Partagez | 
 

 Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 21 Fév - 20:31



________________________________________________


Chapitre 2
L'aveu, partie 1

◆ ◆ ◆



‘‘ Je…vais vous laisser faire votre rapport Ayden… ‘‘

Avant que les deux hommes ne pussent répliquer, Ellana les quittait déjà pour s’en retourner vers la maison. Non pas sans leur avoir fait un sourire timide, s’attardant principalement sur Kaëran. Ayden et le Lieutenant la regardèrent s’éloigner puis restèrent ainsi collés sur place pendant quelques secondes. L’archer fut le premier à détourner le regard pour le poser sur son ami et un sourire en coin malicieux se dessina sur ses lèvres. Kaëran n’avait pas bougé et regardait toujours fixement la porte qui menait dans la cour arrière. C’est là qu’Ayden voulut savoir ce qui se passait dans la tête de son frère d’armes. Prenant place sur le banc, il demanda:

‘‘ Elle est vraiment ravissante et attachante, ne trouves-tu pas ? ‘‘

‘‘ ... Ouais... ‘‘

De longues secondes s’écoulèrent avant que Kaëran ne sorte de ses songes et tourne brusquement les yeux vers Ayden qui arborait un sourire fier. C’est pas vrai ! Il venait de lui tendre un piège ce scélérat! Une fois de plus, notre Lieutenant se mit à rougir violemment et détourna le regard en cherchant une issue de secours. L’archer se mit à rire et posa une main sur l’épaule de son ami, se voulant rassurant.

‘‘ Je savais ! Ça crève les yeux... Lieutenant Grognon serait-il tombé amoureux de sa petite protégée par hasard ? ‘‘

‘‘ Fiche-moi la paix, Ayden ! Qu’est-ce qui te fait dire ça ?! ‘‘

‘‘ La réponse que tu m’as dite un peu plus tôt t’a trahi mon cher ! Maintenant, je détiens la vérité et je sais que j’ai touché ta corde sensible. ‘‘

L’archer eut un rire diabolique et reprit son sérieux d’un seul coup pour revenir sur le motif de sa visite; son rapport. Il fronça les sourcils, imité par son supérieur qui perdit toute sa gêne en apparence pour l’écouter. Y avait-il un problème quelconque ?

‘‘ Ni moi, ni Dart n’avons revu l’agresseur d’Ellana, et ce, depuis deux ou trois jours. Nous ne savons pas où il se trouve en ce moment, mais nous ferons notre possible pour retrouver sa trace. ‘‘

‘‘ Il a peut-être trouvé une nouvelle cachette et attends avant de frapper. Sinon il a abdiqué, mais j’en doute fortement... ‘‘

Mais avant qu’Ayden n’eût le temps d’ouvrir la bouche, ils entendirent un bruit de fracas provenant de la demeure. Sans hésitation, ils se redressèrent vivement et se dirigèrent à toute vitesse en direction de la maison. L’archer devança le Lieutenant et fut le premier sur place. Tous deux furent rassurés de savoir que ce n’était qu’une tasse qui était tombée au sol et surtout, que la couturière n’ait rien de cassé. Ayden s’approcha et s’accroupit en proposant son aide, mais Ellana refusa. Ce qui n’était plus étonnant. Cependant, la pauvre semblait extrêmement mal à l’aise d’avoir cassé l’objet et ses mains tremblaient légèrement alors qu’ils commençaient à ramasser les débris jonchant le plancher de la cuisine.

‘‘ Il ne faudrait pas que tu te coupes, belle créature… ‘‘

Pourquoi le ton qu’avait emprunté Ayden frustrait un tout petit peu Kaëran ? Serait-ce... de la jalousie ? Bin voyons ! Les deux hommes se connaissaient depuis l’entrée en service du Lieutenant et jamais il n’y avait eu une once de compétition entre eux. Et puis, l’archer était d’un naturel enjôleur. Toujours à complimenter les femmes, prises ou non. Ellana releva alors les yeux dans sa direction, s’excusant, mais Kaë lui fit un faible sourire. C’était des choses qui arrivaient. Même lui cassait des trucs de temps à autre... euh... régulièrement. M’enfin. On remonta à l’étage puis le blessé fut installé dans son lit. Une fois de plus, Ellana les quitta, refermant la porte en douceur derrière elle. Assis sur le bord du lit, Ayden tourna les yeux vers son frère d’armes et demanda:

‘‘ Quand comptes-tu le lui dire ? ‘‘

‘‘ Ayden je ... ‘‘

‘‘ N’ai pas le temps pour ça avec mon travail ! ‘‘ Le coupa-t-il. ‘‘ Tu répètes toujours la même chose Kaëran. Si tu ne fais rien, tu perdras une perle. Crois-moi. ‘‘

Le Lieutenant regarda longuement son compagnon qui se voulait insistant pour une fois et qui faisait preuve d’un grand sérieux. Un long et profond soupir s’échappa de la bouche de Kaëran qui baissa légèrement la tête.

‘‘ Tu sais comme moi que je n’arrive pas à dire les vraies choses à une femme. Je suis le pire des nuls pour ça... ‘‘

‘‘ Mais tu sais comment parler à tes soldats, comment leur remonter le moral. Imagine qu’elle en est un. Peut-être cela t’aidera-t-il ? Mais essaie avant qu’il ne soit trop tard... Elle pourrait disparaître n’importe quand et tu regretteras toute ta vie de n’avoir su rien faire. ‘‘

‘‘ Tu... as raison. ‘‘ Soupira t-il.

Ayden lui fit un sourire et le secoua un peu pour lui remonter le moral. Il se leva puis s’approcha de la porte d’entrée.

‘‘ Le plus tôt sera le mieux, Kaë. Tu es capable. Peu importe la manière dont tu t’y prendras. ‘‘

La porte se referma sur l’archer, laissant le Lieutenant seul dans ses pensées avec un Hewie qui réclamait des câlins. Ce qui le fit sortir de ses pensées fut le faible grincement que provoqua sa porte de chambre ouvrante. Ellana entrait et s’approchait d’un pas discret afin de prendre place à ses côtés pour changer ses pansements. C’était le silence entre les deux jeunes gens, mais la tempête dans l’esprit du jeune homme qui se devait de parler. Mais il n’en fut pas capable.

‘‘ Merci... ‘‘

Il la remercia pour les soins et elle lui sourit timidement avant de poser les bandages sur la table de chevet. Ils avaient l’air de deux beaux idiots à garder le silence, assis sur le lit. Tous deux étaient gênés et ça se sentait. L’estomac de Kaë était étrangement noué, tout comme sa gorge.

‘‘ Tu ... voudrais me faire la lecture ? ‘‘

Déjà Ellana acceptait, allant chercher son livre qu’elle avait laissé sur le fauteuil où elle siégeait habituellement. Adossé contre la tête de son lit. Kaëran l’écouta en caressant la fourrure d’Hewie qui ronronnait doucement. À tout moment, le jeune homme portait son regard sur Ellana qui lisait tranquillement. Tantôt sur sa longue chevelure noire de jais, tantôt sur ses lèvres vermeilles qui remuaient au fil des mots. Il ne portait même pas attention à l’histoire, se concentrant sur sa voix de velours. À un moment, leur regard se croisa et elle lui posa une question qu’il ne comprit pas, se noyant littéralement dans son regard.

‘‘ Le repas est prêt les jeunes ! ‘‘

La porte s’était ouverte brusquement, laissant place à Eiriel qui s’exclamait. D’un coup, elle se sentit mal à l’aise, croyant avoir dérangé.

‘‘ Oh, pardon... ‘‘

‘‘ Ça va, Eiri’. Ellana lisait. ‘‘

Kaëran se poussa sur le bord du lit et se leva par lui même, posant le chat sur le plancher. Les deux jeunes gens les suivirent alors jusqu’à la cuisine et il n’y avait que Dorguan qui parlait. Le vieux couple regardait à tour de rôle Ellana puis le Lieutenant. Ils mangeaient en silence à leur plus grande surprise puis on s’installa dans le salon un moment afin de profiter de la chaleur du feu de cheminée. Le forgeron fumait sa pipe, Kaëran était assis à la gauche du divan, Ellana au centre et Eiriel sur la droite à faire son tricot.

‘‘ Il dort ? ‘‘ Demanda la paysanne en regardant le jeune homme.

Le concerné avait le poing contre le front et les yeux fermés. Ses paupières s’ouvrirent tranquillement puis son regard bleuté tacheté de vert se tourna vers Eiriel et Ellana qui l’observaient. On lui conseilla alors de monter se coucher, ce qu’il fit puis il y eut un dernier changement de bandage avant l’heure du coucher. Encore une fois, Kaëran restait silencieux, camouflant son anxiété comme il pouvait derrière une façade d’homme inébranlable. Il se sentait fébrile. Trop fébrile. Après les bonnes nuits, Eiriel et Dorguan allèrent dans leur chambre et laissèrent les jeunes ensemble. De longues minutes sans paroles s’écoulèrent encore avant que le Lieutenant n’ouvre la bouche, se jetant à l’eau.

‘‘ E-Ellana... je... enfin... hum... ‘‘

Il soupira et leva les yeux vers le ciel, réclamant une aide invisible sans pour autant le dire à haute voix.

‘‘ Je voulais te dire que... l’écureuil tu ne l’as pas vu parce qu’il s’est enfui. Non, je... c’est un mensonge... Bon sang... Je n’arrive plus à parler... Tu sais qu’ils bouffent des noix ? Ils peuvent remplir leurs joues et se faire des réserves dans les arbres. Ils sont hypocrites... ‘‘

Encore une fois, Kaëran soupire puis prit son visage d’une main en secouant sa tête de gauche à droite sans savoir quoi faire pour reprendre le tire.

‘‘ Je... n’y arriverai jamais... ‘‘ Marmona t-il pour lui même. ‘‘ Jet’appréciebeaucoup... ‘‘

Il se claqua le front puis se coucha, remontant une couverture par-dessus sa tête pour cacher le rouge qui lui teintait les joues. Rares étaient les fois où il était dans un tel état, mais cette fois, c’était pire que tout ce qu’il avait connu jusqu’à maintenant.

‘‘ B-bonne nuit, Ellana... et désolé pour ce charabia inutile. ‘‘

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 21 Fév - 21:22

Ellana termina de lui changer les pansements, toujours assez nerveuse. A la fin, il lui dit :

-Merci...

Pour les soins ? C'était normal ! Elle lui sourit donc tout en rangeant le nécessaire et revenant s'asseoir sur le lit. En fait, aucun des deux n'osaient plus parler, et la gêne était palpable. Ellana cherchait quelque chose à dire ou à faire, quelque chose qui éviterait à ses papillons de décoller dès qu'elle croiserait le beau regard du Lieutenant, mais elle ne trouva pas, bien évidemment. Ce fût lui qui brisa le silence :

-Tu ... voudrais me faire la lecture ?

Elle accepta volontiers et se releva pour chercher le livre et poursuivre sa lecture. Se réinstallant, elle ouvrit l'ouvrage et commença, oubliant momentanément sa gêne. Le Lieutenant était bien silencieux, caressant Hewie qui ronronnait. Elle lut ainsi jusqu'à ce qu'elle tourne la tête vers le jeune homme. En croisant son regard, elle perdit pied mais réussit à lui demander :

-Voulez-vous que je poursuive encore ?

Peut-être ne voulait-il plus…mais il ne répondit pas, la fixant simplement. Elle recommença à rougir avec le décollement des papillons lorsque la porte s'ouvrit, les faisant sursauter. Mais ce n'était qu'Eiriel :

-Le repas est prêt les jeunes !

La paysanne se sentit un peu gênée, mais Kaëran la rassura tout de suite. Bien sûr que non elle ne dérangeait pas ! De lui-même, il se leva, posa le chat au sol et tous trois descendirent rejoindre Dorguan déjà installé à table.

Étonnement, le repas se déroula dans un silence inhabituel de la part des jeunes. Seul Dorguan parlait avec Eiriel de temps en temps, et tous deux observaient Ellana et Kaëran du coin de l'œil en souriant. Et oui, tout le monde était au courant maintenant…Kaëran comprit, mais pas Ellana, qui se dépatouillait toujours à chercher ce qu'elle pouvait bien avoir…

Par la suite, ils décidèrent de se détendre un peu au salon, Dorguan fumant sa pipe, les trois autres personnes assises sur le canapé. Eiriel faisait son tricot, et Ellana réfléchissait en regardant le feu. Kaëran lui, avait les yeux clos et le poing contre le front, ce qui suscita l'interrogation de la paysanne :

-Il dort ?

