Partagez | 
 

 Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]   Sam 9 Fév - 7:10

La croyance, c’est tellement quelque chose qui peux te faire perde beaucoup. J’ai cru une fois, j’ai pris la chance de croire que quelque chose aller enfin arriver pour mon bien. J’ai été têtu et trop centré sur moi-même, mais je n’avais pas eu d’autre choix. Si je voulais que tout arrive comme c’était supposé le faire, je n’avais pas eu d’autre choix que de croire en cette fin. J’ai été trahi, vendu par cette croyance qui m’a laissé tomber si près de la fin. En plus, personne n’aurait cru cela aurait pu arriver à cette journée, moi encore moins. Jamais je n’aurais cru qu’il me fasse faux bon à cette journée précise. Il était bien parti, mon propre frère venait de me laisser, il m’avait abandonné à mon sort dans le palais. Moi qui avait tellement prié pour qu’un jour quelqu’un me sauve de mon destin. Cette personne s’était révélé à naître il y a précisément 151 ans auparavant, mais tout cela c’était bien beau avant qu’il me quitte le jour de son cent cinquante et unième anniversaire. Je n’avais vraiment ressenti de la colère, mais ce que je ressenti au moment où j’appris sa disparition devait être semblable. Une journée si mémorable venait d’être gâché par la simple disparition du fêté, mais malgré que la fête n’allait pas se produire ce ne fut pas ce qui me tracassa le plus, mais surtout que la seule personne qui pouvait prendre la place du père venait de disparaitre.

Je voulais bien tout revoir, mais je n’arrivais toujours pas à une conclusion gagnante pour moi. Je ne cherchais pas à prendre place sur le trône. Plusieurs personnes aimeraient être à ma place, mais je n’avais aucun intérêt face au trône et à la domination. Bien sûr que je voulais tout ce qu’il y a de mieux pour le peuple qui m’avait grandir, mais je ne voulais plus être à la place de mon père depuis que j’avais compris la trop grande importance que cela exigeait. Le meilleur moyen pour moi de pouvoir aider mon peuple était de devenir un simple soldat, mais cela n’était pas possible pour un prince, alors je n’avais cas rester prince et laisser quelqu’un monter sur le trône à ma place et Firian était la recrue parfaite avant qu’il quitte la famille pour faire tous ses affaires de gardien de la paix. Je n’avais plus d’autre choix que de le retrouver, mais comment pourrais-je savoir où il est? Il n’avait pas laissé beaucoup d’indice, c’est sûr qu’il n’était plus ici parce que très peu d’Elfe se trouvait dans la situation dans laquelle il recherchait. Il me restait bien sûr qu’une seule place ou chercher et c’était à Salvanniàh, mais avais-je même le droit de mi aventurer?

Je n’avais pas vraiment le temps de penser à ce genre de détail. Plus de temps je prenais à réfléchir dans le palais plus mon frère me distançait et plus difficile serait la recherche. Ne prenant pas une seconde de plus, je pris mes effets personnels et un gros sac ou je mis des vêtements confortable, je partis en direction des cuisines. En arrivant devant la porte, plusieurs servantes s’arrêtèrent de bouger de peur d’avoir fait quelque chose de mal. Je leur fis un petit sourire et leur dit de faire comme si je n’étais pas présent. C’était plutôt difficile à faire parce que j’étais dans leur jambe à fouiller un peu partout. Ce fut une jeune fille qui vint me voir pour me donner ce que j’avais besoins. Je ne compris pas vraiment comment elle avait fait pour savoir ce que je voulais, mais lorsque j’ouvris le paquet je vis de la nourriture qui se conservait durant de longue période de temps. Je lui souris et quitta la vaste pièce. Retournant en chemin vers ma chambre, je croisai le chemin d’un jeune Elfe et l’arrêta dans sa course pour lui demander quelque chose de particulier. Il eut l’air surpris de se faire arrêter par le prince, mais il m’écouta tout de même.

- ‘’Ni par sac- nya’ onóro , Equë in ana ontaro. Equë ana Aelluin ho tunin luntë.’’ (Je pars chercher mon frère, dit le à mes parents. Dit à Aelluin de venir au bateau.)

