Partagez | 
 

 Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mer 13 Fév - 15:29

Ne pas réussir à être à l'heure…mais qu'est-ce qu'elle s'en voulait encore ! Mais Kaëran s'approcha et posa le plateau sur le lit. Elle ne l'avait même pas remarqué…il avait tout préparé et venait le lui apporter ? Il dit alors :

-Ce n’est pas grave voyons et puis tu as certainement eu de la difficulté à te rendormir, je me trompe ? Quand la personne ne vient pas à son petit-déjeuner, c’est lui qui vient à elle.

Elle sourit légèrement, touchée par cette petite intention. Ils mangèrent paisiblement, Ellana repensant une nouvelle fois à Ayden. Pourquoi s'acharnait-il ainsi ? Ne pouvait-il pas rester comme Kaëran ? Pourquoi tout le monde voulait-il la forcer à faire ce qu'elle ne voulait pas ? Le Lieutenant reprit alors la parole :

-Tu sais... je suis certain qu’Ayden n’avait pas pour but de te faire peur, Ellana. Je le connais depuis longtemps déjà et je peux te dire que ce n’est pas son but. Il est tout autre...

Ah bon ? Quel était son but dans ce cas ? Pourquoi faisait-il tout pour qu'elle ait peur s'il ne le voulait pas ?


-Ayden est en quelque sorte un homme à femmes. Il adore les courtiser, et ce, jusqu’à ce qu’elles tombent sous son charme. Pour être franc, je ne l’ai jamais vu s’attarder avec autant d’acharnement sur dame auparavant.

Elle le regarda finir de manger, terminant à son tour en réfléchissant. Courtiser ? Tomber sous son charme ? L'amour ? Était-ce ce qu'il attendait d'elle ? Mais…elle ne l'aimait pas…enfin…en connaissance mais pas autrement…de toute manière, elle n'envisageait pas la possibilité de pouvoir être aimée ou d'aimer elle-même. Qui voudrait d'une inculte comme elle ? Et puis, son père avait bien dit que personne ne le pourrait. Non ! Pas son père c'était faux ! Mais bon, vu qu'elle se trouvait laide et idiote, de toute façon, il arrivait à la même conclusion….

Kaëran reprit alors, la tirant de ses pensées :

-Il n’est pas mauvais et ne te fera pas de mal. Il faut seulement que tu sois prudente et que tu ne le laisses pas t’approcher sans lui avoir donner ta permission. Et je veux dire, physiquement parlant, puisqu’il est tenace.

Elle hocha de la tête. Prudente…oui…elle ne souhaitait pas que…qu'il aille trop loin et…enfin elle ferait ce que Kaëran venait de dire. D'ailleurs celui-ci venait de poser le plateau à présent vide sur la table de chevet pour ensuite lui prendre son poignet avec délicatesse. Il remonta la manche de son haut, dévoilant les bandages qu'il commença à dérouler.

Ellana ne sentait plus rien et il retira les bandes des deux bras, mettant à nu les plaies qui cicatrisaient bien. Elle garderait sans doute des marques, mais c'était mieux que de devoir couper les bras.
Il allait parler à nouveau lorsqu'ils sursautèrent. Ellana recula même légèrement en entendant ce toussotement. De concert, ils regardèrent vers la porte, apercevant Ayden qui les observaient avec un air étrange…que pensait-il ?

Kaëran se leva alors, s'approchant de son ami et lui faisant signe de le suivre. Ils s'en allèrent donc en silence, laissant Ellana seule. Pourquoi venait-il si tôt ? Et puis, qui lui avait permis d'entrer ? Bref, Ellana se leva et alla s'habiller, ses bras un peu rouillés à force d'être enrubannés. Elle se coiffa aussi puis sortit, prenant le plateau au passage. Elle descendit alors et fût surprise de constater que le soldat avait disparu. Seul Kaëran se trouvait dans le hall. Et…ce n'était pas plus mal. Sans un mot, elle rangea le plateau, nettoya, puis ils reprirent la lecture et l'écriture. Cela eut pour effet de lui vider l'esprit. Mais le mieux pour cela fût l'exercice physique dans la cour arrière avec les armes ou sans. Ellana ne pensait plus à Ayden à ce moment là, ravie de profiter pour le moment de ce que la vie se décidait enfin à lui offrir après tant d'années sombres.

Ensuite, ils mirent à profit le temps restant pour nettoyer la maison de haut en bas et de droite à gauche. Mais ce qu'elle n'avait pas prévu c'était…la bataille de coussins. Ce fût Kaëran qui lança les hostilités, lui en jetant un sur la tête. Elle écarquilla les yeux, ne comprenant pas sur le coup. Mais en voyant son sourire pour le moins hilare, elle répondit et se lâcha. Jamais elle n'avait fait ça et en plus…ce fût la première fois qu'elle parvint à rire. Malheureusement, un coussin atterrit dans le feu et brûla. Elle s'en voulut et craignit qu'il soit fâché, mais il ne fît que le regarder ce consumer avant de rire en voyant les plumes voler et Hewie les rattraper avec le vent s'infiltrant par les fenêtres ouvertes.

Bien sûr, l'odeur était prégnante et Eiriel ne manqua pas de le remarquer en venant le soir même, tirant un sourire complice aux deux jeunes adultes. Adultes…pas tant que ça des fois hein…
Eiriel leur donna un gâteau fraîchement sortit du four et s'en alla, sourire aux lèvres. Ayden n'était pas venu de la journée.

Au repas, Kaëran ne mangea rien. Enfin, il lui dit de ne rien cuisiner, parce qu'ils ne mangeraient que le gâteau. Elle suivit donc le mouvement et il lui déclara, amusé :

-Ne le dis pas à Eiriel demain, sinon je risque de me faire gronder. On ne doit jamais manger le dessert avant le repas principal.

Elle sourit un peu aussi, savourant le gâteau. C'était vrai qu'il reprenait son travail le lendemain…ça allait lui faire étrange…elle avait pris l'habitude de le voir avec elle chaque jour…
Ils révisèrent encore un peu puis allèrent se coucher, plus tôt certes, mais cela ne leur ferait guère de mal.

Se couchant, elle regarda par la fenêtre pour vérifier, et se tourna, fermant les yeux. Étonnement elle s'endormit asse rapidement.

Au matin, elle s'éveilla bien reposée, et s'étira, se leva, s'habilla et aéra la pièce avant de descendre. Kaëran était déjà là et elle l'aida à tout préparer pour ensuite manger convenablement.
Elle allait ressortir…l'impatience qui l'avait étreinte l'autre fois n'était pas là. Elle avait peur de ressortir en fait. Comme si son père n'attendait que ça pour envoyer ses hommes. Mais là, elle n'avait pas le choix. Kaëran ne voulait pas la laisser seule et elle n'aurait pas aimé rester dans cette grande maison seule non plus, et c'était mieux qu'elle aille chez Eiriel. Elle monta donc récupérer son sac et y déposa le livre et le journal ou elle écrivait, attendant ensuite que l'homme redescende, revêtu de son armure. Elle lui allait à merveille en plus…

Ils se retrouvèrent sur le palier, la porte refermée derrière eux. Le soleil et le vent caressaient sa peau, et pourtant elle était anxieuse. Les rues étaient bondées déjà…

-C’est à côté. On voit la maison de celle d’Eiriel et puis tu n’as rien à craindre. Dorguan, son époux, est là aujourd’hui. Je viendrai te chercher un peu plus tard dans la journée.

Elle hocha de la tête. Elle ne craignait rien voyons…c'était à côté et Kaëran était là…il ne se laisserait plus prendre par surprise…Il lui tendit alors le bras, comme la dernière fois, et elle le prit, ne le lâchant pas jusqu'à ce qu'ils se retrouvent devant une maison un peu plus petite que celle qu'ils venaient de quitter.

Eiriel les accueillit avec un grand sourire et le jeune homme remarqua alors, reniflant l'air :

-Ça sent drôlement bon chez vous.

Souriante, la paysanne répondit alors :

-Je fais du pain, mon grand ! Au fait, vous pourriez rester à manger lorsque tu auras terminé au palais. Et puis, ça fait longtemps que mon époux ne t’a pas vu, comme tu fais l’hermite.

Le jeune homme soupira et serra la femme dans ses bras, avant de caresser la tête d'Ellana et de s'éloigner en leur souhaitant une bonne journée. Ellana le suivit des yeux jusqu'à ce qu'il disparaisse de son champ de vision. Oui, ça faisait bizarre de le voir s'en aller après cette semaine ou il avait été constamment présent. Délicatement, Eiriel invita Ellana à entrer, et elle s'exécuta. Le couloir, plus étroit que celui des Eira, était superbement décoré, et les pièces bien agencées. Dans ce lieu inconnu, Ellana gardait les mains serrées sur son sac et était encore plus timide qu'à l'accoutumée. Eiriel la conduisit au salon, une petite pièce avec un canapé et deux fauteuils, aux plantes diverses et décorations de goût, une cheminée imposante réchauffant le tout. Et, dans un fauteuil, un homme était assis avec quelque chose en bouche qui fumait, lisant. Ce n'était pas un livre…un…un journal voilà !

-Dorguan chéri regarde qui est là ! Tu sais je t'en ai parlé, c'est Ellana, la protégée de Kaëran.

"Dorguan chéri" ? Inspirant un grand coup, Ellana se força à sourire poliment alors que l'homme se retournait. Assez grand, bien bâti aussi, il avait une courte barbe blanche et des cheveux poivre et sels, et le pire, ce fût ses yeux d'un bleu vif qui vous transperçaient de part en part.

-Ah oui ! Bonjour Ellana, ravi d'enfin te rencontrer !

Il se leva et lui tendit la main. Elle le regarda, ne sachant quoi faire. Elle réussit juste à balbutier :

-Moi de même…Monsieur.

Dorguan ne comprenait pas trop et regarda son épouse qui lui fît signe que c'était normal. Elle conduisit alors la couturière dans la cuisine, prenant son sac et le posant sur le comptoir, avant de dire à son époux :

-Chéri ? Tu peux aller dans le jardin me récupérer des légumes frais ? C'est pour ce soir ! J'ai enfin réussit à faire venir ce chenapan de Lieutenant !

Chéri ? Ellana ne savait pas trop ce que c'était, ou ce que ça voulait dire, ou même pourquoi elle le disait…Elles entendirent un soupir profond venant du salon puis Dorguan se leva et sortit en maugréant.

Riant, Eiriel dit à Ellana :

-N'aie pas peur de lui ! Il ne va pas te manger ! Et puis avant…il voulait te serrer la main, c'est la politesse en fait, mais ne t'en fais pas. Ce n'est pas grave. M'aiderais-tu à préparer le repas ? Kaëran aura faim en rentrant, c'est mon petit doigt qui me le dit !

-Pardon pour la main je…ne savais pas. Et oui bien sûr que je vais vous aider, Eiriel.

Elles passèrent donc la matinée à nettoyer et faire cuire les légumes, tout en discutant. Dorguan s'était joint à elle et interrogeait un peu Ellana, de sa voix grave et profonde. Lui aussi était subjugué par la couleur de ses yeux. Déjà que Kaëran en avait de superbes ! Ils mangèrent tranquillement à midi, d'un repas simple et sans fioriture. Ensuite, pendant que les derniers légumes cuisaient et vu qu'elles avaient du temps, Eiriel la laissa réviser tranquillement, allant faire un peu de lessive. Et tout le temps elle appelait "chéri" ou "mon cœur". Et lui répondait en disant "mon ange ou ma belle". C'était déconcertant et…elle voulait vraiment savoir pourquoi ils se parlaient ainsi. Elle devrait interroger Kaëran alors, une fois qu'ils seraient seuls, entre eux…

Mais le mieux fût quand Eiriel revenait les bras chargés et aperçut Dorguan les mains dans les poches :

-Monsieur je-regarde-ma-femme-faire-sans-rien-dire-ni-vouloir-l'aider voudrait bien me faire le plaisir de venir ?! Sinon tu connais la punition ! Espèce de feignant !

Dorguan fît la moue, soupira, regarda Ellana en souriant, l'air de dire "ah les femmes" et alla porter son aide à sa femme en disant :

-Mais voyons ma douce…jamais je ne laisserais d'aussi petits bras porter une charge aussi lourde sans apporter mon aide…

Eiriel ricana, et Ellana les vit très bien s'embrasser. Sauf qu'ils avaient l'air de le vouloir tous les deux. Eiriel n'avait pas l'air d'être forcée à le faire. D'un coup, elle les envia un peu. Ils étaient bien ensemble et se complétaient bien. Elle en revanche ne connaîtrait sans doute jamais cela. Les hommes ne voulaient que la forcer. Sauf Kaëran qui restait normal et elle n'avait guère peur de lui.

Oui, le bonheur complet n'était réservé qu'aux autres…elle, elle prendrait ce qu'elle avait, le bonheur de lire et écrire, de se battre, de pouvoir faire un peu ce qu'elle voulait. Elle ne demandait pas plus pour l'heure, au risque de voir tout s'écrouler, encore…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 14 Fév - 2:30

________________________________________________


Chapitre 2
Une soirée de détente

◆ ◆ ◆



    La maison d’Eiriel se faisait loin derrière maintenant et bientôt le jeune homme eut rejoint la place du marché en vue de se rendre au palais. Cette fois, il avait évité de passer par les rues isolées du grand public au risque de se faire surprendre par des voyous une fois de plus. De plus, il avait toujours cette horrible sensation d’être épié et à chaque fois qu’il tournait son regard bleuté tacheté de vert, il n’y avait rien. Ce n’était certainement pas Ayden, car il veillait sur Ellana à distance, selon les ordres.

    Au palais, on le salua comme tout gradé et on lui souhaita un bon retour, certains s’excusant pour le décès de Naël. Il fit une petite tournée dans ce palace royal avant de se rendre aux appartements de son supérieur pour lui annoncer son retour. Celui-ci fit ravit de le savoir parmi eux après cette difficile épreuve et l’accompagna même jusqu’à la cour d’entraînement où de nouvelles recrues s’étaient ajoutés. Le chef de l’armée posa une main amicale sur l’une des épaules du Lieutenant et quitta les lieux pour le laisser reprendre là où il avait tout laissé. On forma les rangs dès qu’il mit le pied dans la place et il y eut quelques murmures, mais sans plus, puis on commença les exercices sans trop tarder. Pour une fois, il n’y eut aucune tête folle parmi les soldats et c’était tant mieux. Ainsi, Kaëran n’aurait pas besoin de superviser dix tours de palais et de voir de jeunes recrues ramper au sol. Un peu plus tard, le soldat gradé partit en patrouille avec certains d’entre eux et quelques soldats vaillants pour faire un tour de la ville assez complet. Ils allèrent sur les remparts, sur la place du marché, dans le quartier bourgeois et les t’auxdits de la basse-ville pour ensuite revenir au palais. Ils n’avaient pas croisé de voyous à proprement dit, car ceux-ci détalaient comme des lièvres en entendant le tintement métallique des armures des soldats. C’était une journée plutôt calme en fait, mais aussi étrange pour Kaë. Il y avait un moment qu’il n’avait pas fait cette tournée dans l’uniforme d’acier de Racium, habitué à passer ses journées avec Ellana. À lui faire la leçon. Il se demandait comment ça allait chez Eiriel d’ailleurs, espérant que Dorguan ne la tabasse pas trop bien qu’il en doutait. Le Lieutenant s’isola ensuite dans son bureau pour y écrire son rapport et termina en fin de journée. Maintenant, cap vers la demeure d’Eiriel pour le repas du soir.

    Le soleil commençait à se coucher plus tôt qu’à l’accoutumée avec l’approche de l’automne. Même les nuits se faisaient de plus en plus fraîches. Cela voulait aussi dire que son anniversaire approchait à grands pas. Bref, ce n’était pas encore le temps de penser à ça. Kaëran parcourut donc les rues les plus vivantes d’un pas rapide et tourna un coin de rue lorsqu’il entendit un sifflement. S’arrêtant et faisant mine de devoir enlever une pierre du dessous de sa semelle, le jeune homme posa une main à plat contre le mur de pierre d’une demeure et resta près de la ruelle où se trouvait Dart.

    ‘‘ L’homme est revenu. Il surveille de nouveau la demeure et les alentours, mais d’un peu plus loin maintenant. ‘‘

    ‘‘ Est-il seul ? ‘‘

    ‘‘ Oui, il est seul. ‘‘

    Dart, retourna dans l’ombre et Kaëran pu poursuivre sa route, ses pensées ne faisant qu’un beau rond. Savoir ce gros porc dans les parages l’importunait au plus haut point. S’il s’était écouté, il aurait ratissé les ruelles de long en large pour le trouver et l’arrêter. Peut-être lui aurait-il fait payer ses gestes avant de le mettre dans une cellule poisseuse où il aurait eut pour seuls amis des rats. Des rats comme ceux de son espèce. Mais ses pas le menèrent directement chez Eiriel. Il toqua à la porte et ce fut Dorguan qui alla répondre, à la plus grande surprise de Kaë qui s’attendait plutôt à voir Eiriel. Les deux hommes eurent les yeux ronds en se regardant puis un large sourire se dessina sur les lèvres du forgeron qui prit brusquement le Lieutenant d’un bras autour du cou. Il le serra fortement et frotta son poing sur le dessus de sa tête jusqu’à ...

    ‘‘ Arrête ! Arrête bon sang ! Aïe ! Mais ça brûle ! ‘‘

    ‘‘ Qu’est-ce que tu as dit ? ‘‘ Dit-il, faisant mine de n’avoir rien entendu. ‘‘ J’ai cru entendre un aïe ‘‘

    ‘‘ C’est effectivement le cas... ‘‘

    Kaëran se dégagea rapidement de l’étreinte de l’époux d’Eiriel qui soupirait déjà de découragement dans la cuisine. Elle savait très bien comment cela allait se terminer. Mais du point de vue d’Ellana, cela devait ressembler à une future bagarre, car les hommes se toisaient d’un regard noir. Le Lieutenant commença à tourner au de Dorguan qui l’imita. Cependant, celui-il lançait le mot ultime qui allait tout faire chavirer... le mot qu’il ne fallait pas dire à un Eira...

    ‘‘ S’pèce de chochotte... ‘‘

    Chochotte était le mot tabou qu’il ne fallait jamais dire à Kaë au risque de se faire sauter à la gorge. Pour lui, c’était la pire insulte qu’on ne pouvait pas lui faire et pourtant, ce n’était pas bien méchant. Le forgeron eut alors un sourire malicieux aux lèvres alors que le Lieutenant bombait le torse en fronçant les sourcils. L’inévitable arriva alors. Kaëran enleva son armure, la posa près de la porte d’entrée et se déchaussa avant de retrousser les manches de sa chemise.

    ‘‘ Tu me cherches ?! ‘‘

    ‘‘ Mais non... tu es devant moi. ‘‘ Souffla t-il. ‘‘ Allez ! Viens si tu es un homme ! ‘‘

    ‘‘ DORGUAN ! ‘‘ Hurla Eiriel en se retournant vivement.

    Mais c’était déjà trop tard. Kaëran avait sauté sur le grand homme avec force et ils avaient roulé par dessus le dossier du canapé pour s’écrouler sur le plancher directement après, dans un bruit sourd. Les hommes ricanaient et ce fut la guerre sur le sol du salon. L’un se retrouva sur le dessus, et vice-versa, leurs membres s’entrecroisant. Au final, Kaë prit l’avantage en mettant une main sur le visage de Dorguan qui tenait de le repousser d’un pied. Mais rien à faire. Dans cette posture, c’était difficile de tenter quelque chose ! Ses jambes étaient sur les épaules du Lieutenant qui tenait son poignet gauche d’une main, et l’autre de trouvait sous le genou droit de celui-ci. Bref, il était dans une mauvaise position pour l’emporter.

    ‘‘ Cessez vos enfantillages et venez vous installer. ‘‘

    ‘‘ Oui, m’man ! ‘‘
    ‘‘ Oui, m’man ! ‘‘

    Dirent-ils de concert avant de prendre place à table. Kaëran s’asseya donc aux côtés d’Ellana, en profitant pour lui demander comment c’était passé sa journée et Eiriel en profita pour voler un baiser à son époux qui la remerciait pour le repas. Ils attaquèrent le tout avec appétit, le ventre du Lieutenant ne cessant de geindre.

    ‘‘ Mange si tu veux devenir un homme fort ! Tu es tout chétif... ‘‘ Lança Dorguan. ‘‘ Être ermite ne te vas pas du tout, Kaë. ‘‘

    ‘‘ Hmmm... ‘‘ Grogna le jeune homme en le dardant du regard.

    ‘‘ Je te taquine, le jeune. Alors... comment te portes-tu ? ‘‘

    Il fallait dire qu’il y avait longtemps qu’il ne l’avait pas vu. Depuis les funérailles de Naël pour être plus précis et hormis par Eiriel, le forgeron n’avait eu que de bien minces nouvelles de son état. Pour eux, Kaëran était l’enfant qu’ils n’avaient jamais eu et depuis la mort de leur amie, veiller sur lui était devenu une responsabilité primordiale qu’ils se faisaient plaisir à prendre. Sa mère avait tant fait pour eux par le passé que ce n’était que service rendu, même si elle n’était plus parmi eux. Le principal concerné termina sa bouchée puis fit un faible sourire en coin à Dorguan.

    ‘‘ Je me porte beaucoup mieux. Ce qui me fait étrange est d’avoir repris mes fonctions. Il faut dire que je jouais au professeur dans les derniers jours. ‘‘

    ‘‘ C’est ce qu’Eiriel me disait. Un bon prof’ d’ailleurs ou bien c’est parce que tu as une élève brillante ! ‘‘

    Les deux jeunes gens se regardèrent pendant une fraction de seconde et Kaë vit le rouge se former sur les pommettes d’Ellana qui détourna le regard vers son assiette. Le Lieutenant ne put s’empêcher de sourire puis confirma:

    ‘‘ Elle l’est... moi-même je n’aurais su apprendre aussi rapidement. Sa détermination m’a épatée. ‘‘

    ‘‘ Arrêtez de la faire rougir, par tous les dieux ! ‘‘

    Les deux hommes ricanèrent doucement puis ils commencèrent à se parler entre eux. Kaëran lui demanda comment allaient les affaires, lui disant que justement il devait passer le voir dans les prochains jours pour un entretien de routine de ses armes et son armure. Dorguan en fit de même en ce qui concernait le Lieutenant puis ils commencèrent à blaguer. Kaëran se leva alors de sa chaise pour aider Eiriel à débarasser la table et aussi pour faire la distribution du dessert. Aussitôt, le jeune homme se tut.

    ‘‘ Bin dis donc ... tu savoures ? ‘‘

    ‘‘ Hmmmmmmm ! Hm hmmm ? ‘‘

    ‘‘ C’est Ellana qui l’a fait. C’est à elle, qu’il faut le dire, même si je n’ai pas compris ! ‘‘

    Kaëran ne put se résoudre à laisser sa bouche vide et la remplit de nouveau avant de tourner les yeux vers Ellana pour lui répéter la même chose. En fait, il adorait ce truc qu’elle avait fait même s’il ne connaissait pas le nom et ce qu’elle y avait mis. Mais il y avait une fête dans sa bouche. C’était tout ce qu’il savait. Comble de malheur, il retourna en prendre, mais directement dans le plateau. Dorguan en réclama d’autre aussi sauf que Kaë le fuyait en courant autour de la table.

    ‘‘ Tu vas grossir si tu le bouffes au complet. ‘‘

    ‘‘ M’en fichwe ! ‘‘ Dit-il, la bouche pleine et terminant le restant comme un goinfre. ‘‘ Tu m’as dit de manger pour devenir un homme fort. Alors, j’ai tout mangé. Regarde... ‘‘

    Kaëran se frotta le ventre et lui montra même ses abdominaux pour le faire rougir de jalousie. Voilà, la compétition masculine des muscles venait de commencer ! Dorguan, offusqué, en fit de même et fut outré de voir que ...

    ‘‘ Bon Dieu de merde ! T’as une rangée de plus que moi ! S’pas possible ! ‘‘

    Victorieux, le Lieutenant lui donna une bonne grosse claque, respirant la virilité, dans le dos alors qu’Eiriel leur gueulait de venir faire la vaisselle. Bien entendu, les deux hommes étaient retombés en enfance et luttaient en se lançant de l’eau en pleine figure. Quelques minutes plus tard, ils se retrouvèrent à quatre pattes au sol, essuyant le plancher. La moue qu’ils faisaient valait son pesant d’or...

    Spoiler:
     

________________________________________________




Dernière édition par Kaëran Eira le Ven 15 Fév - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 14 Fév - 18:36

Ellana aida Eiriel toute la journée, tout en révisant lorsqu'elle devait attendre. Elle lisait pratiquement seule, très lentement certes, mais seule. Rares étaient les fois ou elle se risqua à demander à Eiriel comment un mot ce prononçait.
En plus, après le repas de midi, Eiriel lui tendit une recette de gâteau, lui disant qu'elle avait la cuisine pour elle toute seule.

-Ce sera toi qui nous fera l'honneur du dessert ce soir ma belle ! Avait-elle ajouté avec un clin d'œil avant de disparaître au salon avec Dorguan.

Ellana n'avait jamais fait de gâteau, ou alors les plus basiques. Mais celui-là avait l'air bien plus compliqué et elle eut peur de ne pas y arriver, comme toujours.
Elle se mit donc à la tâche, devant ralentir pour lire et surtout comprendre. Était-ce un test de lecture de la part de la paysanne ? Si oui, alors Ellana voulait qu'elle soit fière d'elle, tout comme Kaëran. Ca faisait vraiment étrange, de se dire qu'il n'était pas là et ne reviendrait qu'au soir. Elle avait pris l'habitude de l'avoir à ses côtés tout au long de la journée, pour la protéger, et l'entraîner. Et puis il avait une présence qu'elle aimait bien sentir…

Elle cuisina donc, ne se doutant pas que de temps en temps Eiriel venait voir dans l'encadrement de la porte comment elle s'en sortait. Mais elle repartait bien vite, satisfaite. Kaëran pouvait être fier de sa protégée. Vers la fin d'après-midi, le gâteau refroidissait convenablement dans son moule et Ellana finissait de nettoyait la cuisine lorsque Dorguan arriva :

-Ca sent drôlement bon dis donc ! Tu me donnes faim !

Ellana sourit juste, ne disant rien, et Eiriel répliqua :

-En effet mais tu vas devoir attendre ce soir mon cœur…maintenant il faut tout préparer pour l'arrivée de Kaë.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Tous préparèrent la table, y mettant quatre couverts. Eiriel souriait constamment, charriant son époux et le prenant par surprise, l'embrassant dans le cou même si elle était bien plus petite que lui. Ellana les regardait, plus par curiosité qu'autre chose, se demandant ce que c'était…que d'aimer et d'être aimé.

Le soleil descendait à l'horizon lorsque le Lieutenant revint. Ellana écrivait lentement et n'entendit donc pas le début, mais quand les voix montèrent d'un cran, elle fronça les sourcils, ferma l'encrier et le journal, et se leva pour se diriger vers le couloir. Kaëran et Dorguan se regardaient méchamment et elle regarda Eiriel. Mais celle-ci semblait plus exaspérée et blasée qu'autre chose. Mais ils allaient se battre ! Non…ils se battaient. Dorguan avait dit…"chochotte" si elle avait bien entendu, et le jeune homme s'était jeté sur lui d'un coup.

Effarée, Ellana se précipita pour voir un peu plus, ne distinguant même plus qui était qui dans cette masse de membres humains. Eiriel, elle, était retournée vérifier la cuisson du repas, et Ellana la rejoignit, ne comprenant réellement pas.

-Chaque fois c'est pareil, ne t'en fais pas. Ces deux là se cherchent dès qu'ils se voient ! Mais c'est pour s'amuser…Déclara la paysanne en voyant l'air d'Ellana.

Ils se cherchaient ? Se battre pour s'amuser ? Son père la battait, mais pas pour s'amuser. Du moins, elle n'en avait jamais rit. Cinq minutes plus tard, elle posa les plats à table alors qu'Eiriel criait :

-Cessez vos enfantillages et venez vous installer.

Comme un seul chef, les deux hommes se levèrent et s'installèrent à table. Kaëran se mit à côté d'Ellana qui se sentit d'un coup plus…légère. Il était là, de nouveau près d'elle. Il lui demanda comment la journée c'était passée et elle répondit un peu timidement :

-Bien…très bien même…

C'était vrai, Eiriel et Dorguan étaient très sympathiques. Ils mangèrent paisiblement, le bruit des couverts rejoint par celui du ventre de Kaëran qui grondait. Encore une fois, Dorguan ne manqua pas de le charrier, profitant du fait que le Lieutenant ne pouvait pas répondre, malgré le regard noir de celui-ci.

-Je te taquine, le jeune. Alors... comment te portes-tu ?

Dorguan était devenu sérieux et dans sa voix s'entendait une réelle tinte d'inquiétude. Ellana regarda du coin de l'œil Kaëran. Il avait dit aller mieux grâce à Eiriel et elle….

-Je me porte beaucoup mieux. Ce qui me fait étrange est d’avoir repris mes fonctions. Il faut dire que je jouais au professeur dans les derniers jours.

Elle sourit un peu parce que oui, il était devenu professeur attitré…

-C’est ce qu’Eiriel me disait. Un bon prof’ d’ailleurs ou bien c’est parce que tu as une élève brillante !