C'est là qu'il rouvrit les yeux, regardant les deux femmes qui elles aussi l'observaient. Une nouvelle fois, Ellana ne put s'empêcher de trouver son regard magnifique…ce bleu tacheté de vert…le feu qui lui donnait une brillance quasi-surnaturelle…ce fût la fête des papillons dans son estomac…

Eiriel lui conseilla gentiment d'aller se coucher, ce qu'il fît, suivit d'Ellana. Il fallait encore une fois changer les bandages avant la nuit qui s'annonçait. Elle le laissa se coucher convenablement, cherchant le nécessaire, et recommença le rituel. Elle était contente, parce que les plaies étaient de mieux en mieux. L'infection était écartée et maintenant il fallait juste que tout ce cicatrise un peu plus avant de le laisser retenter de faire ses mouvements habituels. Mais cela ne saurait tarder…

Le changement ce fît dans le silence, Ellana sentant néanmoins que quelque chose perturbait le jeune homme…quelque chose, mais elle ne savait pas quoi. Ayden lui avait-il dit quelque chose sur son père ou l'inconnu ? Avait-il peur qu'ils tentent à nouveau quoique ce soit contre eux dans le seul but de l'avoir, elle ? Ou bien était-ce tout autre qui le chamboulait ?

Voulait-il qu'elle s'en aille ? Cela l'effrayait…Pas seulement parce qu'elle ne connaissait presque rien à la ville et au fonctionnement ou même que son père risquait de revenir en la sachant seule, mais aussi parce que…elle s'était attachée à Kaëran, Dorguan et Eiriel. Et Hewie, ne pas l'oublier voyons ! C'était les premières personnes qui l'a respectaient et qui lui donnait une chance…les premières personnes à ne pas lui vouloir du mal…et puis Kaëran…elle était bien à ses côtés…

Elle fût tirée de ses songes par Eiriel et Dorguan qui leur souhaitait la bonne nuit, Kaëran et Ellana y répondant. Ensuite, les minutes passèrent, sans qu'aucun ne parle. Et le Lieutenant ne semblait pas vouloir dormir…

-E-Ellana... je... enfin... hum...

Elle le regarda alors qu'il soupirait, levant les yeux au ciel. Il semblait si nerveux d'un coup…était-ce grave ? Ce qu'elle redoutait ?

-Je voulais te dire que... l’écureuil tu ne l’as pas vu parce qu’il s’est enfui. Non, je... c’est un mensonge... Bon sang... Je n’arrive plus à parler... Tu sais qu’ils bouffent des noix ? Ils peuvent remplir leurs joues et se faire des réserves dans les arbres. Ils sont hypocrites...

Elle haussa les sourcils, interrogatrice. Il était tellement nerveux à cause de l'écureuil ? A vrai dire, Ellana n'y songeait même plus, mais apprendre ça sur ces petites bêtes était super pour elle. Cependant, Kaëran soupira en secouant la tête, toujours aussi nerveux.

Puis il reprit, mais d'un ton plus bas, aussi dut-elle être vraiment attentive pour tout comprendre :

-Je... n’y arriverai jamais... Jet’appréciebeaucoup...

Puis, sans qu'elle en comprenne la raison, il se frappa le front et se coucha, se dissimulant complètement sous une couverture. Ellana resta quelques instants immobile. Pourquoi ce mettait-il dans cet état ? Il n'avait fait que lui dire qu'il l'aimait bien…et elle aussi l'appréciait…pourquoi tant de gêne ? Même si elle n'était pas mieux avec ses frissons et papillons…

Et, pour clore le tout, une voix assourdie par le drap lui parvint :

-B-bonne nuit, Ellana... et désolé pour ce charabia inutile.

Elle ne put s'empêcher de sourire un peu et se rapprocha de lui. Délicatement, elle prit la couverture et la tira, dévoilant un jeune homme rouge à nouveau. Un peu gênée aussi elle lui dit :

-Je ne voudrais pas que vous vous étouffiez avec ce drap sur la tête…

Lui souriant timidement pour le détendre, elle le borda même, mettant les draps convenablement en place. Et encore une fois, dès qu'elle le frôlait, elle frissonnait.

Ensuite elle se fît encore plus rassurante :

-Et…ce ne sont pas des paroles inutiles…je ne savais pas pour les écureuils…et…je vous trouve aussi très gentil et je vous apprécie aussi vous savez…

Devenant elle-même rouge, elle lui murmura un faible bonne nuit et se détourna, tremblante de nervosité. C'était vrai qu'elle l'appréciait…sauf qu'elle, elle ne voyait pas la profondeur du terme. Elle ne comprenait pas ce que cela signifiait. Pour elle, c'était juste s'apprécier en bons amis. Alors que c'était tout autre, pour les deux…

Assise dans le fauteuil, prête pour la nuit de veille, elle le laissa s'endormir tranquillement, caressant le chat. Puis, elle se leva, portant l'animal, et discrètement elle se faufila en dehors de la chambre. Elle devait faire vite avant qu'il ne se réveille et la cherche. Elle alla à tâtons jusqu'au placard qu'Eiriel lui avait montré, contenant tous les tissus de Naël. Elle en prit quelques uns, décidant de choisir le bon avec une bougie dans la chambre, et revint sur ses pas, se réinstallant. Kaëran n'avait pas bougé, heureusement. Et elle espérait qu'il ne soit pas trop nerveux et parvienne à dormir…

Prenant le livre, elle l'ouvrit au milieu puis posa une bougie sur la commode au-dessus du fauteuil. Il lui fallait un tissu d'une belle couleur qui irait avec le Lieutenant…Oh ! Il restait tout un pan du tissu qu'elle avait pris pour la robe de Naël…vert citron…elle pouvait utiliser ceci pour la grande partie, et le prénom elle le mettrait en bleu…pour son regard…

Satisfaite, elle commença alors, découpant le tissu à la bonne taille. La bougie se consumait, et elle plissait des yeux pour y voir net. Mais force fût pour elle d'abandonner au risque de gâcher ce tissu. Elle rangea tout là ou Kaëran ne pourrait pas les trouver et éteignit la bougie, observant la silhouette endormie au fond du lit pour le restant de la nuit…

Au matin, elle attendit qu'il se réveille pour lui souhaiter le bonjour, lui changer les pansements et descendre avec lui pour le petit-déjeuner. Elle ouvrit la fenêtre même, pour que l'air frais chasse le renfermé de la chambre…

Ils mangèrent en silence, chacun un peu endormit ou plongé dans ses pensées, puis Dorguan aida Kaëran pour le bain, étant le seul homme présent. Ellana et Eiriel elles, finirent de tout ranger puis allèrent faire le lit du Lieutenant, refermant la fenêtre.

Lorsqu'il revint, propre comme un sou neuf, Ellana ne put s'empêcher d'admirer encore ses cheveux en pétards…ça lui allait tellement bien en fait…

Elle passa la matinée à le regarder marcher, parvenant à tenir plus longtemps et surtout sans se tenir à quelque chose. Elle souriait et l'encourager, prête cependant à venir le soutenir s'il venait à s'écrouler. A midi, le ventre du Lieutenant grognait à tout va lorsque la paysanne les appela. Ils mangèrent avec appétit, ne laissant vraiment aucune miette dans les plats ou les assiettes !

Une nouvelle fois, il fallut remonter pour changer les pansements avant d'attaquer l'après-midi…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 22 Fév - 1:30



________________________________________________


Chapitre 2
L’aveu, partie 2

◆ ◆ ◆



Kaëran se morigénait sous son drap. Comment avait-il pu s’enfarger à ce point dans ses paroles ? Parler d’écureuil au lieu de lui dire qu’il la trouvait à son goût ? Tout simplement ridicule ! Ayden lui avait pourtant donné un truc, celui de la voir comme un soldat. Mais comment faire une telle chose alors qu’il ne la considérait pas comme tel, mais bien plus. Son esprit était en train de tourner en bourrique à force de réfléchir à tout ça. Après tout, était-ce une bonne idée de tout avouer à Ellana ? Peut-être n’était-elle pas prête à s’embarquer dans de telles choses... ou le considérait-elle peut-être comme une connaissance, quelqu’un qui veillait sur elle et assurait son bien-être ? C’est en plein milieu de ses réflexions sous le drap que le Lieutenant fut découvert. Son regard se posa aussitôt sur Ellana qui tenait le tissu d’une main délicate en disant:

‘‘ Je ne voudrais pas que vous vous étouffiez avec ce drap sur la tête… ‘‘

S’étouffer ? Qu’aurait-elle dit si elle l’avait vu visage enfouit dans un oreiller une nuit durant ? Là il avait certainement plus de chance de s’asphyxier qu’autre chose. La jeune femme se mit alors à sourire timidement puis le borda comme elle l’avait fait les jours précédents. Il fallait dire qu’Ellana veillait au grain sur lui, alors qu’il ne lui en demandait pas tant, voire pas du tout. Cependant, c’était apprécié. Quoi qu’il en dise

‘‘ Et…ce ne sont pas des paroles inutiles…je ne savais pas pour les écureuils…et…je vous trouve aussi très gentil et je vous apprécie aussi vous savez… ‘‘

Il commençait à croire qu’il n’y avait rien de plus que de l’affection. Au final, peut-être avait-il souffert de nervosité inutilement et qu’il valait mieux pour lui de taire cette petite voix qui criait, quelque part en lui ? En fait, il ne savait plus réellement quoi penser et son esprit s’entortillait dans une tonne de scénarios différents. Un faible sourire se dessina alors sur les lèvres du jeune homme et il s’installa sur le ventre, bras sous l’oreiller où il appuya ensuite sa tête. Ses paupières se fermèrent, mais le sommeil se faisait attendre. Le lendemain matin, Kaëran fut le dernier de la maison à se réveiller, s’asseyant déjà pour laisser Ellana vaquer à la routine des soins pendant qu’il bayait aux corneilles. On laissa la chambre s’aérer alors qu’on descendait rejoindre les adultes pour le petit-déjeuner. Ensuite, ce fut l’heure du bain et Dorguan accompagna le propriétaire des lieux, même si celui-ci se montrait hésitant, refusant même son aide. Le forgeron, têtu lui aussi, ne se résigna pas et talonna Kaëran qui marmonnait tout en montant dans l’escalier.

Dans la salle d’eau, alors que Kaëran se glissait dans l’eau...

‘‘ J’ai dû expliquer à Ellana ce que vous faisiez hier... ‘‘

Dorguan se retourna vers le Lieutenant qui enfonçait sa tête dans l’eau avant de la ressortir et de poser son regard vairon sur lui. D’un coup, le forgeron sembla gêné et se mit à sourire bêtement.

‘‘ Un peu plus et elle entrait dans la chambre pour aider Eiriel. ‘‘ Dit-il, marquant une pause. ‘‘ Ne me refaites plus le coup sinon je devrai encore répondre à un interrogatoire... assez embarrassant d’ailleurs. ‘‘

‘‘ Hahahaha ! Je parie que tu cherchais comment lui expliquer sans entrer dans le vif du sujet ? ‘‘

‘‘ D’après toi... ‘‘

Kaëran réussit à esquisser un sourire en coin. Mieux valait en rire qu’en pleurer après tout, non ? Maintenant propre, l’homme se leva, grimaçant légèrement lorsqu’il dut se courber puis s’essuya. Dorguan en profita même pour ébouriffer la chevelure du Lieutenant qui lui sauta sur le dos pour en faire de même. Les deux hommes se mirent à rire de bon coeur avant de rejoindre les deux femmes qui faisaient le lit du blessé et venaient tout juste de refermer la fenêtre, laissant une brise fraîche dans la pièce. Ils descendirent donc tous les quatre au rez-de-chaussée pour manger puis s’habillèrent en vue de s’en aller dehors. Ils se couvrirent tous un peu, excepté Kaëran qui s’était seulement chaussé. Eiriel sortit à sa suite, paniquée.

‘‘ Tu ne te couvres pas ?! ‘‘

‘‘ Je n’ai pas froid Eiriel ! Tu sais aussi bien que moi que je tombe rarement malade. ‘‘

La paysanne fit la moue et se résigna, prenant la main d’Ellana dans la sienne pour l’entrainer à sa suite jusqu’au banc au fond de la cour. Dorguan en profita pour rentrer quelques buches dans la maison, les laissant près de la cheminée puis alla rejoindre la couturière et son épouse qui observaient Kaëran se dégourdir les jambes aux trousses d’Hewie qui était d’humeur joueuse ce matin-là. Les cloches de midi sonnèrent, tout comme le ventre du Lieutenant qui réclamait son dû. Le repas fut succulent, tellement qu’il ne restait rien dans les couverts. Eiriel, fière, fut aidée par son époux pour tout nettoyer et ranger alors que les jeunes montaient en haut pour la ronde des bandages. L’envie soudaine d’aller se recueillir sur la tombe de sa mère vint à l’esprit du soldat, tout comme celle de lui acheter quelques fleurs.