Je savais que le jeune allait remplir sa mission avec succès, alors j’avais bien choisi mon messager. Après avoir donné mon message à quelqu’un qui pourrait le remettre à ses destinataires, je repris le court de mon chemin et je pris mon sac que j’avais laissé dans ma chambre. Mes pas me guidèrent vers l’armurerie du château, j’enfilai mon armure. Elle pourrait surement être de très bon secours, alors je n’avais pas pris de chance. Après avoir enfilé tous ses morceaux, je repartis en direction de mon navire. Je devais y attendre Aelluin. En arrivant, un vieil homme vint me voir. Il me mit en garde contre le froid qui régnait sur le monde des humains. Avec une grande gentillesse, il m’offrit une cape assez chaude pour être capable de résister lorsque j’allais être rendu de l’autre côté. Ne voulant pas paraitre mauvais, je lui offris quelque pièce puis monta dans mon navire. Je n’attendis pas très longtemps avant que le chef de l’armée vienne me rejoindre sur le pont du bateau. Lorsque je le vis arriver, je partis à sa rencontre et le pris dans mes bras comme s’il était un frère. En même temps cela l’empêcha de s’agenouiller comme il en avait l’habitude. Je ne voulais en aucun cas obliger quelqu’un à s’agenouiller devant moi et encore moins un ami.

- ‘’Aelluin Eldaliëndil, comme cela fait longtemps. Navré de te le demander, en fait, de te forcer à venir avec moi chercher mon frère en terre humaine. Comme tu as dus le savoir, il est parti lors de son anniversaire et moi je veux tout simplement le ramener à l’ordre.''

Me retournant, je fis signe au capitaine du bateau de partir. Le voyage allait être long et difficile, mais je n’avais pas d’autre choix si je voulais ramener ce petit adolescent à la maison. C’était mon tout premier voyage en bateau, cela ne fut pas des plus agréable non plus. Durant plusieurs jours, j’eus des nausées terrible, mais cela passa plus le temps passait. C’est avec chance que nous ne tombèrent pas sur un de ses gros serpents de mer. Il y avait beaucoup de légende qui parlait qu’une créature gigantesque vivait dans ses eaux sombres. Une créature assez grosse pour faire couler un bateau complet avec son équipage abord. En plus d’avoir eu les nausées, je n’aurais jamais survécu à une chose du genre et non seulement à cause qu’elle m’aurait surement mangé, mais surtout à cause de toute cette malchance qui s’aurait abattu sur moi en moins d’un mois. Il y avait d’autre légende qui parlait d’une petite créature, mais celle-là était encore plus maléfique d’après les contes. Des créatures qui ressemblaient un peu à des femmes, mais avec une queue de poisson. Je me demandais vraiment d’où pouvait sortir toutes ces atrocités, mais personne ne le savait vraiment.

Le voyage prit fin après presque deux semaines sur l’eau. J’eus même de la difficulté à marcher droit en sortant du navire. J’avais encore le ballotement de l’eau dans le corps. En arrivant au port, je compris immédiatement ce que voulait dire l’homme qui m’avait remis la cape avant mon départ. Je ne perdis pas de temps et l’enfila, elle fit presque automatiquement effet. Je sentis mon corps se réchauffer rapidement. Lorsque je fus enfin capable de bouger les doigts et de marcher droit, je partis en direction des hommes qui marchait sur le bord de l’eau. M’approchant d’un d’eux, je lui coupai la route pour lui poser quelques questions au sujet de mon frère, mais il ne put me répondre. Je refis l’expérience avec plusieurs hommes et aucun d’entre eux ne put me donner une réponse positive. J’avais l’impression, non pas seulement l’impression, la certitude que ce voyage allait être un paquet de trouble. Soupirant le plus que je pouvais, je retournais vers Aelluin. Je le regardais dans les yeux quelques instants avant de lâcher un autre soupire.

- ‘’Firian n’est pas passé par ici. Il y a deux choix, soit il a pris un bateau en direction du Sud ou aucun de ses hommes n’étaient là à son arriver. Peu importe le choix que nous allons faire, nous en avons pour très longtemps à chercher.’’

Me grattant la tête, je pris la direction opposé à l’eau. Je n’avais plus vraiment le choix que de parcourir tout le territoire humain. Ce n’était pas la meilleure solution et surtout que je savais que mon ami n’avait pas vraiment la même mentalité que moi face aux humains. Cela s’annonce comme un voyage vraiment pénible, mais bon cela allait me permette de prendre une petite pause de mon rôle royale. Bien sûr que j’aurais aimé trouver Firian rapidement, mais en même temps je pouvais enfin voir les terres humaines. Voir l’endroit où le combat de mon peuple s’est produit. Je ne vis pas le temps passer, je ne vis même pas où je me dirigeais, je n’avais pas de carte, mais tout ce que je savais c’était que j’étais dans une forêt perdu avec le chef de l’armée elfique. Il devait y avoir quelque chose qui allait pouvoir m’aider à me retrouver. Lorsque je sortis enfin de ma rêverie, je vis enfin l’endroit hideux dans lequel je me trouvais. Comment les hommes avaient-ils pu laisser les arbres trépasser ainsi, comment avaient-ils pu les exploiter autant? Il y avait quelque chose qui m’échappait encore de l’esprit humain, mais je comptais bien trouver c’était quoi.