Ellana croisa alors le regard de Kaëran et ne put s'empêcher de rougir, baissant immédiatement la tête vers son assiette. Mais ce fût pire lorsqu'il rajouta :

-Elle l’est... moi-même je n’aurais su apprendre aussi rapidement. Sa détermination m’a épatée.

Elle avait les joues en feu a force de rougir…pour une fois que c'était pas à cause de son père…

-Arrêtez de la faire rougir, par tous les dieux !

Eiriel venait sans doute de lui sauver la vie. Parce que les hommes ricanèrent avant de se mettre à parler entre eux, de choses qu'Ellana ne comprenait pas vraiment…

Elles débarrassèrent ensuite, Kaëran les aidant même s'il n'y était pas obligé, et le dessert fût servit. Kaëran fût littéralement sous le charme. Les autres aussi, mais ils ne le montrèrent pas comme lui ! Ellana avouait volontiers que son gâteau n'était pas mauvais… Kaëran parla, personne ne comprenant, et Eiriel éclaira sa lanterne en riant :

-C’est Ellana qui l’a fait. C’est à elle, qu’il faut le dire, même si je n’ai pas compris !

Le jeune homme se tourna alors vers elle mais ne se résolut pas à vider la bouche pour lui répéter la même chose. Elle ne comprit donc pas plus qu'avant, mais il semblait aimer !
Il se resservit, mangeant carrément dans le plateau ! Ellana n'en croyait pas ses yeux ! C'était si bon ? Dorguan en avait voulut aussi mais le Lieutenant ce mit à courir autour de la table, le plateau en main, mangeant toujours. Ellana, subjuguée, le regardait, sourire aux lèvres. Eiriel riait aux larmes déjà.
Et lorsqu'on lui dit qu'il allait grossir, le jeune homme termina le gâteau avant de dire :

-M’en fichwe ! Tu m’as dit de manger pour devenir un homme fort. Alors, j’ai tout mangé. Regarde...

Et hop ! Il leva son haut et montra fièrement ses muscles. Ellana les observa, les admirant presque. Dorguan, comparant avec les siens, fût outré de constater que Kaëran en avait plus que lui. Là, le Lieutenant bomba le torse, fier, et donna une grosse claque à Dorguan.

Eiriel, reprenant la situation en main, les envoya de corvée vaisselle qui se finit elle en…bataille d'eau. Ellana était sidérée en même temps qu'amusée. Si elle avait osé faire ça chez son père il l'aurait battue encore plus fort…

La tête des hommes était magistrale, tous deux à genoux en train d'éponger.

-Tu vois ? De grands enfants. Et les enfants qui font des bêtises on les punit !

Eiriel riait, Ellana souriant avec elle alors qu'elle prenait un peu de thé en regardant les hommes travailler. A la fin, Dorguan se releva, s'étira en grimaçant et répliqua :

-Je suis plus tout jeune ma chérie !

-Il fallait y penser avant de me saccager la cuisine mon cœur !

Kaëran se releva aussi, mais ne semblait pas souffrir du dos. Se relevant et rangeant les tasses, Ellana souhaita la bonne nuit et remercia Eiriel et Dorguan pour la journée, avant de suivre Kaëran à l'entrée. Il fît lui aussi ses au revoir, et le froid de la nuit les attaqua tout de suite violemment. Ellana resserra les bras sur sa poitrine mais dut les décroiser lorsque Kaëran lui présenta son bras droit. Elle le prit, constatant qu'il était bien chaud, et s'y agrippa tout du long, jusqu'à ce qu'ils soient au chaud chez Kaëran. Hewie les accueillit, content de les revoir et Ellana le prit dans ses bras, caressant sa douce fourrure alors qu'il ronronnait, s'endormant presque!

Posant son sac au salon, elle monta avec Kaëran. Elle le laissa aller se laver pendant qu'elle préparait son lit, fermant les rideaux. D'ailleurs, elle voulut lui faciliter la tâche et elle fît de même dans sa chambre. Ainsi, il n'aurait plus qu'à se coucher et bien se reposer avant d'attaquer une nouvelle journée de travail !

Elle prit donc sa place une fois qu'il ressortit, propre comme un sou neuf, et elle lava convenablement ses cheveux, les coiffant du mieux qu'elle pouvait. Lavant son corps, elle constata que les plaies de ses bras étaient bien plus discrètes maintenant.

Se rhabillant, elle sortit en silence et entra dans sa chambre. Elle ne voulait surtout pas déranger le sommeil de Kaëran. Elle se coucha, fermant les yeux. Elle n'avait plus vraiment peur maintenant. Ayden n'était plus venu et son père se tenait à distance, ou du moins ses complices. Elle espérait juste que cela continuerait ainsi, ignorant les plans de Raven à son sujet…

Au matin, elle s'éveilla parfaitement reposée et, avec Kaëran, ils prirent leur petit-déjeuner tranquillement, le chat miaulant pour quémander de la nourriture. Rangeant tout pendant qu'il allait enfiler son armure, Ellana voulut chercher son sac mais le Lieutenant posa sa main sur la sienne, lui faisant non de la tête. Elle fronça les sourcils, ne comprenant pas, mais obéit. Ils sortirent donc, fermant bien la maison, et Ellana reprit le bras du jeune homme qui s'avança dans la rue.

Elle qui s'attendait à aller chez Eiriel comme la veille, ce ne fût pas le cas. Kaëran semblait en avoir décidé autrement car il s'éloigna de la rue.

Fronçant les sourcils et resserrant son étreinte sur le bras du jeune homme, Ellana le regarda, l'interrogeant du regard. Elle avait confiance en lui, mais voulait tout de même savoir ou il l'emmenait…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 15 Fév - 16:47

________________________________________________


Chapitre 2
Les ordres

◆ ◆ ◆



    Les deux hommes nettoyaient le plancher à l’aide de serviettes dans le plus grand des silences. Il fallait dire que ça changeait de l’ambiance qui régnait, dans la maisonnette, depuis le début de la soirée. De leur côté, les femmes observaient le spectacle d’un sourire amusé, Eiriel ne manquant pas de rire en voyant les grimaces que faisait son pauvre époux. Dorguan n’était plus très jeune, ni très flexible d’ailleurs. Alors, se retrouver ainsi à quatre pattes sur un plancher de bois à faire des mouvements répétitifs, donnait du mal à son dos. Lorsqu’ils eurent terminé, le forgeron fut le premier à se redresser, massant le bas de son dos endolori. Une seconde grimace apparut sur son visage alors qu’il tournait son regard bleuté vers sa douce.

    ‘‘ Je suis plus tout jeune ma chérie ! ‘‘

    La concernée eut un sourire en coin puis fronça les sourcils. Elle leva un doigt dans les airs puis dit, le réprimandant d’une voix plutôt douce:

    ‘‘ Il fallait y penser avant de me saccager la cuisine mon cœur ! ‘‘

    Dorguan fit la moue. Ce fut un automatisme. Kaëran lui, se redressa comme si de rien n’était et fit un sourire moqueur à son père par substitution, lui flanquant une bonne claque dans le dos qui lui fit tirer la langue. Ah la vieillesse ! Ils terminèrent donc de ranger puis ce fut l’heure du retour à la maison pour Ellana et le Lieutenant. Les jeunes souhaitèrent donc la bonne nuit à Eiriel et Dorguan, leur dit au revoir, puis la porte se referma derrière eux doucement. Le vent frais ne manqua pas de mordre leur peau, faisant frissonner la jeune couturière qui avait croisé ses bras contre son corps en vue de se réchauffer. Kaëran, un tas de chaleur ambulant, était plutôt à l’aise dans ce froid. Disons que ça en prenait beaucoup pour qu’il tombe malade aussi. Ainsi, il lui présenta son bras gauche qu’Ellana n’hésita pas à prendre et collez jusqu’à ce qu’ils mettent le pied dans la demeure des Eira où il faisait bon. Hewie, n’avait pas tardé à venir les accueillir et se frottaient aux chevilles d’Ellana, réclamant ses calins puisqu’il avait été seul toute la journée. Son ronronnement se fit entendre dès que la jeune femme l’eut pris contre elle, caressant avec délicatesse sa fourrure. Le feu fut légèrement alimenté et la grille réinstallée afin qu’un incident fâcheux n’arrive pas. Maintenant, c’était l’heure de se laver et se coucher. Les jeunes adultes montèrent donc de concert au second étage et Kaë fila vers la salle d’eau suite au regard insistant d’Ellana qui lui cédait le premier tour. Ne voulant pas monopoliser la pièce trop longtemps, le Lieutenant se lava rapidement puis laissa le loisir à la couturière d’en faire de même une fois sortit.

    ‘‘ Bonne nuit, Ellana. ‘‘ Lui dit-il en la croisant dans le couloir, alors qu’elle prenait sa place dans la salle d’eau.

    La surprise qu’il eut en entrant dans sa chambre; les rideaux étaient déjà fermés et les draps étaient tirés jusqu’au pied du lit. Tout ce qu’il lui restait à faire était de mettre ses vêtements dans son panier à lessive et de se coucher. Un faible sourire en coin se dessina sur ses lèvres puis il s’exécuta et dès que son corps trouva le lit, un soupir d’aise s’échappa de ses poumons. Ses paupières se fermèrent donc, même si Hewie se lovait contre son cou, et il s’endormit d’un sommeil profond et réparateur. Le lendemain matin, la maison s’activait déjà. Kaëran se lava sommairement dans la salle d’eau puis descendit prendre le petit-déjeuner avec Ellana qui en profitait pour mettre le nez dans son livre. Leur estomac repu et les couverts nettoyés et rangés, Kaëran monta de nouveau à sa chambre pour enfiler sa ferraille et redescendit. Son épée fut attachée à son dos puis ils caressèrent Hewie une dernière fois avant de mettre le pied dehors où un soleil les attendait malgré l’air frais. Juste avant, Ellana avait voulu apporter son sac, mais d’une main sur la sienne, le Lieutenant lui avait fait comprendre que c’était inutile. Là où ils se rendaient, Ellana aurait de quoi passer le temps. Traversant donc l’allée pour se retrouver dans la rue, Kaëran emprunta le même chemin que la veille, mais ne s’arrêta aucunement chez Eiriel ce matin là. L’étreinte d’Ellana contre son bras fut resserrée lorsqu’elle se rendit compte qu’ils continuaient la route. Un faible sourire en coin se dessina alors sur les lèvres du soldat gradé lorsqu’il sentit le regard de la couturière sur lui. Baissant les yeux vers elle, il lui dit, d’un ton rassurant:

    ‘‘ Je t’avais dit que je te ferais visiter le palais il y a quelques jours, non ? ‘‘

    D’un coup, il vit le regard d’Ellana s’illuminer et un sourire se dessiner sur ses lèvres vermeilles. Il la sentait fébrile tout d’un coup, mais tout autant inquiète, car il y avait des centaines d’hommes en un seul endroit et surtout parce que cet environnement lui était inconnu. Cette journée-là était particulièrement tranquille dans l’emploi du temps du Lieutenant, voilà pourquoi il apportait sa protégée avec lui; entraînement, patrouille dans le palais et rédaction de rapport.

    Ils prirent donc les chemins les plus achalandés pour ne pas risquer de se faire surprendre dans une nouvelle embuscade et continuèrent leur route en direction du palais qui se faisait toujours de plus en plus gigantesque. De temps à autre, Kaëran jetait un coup d’oeil en direction d’Ellana qui semblait subjuguée par tant de beauté et de grandeur. Il fallait se l’avouer, le palais de la cité de Racium était un chef d’oeuvre bâti de la main des Hommes et qui avait pris plusieurs décennies avant d’être complété. Encore, elle n’avait pas vu l’intérieur et ni même le jardin qui embellissaient les lieux.

    Après quelques longues minutes de marche en silence où Ellana ne savait plus où poser les yeux, ils arrivèrent devant les grandes portes qui menaient vers la grande allée qui les conduirait jusqu’au château. Ayant l’habitude de voir tout ça, Kaëran ne faisait que saluer les hommes postés en surveillance et continua son chemin. Sauf que la couturière se tordait le cou pour tout voir, ce qui le faisait sourire. Elle avait ce don d’être émerveillée devant les plus simples choses de la vie, et pour ça, il l’enviait.

    ‘‘ Je vais devoir entraîner les recrues une petite heure où tu devras malheureusement m’attendre. Sauf que je doute que tu t’ennuies... ‘‘

    Elle trouverait le moyen d’observer l’entraînement avec curiosité et pourrait aussi voir à quoi ça ressemble au point de vue militaire. Ellana acquiesça et ils purent se rendre sur place. Au départ, on regarda la couturière en murmurant et en souriant ou en lançant des clins d’oeil suggestifs. M’enfin, c’étaient des hommes et devant une belle femme, beaucoup régressait psychologiquement. Leur Lieutenant les rappela donc à l’ordre d’une voix forte et leur dit les consignes du matin. On alla donc prendre les armes d’entraînement et on commença à pratiquer. Kaëran passa entre les rangs d’un oeil attentif, corrigeant des recrues qui exécutaient mal certains mouvements puis s’en retourna vers Ellana qui était resté bien sage, assise sur une marche de pierre près rangements d’armes.

    ‘‘ Rompez ! ‘‘ Hurla t-il. ‘‘ C’est terminé pour aujourd’hui. Beau travail à tous. ‘‘

    Les soldats avaient cessé tout mouvement et vinrent ranger les armes aussitôt, quittant les lieux pour être pris en charge par un autre Lieutenant qui venait d’entrer. Kaëran quitta les lieux en le saluant puis entraîna la couturière dans les couloirs du palais afin de faire une ronde et aussi pour voir si tout allait bien. Il en profita alors pour décrire où ils se trouvaient, parla de ce que représentaient les tableaux et statues dans les larges et luxueux couloirs. Ils s’arrêtèrent aussi devant la salle du trône, sans pour autant y entrer, et continuèrent leur route jusqu’aux jardins où s’affairaient la princesse et ses domestiques. Par la suite, ils poursuivirent vers le bureau de Kaë qui se trouvait dans une autre aile du palais.

    ‘‘ C’est ici, que je rédige mes rapports après des patrouilles en ville ou à même le palais. Sens-toi libre de visiter et toucher. Je n’en ai pas pour très longtemps de toute manière. Ensuite tu pourras me poser tes questions, si tu en as bien entendu. ‘‘

    La laissa aller librement dans la vaste pièce, Kaëran s’installa derrière son bureau et attaqua les feuilles de parchemin de sa plume et son encre. Le temps défilait et il ne remarqua pas, au bout d’un moment, qu’Ellana observait ce qu’il faisait derrière son épaule. Lorsqu’il tourna la tête de côté pour l’apercevoir du coin de l’oeil, elle lui fit un sourire timide et baissa les yeux, arrachant un sourire en coin au Lieutenant. C’est alors qu’on toqua à la porte.

    ‘‘ Entrez ‘‘ Dit-il d’une voix assez forte.

    Le chef d’armée entra à ce moment et parut surpris de voir une jeune femme dans la pièce. Il ne posa cependant pas de question, devinant de qui il s’agissait puis reporta son attention sur son frère d’armes.

    ‘‘ Je vais devoir vous envoyer en mission d’ici quatre jours, Lieutenant. On m’a rapporté d’étranges disparitions dans l’un de nos villages, à quelques lieux d’ici. J’aimerais que vous preniez les rennes avec de nouveaux effectifs, histoire de pousser les investigations plus loin. Certains parlent de lycans... Espérons que ce ne soit pas le cas. Trouvez vos hommes, et partez dès que vous le pourrez. ‘‘

    ‘‘ Oui, Chef. ‘‘

    Le supérieur quitta les lieux, non sans saluer les deux jeunes gens, puis referma la porte derrière lui. Le Lieutenant Eira venait à peine de reprendre le travail qu’il devait quitter la ville pour quelque temps. Et Ellana ? S’il partait, Kaë avait peur qu’il ne lui arrive quelque chose... Dans ce cas, il devrait laisser Ayden et Dart surveiller en permanence la demeure d’Eiriel pour être certain que rien ne lui arrive bien qu’il ne cesserait de se faire un sang d’encre. Si le drame arrivait, Kaëran s’en voudrait. Déjà que le gros porc qui avait tenté de la violer courait toujours dans la rue. Et ça ne le rassurait guère...

    Mais avait-il le choix ?

    Spoiler:
     

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 15 Fév - 20:28

Kaëran poursuivait sa route, et Ellana se posait la même question : ou allait-il l'emmener ? Il devait aller travailler et il ne pouvait pas s'occuper d'elle pour la journée, alors…jamais il ne lui vint à l'esprit qu'il l'apporterait avec lui au Palais :

-Je t’avais dit que je te ferais visiter le palais il y a quelques jours, non ?

Visiter le Palais ?! Elle se mit à sourire, le regardant avec impatience. Vite ! Elle voulait le voir ! Elle était trop curieuse elle le savait, mais c'était tout de même le Palais ! Mais…attendez…il y avait…des hommes au Palais. D'un coup, elle se sentit autant inquiète qu'impatiente. Kaëran était là, rien ne pouvait lui arriver…

Elle se répéta ceci tout le long du chemin, mais ses inquiétudes furent balayées d'un coup en voyant le Palais. Il était immense, et magnifique. Ils avançaient dans une large rue menant aux grilles de l'édifice. Celui-ci se rapprochait au fur et à mesure et Ellana avait l'impression qu'il l'écrasait. Elle tournait la tête partout, regardait tout, comme un enfant curieux ou un animal. Les gens la regardaient un peu étrangement, mais elle n'y prenait pas garde. Tout ce qui comptait, c'était Kaëran à ses côtés et le Palais qui approchait.

Pénétrant la cour même, le Lieutenant salua les gardes de faction. Droits comme des I, ils ne changèrent pas d'attitude en voyant une femme accrochée au bras de leur supérieur. Les allées étaient bordées de fleurs, d'arbustes, d'arbres en tout genre et Ellana ne savait réellement plus où poser son regard ! Elle voulait tout voir, tout sentir, tout toucher et poser des milliers de questions à Kaëran sans lui laisser le tems de répondre !

-Je vais devoir entraîner les recrues une petite heure où tu devras malheureusement m’attendre. Sauf que je doute que tu t’ennuies...

Elle ne fît qu'acquiescer, le suivant au lieu dit. Elle ne voulait surtout pas le déranger dans son travail ! Et l'on apprenait tout autant à observer qu'à agir donc…elle était bien curieuse de voir comment l'on s'entraînait chez les hommes. Ce dont elle était sûre par contre, c'était qu'ils étaient tous dix fois plus forts qu'elle.

Ils débarquèrent sur une grande place avec dans un coin un baraquement de bois. Le sol était de sable et de jeunes recrues attendaient patiemment, se mettant en rang en voyant le Lieutenant. Ellana, se détachant de lui, alla directement se mettre en retrait. Tous la regardèrent, et elle vit leurs coups d'œil, ne comprenant toutefois pas leur signification, jusqu'à ce que Kaëran les rappellent à l'ordre et qu'ils cherchent des armes dans l'établis. Une fois tous parés, Ellana s'installa sur la marche qui y menait, repliant ses jambes et entourant ses genoux de ses bras, prête à observer.

Avec le soleil qui tapait, Kaëran avait une allure…magistrale. Il imposait d'autorité et de puissance, de force et d'assurance. Il était parfait en Lieutenant. Ellana suivit le cours, regardant les gestes des recrues, se revoyant les faire aussi mais en bien plus lents et plus hésitants. Mais surtout, et sans savoir pourquoi exactement, elle suivait du regard Kaëran, analysant et admirant tous ses faits et gestes…

Lorsqu'elle comprit qu'il avait terminé, ce disant que l'heure était passé super vite, elle se releva pour ne pas gêner l'accès au rangement. Il hurla aux autres que c'était bon et se dirigea vers elle qui lui sourit.
Ensemble, ils retournèrent dans l'édifice, ou Kaëran exécuta une "ronde". Elle ne savait pas vraiment ce que c'était, mais le suivit et écouta toutes ses explications. Les tableaux étaient magnifiques et pour la plupart représentaient de grands Rois d'antan, ou des scènes de bataille. Mais il y avait aussi de somptueux paysages…qui, pour Ellana, signifiaient la liberté. Les statues étaient plus sur le détail, chaque trait des visages rigoureusement respectés. Ils passèrent même devant la salle du Trône, une magnifique double porte sculptée, mais malheureusement elle ne put y entrer…

A la fin, Kaëran la conduisit dans une grande pièce et lui dit :

-C’est ici, que je rédige mes rapports après des patrouilles en ville ou à même le palais. Sens-toi libre de visiter et toucher. Je n’en ai pas pour très longtemps de toute manière. Ensuite tu pourras me poser tes questions, si tu en as bien entendu.

Il s'assit ensuite derrière le bureau et elle vagabonda dans la pièce, la plume qui crissait sur le papier en fond sonore. Il y avait plus de livres et de dossiers qu'autre chose, et une fois qu'elle eut fait le tour, elle se posta derrière l'homme pour tenter de lire seule ce qu'il écrivait de sa belle écriture penchée.

Elle voyait des bouts de mots et fronçait les sourcils pour déchiffrer. Jusqu'à ce qu'il tourne la tête vers elle. Là, elle sourit timidement, baissa les yeux et se sentit rougir.

Elle voulut s'excuser, ce devait être des choses privées pour le travail, même si elle n'avait pas compris mais on toqua à la porte.

Kaëran fît entrer le visiteur alors qu'Ellana reculait, un peu inquiète et ne voulant pas être sur le devant. Un homme entra, d'une prestance encore plus grande que celle de Kaëran. Il s'avança, ne jetant qu'un simple coup d'œil à Ellana avant d'annoncer au Lieutenant :

-Je vais devoir vous envoyer en mission d’ici quatre jours, Lieutenant. On m’a rapporté d’étranges disparitions dans l’un de nos villages, à quelques lieux d’ici. J’aimerais que vous preniez les rennes avec de nouveaux effectifs, histoire de pousser les investigations plus loin. Certains parlent de lycans... Espérons que ce ne soit pas le cas. Trouvez vos hommes, et partez dès que vous le pourrez.

-Oui, Chef.

Il s'en alla ensuite, après les avoir salués. Kaëran devait…partir ? Combien de temps ? Pouvait-elle l'accompagner ? Elle ne voulait pas le savoir loin en fait…et s'il lui arrivait quelque chose ?

Elle se rapprocha et quand il se leva et se tourna vers elle, elle murmura :

-Vous…allez partir c'est ça ?

Il ne fît qu'acquiescer.

-Je garderais la maison pour vous, Kaëran. Vous reviendrez vite…n'est-ce pas ?

Il ne répondit pas et l'entraîna à l'extérieur. Elle n'avait même pas remarqué que la journée était passée. Ils retournèrent donc chez lui ou ils préparèrent le repas.

Ils mangèrent en silence, chacun dans leurs pensées. Il devait partir…loin d'elle. Elle aimait tellement le savoir près d'elle, même quand il travaillait ! Au moins elle savait qu'il était au Palais et reviendrait le soir….mais là, il partait pour ne revenir dieu seul sait quand…s'il revenait. Que ferait-elle pendant ce temps ? Elle resterait enfermée dans la maison et veillerait sur Hewie, s'entraînerait…mais seule…ça lui rappellerait sans doute ses années avec son père…en amélioré, puisqu'il ne serait pas là. Mais justement, s'il s'apercevait qu'elle était seule, qu'allait-il faire ?

Cependant, elle n'allait pas se lamenter. Sans Kaëran qui sait ou elle serait actuellement. Il fallait donc qu'elle soit forte et le laisse accomplir sa mission.
Finissant de manger, elle débarrassa tout et rangea, le laissant aller se laver.

Ensuite, elle prépara du thé et disposa le tout sur un plateau avec quelques biscuits pour dessert. Elle posa le tout sur la table, alimenta le feu en faisant comme Kaëran le faisait toujours puis s'installa sur le canapé, le livre de côté au cas où. Peut-être pourrait-elle lire pour lui, afin d'éloigner ses inquiétudes ou ses peurs pour la mission ?

Lorsqu'il revint, elle lui donna sa tasse avec un sourire et lui dit :

-Tout ce passera bien Kaëran…j'ai confiance en vous et…vous êtes fort…vous ferez ce que vous devez faire et reviendrez.

Elle but elle-même une bonne gorgée et reprit :

-Je peux rester ici et m'occuper de la maison…enfin…il ne faut pas que vous vous inquiétez de trop pour moi alors que vous avez d'autres objectifs…plus importants.

Elle lui sourit encore pour bien lui montrer que ça allait pour elle. Qu'elle…pouvait y arriver et lui montrer qu'elle avait réussit à se libérer de son père, malgré la petite lutte intérieure qui se poursuivait.

Mais elle ne voulait pas qu'il s'éloigne…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 16 Fév - 7:23

________________________________________________


Chapitre 2
Inquiétude, partie 1

◆ ◆ ◆



    Après le départ du Chef de l’armée de Racium, le silence s’était installé dans le bureau du Lieutenant Eira. Toujours assis derrière son bureau, celui-ci réfléchissait, un poing sous son menton. Ses paupières ne clignèrent qu’une seule fois, lui permettant ainsi de sortir de ses songes. S’il ne veillait pas à la sécurité d’Ellana lui même, il se devait impérativement de le faire par l’intermédiaire de soldats en qui il avait une confiance aveugle. Kaëran se redressa donc sur ses jambes et se tourna vers la jeune couturière qui arborait une mine inquiète. Celle-ci s’approcha de lui et, dans un murmure, demanda:

    ‘‘ Vous…allez partir c’est ça ? ‘‘

    Kaë répondit par l’affirmative, mais dans un simple hochement de tête. Elle avait compris qu’il partirait pour une durée indéterminée. Si la cause du problème était rapidement trouvée et résolue, il pourrait revenir rapidement à Racium. Mais il ne pouvait prévoir ce qui se tramait sur place. Tout ce qu’il espérait, c’était que les lycans n’étaient de mèche dans ces attaques.

    ‘‘ Je garderais la maison pour vous, Kaëran. Vous reviendrez vite…n’est-ce pas ? ‘‘

    Gardant le silence, le jeune homme l’invita à le suivre en dehors du bureau et ils déambulèrent dans les larges couloirs du palais avant de se fondre à l’extérieur. Kaë ne pouvait rien lui promettre, car lui-même ne savait pas s’il pourrait revenir rapidement. La brise fraîche du soir les mordit une fois de plus et Ellana grelottait de plus belle. Il entoura donc les épaules de celle-ci de sa cape et elle put prendre son bras afin de retourner à la maison. Et ce, sans embrouille. Hewie fut de nouveau le comité d’accueil et suivit ses maîtres jusqu’à la cuisine pour avoir son bol de lait quotidien. On prépara le repas du soir dans la tranquillité puis on s’installa à table en silence. Kaëran réfléchissait à une solution, histoire qu’Ellana soit bien entourée et surtout, en sécurité. Il allait être beaucoup trop loin si une catastrophe la frappait et ne pourrait pas revenir sur place à temps. C’était ce qui lui faisait le plus peur à vrai dire... De temps à autre, il jetait un coup d’oeil dans sa direction et se demandait pourquoi il s’inquiétait autant du bien-être de cette jeune femme. Ils se connaissaient depuis bien peu de temps, mais sa présence constante lui apportait quelque chose qu’il ne comprenait pas vraiment. Ellana était sa protégée et il tenait à elle. Comme une petite soeur ? Ça, il ne savait pas... Pourtant, il avait déjà eu une femme dans sa vie, mais là, c’était... différent ?

    À la fin du repas, Kaëran l’aida à débarrasser la table puis il monta à l’étage pour se détendre dans la baignoire, histoire d’avoir les idées plus claires. Ses vêtements jonchèrent donc le sol et son corps se plongea dans le liquide chaud et translucide qui permit à ses muscles de se décontracter. Ses yeux vairons fixaient un point invisible sur le plafond puis ses paupières se fermèrent un long moment. Il y avait longtemps qu’il n’avait pas quitté la ville pour une mission quelconque. Son chef le gardait à Racium à cause de mère malade, mais comme elle n’était plus, rien ne l’en empêchait maintenant. Enfin, c’était ce qu’il croyait à ce moment...

    Après une bonne vingtaine de minutes, le Lieutenant se tira hors de l’eau et agrippa une serviette pour s’essuyer et enfila un pantalon plus léger avant de descendre rejoindre Ellana qui était déjà installée sur le canapé à regarder les flammes du feu de cheminée danser. Elle lui donna une tasse de thé en souriant et il la remercia d’un sourire en coin alors qu’il se calait contre le canapé, prenant une gorgée.

    ‘‘ Tout ce passera bien Kaëran…j’ai confiance en vous et…vous êtes fort…vous ferez ce que vous devez faire et reviendrez. ‘‘ Elle prit une gorgée de son thé et continua : ‘‘ Je peux rester ici et m’occuper de la maison…enfin…il ne faut pas que vous vous inquiétiez de trop pour moi alors que vous avez d’autres objectifs…plus importants. ‘‘

    La jeune femme se voulait rassurante avec ce sourire contagieux, mais il était hors de question qu’elle reste seule dans la maison pendant son absence. Ce serait trop simple pour n’importe qui lui voulant de mal d’entrer, de l’enlever ou n’importe quoi d’autre. Et puis tant qu’elle n’était pas entre de bonnes mains, il était hors de question pour lui de quitter la ville. Sinon, jamais il n’aurait l’esprit tranquille.