‘‘ Je vais me rendre au cimetière. Tu peux m’y accompagner si tu veux. ‘‘ Demanda t-il alors qu’elle terminait sa momification.

Ellana semblait ravie de pouvoir l’y accompagner et il lui renvoya le sourire qu’elle lui offrait à l’instant. Le Lieutenant se leva donc et essaya d’enfiler seul une chemise, qui’il sortait tout juste de sa commode. La couturière dut l’aider pour le bras dont l’épaule était en convalescence et il la remercia avant de tout boutonner. Ses manches furent roulées jusqu’au coude et il fut prêt pour leur petite excursion en ville. En bas, Eiriel se retourna vers eux en les voyant apparaitre, demandant:

‘‘ Où allez-vous comme ça ? Le temps s’obscurcit et la pluie menace de tomber d’ici quelques heures. ‘‘

‘‘ Nous serons rentrés avant, ne t’inquiète pas. Je vais seulement acheter quelques fleurs à déposer sur la tombe de maman. ‘‘

‘‘ Oh... Dis-lui bonjour... pour moi, mon grand. ‘‘

Kaëran acquiesça et vint serrer Eiriel dans ses bras avant qu’elle ne pleure puis il sortit avec Ellana une fois qu’elle eut entouré ses épaules d’une cape assez épaisse, menue d’un large capuchon. Encore une fois, il lui fit agripper son bras et resta dans les lieux fortement achalandé, se dirigeant vers l’endroit où reposaient les morts. Ils y arrivèrent après une bonne trentaine de minutes, non sans être passé chez la fleuriste sur la place du marché, et Kaëran serpenta jusqu’à la croix où était gravé le nom de Naël. L’homme resta debout un long moment avant de poser un genou au sol pour y mettre le bouquet. C’était la première fois qu’il venait ici depuis son enterrement et sa gorge se serrait en revivant cette foule d’émotion qu’il avait eu ce jour-là.

‘‘ Puisses-tu reposer en paix et veiller sur nous, maman. ‘‘ Chuchotta-il.

Il sentit alors la présence d’Ellana à ses côtés et prit sa main dans la sienne une fois redressée sur ses jambes, ayant besoin d’une source de réconfort, aussi petite soit-elle. La jeune femme ne se déroba pas, au contraire, elle resserra son étreinte puis ils quittèrent les lieux alors qu’une fine pluie commençait à tomber.

‘‘ Une chance qu’Eiriel avait dit dans quelques heures. ‘‘ Lança t-il, levant les yeux au ciel.

Celui-ci était d’un gris menaçant et les gouttes ne tardèrent pas à se faire de plus en plus présentes au fil des minutes. Les deux jeunes adultes durent accélérer le pas, mais la pluie se fit torrentielle au bout de vingt minutes et ils n’y voyaient plus grand-chose. Kaëran dut vite trouver un abri le temps que tout se calme, mais ils étaient déjà trempés jusqu’aux os. Sous le pignon d’une boutique fermée, le Lieutenant reprenait son souffle et baissa les yeux sur Ellana qui grelottait, se collant sur son bras pour chercher sa chaleur.

‘‘ Viens là, avant d’attraper froid. ‘‘

Il la serra contre lui, doucement, et frotta son dos d’une main alors qu’il entourait ses épaules d’un bras. Ellana elle, entourait sa taille et avait collé sa joue droite contre son torse.

‘‘ J’espère seulement que ça calmera bientôt... Sinon il nous faudra courir sous la pluie. ‘‘

Son regard se baissa, croisant celui de la couturière qui avait relevé la tête. Ses cheveux étaient collés contre son visage à cause de l’eau qui ruisselait sur elle. D’une main, il les dégagea, caressant ainsi sa peau de porcelaine alors que de violents frissons le parcoururent lorsqu’il sentit les mains d’Ellana se refermer sur sa chemise humide. Ses pommettes se mirent à prendre des teintes de rouges et leur regard n’arrivait plus à se détacher l’un de l’autre. Kaëran ne sentait plus que le rythme de son muscle de vie tambouriner contre ses tympans. Ses yeux s’attardèrent sur ses lèvres vermeilles si invitantes d’un coup.

Ce n’était le moment où jamais.

Kaëran réduisit la distance qui séparait leurs deux visages et l’embrassa tendrement. Ce fut avec hésitation, mais une série de petits baisers s’en suivirent alors que la main de l’homme grimpait jusqu’à la nuque de la jeune femme qui frissonnait autant que lui. La pluie se calma et le Lieutenant eut du mal à se détacher d’Ellana prenant l’une de ses mains pour l’entraîner à sa suite. Ils couraient jusqu’à rejoindre la maison, mais n’entrèrent pas tout de suite. Les deux réclamaient un autre baiser. La couturière se retrouva dos contre la porte, à l’abri des gouttes d’eau, alors que celles-ci ruisselaient sur le visage de l’homme qui embrassait encore sa protégée.

Spoiler:
 

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 22 Fév - 10:48

Laissant Eiriel et Dorguan tout nettoyer à l'étage, Ellana s'occupa de changer les pansements de Kaëran. Comme à chaque fois, ce fût frissons et papillons mais elle ne démontrait rien, se mordant l'intérieur des joues pour ne pas se trahir.

Elle était en train de terminer lorsqu'il dit :

-Je vais me rendre au cimetière. Tu peux m’y accompagner si tu veux.

Au cimetière ? Bien sûr qu'elle voulait ! Elle lui sourit, rangeant le tout. Elle avait déduit que c'était là ou reposait à présent Naël et…elle souhaitait lui dire au revoir à son tour et surtout…soutenir Kaëran. Ca et…ne pas le quitter. Elle se voyait mal loin de lui plus de cinq minutes, et elle ne comprenait pas pourquoi…

Le Lieutenant voulut enfiler seul sa chemise, mais avec son épaule en convalescence, c'était chose difficile. Alors Ellana l'aida à enfiler la manche, le laissant boutonner le tissu tout seul par la suite. Il enroula les manches jusqu'aux coudes et ils descendirent, prêts à sortir pour profiter de l'après-midi.

Eiriel paniqua tout de suite, les prévenant que la pluie était imminente, et Kaëran se chargea de lui expliquer pendant qu'Ellana allait enfiler un manteau.

-Nous serons rentrés avant, ne t’inquiète pas. Je vais seulement acheter quelques fleurs à déposer sur la tombe de maman.

Elle manqua la remarque d'Eiriel et vit leur accolade du coin de l'œil alors qu'elle refermait les pans du manteau sur elle, mettant la capuche convenablement en place.
Ils sortirent donc et Ellana agrippa le bras de Kaëran, si chaud et si…musclé. Elle adorait ça. Mais ne le dirait pas. Ils avancèrent donc, restant dans la foule. Cette fois, Ellana regardait à nouveau partout, curieuse parce qu'elle avait l'impression qu'à chaque fois il y avait de nouvelles choses à découvrir. Elle ne pensait plus à son père ou à Raven qui pourtant guettait, dans l'ombre, mijotant le tout…

Kaëran acheta un joli bouquet de fleurs puis ils se rendirent au cimetière. En approchant, Ellana ressentit une drôle de boule se former dans sa gorge. En voyant les grilles de l'entrée et surtout, les tombes, à l'arrière. Il y en avait des milliers. A perte de vue. Autant de morts ? Les tombes étaient diverses et variées. Des croix, des pierres, mais partout il y avait le nom de la personne avec des dates.

Alors qu'ils serpentaient en silence, Ellana se demanda si sa mère était parmi toutes ses personnes également. Mais elle n'osa pas demander à Kaëran. Ils étaient là pour Naël, rien d'autre.

D'ailleurs, ils parvinrent à la tombe et la jeune femme sentit la nervosité de Kaëran. Il posa un genou à terre, déposa le bouquet, et murmura. Elle, elle resta à côté, mains jointes devant elle, priant pour Naël et la remerciant. Puis, pour bien le soutenir, elle se pencha à ses côtés, et sa main fût emprisonnée dans celle de l'homme lorsqu'ils se relevèrent. Peut-être s'attendait-il à ce qu'elle la retire, mais elle ne fît que resserrer son étreinte. Parce qu'il en avait besoin, mais aussi parce qu'elle aimait ça. Parce que les frissons étaient violents et les papillons aussi. Parce qu'il dégageait une telle chaleur qu'elle ne pouvait pas s'éloigner.

Ils firent demi-tour, et atteignaient l'entrée du cimetière lorsque la pluie se décida à tomber. De fines gouttes, mais même.

-Une chance qu’Eiriel avait dit dans quelques heures.

Il regardait le ciel grisâtre, et elle ne put empêcher un léger sourire de naître sur ses lèvres. En effet, heureusement qu'elle avait dit qu'ils avaient quelques heures…

La pluie s'intensifia et les deux jeunes gens accélérèrent, Ellana agrippée à la main de Kaëran. Mais cela ne servit à rien. La pluie les prit de cours et ils furent vite trempés et le pire, c'était qu'ils n'y virent plus grand chose. Ellana se mit à grelotter. Déjà qu'elle n'était pas épaisse, mais alors le vent frais et la pluie et c'en était finit d'elle. Comme une petite brindille…le jeune homme leur trouva un abri sous la devanture d'une boutique à présent fermée et elle l'entendait reprendre son souffle alors qu'elle tremblait de froid, s'agrippant à son bras pour tenter de se réchauffer un peu plus. Les gouttes tombaient de ses cheveux, s'écrasant sur son visage, et les papillons de son ventre n'arrangeaient une nouvelle fois pas la situation.

-Viens là, avant d’attraper froid.

Doucement, il la serra contre lui, frottant son dos d'une main et l'entourant de ses bras. Aussitôt, la chaleur envahit Ellana malgré l'humidité des vêtements, et elle entoura la taille du jeune homme de ses maigres bras, posant sa joue contre son torse. Elle était…si bien là…les papillons semblaient se calmer, comme s'ils avaient enfin ce qu'ils cherchaient, mais pas complètement.

-J’espère seulement que ça calmera bientôt... Sinon il nous faudra courir sous la pluie.

Elle releva la tête à ses dires, croisant son merveilleux regard. Il leva alors la main, décollant les mèches de cheveux qui s'étaient collées à son visage et son doigt caressa sa peau par la même occasion, envoyant des frissons dans le corps de la jeune femme. Pas à cause du froid, et elle resserra un peu plus son emprise sur la chemise trempée du Lieutenant.
Elle ne se détachait pas de son regard, s'y noyait, et son cœur manquait se rompre dans sa poitrine, emmenant avec lui les papillons qui semblaient retenir leur souffle. Elle en oubliait même la pluie et le froid. Ils n'étaient qu'eux dans l'immensité de la ville, eux perdus dans leur bulle.

Le temps sembla se stopper ou du moins ralentir considérablement et elle le vit s'approcher. D'elle. De ses lèvres. Et, au moment ou leurs bouches se rejoignaient, son cœur explosa, les papillons s'envolèrent, enfin apaisés. Ce fût hésitant au début mais après quelques petits baisers, le jeune homme avait pris ses marques. Elle, elle se laissait faire, fermant les yeux, savourant. Jamais personne ne l'avait embrassée si délicatement. Son père ou même cet inconnu…avaient forcé…là c'était voulut.

Et alors que la main de Kaëran se faufilait sur sa nuque, lui envoyant une nouvelle salve de frissons, elle se rendit compte que ce qu'elle avait depuis quelques temps n'était pas une maladie…mais de l'amour. Elle venait de découvrir l'amour…le véritable amour. Elle sentait les frissons de Kaëran comme les siens, et ils durent se forcer à se relâcher lorsque la pluie se calma pour pouvoir regagner la maison.