- ‘’Ilúvatar resta- nómë !'' (Déesse aide cette endroit)





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]   Dim 10 Fév - 12:25

« La trahison est une moisissure verte et douce, comme le duvet : elle ronge en silence et par l'intérieur. »



Une journée qui avait mal commencée et qui s'était ensuite illuminée par une rencontre des plus troublantes. Voilà ce qu'avait été ma journée jusqu'à ce qu'elle soit intérrompue par une tierce personne, mais nous y reviendrons plus tard.

Afin de mieux comprendre, laissez-moi vous dresser un rapide résumé. En ce morne jour, un ami de longue date m'avait supplié de me joindre à lui afin de l'accompagner au temple afin d'y faire ses petites affaires. Il voulait à tout prix avoir des réponses en profitant des dons des prêtresses en matière de prédiction et espérait aussi que j'en ferai de même afin de savoir si je trouverai bien l'amour un jour et quelle serait ma destinée. J'avais fini par céder à sa requête, mais en partie seulement. Arrivé devant le temple, j'étais resté devant à admirer le ciel et mon aigle y tournoyant, perdu dans mes sombres pensées.

Mes pensées, formulées tout haut, pouvais me valoir de gros problèmes. En effet, depuis la mort de mes parents, j'étais en grande partie fâché avec les dieux. D'abord mon père, puis ensuite ma mère ? Ils n'avaient accédé à aucune de mes requêtes malgré mes nombreuses prières. J'étais très croyant, me rendant au temple avec assiduité, dans les pas de ma chère mère. J'avais toujours été un bon elfe, faisant tout ce que je pouvais pour satisfaire les miens et les dieux.On m'avait toujours enseigné que les dieux récompensaient toujours les plus méritants, ainsi avais-je basé tous mes actes sur ces dires. Au final, ils m'avaient pris mes parents. Pourquoi les avaient-ils appelés ? Était-ce vraiment nécessaire ? Je n'avais alors aucune autre explication en tête à ce moment là que : "trahison". Oui, les dieux m'avaient abandonnés. Pour eux, je ne valais peut être pas mieux qu'un humain. Dans mon esprit, tout était devenu clair. C'était de la faute des humains et de leur parole empoisonnée. S'ils avaient respecté leur promesse, s'ils n'avaient pas trahis les miens, s'ils n'avaient pas brisé mon père, tout ceci ne serait jamais arrivé. Non, vraiment rien de tout ceci. Après tout, leur guerre ne nous concernait en rien. Ils étaient venu nous chercher et par leur faute, nombre de nobles et valeureux elfes avaient perdu la vie, faisant ainsi des ravages dans les cœurs de nombreux membres des familles des défunts, qui ne guérissaient jamais, entraînant au fil du temps, une mort inévitable. De plus, ils avaient créés des races bâtardes et s'étaient alliés aux créatures parmi les plus douteuses de ce monde. Ils ne méritaient décidément pas de vivre... Malheureusement, je ne pouvais pas y faire grand chose à l'heure actuelle. J'étais peut être le chef de l'armée, mais j'avais une éducation à laquelle je restais fidèle. Une dualité naissait en moi, mais elle fut vite étouffée, pour cette fois, par l'arrivée d'un créature à la beauté indéniable. La Grande Prêtresse s'était adjointe à moi et avait ensoleillé aussi bien ma journée, que mon cœur, par sa simple présence. Malheureusement, je n'avais guère eu le loisir d'en profiter pleinement.

C'est à ce moment là que nous rejoignons ce que je disais plus tôt. Cause de cette perturbation, un messager. S'il s'en était s'agit d'un quelconque être, il y avait fort à parier que j'aurais pris le temps de profiter de mon instant avant d'accéder à la requête. Cependant, il était un messager royal et à ce titre, son message était capital, ayant foi de loi à mes yeux, d'autant plus qu'il était celui du prince Lókë Almárëa, le membre royal auxquels mes services étaient premièrement attachés, en plus du roi. Nous avions le même âge et avions grandi ensemble. Il était à ce titre, comme un frère pour, moi, un ami, mon prince et mon roi. Je l'avais toujours admiré et j'avais toujours voulu lui être le plus utile possible.

Lorsque le messager eut fini de m'exposer son message, je le remerciais, pris congé de la belle elfe et pris le chemin de retour vers la ville. J'avais alors prestement pris quelques affaires et m'en étais allé vers le point de rendez-vous fixé. Je savais dors et déjà quelle serait notre destination et pour quelle raison. L'un des avantages d'avoir grandi avec une personne était de se connaitre comme personne. S'il était ce qui me connaissait probablement le mieux, je pensais pouvoir m'avancer sans trop crainte, en disant qu'il en était en partie de même pour moi. La terre des humains. Voilà le lieu vers lequel nous devrions nous rendre si mes soupçons étaient fondés. Il ne me fallut que peu de temps pour rallier le port où le Prince m'attendait déjà.

