ne pouvait pas encore ouvrir, il lui fallait de nouveaux modèles, des robes et autres vêtements à présenter, et ça, elle comptait les coudre à la maison…

C’était… trop beau pour être vrai.

Et au soir, Kaëran eut droit à un très bon dessert « maison » qui le laissa… épuisé.

Les mois défilèrent donc, et Jillian évoluait. Elle marchait à quatre pattes, et les faisaient tourner en rond, les obligeant à lui courir après. En journée, Ellana le faisait en même temps que ses travaux de couture, mais au soir, elle laissait Kaëran courir dans la maison pour la rattraper parce qu’Ellana ne sentait plus ses jambes. Noah avait trouvé une petite demeure non loin de chez eux, ou il avait emménagé après quelques travaux. Mais il continuait à manger avec son fils et sa belle-fille chaque jour. Ellana refusait qu’il soit seul. Elle respectait son choix de vouloir vivre dans un chez-soi pour leur laisser leur intimité, mais pour les repas, elle ne voulait pas le savoir seul. Cela… lui pinçait le cœur.

Tout allait pour le mieux, Jillian avait pratiquement six mois, les jeunes mariés étaient heureux et la vie leur souriait enfin.

Jusqu’à ce jour…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Retour à la case départ [PV Kaëran]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour à la case départ [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

 Sujets similaires

-
» Les hommes rêvent du retour plus que du départ. | PV C. J. Denforth
» Retour à la case départ.
» [Fini] Retour à la case départ ! (Suite d'une Nouvelle crise de nerfs ?) [PV]
» « Les hommes rêvent du retour plus que du départ. »
» ❝ Les hommes rêvent du retour plus que du départ. ❞ JULIET&DONOVAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-