Ce fût lui qui les guida, la main de la jeune femme serrée dans la sienne. Ellana souriait, comme jamais elle n'avait sourit. Maintenant tout était clair dans sa tête et elle allait découvrir cette facette à ses côtés. Doucement, mais sûrement. Quand elle lui avait dit que tout lui appartenait, au début, ce n'était pas entièrement faux…

La maison apparut alors, mais ni Ellana, ni Kaëran n'avaient envie de rentrer. Oh non…Ellana avait encore envie de sentir les magnifiques lèvres du Lieutenant sur les siennes…c'est ainsi qu'elle se retrouva dos contre la porte d'entrée, Kaëran l'entourant de ses bras et l'embrassant passionnément. Elle sentait les gouttes de pluie qui s'acharnaient sur le visage de l'homme, et s'en voulait de le laisser ainsi sous l'eau alors qu'elle était à l'abri. Mais elle entoura son cou de ses bras et reprit les baisers. Ne jamais le quitter. Ne jamais se séparer de lui. Ne faire qu'un, à vie. Elle ne se reconnaissait plus du tout. Alors que son père lui avait toujours dit et répété que les gens comme elle n'avait pas droit à l'amour, voilà qu'elle aimait mais surtout, était aimée en retour. Kaëran l'aimait pour ce qu'elle était…

D'un coup, la porte derrière elle s'ouvrit en grand et elle perdit l'équilibre, tombant sur le dos dans le couloir, Kaëran sur elle, entraîné à sa suite, vu qu'elle l'avait tenu au cou. Tous deux furent très vite gênés et se relevèrent rapidement, Kaëran l'aidant et ils virent Eiriel qui tentait d'être sévère, retenant un petit sourire. Cela faisait cinq minutes qu'elle les observaient depuis la fenêtre de la cuisine…

-Vous n'avez pas vu qu'il pleuvait ?! Allez hop dans la douche et plus vite que ça !! Il y a assez de salles de bains vous n'êtes pas obligés d'aller à deux ! Dorguan va t'aider Kaë.

Ellana sourit en baissant la tête, et Eiriel l'entraîna avec elle, laissant son époux lui arracher Kaëran. Sur un dernier sourire, elle se perdit au rez-de-chaussée, entrant dans la salle de bain. C'était la première fois qu'elle allait dans celle-ci…elle était plus petite que celle du dessus, mais surtout, il y avait encore des affaires de Naël…

-C'était la salle de bains de Naël…on lui avait mis des rampes et des accoudoirs pour qu'elle puisse se laver sans aide…bien sûr à la fin cela ne servait plus à rien…et depuis personne n'est allé ici. Expliqua Eiriel, un peu de mélancolie dans la voix.

Ellana perdit un peu son sourire au souvenir de Naël. Elle ne l'avait que très peu connue, mais Ellana avait sentit que c'était une femme formidable. Et puis…elle se rendit compte qu'elle n'avait plus les papillons. Depuis qu'il l'avait embrassée en fait…elle se mordit la lèvre, se retenant de courir à l'étage et de lui sauter dessus tellement elle avait encore envie de l'embrasser.

Eiriel lui retira la cape, l'étendant sur le séchoir, et Ellana commença à se dévêtir. Certes c'était un peu gênant devant quelqu'un mais bon…c'était une femme. Devant un homme elle ne se serait pas déshabillée. Même pas Kaëran…pas pour l'heure en tout cas…cette partie là était encore trop…trop dure pour elle et elle ne voulait pas aller trop vite.

Elle finit de se déshabiller alors qu'Eiriel avait fait couler l'eau chaude et mousseuse. La jeune femme entra, soupirant d'aise quand le chaud envahit son corps humide et froid. Eiriel commença alors à lui laver les cheveux, les mouillants et massant même son cuir chevelu. C'était bien la première fois qu'on faisait ça pour elle…

-Tu as de magnifiques cheveux ma belle. Si tu veux je peux te les tresser après. Je sens qu'il y en a un qui va en baver…

Ellana se mit à rougir, ce qui n'échappa pas à Eiriel.

-Je vous ai vus contre la porte tu sais et puis…tout le monde s'en doutait, sauf vous…je suis heureuse pour vous. Vous le méritez tous les deux et…Kaëran ne pouvait pas tomber sur meilleure femme que toi…

-Depuis quelques jours j'avais de drôles de sensations dans le ventre et des frissons…je pensais que j'étais malade… Marmonna Ellana, touchée par les paroles de la paysanne qui continuait à laver ses cheveux.

-Hahaha ! L'amour ma belle…il n'y a rien de plus fort que l'amour. En soi c'est une maladie…une très bonne maladie…tu vas voir je vais te faire encore plus belle que tu ne l'es.

Ellana sourit, et ce laissa faire, lavant son corps doucement. Elle ne pensait qu'à Kaëran et avait hâte de le retrouver, de se retrouver dans ses bras…et elle avait hâte de le marquer dans son petit journal. Parce que là, il y avait trop d'émotions…

Eiriel la laissa se sécher et s'habiller avant de venir et de lui sécher les cheveux sans ménagement. Ils étaient tout aussi en pétard que ceux du Lieutenant maintenant, et les femmes ne purent s'empêcher de rire. Ou était passée l'ancienne Ellana qui n'osait rien toucher, rien demander, rien faire ? Elle l'ignorait mais comptait bien la laisser là-bas à vie. Parce qu'elle goûtait enfin à la vraie vie aux côtés de gens formidables et surtout…avec Kaëran…

Ellana grimaça à chaque nœud qui donnait du fil à retordre à Eiriel, mais au bout d'un quart d'heure de lutte, ils furent à nouveau lisses et brillants.

-Voilà...pfiou ce fût difficile hein ma belle ! Maintenant, je vais les tresser. Tu ne les avait jamais attachés ?

-Non…mon père parvenait mieux à m'attraper s'ils étaient lâchés et puis…je ne savais même pas qu'on pouvait le faire…

Eiriel ne releva pas cet "aveu" mais commença son travail. Ellana lâchait de temps en temps des anecdotes sur sa vie avec son père et Eiriel comme Kaëran en frissonnait d'horreur. Heureusement, Dorguan ne connaissait pas tout en détail, Eiriel ne lui avait dit que le gros de l'histoire.

Ellana resta immobile tout le long, regardant dans la glace l'avancée de la coiffure. Eiriel avait une main experte et agile, travaillant vite et bien. La jeune femme se regardait, voyait ses yeux qui lui avait toujours fait peur et qui maintenant la rendait curieuse, voyait son visage bien dessiné et lisse. Elles mirent en fait bien une heure à tout finir, laissant les hommes attendre sagement. Ellana se releva, admirant la tresse qu'Eiriel venait de lui faire. C'était…

-C'est magnifique Eiriel…merci beaucoup…

Et Ellana serra la paysanne contre elle, reconnaissante. Ensuite, souriante, elle mit la tresse sur son épaule, la laissant tomber jusqu'à sa poitrine, et sortit de la pièce.

Dorguan, en entendant la porte, s'exclama de loin :

-Et ben c'est pas trop tôt ! On a cru que vous vous étiez noyées !

-Les femmes doivent savoir ce faire attendre mon chéri ! Rétorqua Eiriel en apparaissant avant Ellana qui avait ralentie, un peu nerveuse d'apparaître avec la tresse devant Kaëran. Peut-être n'aimerait-il pas…

Ce fût Eiriel qui la chercha en lui prenant le poignet.

-Tu es ravissante Ellana… Déclara Dorguan, éblouit.

Eiriel lui fît alors signe et Dorguan se leva, pour l'aider à cuisiner le repas du soir et surtout pour laisser les deux jeunes ensembles. Ellana resta debout à l'entrée du salon, un peu nerveuse, regardant Kaëran en souriant. Qu'est-ce qu'il était beau…elle se demanda même ce qu'elle avait de plus que les autres pour qu'un si bel homme la préfère aux autres…

Mais pour l'heure, elle craignait toujours qu'il n'aime pas la tresse, et attendait sa réaction…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 22 Fév - 21:23



________________________________________________


Chapitre 2
Une nervosité envolée

◆ ◆ ◆



Derrière toute cette pluie, Eiriel avait aperçu deux silhouettes se mouvoir jusqu’à la demeure. Elle s’approcha alors de la fenêtre pour voir s’il s’agissait de Kaëran et Ellana, car oui, elle se faisait un sang d’encre pour eux au vu de cette mauvaise température. Son regard argenté s’arrêta sur le perron externe et un cri de surprise s’échappa de sa bouche lorsqu’elle vit les deux jeunes adultes qui s’embrassaient contre la porte d’entrée. Un large sourire se dessina sur ses lèvres et elle sautillait presque depuis son point de vue, faisant signe à son époux qui siégeait sur le fauteuil de venir voir. Dorguan fronça les sourcils et se leva, pipe en main. D’un pas plus ou moins lent, le forgeron se posta derrière sa femme et étira le cou pour observer l’extérieur. Lui aussi ne tarda pas à sourire.

‘‘ C’était pas trop tôt ! ‘‘

‘‘ Mais ils vont finir par attraper la mort s’ils restent dehors par un temps pareil. Je vais les interrompre un moment... ‘‘

La paysanne quitta son point d’observation et s’approcha de la porte. Sa main droite se posa alors sur la poignée qu’elle tourna pour enclencher le mécanisme d’ouverture. Dans un grincement, la porte s’ouvrit et Ellana tomba à la renverse, Kaëran en contre-poids. Les deux jeunes se retrouvèrent bien rapidement au sol pour se rendre compte qu’on... les observait. Eiriel se tenait là, devant eux, les bras croisés sur sa poitrine avec un faux air sévère. Le Lieutenant s’empressa de se redresser et prit les mains de la couturière pour l’aider à se remettre elle aussi sur pieds. Ce que ça pouvait être embarassant comme situation ! Maintenant, on allait le charrier pour sûr, bien que ça le dérangeait beaucoup moins maintenant qu’il s’était lancé à l’eau. À l’eau..., c’était le cas de le dire. Leurs vêtements étaient trempés.

‘‘ Vous n’avez pas vu qu’il pleuvait ?! Allez hop dans la douche et plus vite que ça !! Il y a assez de salles de bains vous n’êtes pas obligés d’aller à deux ! Dorguan va t’aider Kaë. ‘‘

Dorguan agrippa alors le jeune homme par le collet avec un étrange sourire aux lèvres puis ils montèrent à l’étage pour le séchage. Kaëran garda le silence jusqu’à ce qu’il se retrouve dans sa chambre avec le forgeron qui l’aida à décoller le tissu de sa chemise de sa peau et ses bandages. Le forgeron entreprit donc de les enlever et vint le moment que redoutait le soldat...

‘‘ Alors comme ça on se rince la bouche avec la petite Ellana ? Tu t’es enfin lancé ! J’ai cru que tu allais passer le restant de tes jours seul, cloîtré dans ton bureau à faire de la paperasse pour notre bon Roi ! ‘‘

‘‘ Dorguan ! ‘‘

‘‘ Bah quoi ?! Tu passais ton temps à dire que tu n’avais pas le temps pour de telles choses avec le travail et regarde maintenant ! Tu lèches les dents de ta protégée. Avoue que tu aimes ça... ‘‘ Dit-il en lui faisant des clins d’oeil.

‘‘ Ce n’était pas sensé tourner ainsi. Je voulais tout simplement l’aider à remonter la pente et ensuite elle aurait pu être libre de ses faits et gestes. ‘‘

‘‘ Savais-tu que l’amitié existe rarement entre un homme et une femme ? Un ou l’autre finit toujours par ressentir un petit quelque chose de plus. C’est inévitable. Mais trêve de rigolade... Je suis content pour toi, le jeune. Ellana est une bonne fille et a besoin de quelqu’un comme toi pour lui apprendre les choses de la vie. ‘‘ Il marqua une pause. ’‘ Comme les cours d’éducation sexuelle... ‘‘

‘‘ Mais merde ! DORGUAN ! ‘‘

‘‘ Bah quoi ! Vous finirez bien par jouer à touche-pipi un jour ou l’autre ! Non ? Tu sais, les choses d’adulte... ‘‘

‘‘ Tu es un cas désespéré... dire qu’Eiriel te supporte à tous les jours... ‘‘

Kaëran poussa un long et profond soupir, se laissant aider à revêtir des vêtements secs. Ils redescendirent alors et s’installèrent au salon pendant que les femmes se faisaient attendre dans la salle de bain du rez-de-chaussée. C’est alors que le son d’une porte se fit entendre un peu plus loin dans le couloir.

‘‘ Et ben c’est pas trop tôt ! On a cru que vous vous étiez noyées ! ‘‘

‘‘ Les femmes doivent savoir se faire attendre mon chéri ! ‘‘ Répliqua Eiriel d’une voix forte.