    Mais bon sang... qu’est-ce qui lui arrivait ? Jamais il ne s’était autant soucié de quelqu’un à ce point, excepté les membres de sa famille, d’Eiriel et de Dorguan. Alors, pourquoi Ellana ? Parce qu’il avait pitié d’elle ? Non... ce n’était pas ça parce qu’au fond, il appréciait sa présence et ne la voyait pas comme une pauvre fille. Kaëran lui sourit donc et prit une profonde inspiration avant de détourner le regard vers les flammes qu’il regarda un long moment avant de briser ce silence qui s’installait.

    ‘‘ Je ne te laisserai pas toute seule à la maison. Eiriel a une chambre vacante alors tu pourras habiter chez elle pendant mon absence. Tu n’auras qu’à apporter Hewie et vous pourrez passer à la maison de temps à autre histoire que rien ne s’est volatilisé. ‘‘

    Le jeune homme porta de nouveau la tasse à ses lèvres et commençait à sombrer dans ses pensées lorsqu’il continua:

    ‘‘ Je vais faire ce que je peux pour revenir le plus tôt possible. J’espère seulement qu’il n’y a pas de lycan dans les parages comme a dit mon supérieur... ‘‘‘

    Il ne manqua pas de sentir le regard interrogateur d’Ellana, mais il ne fit que poser son regard sur elle, lui faisant un sourire en coin pour la rassurer et lui signifier que tout irait bien. N’importe quoi pourrait arriver et l’inquiéter ne mènerait nulle part, au final. Enfin, il ne fallait pas négativer avant le temps, car ça n’apporterait rien de toute manière alors autant en profiter pour continuer les lectures pendant que les jours étaient comptés. D’ailleurs, le livre de lecture se trouvait tout près et la jeune femme avait étiré le bras pour le prendre. L’ouvrage fut ouvert et la voix d’Ellana s’éleva doucement et dans une certaine hésitation, elle commença sa lecture. Kaë ne faisait qu’écouter, accotant sa tête contre le dossier. Au bout d’un moment, ses paupières se fermèrent d’elles seules, mais sans pour autant qu’il s’endorme. Il ne faisait que se détendre. Sauf qu’après une trentaine de minutes, le jeune homme commençait à somnoler. Ce qui le força à ouvrir les yeux fut le toucher de la couturière sur son bras.

    ‘‘ Hum ... pardon ... j’étais sur le point de partir, je crois. ‘‘ Murmura t-il en se levant.

    Ce fut le signal pour aller au lit et encore une fois, les jeunes gens se dirent bonne nuit et se laissèrent dans le couloir. Le lendemain matin, ce fut la même routine sauf qu’Ellana fut reconduite chez Eiriel. Kaëran leur souhaita une bonne journée puis quitta les lieux pour une journée de travail habituelle. Les deux femmes refermèrent la porte une fois le Lieutenant hors de vue.

    ‘‘ Il semble contrarié... ‘‘ Demanda Eiriel en entraînant Ellana avec elle dans le salon.

    Au palais, ce fut le train-train quotidien et Kaëran en profita pour réfléchir à la troupe qui l’accompagnerait pour l’investigation du village attaqué ainsi que de ses alentours. Il mit donc une partie de la journée à prévenir quelques-uns de ses soldats et à commencer les préparatifs pour leur départ qui aurait lieu dans trois jours, dès le lever du jour. Lorsque le soleil commença sa descente, le Lieutenant quitta son bureau et fila en direction de la demeure d’Eiriel puis entra à l’intérieur.

    ‘‘ Il fait un froid de chien ! ‘‘ Dit-il en frissonnant.

    ‘‘ Et c’est monsieur la torche humaine qui dit ça ? HA! Et puis, bientôt ce serait l’automne ... C’est normal donc ! ‘‘

    Kaëran haussa les épaules et lui fit un sourire en coin avant de reprendre un peu de sérieux. Ellana elle, était certainement en train de préparer son sac, car elle arriva au moment où il annonçait à Eiriel :

    ‘‘ Je vais devoir quitter Racium pour quelque temps. J’aimerais que tu veilles sur Ellana pendant mon absence. Ayden et Dart surveillent les alentours alors il ne devrait pas y avoir de problèmes jusqu’à mon retour. ‘‘

    ‘‘ Ellana m’en a glissé un mot dans la journée. Et puis, tu sais bien que je ne refuserai pas de prendre soin de cette belle enfant pour toi. Hin mon grand ? ‘‘

    Pour la première fois, le Lieutenant ne savait plus où se mettre et se surprit à rougir légèrement. Eiriel venait de trouver la corde sensible et en était fière. Elle savait quelque chose que ces deux-là ignoraient complètement, mais elle se tairait et garderait le secret. Kaëran soupira donc un bon coup puis attendit qu’Ellana soit prête à partir pour sortir à l’extérieur. Le vent s’empressa de venir les saluer puis d’un pas rapide, ils retournèrent à la maison pour s’assoir un moment devant la cheminée sur un large coussin. Kaë avait pris la couverture de laine et s’était emmitouflé dedans, mais son regard vairon se tourna rapidement vers la couturière. Lui faisant signe de tête, il l’invita à prendre place à ses côtés et passa un bout de la couverture, suffisamment grande pour eux deux, par-dessus les épaules de celle-ci en voyant qu’elle frissonnait. Une heure s’écoula avant qu’ils ne montent à l’étage d’un commun accord puis ils allèrent chacun dans leur chambre pour le restant de la nuit.

    Les deux derniers jours furent passablement calmes, similaires, et l’heure du départ arrivait à grands pas. Les préparatifs étaient pratiquement terminés excepté ce qui concernait les effets personnels du Lieutenant; vivres, vêtements, etc. Il gardait ça pour le dernier soir, afin d’être certain de tout avoir. Kaëran quitta même le travail plus tôt, sous permission d’un supérieur, pour retourner chez lui. Par le fait même, il alla chercher Ellana chez Eiriel qui semblait surprise de le voir de bonne heure, mais qui ne se pria pas pour venir le rejoindre.

    ‘‘ Je veux que tu passes me voir avant de partir, Kaë. ‘‘

    ‘‘ Ne t’inquiète pas et puis je suis certain que tu feras le pied de grue devant la porte demain matin. ‘‘

    ‘‘ C’est une possibilité oui. De toute manière, tu sais que ce genre de chose me rend extrêmement nerveuse ! Je n’aime pas savoir qu’il y a un danger potentiel là où tu t’en vas. Ça m’empêchera de dormir... ‘‘

    ‘‘ Eiriel... ‘‘ Souffla t-il découragé ‘‘ C’est ma profession et puis je serai prudent. Comme je l’ai toujours été d’ailleurs. Alors à demain ? ‘‘

    ‘‘ Oui... à demain mes chéris. ‘‘ Dit-elle doucement.

    Eiriel n’était guère rassurée, mais elle finit par lui faire un sourire en coin et regarda les jeunes adultes quitter sa maison pour une dernière fois avant un bon moment. Tout ce qu’elle espérait était qu’il revienne en un morceau, et surtout, rapidement. Une fois à la maison, Kaëran monta directement à sa chambre et prépara ses sacs qui seraient rangés dans les sacoches de cuir accrochées à la selle de son cheval.

    Spoiler:
     

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 16 Fév - 10:49

Kaëran lui rendit son sourire, mais détourna le regard pour le porter sur les flammes qui dansaient dans la cheminée avant de répondre :

-Je ne te laisserai pas toute seule à la maison. Eiriel a une chambre vacante alors tu pourras habiter chez elle pendant mon absence. Tu n’auras qu’à apporter Hewie et vous pourrez passer à la maison de temps à autre histoire que rien ne s’est volatilisé.

Il but une nouvelle fois alors qu'Ellana réfléchissait. Sa réponse ne la surprenait guère en fait. Cela ne faisait pas longtemps qu'ils se côtoyaient, mais elle avait appris à le connaître et…elle s'était doutée qu'il ne la laisserait pas seule dans la maison, surtout en sachant que l'homme était dans la nature en plus de son père qui pouvait tout faire en son absence.

-Je vais faire ce que je peux pour revenir le plus tôt possible. J’espère seulement qu’il n’y a pas de lycan dans les parages comme a dit mon supérieur...

Elle le regarda, interrogateur. Des…Lycans ? Qu'est-ce que c'était ? Ce devait être quelque chose d'affreux, vu le ton légèrement inquiet. Elle sentit une sourde peur s'insinuer en elle, mais pas la même peur qu'elle avait toujours ressentie auprès de son père ou même lorsque l'homme était venu dans sa chambre. Non, c'était une peur différente, qu'elle ne saurait expliquer, mais qui ne la quitterait pas tant et aussi longtemps que Kaëran ne serait pas de retour, sain et sauf, en un seul morceau.

Pour détendre un peu l'atmosphère, il fût décidé de poursuivre un peu les leçons de lecture. Ellana tendit donc le bras vers le livre et l'ouvrit, se raclant la gorge pour lire. Elle voulait que le jeune homme voie ses progrès et surtout, elle voulait l'apaiser. Alors elle commença, d'abord un peu hésitante, mais de plus en plus assurée. Kaëran était réellement un excellent professeur…

Elle lisait, comprenant presque tout de l'histoire, et seule sa voix s'élevait dans la pièce, recouvrant même les ronronnements d'Hewie et les crépitements du feu. Elle lut ainsi en une demi-heure deux pages et demi, avant de regarder Kaëran qui n'avait absolument rien dit depuis le début, même pas pour la reprendre sur les mots un peu difficiles encore. Elle le vit les yeux fermés et se prit à sourire. Dormait-il ? Il était paisible là, en train de dormir…il n'y avait plus trace d'inquiétude sur ses traits. Cependant il devait dormir dans son lit…alors timidement, elle avança sa main jusqu'à la poser sur le bras du Lieutenant.

Il ouvrit alors les yeux et murmura :

-Hum ... pardon ... j’étais sur le point de partir, je crois.

Il se leva aussitôt, Ellana lui souriant. Il n'avait pas à s'excuser…si elle parvenait à le faire dormir de cette manière ce n'était pas plus mal…Ellana ignorait juste que c'était ce que l'on faisait pour endormir les bébés et les enfants.

Rangeant les tasses, elle le suivit à l'étage et ils se séparèrent devant les chambres, se souhaitant bonne nuit. Ellana entra dans la sienne et se coucha, cette peur au ventre l'accompagnant dans le monde des rêves…peuplé en partie de Kaëran.

Au matin, ce fût la même routine, ils mangèrent et se préparèrent avant de sortir. Cette fois, Ellana avait repris son sac et Kaëran l'emmena chez Eiriel.
Il s'en alla rapidement après leur avoir souhaité la bonne journée et Eiriel referma la porte, demandant à la jeune femme :

-Il semble contrarié...

Ellana posa son sac avant de lui répondre :

-Il doit partir de la ville…

Eiriel haussa les sourcils mais ne dit plus rien. Partir de la ville ? Sans doute pour son travail, et elle savait qu'Ellana ne pourrait rien lui dire de plus, elle devait attendre que le jeune homme le lui dise de vive voix. Dorguan arriva alors, saluant Ellana qui cette fois lui répondit, et il l'entraîna avec lui dans sa réserve, voulant lui montrer ses armes. En étant forgeron, il était normal qu'il en ait chez lui et qu'il face des essais personnels. Eiriel lui avait juste interdit de les laisser traîner dans la maison, aussi s'était-il installé une petite réserve de côté, une grande pièce ou était aligné des dizaines et des dizaines d'armes. Ellana n'avait jamais vu tout ça. Elle repéra les petits couteaux que Kaëran lui avait donné pour l'entraîner, vit aussi le long couteau qu'il avait voulut qu'elle soulève. Mais le reste…

Sous l'œil attentif de Dorguan, elle s'aventura dans la pièce, regardant de plus près les objets, sans pour autant toucher. Il y avait là un long bâton terminé par une lame d'une forme étrange…

-C'est une hallebarde. Expliqua le forgeron Avec ça, tu peux tenir tes ennemis a distance tout en causant de nombreux dégâts.

Ellana acquiesça et continua son exploration. Il y avait aussi une arme plus petite, terminé par une immense boule hérissée de pointes…

-Et ça, c'est une masse. Une arme assez lourde mais qui peut perforer les plastron les plus solides…

C'était beau. Ellana aimait bien regarder ses objets qui pouvaient être destructeurs, qui pouvaient donner la mort, faire couler le sang. Comment une telle beauté pouvait être aussi dangereuse ? Ils continuèrent ainsi jusque midi, jusqu'à temps qu'Eiriel les rappelle. Une fois en haut elle s'exclama :

-Une fois en bas, Dorguan ne peut plus remonter ! Ses armes sont un peu ses enfants ! Dorguan, ne la contamine pas ! Une jeune femme ne doit pas toucher aux armes !

-Elle n'a fait que regarder ! Et puis pourquoi les femmes ne pourraient pas savoir se défendre ? Kaëran lui a appris tu m'as dit.

-Oui…mais c'est encore différent, chéri. Maintenant, mangeons avant que tout ne refroidisse. L'automne arrive à grands pas…

Ils mangèrent donc, Ellana savourant. Eiriel cuisinait réellement très bien…l'après-midi s'écoula lentement, Ellana lisant et écrivant. Elle avait également décidé de suivre le conseil du Lieutenant et de mettre par écrit ce qu'elle pensait et ressentait *. Ainsi, cela lui ferait de l'entraînement en plus de lui vider la tête…

Au soir, Kaëran arriva après sa journée de travail et elle l'entendit parler avec Eiriel. Elle rangea tout, les rejoignant alors qu'il disait :

-Je vais devoir quitter Racium pour quelque temps. J’aimerais que tu veilles sur Ellana pendant mon absence. Ayden et Dart surveillent les alentours alors il ne devrait pas y avoir de problèmes jusqu’à mon retour.

Eiriel sourit légèrement alors que la jeune femme se rapprochait encore :

-Ellana m’en a glissé un mot dans la journée. Et puis, tu sais bien que je ne refuserai pas de prendre soin de cette belle enfant pour toi. Hin mon grand ?

Là, Ellana ne comprit pas pourquoi le Lieutenant se mit à rougir. Mais elle le suivit dehors après avoir remercié et salué Eiriel et Dorguan. Ils rentrèrent rapidement, et Kaëran se jeta sur le canapé pour s'emmitoufler de la couverture pendant qu'elle rangeait son sac. Elle arriva, le voyant complètement entouré du tissu. Il avait une drôle d'allure ainsi accoutré ! Mais elle ne savait pas si elle pouvait s'asseoir…jusqu'à ce qu'il lui fasse signe et lui mette un bout de la couverture autour des épaules. Ellana eut peur de prendre trop de couverture, mais elle constata que celle-ci était bien assez grande pour les deux personnes. Et…elle était contre Kaëran…là, elle se sentait en sécurité comme jamais. Avec lui à côté, rien ne pourrait jamais plus lui arriver. Elle le savait, c'était tout…et malheureusement il allait devoir partir…

Une heure s'écoula dans un silence reposant avant qu'ils ne décident d'aller au lit d'un accord tacite.

Les jours suivants furent trop rapides. Le départ du Lieutenant approchait et Ellana ne voulait vraiment pas le voir partir. Mais elle ne disait rien et se voulait rassurante, lui offrant des sourires et des paroles encourageantes. La veille du départ donc, il arriva même plus tôt, les préparatifs n'étant pas terminés, et il discuta avec Eiriel. Ellana stressait pour le lendemain. Cette peur la rongeait et elle ne savait pas comment l'expliquer. Kaëran était fort, prudent, il reviendrait vite et sans encombres…alors pourquoi s'inquiétait-elle tant ? Pourquoi s'imaginait-elle les pires scénarios et priait pour que rien ne lui arrive, pour que son corps sans vie ne soit pas ramené, mais qu'au contraire il soit bien vivant ? Eiriel lui avait expliqué ce qu'étaient les Lycans et Ellana en avait frissonné. Des hommes qui se transformaient en loup et qui tuaient sauvagement…une griffure ou une morsure et c'était la contamination…maintenant elle comprenait pourquoi le jeune homme avait peur que ce soit eux…

Terminant les au revoir avec Eiriel et lui promettant de venir le lendemain, Kaëran entraîna donc Ellana chez lui ou il monta directement pour préparer ses sacs. Ellana quant à elle voulut lui préparer un bon repas bien chaud parce qu'il allait devoir manger sur le pouce à partir du lendemain, et avec le froid extérieur, ce n'était guère recommandé. Ils mangèrent donc tranquillement, même si l'inquiétude était palpable.

-Tout ira bien Kaëran…je le sais…

Elle le lui avait déjà dit une dizaine de fois. Mais c'était comme si elle cherchait à se convaincre par la même occasion. Elle lui fît encore la lecture pour le détendre, avant qu'ils n'aillent tous deux se coucher.

Et au matin, les gestes étaient lents et empreints d'inquiétude. Kaëran comme Ellana mangèrent peu, mais la jeune femme se força et força le Lieutenant à en faire de même. Il lui fallait des forces…
Ensuite, il chercha ses affaires pour les accoter sur le cheval qu'il avait sellé. Ellana avait aussi pris son sac avec aiguilles, livre, journal, quelques vêtements qui avait appartenus à Naël et qui lui allaient comme un gant.

Ils se rendirent alors chez Eiriel pour les au revoir. Ellana avait une boule dans la gorge et se mordait l'intérieur de la joue pour rester droite et forte pour lui. Eiriel les attendaient déjà, Dorguan derrière elle.

-Prends soin de toi mon grand d'accord ? Sois prudent et reviens nous vite sain et sauf.

Eiriel souriait un peu, serrant Kaëran contre elle. C'était encore plus dur que tout ce qu'Ellana avait imaginé. Elle s'approcha et lui dit :

-J'ai confiance en vous, Kaëran. Je sais que vous y arriverez vite.

Elle ne savait pas quoi dire d'autre sans se mettre à pleurer comme une gamine. Tout ce qu'elle faisait, c'était le regarder, pour graver ses traits sur ses rétines. Pourquoi ressentait-elle tout ça ? Pourquoi avait-elle tant de mal à le voir s'éloigner ? Elle ne le savait pas…et ne s'en préoccupait pas pour l'heure. Elle voulait suivre son départ jusqu'à ce qu'il ait disparu de son champ de vision…


Spoiler:
 
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 16 Fév - 15:42

________________________________________________


Chapitre 2
Inquiétude, partie 2

◆ ◆ ◆



    Les tiroirs de sa commode ne cessaient de faire des allées et venues alors que des vêtements se faisaient enfoncer dans un large sac de cuir fait main. Le tout fut complété quelques minutes plus tard, où le jeune homme se retrouva au centre de la pièce à scruter son environnement d’un oeil attentif. Avait-il oublié quelque chose ? Pas à sa connaissance, mais valait mieux refaire une vérification de son bagage pour être certain. C’est ce qu’il fit et ensuite ses pas le menèrent vers la salle d’eau qu’il inspecta à son tour. Voilà, tout se trouvait dans son sac et il pouvait maintenant se laisser guider par la douce odeur de nourriture qui flottait dans l’air. Si Ellana avait attendu, il aurait très bien pu l’aider au lieu de tout lui laisser faire. M’enfin, il était trop tard maintenant alors il se contenta de placer les couverts sur la table non sans regarder si elle n’avait pas besoin d’aide. Le repas fut près quelques minutes plus tard et en silence, les jeunes gens s’installèrent à table. Qu’il ne le veuille ou non, Kaëran s’inquiétait plus pour ce qui pouvait arriver de mal à la couturière, que de la possibilité de tomber face à face avec un lycan. Étrange non ? Peut-être pas tant que ça au final...

    ‘‘ Tout ira bien Kaëran… je le sais… ‘‘

    Les yeux bleutés et tachetés de vert du Lieutenant se posèrent sur Ellana qui souriait faiblement. Il n’était pas dupe et voyait très clairement la peur et l’inquiétude dans le regard vairon de celle-ci. Mais comme elle disait, tout irait bien alors il n’y avait pas lieu d’en faire un scénario catastrophe. Kaëran ne lui répondit cependant que par un simple sourire en coin avant qu’ils ne s’en remettent au nettoyage de la cuisine. Ce fut ensuite un retour dans le salon pour une seconde séance de lecture. Cette fois, le soldat garda les yeux ouverts, fixant le feu et caressant la tête d’Hewie qui était assise sur ses cuisses en ronronnant. Ce soir-là, ils allèrent cependant se coucher plus tôt qu’à l’habitude en raison du départ qui avait lieu le lendemain, bien tôt. Sauf qu’au matin, l’ambiance n’était pas trop au rendez-vous. On picossait dans les assiettes sans placer un seul mot et on se forçait à avaler quelques bouchées. Mais sans plus. Après le petit-déjeuner, Kaë alla chercher son bagage, revêt son armure puis retourna au rez-de-chaussée où l’attendait Ellana, prête à changer de foyer pour une durée indéterminée puis mirent le capte en direction de la demeure d’Eiriel qui patientait déjà dehors avec son époux, les bras croisés contre sa poitrine. Elle avait les traits tirés par la fatigue et rongés par l’inquiétude; elle n’avait pas dormi. La paysanne s’approcha alors et posa ses mains sur les joues du jeune homme.

    ‘‘ Prend soin de toi mon grand d’accord ? Sois prudent et reviens-nous vite sain et sauf. ‘‘

    ‘‘ Ne t’en fais surtout pas pour moi, Eiri’... ‘‘ Dit-il, souriant faiblement.

    Eiriel ne put s’empêcher de le serrer contre lui comme une mère. Pour elle, Kaëran était comme son fils. Elle et Dorguan l’avaient vu grandir aux côtés de Naël juste après que le père du Lieutenant eut disparu de son plein gré. Lui aussi l’entoura de ses bras, déposant un baiser sur son front avant de se retourner vers Dorguan qui le brassait comme une peluche. C’était le seul qui souriait réellement, histoire de remonter un peu le moral de cette petite troupe. Ce fut ensuite le tour d’Ellana qui s’était rapprochée d’eux.

    ‘‘ J’ai confiance en vous, Kaëran. Je sais que vous y arriverez vite. ‘‘

    Ce qu’il pouvait détester ce genre de situations. C’était comme dire adieu à ses proches en croyant qu’on s’en allait vers la mort, la tête haute. Mais d’un autre côté, c’était un mal nécessaire et une motivation de plus pour l’inciter à revenir vers les siens. Le Lieutenant ne sut quoi dire en voyant le regard d’Ellana devinrent de plus en plus brillant. Une petite larme s’échappa alors de l’oeil argenté de la jeune femme et cela lui serra la gorge. Ouais... il détestait voir une femme pleurer. C’était son petit côté sensible perceptible à l’oeil nu...

    ‘‘ Viens là... ‘‘ Murmura t-il.

    Kaëran l’aida à réduire la distance puis la serra dans ses bras en accotant sa tête contre lui. Certes c’était contre l’acier forgé de son armure sur lequel était accoté Ellana, mais c’était mieux que rien. Et puis, c’était le geste qui comptait. Mais ce qui s’en suivit, il ne l’avait pas prévu et il entendit les reniflements puis les faibles soubresauts d’Ellana. Le Lieutenant tourna les yeux vers Eiriel qui lui dit muettement elle pleur et chercha à ce qu’on l’aide du regard. La paysanne haussa les sourcils et le laissa se démerder, un faible sourire en coin sur les lèvres. Comme un idiot, Kaë tentait de trouver quoi dire ou encore quoi faire, mais rien ne lui vint à l’esprit avant que ses hommes n’arrivent sur leur monture, prêts à quitter Racium. Il fallait qu’il dise quelque chose !

    ‘‘ Ellana... ‘‘ Dit-il doucement, lui relevant la tête. ‘‘ Tu l’as dit toi-même. Tout ira bien, d’accord ? Alors, ne pleure pas, ça me noue l’estomac... ‘‘

    Il essuya ses larmes en lui souriant puis la serra une dernière fois contre lui avant de se détacher et de glisser un pied dans son étrier pour prendre place sur la selle de sa bête.

    ‘‘ Pas de bêtises pendant mon absence. J’ai des yeux partout, même à plusieurs lieux de Racium. ‘‘

    Eiriel retrouva le sourire et se colla contre son époux, cherchant la main d’Ellana pour la serrer dans la sienne délicatement. Les soldats se mirent donc en route et disparurent bien rapidement au tournant d’une rue en vue de prendre la route pour une longue durée.

    Il fallait seulement espérer que rien de grave n’arrive pendant son absence.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 16 Fév - 19:13

Ellana ne voulait pas pleurer. Surtout pas. Mais les larmes montaient lentement quand même. Kaëran la regardait toujours sans rien dire et elle ne réussissait plus à ouvrir la bouche. Et là, comble du malheur, une larme réussis à s'échapper de son œil argenté. Elle roula sur sa joue, Ellana déglutissant et s'en voulant de se montrer si faible devant lui.

- Viens là...

D'un geste, il la guida vers lui et elle se retrouva contre son armure, froide sur sa joue. Il la serra dans ses bras et elle ne réussit plus à se retenir. Les larmes coulèrent et elle pleura profondément. C'était trop dur de le laisser partir ! Même s'il y était forcé, elle ne voulait pas ! Elle voulait qu'il reste prêt d'elle…

Quelques secondes s'écoulèrent ou elle tentait de se reprendre pour ne pas paraître idiote jusqu'à ce que le jeune homme lui relève la tête et lui dise :

-Ellana... Tu l’as dit toi-même. Tout ira bien, d’accord ? Alors, ne pleure pas, ça me noue l’estomac...

Il essuya alors ses larmes en souriant et elle acquiesça, lui rendant un petit sourire. Il la serra alors une nouvelle fois contre lui et elle profita de sa présence, jusqu'à ce qu'il se détache et monte sur l'animal. Ses hommes l'attendaient déjà, prêts à affronter tout et surtout l'inconnu.

-Pas de bêtises pendant mon absence. J’ai des yeux partout, même à plusieurs lieux de Racium.

Ellana garda son sourire, sentant la main d'Eiriel se glisser dans la sienne et la serrer doucement. Les hommes se lancèrent alors, Ellana les suivant des yeux jusqu'à ce que le premier virage les avalent. Ellana serait restée longtemps sur le pas de la porte si la paysanne ne l'avait pas entraînée avec elle à l'intérieur. Elle referma la porte, prit les affaires d'Ellana et l'emmena à l'étage pour lui montrer la chambre qu'elle occuperait jusqu'à ce que Kaëran revienne. Eiriel la laissa un peu seule pour installer les petites affaires, lui disant qu'elle l'appellerait pour le repas.

La chambre était légèrement plus petite que celle qu'elle occupait chez le Lieutenant, mais tout aussi chaleureuse et accueillante. Le lit était moelleux, des décorations étaient aux murs, un bureau occupait une partie de la pièce. Ce fût d'ailleurs là qu'elle déposa le livre et le journal. Quand Kaëran reviendrait, elle lui ferait lire ce qu'elle avait écrit et lui montrerait ses progrès en lecture.

Hewie découvrait lui aussi son nouvel environnement, reniflant tout. S'approchant de la fenêtre, Ellana constata qu'elle avait une vue sur la ville et le marché. C'était joli mais elle préférait la nature de chez Kaëran tout de même. La foule lui faisait peur et elle la scrutait comme si son père ou l'un de ses sbires pouvaient s'y cacher. Front contre la vitre froide, Ellana soupira, séchant une dernière larme. Il lui manquait déjà…

Pourquoi ressentait-elle ce manque affreux d'un coup ? Pourquoi voulait-elle qu'il soit constamment près d'elle ? Et pourquoi avait-elle tellement aimé ses étreintes d'au revoir ? Elle ignorait les réponses et chassait les questions au fond de sa tête. Pour l'heure, elle devait l'encourager et le soutenir à distance. Être là pour lui, même si des lieues les séparaient.

Soupirant une nouvelle fois, elle se détacha et se résolu à être droite et forte. Elle allait aider Eiriel et se rendre utile. Cela passerait plus vite et donc d'un coup il serait de nouveau avec elle. Avec eux pardon.

Sortant donc de la pièce avec Hewie, elle descendit et retrouva Eiriel à la cuisine, se rendant compte que la lutte intérieure était bien plus simple d'un coup. Son père n'avait plus rien tenté depuis si longtemps, tout comme l'homme qui s'était infiltré chez Kaëran, qu'elle ne pensait plus à sa. Naïvement, elle pensait qu'ils avaient compris et la laissait tranquille, elle, Kaëran et Eiriel…si elle savait à quel point elle se trompait et qu'en réalité son père et Raven attendaient juste le bon moment pour frapper et donner le coup fatal…

-Alors tu t'es installée ? Si tu veux tu peux m'aider pour le linge… Fît Eiriel qui semblait un peu débordée.

-Oui Eiriel…bien sûr que je peux vous aider. Que dois-je faire ?

Eiriel sourit alors et lui désigna un panier plein de linge.

-Il faudrait aller accrocher le linge sur le fil dans la cour arrière…Dorguan peut t'accompagner.

Eiriel n'oubliait pas la promesse faite à Kaëran. Elle ne laisserait pas Ellana seule, même si Ayden et Dart surveillaient la demeure. Dorguan arriva donc à l'appel de sa femme et conduisit Ellana dans la cour arrière, lui portant même le panier.

La cour était joliment fleurie, un lieu de détente à lui seul une nouvelle fois. Posant le panier au sol, Dorguan laissa la jeune femme accrocher le linge tranquillement.

-Ca te tenterait de regarder comme je fabrique une arme ? Demanda-t-il alors.

Une pince dans la bouche, Ellana ne put répondre tout de suite mais le fît dès qu'elle eut suspendu la chemise :

-Oui ! Je serais vraiment curieuse de voir comment ça marche!