" Bien le bonjour Vôtre Altesse ! "

Je n'eu pas le temps de faire la révérence qu'il m'avait déjà enlacé, ce qui me déstabilisa grandement. Les yeux écarquillés, je le regardais, coi, alors qu'il se détournait de moi pour gagner son navire, en faisant un signe de la main au capitaine, lui signalant que l'heure du départ était arrivée. Il n'aimait pas tellement que je sois aussi convenant à son égard, mais en même temps, je ne pouvais nullement faire autrement. Il était de la famille royale et mon destin était de le servir, même si nous avions le même âge. Ami ou non, nous avions des castes bien différentes. S'il était né dans une autre famille, peut être que cette amitié n'aurait eu à souffrir d'aucun code de conduite pré-établi... Je secouais la tête et lui emboîtais alors le pas, lui répondant tout simplement que venant de sa part, nul ordre ne serait pris comme une obligation, mais plus comme un devoir dont je m’acquitterai avec honneur et volonté.

Le voyage me fut des plus plaisant, si on oubliait la destination pour laquelle nous partions. Les yeux souvent perdus dans les étendues bleutées aussi bien célestes que marines, je me perdais souvent longuement dans des rêveries d'aventures, de quêtes et surtout, de jours meilleurs, d'un monde sans tentions ni ennemis. Mon aigle au plumage noir quant à lui, volait aussi souvent que possible, loin au dessus de nous, redescendant lorsqu'il le voulait, aussi bien pour manger que pour se reposer. Lorsque je n'étais pas dans mes rêveries ou en train d'observer Thalion, je taquinais le Prince quant à sa nausée, lui lançant de petites piques telles qu'un roi digne de ce nom ne saurait souffrir de quelques vagues ou que je me voyais mal servir un être qui se faisait maltraiter par un simple navire. Il n'y avait là nulle méchanceté ou manque de respect, juste une bonne dose de taquinerie amicale. Il m'arrivait même de chanter quelques chansons marines que les marins reprenaient en chœur, faisant ainsi vivre notre embarcation, d'un seul et même cœur, le temps de ces joyeuses odes. Ma favorie étant tout de même celle-ci :

♪♫♪ A Bereth thar Ennui Aeair ! ♪♫♪
(Ô Reine d'au-delà des Mers de l'Ouest ! )
♫♪ Calad ammen i reniar ♪♫
( Ô lumière marchant vers nous )
♪ Mi 'aladhremmin ennorath. ♪
( Parmi les terres tissées d'arbres de la Terre du Milieu )
♫♪ A Elbereth Gilthoniel ♪♫
( Ô Elbereth Qui-Embrase-l'Étoile )
♪♫♪ I chin a thûl lín míriel. ♪♫♪
( Tes yeux et ton souffle [sont] comme des joyaux étincelants. )

Nous étions finalement arrivés. Deux longues semaines sans poser pied sur la terre ferme, je ne vous raconte donc pas l'effet que cela me fit lorsque je pus enfin le faire. Je suivis alors l'homme que je servais, tel une ombre, évitant soigneusement de me mêler à la masse des humains. Le prince mena son enquête, mais nulle réponse convenable. Après un long moment, ce dernier revint vers moi, soupirant tant qu'on avait l'impression qu'il cherchait à expulser son âme et je pouvais ressentir son état d'âme.

-"Firian n’est pas passé par ici. Il y a deux choix, soit il a pris un bateau en direction du Sud ou aucun de ses hommes n’étaient là à son arriver. Peu importe le choix que nous allons faire, nous en avons pour très longtemps à chercher.

- S'il m'est permis de donner mon avis, je doute clairement qu'il soit passé en ces terres et même qu'il n'ait jamais quitté nos terres... Mais bon. Quitte à vous suivre, la seconde de vos options ne me serait nullement surprenante. Votre royal frère est bien le genre d'elfe à pouvoir se dissimuler aisément du regard peu entraîné de ces...humains... Même si sa nature nous pousse à croire le contraire. Il n'est pas elfe pour rien. Il est donc possible qu'il soit passé en ces terres. Par contre, s'il ne veut pas que nous le trouvions, nous ne le trouverons pas aisément. Il nous faudra faire preuve de patience mais je ne crains fort que le temps soit notre allier. Les temps sont durs et votre père risque de nous sermonner durement. Le Prince et le Général de l'armée qui s'absentent sans laisser de trace... J'en ai déjà les oreilles qui me sifflent..."