Mais Ellana ne semblait pas suivre. La paysanne dut se retourner et lui agripper le poignet gauche délicatement pour la tirer vers elle et lui faire prendre les devants. La pauvre était rouge de timidité. Le forgeron avait tourné les yeux vers le couloir et il eut les yeux ronds. Kaëran, intrigué, tourna les yeux dans cette même direction et resta sans voix. C’était une simple tresse, mais les cheveux ainsi arrangés la rendaient tout autant magnifique.

‘‘ Tu es ravissante Ellana… ‘‘ Dit le forgeron, le devançant.

Dorguan se leva alors du fauteuil pour aider sa femme à la cuisine et Kaëran l’imita par après en s’approchant de la jeune femme qui n’osait pas s’avancer. Nervosité ? Certainement, mais au moins, elle souriait. Le Lieutenant se posta donc devant Ellana, une main sur une de ses joues et posa un baiser sur son front, suivi de son nez et un autre tout délicat sur ses lèvres vermeilles.

‘‘ Ouuuuuuuuuuuuuuuuuuh ! ‘‘ Lâcha Dorguan en arrière-plan.

Le soldat eut un sourire en coin amusé, mais ne détourna pas son regard de sa protégée. Il lui murmura alors.

‘‘ Cette coiffure te va à merveille... tu es magnifique, Ellana. ‘‘

Et c’était la pure vérité. Cette femme était une beauté au naturel et n’avait nullement besoin d’artifices pour mettre ses atouts en valeur. Elle était simple. Elle et c’est ce qu’il aimait chez elle. Il l’entraîna donc à sa suite jusqu’au salon où ils prirent place sur le canapé, laissant le feu les réchauffer davantage. Le Lieutenant cala la jeune femme sur lui, dos contre torse, et entoura ses épaules de ses bras. Depuis la cuisine, Eiriel les observait avec un sourire en coin, trouvant cette scène si mignonne. Ils semblaient si heureux tous les deux, Kaëran surtout. Il y avait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu dans un tel état.

Un peu plus tard, on les appela puis tous s’installèrent à table pour le repas du soir où ils mangèrent tous avec appétit. Dorguan ne se gêna pas pour charrier la pauvre Ellana, se mangeant des coups de coude dans les côtes de la part d’Eiriel qui lui faisait des gros yeux. Comme à l’accoutumée, on alla s’installer une petite heure dans le salon, Hewie s’amusant à jouer avec la pointe de la tresse d’Ellana. Kaëran lui, était en train de sommeiller contre la tête de la jeune femme. Ce ne fut pas très long qu’on l’obligea à monter pour le mettre au lit et pour changer une nouvelle fois les bandages. Sauf que cette fois, le Lieutenant ne laissa pas la couturière prendre place sur le fauteuil, mais bien à côté de lui puisque la gêne s’était quelque peu envolée depuis que la barrière avait été brisée.

Spoiler:
 

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 23 Fév - 10:17

Juste après Dorguan, Kaëran se leva à son tour et s'approcha d'elle. Elle souriait mais était si nerveuse ! Elle se surprenait à vouloir lui faire encore plus plaisir qu'avant, à tout faire pour qu'il soit le plus heureux des hommes…

Il s'arrêta devant elle et posa une main sur sa joue, la faisant frissonner, avant de s'approcher encore plus, jusqu'à ce que ses lèvres lui embrassent le front, le nez et les lèvres, tirant un :

-Ouuuuuuuuuuuuuuuuuuh !

A Dorguan, qui avait échappé à l'emprise de sa femme pour les espionner. Ellana se sentit rougir un peu plus, mais son regard resta fiché dans celui du Lieutenant qui murmura :

-Cette coiffure te va à merveille... tu es magnifique, Ellana.

Il aimait ! Sa nervosité s'envola presque d'un coup et elle se laissa entraîner jusqu'au salon, ou le jeune homme la cala contre lui sur le canapé. Dos plaqué sur le torse musclé du Lieutenant, elle le laissa l'entourer de ses bras, sentant sa tête dans son cou. Elle ferma les yeux, souriante et surtout, détendue. Jamais elle n'avait ressentie une telle paix en elle. La peur créée par son père était enfermée loin en elle et elle voulait profiter de cette découverte, voulait apprendre à aimer.

Elle sentait la poitrine de Kaëran se soulever et s'abaisser régulièrement contre son dos, et cela agissait presque comme une berceuse. D'ailleurs, elle manqua s'endormir avec ça en plus du feu qui crépitait et les réchauffait, mais Eiriel les appela pour manger.
A table, tous mangèrent avec grand appétit alors qu'à l'extérieur, la pluie continuait de s'abattre sur Racium. Et…

-Tu sais il faut que tu fasses attention à ne pas te noyer quand tu te rinces la bouche avec le jeunot là ! Ce serait pas beau à voir… S'exclama Dorguan, se mangeant automatiquement un coup de coude de la part d'Eiriel.

Ellana elle, se sentit encore une fois rougir et n'osa même pas regarder Kaëran. Se…rincer la bouche ? Se noyer ? En fait, elle ne comprenait pas vraiment les propos de Dorguan et…entre nous, c'était mieux ainsi…
Surtout que Dorguan ne s'empêcha pas de continuer sur sa lancée tout le long du repas !
Après avoir aidé à débarrasser et ranger, ils retournèrent au salon, Dorguan fumant sa pipe, Eiriel tricotant, les jeunes l'un à côté de l'autre. Hewie jouait avec la tresse d'Ellana et…Kaëran s'endormait sur elle. Il avait la tête contre son épaule et quand elle l'observait, elle le voyait fermer les yeux tellement il était fatigué. En même temps, avec sa convalescence, il s'épuisait vite, mais bientôt il retrouverait sa forme légendaire.

Et Eiriel, en bonne fausse-mère, l'obligea donc à aller se coucher et fissa ! Ellana fît donc lâcher Hewie, le prenant dans ses bras, et suivit le jeune homme à l'étage après les bonnes nuits au vieux couple. Entrant dans la chambre, elle posa le chat qui partit à l'exploration, et aida Kaëran à retirer sa chemise pour avoir accès aux bandages. Hum…son torse musclé…elle ferma et rouvrit les yeux, lui souriant.

Elle chercha les produits pendant qu'il se couchait et entreprit le même rituel, étalant la crème pour aider les plaies à cicatriser. D'ailleurs, logiquement, ce serait bientôt bon vu leur état on ne peut plus joli. Et…maintenant elle comprenait pourquoi elle frissonnait autant en le touchant de la sorte…ses bras étaient recouverts de chaire de poule !

A la fin, elle voulut reprendre place sur le fauteuil pour veiller toute la nuit et continuer le cadeau, mais il l'attira à lui, voulant qu'elle se couche à ses côtés. Cette fois, elle n'opposa pas de refus et se laissa entraîner, se couchant sur le côté pour se trouver face à lui. Il avait de tous petits yeux fatigués !

-Il est temps pour vous de dormir, Kaëran…je suis là, je veille sur vous… Murmura-t-elle doucement.

Ensuite, un peu hésitante puisqu'elle découvrait, elle posa sa main sur la joue de l'homme et s'approcha, lui volant un baiser de bonne nuit. Elle espérait que ce soit comme ça qu'il fallait faire aussi…
Elle garda sa main en place jusqu'à ce qu'il s'en aille pour le pays des rêves puis la retira doucement, ne pouvant s'empêcher de glisser le long de sa mâchoire. Puis, elle se releva, chercha son cadeau et se rassit dans le lit, une bougie à côté d'elle. Heureusement, son corps cachait la lumière et donc il ne serait pas réveillé. Hewie se coucha sur ses jambes, ronronnant et elle poursuivit sa tâche.

Elle resta à travailler bien deux heures, jusqu'à ce que ses paupières se ferment toutes seules, mais était ravie. Encore une voire deux nuits, et ce serait bon ! Elle était fière et avait hâte de le lui offrir…se relevant une nouvelle fois elle cacha l'ouvrage et retourna au lit, éteignant la bougie et caressant Hewie qu'elle avait du réveiller pour bouger.

Et là…elle se colla à Kaëran qui, dans son sommeil, l'entoura de son bras. Ainsi plaquée visage contre son torse, Ellana s'endormit, sourire aux lèvres…

Au matin, ce fût le mouvement de Kaëran à ses côtés qui la fît sortir de ses songes. Elle ouvrit lentement les yeux, cherchant dans sa mémoire les événements de la veille pour pouvoir comprendre pourquoi elle était ainsi collée au jeune homme et surtout, sans ressentir de gêne…ah oui ! Le baiser…leur amour…automatiquement, cela la fît sourire et elle eut droit à un joli baiser de bonjour de la part de son Lieutenant favori…

-Bonjour… Répondit-elle en lui prenant la main sous les draps.

Elle n'avait pas envie de se lever…en plus dehors il pleuvait toujours et cela n'était pas encourageant. Non elle était trop bien là, contre Kaëran pour bouger….

Mais…

-Allez hop debout là-dedans les marmottes !! Et que ça saute !! S'exclama Eiriel en défonçant presque la porte.

Elle ouvrit les rideaux et la fenêtre, laissant le vent frais entrer dans la pièce. Mauvaise idée…Ellana se mit à avoir froid et au lieu de se détacher de Kaëran, elle se serra un peu plus à lui. Et ce fût pire lorsque la paysanne retira brusquement les draps du lit (j'ai horreur quand on me fait ça XD) en disant :

-Allez ! Je veux laver les draps il est grand temps non ? Le petit-déjeuner est servit hop on s'habille et on file ! Kaëran la guérisseuse devrait venir pour voir l'avancée de tes blessures dans la journée alors fais toi encore plus beau !

Résignée à avoir froid, Ellana se décolla du corps si chaud du jeune homme et se leva, allant s'habiller dans la salle de bain. La tresse était toujours bien, même si quelques cheveux s'échappaient par-ci par-là. Quand est-ce qu'elle l'enlèverait ? Maintenant ? Le soir venu ? Ses cheveux allaient onduler logiquement…et…non le soir c'était mieux. Après si ça ne lui allait pas au moins presque personne ne le verrait…

Elle retourna dans la chambre ou Eiriel finissait les soins pour le Lieutenant et elle l'aida à enfiler sa chemise, frissonnant de plus belle. Ils descendirent, laissant le terrain libre pour la ménagère du jour. Ellana se demandait aussi quand est-ce qu'ils retourneraient chez eux…ils devaient avoir envie de se retrouver rien qu'à deux non ? Peut-être attendaient-ils que la guérisseuse soit venue…ou que le Lieutenant reprenne ses fonctions…Ellana pouvait rester seule…elle ne voulait pas perturber leur quotidien, surtout s'ils ont des choses de prévues…

Dorguan lisait un journal au salon, et sourit étrangement en leur souhaitant le bonjour. Les deux jeunes allèrent donc à table, mangeant tranquillement. Ellana s'amusait à lui prendre la tartine des mains et le nourrir, le charriant en reculant la nourriture quand il voulait manger. Elle en riait même et il la prit par surprise, croquant la tartine et l'embrassant après, mélangeant les miettes. Elle grimaça, vaincue.

Mais elle s'amusa ensuite à lui lancer de la mousse sur le visage lorsqu'ils nettoyèrent le tout. Elle voyait qu'il allait se venger…elle le voyait, le sentait…

Ils avaient raison de profiter ainsi et de rire en faisant les grands enfants. Parce que bientôt…tout changerait à nouveau…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 25 Fév - 1:26



________________________________________________


Chapitre 2
Dans l’ombre, partie 1

◆ ◆ ◆



Le matelas s’enfonça légèrement à la présence d’Ellana dans le lit. Celle-ci s’allongea de tout son long, tournée vers lui en arborant ce magnifique sourire. Couché sur le côté là où ses blessures ne lui posaient pas problème, le Lieutenant observait tant bien que mal le visage de cette femme à ses côtés. Non seulement ses yeux étaient à moitié clos, mais la lueur de la chandelle réduisait considérablement son acuité visuelle. Cependant, les jeux d’ombres et de lumière sur le visage de la couturière lui donnaient un charme auquel peu d’hommes n’auraient su résister. Ses traits fins étaient mis en valeur par cette faible lumière, mais le plus épatant n’en restait pas moins ce regard où brillait une lueur mystérieuse et envoutante.