Et puis…ça lui éviterait de se morfondre en pensant à Kaëran. Elle pensait à lui mais voulait qu'il soit fier d'elle. Et pour ça, elle ne devait pas s'effondrer et pleurer toute la journée comme elle le faisait chez son père.

Dorguan sourit, ravit, et ils rentrèrent, Ellana allant aider Eiriel à la cuisine pour le midi. Ils mangèrent paisiblement et dans l'après-midi, comme proposé le matin même, Dorguan emmena Ellana pour tout lui montrer de A à Z. Il fabriquait les armes dans la forge juste à côté de chez lui, aussi n'eurent-ils pas à se fondre dans la foule. En retrait, Ellana observa l'homme frapper le métal en fusion pour lui donner l'aspect voulut. Elle admira l'incandescence de l'acier, regarda la fumée s'élever lorsqu'il plongea le métal dans un bac d'eau froide. Il forgea un petit couteau nommé poignard pour un de ses clients. La lame était magnifique et le manche bleuté lui rappelait Kaëran. Elle le félicita et il sourit, suant à grosse gouttes. D'ailleurs, elle aussi, remarquant enfin qu'il faisait réellement très chaud.

Ils retournèrent donc dans la maison principale et filèrent se laver, Dorguan laissant la jeune femme y aller en premier même si elle insistait. Elle se dépêcha donc de se rafraîchir et laissa le forgeron à sa suite, rejoignant Eiriel pour terminer le repas du soir.

Et comme à midi, Ellana resta silencieuse, tentant d'imaginer ou se trouvait Kaëran et ses hommes. S'ils étaient encore en sécurité ou si le danger les entourait déjà…

Cette même pensée la suivit jusqu'à ce qu'elle monte dans sa chambre une fois la cuisine propre comme un sou neuf. Elle lut une page du livre lentement avant de se faufiler dans le lit.

Elle mit près d'une heure à s'endormir tellement ça lui faisait étrange de savoir qu'il n'était pas dans la pièce à côté, prêt à intervenir au moindre problème. Certes Dorguan ferait pareil mais…ce n'était pas pareil et elle ne l'expliquait toujours pas…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 17 Fév - 8:31

________________________________________________


Chapitre 2
Mission, partie 1

◆ ◆ ◆



    Les gens n’affluaient plus autant autour des chevaux qui avançaient d’un pas plutôt lent sur le chemin principal menant vers les grandes fortifications qui protégeait la ville. Leurs sabots martelaient avec force la pierre pavée alors que deux des six hommes qui accompagnaient Kaëran se retournèrent vers lui, un sourire moqueur au coin des lèvres. Le Lieutenant était perdu dans ses pensées et ne releva la tête que lorsqu’il sentit qu’on le regardait. Ses yeux clairs se posèrent sur chacun d’eux à tour de rôle puis il arqua un sourcil, submergé par l’interrogation. Qu’y avait-il ? Les soldats ricanèrenent puis se retournèrent sans fournir d’explications. Racium étant gigantesque, la troupe mit un moment en sortir pour se retrouver sur un large chemin de terre battue avec les années. De temps à autre, il y avait des chariots de marchands qui passaient ou tout simplement de modestes voyageurs qui cherchaient un lieu de repos. Les soldats de Racium eut, parlaient et rigolait, mais l’un d’eux fit ralentir son cheval pour le faire aller au même rythme que celui de son supérieur qui avait encore la tête dans les nuages.

    ‘‘ Vous êtes bien silencieux, Lieutenant Eira. Quelque chose vous perturbe peut-être ? ‘‘

    ‘‘ Ce doit être sa jolie donzelle qui occupe son esprit ! ‘‘ S’écria un autre homme devant qui imita son confrère. ‘‘ D’ailleurs, je ne l’avais jamais vu auparavant. Elle habitait Racium ? ‘‘

    Kaëran sortit de ses songes et regarda à droite, puis à gauche. Les soldats le regardaient avec un sourire en coin curieux alors qu’il tentait de reprendre son sérieux. Le voilà qui divaguait en pleine mission, devant ses hommes qui plus est !

    ‘‘ Ça ne vous regarde en rien... ‘‘

    ‘‘ Allez ! Vous n’arriverez pas à garder ce petit secret pour vous très longtemps avec nous. Et puis, nous sommes entre mecs quoi. ‘‘

    ‘‘ Et les mecs, ça parle de femmes ! ‘‘ Ajouta-t-il. ‘‘ Alors ? On sait pertinemment que vous n’êtes jamais comme ça habituellement. À moins que ... ? ‘‘

    ‘‘ À moins que quoi ? ‘‘ Demanda Kaëran en tournant les yeux vers celui qui ne termina pas sa phrase.

    ‘‘ Je vois ! Oh oui... je vois... ‘‘

    ‘‘ Voir quoi ? ‘‘

    Mais les soldats s’échangèrent des clins d’oeil et gardèrent le silence alors que leur Lieutenant avait la gueule croche due à l’incompréhension dans laquelle il baignait depuis quelques jours. Là, ses soldats avaient réussi à semer le doute dans son esprit, et ce, plus que jamais.

    Le reste de la journée, ils chevauchèrent et prirent une pause de temps à autre histoire de se dégourdir les jambes et d’abreuver les bêtes. On reprit la route après une petite demi-heure de repos et on se remit en route dans le calme et la tranquillité. En fin de journée, les hommes s’arrêtèrent pour la nuit et Kaëran s’occupa de ramasser quelques branchages secs pour allumer un feu alors qu’un autre sortait un sac rempli de vivres. Les flammes ne tardèrent pas à prendre vie alors qu’on enlevait soigneusement les armures pour les remplacer par des couvertures bien chaudes vu les nuits fraîches qui commençaient à s’installer sur le royaume. Tous étaient bien adossés contre le ventre de leur monture, arme contre épaule et ne firent que baisser la tête pour trouver le sommeil alors qu’un seul garda les yeux ouverts pour assurer la sécurité de tous. Au milieu de la nuit, ce fut au tour de Kaë d’ouvrir les yeux et de veiller sur ses frères d’armes.

    Ses yeux bleutés, mélangés à des teintes de vert, fixaient les flammes qui apportaient une douce mélodie aux environs. De temps à autre, il y avait un lièvre qui venait se faufiler entre les soldats. Sinon, ce fut le calme plat. Ses pensées ne cessaient de tourner autour d’Ellana, et ce, depuis son départ de la cité humaine de Racium. Pourquoi ne pouvait-il pas oublier, l’espace de quelques secondes, le sourire et le regard de la couturière ? Il avait même rougi lorsqu’Eiriel l’avait charrié à son sujet il y avait quelques jours. Poussant un long et profond soupir, Kaë cessa de chercher des réponses à ses questions muettes et réalimenta tout simplement le feu.

    Le lendemain, une fois tous les soldats prêts à reprendre la route, on détacha les chevaux puis on grimpa en selle pour ensuite reprendre le sentier. Jusque-là, rare se faisait les traces de vie jusqu’à ce qu’ils croisent un convoi de marchands itinérant en pause en bordure de la forêt. En pause, s’était vite dit, car en fait, ils tentaient de remettre une roue du chariot en place et n’y parvenaient pas vu le vieil âge dont faisait preuve les conducteurs. Les soldats s’arrêtèrent donc et Kaëran prit les devants, descendant de selle pour s’approcher d’eux.

    ‘‘ Vous avez des problèmes ? ‘‘ Demanda-t’il, inspectant l’état du chariot.

    ‘‘ Vous tombez à point nommé ! Nous avons besoin de bras pour soulever cette carriole et remettre la roue en place. ‘‘

    ‘‘ Nous allons vous y aider, ne vous inquiétez pas. ‘‘

    Faisant signe à ses hommes ceux-ci descendirent au sol puis s’exécutèrent. Trois d’entre eux soulevaient le chariot, un autre plaçait la roue et les autres s’assuraient que le tout soit bien solide.

    ‘‘ Il faudra faire réparer votre roue une fois en ville, car je crains que cet arrangement ne soit pas durable sur de plus longues distances. ‘‘

    ‘‘ Merci infiniment, monsieur ! ‘‘

    Kaëran leur fit un sourire en coin puis reprit la route avec ses hommes., ne faisant une pause qu’au soir venu. Le lendemain fut une autre journée de route, mais le village dans lequel ils devaient séjourné fut visible en fin de journée. Prenant donc le temps de s’installer et de manger, les soldats prirent le reste de la soirée libre. Kaë lui, resta tout simplement à l’auberge et en profita pour se la couler douce dans un bon bain, profitant du silence pour se détendre. Une fois séché, il se glissa sous les couvertures et se tourna sur le dos en fixant le plafond. Ça lui faisait étrange de savoir qu’il était bien loin de Racium maintenant, loin des nouvelles, loin des siens... loin d’Ellana. Cependant, le Lieutenant fut rapidement tiré de ses pensées lorsque son voisin de chambre entra pour occuper le second lit simple.

    ‘‘ Oh pardon... Je vous ai réveillé ? ‘‘

    ‘‘ Non, je ne dormais pas. ‘‘

    Le soldat parut d’un coup soulagé et s’enferma dans la petite pièce d’eau pour lui aussi se laver, car demain, une grosse journée les attendait...

    Spoiler:
     

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Lun 18 Fév - 1:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 17 Fév - 11:19

Ellana dormit mal cette nuit-là, et ce réveilla donc de bonne heure. Elle s'étira, bailla, s'habilla et se coiffa, allant ouvrir les rideaux de la fenêtre. Le soleil se levait à peine à l'horizon, éclairant la ville par dessous, faisant jouer les ombres sur les murs et toitures des maisons. C'était vraiment beau, surtout qu'elle n'avait jamais pu admirer cela, mais avec Kaëran c'aurait été encore mieux…

Soupirant, se convainquant que tout ce passerait bien pour lui, elle sortit de la pièce en silence et descendit. Eiriel, à sa grande surprise, était également debout.

-Bonjour ma belle ! Tu es bien matinale dis donc ! Viens manger les tartines sont toutes chaudes encore ! Dorguan est un dormeur alors il ne vaut mieux pas l'attendre !

Ellana sourit et s'installa à table, goûtant avec plaisir aux tartines et au thé d'Eiriel. Cependant celle-ci avait bien vu son air inquiet et en avait bien évidemment deviné la cause.

-Ne t'en fais pas pour lui Ellana. Ce n'est pas la première mission qu'il effectue et à chaque fois il est revenu victorieux et sain et sauf. Mis à part quelques blessures superficielles, mais ça, ce sont les risques du métier.

-Je sais…je sais qu'il est fort mais je m'inquiète…

Eiriel ne fît que sourire, parce qu'elle, elle savait ce qu'il se passait exactement pour les deux jeunes gens. Mais elle ne dirait rien et aiderait Ellana à s'occuper l'esprit pour ne pas être trop inquiète.
Elles terminaient de manger lorsque Dorguan arriva, baillant et se grattant joliment l'arrière-train.

-Dorguan ! Il y a une jeune femme avec nous !

Dorguan sembla se souvenir et écarquilla les yeux en répondant :

-Oups, pardon chérie, pardon Ellana…vous m'avez laissé quelque chose au moins ?

Eiriel soupira en riant et lui montra un panier plein de tartines et une tasse de thé fumante et il l'embrassa avant de s'asseoir et de commencer à manger. Dorguan ne put cependant pas s'attarder, devant aller livrer ses armes aux clients, laissant les femmes seules pour au moins une bonne heure. Ellana déglutit et se força à se rappeler des leçons de Kaëran pour se défendre. Elle doutait qu'Eiriel sache se battre et si jamais il arrivait quelque chose, Ellana comptait bien défendre la paysanne qui l'accueillait si gentiment.

Elles débarrassèrent tranquillement puis Eiriel montra à Ellana son potager. Moins grand que la serre de Naël, il était garni de plantes et de légumes.

-L'automne arrive et il est grand temps de récolter pour conserver le tout et avoir de quoi manger cet hiver…Seulement, Dorguan est le seul capable à sortir les légumes de terre sans les casser. Souvent Kaëran l'aidait, lorsqu'il pouvait et je peux te garantir que c'était un concours de muscle !

Ellana sourit, imaginant très bien les deux hommes, comme lorsqu'ils avaient épongé la cuisine, quelques jours auparavant. En fait, Ellana se créait de nouveaux souvenirs, une nouvelle vie. Et grâce à ça, les souvenirs de son époque sombre chez son père se taisaient et la lutte devenait bien plus simple…

-Je…je peux essayer si vous voulez.

-Je ne voudrais pas que tu te fasses mal ma belle tu sais…mais je ne t'empêche pas d'essayer, ne force pas c'est tout.

Ellana acquiesça et prit l'outil qu'Eiriel lui tendait. S'approchant du jardin, elle écouta Eiriel lui dire quoi enlever, les céleris, et la méthode pour les sortir convenablement. Plantant la pelle à côté d'un légume, Ellana fît donc levier, écartant la terre du céleri, mais celui-ci ne semblait guère vouloir sortir…

-Si tu n'y arrive pas, laisse d'accord ? Je dois vite voir si mon linge est sec, tu sais celui que tu as accroché hier…je reviens vite.

Eiriel n'aimait pas devoir laisser Ellana sans surveillance, mais là elle devait, parce que sinon ce ne serait plus du linge mais des chiffons et puis, elle avait vu Hewie se diriger dangereusement vers là-bas…

Restée seule, Ellana parvint au bout de deux minutes de lutte à sortir le premier céleri, et déjà elle transpirait. Mais si elle pouvait le faire à la place de Dorguan qui avait des problèmes de dos, elle le ferait. Elle attaquait le second légume lorsqu'une main se posa sur son épaule.

Son cœur accéléra et ni une ni deux, elle ne réfléchit plus, se levant, pivotant, et envoyant un gros coup de pied dans l'entrejambe. Homme ou femme elle s'en fichait.

-AÏE !!!! MON DIEU !!

Elle écarquilla les yeux en voyant Ayden se rouler au sol, les mains serrées sur cette partie à présent endolorie. Oh non…elle avait à nouveau été trop impulsive…mais elle avait cru à un agresseur…elle se méfiait trop…

-Pardon, Ayden, pardon…je ne savais pas que c'était vous, j'ai cru que…

-Pouf…je…j'aurais du…aïe…parler d'abord…ouïlle…quand le Lieutenant grognon reviendra…je…lui dirais qu'il t'a bien entraînée… Il réussit à sourire légèrement mais des larmes naissaient dans ses yeux qu'il fermait en grimaçant.

Eiriel apparut alors, paniquée, ayant entendu le cri du soldat. Elle analysa très vite la scène : Ayden au sol exactement comme Kaëran lors de l'entraînement, Ellana postée devant lui, l'air désolée, la pelle en main. Elle soupira.

-Mon dieu j'ai cru qu'il t'arrivait malheur… Elle serra la jeune femme contre elle, elle s'en serait affreusement voulut s'il lui était arrivé quelque chose durant l'absence de Kaëran. Ayden, voilà ce qui arrive lorsqu'on veut surprendre une femme…

Le soldat se relevait, encore à moitié plié en deux et grimaçant.

-Kaë l'a bien entraînée au moins…non je voulais juste savoir si elle avait besoin d'aide avec les légumes…

Il ne cherchait plus à la séduire, le message du Lieutenant était passé. Même s'il trouvait encore Ellana sublime, il préférait lui parler normalement et pouvoir rire ou sourire avec elle comme des amis.

-Tu es censé surveiller la maison de loin, Ayden. Kaëran ne serait pas d'accord alors ouste maintenant ou je refais le même coup qu'Ellana !

Ayden comprit et, s'inclinant, il s'éloigna, se fondant dans la masse. Eiriel ricana encore et resta à côté d'Ellana pendant que celle-ci se remettait à la tâche, s'en voulant encore d'avoir fait mal à Ayden. La matinée défila et la moitié des céleris furent sortis de terre, terre qui recouvrait en grande partie Ellana. Les mains, le visage, les vêtements…elle était sale. Dorguan arriva, rit de bon cœur et alla chercher une bassine d'eau chaude qu'il jeta sur la jeune femme. Celle-ci frissonna, la terre lui dégoulinant dans les yeux.

Eiriel riait également et courut chercher de vieilles serviettes qu'elle tendit devant Ellana pour qu'elle se déshabille, avant de l'enrouler dedans. Le tissu soulignait ses formes, mais elle était cachée.

-Je vais tenter de laver ses vêtements mais je ne garanti rien d'accord…?

Ellana acquiesça, recrachant de l'eau et de la terre, Dorguan se tenant les côtes à force de rire, plus loin. Eiriel l'entraîna donc pour aller se laver, l'enfermant dans la salle de bains. Ellana mit une bonne vingtaine de minutes à se laver convenablement puis ressortit et fut surprise de voir Dorguan nettoyer le plancher. Mais il riait toujours.

-Et bien oui, à cause de lui, tu as salis la maison donc il nettoie ! Et non ne t'en veux pas ce n'est pas grave !

Ellana sourit et elles préparèrent le repas tranquillement, laissant le forgeron maugréer à cause de son dos. Ce fût donc durant le repas de midi que l'inquiétude d'Ellana pour Kaëran réapparut. Ou était-il ? Que faisait-il ? Est-ce que tout ce passait bien ? Elle l'espérait.

L'après-midi, elle continua sa tâche dans le potager, aidée par Dorguan. Et hop, deuxième douche le soir venu.

Le lendemain, ce fût sensiblement la même chose, Ellana s'occupant du potager et découvrant qu'elle aimait faire ça, Eiriel faisant le restant des tâches ménagères et Dorguan forgeant dans son atelier. Il avait même promis à Ellana de la faire forger elle-même une arme, un de ces jours ! Mais elle pensait toujours à Kaëran…

Elle lisait et écrivait toujours, juste avant d'aller dormir. Elle s'était encore améliorée et lisait avec une meilleure fluidité. Son écriture était fine également et Eiriel aimait beaucoup la voir écrire. En somme, tout se passait pour le mieux, Ellana s'inquiétait pour Kaëran mais ne pensait plus trop à son père ou Raven alors qu'elle aurait dut, et Eiriel était ravie de voir la différence entre la Ellana que le Lieutenant avait ramenée et celle-ci, dix fois mieux…

Vivement que Kaëran revienne…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 18 Fév - 2:00



________________________________________________


Chapitre 2
Mission, partie 2

◆ ◆ ◆



Une douce pluie martelait les fenêtres de l’auberge ce matin-là. D’épais nuages gris recouvraient le ciel, empêchant ainsi au soleil de briller sur cette partie du royaume. Lentement, on émergea du soleil, ramenant un peu de vie dans cette pièce qui était plongée dans le silence depuis bon nombre d’heures déjà. Le premier homme debout fut le compagnon de chambre du Lieutenant qui fila dans la salle de bain d’un pas plutôt lent en se frottant les yeux d’une main. Kaëran en profita pour se tirer hors du lit, s’étira, puis alla chercher des vêtements de rechange pour attaquer la journée. Quand son frère d’armes sorti, il entra à son tour puis enfila leur armure avant de descendre au rez-de-chaussée et de casser la croute dans la salle commune avec les siens. Ce fut le propriétaire lui-même qui vint à leur table, les saluant d’un sourire rassuré. Le Lieutenant leva les yeux vers lui et en fit de même.

‘‘ Je croyais que jamais on ne nous enverrait de soldats... vous savoir ici me rassure énormément, messieurs ! ‘‘

Les soldats se regardèrent brièvement puis posèrent les yeux sur leur supérieur, l’interrogation flottant au dessus de leur tête. On leur avait parlé d’attaque dans le village, mais sans plus. Y avait-il quelque chose qu’on avait omis de leur dire ? Kaë restait impassible, comme toujours dans ce genre de situation, et dit :

‘‘ Nous allons passer les lieux au peigne fin, n’ayez crainte. Cependant, nous aurions besoin de plus amples informations concernant les incidents dans le village. Pouvez-vous nous en dire davantage ? ‘‘

‘‘ Oui, bien entendu ! Depuis quelques semaines, des gens disparaissent, plus particulièrement la nuit. Nous avons retrouvé un cadavre en lambeau près d’une de nos fermes. Du bétail a été retrouvé mort dans la forêt bordant le village et quelques hommes sont portés disparus depuis près d’une semaine. C’est l’horreur actuellement. Les villageois se cloîtrent dans leur demeure et n’ose plus sortir après le coucher du soleil. Nous sommes à court de ressources... nous ne savons plus quoi faire pour faire disparaître cette menace qui pèse sur nos têtes. Nous sommes certains qu’il s’agit là de lycanthropes... il y avait des empreintes de bêtes partout. Elles étaient gigantesque... ‘‘

Kaëran et ses hommes avaient écouté le récit du propriétaire de leur lieu d’hébergement avec attention et s’échangèrent un second coup d’oeil une fois qu’ils eurent entendu le mot lycanthrope . Peut-être avait-il raison et les lycans rôdaient dans les parages ? Mais avant d’en venir à des conclusions hâtives, il fallait mener des recherches dans un vaste périmètre. Un des soldats se voulut alors rassurant et posa son regard émeraude sur l’aubergiste en disant:

‘‘ Il ne s’agit peut-être que d’une bête de grande taille, affamée, m’sieur. Un ours par exemple. ‘‘

‘‘ Quoi qu’il en soit, nous commencerons les recherches aujourd’hui et ne partirons pas tant que le problème ne sera pas réglé. Soyez tranquille. ‘‘ Ajouta Kaëran d’un ton calme.

‘‘ Merci infiniment... ‘‘ Souffla t-il. ‘‘ Pour la peine, c’est la maison qui vous offre le petit-déjeuner ! ‘‘

La troupe ne se pria pas d’accepter et se parla entre eux un court instant avant que les assiettes ne se posent sur la table de bois. Avec appétit, ils avalèrent leur nourriture et une fois repus, quelques-uns se frottèrent le ventre, remerciant l’auberge qui ne fit que sourire. Les soldats se levèrent alors et quittèrent l’auberge. Leurs pas s’enfonçaient dans la boue qui jonchait l’entièreté du village alors que la pluie s’abattait sur leur tête qu’un capuchon récemment rabattu camouflait. Ils s’enfoncèrent dans la forêt bordant le village et cherchèrent de possibles indices, inspectant les environs avec soin. Ils ne trouvèrent, dans la première heure, qu’un bout d’os fracturé noyé dans une marre de mousse humide près d’une souche d’arbre mort. Se déplaçant donc en groupe vers un autre endroit, un des hommes cria à son supérieur de venir voir.

‘‘ Il y a une empreinte ici. Regardez... ‘‘

Il avait effectivement raison. Celle-ci n’était pas petite d’ailleurs, mais il n’aurait su dire à quelle espèce animale elle appartenait. Accroupi, Kaëran observa longuement la trace et posa son regard vairon sur les alentours alors qu’un homme, nerveux, lui demanda:

‘‘ Avez... avez-vous déjà vu un lycan, chef ? ‘‘

‘‘ Moi non, mais le Lieutenant Aslan oui... Un lycan l’a massacré. Sa dépouille était recouverte de profondes écorchures et le métal de son armure avait été déchiré comme une feuille par les griffes de l’un d’entre eux. ‘‘ Puis il marqua une courte pause avant de poursuivre. ‘‘ On dit qu’ils peuvent faire deux à trois fois la taille d’un homme de taille moyenne. ‘‘ Continua t-il, se redressant lentement en tourna les yeux vers son interlocuteur. ‘‘ Je doute cependant qu’il s’agisse de lycans. Sinon, il est seul. Une meute aurait déjà réduit ce village à feu et à sang depuis longtemps. Un solitaire ou un grand ours brun. ‘‘

‘‘ Il me semblait que les ours préféraient fuir les hommes ? ‘‘

‘‘ Sauf s’ils se sentent menacé. M’enfin..., nous verrons bien. Pour le moment, je n’en sais pas plus que chacun d’entre vous. Gardez donc l’oeil ouvert et soyez attentif. Surtout, restez groupé. ‘‘

Les soldats ne firent qu’acquiescer et le silence retomba sur le groupe. Ils passèrent ainsi une journée entière à ratisser les environs sans rien trouver d’autre. Un peu avant le coucher du soleil, ils retournèrent au village et allèrent rencontrer quelques résidants qui s’en retournaient à leur demeure d’un pas pressé. Tous disaient la même chose et aucun nouvel indice en ce qui concernait la chose qui hantait les lieux ne fut trouvé.

On retourna à l’auberge où se trouvaient quelques hommes costauds et barbus,, probablement des fermiers, puis on s’installa à une large table près du feu de foyer qui crépitait et réchauffait la salle de taille moyenne. Cette fois, ce fut la femme de l’aubergiste qui s’occupa des hommes en uniforme, leur offrant une chope de vin chaud pour les réchauffer.

‘‘ Vous devez être mort de faim et de froid. Passez une journée dehors sous cette température... Le repas sera bientôt près. ‘‘ Dit-elle, son sourire s’effaçant lentement pour faire place à une certaine inquiétude. ‘‘ Avez-vous trouvé quelque chose ? ‘‘

‘‘ Nous avons trouvé une trace plus ou moins fraîche dans la forêt, mais rien qui pourrait nous lancer sur une piste. Nous allons poursuivre nos recherches demain en espérant tomber sur quelque chose de concret. ‘‘

La femme âgée d’une quarantaine d’années, longue chevelure noire, yeux bleus et plutôt élancée, croisa les bras contre sa poitrine et soupira silencieusement. Un faible sourire en coin se forma sur ses lèvres d’un rosé pâle alors qu’elle tournait la tête vers l’arrière au tintement d’une clochette. Elle reporta son regard sur le Lieutenant et dit:

‘‘ Je reviens, excusez-moi. ‘‘

Elle partit puis revint alors avec quelques assiettes, sa fille l’aidant avec le reste sous le regard intéressé de deux des hommes de Kaëran. Le chef de groupe dut donner des coups de pied, sous la table, sur les tibias de ceux-ci qui grimacèrent en se retournant. Le Lieutenant leur fit les gros yeux et ils firent inévitablement la moue sous le sourire moqueur du reste de la troupe. On remercia les femmes qui se postèrent au bout de la table, la jeune femme légèrement camouflée par sa mère. La pauvre était rouge comme une tomate, intimidée par autant de soldats. Une chance qu’Ayden n’était pas parmi eux...

‘‘ Vous croyez que cette chose refrappera ? ‘‘

‘‘ Pour être honnête avec vous, je ne sais pas encore. Nous avons encore trop peu d’informations et de pistes pour en venir à une conclusion. Et ... ‘‘

Le Lieutenant se tut aussitôt qu’il vit un visage se planter devant le sien. La fille de l’aubergiste regardait ses yeux avec étonnement et l’homme en fut lui-même surpris. La femme de l’aubergiste prit vivement sa fille par le bras et la recula, visiblement mal à l’aise.

‘‘ Pardonnez là, Lieutenant, elle est parfois assez ... impulsive. ‘‘

Kaëran ne put s’empêcher de ricaner, suivit de ses frères d’armes et il lui signifia que ce n’était pas bien grave. La mère s’éloigna avec sa progéniture et la gronda une fois plus loin alors que les hommes mangeaient tranquillement, sirotant leur vin qui leur apportait un certain réconfort par ce temps froid. Un peu plus tard, quelques-uns d’entre eux montèrent se coucher alors que d’autres jouaient tranquillement à un jeu de patience. Kaë ne faisait que regarder, sirotant toujours le liquide dans sa chope de métal, quelque peu perdu dans ses pensées. Les yeux bleutés des deux femmes lui avaient remis l’image du visage d’Ellana dans l’esprit et il ne parvenait plus à s’en défaire. Étrangement, elle lui manquait et c’est ce qui commença à éclairer sa lanterne.

Éprouvait-il ... des sentiments envers elle ?
Était-ce de ça qu’Eiriel lui avait fait allusion dans les derniers jours précédents son départ ?

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 18 Fév - 11:39

La vie chez Eiriel était simple et pleine de détente. Eiriel et son mari profitaient de ce que la terre leur offrait et ne cherchaient pas à avoir plus que nécessaire. Bien qu'ils aient suffisamment d'argent pour vivre comme de bon bourgeois, ils refusaient de le faire. Ils voyaient chaque jour de pauvres gens mendier pour avoir un morceau de pain et les réels bourgeois les dégoûtaient. Et puis, en sachant d'où Ellana venait, ce ne serait pas une bonne image pour elle.

La routine s'était installée, le matin c'était petit-déjeuner ensemble puis les femmes s'occupaient des diverses corvées ménagères ou jardinières. Le jardin était vide, les légumes entreposés pour l'hiver à venir. Dorguan travaillait dans son atelier, ne revenant qu'à midi pour manger et disparaissant après. Les commandes affluaient, surtout que l'armée lui avait demandé une inspection des armures et des armes, ce qui lui prenait du temps.

Quand Ellana n'était pas occupée ou qu'Eiriel lui disait d'aller faire ce qu'elle voulait, elle se postait à la fenêtre de sa chambre et songeait à Kaëran. Cinq jours qu'il était parti. Cinq jours ou elle n'arrêtait pas de se demander si tout allait bien pour lui. Elle lisait aussi et écrivait, notait sur papier ses pensées. Jamais elle n'avait été aussi fière de ce qu'elle était capable de faire. Les règles de son père étaient loin dans son esprit, la lutte quasi inexistante. La petite voix s'était résignée au changement. La nouvelle Ellana était née. Et elle était bien mieux que celle que le Lieutenant avait recueillie. Elle ne pensait plus à son père ni à l'homme qui avait tenté de lui faire du mal dans sa chambre puis dans la ruelle. Pourtant, elle devrait. Parce qu'ils n'avaient guère dit leur dernier mot et que Raven voulait parvenir à ses fins. Il aurait cette garce comme il disait, et il mijotait le tout, se faisant oublier pour frapper plus fort et au moment le plus opportun.