Nous avions alors marché un long moment. Lókë était perdu dans ses pensées et je ne voulais pas le déranger, aussi avais-je gardé le silence. Lorsque nous nous arrêtâmes, nous étions au milieu d'une chose qui était sensée s'appeler forêt. Mon coeur sembla se figer sous la vision d'horreur qui s'imposait à mon regard gris bleuté. Comment pouvait-on être aussi peu respectueux ? Comment pouvait-on impunément détruire ce que Dame Nature avait construit avec amour ? Cette vision raviva mon ressentiment envers les humains et intérieurement, je me mis à maudire ceux qui avaient été la cause de toute cette désolation. Thalion prit son envol, et se mit à décrire de larges cercles dans le ciel. Je m'approchais alors du fils du roi des elfes, les mains posées sur les gardes de mes armes...


Dernière édition par Aelluin Eldaliëndil le Mar 12 Mar - 12:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]   Mar 19 Fév - 13:06

    Manipulation, mensonge, enrolage, beaucoup de termes pourraient convenir à la vocation de cette jeune femme qui vous interpelle dans la rue. Dit ainsi, vos pensées pourraient être faussées, mais ce n’est pas réellement ce que vous pouvez croire. La voyance, chose dont peut de personne ne croit pensant à un piège, pourtant je vous confirme que de nombreuses personnes se lancent dans cette aventure. Cela me fait bien rire d’ailleurs, ces personnes qui disent ne pas y croire et pourtant demandent à un voyant la confirmation de leur projet. Qui n’a pas rêvé d’entendre : «  Votre vie sera fortuite, vous trouverez celle qui vous accompagnera dans votre chemin, la fortune vous apportera une vie rêvée et votre descendance pourra de même en profiter. ». Et oui… l’amour, l’argent parfois même la gloire. Ces trois mots résume parfaitement ce que veux chacun de nous, chose que notre jeune demoiselle à bien comprit. Romane, tel est son nom, c’est accordée ce don de voyance. Certes, elle possède certains atouts pouvant lui permettre de lire dans les lignes de vos mains ou encore percevoir certains signes qui ne sont pas trompeurs. Une jeune femme comme ça, il est bien difficile de la duper. Mais pour tout vous avouer, la manipulation est un don qui est bien plus développé chez elle… Ce n’est pas bien compliqué, il vous suffit de dire ce qu’une personne veut entendre, et cette dernière comblée par la nouvelle vous accordera l’argent demandée. Une voleuse ? Peut être un peu… mais de nos jours il faut se battre pour survivre, qu’importe les moyens. Et d’un coté… elle est bien moins criminelle que la plus part des êtres peuplant ce royaume. Romane connaît bien sur comme tout le monde l’histoire de ce territoire, mais ne c’est jamais mêlés de ce genre de chose… a vrai dire, elle n’a pas beaucoup mis les pieds dans cette contrée depuis sa jeunesse, non pas qu’elle ne se sente pas concernée… Son histoire est aussi un mystère dont elle ne parle à personne, et lorsque l’on sait pourquoi, on se dit qu’il vaut mieux ne plus l’entendre. Les humains portent des jugements trop attife vers leurs confrères, voilà pourquoi elle a préféré sceller ses lèvres sur son passé.

    Aujourd’hui, Romane parcourait les rues comme à son habitude, en attente d’une personne souhaitant connaître son futur. Mais la « chasse » ne semblait pas beaucoup marcher… lorsqu’elle accostait une personne pour lui proposer ces services, cette dernière lui en demandait d’autres… Je vous laisse imaginer le genre de choses qu’on a pus lui demander… Il faut avouer, qu’il est difficile pour une demoiselle de ce retrouver seule en ces temps, car une jeune femme telle que notre Romane ne passe inaperçue. Notre demoiselle sait se défendre, mais je vous mentirais en vous disant qu’elle a su échapper à tout les pièges que nous offre ce monde. C’est après une dernière déception qu’elle décida de quitter les rues et de trouver un lieux plus tranquille et paisible, la forêt de Dolhos. Vous me direz qu’il y a bien mieux comme endroit étant donnée que cette végétation est… comment dire.. légèrement dévastée par les bêtises passées de son peuple. Mais au moins, peu de personne y viennent c’est le bon coté de la chose.