‘‘ Il est temps pour vous de dormir, Kaëran…je suis là, je veille sur vous… ‘‘

Sa voix s’élevait comme dans un songe alors que le sommeil commençait à remporter cette lutte incessante. Elle était si douce et apaisante aussi, à un point tel que ses paupières se fermèrent d’elles-mêmes. Celles-ci s’ouvrirent dès qu’une main se posa sur la joue du soldat qui croisa le regard d’Ellana. Un doux sourire aux lèvres, elle vint lui arracher un baiser. Lorsque la demoiselle se recula, Kaëran dit d’une voix faible et endormie:

‘‘ Tu peux laisser tomber les vouvoiements... Bonne nuit, Ellana. ‘‘

La douce caresse sur son visage l’aida à quitter le monde des conscients et il s’endormit en quelques secondes sans se rendre compte qu’Ellana avait bougé ou c’était collé contre lui durant la nuit. Le lendemain matin, la pluie qui cognait contre le toit de la maison réveilla son propriétaire. Le Lieutenant se réveilla tranquillement, s’étirant de tout son long et sentant aussi la chaleur d’un autre corps contre lui; Ellana. Son regard bleuté mélangé au vert citron se posa sur elle qui commençait tout juste à émerger du soleil. Ses yeux s’ouvrirent et ne tardèrent pas à croiser les siens alors que Kaëran lui souriait faiblement, posant ses lèvres sur les siennes en guise de bon matin. Il ne fallait pas croire que ça ne lui faisait pas étrange d’être aussi familier avec sa protégée d’un coup. Tous les deux s’étaient vus régulièrement depuis que la jeune femme séjournait à la maison et le contexte avait été tout autre.

‘‘ Bonjour… ‘‘

‘‘ Bon matin... ‘‘

Au chaud sous les couvertures, les jeunes gens semblaient vouloir y passer la matinée, faire la grâce matinée. Entremêlant ses doigts avec ceux d’Ellana qui avait été chercher sa main, et ils refermèrent les yeux sans pour autant s’endormir. Seulement, en dehors du lit, l’air était plutôt frais alors ...

‘‘ Allez hop debout là-dedans les marmottes !! Et que ça saute !! ‘‘

La porte s’ouvrit dans un claquement qui fit sursauter Kaëran. S’il n’était pas réveillé, maintenant il l’était plus que jamais ! Sa patate battait à cent miles à l’heure au fin fond de sa poitrine alors qu’Eiriel vint ouvrir grand les rideaux de la fenêtre couvrant une certaine partie du mur, les aveuglant tout les deux malgré la faible lumière d’une journée sans nuages. On l’ouvrit et une brise froide et humide entra aussitôt dans la pièce, léchant leurs parcelles de peau à découvert. Ellana se serra contre le Lieutenant qui en fit de même, entrant ses pieds nus sous les couvertures qu’on leur enleva brusquement pour les découvrir...

‘‘ Eiri’ ! On se les gèle ! ‘‘ S’écria l’homme en s’asseyant en tailleur dans le lit, tenant toujours la jeune femme qui grelottait contre lui.

‘‘ Allez ! Je veux laver les draps il est grand temps non ? Le petit-déjeuner est servit hop on s’habille et on file ! Kaëran la guérisseuse devrait venir pour voir l’avancée de tes blessures dans la journée alors fais toi encore plus beau ! ‘‘

‘‘ Mais qu’est-ce que tu racontes ? ‘‘

Eiriel ne parla pas et leur fit signe de main de déguerpir du lit pour qu’elle puisse tout nettoyer, laissant Ellana aller se laver et se changer. Une fois les draps par terre en boule, Kaëran passa sous l’onguent et le changement de bandage sans trop rouspéter.

‘‘ C’est si trognon de vous voir ainsi coller l’un à l’autre ! ‘‘

Bien entendu, l’homme ne dit rien et laissa la paysanne terminer les soins au moment où la couturière mettait les pieds dans la pièce. Lui aussi en profita pour aller se laver puis revint, Ellana l’aidant à enfiler une chemise puisqu’il avait encore de la difficulté à bouger son épaule comme il le voulait et ils descendirent de concert au rez-de-chaussée pour le petit-déjeuner. Dorguan, affairé dans le fauteuil à lire sa paperasse quotidienne, tourna ses yeux d’un bleuté vif vers eux et leur fit un sourire en guise de bonjour. Installés à table, Kaëran et Ellana mangèrent leurs tartines tranquillement, le jeune homme y parvenait seul maintenant. Sauf que la couturière ne semblait pas du même avis, car elle lui arrachait son petit-déjeuner des mains. Sur le coup, il fut abasourdi et tentait de prendre une bouchée quand Ellana avançait le pain, mais elle le reculait à tous les coups ! Le Lieutenant fronça les sourcils alors qu’elle riait et recommençait. Cette fois, Kaë fit un coup rapide, prit une croquée et plaqua sa bouche contre celle de la jeune femme en la regardant directement dans les yeux alors qu’elle semblait surprise. Son nez retroussa légèrement à sa grimace et le jeune homme se détacha en ricanant, continuant de mâcher sa bouchée. Par la suite, il put se remplir l’estomac tranquille. Une fois rendus au nettoyage des couverts, c’était une toute autre histoire. Kaëran était en corvée d’essuyage alors qu’Ellana lavait les assiettes avec une petite serviette. À tout moment, il se retrouvait avec de la mousse au visage, mais comme il voulait se venger, Eiriel descendait du 2e et les regardait, plus particulièrement lui.

‘‘ Abstiens-toi, jeune homme. Je sais que tu t’apprêtais à agir... ‘‘

‘‘ Mais ! ‘‘

‘‘ Pas de mais ! Essuie et range-moi tout ça sans discuter. ‘‘

Bien entendu, les deux se mirent à rire de bon coeur, mais Ellana ne put échapper au sourire mesquin du Lieutenant qui garda le silence sur le moyen de se venger. La guérisseuse arriva à ce moment, sourire aux lèvres en voyant l’état de l’homme qu’elle avait soigné.

‘‘ Ça va beaucoup mieux d’après ce que je vois. Les plaies doivent être belles maintenant. ‘‘

‘‘ C’est beaucoup mieux que ça ne l’était, en effet. ‘‘ Répondit Eiriel.

‘‘ Parfait, alors nous pourrons enlever les fils pour que la guérison se complète. ‘‘

Tous s’installèrent au salon et Kaëran prit place sur un coin de la table de salon. La guérisseuse s’agenouilla au sol et sortit l’outil dont elle avait besoin de son sac de cuir pendant qu’Ellana l’aida à enlever son vêtement. Les bandages furent enlevés, les plaies nettoyées et la femme commença son travail. Kaëran ne put retenir quelques grimaces, mais tout fut terminé bien assez tôt. De nouveaux bandages furent enroulés autour de sa taille et la guérisseuse se leva, prête à partir.

‘‘ Vous pourrez reprendre le travail d’ici deux à trois jours, mais il vous est défendu pour encore un certain temps de faire des mouvements brusques... comme vaquer à vos entraînements par exemple. Il serait fâcheux que le tout ne guérisse pas convenablement. ‘‘

‘‘ Bien, merci beaucoup. ‘‘

‘‘ C’est un plaisir, monsieur Eira. Bonne journée à tous. ‘‘

On la salua en retour puis la guérisseuse remit sa cape sur sa tête avant de s’enfoncer sous la pluie qui ne semblait pas vouloir cesser de tomber. Kaëran remit sa chemise avec l’aide de sa douce puis se redressa sur ses jambes, refermant les pans du tissu en boutonnant le tout. C’est là que son regard vairon se posa sur Eiriel qui les observait avec un large sourire.

‘‘ Eiri’, si vous voulez rentrer toi et Dorguan, vous pouvez y aller. Je vais mieux et Ellana est là sinon. ‘‘

‘‘ On nous chasse maintenant ? Ah ! Jeune ingrat ! ‘‘ S’exclama-t-elle pour rigoler. ‘‘ Je vous préparer un bon repas pour ce soir et ensuite je vous laisserai, mais j’aurais besoin de tomates... ‘‘

‘‘ Je vais aller t’en chercher dans la serre. ‘‘

Kaëran se dirigea alors vers la porte qui menait vers le jardin arrière et courut jusqu’à la serre, sous la pluie. Il revint au bout de quelques minutes avec les bras plein et Dorguan l’aida à se dégager sauf que le Lieutenant posa son regard sur Ellana qui semblait redouter ce qu’il s’apprêtait à faire parce qu’elle prit ses jambes à son cou et monta à l’étage pour le fuir. Oui... il était trempé et dégoulinant d’eau pour la deuxième fois en deux jours.

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 25 Fév - 11:21

Continuant sa vaisselle et aspergeant Kaëran de mousse, Ellana attendait qu'il se venge. Il n'allait tout de même pas la laisser le taquiner ainsi sans répliquer ! Sauf qu'elle n'était pas la seule à le savoir :

-Abstiens-toi, jeune homme. Je sais que tu t’apprêtais à agir...

Bien sûr, il voulut rétorquer mais sa fausse-mère l'en empêcha et il dut se résigner. Cependant, Ellana ne manqua pas le sourire qu'il lui offrit. Il se vengerait. Dès qu'il le pourrait. De la pire manière qui soit pour elle. Ils terminèrent donc au moment ou la guérisseuse arrivait, constatant déjà que le jeune homme allait mieux.

Donc pour parfaire la guérison, elle déclara vouloir enlever les fils et tous se rendirent au salon ou le Lieutenant s'assit à un coin de la table. Ellana lui retira sa chemise pendant que la guérisseuse cherchait ses instruments, puis tous la regardèrent faire. Kaëran grimaça une ou deux fois, sans plus. Ellana, curieuse comme à chaque fois, se surprenait à comparer sa à de la couture. Même si c'était complètement différent.
Une fois tout finit, de nouveaux bandages furent appliqués et la guérisseuse donna ses dernières consignes :

-Vous pourrez reprendre le travail d’ici deux à trois jours, mais il vous est défendu pour encore un certain temps de faire des mouvements brusques... comme vaquer à vos entraînements par exemple. Il serait fâcheux que le tout ne guérisse pas convenablement.

Tout le monde fût satisfait du verdict, et l'on salua la guérisseuse qui s'en alla au pas de course sous la pluie qui était là pour la journée. Kaëran s'occupa de reboutonner sa chemise une fois qu'Ellana l'eut aidé à la renfiler, puis il sourit et déclara à Eiriel :

-Eiri’, si vous voulez rentrer toi et Dorguan, vous pouvez y aller. Je vais mieux et Ellana est là sinon.

Cette dernière fît une mine faussement offusquée pour déclarer :

-On nous chasse maintenant ? Ah ! Jeune ingrat ! Je vous préparer un bon repas pour ce soir et ensuite je vous laisserai, mais j’aurais besoin de tomates...

Ellana souriait et voulut dire qu'elle allait en chercher et qu'Eiriel n'était pas obligée de cuisiner, elle le ferait déjà, mais Kaëran s'empressa de sortir sous la pluie pour chercher les légumes.

Ellana se mit à réfléchir…pourquoi sentait-elle qu'il allait arriver quelque chose à son retour ? Parce que, quand il revint, trempé et les bras pleins de tomates que Dorguan prit vivement pour les mener à la cuisine, le Lieutenant la regarda…étrangement. Elle écarquilla les yeux en comprenant et se précipita à l'étage, courant pour fuir l'abominable monstre de la pluie. Sauf que, ne connaissant pas l'entièreté de la maison, elle se retrouva acculée au fond du couloir. Il approchait et elle tentait de faire celle qui avait peur malgré son sourire. Parce que oui elle avait tout de même un peu peur de ce qu'il allait lui faire subir comme vengeance…
Alors, jouant le tout pour le tout, elle ouvrit la porte à sa droite et se retrouva…

Dans la chambre qu'elle occupait précédemment. La chambre d'amis. Et flûte! Il débarqua, refermant la porte derrière lui. On se serait cru dans un film d'horreur !

-Ne me faites pas de mal je vous en prie !! Supplia-t-elle pour jouer le jeu entièrement.

Elle n'eut droit qu'à un sourire et il fût sur elle sans qu'elle puisse l'éviter. Elle sentit le corps de l'homme plaqué contre elle tout comme elle sentit l'humidité, la fraîcheur et l'eau qui en dégoulinait. Elle-même fût rapidement trempée de moitié, vu qu'il la serrait contre lui en l'embrassant.

-C'est pas juste… Murmura-t-elle avant qu'il l'embrasse à nouveau.

Il avançait, elle reculait, et soudain ses jambes heurtèrent le bord du lit. Perdant l'équilibre comme la veille, elle se retrouva dos sur le matelas, Kaëran sur elle, toujours trempé, il en va de soi. Sauf que cette position fît rejaillir d'autres souvenirs…elle revit d'un coup l'homme à la place de Kaëran, l'homme qui avait voulu la forcer. Elle savait que le Lieutenant ne le ferait pas et qu'il n'avait pas voulut se retrouver sur le lit, mais elle ne put s'empêcher de se tendre.