Au matin du sixième jour, Eiriel devait aller au marché et demanda à la jeune femme :

-Veux-tu m'accompagner ? Deux bras supplémentaires ne sont pas de trop tu sais.

Ellana hésita. Kaëran n'était pas là. A qui se raccrocherait-elle ? Et si jamais il arrivait quelque chose ? Eiriel vit très bien le conflit intérieur et sourit en disant :

-Tu ne vas tout de même pas rester enfermée à vie non ? Dart et Ayden surveillent la maison. L'un d'eux nous suivra forcément. Rien ne peut nous arriver. Dorguan aurait aimé nous accompagner mais il est débordé.

Ellana acquiesça alors et lui dit :

-J'arrive. Je veux juste chercher quelque chose.

Eiriel hocha de la tête et patienta, Ellana courant jusqu'à l'atelier du forgeron. Celui-ci était en train de vérifier les épées des soldats, les réaffutant et réparant les dommages. Il sourit en la voyant, essuyant la sueur de son front et lui dit :

-Que me vaut la visite d'une jeune demoiselle ?

Il s'amusait à la taquiner un peu comme Ayden, mais Ellana en était plus amusée qu'autre chose. Elle s'avança et dit doucement :

-Nous devons aller au marché et…je me demandais…si vous ne pouviez pas me prêter un poignard…au cas où…

Oui, elle les vouvoyait encore, tout comme Kaëran. Le tu ne lui effleurais même pas l'esprit. Le forgeron réfléchit et se leva, reposant l'épée contre le muret de pierre de la forge.

-J'aurais voulut vous accompagner tu sais. Mais je ne peux pas. Tu sais t'en servir au moins ?

-Kaëran m'a montré…je ne voudrais pas qu'il arrive quelque chose à Eiriel vous savez…

~Par ma faute…~Rajouta-t-elle aparté.

-Ce n'est pas un poignard qu'il te faut. Mais une dague. Attends. Donne-moi tes mains.

Ellana lui tendit les mains, que le forgeron agrippa des siennes, deux fois plus grosses et plus calleuses. Il les examina puis se détourna, cherchant une arme qui conviendrait à la forme de ses mains tout en expliquant :

-Une arme doit être faite pour son propriétaire. Elle doit se fondre dans ta main comme si elle était un prolongement de toi. Elle ne doit pas te gêner ou tu ne dois pas réfléchir à comment la mettre convenablement dans ta main. Elle doit y être c'est tout. Il réfléchit encore avant de continuer Tu as de fines mains, étroites. Il te faut une arme différente de celle que je donnerais à un soldat. Ou à Kaëran par exemple.

Il s'arrêta enfin et prit une dague entre les mains, revenant près d'Ellana et la lui tendant. Celle-ci la prit et referma son poing contre le manche, comme Kaëran lui avait montré. Ca faisait toujours bizarre d'avoir une arme en main pour elle et de savoir qu'elle pouvait donner la mort. Sa main se refermait parfaitement autour de la garde, tirant un sourire à Dorguan.

-Elle te va comme un gant. Prends là. Aussi longtemps que tu voudras. Et dès que j'aurais moins de travail, je te ferais forger ta propre arme, rien que pour toi d'accord ?

Il mit un doigt sous son menton et lui releva la tête. Ellana sourit alors et lui dit :

-Merci beaucoup.

Et elle s'éloigna, remontant en vitesse. Eiriel vit la dague mais ne dit rien. Ce n'était jamais inutile en cas de danger et cela pouvait rassurer Ellana…

Ensemble, elles se rendirent donc à la foire, se mêlant à la foule. Au loin, Raven les suivit, tout comme Ayden. Ellana ne quittait pas Eiriel d'une semelle. Elle la collait, surveillant les alentours. Elle avait peur que quelque chose se passe. Si elle avait été avec Kaëran, elle aurait regardé son environnement comme à son habitude, curieuse et émerveillée devant le plus banal de tous les objets. Mais là…elle était sur ses gardes. Kaëran avait réellement été un bon professeur et tous ses muscles étaient tendus. Même si elle n'aurait pas la force de venir à bout d'un adversaire, au moins laisser le temps à Eiriel de s'enfuir…

Elles firent leurs emplettes, discutant avec les marchands. Enfin, Eiriel surtout. Ellana ne discutait guère avec les inconnus. Sa confiance n'était donnée qu'à Eiriel, Dorguan et bien évidemment Kaëran. Ayden l'avait de moitié, mais c'était tout. Ne se tenant à rien, Ellana avait l'impression de pouvoir être emportée par le courant humain et de s'éloigner d'Eiriel. En général, elle tenait le bras du Lieutenant pour être sûre de ne pas le perdre. Alors elle s'accrochait aux stands des marchands lorsqu'elles se stoppaient.

La matinée défila, et rien de fâcheux ne se produisit, au plus grand bonheur d'Ellana. Sauf que…

-Je dois encore aller chez le tailleur… Murmura Eiriel, sachant très bien ce que cela signifiait.

Ellana déglutit. Son père…et elle ne pouvait pas rester dehors, elle aurait trop peur. Que faire ? Eiriel réfléchissait. Il lui fallait du tissu pour terminer la chemise de Dorguan…et du fil pour repriser les pantalons militaires de Kaëran, ceux qu'il n'avait pas emmener.

-Je…je vais venir avec…je n'ai pas le choix…

-On a toujours le choix, belle demoiselle. Laissez moi vous tenir compagnie le temps que dame Eiriel fasse ses achats.

Ayden était apparut, les faisant sursauter. Il était camouflé, habillé en civil et le visage masqué jusqu'aux yeux. C'était pour ça que sa voix était un peu assourdie. Eiriel mit ses mains sur ses hanches et lui dit :

-Tu es censé veiller de loin ! Et si on te voit avec nous ! Ils sauront que tu surveilles ! ralala…mais bon maintenant que tu es là, surveille la le temps que j'aille chez son crétin de père.

Elle s'éloigna, laissant les deux autres seuls. Eiriel voulait se hâter, n'aimant pas particulièrement l'idée qu'Ayden soit seul avec la protégée de Kaëran.
Ayden entraîna la jeune femme de côté pour éviter la foule et lui dit alors :

-Ellana…je sais que c'est un peu tard mais…je voulais encore m'excuser pour mon comportement.

Ellana le regarda, le faisant littéralement fondre devant ce regard magnifique qu'elle avait. Il était sûr qu'une nuit avec elle était synonyme de paradis…mais Kaëran avait parlé.

-Ce n'est rien. Je ne comprenais pas non plus…

Ayden sourit.

-Non mais j'ai été idiot je l'avoue ! Kaëran n'a de cesse de me le dire que je suis idiot !

-Il le dit pour rire…vous n'êtes pas idiot, sinon vous ne seriez pas un si bon soldat et il ne vous ferait pas confiance pour me surveiller. Non vous êtes gentil, quand vous êtes normal.

Elle défendait Kaëran mais le savait qu'elle avait juste. Il le disait pour rire. Et puis même s'il était coupable, elle ne pourrait s'empêcher de le défendre. Sans pouvoir expliquer pourquoi.
Ayden se mit à ricaner, ses yeux scrutant la foule attentivement.

-Merci, belle dame. Et oui, le Lieutenant Grognon aime bien rire…Ah ! Voilà dame Eiriel ! et bien vous voilà entre de bonnes mains…je vous laisse…mais je ne suis jamais bien loin…

Il s'en alla si vite qu'elle ne put répondre. Eiriel arriva et elles prirent le chemin du retour.

-Ton père est vraiment affreux. Enfin je le vois ainsi depuis que je te connais. Avant, je le trouvais radin mais sympathique.

Ellana ne dit rien. Oui, son père faisait tout pour paraître gentil et sympathique. Ses clients l'aimaient bien, malgré les prix et sa radinerie. Parce qu'il faisait du bon travail. Personne ne savait que la moitié de ce qu'il faisait, c'était elle qui l'avait cousu. Parce qu'apparemment, elle avait hérité du don de sa mère pour la couture…

Elles rentrèrent, et Ellana rendit la dague au forgeron qui la remercia, avant d'aller aider la paysanne à faire le repas de midi. Rien ne s'était passé. Oui, cette fois. Mais tout pouvait toujours arriver. Pour elle ou pour Kaëran.

En épluchant les légumes, elle se remit à penser à lui, et à ce demander si tout allait bien et s'il reviendrait vite…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 18 Fév - 15:56



________________________________________________


Chapitre 2
La mystérieuse bête

◆ ◆ ◆



La soirée était avancée lorsque le reste du groupe de soldat monta à leur chambre pour la nuit. Il ne fallait pas que la fatigue les gagne en cours d’investigation, car une seule erreur pourrait les mener sur une fausse piste. Le lendemain matin, il y avait une épaisse brume qui recouvrait le village et ses alentours. Le temps était froid et particulièrement humide. C’était à peine si on y voyait le bout de ses pieds une fois à l’extérieur. Kaëran et ses soldats se remplirent donc l’estomac puis se lancèrent de nouveau dans leurs recherches, s’enfonçant un peu plus loin dans la forêt. Deux groupes de trois hommes furent formés afin d’augmenter le niveau de rapidité et le silence fut.

Une s’était écoulée et ils ne trouvèrent rien. Jusqu’à ce qu’un soldat sursaute devant le Lieutenant qui fronça les sourcils. S’approchant de lui, les yeux bicolores du supérieur se posèrent sur le sol où ils trouvèrent le corps d’un homme mutilé. Son ventre était ouvert et ses intestins jonchaient la mousse teintée d’un liquide pourpre. De profondes lacérations recouvrait son visage et le reste de ses membres. Les charognards s’en étaient même donné à coeur joie. L’odeur elle, était tout simplement pestilentielle. Un de deux hommes qui accompagnait Kaë se retint de dégobiller son petit-déjeuner, devenant blême d’un coup.

‘‘ Par tous les dieux... ‘‘ Souffla l’un d’eux, la main devant son nez pour bloquer l’odeur.

‘‘ Vous vous souvenez des hommes qui étaient à la taverne hier soir ? ‘‘ Demanda Kaëran, levant les yeux pour scruter les alentours. ‘‘ Celui-ci était assis au comptoir et discutait avec la femme de l’aubergiste. ‘‘

‘‘ Ça veut dire qu’il s’est fait attaqué pendant la nuit... ‘‘

Le Lieutenant se redressa et se tourna vers ses hommes en croisant les bras contre son plastron. L’attaque était récente et la bête ne devait pas être bien loin. Cependant, il sentait la nervosité de deux soldats qui le regardait, attendant de nouveaux ordres. Kaëran leur fit donc signe de le suivre et ils s’en allèrent rejoindre les autres qui n’étaient pas très loin au travers de la brume qui se dispersait tranquillement, mais surement. Ils serpentèrent donc entre les arbres, marchant dans les buissons et la mousse spongieuse de la forêt. Les brindilles craquaient sous leur poids jusqu’à ce qu’ils entendent quelque chose qui venait d’un peu plus loin.

‘‘ Vous avez entendu ?! ‘‘

‘‘ Chhhht ! ‘‘ S’empressa de souffla Kaëran.

Les soldats cessèrent tout mouvement et scrutèrent les alentours, sur leur garde et main sur les armes. Peut-être était-ce la bête qui avait tué le fermier qui les observait, tapis quelque part à attendre le bon moment pour attaquer ? Le Lieutenant, main sur le pommeau de son épée se trouvant à l’horizontale dans son dos, s’avança avec précaution vers un buisson. Soudainement, une petite bête sortit à la vue des hommes et s’approcha de l’un d’eux, s’asseyant au sol; un ourson.

‘‘ Regardez-moi cette petite chose ! ‘‘

L’ourson poussa un cri qui força Kaëran à se retourner brusquement. Un ourson ?! S’il se trouvait là, c’était que sa mère était tout près...

‘‘ Ne le touche pas ! ‘‘

Mais c’était trop tard. Le soldat s’était accroupi devant l’ourson et lui caressait doucement la tête. C’est à ce moment qu’ils entendirent un hurlement qui les glaça sur place. Une immense masse noire fit son apparition dans l’ombre d’un grand chêne et se ruait ce qui semblait être sa progéniture. Le Lieutenant ne fit pas une ni deux et courut en direction de son frère d’armes pour le pousser. La puissante mâchoire de l’ours se referma sur son épaule, effleurant son cou de ses crocs acérés. Ne relâchant pas sa prise, la bête se redressa sur ses pattes arrière et lui flaqua un coup de patte qui le fit tomber au sol, un mètre plus loin. L’épaulière tomba au sol et la mère ours se relança à l’attaque avant même que Kaëran eut le temps de se relever, appuyé contre un arbre. Là il sentit les crocs percer sa chair de part en part et il étouffa un cri de douleur. Encore une fois, l’assaillant se redressa dans toute sa grandeur, faisant valser l’homme dans les airs comme une poupée de chiffon. Il atterrit lourdement sur le dos, le souffle coupé. Ses soldats essayaient de l’aider, mais l’un d’eux se mangea un coup de patte et tomba à la renverse. Cette fois, les crocs de l’ours se plantèrent juste en haut de sa hanche droite et il ne put retenir un gémissement de souffrance, tentant de prendre sa dernière dague dans sa botte gauche. Ses os craquaient sous la force de la mâchoire de l’animal qui avait goûté au sang une fois de plus au sang humain et qui l’avait rendu complètement dingue. Dans un effort surhumain, l’homme parvint à prendre la garde de son arme alors qu’il se faisait secouer pour une troisième fois. La douleur était tout simplement atroce. Par la suite, de retour au sol, le mammifère l’écrasa de tout son poids de ses pattes avant et il commença à manquer de souffle alors que la gueule de la bête s’approchait de son visage, dégoulinant de salive bien épaisse. Kaëran ferma les yeux, grimaçant, et tentant le tout pour le tout en prenant sa dague de deux mains pour l’enfoncer dans le palais de l’ours qui poussa un hurlement rauque et sourd. Les soldats profitèrent de cette opportunité pour l’abattre et se ruer vers leur supérieur qui ne bougeait plus d’un poil. L’ourson avait fuit dans la forêt, se retrouvant sans mère ...

‘‘ Chef ! Chef ! ‘‘

‘‘ Pas ... si fort ... merde ... ‘‘ Souffla t-il, entre deux reprises de souffle.

On l’aida à se remettre sur pied, non sans le faire grimacer, et on le transporta jusqu’à l’auberge sous le regard horrifié de quelques villageois alertés par les cris. L’aubergiste se rua sur eux en voyant l’état de l’un de ses hôtes et s’écria:

‘‘ Seigneur ... Qu’est-il arrivé?! ‘‘

‘‘ Votre bête était un ours qui voulait protéger son ourson un peu trop docile envers les humains. Le bétail était sa source de nourriture... Il nous faut un guérisseur, vite ! ‘‘

‘‘ Il ... il n’y en a pas ici ... ‘‘

Les soldats poussèrent des jurons et on s’en retourna dehors pour seller les chevaux alors que deux autres montaient à l’étage pour prendre les sacs et s’empresser de descendre. Il fallait à tout prix s’en retourner à Racium avant qu’il ne soit trop tard...

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 18 Fév - 17:01

Le jour s'écoulait lentement et…pour tout avouer, Ellana commençait à s'ennuyer. Enfin…pas dans le terme commun. Elle s'ennuyait de Kaëran. Il lui manquait de trop et jamais elle n'avait ressentit ça. Un manque aussi fort…même pas pour sa mère, morte en lui donnant le souffle de la vie…et la condamnant aux souffrances causées par son père…et non, Ellana ne savait pas que même si sa mère avait vécu, sa vie n'aurait en rien été changée. Sa mère était sensiblement du même avis que son père niveau enfant…

Elle lisait, et était fière d'avoir atteint la moitié du livre, seule et surtout, qu'elle avait compris l'histoire. Elle avait hâte de le raconter au Lieutenant, hâte de lui montrer que ses leçons avaient porté leurs fruits.
Perdue dans ses pensées, elle sursauta lorsqu'on toqua à la porte. Elle ne s'était pas encore habituée à cette intimité…

Elle fît entrer la personne qui n'était autre qu'Eiriel.

-Ma grande, toi qui es couturière, j'aurais bien besoin de ton aide ou de tes conseils…

Ellana sourit, referma le livre et se leva, suivant la paysanne au salon, en bas. Elle s'assit dans le fauteuil, regardant l'ouvrage qui traînait sur la table. Eiriel le prit alors et lui expliqua :

-Voilà…je cherche à finir la chemise de Dorguan mais je ne sais pas trop comment en fait…

Ellana prit le vêtement et l'étendit pour le voir complètement. Elle avait fait du bon travail déjà et la couturière ne remarqua aucun accro ou aucun défaut pouvant nuire à la solidité de l'habit. Elle s'était arrêtée au col, cherchant sans doute une forme particulière…

-Dorguan est forgeron…une forme un peu courbée comme les épées ?

Eiriel réfléchit un instant puis dit :

-Tu veux faire ça comment ?

Ellana sourit, demanda l'autorisation et se mit au travail. Elle traça finement les traits, prit les ciseaux, et commença à découper la forme qui partait d'un tunnel étroit pour s'élargir, comme une épée. C'était une forme originale et insolite, mais au final, le résultat fût très joli.

Eiriel était subjuguée.

-Alors là je te tire mon chapeau. C'est original et ça ne donne pas dans l'extravagant. Dorguan va adorer. Et je lui dirais que c'est toi d'accord ?

-Vous n'êtes pas obligée. Je ne fais qu'aider. Et ce n'était pas grand-chose.

Ellana avait l'air perdue, soudainement. Elle sentait…que quelque chose se passait. Quelque chose d'important. Avec Kaëran. C'était étrange comme sensation, mais en même temps, elle savait que c'était vrai.

-Qu'est-ce qu'il y a ? Tu t'inquiètes encore pour Kaëran ? Je t'ai dit qu'il ne lui arriverait rien…

Ellana regarda Eiriel intensément, comme si elle allait lâcher prise si elle détournait le regard. Puis, dans un souffle, elle murmura :

-Il lui est arrivé quelque chose.

Eiriel fronça les sourcils. Comment Ellana pouvait-elle dire ça ? Et en être aussi sûre en plus ?

-Mais non…c'est ton inquiétude qui te fait penser aux pires catastrophes…Kaëran est un bon soldat. Il reviendra sourire aux lèvres et avec le ventre vide, comme à son habitude. Crois-moi.

Eiriel sourit et reprit la chemise pour la laver, laissant Ellana seule. Celle-ci se releva et remonta, se postant à la fenêtre. Non, ce n'était pas à cause de son inquiétude. Elle le sentait sans pouvoir l'expliquer. Elle avait mal à l'estomac sans pouvoir l'expliquer. Kaëran était en danger. Si elle savait qu'il était en train de se faire déchiqueter par une ourse en colère…

Ce fût long. Elle tentait de se convaincre qu'Eiriel avait raison, mais rien à faire. Son inquiétude la dévorait. Elle resta toute l'après-midi assise contre un arbre au fond du jardin, à chantonner des chants d'encouragement pour Kaëran. Dorguan ne comprit pas plus que sa femme lorsque celle-ci lui eut expliqué.

Au soir, elle ne mangea rien, l'estomac noué. Elle resta dans sa chambre, a coudre sans réfléchir à se qu'elle faisait. C'était si étrange ! Elle se coucha bien après qu'elle eut entendu Eiriel et son époux aller au lit. Elle ferma les yeux, mais l'image de Kaëran, mort, la hanta aussitôt. Elle se redressa et se gifla. Pourquoi pensait-elle ce genre de choses ?! Il n'était pas mort ! Pourquoi était-elle hantée par son visage, sa voix, son toucher ?! Pourquoi ?! Qu'avait-elle ?!

Elle se prit la tête entre les mains et respira profondément. S'exciter ne ramènerait rien de bon. Elle était sans doute malade et cela passerait dans les prochains jours voilà tout…

Elle se recoucha et referma les yeux, s'endormant finalement. Pour ne pas dormir aussi bien que les jours précédents.

Au matin, elle mit du temps à émerger mais s'aéra l'esprit en ouvrant en grand la fenêtre et en laissant le vent automnal lui caresser le visage. Elle qui pensait que son état de la veille serait un souvenir, en fait c'était encore pire. L'inquiétude était toujours là, la boule dans la gorge et l'estomac aussi.

Elle mangea cependant, pour faire bonne figure. Eiriel regardait Dorguan qui l'interrogeait du regard. Une fois la jeune femme éloignée pour se laver, Dorguan s'approcha de sa femme qui finissait de tout nettoyer.

-Ma chérie…qu'est-ce qu'elle a ?

-Elle s'inquiète pour Kaëran. Elle est persuadée qu'il lui est arrivé quelque chose.

Dorguan fronça les sourcils.

-Oui je savais qu'elle s'inquiétait mais…elle ne mange presque plus et ça se voit qu'elle a mal dormit…

Eiriel soupira et se tourna vers son époux. Ah les hommes, il fallait tout leur dire !

-Dorguan…n'as-tu pas compris depuis le temps ?

Dorguan lui fît la moue de l'homme désolé qui cherche et qui ne trouve pas.

-Ils ne pourront guère lutter longtemps contre leur destin et leurs sentiments mon chéri…

Là, l'illumination se fît pour Dorguan.

-Ils…tous les deux ?

Eiriel acquiesça en souriant. Les principaux concernés ne le voyaient pas et pourtant c'était inscrit sur leur front. Ils s'embrassèrent et Dorguan retourna travailler. Il aurait aimé prendre Ellana avec lui et occuper ses pensées, mais il avait encore trop de travail…

La journée passa donc de la même manière que la veille. Ellana restait enfermée dans ses songes, comme à son arrivée chez les Eiras.

Ils se couchèrent de bonne heure, comme s'ils savaient que leur nuit serait de courte durée…

Ce fût Hewie qui réveilla Ellana, avant les cris. Elle sursauta en se redressant, le chat miaulant à tout va. Elle se leva rapidement, et sortit de la pièce. Eiriel et Dorguan la rejoignirent bien vite et ensemble ils sortirent de la demeure pour comprendre ce qu'il se passait.

Et là…le cœur d'Ellana fît un énorme bond. Descendant des chevaux, les soldats partis une semaine et demie auparavant courraient dans l'allée des Eira, défonçant la porte et entrant, permettant à leur collègue de passer. Ce même collègue qui transportait…Kaëran. Inerte.

Elle sentit la main de Dorguan sur son épaule et elle se dégagea pendant qu'un soldat venait vers eux et qu'un autre galopait pour chercher un guérisseur. Elle courut, poussant les hommes, éloignant sa peur, et entra dans la maison, suivie d'Hewie et, plus loin, d'Eiriel et Dorguan. Ils avaient allongé Kaëran sur son lit, à l'étage. Ellana se mit à trembler. Il avait une épaule amochée, le flanc déchiré. Il était barbouillé de sang et de bandages de fortune, mais surtout, il était pâle. Trop pâle.

Elle paniqua alors qu'Eiriel entrait dans toute cette panique.

Elle avait eu raison…il lui était arrivé quelque chose…il était là, inconscient. Peut-être mort. Non…

Dorguan la rattrapa au moment ou elle tombait à genoux.

-Chut…un guérisseur va venir, il va le sauver…il n'est pas mort d'accord ? Ne pleure pas…

Oui, ils allaient le sauver…ils le devaient. Sinon, elle sentait que cela n'irait plus, sans lui…sa maladie revenait alors qu'elle se relevait. Son estomac refaisait des siennes avec cette étrange sensation…mais elle s'en fichait bien de ce qu'elle pouvait avoir comme maladie. Il fallait qu'elle sauve Kaëran. Qu'elle aide Eiriel. Et surtout, ne pas se laisser abattre ou pleurer.

Y croire. Toujours.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 18 Fév - 20:02



________________________________________________


Chapitre 2
Prise de conscience, partie 1

◆ ◆ ◆



Son flanc droit le lacérait comme pas possible et son épaule était en compote. C’était à peine s’il la sentait d’ailleurs. Les voix étaient encore claires autour de lui, mais ce fut une autre histoire lorsqu’on l’aida à se hisser sur la selle de son cheval après avoir entouré ses plaies de bandages de fortune. Ses mains tachées de sang agrippait les rennes de son cheval alors que ses hommes se postaient de chaque côté de lui, inquiets.

‘‘ Vous êtes certain de pouvoir tenir ? ‘‘ Demanda un homme, perplexe.

Kaëran ne fit qu’acquiesser d’un signe de tête et donna un coup de talon dans les côtes de sa monture, ce qui lui tira une grimace de douleur. S’ils faisaient vite, en une journée et demi ils seraient à Racium. Oui, il était tête de mûle, orgeuilleux et n’aimait pas qu’on prenne soin de lui. Ce n’était pas ces deux petites blessures qui allaient avoir raison de lui avant d’arriver dans la cité. Le Lieutenant prit alors les devants, sa bête au galop, et le reste de la troupe le suivant de près. Mais il y eut un petit problème... Sa vision commençait à se brouiller et il se sentait nauséeux d’un coup avec cette douleur qui ne le lâchait plus. Le cheval ralentissait donc sa cadence alors que l’homme se penchait vers l’avant dans un instant de lucidité. Au moins, il ne tomberait pas par terre pour empirer son cas.

‘‘ Il va perdre conscience... ‘‘ Dit un soldat en stoppant sa bête et celui de son supérieur.

‘‘ Je grimpe derrière ! ‘‘

Celui-ci bondit en bas de son cheval, l’attacha par les rennes à la selle de celui du Lieutenant et grimpa tant bien que mal derrière l’homme semi conscient.

‘‘ Je ... vais bien ... ‘‘ Souffla Kaëran dans un murmure.

‘‘ Votre réputation vous suit, Lieutenant Eira. Borné, comme tout le monde dit! ‘‘

Avec ce qu’il lui restait de force, Kaëran ne put qu’esquisser un faible sourire en coin et fut forcer de s’adosser contre le plastron gelé de cet homme. C’est à ce moment qu’il vit noir et que les voix autour de lui disparurent dans un monde bien lointain. La troupe prit donc les choses en main et continuèrent la route au galop, ne prenant que de courtes pauses pour vérifier l’état de leur chef et abreuver les chevaux. Sans plus. La pluie les prit de court une seconde fois, dès l’après-midi, mais ce ne fut pas suffisant pour les arrêter dans leur voyage. Kaëran fut recouvert d’une cape qui le protégea un peu des intempéries, mais la fièvre le rongeait déjà, tout comme l’infection.

Ils arrivèrent à Racium pendant la nuit, la pluie leur ayant accordée un moment de répis. Les gardes à postés à l’entrée des fortifications de la ville sursautèrent en voyant leurs confrères arriver à la hâte et les laissèrent passer sans question. On se dirigea aussitôt vers la demeure du Lieutenant qui respirait profondément, toussotant de temps à autre, et on dut défoncer la porte pour entrer en se fichant bien des dégâts. Sans trop de délicatesse, on fit descendre le jeune homme blessé de selle et deux hommes s’empressèrent de le faire monter à l’étage pour le coucher dans son lit. On cogna par mégarde la tête du Lieutenant contre le cadrage de sa porte durant le transport, puis son épaule meurtrie contre un coin du lit. Un autre soldat était partit au galop quémander l’aide d’un guérisseur et ce, d’urgence. En bas, trois autres hommes en uniforme attendaient nerveusement alors qu’une jeune femme entrait.

‘‘ Attendez mademoiselle ! ‘‘ S’écria t-il

Mais il se fit pousser et la laissa monter, suivit d’Eiriel et de Dorguan qui entrèrent en tromble.

‘‘ Poussez-vous de mon chemin ! ‘‘

Eiriel fit le ménage, accotant les soldats dans le mur pour libérer le passage qui menait vers l’escalier et le couple s’empressa de se rendre à la chambre de Kaëran où les deux autres soldats en sortaient, la mine grave. La paysanne entra et mit aussitôt les mains devant sa bouche en voyant l’état lamentable de son faux fils allongé sur son lit, barbouiller de sang, perlant de transpiration dut à la fièvre et blanc comme un drap. Dorguan lui, relevait Ellana qui tremblait violement. Eiriel s’approcha et enleva les bandages de fortune déjà imbibés de sang et les jeta . La vue de cette plaie la fit pâlir; c’était infecté à cause du manque de soin.

‘‘ Par tous les dieux... Il n’y avait pas de guérisseur là bas ?! ‘‘

‘‘ N-non madame ! ‘‘ Balbutia un soldat, victime du regard noir d’Eiriel.

‘‘ OUSTE ! Fichez-moi le camp et laissez le respirer. Nous nous en occupons. Faîte monter le guérisseur à coup de pied au derrière dès qu’il sera arrivé ! ‘‘

Les hurlements d’Eiriel ramenèrent lentement le Lieutenant à la raison. Sa tête se tourna d’un mouvement extrêmement lent, alors qu’il la sentait très lourde d’un coup. Et c’était sans parler de ses paupières qui lui prit un effort considérable à ouvrir. La lumière se forma alors sur sa rétine qui avait du mal à établir un focus alors que les voix dans la pièce l’étourdissaient de plus en plus. Il grimaça en tentant de se redresser, mais jamais il n’en fut capable. Eiriel posa son regard argenté vers lui à cet instant.