    C’est avec une certaine habitude qu’elle pénétra dans la forêt d’une allure décontractée. La croiser en ce genre de lieux sinistre, surtout le soir pourrait faire peur… pourquoi ? Voyez vous, la demoiselle a tendance à s’habiller de tenue blanche et légère. Ce n’est pas rien qu’on la surnomme la dame blanche… Mais cela lui importe peu, l'on peut même dire que ces propos l'amuse. Un léger sifflement s'échappa de ses lèvres et s'envola entre les feuilles et dans le vent. En réponse, elle reçu une autre sorte de sifflement animal, pour ensuite laisser apparaître à travers les feuillages une chouette effraie volant jusqu'au bras de la jeune femme. C'est avec une infime douceur qu'elle lui caressa les plumes et continua sa marche avec son amie. Aujourd’hui ne sera pas une journée aussi tranquille comme elle pouvait s'y attendre... Cette foret qui d'habitude est assez déserte nous fait découvrir des sons extérieurs à ce qu'elle peut nous offrir. Intriguée par ses sons, Romane s'avança sans même se demander s'il ne valait mieux pas faire marche arrière. Chose que bon nombre aurait fait... Néanmoins notre jeune demoiselle est d'un naturel très curieux voire peut être un peu trop... Ses pas se firent léger et son souffle court, il ne fallait pas se faire entendre par ses inconnus arrivant ici. Elle aperçut à plusieurs mètres deux personnages, il ne lui fallut pas très longtemps pour voir qu'ils n'étaient pas d'ici... Même si de là où elle se trouve elle ne pouvait pas voir leur oreilles d'elfes, on pouvait bien le remarquer à leurs tenues mais aussi à leur attitude. La curiosité est un bien vilain défaut n'est ce pas ? Pourtant elle ne s’arrêta pas là, elle s'approcha encore de quelques mètres tout en prenant soin de se dissimuler derrière un arbre. Romane fut interpellée par quelques mots qu'elle réussit de percevoir... un prince et un général de l'armée ? Que pouvait bien faire des hommes de ce rang ici ? Et seul... Sur ce, son regard vogua dans tout les sens surveillant qu'il n'y avait personne d'autres.

    En tout cas une chose était sûre, il ne valait mieux pas rester longtemps dans les parages. Alors qu'elle s’apprêta à faire marche arrière, l'animal qui c'était accroché à elle prit son envol laissant alors percevoir le bruit de ses ailes. Ce bruit animal n'allait peut être pas interpellé les deux hommes, du moins elle l’espéré. La jeune femme recula doucement prête à prendre la fuite s'il le faut. Même si elle est de nature curieuse, elle a bien appris qu'il ne fallait mieux pas se mêler de ce qui ne la regarde pas...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]   Sam 2 Mar - 17:56

Voilà un voyage qui s’avait annoncé pénible, être malade et faible devant des personnes qui croit en toi c’est surement la pire chose qui pouvait arriver à un prince et j’étais le malchanceux à qui c’était arrivé. Je dois du bon temps à mon cher compagnon de voyage sans qui je n’aurais surement jamais réussi à passer au travers de tout ce temps sur un navire. Les chansons qu’Alluin avait chanté durant la traverser m’ont redonné le courage que j’avais perdu en montant sur cette coquille naviguant sur des eaux sans fin. Cela faisait du bien de savoir qu’au moins une personne pouvait vraiment me rendre le sourire, une seule personne qui était vraiment l’un des miens. C’était encourageant et je me devais de me féliciter pour avoir fait le choix d’amener mon chef de la garde, en fait il n’était pas vraiment à moi, mais il était un ami d’enfance malgré qu’il a l’air de souvent l’oublier. J’avais au moins la chance de voir qu’il pouvait des fois s’en rappeler, c’est sûr que le moment était un peu mal choisi pour me taquiner, mais je pouvais passer par-dessus ce genre de bêtise et j’allais lui rendre la pareille aussitôt que j’allais le pouvoir.

Mon arriver là-bas avait été plutôt difficile et maintenant je me retrouvais dans un des endroits les plus affreux que j’avais jamais vue de toute ma vie. Plus rien, plus aucun arbre, j’exagérais peut-être un peu parce qu’il y en restait, mais à peine pour dire que cet endroit était bel et bien un endroit aimer de la mère nature. Comment les humains ont-ils pu penser à l’idée de détruire tout ce qui les entoure? On dit de cette place que c’est nommé une forêt, mais il n’y a qu’ici monstruosité et dégoût. On peut dire de moi que je suis fou, mais pas à ce point. Chez les elfes la nature et sacré, c’est ce que nous avons appris durant toute notre existence, nous allons continuer à l’apprendre et nous allons le transmettre aux futures générations. J’en ai peur, peur qu’un jour des Elfes puissent voir cette atrocité. Je devais me changer les idées le plus vite possible, mais ce n’était pas facile, je me demande même comment Aelluin fait pour rester si calme en voyant une horreur aussi dégueulasse que cela. Je dus me répéter les phrases qu’il avait prononcées pour être sûr que ma tête reste froide. Il avait un point et je dus me frapper le crâne pour ma stupidité à mettre jeter dans la gueule du loup trop rapidement. Mon frère n’était pas quelqu’un de stupide et savait que la personne qui partirait à sa recherche partirait dans le sens qu’il avait décidé.