Il se releva alors, semblant mal à l'aise, et elle le rejoignit bien vite, se collant à lui d'elle-même en disant :

-Désolée…c'était involontaire…

Elle plaqua sa joue contre son torse, se détendant à nouveau. Elle ne voulait pas qu'il croie qu'elle ne le voulait pas ou qu'elle se forçait pour obéir à ses envies d'homme. Non, elle l'aimait. C'était étrange et tellement nouveau, mais elle voulait connaître ça avec lui…quand elle serait prête.

Redressant la tête, elle le regarda du bas, vu qu'elle était plus petite que lui, et lui sourit pour qu'il ne se sente plus embarrassé. Posant ses mains sur ses joues, elle les caressa du pouce, étonnée de le faire si naturellement d'un coup, essuyant les gouttes de pluie qui tombait de ses cheveux. Là, elle combla la distance en ce mettant sur la pointe des pieds et l'embrassa tendrement.

-Je ne voulais pas que vous vous sentiez embarrassé, Kaëran.

Flûte…il lui avait dit qu'elle pouvait laisser tomber les vouvoiements…

Lui souriant, elle lui prit la main et l'emmena vers la salle de bain. Elle ne souhaitait pas qu'il tombe malade et il était dégoulinant d'eau. Elle l'y laissa, allant elle-même changer de chemise. Et, avec la chute sur le lit, sa tresse n'était plus très belle, aussi décida-t-elle de la défaire. Elle laissa ses cheveux libres, et ils ondulèrent joliment en retombant. Elle passa tout de même un coup de peigne puis ressortit, attendant le jeune homme qui arriva bien vite. Elle rougit une nouvelle fois en baissant les yeux lorsqu'il vit ses cheveux, et ils redescendirent retrouver Eiriel qui avait déjà tout préparé.

-Vous êtes changés et réchauffés ? Ah tes cheveux sont magnifiques comme ça Ellana, je te referais une tresse à l'occasion et t'apprendrais à la faire toi-même. Les repas sont prêts, midi et soir. Nous, nous allons vous quitter puisque vous nous chassez, hein les amoureux ?

Eiriel avait un air mi-amusé mi-outragé et Ellana répondit :

-Mais on ne vous chasse pas…c'est juste que vous préférez sans doute être entre vous…je vais veiller sur Kaëran…

-On le sait que vous ne nous chassez pas voyons ! Eiriel aime bien taquiner aussi sous ses airs de femme stricte ! Dorguan eut droit à une serviette lancée depuis la cuisine sur la tête et reprit en riant Non vous êtes mieux tous les deux et on ne voudrait pas vous empêcher de jouer à touche-pipi… Là encore il eut droit non seulement à une seconde serviette mais à un regard courroucé de Kaëran avant de reprendre et de terminer Bref trêve de bavardage, bonne journée à vous les jeunes !

Ellana leur souhaita la bonne journée et prit les serviettes que Dorguan lui tendait, les raccompagnant à la porte. La pluie avait faiblit, aussi firent-ils vite pour rentrer chez eux. Refermant la porte, Ellana alla ranger les serviettes à la cuisine. Touche-pipi….elle ne comprenait toujours pas exactement, même si Kaëran lui en avait parlé. Mais elle ne demanderait pas au risque de le gêner une nouvelle fois.

Elle donna alors à manger à Hewie qui réclamait, puis revint près de Kaëran.

-Quand vous…pardon quand tu iras au travail je pourrais rester ici tu sais…pour le ménage et tout…

Elle lui sourit pour le rassurer, voyant très bien qu'il n'allait pas être d'accord pour la laisser seule. Elle pouvait comprendre, mais si elle n'essayait pas, jamais elle ne pourrait être seule…en fait, elle ne pensait plus à son père ou Raven…

Alors que ceux-ci était chez le tailleur, savourant leur victoire prochaine.

-Je pense qu'ils nous ont oubliés mon cher… Déclara Stark.

-Oui, quand je les observe ils n'ont plus l'air méfiant ! Et puis…maintenant ils sont aveuglés par leur amour…

Stark serra les dents. Raven lui avait dit qu'il les avaient vus ensemble, s'embrasser. Apparemment ils s'aimaient tous les deux. Vraiment. Et ça le révulsait. Comment pouvait-il aimer une femme pareille et elle, ne lui avait-il pas dit qu'elle n'avait pas le droit d'aimer ? Si mais elle avait renié toute son éducation au profit de l'autre Lieutenant à la noix. Mais qu'elle erreur ce fût de la lui confier ! Il aurait mieux fait de tout de suite la donner à Raven.

-Vous inquiétez pas. Dès qu'elle sera seule et à ma portée, je la chope. Et elle sera ce qu'elle est, une putain. J'espère juste qu'elle sera toujours vierge, je l'espère pour vous. Sinon…

Stark hocha de la tête. Il espérait aussi, parce qu'il avait la loyauté de Raven qu'à cette condition. Si elle ne l'était plus, il passerait un mauvais quart d'heure et Raven avait de bons amis en ville.

-T'en fais pas, le Lieutenant n'est pas ce genre d'homme. Sinon il l'aurait sautée la première nuit.

Cette salope lui avait donc dit qu'elle était venue nue mais qu'il n'avait rien fait. Quel nul…
Mais pour l'heure, ils savouraient. Parce que Raven allait avoir sa fille, parce qu'il allait pouvoir lui remettre les idées en place, faire tourner en bourrique le Lieutenant, transmettre à sa fille toute la sympathie du père. Et la laisser pour morte à un moment ou un autre au fond d'une ruelle. Avec l'hiver qui venait, elle ne tiendrait pas.

Et cela les faisait jouir par avance.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 25 Fév - 22:20



________________________________________________


Chapitre 2
Dans l’ombre, partie 2

◆ ◆ ◆



Eiriel et Dorguan s’échangèrent un coup d’oeil amusé lorsqu’ils virent les deux jeunes se précipiter à l’étage. Kaëran traçait son chemin dans toute la maison avec ses pieds nus trempés, comme le reste de ses vêtements. Le jeune homme grimpa les marches de l’escalier quatre à quatre à la poursuite d’Ellana qui s’enfonçait dans le couloir. Il voyait sa tête tournée de gauche à droite, hésitante. La pauvre n’était pas encore très familière avec la maison et il ne lui était donc pas aisé de trouver une cachette en si peu de temps, surtout que le Lieutenant s’approchait dangereusement de sa victime. Dos contre le mur, Ellana ne semblait pas vraiment apeurée vu son sourire, mais à voir son regard, elle semblait être légèrement anxieuse. Soudainement, la couturière chercha une échappatoire et se précipita sur la porte à sa droite qui se trouvait à être la chambre d’ami qu’elle avait habitée dans les précédentes semaines; elle était prise au piège. Kaëran entra à sa suite, fermant la porte derrière lui et se stoppa un moment pour l’observer alors qu’elle se tenait à moins de deux mètres de lui.

‘‘ Ne me faites pas de mal, je vous en prie !! ‘‘

Ellana le suppliait presque, un sourire trahissant son état d’âme face à la situation et le jeune homme ne put que ricaner légèrement. Sans dire quoi que ce soit, Kaëran se lança sur elle et la fit prisonnière de ses bras, la mouillant à son tour. La jeune femme commençait à grelotter à cause de la fraîcheur et de l’humidité que dégageaient ses vêtements puis il brisa la distance qui séparait leurs visages pour l’embrasser délicatement.

‘‘ Tu vois, ce n’est pas si terrible comme vengeance. ‘‘

‘‘ C’est pas juste…’’ Murmura Ellana en faisant la moue.

Ne pouvant que rigoler, le soldat l’embrassa de plus belle alors qu’un sourire se dessinait sur leurs lèvres. Sans réellement savoir dans quelle direction il s’avançait, Kaëran buta sur le bord du lit et s’effondra vers l’avant. Ellana se retrouva coincée sous lui et un soudain mal aise le prit de court. D’un coup, le Lieutenant se redressa et se recula vivement, embarrassé. La dame ne manqua pas de se relever à son tour, se collant contre lui aussitôt en murmurant:

‘‘ Désolée…c’était involontaire… ‘‘

‘‘ J’aurais dû faire attention, Ellana. Je n’avais pas vu... je suis navré. ‘‘

En fait, Kaëran avait craint lui avoir faire peur sans le vouloir, car c’était loin d’être le cas. Tout ce qu’il souhaitait était qu’elle soit à l’aise dans sa nouvelle demeure et qu’elle ne ressente pas de pression pour quoi que ce soit. Mais sans le désirer, il avait ravivé des mauvais souvenirs dans la mémoire d’Ellana et il devinait qu’il s’agissait là du fameux soir où on avait failli la violer. C’est là que la joue de la couturière se colla contre son torse et qu’il la sentit se détendre et garda positionne quelques secondes avant de redresser la tête et de plonger son regard dans le sien. Le sourire qu’elle lui fit soulagea Kaë, un tantinet en fait, mais il réussit à lui faire un sourire en coin, désolé pour ce qui s’était passé. Les mains douces et fragiles d’Ellana vinrent alors se poser sur ses joues encore trempées qu’elle caressa de ses pouces. Les gouttes furent essuyées lentement et Ellana prit en hauteur après s’être redressé sur la pointe des pieds pour que leur bouche se fusionne une autre fois. Le Lieutenant ne put que savourer et posa lui aussi ses mains chaudes sur le visage de la demoiselle qui dit alors:

‘‘ Je ne voulais pas que vous vous sentiez embarrassé, Kaëran. ‘‘

‘‘ Si j’avais fait attention aussi... ‘‘ Murmura t-il pour lui-même.

Les jeunes gens ne restèrent pas bien longtemps dans la chambre d’ami, car Ellana entraîna Kaëran en dehors pour qu’il aille se sécher dans la salle de bain. Se départir de ces vêtements trempés fut une partie de plaisir, car ils étaient collés sur sa peau. Les mettant à sécher, le Lieutenant prit une serviette et se sécha, en faisant de même avec sa crinière brunâtre qui n’en faisait qu’à sa tête comme d’habitude. Le plus difficile fut d’enfiler une chemise sèche et à cause de son épaule blessée, ce fut un sport. Lorsque Kaë ouvrit la porte, Ellana l’attendait dans le couloir et fut surpris de voir qu’elle avait détaché ses cheveux. Ainsi ondulée, sa crinière était tout simplement sublime. S’approchant alors d’elle, le menton d’Ellana fut emprisonné entre son pouce droit et son index, puis l’homme releva son visage rougi par la gêne.

‘‘ Ne fais pas ta timide, voyons. Tu es très belle ainsi aussi. ‘‘

Pour la rassurée, il l’embrassa puis prit sa main pour l’entraîner à sa suite dans l’escalier allant ainsi rejoindre Eiriel et Dorguan qui devait se demander pourquoi ils mettaient autant de temps d’un coup.

‘‘ Vous êtes changés et réchauffés ? Ah tes cheveux sont magnifiques comme ça Ellana, je te referais une tresse à l’occasion et t’apprendrais à la faire toi-même. Les repas sont prêts, midi et soir. Nous, nous allons vous quitter puisque vous nous chassez, hein les amoureux ? ‘‘

‘‘Mais on ne vous chasse pas…c’est juste que vous préférez sans doute être entre vous…je vais veiller sur Kaëran… ‘‘ Rétorqua Ellana.

‘‘ On le sait que vous ne nous chassez pas, voyons ! Eiriel aime bien taquiner aussi sous ses airs de femme stricte ! ‘‘

Hop ! Une première serviette sur la tête.

‘‘ Non vous êtes mieux tous les deux et on ne voudrait pas vous empêcher de jouer à touche-pipi… ‘‘

Hop ! Une seconde serviette et le regard qui tue de Kaëran en bonus.

‘‘ Bref trêve de bavardage, bonne journée à vous les jeunes ! ‘‘

Les serviettes furent confiées à Ellana qui les prit et qui les accompagna jusqu’à la porte, suivie de Kaëran. Une fois le vieux couple parti et le calme revint dans la demeure, le soldat s’en retourna dans le salon pour mettre une nouvelle buche dans le feu qui perdait de sa vigueur.

‘‘ Quand vous…pardon quand tu iras au travail je pourrais rester ici tu sais…pour le ménage et tout… ‘‘

Malgré le sourire qu’Ellana lui fit, Kaëran ne fut pas de cet avis. Il était hors de question qu’il la laisse seule dans cette maison sans protection tant et aussi longtemps que son agresseur et son père étaient en liberté.