‘‘ Bonté divine... Kaë ! ‘‘

Elle serra aussitôt sa main gauche dans les siennes et lui sourit doucement. Ellana avait vu juste au final; il lui était bel et bien arrivé quelque chose. Mais comment avait-elle su ? Derrière, Dorguan poussa un long et profond soupir de soulagement en voyant le jeune bouger. Faiblement, mais il bougeait.

‘‘ Que c’est-il passé ?! Ah non... ne me dit rien... Si ! Non... Quand tu seras rétablit d’accord ? ‘‘

Kaëran ferma les yeux et eut un faible, très faible sourire en coin. Eiriel souriait aussi, mais dut essuyer une larme qui perlait sur sa joue alors qu’elle caressait le visage du Lieutenant qui respirait profondément. La guérisseuse arriva dans la chambre essoufflée et s’approcha du lit, la paysanne lui laissant aussitôt la place. En cours de route, le soldat qui était venu lui avait expliqué dans quel état se trouvait son supérieur ainsi que l’origine des blessures. Celle-ci n’eut donc pas besoin de s’attarder plus longtemps sur l’inspection du blesser et sortait le nécessaire de soins; onguent, bandage, aiguille et fil. Sans un mot, la femme se mit au travail et Kaëran grimaçait sous la douleur une fois qu’il fallut joindre la peau pour favoriser la cicatrisation.

‘‘ Ça parrait pire que ça l’est. Il se remettra vite de ses blessures, n’ayez crainte. La chair est mutilée, il gardera des cicatrices, mais aucuns organes vitales n’est touchés. ‘‘

‘‘ Merci pour votre aide, mademoiselle. ‘‘ Souffla Dorguan, d’un petit sourire.

Celle-ci s’inclina respectueusement et quitta les lieux aussi rapidement qu’elle était arrivé, laissant Ellana, Eiriel et son époux seuls avec le blessé qui ouvrait de nouveau les yeux.

‘‘ Eiri’ ... ‘‘ Mumura t-il.

‘‘ Je suis là... maintenant, tais-toi avant que je ne te donne une correction. Tu étais sencé revenir en un morceau ! ‘‘

Il serra sa main, désolé. Eiriel lui sourit, épongeant son front d’une serviette humide et fit signe à Ellana d’approcher. La pauvre pleurait encore...

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 18 Fév - 20:52

Ellana était maintenant debout, Dorguan la soutenant toujours au cas où. Elle constata qu'elle tremblait, et son cœur manquait de se rompre tant il battait vite. Voir Kaëran ainsi…elle avait tellement peur qu'il parte pour ne plus jamais revenir…
La pièce était pleine de soldats, jusqu'à ce qu'Eiriel prenne les choses en main :

-OUSTE ! Fichez-moi le camp et laissez le respirer. Nous nous en occupons. Faîte monter le guérisseur à coup de pied au derrière dès qu’il sera arrivé !

Les soldats obéirent immédiatement, libérant enfin l'espace et surtout de l'air pour le blessé. Blessé qui remua et voulut bouger. Ellana l'observait, l'encourageait en silence. Non, il ne mourrait pas aujourd'hui, pas cette nuit. Il avait encore trop de choses à faire sur terre pour partir ! Rien que lui apprendre la vie, c'était déjà pas mal.

Elle serrait la manche de chemise du forgeron au point de la déchirer, s'empêchant de pleurer tellement elle était inquiète. Et sa maladie inconnue qui l'embêtait encore…
Elle entendit alors des pas rapides et tourna la tête vers la porte au moment ou une femme y entra, essoufflée. Il s'agissait de la guérisseuse qui se mit tout de suite au travail. Ellana vit le fil et l'aiguille et eut peur de comprendre. Elle allait…coudre Kaëran ?! Pour elle, coudre n'était que pour le tissu, pas pour les hommes et la peau. Elle grimaça à chaque point de suture. Il devait avoir tellement mal !

Malheureusement, elle ne sut contenir plus longtemps ses larmes, celles-ci roulant sur ses joues et s'écrasant sur le bras de Dorguan qui la serra contre lui, appuyant sa grosse main sur sa tête pour la coincer contre son torse. Elle ne voulait pas voir ça ! Elle ne voulait pas imaginer la douleur qu'il devait ressentir ! Ce devait être bien pire que tout ce qu'elle-même avait déjà eu ! Et elle était là à pleurer comme une faiblarde !

-Ça parrait pire que ça l’est. Il se remettra vite de ses blessures, n’ayez crainte. La chair est mutilée, il gardera des cicatrices, mais aucuns organes vitales n’est touchés.

Ellana redressa la tête à ses mots. Il…il allait s'en sortir…vite…il n'est plus en danger de mort…un peu de son inquiétude s'envola d'un coup. Elle sentit la respiration de Dorguan contre elle lorsqu'il souffla :

-Merci pour votre aide, mademoiselle.

Ellana n'eut pas la force de remercier cette femme qui venait de sauver Kaëran. Ellana se détacha un peu de Dorguan, les larmes roulant toujours sur ses joues.

Elle fît face au lit ou Kaëran semblait parler, remuant faiblement les lèvres.

-Je suis là... maintenant, tais-toi avant que je ne te donne une correction. Tu étais sencé revenir en un morceau !

Eiriel épongea alors son front délicatement. Ellana ne savait pas quoi faire, ne bougeait pas, ne voulant pas le priver d'air. En plus, elle n'avait même rien fait. Elle n'avait même pas aidé. Elle était restée à pleurer comme une gamine. Alors, quand la paysanne lui fît signe d'approcher, elle le fît d'un pas lent, les larmes continuant leur route sur les sillons laissés par les précédentes.

Elle se posta face à Eiriel, de l'autre côté. Kaëran était si pâle…mais en vie. Il la regardait, et ses yeux avaient cette flamme de vie qui brûlait tout au fond. Elle réussit à lui sourire un peu, pour lui donner du courage et de la force.

-Nous allons préparer tout ce qu'il faut pour les soins et le repas ma belle. Nous reviendrons dans quelques minutes. Dit Eiriel, pas trop fort.

Ellana acquiesça. En fait, Eiriel le faisait un peu exprès, de les laisser seuls…mais réellement, il fallait tout chercher, parce qu'elle se doutait bien qu'Ellana ne quitterait plus la chambre…

La porte se referma donc sur Eiriel et Dorguan. Ellana tourna la tête vers Kaëran et réussit enfin à ouvrir la bouche :

-J'ai eu si peur…

Elle ne parvenait pas à détacher son regard de lui. Comme s'il pouvait disparaître si elle tournait la tête. Elle prit la serviette humide et épongea son front, comme Eiriel avait fait, les larmes se tarissant enfin.

-Je vais veiller sur vous Kaëran…

Il grelottait encore et elle remonta les couvertures. Avec la fièvre, il devait avoir chaud et froid en même temps mais bon…Comme promis, Eiriel revint avec un plateau de soin, suivie de Dorguan avec un plateau de nourriture. Kaëran grimaça tout de suite.

-Ellana, la guérisseuse était en bas et nous a expliqué pour les soins. Toutes les deux heures grand maximum il faut changer les bandages. Maintenant que tu sais lire, je t'ai écris la procédure sur feuille. Tu n'as qu'à la suivre. Enlever, mettre de la crème, remettre. Dorguan et moi restons ici aussi si jamais.

Ellana prit la feuille en main, fronça les sourcils pour lire et acquiesça. Oui, elle le ferait. Toutes les deux heures.

-Et le repas, c'est au cas où tu aurais faim. Il y a de la soupe pour Kaëran et du thé. Il doit manger pour retrouver plus vite ses forces.

Encore une fois, Ellana acquiesça, stressée. Elle avait peur de ne pas réussir à s'occuper convenablement de Kaëran. Mais Eiriel semblait avoir confiance en elle et elle s'en alla ensuite avec Dorguan pour s'installer durant les quelques jours de convalescence.

Ellana n'avait guère faim, mais se força à manger un tout petit peu avant de s'asseoir de moitié sur le lit avec la soupe qu'elle posa sur la table de chevet. Kaëran semblait réticent et elle lui dit, doucement :

-Il faut manger un tout petit peu Kaëran. Une cuillère. Après je vous laisse dormir…

Elle attendit son feu vert pour glisser sa main derrière sa tête et la redresser tout en douceur. De sa main libre, elle prit une cuillère de soupe, souffla dessus et la porta aux lèvres du Lieutenant. Il la mangea, grimaçant, mais il le fît. Là, elle le relâcha, lui fît un petit sourire et termina sa soupe pour ne pas gaspiller ou qu'elle refroidisse. Parce qu'elle savait que Kaëran ne mangerait plus avant quelques heures. Elle le laissa s'endormir, chantonnant à voix basse.

Son inquiétude s'était dissipée, laissant juste un voile de stress. Elle savait qu'il ne mourrait pas. Et elle allait être là pour lui comme il était là pour elle depuis qu'il l'avait ramassée chez son père. Et sa drôle de maladie lui faisait éprouver des sortes de…papillons dans l'estomac. C'était vraiment étrange…Surtout que lorsqu'elle avait posé sa main sur sa tête trempée de sueur, elle avait ressentit un drôle de frisson, comme si elle aussi avait de la fièvre…

Qu'importe. Elle resta éveillée, surveillant l'état du blessé. Elle lui changea le bandage, faisant attention et appliquant la crème comme il se devait. Ce fût laborieux puisqu'elle dut le soulever de moitié pour enrouler convenablement la bande, mais elle y parvint sans le réveiller.

Le jour se leva lentement, Ellana admirant chaque rayon se frayant un chemin vers le ciel. Kaëran avait retrouvé quelques couleurs, et sa fièvre avait baissé. Lorsqu'il ouvrit les yeux, elle lui offrit un sourire et lui montra la tasse de thé qu'Eiriel venait d'apporter en plus d'un petit-déjeuner, prenant par la même occasion des nouvelles de son faux-fils.

Elle prit la tasse et, comme quelques heures avant, elle lui redressa la tête pour le faire boire.

-Ca ne peut que vous faire du bien Kaëran…croyez-moi…

Elle-même ne toucha pas à son petit-déjeuner. Le peu qu'elle avait ingurgité depuis deux jours lui suffisait amplement. Pour l'heure, seul Kaëran comptait...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 19 Fév - 2:37



________________________________________________


Chapitre 2
Prise de conscience, partie 2

◆ ◆ ◆



Ses paupières se refermaient d’elles-mêmes alors que l’homme sentait la fraîcheur de la serviette sur son front bouillant de fièvre. Son flanc l’élançait et picotait légèrement à cause de l’onguent qui combattait l’infection à la surface de sa peau meurtrie. C’était la même chose pour son épaule, mais en bien moins douloureux. Eiriel essuya ensuite son cou alors qu’Ellana se postait de l’autre côté du lit. Dans un nouvel effort, Kaëran tourna la tête de l’autre côté et ouvrit de nouveau les yeux. La couturière était là, saine et sauve, souriant faiblement alors que des larmes perlaient sur ses joues de porcelaine. Il aurait voulu les essuyer, mais n’y serait jamais parvenu dans cet état. Tant bien que mal, le jeune homme le lui rendit puis referma les yeux. Eiriel se redressa sur ses jambes et déposa la serviette sur la table de chevet avant d’annoncer qu’elle descendait préparer le repas et les nécessaires de soin. Ce fut ensuite le silence total dans la chambre, si on oubliant la forte respiration du blessé. Il ne restait plus qu’Ellana à son chevet et ce fut amplement suffisant pour apaiser son esprit qui se tracassait depuis le début de la mission. Depuis que Kaë était parti en fait.

‘‘ J’ai eu si peur… ‘‘

Sa voix respirait l’inquiétude, tout comme son regard, mais accompagné d’un certain soulagement. À ses oreilles, cette même voix sonnait comme une douce mélodie et ça changeaient de celles de ses frères d’armes qui étaient portantes et fortes, en rien féminines quoi. Kaëran rouvrit les yeux, poussant un long soupir. Pour une seconde fois, il croisa le regard vairon d’Ellana qui épongea à son tour son front. Ne trouvant pas la force de lui dire que ça allait, le soldat se laissa faire en gardant la bouche close.

‘‘ Je vais veiller sur vous Kaëran… ‘‘

Les frissons le tenaillaient à cause de la fièvre et des sensations de chaud et de froid qui se livraient bataille dans son corps. Mais Ellana eut l’amabilité de remonter les couvertures alors qu’il commençait tout juste à être pris d’une horrible bouffée de chaleur. C’était tellement inconfortable et gênant d’être dans un aussi piteux état devant les siens. Dire que c’était lui qui devait veiller sur Ellana, et non l’inverse. M’enfin. En ce moment, il n’était pas en état de discuter ou de quoi que ce soit d’autre, même si le fait d’être cloué au lit l’importunait grandement. Malgré ça, Kaëran lui fit un faible sourire en coin. Eiriel revint quelques minutes plus tard avec un premier plateau puis Dorguan avec celui qui contenait le repas. L’odeur qui s’en dégageait donnait déjà la nausée au jeune homme qui avait l’estomac noué depuis l’attaque à cause de la douleur. Il grimaça donc légèrement alors qu’on déposait les deux plateaux l’un à côté de l’autre sur la commode qui longeait une partie du mur droit de la chambre. Elle s’approcha pour repousser les quelques mèches de cheveux rebelles sur le front du Lieutenant et posa son regard sur la jeune couturière.

‘‘ Ellana, la guérisseuse était en bas et nous a expliqué pour les soins. Toutes les deux heures grand maximum il faut changer les bandages. Maintenant que tu sais lire, je t’ai écrit la procédure sur feuille. Tu n’as qu’à la suivre. Enlever, mettre de la crème, remettre. Dorguan et moi restons ici aussi si jamais. ‘‘ Commença t’elle, Ellana regardant la feuille de plus près. ‘‘ Et le repas, c’est au cas où tu aurais faim. Il y a de la soupe pour Kaëran et du thé. Il doit manger pour retrouver plus vite ses forces. ‘

Mais il n’avait pas faim ! Eiriel lui envoya son regard de réprimandes muettes et Kaëran poussa un long et profond soupir de découragement. Il n’arrivait pas à placer un seul mot sans que sa gorge le fasse souffrir à cause de sa sécheresse. La paysanne souriait, victorieuse et quitta la pièce avec son tendre époux, refermant la porte délicatement derrière eux. Ils n’avaient pas peur de les laisser seuls, car le jeune était entre de bonnes mains et ils le savaient. Le forgeron en profita donc pour laisser sa femme dans la demeure des Eira et alla chercher quelques effets personnels dans leur propre maison, en plus de son matériel pour réparer la porte d’entrée. Dans la chambre, Kaëran plissait le nez à force de sentir cette odeur de bouffe qui envahissait la pièce et qui lui donnait des haut-le-coeur. Ellana elle, prit quelques bouchées de son repas et s’asseya sur le bord de son lit. C’était à peine s’il sentait le matelas s’enfoncer sous son poids plume. Du coin de l’oeil, il vit le bol de soupe qui le regardait avec des petits yeux invisibles. Son regard se porta ensuite sur Ellana qui disait, d’une voix particulièrement douce:

‘‘ Il faut manger un tout petit peu Kaëran. Une cuillère. Après je vous laisse dormir… ‘‘

L’hésitation fut longue, affreusement longue même. Mais Ellana attendait patiemment sans dévier son regard du sien, ce qui le fit inévitablement plier. Depuis quand était-il devenu aussi mou ? Aucune idée, mais il n’y avait que cette femme pour le mettre dans un tel état. Même sa première copine n’avait pas porté une telle place dans son esprit. Lentement, Kaëran acquiesça pour lui donner son approbation et il sentit la main douce d’Ellana se glisser contre sa nuque et prendre appuie sur la base de sa tête pour la relever délicatement. Il l’aida comme il put en prenant appui sur son coude gauche alors que la cuillère s’approchait de sa bouche. Réticent, Kaë regarda le liquide jaunâtre, mais ouvrit la bouche et avala en grimaçant. Il se rallongea tout en douceur alors que sa protégée replaçait les couvertures d’une main, souriante, terminant de manger les restants. Les paupières du soldat se refermèrent pour une énième fois et il se sentit partir, aidé par le doux chant d’Ellana qui eut l’effet d’un aphrodisiaque sur sa conscience.

Le lendemain matin, le jour se leva sur Racium, promettant à ses habitants une très belle journée. Kaëran commençait tout juste à gigoter dans son lit lorsqu’Hewie grimpa au pied de celui-ci, sautant sur les pieds du Lieutenant qui bougeaient sous les draps. Les yeux ouverts de moitié, il tenta de voir ce qui se passait, mais prit d’un coup de paresse, Kaë resta allongé. Sa tête se tourna cependant vers sa droite, où Ellana siégeait sur son fauteuil, un sourire aux lèvres qu’il lui rendit volontiers avant de s’étirer les jambes, non sans une grimace. D’un regard, la jeune femme lui désigna une tasse de thé et un couvert. Sans lui demander son avis, Ellana prit place sur le lit comme la veille et glissa de nouveau sa main derrière son cou pour l’aider à se redresser.

‘‘ Ça ne peut que vous faire du bien Kaëran…croyez-moi… ‘‘

Dieu qu’il avait soif d’un coup, et le thé n’était ni trop chaud, ni trop froid. Il but goulument contre toute attente et son ventre se mit aussitôt à crier famine. Mais au moment où Ellana se levait pour poser la tasse sur la table de chevet, la porte de la chambre s’ouvrit dans un claquement qui les fit tous les deux sursauter. Kaëran venait tout juste de réussir à se redresser sur son bras valide pour s’assoir, dos contre la tête du lit. Ayden était dans l’embrasure de la porte, complètement essoufflé et presque entièrement masquée. Il tira sur l’écharpe qui recouvrait son visage et cria :

‘‘ Kaëran chéri ! Tu es en vie ! ‘‘

Puis dans un élan d’impulsivité, le tombeur de ces dames sauta sur son ami qui étouffa un cri de douleur. Kaë ferma les yeux, grimaçait et serrait les dents comme jamais avant de siffler :

‘‘ Aïe aïe aïe... AÏE MERDE ! ‘‘

Ayden se recula vivement, agenouillé sur les jambes de son ami qui avait baissé la tête, une main sur son flanc droit meurtri et entouré de bandages. Eiriel choisit ce moment pour se pointer et gonfla les joues en voyant l’invité-surprise. Brusquement, elle l’agrippa par une oreille et en fit de même pour Kaëran. Blessé ou non, il n’avait aucunement le droit de jurer devant une jeune demoiselle.

‘‘ Qu’est-ce que je t’ai déjà dit, Kaëran Eira ?! On ne jure pas quand je suis là ! Et surtout pas devant une jeune femme. Et toi ! ‘‘ Cria t-elle en lâchant Kaë pour tirer Ayden hors du lit. ‘‘ Tu as du travail ! Tu viendras ce soir et en toquant à la porte comme tout le monde ! ‘‘

‘‘ O-Oui madame ! Aïeuh ! ‘‘

‘‘ Allez ! Ouste avant que je ne te fasse sortir avec un coup de pied aux fesses ! ‘‘

Ayden fit un sourire désolé à son frère d’armes qui trouva le moyen d’en faire de même, malgré sa grimace de douleur. Il ne manqua pas de voir Ellana apparaître dans son champ de vision, en panique. Son regard allait du sien à ses blessures.

‘‘ Ça... ça va, Ellana... ‘‘ Murmura t-il enfin.

Son ventre recommença alors à faire des siennes et la jeune femme semblait amusée d’un coup parce qu’elle s’étira pour prendre le plateau où se trouvait un petit déjeuner encore fumant qui fut déposé sur ses jambes. Kaëran prit la fourchette, mais au moment de la soulever avec sa bouchée, il l’échappa dans l’assiette. Le jeune homme resta un moment abasourdi, en position, et regardait l’ustensile. Crétin, son épaule était en pleine phase de guérison et ses articulations avaient encore du mal à reprendre du poil de la bête.

‘‘ C’est gênant... je n’arrive même pas à manger seul... ‘‘

Mais il y en avait une qui semblait trouver ça bien rigolo. Ellana l’aida donc, bien qu’il était affreusement gêné de la situation, ne le cachons pas. Il avait voulu agir par lui même, alors qu’il n’en était même pas capable... Après le repas, la couturière en profita pendant qu’il était en position assise pour changer ses pansements et appliquer l’onguent sur ses plaies. La sensation de froid de la gelée le faisait frissonner et grimacer à la fois, mais Ellana était si délicate que ce n’était pas trop déplaisant. Il put ensuite se recoucher pour se reposer encore deux heures avant le prochain changement de pansement. La main frêle et douce de la jeune femme se faufila alors jusqu’à son front pour prendre sa température, mais le Lieutenant l’agrippa avant qu’elle ne retourne chez sa maîtresse pour la serrer dans l’une des siennes. Il avait fermé les yeux.

‘‘ Merci... ‘‘ Souffla t-il.

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 19 Fév - 11:00

Kaëran but tout le thé d'un coup et avec envie. Ellana souriait légèrement, ravie qu'il parvienne à tout avaler. Et soudain, ce fût son ventre qui réclama sa part. Donc, elle se leva pour poser la tasse et revenir avec de quoi manger, lorsque la porte de la chambre s'ouvrit d'un coup, les faisant sursauter. Ellana se retourna alors que le Lieutenant parvenait tant bien que mal à se redresser dos contre le mur, et ne put que voir Ayden se démasquer en hurlant :

-Kaëran chéri ! Tu es en vie !

Avant de se jeter sur le blessé. Mais vraiment ce jeter ! Ellana écarquilla les yeux, paniquée, ne sachant pas comment faire pour qu'Ayden s'enlève. Il était sur les blessures de Kaëran ! Et si le travail de la guérisseuse devenait inutile ? Et s'il avait empiré son état qui commençait tout juste à s'améliorer ?
Elle voyait Kaëran grimacer jusqu'à ce qu'il souffle :

-Aïe aïe aïe... AÏE MERDE !

Ayden comprit enfin, se dégageant pour s'asseoir sur les jambes de son supérieur qui elles, étaient en bon état. Kaëran soufflait, une main sur son flanc, cherchant son souffle. C'est à ce moment qu'Eiriel fît son apparition, s'avançant à grands pas des deux hommes et les prenant tous les deux par les oreilles. Oui Kaëran aussi et Ellana ne comprit guère pourquoi jusqu'à ce que la paysanne s'exclame :

-Qu’est-ce que je t’ai déjà dit, Kaëran Eira ?! On ne jure pas quand je suis là ! Et surtout pas devant une jeune femme. Et toi !

Ah…mais ça ne la gênait pas…pour le moment elle ne voulait qu'être sûre qu'il aille bien…
Eiriel tira alors Ayden hors du lit, le traînant jusqu'à la porte en disant :

-Tu as du travail ! Tu viendras ce soir et en toquant à la porte comme tout le monde !

Ayden ne se fît pas prier, grimaçant à cause de la femme qui tirait sèchement sur son oreille. Elle le mit dehors d'un coup, s'en allant avec lui pour être bien sûre qu'il reprenne son poste de surveillance.
La porte refermée, Ellana se rapprocha du lit, regardant alternativement Kaëran qui cherchait son souffle sous la douleur et les blessures qu'il avait. Et si elles s'étaient rouvertes? Elle ne savait pas faire ça ! Elle ne pourrait pas ! Et chercher la guérisseuse, seule…

-Ça... ça va, Ellana...

Et pour le confirmer, son ventre recommença ses appels à l'aide, à la famine ambiante. Souriante et soulagée, Ellana agrippa donc le plateau et le déposa doucement sur les jambes du Lieutenant pour qu'il puisse manger. Elle le laissa donc piquer une fourchetée de son plat, mais au moment où il voulut la porter à sa bouche, elle retomba dans l'assiette. Le silence se fît, Kaëran contemplant la fourchette, gêné et Ellana se sentant mal de le voir ainsi. Elle aurait préféré tout prendre pour elle…parce qu'elle avait l'habitude d'avoir mal…et parce que lui il avait une haute fonction dans l'armée, il ne pouvait pas rester au lit comme ça…

-C’est gênant... je n’arrive même pas à manger seul...

Elle ricana gentiment, pour lui montrer que ce n'était rien. Mais vraiment rien du tout. Elle l'aida donc, le nourrissant lentement, essuyant même sa bouche ! Mais elle aimait bien faire ça. Veiller sur lui, comme il avait veillé sur elle…l'aider comme il l'avait aidée à changer…le savoir là, bien en vie, lui faisait un bien fou aussi….elle s'était tellement inquiétée…

Lorsqu'il eut tout finit et que son ventre réclama la digestion, Ellana posa le plateau sur la commode et revint avec les bandages. Il était temps de tout remettre à neuf avant de le laisser dormir. Heureusement, il était assis, ce qui lui simplifierait la tâche par rapport à la nuit passée ou elle avait du se contorsionner pour l'entourer des bandes sans lui faire mal et sans le réveiller.

Lentement, elle dénoua donc les bandes, libérant les plaies. Elles n'étaient pas super belles, mais déjà la cicatrisation débutait son œuvre. Elles étaient moins rouges sur les bords, signes que l'infection refluait. Elle avait l'impression de se revoir avec ses griffures sur les bras…sauf que là c'était bien pire.

Elle prit l'onguent et commença à l'étaler sur toute la surface blessée, délicatement. Elle le voyait grimacer quand elle levait les yeux, mais le sentait aussi frissonner. Elle ce n'était pas mieux. Ce contact lui donnait aussi la chaire de poule et les sortes de papillons dus à sa maladie n'arrangeaient rien. Mais elle mettait tout ça de côté. Une fois tout mis, elle l'entoura et le momifia avec les bandages.

Elle alla tout reposer, le laissant se recoucher confortablement, puis revint pour prendre sa température. Elle glissa donc sa main sur son front, et constata avec joie qu'il était toujours chaud mais bien moins que lorsqu'il était arrivé. Lorsqu'elle voulut retirer sa main pour le laisser dormir, elle fût surprise qu'il lui prenne la main au vol, la serrant dans la sienne. Les yeux fermés, il murmura :

-Merci...

Heureusement, il avait les yeux clos, sinon elle aurait été encore plus gênée. Elle avait rougit violemment, son cœur s'était accéléré et les papillons de son ventre s'en donnait à cœur joie. Sur le coup, elle ne sut quoi dire et balbutia :

-Je…je…c'est normal…

Et elle se maudit aussitôt pour se reprendre :

-Merci à vous aussi Kaëran…maintenant, dormez…

Oui, il s'endormit…sans lâcher sa main. Alors Ellana dut s'asseoir, le regardant se reposer, gardant sa main enfermée dans celle du jeune homme. Eiriel passa une demi-heure plus tard, et Ellana ne vit pas le petit sourire qu'elle afficha en voyant Kaëran serrer la main de la jeune femme.

-Tout va bien ma belle ? Tu veux quelque chose ?

Ellana pivota pour voir Eiriel approcher et elle murmura pour ne pas réveiller le Lieutenant :

-Oui, tout va bien…il a mangé et maintenant il dort bien…je voudrais bien de quoi lire en fait…

Eiriel sourit et ressortit, revenant quelques instants plus tard avec le livre d'Ellana. Enfin, c'était le livre de Kaëran, qu'Ellana lisait depuis qu'elle avait commencé les leçons.

-Merci beaucoup…

Eiriel mit une main sur l'épaule d'Ellana et s'éloigna, ravie de voir ce touchant spectacle. Surtout, elle avait hâte de le dire à son époux, excitée comme une puce !

En haut, de sa main libre, Ellana ouvrit le livre et commença à lire lentement. Le seul bruit perceptible fût la respiration du Lieutenant, profonde. Ellana put ainsi lire deux pages tranquillement, déchiffrant certains mots encore.
Le temps défila, et elle ne sentit pas que Kaëran se réveillait, plongée dans son livre. Elle ne le remarqua que lorsque sa main fût serrée un peu plus fortement encore.

Elle se tourna alors, et sourit en le voyant réveillé.

-Vous avez bien dormit, Kaëran…

Il relâcha alors sa main, gêné ? Et elle referma le livre, le posant à côté du jeune homme, cherchant les bandages. Ce fût le même rituel alors que l'après-midi défilait, Ellana changeant les pansements convenablement. Elle le nourrit à nouveau, lui donnant de la soupe, du thé, mais aussi des légumes. Il parvint même à manger un bout de viande ! S'il avait faim, c'était que son corps luttait et c'était bon signe.

Et, d'un coup, elle eut envie de…parler. Sans regarder le jeune homme, elle avoua :

-Avant que vous ne reveniez…j'ai…j'ai sentit qu'il vous était arrivé quelque chose…je ne sais pas pourquoi…j'étais si inquiète pour vous, encore plus que les jours d'avant…

~Et ma maladie n'arrangeait guère les choses en moi…~

Non, parce que sa drôle de maladie s'intensifiait en plus. Elle se tourna vers Kaëran et lui sourit, un peu gênée d'avoir dit ça.
Au soir, on toqua à la porte. Ce fût comme promis Ayden, qui cette fois resta bien sagement à côté du lit et pas sur le blessé.

-On peut dire que tu nous as fait une belle frayeur Lieutenant Grognon ! Refais plus jamais ça veux-tu !

Ellana, s'étant mise de côté pour ne pas déranger les deux amis, réalisait que tous tenaient à Kaëran. Alors que personne ne tenait réellement à elle. Enfin, si mais pas de cette façon…c'était étrange…elle savait que son père s'en ficherait bien qu'elle soit blessée ou à l'article de la mort…tout comme elle savait que Kaëran, Eiriel et Dorguan ne s'en ficherait pas…
Elle se mit à lire, n'écoutant pas la conversation pour leur laisser leur intimité. Elle baillait de temps en temps, les camouflant derrière sa main.