- ‘’Tu as toujours le droit de donner ton opinion mon ami, aussi non pourquoi t’aurais-je demandé de venir avec moi? Tu s’es je crois que tu as raison, j’ai été stupide de nous faire partir sur un coup de tête. Mon frère m’a tendu un piège et moi je suis tombé dedans et maintenant que je suis pris ici pour quelque jour je fais l’idiot en essayant de le chercher là où il n’est pas.’’

Soupirant, je me laissa tomber sur les genoux priant la Déesse de bien vouloir m’aider dans cette quête qui allait surement donner à rien. J’avais l’impression d’être mon propre fardeau, devoir trainer une personne qui ne sait jamais quoi faire et qui se jette toujours dans tous les affaires qui cause le plus de trouble. Pourtant cette personne c’était moi pas n’importe qui d’autre. Je pris encore plusieurs minutes à m’apitoyer sur mon sors avant d’enfin me relever. Depuis le début de cette aventure, si on peut appeler ça comme ça, je n’arrête pas de faire de moi qu’un simple paysan. C’est sûr que présentement, je ne mérite pas mon rôle de prince parce que je suis incapable de me contrôler ou même de penser comme l’un d’entre eux. Aelluin l’avait surement remarqué et cela n’était pas ce qui aurait dû arriver. C’était une des premières fois que je laissais autant mes sentiments agir sur moi en présence d’une personne. Je me devais d’au moins contenir ma colère, parce que ce n’était pas digne d’un des fils du roi elfique de se laisser gagner par ce sentiment humain. Un sentiment que ma famille a banni des cœurs de tous êtres elfiques qui vivent encore près de la famille royale.

Je n’avais pas à lui dire juste mes agissements démontré que j’avais honte de moi-même. Enfin debout, je me tournais de nouveau vers lui pour pouvoir me préparer à partir. Nous avions beaucoup de chose à faire et très peu de temps à perde. Non en fait c’était le contraire, nous avions du temps à perde dans ce monde rempli d’humain parce que nous allons rentrer aussitôt que possible. Lorsque mes yeux se posèrent sur Aelluin, je vis automatiquement sa main qui toucher la garde de son arme. Ce n’était pas difficile à comprendre comme signe. Quelque chose devait s’approcher de nous et je me devais de faire attention. Attention à ma vie et aussi à Aelluin et l’empêcher de trancher la gorge de la personne qui allait surement bientôt apparaitre. Ce furent les bruits dans des buissons qui attirèrent mon regard dans une autre direction. La personne n’avait pas choisi d’espionner la bonne race, parce que mon ouïe me permit de capter le battement des ailes de l’animal. Prenant à mon tour la garde de mon épée, je fis quelque pas en direction de l’endroit d’où était venu l’animal.

- ‘’Montrez-vous et peut-être pourrons-nous avoir pitié d’une personne qui nous espionne.’’




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]   Mar 12 Mar - 12:33

« Qui croit tromper, se trompe soi-même. »



Restant en alerte, je n'avais guère bougé depuis l'instant où Thallion m'avait alerté d'un éventuel danger. Même s'il tournoyait à plusieurs mètres au dessus de ma tête, nous pouvions aisément communiquer par télépathie sans la moindre difficulté. C'était bien là une des particularités de mon clan familial et une de nos fiertés, un savoir jalousement gardé et passible de peine de mort si on tentait de le révéler. Mon aigle noir et moi communiquions sans que quiconque ne puisse nous entendre et dans un elfique parfait. Cependant, n'allez pas croire que nous disposions de dons télépathiques, loin de là. Ce n'était qu'un simple privilège, un lien entre un elfe et un aigle. Il me comprenait et je le comprenais, mais jamais je ne comprendrais un autre aigle ou oiseau et vice versa. J'aurais aussi été incapable de faire résonner ma voix dans la tête de quelqu'un sans ouvrir la bouche. Je vous le dis bien, ce n'était qu'un lien privilégié entre Thallion et moi, comme ma mère et son aigle, mon père et le sien et bien d'autres des miens encore, avec le leur.

" Tu as toujours le droit de donner ton opinion mon ami, aussi non pourquoi t’aurais-je demandé de venir avec moi? Tu s’es je crois que tu as raison, j’ai été stupide de nous faire partir sur un coup de tête. Mon frère m’a tendu un piège et moi je suis tombé dedans et maintenant que je suis pris ici pour quelque jour je fais l’idiot en essayant de le chercher là où il n’est pas. "

J'allais lui répondre lorsque je le vis tomber à genoux. Ses sentiments avaient raison de lui et cela me surpris, me tirant un sourire au passage. Je ne l'avais pas revu en pareille fâcheuse posture depuis notre plus tendre enfance. Ce sentiment qualifié d'humain par notre roi, son père, mais aussi par les miens, nous avait été totalement proscrit, lui parce qu'il était le prince et moi, parce que je faisait partie de cette fameuse famille... Quelques piques me vinrent en tête mais je n'en sortis aucune, non pas que je craignais de quelconques représailles, mais simplement parce que la situation ne m'en donnait guère l'envie. Nous étions observés et cela ne me plaisait guère d'autant plus que nous étions en plein territoire humain. Rien qu'à cette pensée, je frémis. Je méprisais grandement cette race et ce n'était un secret pour personne.