‘‘ Je préfèrerais qu’il y ait quelqu’un avec toi, par précaution et puis, Eiriel sera ravi que tu lui tiennes compagnie le jour. L’agresseur court toujours et je ne me sentirais pas rassuré de te savoir seule ici. Pas que je n’ai pas confiance en toi, Ellana, mais je n’aurais pas la conscience tranquille pendant que je serai au travail. Tu comprends ? ‘‘

Il la cala contre lui, déposant un baiser sur sa joue gauche et colla ensuite sa tête contre la sienne histoire de profiter de sa chaleur et de son doux parfum fruité. Les jeunes gens restèrent donc ainsi collé l’un à l’autre jusqu’à ce que leur estomac cri famine et ils se mirent à table. Après midi, Le Lieutenant fit pratiquer Ellana à l’entraînement physique, sans pour autant en faire lui-même. Sinon, il risquait de se faire hurler dessus par Eiriel. La pluie ne cessa qu’en soirée, après le repas du soir, et ils purent sortirent pour écouter le croassement des crapauds dans les alentours sur boisé qui se trouvait de l’autre côté des haies de la cour arrière. Assit sur la seule marche du perron, ils observèrent le ciel se dégager et montrer son manteau étoilé. Kaëran était assis juste derrière Ellana, les jambes allongées de chaque côté d’elle et ses bras encerclant sa taille. De temps à autre, le Lieutenant lui racontait des légendes par rapport à certains astres tout en lui caressant les cheveux. Bien entendu, ce ne fut pas sans quelques bisous dans le cou pour déconcentrer la jeune femme lorsqu’elle posait des questions.

Un peu plus tard, lorsque la fatigue commençait à se faire sentir, ils retournèrent à l’intérieur pour aller se laver chacun leur tour, on changea les bandages de Kaëran, puis on se mit au lit comme à tous les soirs...

Spoiler:
 

________________________________________________



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 26 Fév - 10:06

-Je préfèrerais qu’il y ait quelqu’un avec toi, par précaution et puis, Eiriel sera ravi que tu lui tiennes compagnie le jour. L’agresseur court toujours et je ne me sentirais pas rassuré de te savoir seule ici. Pas que je n’ai pas confiance en toi, Ellana, mais je n’aurais pas la conscience tranquille pendant que je serai au travail. Tu comprends ?

Ellana hocha de la tête alors qu'il la serrait contre lui, l'embrassant sur la joue et collant sa tête contre la sienne. Bien sûr qu'elle comprenait. Et elle ferait comme il le souhaitait. Ils restèrent l'un contre l'autre longtemps, Ellana ayant plaqué sa tête contre le torse du jeune homme, le laissant caresser ses cheveux. Elle entourait sa taille de ses maigres bras, d'ailleurs elle n'arrivait pas à faire le tour, et profitait de sa simple présence. Pour elle, c'était un cadeau d'une valeur inestimable, cet amour entre eux. Parce que jamais elle n'aurait cru que ça lui arriverait. Alors elle comptait bien profiter et rendre cet homme heureux à jamais.

Lorsque leurs estomacs respectifs hurlèrent au meurtre par la faim, ils ricanèrent et allèrent à la cuisine. Pendant qu'Ellana réchauffait les plats, Kaëran mit la table, l'attendant une fois fait. Eiriel avait vraiment tout prévu. Ils mangèrent tranquillement, savourant les mets de la paysanne. Ensuite, ils nettoyèrent le tout comme à chaque fois.

La pluie tambourinait toujours contre les vitres et la porte, signe qu'ils ne pouvaient pas sortir pour se promener. Ellana avait vite fait sortir le chat pour les besoins et il était revenu trempé, aussi l'avait-elle séché dans une serviette avant de le laisser se coucher au coin du feu pour compléter le séchage.
Les amoureux, eux, s'entraînèrent. Ellana du moins. Kaëran lui fît pratiquer l'entraînement comme chez les soldats, sans les pompes, et elle s'y plia, ravie de sentir les moindres de ses muscles obéir à ses injonctions cérébrales. Il ne participa pas cependant, et de toute façon, Ellana ne l'aurait pas accepté. La guérisseuse lui avait dit de ne pas faire de mouvements brusques et de ne pas reprendre l'entraînement pour l'heure.

A la fin, elle était en sueur mais souriante, et elle alla vite se rafraîchir. La douche complète ce serait pour plus tard dans la soirée. Embrassant le jeune homme, ils allèrent manger puis décidèrent de profiter de l'accalmie que leur laissait la pluie. En effet, elle s'était stoppée, laissant le ciel dévoiler ses étoiles.

Assis sur la marche du perron arrière, Kaëran derrière elle l'entourant de ses jambes et de ses bras, Ellana admirait l'étendue céleste, émerveillée. De temps en temps, l'homme décollait une main de son ventre pour lui montrer certaines étoiles et lui expliquait alors leur légende en caressant ses cheveux.
Ellana lui posait des questions, parfois idiotes, parfois incomplètes à cause des bisous dans le cou du Lieutenant qui la déconcentraient. Et pour seul fond sonore, il n'y avait que les croassements de crapauds, provenant de l'autre côté du bois…en somme, c'était magique et elle ne l'oublierait pas.
Elle se blottit dos contre Kaëran, faisant attention à ce qu'il n'ait pas mal, tête reposée sur son épaule, et profita simplement. Elle avait bien raison…

Ils restèrent des heures là-dehors, jusqu'à ce qu'ils soient fatigués et qu'ils aient froids. Ils rentrèrent donc, allant se laver convenablement chacun son tour, puis Ellana lui changea les bandages et ils se couchèrent comme la veille, s'embrassant en guise de bonne nuit. Une nouvelle fois, Ellana attendit qu'il soit profondément endormit pour se relever et achever son cadeau. Il ne lui restait plus que les dernières lettres du prénom en bleu et elle pourrait le confier à Eiriel. Logiquement elle ferait un saut le lendemain…

Et le lendemain, Ellana se retrouva réellement collée à Kaëran. Bah oui, elle avait eu froid et il était un radiateur ambulant. Autant en profiter. Surtout qu'il sentait bon et qu'il était confortable au toucher. Pourquoi s'en priverait-elle ? Elle se réveilla lentement et dû attendre qu'il en fasse de même vu qu'il l'avait emprisonnée d'un bras.

-Bonjour… Murmura-t-elle une fois qu'il eut ouvert ses magnifiques yeux (*__*)

Elle eut droit à un sourire endormit qui lui donnait tout son charme puis elle l'embrassa, parce que ses lèvres l'appelaient. Ensuite, le rituel des matins s'enclencha. Ils se levèrent, s'habillèrent, Ellana aidant Kaëran une fois les bandages changés, et allèrent manger. Cette fois, Ellana ne le taquina plus et le laissa manger tranquillement. Qu'allaient-ils faire aujourd'hui ? C'était son avant-dernier jour de congé…et elle voulait profiter de lui encore un peu.
Et comme prévu Eiriel débarqua alors qu'ils finissaient de tout ranger.

-Bonjour les jeunes ! Désolée de vous déranger mais j'ai oublié mon tricot ici je pense…

Ellana sourit et l'accompagna au salon pour chercher avec elle. Là elle lui murmura :

-J'aurais quelque chose à vous confier, Eiriel…

La paysanne la regarda en souriant puis acquiesça et la suivit à l'étage. Le tricot y était peut-être aussi. Ellana la guida dans la chambre et sortit le paquet pour Kaëran, le lui tendant.

-C'est…son cadeau et je ne sais pas ou le cacher pour qu'il ne le trouve pas…alors je me suis dit que vous pourriez le garder…

Eiriel le prit délicatement en souriant.

-Bien sûr que je peux le garder ! Je le mettrais avec le nôtre ! Et…tutoies moi je te prie. J'ai l'impression d'être plus vieille que je ne le suis !

Ellana ricana et la remercia. Et elles retrouvèrent le tricot dans la chambre qu'ils avaient occupée, l'ancienne de Naël. Elles redescendirent ensuite, Eiriel camouflant le cadeau et souhaita la bonne journée aux jeunes avant de s'en aller. Ellana rejoignit donc Kaëran, assis sur le canapé. Elle arriva par derrière, encerclant son cou de ses bras et l'embrassant sur la tempe, là ou elle accédait en fait.

Dehors, un visiteur indésirable c'était faufilé sous les haies, prêt à agir. Dès qu'elle serait seule dehors, il la choperait.

Le reste de la journée se déroula paisiblement. Ellana lut avec Kaëran, avançant dans le livre, et il l'entraîna à nouveau au combat ou du moins aux techniques pour ce défendre. Et toujours ils se taquinaient et s'embrassaient à la volée avant de recommencer. Elle souriait, si heureuse de cette nouvelle vie ou personne ne la jugeait, ou personne ne la voyait en monstre, ou les gens l'aimaient comme elle était…surtout Kaëran. En plus elle le tutoyait maintenant ! Pour elle c'était un grand pas en avant puisqu'elle avait toujours vouvoyé tout le monde, son père surtout.

Au soir, ils étaient tous deux morts de fatigue. Elle lui changea les bandages après l'étape habituelle de la douche, et ils se couchèrent ensemble, Ellana se collant encore à lui. Oui…elle avait, encore, froid. Mais elle n'était pas épaisse ! Et il faisait frais dehors ! L'automne commençait à laisser la place à l'hiver, doucement mais sûrement. Elle se souvenait parfaitement qu'à chaque hiver, vu qu'il faisait froid dans sa chambre chez son père, elle attrapait le rhume pendant des semaines. Selon son père, c'était une punition…

Au matin, ils restèrent un peu au lit, main dans la main, s'embrassant lentement. Elle caressait sa joue, longeait sa mâchoire, caressait ses lèvres, ses cheveux…elle semblait même hypnotisée par ce qu'elle faisait, si concentrée dans sa tâche. Sa main descendit même jusque son torse, téméraire. Elle le sentit frissonner et sourit, murmurant :

-Tu es si beau, Kaëran…

C'était vrai. Pour elle il n'y avait pas plus bel homme que lui. Il hantait ses pensées, ses rêves, ses gestes. Il s'était comme implanté en elle et constituait une partie d'elle, indissociable. Elle sourit un peu plus en voyant le rouge teinter ses joues puis l'embrassa, l'entraînant par la suite pour se lever. Elle changea ses pansements, d'ailleurs se serait bientôt la fin aussi, puis l'aida à s'habiller. Son épaule répondait mieux, mais il était préférable de ne pas la brusquer pour l'heure…

Ils mangèrent avec Hewie qui se collait à leurs jambes en réclamant, alors qu'il avait une gamelle pleine qui l'attendait !

Ensuite, elle le laissa alimenter le feu pendant qu'elle finissait de tout nettoyer. Puis elle s'approcha de lui et lui demanda :

-Tu veux que je te fasse une bonne ratatouille pour midi ?

Il ne fît qu'acquiescer et elle lui dit :

-Je vais chercher des légumes frais dans la serre alors…je reviens vite !

Elle l'embrassa, sans se douter que ce serait la dernière fois pour un bout de temps, et sortit avec un panier, direction la serre. Le soleil tentait de percer la couche de nuages et de faibles rayons se faisaient voir. Hewie la dépassa en trombe, courant après les derniers oiseaux, la faisant rire, et elle s'engouffra dans la serre. Elle s'agenouilla, cherchant des carottes, des tomates, des poivrons et d'autres légumes qu'elle aurait sans doute besoin.

Le panier plein, elle ressortit. C'est là qu'elle entendit du bruit. Elle s'arrêta, fronçant les sourcils. Le bruit se fît à nouveau entendre. Était-ce le chat qui s'était coincé ? Sans se méfier, elle s'approcha, appelant Hewie doucement. Elle tournait le dos aux haies, et ne vit pas l'homme qui avançait. Parce que la dernière chose qu'elle vit fût le noir du sac que Raven venait de lui mettre sur la tête. Elle se débattit, paniqua, lâchant son panier qui se renversa au sol, mais rien. Elle essaya d'hurler, une main ce posa sur sa bouche au travers du sac. Raven la tint fortement, et elle reçut un coup sur la tête qui la sonna, lui permettant de l'enlever tranquillement.

Le prédateur et sa proie disparurent dans les fourrés, se rendant dans sa cachette, laissant derrière eux un panier renversé et un chat assommé non loin…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 26 Fév - 21:30

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-