Elle ne dormirait pas et pouvait très bien tenir, ça ne la dérangeait aucunement. Il fallait qu'elle veille sur Kaëran.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 19 Fév - 16:35


________________________________________________


Chapitre 2
Prise de conscience, partie 3

◆ ◆ ◆



‘‘ Je…je…c’est normal…’’ Balbutia t-elle. ‘‘ Merci à vous aussi Kaëran…maintenant, dormez… ‘‘

Elle n’eut même pas besoin de le lui dire que déjà le sommeil le gagnât pour l’amener dans un monde bien lointain. Sa main elle, n’avait aucunement lâché celle de la jeune femme qu’il entourait sans trop de force. Ce geste avait été impulsif, mais d’un autre côté, lui faisait prendre conscience que la présence d’Ellana à ses côtés était plus importante qu’il ne voulait le croire. L’hypothèse qu’il avait émise face à ses sentiments pour la couturière commençait à plus claire, moins abstraite. C’était une sensation tout autre que celle des amourettes de jeunesse qui ne faisait pas mal à l’être quand séparation il y avait. Qui aurait pu croire qu’il se serait attaché à une pure inconnue en si peu de temps ? Mais d’un autre côté, Ellana avait été présente lors de la mort de Naël et les jours qui s’en suivirent, un moment important dans sa vie. Où il lui avait appris à lire et écrire. Où ils avaient appris à se connaître un tant soit peu.

Deux longues heures s’écoulèrent avant que Kaëran n’émerge de son sommeil. Ses paupières ne s’ouvrirent que très peu avant de se refermer. Sa main avait légèrement resserré son étreinte autour de celle d’Ellana sans qu’il ne s’en rende réellement compte. Sa vue se réajusta lentement à la lueur du jour et Kaë tourna la tête de côté pour voir sa protégée assise sur le lit, venant tout juste de délaisser sa lecture pour porter son attention sur lui dans un sourire radieux.

‘‘ Vous avez bien dormit, Kaëran… ‘‘ Murmura t-elle.

‘‘ Comme un loir... même si j’en ai encore affreusement envie... ‘‘

D’un coup, il se rendit compte qu’il avait la main d’Ellana dans la sienne et qu’il commençait à jouer du pouce sur ses doigts fins. Gêné, Kaëran la relâcha pour rougir imperceptiblement et la suivit des yeux alors qu’elle déposait son livre sur les draps fripés. Ellana se leva pour aller chercher l’onguent et les bandages alors que le regard vairon du Lieutenant se posa sur le livre qu’il lui avait laissé pour ses leçons. Un coin de page était légèrement replié désignait le lieu d’arrêt de sa lecture; au centre. Un faible sourire en coin se dessina sur les lèvres de l’homme, fier de ce qu’accomplissait Ellana en si peu de temps. C’était tout simplement époustouflant, cette volonté qu’elle avait. Redressant le haut de son corps de son bras gauche, Kaë prit position assise une fois de plus pour facilité la tâche des soins de la couturière. Elle recommença sensiblement le même manège qu’un peu plus tôt et l’aida à se remplir l’estomac, car une fois de plus, sa main droite ne parvenait pas à tenir solidement la cuillère. Son ventre cessa de grogner au moment où il fut repu. C’est après avoir tout reposé dans le plateau-repas, sur la table de chevet, que sa protégée baissa la tête, n’osant pas le regarder. Il vit cependant ses lèvres remuer faiblement, dans l’ombre de sa chevelure.

‘‘ Avant que vous ne reveniez…j’ai…j’ai senti qu’il vous était arrivé quelque chose…je ne sais pas pourquoi…j’étais si inquiète pour vous, encore plus que les jours d’avant… ‘‘

L’homme ne cacha pas sa surprise. Jamais il ne s’était douté qu’Ellana avait pu s’inquiéter à ce point et encore moins qu’elle avait senti qu’il lui était arrivé malheur dans la forêt. Il ne comprenant pas tout à fait comment une telle chose pouvait être possible en fait. L’intuition ? Mauvais pressentiment? Ce devait être ça. Ellana releva enfin la tête et lui fit un magnifique sourire, bien que ses pommettes eurent tourné légèrement au rouge. Kaëran ne put se résigner à le lui rendre puis il soupira.

‘‘ Un de mes hommes a manqué de vigilance et voilà le résultat... Mais je ne lui en veux pas. Cela aurait pu être pire après tout. ‘‘

Pire... En effet, il aurait très bien pu ne pas revenir s’il n’avait pas eu un coup de chance. Il vit le regard interrogateur d’Ellana et se dit qu’elle pouvait savoir ce qui s’était passé après tout puisque ce n’était pas privé.

‘‘ Les villageois croyaient qu’ils étaient victimes de lycan alors qu’il ne s’agissait que d’ours. Le principal responsable était un ourson. Il s’approchait des gens sans les craindre et la mère venait le défendre. C’est ce qui nous est arrivé. Comme je n’ai pas voulu qu’un soldat soit blessé, j’ai écopé à sa place. En espérant que ça ne se reproduise pas trop souvent. ‘‘

Le Lieutenant ricana faiblement, se moquant de la situation. Eiriel repassa à ce moment pour leur apporter du thé et de l’eau que Kaë ne laissa pas bien longtemps dans son contenant vu sa déshydratation. Mais au moins, il reprenait du poil de la bête et avait repris ses couleurs, la fièvre étant pratiquement disparue. Un peu plus tard, les jeunes adultes reçurent la visite d’Ayden qui fit preuve d’un peu plus de retenue cette fois. Celui-ci avait pris place sur un tabouret, de l’autre côté du lit et s’exclama :

‘‘ On peut dire que tu nous as fait une belle frayeur Lieutenant Grognon ! Refais plus jamais ça veux-tu ! ‘‘

‘‘ J’y veillerai. C’est assez souffrant comme ça... Je ne recommencerai certainement pas une deuxième fois. Être projeté dans les airs par un ours en furie n’est pas très amusant. ‘‘

Ayden eut les yeux ronds, mais ricana de concert avec son frère d’armes qui se mit à bâiller. Dorguan entra avec Eiriel et apporta le repas, recouvert d’une draperie qui gardait le tout au chaud, pour tout le monde puisque le propriétaire de la maison ne pouvait se déplacer à sa guise. Le forgeron se posta au pied du lit et croisa les bras sur son imposant poitrail, un sourire malicieux aux lèvres.

‘‘ Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? ‘‘

‘‘ Tu as une sale tête, le jeune. ‘‘ Souffla t-il. ‘‘ Il faudrait que tu fasses trempette. ‘‘

‘‘ J’y songeais déjà, mais je risque de m’écrouler de tout mon long juste devant la porte. ‘‘

‘‘ Allez ! Ayden, aide-moi veux-tu ? ‘‘

Les deux hommes s’approchèrent et aidèrent Kaëran à se tirer hors du lit délicatement. Le Lieutenant tira quelques grimaces, mais il se tenait maintenant sur ses deux jambes, avançant d’un pas incertain vu qu’il n’avait pas totalement récupéré encore. Les hommes sortirent dans le couloir et s’avancèrent vers la salle d’eau, refermant la porte derrière eux sans vérifier qu’elle l’était vraiment, ainsi, on entendait tout bien clairement.

‘‘ À poil, le jeune ! ‘‘ S’esclaffa Dorguan.

‘‘ Att-attend ! Laisse-moi faire... HEY ! HÉHO ! ‘‘

‘‘ Cesse de geindre et coopère bon sang ! On ne veut pas te noyer on veut te déshabiller. ‘‘

CLAK !

‘‘ AÏEUH ! Mais ça pince ! T’étais obligé de faire ça ?! ‘‘

‘‘ C’était plus fort que moi ... pardon. ‘‘ S’excusant Dorguan. ‘‘ Vas-y... doucement. Wow ! Pas trop vite jeune précoce! J’ai dit lentement ! ‘‘

‘‘ C’est vachement chaud... ‘‘

‘‘ Tu veux que je t’accompagne ? Je pourrais te savonner les cheveux. ‘‘

‘‘ Hors de question ! Vous êtes deux pervers ! ‘‘

‘‘ Je n’aime que les femmes, Lieutenant Grognon. Mais être une femme, je te sauterais dessus et te boufferait tout rond. ‘‘

‘‘ Ayden, pitié ... épargne-moi les détails ! Je ne veux pas savoir. ‘‘

Eiriel, dans l’embrasure de la porte de la chambre de Kaëran, avait tout entendu et riait en silence, les mains sur le ventre. La paysanne se bidonnait comme jamais et en pleurait même, jusqu’à ce qu’elle éclate d’un rire sonore. Ayden sortait de la salle de bain, confus, mais ne manqua pas de la rejoindre lorsqu’il comprit le sens que leur conversation avait pris. Dorguan lui, resta pour veiller sur Kaëran qui était rouge comme une tomate.

‘‘ Je peux me laver seul... Sans que tu me regardes faire, je veux dire. ‘‘

‘‘ Ça te gêne? Tu feras quoi quand une dame te verra dans ton plus simple appareil ? Et puis, je t’ai vu grandir ! Pas comme si je n’avais jamais vu ton joli fessier ! ‘‘

‘‘ Je ne me noierai pas, Dorguan... ‘‘

Il y eut un long moment de silence et le forgeron sortit en ricanant, refermant la porte derrière lui.

‘‘ Il est rouge comme une tomate. Je ne l’ai jamais vu comme ça. ‘‘ Murmura t-il.

‘‘ Je t’ai entendu ! ‘‘ Cria Kaëran depuis l’intérieur, dans son bain.

Spoiler:
 

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 19 Fév - 18:17

Ellana poursuivait sa lecture de loin, ses pensées tournées aussi vers l'histoire que Kaëran lui avait racontée. Ainsi il s'était fait attaqué par un ours pour sauver l'un de ses soldats…mais au fait, ça ressemblait à quoi, un ours ? Là encore, elle ne connaissait rien. Si Ayden n'avait pas été là, elle aurait demandé. Mais si elle le faisait maintenant, elle passerait pour quoi ?

Enfin quelques minutes passèrent avant que la porte ne s'ouvre sur Eiriel et Dorguan qui apportaient par la même occasion un plateau recouvert d'une serviette pour maintenir les plats au chaud.

Ellana s'était légèrement rapprochée, et suivit l'échange de loin, Dorguan qui disait à Kaëran qu'il faudrait le laver. Mais il ne pouvait pas bouger! Comment ferait-il ? Hop, ni une ni deux, Ayden aida le forgeron et tous deux transportèrent le blessé jusque dans la salle de bains.

Ensuite ce fût…l'apothéose. Oui oui, l'apothéose ! Ils n'avaient pas bien refermé la porte, et Eiriel comme Ellana purent tout entendre ! Entre les menaces du Lieutenant, les moqueries d'Ayden, les pincements de Dorguan…

Eiriel fût vite à bouts et riait en silence, les larmes aux yeux. Mais elle ne tint plus lorsqu'Ayden s'exclama :

-Je n’aime que les femmes, Lieutenant Grognon. Mais être une femme, je te sauterais dessus et te boufferait tout rond.

Ellana écarquilla les yeux, imaginant en fait ce qu'il se passait dans la pièce même. Ce devait être gênant pour Kaëran ! Eiriel en pleurait ! Ayden sortit alors, gêné mais souriant, suivit peu après par Dorguan qui s'était fait éjecter par le Lieutenant.

S'adressant aux autres il murmura :

-Il est rouge comme une tomate. Je ne l’ai jamais vu comme ça.

Le pire, ce fût que Kaëran l'entendit. Tous riaient, mais Ellana n'y parvenait pas. Elle souriait, mais ce sentait tout autant gênée que le Lieutenant sans savoir pourquoi. Et les papillons de son ventre qui s'envolaient de plus belle…

Enfin en tout cas, Eiriel, Dorguan et Ayden mangèrent leur part, riant entre chaque bouchée. Ellana attendit que Kaëran ait terminé, prête à l'aider si jamais, même si…le voir…nu…la gênerait…lui l'avait déjà vue nue. Ah si, elle avait vu son torse. Musclé et protecteur…

Elle secoua la tête pour chasser ses drôles de pensées. Maladie à la noix ! Les trois autres durent cependant repartir, puisqu'Ayden devait se reposer pour être en forme et surveiller la journée, Dorguan et Eiriel devant encore fermer les volets de leur maison. Évidemment, le départ ne fût pas sans quelques railleries au Lieutenant, toujours dans la salle d'eau.

Restée seule, Ellana s'étira, baillant encore une fois. La nuit tombait à nouveau, nimbant le ciel de douces étoiles brillantes…

Cinq minutes après, Dorguan remontait, retournant dans la pièce d'eau pour aider Kaëran qui devait avoir finit depuis le temps. Ellana avait hésité à y aller, bien trop gênée à l'idée de le voir nu…

Le Lieutenant revint donc, propre, habillé, aidé par le forgeron qui riait sous cape. Elle vit très bien la moue de Kaëran, la faisant sourire.

-Allez je vous laisse seuls les jeunes ! Pas de bêtise ! Moi je vais m'occuper de ma femme…

Il partit avec un clin d'œil appuyé à Kaëran. Ellana ne comprit pas ce qu'ils s'étaient échangés comme message caché, mais s'approcha avec le plateau ou les plats étaient encore assez chauds pour qu'il mange convenablement.

-J'imagine que ça a du être gênant pour vous, avant… Dit-elle en lui tendant une fourchette pleine.

Il mangea, et son regard suffit à lui donner une réponse.

-Bientôt vous serez de nouveau sur pieds et vous pourrez leur montrer.

Oui parce que la guérisseuse avait dit que s'il suivait les soins à la lettre, il aurait assez de force pour marcher lentement d'ici un à deux jours. Marcher en se tenant à quelque chose ou quelqu'un mais marcher tout de même. Vu que les jambes n'étaient pas touchées…

Lorsqu'il eut finit, elle reposa le plateau plus loin et lui changea les bandages, délicatement. Elle avait peur de lui faire mal aussi murmura-t-elle, tête baissée sur son flanc :

-Dites moi si je vous fais mal…

Elle étala la crème lentement et en plein milieu, se stoppa. Elle sentait sa chaleur, son odeur, sous ses doigts s'agitaient les muscles puissants qu'il avait taillé grâce à l'entraînement et…elle aurait voulut s'y blottir pour ne plus jamais en ressortir…

Elle secoua la tête et se redressa, rouge.

-Désolée j'ai…pensé à quelque chose d'autre…

Le pire c'était qu'elle ne savait pas mentir. Quoique là ce n'était qu'un semi-mensonge…elle pensait à quelque chose oui mais…quelque chose d'interdis. Et conneries de frissons et papillons ! Bon sang ! Si sa persistait elle demanderait à la guérisseuse lorsqu'elle viendrait pour Kaëran. Si elle osait…

Elle termina donc les soins, l'enroulant dans du bandage, puis retourna s'asseoir près de lui.

-J'ai lu la moitié de votre livre Kaëran. Il est très beau. Je comprends ce que je lis maintenant et c'est grâce à vous. Merci infiniment…

Elle ouvrit alors le livre et, regardant les mots, elle s'exclama :

-Mais ! Je pourrais vous faire la lecture! Ainsi vous verriez à quel point vous êtes un excellent professeur !

Elle sourit et il acquiesça, se couchant confortablement. Mais avant de débuter, elle mit les couvertures convenablement sur lui, et s'installa elle-même pour avoir la lumière sur le texte. Et elle commença à lire, un peu gênée que Kaëran l'écoute, mais le faisant quand même. Elle buta sur deux ou trois mots, mais sinon, c'était assez fluide. Elle lisait doucement, et au bout d'un moment, elle voulut voir la réaction de Kaëran…

Il dormait.

Il s'était endormit et elle sourit, refermant le livre et se relevant. Il était si bien là, dans le pays des rêves…S'installant dans le fauteuil, Ellana garda le livre près d'elle, prête pour une nouvelle nuit de veille…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mer 20 Fév - 19:29


________________________________________________


Chapitre 2
Prise de conscience, partie 4

◆ ◆ ◆



Depuis son bain, Kaëran entendait les rires des visiteurs et s’enfonça dans l’eau jusqu’au nez pour tenter de faire disparaître ces rougeurs qui s’étaient installées sur son visage. Il avait horreur qu’on se moque de lui et... son fessier brûlait toujours à cause de cette claque que Dorguan lui avait administrée quelques minutes plus tôt. Et puis qu’ils se moquent autant qu’ils le pouvaient ! Qu’ils profitent pendant qu’il ne pouvait se défendre. Un jour... oui, un jour il aurait sa revanche.

Les rires s’évanouirent alors, ramenant le calme dans cette demeure, mais pour une bien courte durée. Ayden quitta, suivit d’Eiriel et son époux qui avaient à faire dans leur maison avant de revenir un peu plus tard. On laissa donc le Lieutenant Grognon dans l’eau encore quelques minutes jusqu’à ce que le forgeron ouvre la porte de la salle d’eau d’un coup, sans cogner. Kaëran sursauta, son coeur battant à tout rompre et voulant lui sortir de la poitrine. Fier de son coup, Dorguan s’approcha en ricanant et déposa des vêtements propres sur le tabouret avant d’aider son fils par substitution à se remettre sur pied.

‘‘ Tu veux que je t’essuie aussi ? ‘‘

‘‘ Ça, j’y arriverai seul. Merci. ‘‘

‘‘ Au fait, quand est-ce que tu comptes agir ? ‘‘

‘‘ De quoi parles-tu ? ‘‘

‘‘ Ta petite protégée ! De qui voudrais-tu que je parle d’autre ? ‘‘

Mais le concerné ne répondit pas. La moue gravée sur son visage depuis un moment déjà, le Lieutenant prit la serviette des mains de l’homme qu’il considérait comme son père et s’essuya. On lui remit des bandages propres puis Kaë enfila ses vêtements comme il pouvait. Le bas en fait., c’était inutile de lui faire enfiler une chemise, car de toute manière il faudrait la lui enlever dans deux heures pour les soins. Un bras autour des épaules du grand homme, le soldat se laissa transporter jusqu’à sa chambre où se trouvait Ellana, assise bien sagement dans le fauteuil et souriante. On l’aida à s’assoir sur son lit et Dorguan dit:

‘‘ Allez je vous laisse seuls les jeunes ! Pas de bêtise ! Moi je vais m’occuper de ma femme… ‘‘

Kaëran leva son regard vairon sur le forgeron et parut gênée par son clin d’oeil, mais il lui fit le regard qui tue. Ayant très bien compris, le barbu ricana et quitta la chambre en refermant la porte derrière lui. C’est ensuite qu’Ellana s’approcha du lit avec le plateau-repas qu’Eiriel avait préparé un peu plus tôt. Assis en tailleur devant ses oreillers, le Lieutenant prit sa tasse de thé de sa main valide et la porta à ses lèvres.

‘‘ J’imagine que ça a dû être gênant pour vous, avant… ‘‘

La fourchette se planta dans la nourriture et lentement elle prit la voie des airs pour se rendre jusqu’à sa bouche. Il avait l’impression d’être retombé en enfance et de se faire nourrir par sa mère. La honte... Mais Ellana n’avait pas tort et le regard qu’elle lui lança voulait tout dire. Dorguan et Ayden n’avaient fait que profiter de l’opportunité pour se moquer de lui devant tout ce monde.

‘‘ Bientôt vous serez de nouveau sur pieds et vous pourrez leur montrer. ‘‘

En effet, bientôt ces deux-là verraient de quel bois il se chauffait, et ce, dès qu’il serait en meilleure forme. Ils passeraient un mauvais quart d’heure. Pour le moment, Kaëran se contenta de manger lentement avec l’aide d’Ellana histoire de reprendre un peu plus de force. Déjà, il se sentait beaucoup mieux que depuis son retour fracassant, car oui, il avait senti sa tête cognée contre l’embrasure de la porte de sa chambre lorsqu’on l’avait fait entrer dans sa demeure le fameux soir. Les assiettes vides, le plateau fut posé sur la table de chevet, car il fallait faire place aux bandages et toute la camelote qui les accompagnait. L’homme se tourna légèrement afin de permettre à Ellana d’appliquer l’onguent avec un peu plus de facilité. Les bandages souillés furent déroulés de sa taille ainsi que de son épaule puis les doigts fins de la couturière glissèrent dans l’onguent.

‘‘ Dites-moi si je vous fais mal… ‘‘ Dit-elle, commençant l’application.

‘‘ C’est froid et ça picote, mais ça ne fait pas mal. ‘‘

Kaëran grimaçait de temps à autre à cause de la sensibilité de sa peau autour des plaies, mais pas parce qu’Ellana était brusque, tout le contraire. Elle était d’une extrême délicatesse, mais ses mouvements se stoppèrent d’un coup , ce qui attira son attention. La jeune femme semblait dans le vague et secouait la tête avant de se redresser. Ses joues étaient légèrement roses sans qu’il ne comprenne pourquoi.

‘‘ Désolée j’ai… pensé à quelque chose d’autre… ‘‘

Le Lieutenant ne semblait pas comprendre, et ne chercha pas non plus à savoir, lui faisant un sourire en coin. De toute manière, si elle avait besoin de parler, elle savait pertinemment qu’il était là pour elle, peu importe ses questions et les sujets de discussion. Les soins furent achevés et Kaë se retrouva une seconde fois momifié. Ellana posa le tout sur la commode et vint s’installer près de lui avec le livre qui lui avait servi à faire les leçons de lecture.

‘‘ J’ai lu la moitié de votre livre Kaëran. Il est très beau. Je comprends ce que je lis maintenant et c’est grâce à vous. Merci infiniment… ‘‘

‘‘ Ce n’est rien... et puis ça m’a fait plaisir de te montrer. Vraiment...‘‘

Le livre s’ouvrit alors sur les pages où la jeune femme avait cessé sa lecture puis son regard se posa sur Kaëran brusquement.

‘‘ Mais ! Je pourrais vous faire la lecture! Ainsi, vous verriez à quel point vous êtes un excellent professeur ! ‘‘

Ces paroles lui firent l’effet d’un velours. Il ne lui avait montré que ce qu’il savait et de la meilleure façon possible pour qu’elle puisse comprendre aisément sans trop s’entortiller l’esprit. Mais comme tout professeur, il était fier de ce qu’avait accompli son élève et il lui souria, acquiesçant d’un simple signe de tête à sa demande. Si ça pouvait lui faire plaisir, soit. Ainsi, il pourrait se détendre à la seule écoute de sa voix mielleuse. Hewie profita de ce moment pour grimper sur le lit et vint se coucher sur le cou du Lieutenant qu’on venait de border. La lecture commença et Ellana se débrouillait comme un chef. Rares étaient les fois où elle butait et lorsque ça arrivait, elle finissait par se reprendre et continuer. Le hic, c’est que le sommeil gagnait l’homme qui s’assoupit lentement.

Le lendemain matin, Kaëran se réveilla à cause d’une petite bête poilue qui lui léchait le front, là, juste entre les deux yeux. Grimaçant donc, l’homme ouvrit les yeux et s’étira en bâillant. À côté, dans le fauteuil, se trouvait Ellana. Ses traits fins et angéliques étaient tirés par deux nuits sans sommeil et elle luttait pour ne pas s’endormir. La pauvre... D’un bras, Kaë se redressa pour s’assoir et croisa les jambes sous les draps, lui faisant un sourire endormi.

‘‘ Bon matin... ‘‘

Encore une fois, la jeune couturière lui changea ses bandages alors qu’il se réveillait tranquillement, mais cette fois, il se tira jusqu’au bord du lit, car il ressentait le besoin urgent de se dégourdir les jambes.

‘‘ Je vais descendre pour le petit-déj’. ‘‘

Ellana ne semblait guère rassurée et dut l’aider à se tenir en équilibre lorsqu’il se redressa sur ses jambes. Le bras de la femme autour de sa taille le fit frissonner imperceptiblement et il se surprit à rester figé dans son regard bicolore et inquiet. Kaëran redressa le nez, gêné puis commença ses pas tranquillement jusqu’à sortir de la pièce avec son aide. Le défi fut l’escalier, mais à deux ils y arrivèrent. Quelle ne fut pas la surprise des vieux mariés de voir les jeunes descendre pour s’installer à table.

‘‘ Eh bien ! Comment va notre jeune fringant ? ‘‘

‘‘ Beaucoup mieux déjà. Merci à vous. ‘‘

‘‘ C’est tout naturel mon grand ‘‘

Kaëran leur sourit puis ils s’installèrent pour manger. L’après-midi, on le sortit dans la cour arrière pour lui permettre de prendre un peu l’air et de marcher. Après un moment, il y arriva seul, mais n’était toujours pas très solide sur ses jambes. Après deux heures, le Lieutenant fut pris d’un coup de fatigue et on le monta à sa chambre, Ellana restant à son chevet. Dorguan et Eiriel les laissèrent seuls et retournèrent en bas.

‘‘ Tu devrais dormir un peu, Ellana. ‘‘ Dit-il alors qu’il se tournait sur le côté, là où ses blessures ne le gênait pas.

Sauf que la couturière ne semblait pas être de cet avis, voulant veiller sur lui jusqu’à ce qu’il aille mieux.

‘‘ Eiriel et Dorguan sont en bas. Tu n’as pas à t’inquiéter et je vais mieux maintenant. ‘‘

encore une fois, elle ne semblait pas d’accord. Alors Kaëran fronça les sourcils et chercha une solution qui pourrait permettre à sa protégée de pouvoir prendre un peu de repos, sans qu’elle n’ait à s’éloigner. Le Lieutenant se poussa alors pour lui laisser une place. De toute manière, son lit était amplement grand pour trois personnes de large (manière de parler). D’une main, Kaë tapota le matelas et encore une fois, il essuya un refus. Ellana avait violement rougit, lui aussi, un peu ... juste un petit peu. Mais elle devait dormir ! Sans chercher à la convaincre davantage, l’homme étira le bras et vint chercher le poignet de la jeune femme, la tirant jusqu’à lui délicatement.

‘‘ Il faut que tu dormes un peu si tu veux tenir debout encore une nuit et puis, je ne te mangerai pas. Euh ... ne te ferai pas de mal je veux dire... hum ... Pardon... ‘‘ Balbutia t-il.

________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mer 20 Fév - 21:03

La nuit défila lentement. Les deux premières heures, Ellana lut, profitant des dernières lueurs de la bougie tout comme du soleil. Ensuite, elle changea les pansements du dormeur, délicatement, faisant son possible pour ne pas le réveiller.

Mais ensuite…elle ne réussit plus à lire à cause de l'obscurité, et ses paupières se fermaient lentement. Non…elle ne devait pas dormir et par le passé elle avait déjà réussit à tenir des jours et des jours sans prendre une seule heure de repos. Alors elle y arriverait maintenant aussi, pour la simple raison que là, elle avait un but : veiller sur Kaëran. Et…réfléchir sur son étrange maladie. D'ailleurs le jeune homme ne l'aidait guère…en dormant, il la berçait sans le vouloir de part sa respiration calme.

Ce fût donc avec une certaine impatience qu'elle attendit le lever du soleil. Celui-ci s'amusa même à se montrer plus lent, comme une star qui aime se faire attendre de ses fans…

Elle regardait fixement Kaëran et le vit s'agiter, se réveillant lentement. Elle le vit donc ouvrir les paupières, libérant son magnifique regard, et il se redressa lentement, lui offrant un joli sourire teinté de sommeil pour dire :

-Bon matin...

Elle lui rendit son sourire et se leva, prenant les bandages et lui changeant une nouvelle fois le tout. Les plaies cicatrisaient bien et elle était stupéfaite de voir le changement en si peu de temps. Certes il faudrait encore du temps avant que tout ne soit qu'un souvenir et qu'il puisse effectuer tous les mouvements qu'il faisait au sein de l'armée, mais c'était en bonne voie.
Une fois qu'elle eut tout rangé, elle voulut lui dire que le petit-déjeuner allait arriver, lorsqu'il se mit sur le bord du lit en déclarant :

-Je vais descendre pour le petit-déj’.

Hein ?! Mais…il n'avait pas assez de forces ! Et Ayden ni Dorguan n'étaient là pour l'aider ! Elle n'y arriverait pas ! Et s'il tombait par sa faute et se faisait encore plus mal ? Oh mon dieu…
Elle se calma lentement et l'aida, parce qu'il ne changerait pas d'avis, mettant sa main autour de la taille du Lieutenant. A nouveau, les papillons s'en donnèrent à cœur joie mais…il l'observait sans ciller. Elle-même se noya dans son regard bleuté teinté de vert à certains endroits, si profond et si…

Il redressa la tête, commençant à marcher. Elle-même fronça les sourcils, gênée, se demandant vraiment ce qu'elle avait…
Lentement, il avança, s'appuyant sur Ellana qui l'aidait. Le plus dur fût sans conteste les escaliers, mais avec prudence et délicatesse, le jeune homme fût en bas des marches, prêt à manger avec le reste des invités. Dorguan et Eiriel, en train de tout préparer, furent considérablement surpris de voir leur faux-fils descendre ! Mais ils s'échangèrent un petit sourire imperceptible en voyant Ellana le tenir par la taille pour l'aider…

Après les salutations et remerciements, ils s'installèrent pour manger et cette fois, la jeune femme ne se retint pas. Elle avait faim après ses quelques jours ou elle n'avait quasiment rien avalé ! En même temps, elle s'était tellement inquiétée pour Kaëran que son estomac avait refusé la moindre nourriture…

Ensuite, la matinée fût consacrée au changement de bandage et à faire marcher Kaëran, celui-ci voulant sortir durant l'après-midi.