Lókë s'était redressé. Avait-il compris ma pensée ? De toute façon, je ne le jugeais pas et je pense qu'il le savait. Peu importaient ses moments de faiblesse, j'avais toujours été fidèle depuis mon enfance et cela ne changerait pas. Nous avions grandis ensemble après tout. Il n'y avait donc aucun problème pour moi de le voir craquer à certains moments, il était un elfe après tout, pas un dieu ou autre chose. Même moi j'avais craqué après la mort de ma mère et on ne m'avait plus vu pendant quelques jours ou peu. Ce n'était que très récemment que j'avais pleinement repris mes fonctions alors je n'allais pas le critiquer lui. Je pouvais aisément comprendre sa détresse, ressentir sa douleur. Les mots n'avaient pas besoin d'être prononcés et cette alchimie soudait notre entente mutuelle.

Il devait certainement avoir compris la situation. Ses yeux avaient balayés mes mains et leur posture alerte sur la garde de mes armes. Tandis que le prince devenait lui aussi méfiant, je sentais en lui une pointe d'inquiétude. Non, il n'avait pas peur, loin de là, mais je pensais plutôt qu'il craignit que je m'emporte et raccourcisse un peu trop vite la vie de quelques misérables humains et ce n'était pas l'envie qui me manquait. Rien que de voir cette chose autour de nous qu'ils osaient appeler forêt et qui ressemblait plus à un cimetière arboricole qu'autre chose, me rendait de mauvaise humeur et justifiais pour moi un massacre digne de ce nom. Malgré tout, je me contenais. Etant ici présentement, j'étais son garde du corps et rien d'autre et les excès de zèle n'étaient jamais très bons en pareilles situations. Un bruissement d'ailes et le fils du roi se mit en posture défensive, comme je l'avais été un peu plus tôt. Dans un geste rapide, fluide et précis, j'avais saisis mon arc et une flèche et avais bandé mon arc, prêt à tirer, en direction de la source du bruit. J'avais en joue...

*Une chouette ? C'était une chouette Thallion ?*

*Non non, c'était ta cousine qui s'envolait de peur que tu ne la voies embrasser des écureuils... Bien sûr crétin ! Et ce n'est pas elle le problème, mais plutôt ce qui vous observe, j'ai vu quelque chose au travers des arbres, mais c'était fugace. Veux-tu que je me rapproche pour te donner plus d'informations ? *

* Non, ne prends pas de risque, reste bien en hauteur, hors de portée, de toute manière, si ça vient, nous le verrons et si cela s'en va, tu pourras le repérer et dans tous les cas, je ne laisserai pas cette chose s'échapper après nous avoir espionné ainsi, peu importe ce que c'est et leur nombre. *

Nous avions échangé silencieusement et la seule chose perceptible pour les autres, avait été ce cri perçant que l'aigle noir poussa tout là-haut dans le ciel, comme s'il acquiesçait mes propos. Je quittais la chouette pour cibler la direction dans laquelle elle avait pris son envol. Pendant que j'avais conversé mentalement avec mon fidèle compagnon à plumes, Lókë avait sommé l'inconnu ou les inconnus de se montrer. Comme pour appuyer sa sommation et faire comprendre que nous ne rigolions pas et que nous n'étions pas à prendre à la légère, je décochais un trait qui se ficha dans un tronc d'arbre non loin de l'endroit où devait être la personne qui avait provoqué l'envol de cet animal. J'avais tiré à hauteur de tête humaine moyenne, signifiant par ce geste qu'à mon prochain tir, je ne raterai pas mon coup.

" Je vous conseille vivement d'obtempérer..."

J'appuyais ses propos. Mon ton ne souffrait d'aucune compassion et ressemblait plus à une promesse de mort qu'à un conseil. Je ne cillais plus, coupant ma respiration pour plus de stabilité, mon arc bien bandé, un trait bien ajusté. J'étais à présent figé telle une statue, dans une posture qui ne laissait aucune chance à la cible invisible que je pointais. La suite ne dépendrait que d'elle et de son entrée en scène.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Changements, rancoeur et nouveauté [Pv: Aelluin et Romane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.
» Des changements dans la PNH
» Nouveauté W40k
» nouveautés a la VPC games workshop

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-