Alors, avec Dorguan et Eiriel, ils sortirent tous, profitant du soleil et des dernières chaleurs de l'été avant l'automne. Kaëran marchait seul, Dorguan le suivant pour le retenir si jamais.

-C'est bientôt son anniversaire. Chuchota la paysanne à Ellana en regardant le Lieutenant.

Ellana la regarda, haussant un sourcil. Son…anniversaire ? C'était quoi ? Ca voulait dire quoi ? Il était vrai que son père ne lui avait jamais souhaité son anniversaire ni rien. Elle savait juste que chaque année, au milieu du printemps, il pleurait la mort de sa femme…

-L'anniversaire, c'est le jour de naissance d'une personne. C'est une fête parce qu'on à un an de plus tu vois ? Et bien Kaëran fêtera ses vingt-cinq ans dans quelques temps. Tu pourrais lui offrir quelque chose ? Expliqua Eiriel en voyant l'air déconfit de la jeune femme.

Ellana ne put cependant pas répondre, les deux hommes revenant pour souffler cinq minutes. Lui offrir quelque chose…oui bien sûr qu'elle voulait lui offrir un cadeau, rien que pour le remercier de tout ce qu'il faisait pour elle….mais quoi ? Il fallait qu'elle y songe…

Kaëran ne put continuer à marcher, étant pris d'un coup de fatigue et Dorguan l'aida à remonter, le recouchant convenablement dans son lit et laissant à Ellana le soin de veiller sur lui, les quittant avec sa femme.

Le jeune homme se coucha alors de côté et lui dit :

-Tu devrais dormir un peu, Ellana.

Dormir ? Hors de question ! Elle devait veiller sur lui et ce, jusqu'à ce qu'il soit rétablit entièrement. N'avait-il pas lui aussi passé des nuits blanches pour elle ?

-Eiriel et Dorguan sont en bas. Tu n’as pas à t’inquiéter et je vais mieux maintenant.

Elle secoua la tête en guise de refus. Non mais c'était bon ! Elle tiendrait ! Mais le pire (enfin pas vraiment mais bon) était à venir. Il se poussa de côté et tapa sur le matelas, pour qu'elle vienne se coucher…à côté de lui ! Elle se sentit rougir atrocement et refusa. Non mais jamais elle ne pourrait dormir à ses côtés ! Il était blessé et puis…sentir ce corps contre elle comme lorsqu'il l'avait réconfortée…non mais à quoi pensait-elle ?! Elle chassa ce genre de pensées de sa tête et tenta d'éloigner les papillons de son ventre, en vain.

Et d'un coup elle sentit une main lui prendre le poignet pour la tirer dans une direction bien précise : le lit. Son cœur fît un bond dans sa poitrine alors qu'elle s'affalait sur le matelas plus que confortable. Et dire que quelques temps auparavant l'autre Ellana aurait courut se punir quelque part…

-Il faut que tu dormes un peu si tu veux tenir debout encore une nuit et puis, je ne te mangerai pas. Euh ... ne te ferai pas de mal je veux dire... hum ... Pardon...

Elle le savait qu'il ne lui ferait rien, mais non…le soir tombait lentement à nouveau et elle pouvait encore tenir…sans qu'elle le veuille cependant, ses yeux se fermèrent, l'emportant loin dans ses rêves de bonheur qui commençait à peine à pointer le bout de son nez pour elle.

Elle dormit profondément, et ce jusqu'au petit matin. Elle manqua donc le repas du soir, qu'Eiriel apporta dans la chambre. Ce fût donc la paysanne qui s'occupât de nourrir le jeune homme et de lui changer les pansements, ne pouvant s'empêcher de sourire en voyant Ellana couchée à côté de lui.

Ellana ouvrit lentement les yeux. Elle fronça les sourcils, sentant une couverture recouvrir son corps et quelque chose de moelleux la soutenant…mais surtout, cette magnifique odeur qui la faisait planer depuis un certain temps, accompagnée des papillons dans son ventre…

Kaëran ! Elle ouvrit encore plus grand les yeux, tombant nez à nez avec le torse enrubanné du Lieutenant. Durant son sommeil, elle s'était rapprochée de lui sans le vouloir. Rouge, gênée, elle s'éloigna, se leva, se maudissant d'avoir dormit si longtemps et surtout, à côté de lui ! Malheureusement, elle le réveilla et elle n'osa même pas le regarder pour dire :

-Bonjour…désolée…je ne voulais pas dormir, je n'ai même pas pu veiller sur vous cette nuit…quelle incapable…

Elle soupira et alla devant la glace pour replacer ses cheveux convenablement, le laissant se réveiller entièrement. Ensuite, elle lui changea les pansements, s'en voulant toujours.

Mais…en général Eiriel montait déjà avec le plateau…même s'il parvenait à marcher, il devait tout de même se contenir un peu et elle préférait qu'il marche une fois le ventre plein.

-Je…vais voir si le petit-déjeuner est prêt. Ne bougez pas…j'arrive. S'il vous plaît.

Elle n'aimait ni donner un semblant d'ordre, ni même s'éloigner de lui. Elle se dépêcha donc et descendit, arrivant devant la porte de la cuisine, s'y figeant.

Devant elle se jouait un drôle de spectacle. Le plateau était prêt, sur la table à un mètre d'Ellana, mais autre chose retint son attention. Dorguan et Eiriel étaient tous deux l'un contre l'autre, main dans la main ou sur la hanche, et tournaient en fredonnant, s'embrassant même. Dorguan mordillait l'oreille de sa femme, glissant ses mains calleuses sur les fesses d'Eiriel qui riait et se mordait la lèvre. Ellana fît une petite moue, loin d'être aussi réussie que celle de Kaëran mais même, se sentant tout d'un coup…en trop.

Gênée et encore plus rouge qu'avant, elle prit le plateau en silence et remonta, visage camouflé par ses cheveux. Elle posa le plateau sur les jambes de Kaëran, détournant rapidement la tête pour qu'il ne voie pas une fois de plus les couleurs rougeoyantes de ses joues.

Cependant elle sentit son regard interrogateur sur elle et se tourna lentement en murmurant :

-Dorguan et Eiriel…font de drôles de choses…en bas…je fais tout de travers de nouveau aujourd'hui…

Entre dormir avec Kaëran, surprendre le couple dans son moment intime, rougir sans arrêt, supporter les papillons de son ventre…elle était servie. Elle aida Kaëran à manger, camouflant ses légers tremblements et surtout ses frissons lorsque par mégarde il la frôlait. Il fallait vraiment qu'elle sache ce qu'elle avait pour pouvoir comprendre son état…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 21 Fév - 3:20


________________________________________________


Chapitre 2
Prise de conscience, partie 5

◆ ◆ ◆



La pauvre semblait littéralement mal à l’aise, mais ne chercha pas à se dérober au plus grand bonheur du Lieutenant. Ellana avait à peine touché le matelas et posé sa tête sur un des nombreux oreillers que ses paupières, qui luttaient bravement contre le sommeil, se fermèrent d’elles-mêmes lentement. Voilà. Cinq petites minutes plus tard et elle dormait à point fermé. Kaëran se redressa sur un coude pour tirer les draps sur la jeune femme et s’allongea sur le côté à son tour. Cependant, il ne ferma pas les yeux tout de suite. Non. Il observait sa protégée dormir, sa poitrine se soulevant imperceptiblement sous le rythme de sa respiration. Un faible sourire en coin se dessina à ses lèvres alors qu’il repoussait une mèche de ses cheveux noirs derrière son oreille droite. Cette femme était d’une beauté qu’il ne saurait expliqué, autant sur le point de vu psychique que physique. Sa personnalité était vivante et ne faisait que commencer à s’épanouir, à sortir de sa tanière. Et c’était sans parler de ce don qu’elle avait de s’émerveiller devant les plus simples choses de la vie. Elle était... exceptionnelle.

Lui aussi trouva le chemin du repos, ce qui ne pouvait que leur être bénéfique à tous les deux. Au petit matin, les rayons du soleil tardèrent à montrer le bout de leur nez et puis c’était un peu normal avec l’approche de l’hiver. Kaëran fut le premier réveillé et son regard se porta sur l’endormie qui s’était drôlement rapprochée depuis la veille. Peut-être avait-elle eu froid ? Enfin bref. Le Lieutenant ne s’attarda pas plus que ça sur son questionnement et s’asseya lorsqu’il entendit la porte de sa chambre s’ouvrir dans un faible grincement pour laisser apparaître Eiriel. Au premier coup d’oeil, elle semblait chercher quelque chose, jusqu’à ce que son sourire s’étire. Eh oui, Ellana dormait encore à point fermé à côté de lui. Prenant le nécessaire de soin, la paysanne vint s’installer du côté de Kaëran et posa le tout sur les draps, laissant le plateau-repas sur la table de chevet.

‘‘ Eh bien, je ne croyais pas la retrouver dans ton lit ce matin. ‘‘ Chuchotta t-elle. ‘‘ Alors, tu t’es enfin jeté à l’eau ? ‘‘

‘‘ Eiriel... Pourrais-tu être plus précise. Je ne vois pas de quoi tu parles ! ‘‘ Lui répondit-il sur le même ton.

‘‘ Décidément, tu es aveugle ou tu refuses de te rendre à l’évidence ! Je vais t’aider alors... Elle te plaît et ça crève les yeux. Quand vas-tu le lui dire ? ‘‘

Kaëran déglutit et posa son regard sur la couturière qui dormait paisiblement juste là. À sa gauche. Ses yeux l’observèrent un long moment avant que ses paupières ne se lèvent, que ses poumons laissaient échapper un long et profond soupir et que son regard se pose de nouveau sur Eiriel.

‘‘ Tu vas me dire que tu n’as pas de temps pour ça encore ? Et tu feras quoi lorsqu’elle partira ? Qu’elle trouvera un homme ? Tu vas grogner et le regretter ? Alors moi je dis non. Retrousse tes manches et dis-le-lui! ‘‘

‘‘ Mais attends ! Tu sautes aux conclusions trop rapidement Eiri’... Elle se relève et commence à peine à comprendre le fonctionnement du monde extérieur ‘‘

‘‘ Justement, tu pourrais lui montrer cette autre facette. Et puis... je suis certaine qu’elle aimerait. Maintenant, ouvre-moi cette belle gueule que je puisse te nourrir à la petite cuillère ! Je me sens nostalgique d’un coup... ‘‘

Le Lieutenant réussit à chasser sa gêne et lui souria, ouvrant la bouche dès qu’Eiriel postait la fourchette devant sa bouche même s’il insistait pour manger seul. La paysanne refusant, voulant profiter de ce privilège temporaire puis quitta la chambre, le laissant se recoucher pour qu’il continue à prendre du repos. Kaë sommeilla pendant quelques petites heures et se réveilla lorsqu’il sentit du mouvement à ses côtés. Ellana s’était tiré hors du lit et lui tournait le dos, replaçant sa crinière devant la glace en s’excusant. Lui souriait faiblement, s’asseyant pour la seconde fois ce matin. Ellana s’occupa de ses plaies, comme à son habitude.

‘‘ Je…vais voir si le petit-déjeuner est prêt. Ne bougez pas…j’arrive. S’il vous plaît. ‘‘

Il aurait très bien pu se lever et y aller de lui-même puisqu’il avait repris suffisamment de force pour marcher sans avoir besoin d’appuis.. Acquiesçant à la demande d’Ellana, le soldat resta sagement assis dans son lit, draps sur les jambes et chat sur les draps. Hewie ronronnait et se laissait caresser par son maître qui réfléchissait aux paroles d’Eiriel. Il n’y avait plus aucun doute là dessus; il avait le béguin pour sa protégée. Pour la jeune femme apeurée qu’il avait sortie de l’enfer sans le savoir. C’est alors que la porte s’ouvrit de nouveau sur Ellana qui semblait extrêmement... choquée ? Le plateau contenant la soupe et le thé fut automatiquement posé sur les jambes de l’homme alors que la couturière détournait le regard. Mais qu’est-ce qu’elle avait ? Eiriel lui avait-elle parlé de la conversation qu’elle avait eue avec lui ce matin ?

‘‘ Dorguan et Eiriel…font de drôles de choses…en bas…je fais tout de travers de nouveau aujourd’hui… ‘‘ Murmura t-elle.

‘‘ Mais non, voyons. Tu n’as pas à te blâmer pour quoi que ce soit, Ellana... ‘‘

Elle l’aida alors à manger, la frôlant alors qu’il prenait un petit pain. À chaque fois, il déglutissait et son coeur sautait un bon lorsqu’il avait le malheur de croiser son regard si vivant. Mais Ellana était toujours aussi rouge.

‘‘ Viens, on va aller voir. ‘‘

Ils avaient terminé de manger et laissèrent le tout sur la table de chevet. Kaëran ouvrit donc la porte par lui-même et prit les devants en marchant d’un pas discret, une main frôlant le mur au cas où il perdrait l’équilibre. Il descendit quelques marches de l’escalier et s’accroupit, faisant signe à Ellana de venir à ses côtés. Leur regard se posa alors sur le vieux couple et un sourire amusé se dessina sur les lèvres du Lieutenant. Il tourna quelque peu la tête vers lui et chuchota :

‘‘ Ils dansent. ‘‘ Mais il vit l’incompréhension sur le visage de la jeune femme. ‘‘ Habituellement, on fait ça sur une musique, une série de sons qui se complètent. ‘‘

Il se tut puis reposa son regard sur Dorguan et Eiriel qui se chuchotaient des mots doux, s’embrassaient et se mordillaient les oreilles doucement. Là, ça commençait à devenir un peu gênant, mais Ellana se pencha légèrement vers l’avant et demanda:

‘‘ Qu’est-ce qu’ils font ? Pourquoi Eiriel se laisse-t-elle mordre les oreilles ? Ça ne lui fait pas mal ? ‘‘ Chuchotta t-elle à son tour.

Kaëran n’eut aucunement le temps de répondre qu’en bas, ça devenait un peu plus chaud. Le forgeron serait la fesse gauche de sa femme dans l’une de ses grandes mains et la glissa jusqu’à son dos, dévoilant un bout de peau alors que leurs baisers s’intensifiaient de seconde en seconde.

‘‘ Viens. ‘‘

‘‘ Mais ! ‘‘

‘‘ Pas de mais. Viens. ‘‘

Le Lieutenant se redressa sur ses jambes et s’empressa de prendre un des poignets d’Ellana pour l’entraîner à sa suite jusqu’à sa chambre, refermant la porte. Ils entendirent alors les bruits de pas dans l’escalier, suivi de petit ricanement et de chuchotements, puis une porte qui se refermait.

‘‘ Qu’est-ce qu’ils font ? ‘‘

‘‘ Tu ne veux pas savoir et moi non plus ... ‘‘

Mais le moment qu’il redoutait arriva; les gémissements d’Eiriel qui tentait de se contenir comme elle le pouvait, endurant les doux supplices de son époux. Kaëran accota son front contre la porte et soupira de découragement. Voilà, ça commençait ! Ils s’envoyaient en l’air alors qu’il y avait d’autres personnes sur le même étage ! Kaëran regarda alors Ellana du coin de l’oeil gauche et celle-ci écoutait attentivement, un coup surprise, l’autre choquée. Elle se mit même à paniquer lorsque les sons se firent un peu plus fréquents.

‘‘ Qu’est-ce que Dorguan lui fait ? Il ... lui fait mal ? Pourquoi Eiriel gémit-elle ? Pourquoi ne cri t-elle pas ? Il... il faut l’aider Kaëran ! ‘‘

Elle allait ouvrir la porte et se précipiter dans le couloir lorsque Kaëran l’attrapa au vol et l’entraîna avec lui au rez-de-chaussée, sortant dans la cour arrière pour prendre l’air et surtout laisser les vieux mariés recouvrer leur fougue d’antan. Sauf qu’il y en avait une qui ne semblait pas comprendre ce qui se passait dans l’ancienne chambre de Naël. Les jeunes adultes prirent donc place sur le banc.

‘‘ Pourquoi ne l’avons-nous pas aidé? Il lui faisait la même chose que... que l’homme de l’autre nuit ! Mais pourquoi Eiriel semblait-elle aimer ça ? ‘‘

‘‘ Ellana... ‘‘ Commença t-il, pour ensuite se râcler la gorge. ‘‘ Eiriel et Dorguan son marié. Ils sont unis et s’aiment. Deux personnes qui s’aiment font ça pour... se sentir un peu plus près l’un de l’autre. Ils ont ... hum ... du plaisir... ils jouent à touche pipi ... ‘‘ Se racle la gorge. ‘‘ Deux personnes peuvent faire ça, pour se montrer qu’ils s’apprécient et d’autre, pour faire du mal... comme ton père par exemple. ‘‘

Ellana semblait comprendre un peu... juste un peu, mais elle n’avait pas terminé avec sa rafale de questions, et ce, à son plus grand malheur. En plus, il commençait à se sentir légèrement inconfortable de parler de ça avec elle.

‘‘ Pour le plaisir et parce qu’ils s’aiment ? Comment on peut aimer quelqu’un ? Comment ils font pour se faire plaisir ? Ça m’arrivera un jour ? ‘‘

Bon sang... Le Lieutenant avait des bouffées de chaleur juste au fait de penser à ses explications ou plutôt à ses cours d’éducation sexuelle.

‘‘ Il n’y a pas de mode d’emploi pour ça. C’est quelque chose que tu sentiras le moment venu et puis quand tu aimes quelqu’un c’est quand tu es bien avec lui ou elle et que tu ne te lasses pas de sa compagnie. ‘‘ Il toussota. ‘‘ Et ... euh ... oui ça t’arrivera certainement ... ‘‘

Voilà, son esprit s’embrouillait et son visage s’empourpra juste à repenser aux paroles d’Eiriel. Le visage d’Ellana apparut alors dans son champ de vision et le Lieutenant rougit violemment de plus belle alors qu’il détournait le regard.

‘‘ Pourquoi êtes-vous rouge, Kaëran ? ‘‘

‘‘ Je... suis rouge ? Oh, un écureuil ! ‘‘ Dit-il en pointant la haie où il n’y avait rien du tout.

C’était tout simplement pitoyable comme excuse, mais il fallait qu’il se sorte de ce piège au plus vite ! C’est alors qu’Ayden arriva à la rescousse, sautant d’une branche du saule juste derrière le banc.

‘‘ Bon matin ! C'est l'heure du rapport ! ‘‘ Il fronçant alors les sourcils. ‘‘ Eh bin ! T’es rouge comme une tomate Kaë. Ça va pas ? ‘‘

‘‘ Il a vu ... un écureuil... ‘‘

Kaëran se mit alors à sourire bêtement et se massa la nuque d’embrassement.

Spoiler:
 

________________________________________________


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 21 Fév - 10:59

Une nouvelle fois, Kaëran mangea convenablement et vida le plateau avec elle. Ellana n'arrivait pas à chasser le rouge de ses joues ni même les papillons de son ventre. Et c'était encore pire lorsqu'elle croisait le regard envoûtant du Lieutenant…

-Viens, on va aller voir.

Aller voir ? Kaëran se leva doucement, Ellana prête à l'aider si jamais, et ouvrit la porte, la guidant jusque dans les escaliers. Il se tenait contre le mur, au cas où il perdrait l'équilibre, et s'accroupit alors, lui faisant signe de l'imiter. Ellana vit donc à nouveau les drôles de mouvements effectués par Dorguan et Eiriel, perdus dans leur bulle. Du coin de l'œil, elle vit un sourire apparaître sur les lèvres du Lieutenant qui lui dit alors en murmurant et lui expliquant pour qu'elle comprenne bien :

-Ils dansent. Habituellement, on fait ça sur une musique, une série de sons qui se complètent.

Danser…c'était étrange comme chose…Continuant d'observer, elle fronça les sourcils en voyant l'homme mordre les oreilles de sa femme. Mais…il allait lui faire mal ! Elle se pencha pour voir un peu plus et ne put empêcher les questions de fuser, sur le même ton que Kaëran :

-Qu’est-ce qu’ils font ? Pourquoi Eiriel se laisse-t-elle mordre les oreilles ? Ça ne lui fait pas mal ?

Cependant il ne répondit pas, continuant l'observation. Dorguan avait glissé sa main dans le bas du dos de sa femme, remontant ses habits lentement. Ellana put voir une partie de la peau d'Eiriel, et elle commença sérieusement à s'inquiéter. Il…il allait faire comme l'homme…

-Viens.

Hein ? Non, il fallait aider Eiriel !

-Mais!

- Pas de mais. Viens.

Il se releva alors et lui prit le poignet, envoyant par la même occasion des frissons le long de son bras, et l'entraîna jusque dans la chambre ou il referma la porte. C'est là qu'ils entendirent le couple monter en ricanant et une porte se refermer non loin de là.

-Qu’est-ce qu’ils font ?

Tout ce qu'il lui répondit fût qu'ils n'avaient pas envie de le savoir. Mais d'un coup ils entendirent de drôles de bruits provenant de cette même chambre. Des…gémissements ? Ellana écoutait, attentive, ne faisant pas attention au soupir de Kaëran.
Elle commença à paniquer lorsque les bruits se firent plus nets, plus rapides, plus forts aussi et s'exclama :

-Qu’est-ce que Dorguan lui fait ? Il ... lui fait mal ? Pourquoi Eiriel gémit-elle ? Pourquoi ne cri t-elle pas ? Il... il faut l’aider Kaëran !

Elle se précipita alors, dans le but évident d'ouvrir la porte et d'aller secourir Eiriel, qu'elle pensait réellement en grand danger, revoyant les nuits avec son père ou même celle avec l'homme qui avait tenté…
Kaëran l'attrapa au milieu de sa course, ne la relâchant plus et ce jusqu'à ce qu'ils soient à l'extérieur, assis sur un banc. Bien sûr, on ne vous cache pas que durant tout le trajet elle avait eu des frissons et des papillons mais vous vous en doutez bien…

-Pourquoi ne l’avons-nous pas aidé? Il lui faisait la même chose que... que l’homme de l’autre nuit ! Mais pourquoi Eiriel semblait-elle aimer ça ?

Kaëran se racla alors la gorge pour tenter de lui expliquer cet aspect quelque peu…délicat ?

-Ellana... Eiriel et Dorguan son marié. Ils sont unis et s’aiment. Deux personnes qui s’aiment font ça pour... se sentir un peu plus près l’un de l’autre. Ils ont ... hum ... du plaisir... ils jouent à touche pipi ... Deux personnes peuvent faire ça, pour se montrer qu’ils s’apprécient et d’autre, pour faire du mal... comme ton père par exemple.

Heureusement pour lui, elle comprit un tout petit peu…mais malheureusement cela avait donné d'autres questions à la jeune femme. Pour elle, l'amour lui était inconnu. Elle n'en avait reçu de la part de son père ni de personne d'autre. Les rares qui l'approchaient avaient voulut lui faire du mal à chaque fois, sauf depuis qu'elle était chez Kaëran. Alors elle reprit :

-Pour le plaisir et parce qu’ils s’aiment ? Comment on peut aimer quelqu’un ? Comment ils font pour se faire plaisir ? Ça m’arrivera un jour ?

Peut-être pourrait-il l'aider à comprendre cela…et puis, elle lui demandait si ça pouvait lui arriver, mais elle en doutait fortement. Qui aimerait une femme lâche et qui n'y connaissait rien, qui savait à peine lire et écrire et qui avait peur du monde qui l'entourait ? Un monde nouveau, mais terrifiant pour elle. Qui voudrait lui faire ce que Dorguan faisait à Eiriel pour le plaisir ? Personne…les hommes ne voulaient que la forcer…comme son père…
Elle ne remarqua pas vraiment l'immense gêne du Lieutenant qui répondit :

-Il n’y a pas de mode d’emploi pour ça. C’est quelque chose que tu sentiras le moment venu et puis quand tu aimes quelqu’un c’est quand tu es bien avec lui ou elle et que tu ne te lasses pas de sa compagnie. Et ... euh ... oui ça t’arrivera certainement ...

Il semblait bizarre d'un coup. Sentir le moment venu ? Ne pas se lasser de quelqu'un ? Elle ne comprenait pas vraiment…mais bon pour le moment, elle se pencha et mit son visage devant lui pour l'observer. Il était…

-Pourquoi êtes-vous rouge, Kaëran ?

-Je... suis rouge ? Oh, un écureuil !

Il pointait la haie et Ellana regarda dans la direction, mais elle ne vit absolument rien. Mais qu'avait-il ? Était-ce à cause de ses blessures ? Ne ferait-il pas mieux de rentrer et se reposer ? Ou bien était-ce elle qui avait de nouveau posé trop de questions ?

Elle voulut donc l'entraîner à l'intérieur, surtout que cette journée-ci était frisquet avec le vent frais, mais Ayden arriva soudain, s'exclamant en fronçant un peu les sourcils :

-Bon matin ! C'est l'heure du rapport ! Eh bin ! T’es rouge comme une tomate Kaë. Ça va pas ?

Ellana répondit pour le Lieutenant :

-Il a vu ... un écureuil...

Elle regarda ensuite Kaëran et le vit sourire étrangement, avant de se masser la nuque. Qu'avait-elle fait ? Ou dit ? Pourquoi était-il ainsi soudainement ? Le pire, c'est qu'Ayden semblait avoir compris…Elle se leva alors et dit :

-Je…vais vous laisser faire votre rapport Ayden…

Elle sourit timidement et rentra, remontant dans la maison. Elle ignora tant bien que mal les petits cris poussés par Eiriel, se convainquant que non, Dorguan ne la forçait pas et qu'ils aimaient ça tous les deux. Elle prit le plateau du petit-déjeuner et redescendit pour tout ranger et nettoyer, voyant les deux hommes discuter dehors. Elle voyait le dos de Kaëran, ainsi que son profil, puisqu'il avait tourné la tête vers Ayden qui avait pris la place qu'elle avait occupée.

Encore une fois, les papillons décollèrent, et elle resta subjuguée en regardant ses lèvres bouger et ses yeux briller sous les faibles rayons de soleil. Ses cheveux en bataille qui volaient avec le vent, lui donnant un petit air…rebelle…

La tasse qu'elle avait en main glissa alors, se fracassant sur le sol de la cuisine, en mille morceaux. Elle sursauta, marcha même dans un débris qui s'enfonça faiblement dans son pied. Se maudissant, elle se baissa pour tout ramasser, au moment ou Ayden accourait, Kaëran non loin derrière, ralentit à cause de ses blessures.

-Ca va ? Attends je vais t'aider.

-Non, c'est bon je peux tout nettoyer…ça m'a glissé des mains c'est tout…

L'ancienne Ellana aurait courut se punir quelque part et se serait agenouillée devant l'homme de la maison pour demander pardon. Là, elle tremblait parce qu'elle n'aimait pas casser des objets et puis parce qu'elle ne comprenait pas ce qu'elle avait aujourd'hui. Ayden l'aida cependant, disant avec un sourire enjôleur de nouveau :

-Il ne faudrait pas que tu te coupes, belle créature…

Elle sourit faiblement, le remerciant une fois qu'il eut tout ramassé et jeté. Prenant une éponge et une serviette, elle nettoya le sol, s'excusant du regard auprès de Kaëran.
Ce fût Ayden qui l'aida à remonter, suivis de la jeune femme. On réinstalla le blessé sur son lit et, heureusement pour eux, les bruits dans la chambre s'étaient tus. Si Ayden les avaient entendus…

Laissant une nouvelle fois les deux hommes ensemble pour qu'ils terminent leur discussion qu'elle avait interrompue sans le vouloir, elle alla s'enfermer dans la salle de bain, s'agrippant à la commode. Elle allait prendre un bon bain, et ensuite tout irait mieux. Elle ne ferait plus la maladroite, ne serait plus aussi idiote et aiderait Kaëran convenablement. Se déshabillant donc, elle vérifia juste la plante de ses pieds au cas où il y aurait encore un morceau de la tasse, puis elle entra dans l'eau chaude et mousseuse du bain, plongeant entièrement dedans. Voilà…l'eau emplissait ses tympans et elle n'entendait rien d'autre que les battements de son propre cœur qui semblait vouloir sortir de sa poitrine. Jamais elle n'avait été ainsi…

Ressortant, elle se prit à réfléchir à un cadeau pour l'anniversaire de Kaëran, se séchant en même temps. Tout ce qu'elle savait faire c'était coudre. Elle ne sortait pas sans Kaëran et ne savait même pas se servir de l'argent. Il fallait donc qu'elle fasse quelque chose avec ce qu'elle avait. Eiriel lui prêterait sans doute le tissu, à moins qu'il n'en reste de ce que Naël avait l'autre fois…un vêtement ? Non, il en avait et puis Eiriel s'en occupait très bien. Que faisait-il d'autre sinon ? Lire !

Voilà l'idée ! Elle allait lui faire quelque chose d'unique parce que personne ne l'avait encore fait. Elle avait vu les coins de la couverture du livre écornés. Et c'était dommage pour un bel ouvrage d'être abimé de la sorte. Elle allait donc lui coudre un protège-livre…elle pourrait même commencer directement la nuit suivante, puisqu'elle reprendrait sa veille.

Contente de savoir quoi faire, elle ressortit, et constata qu'Ayden était partit. Elle croisa Dorguan et Eiriel, rouges à leur tour. C'était une manie ce jour-ci, d'être rouge ! Retournant auprès de Kaëran, elle entreprit une nouvelle fois de lui changer ses pansements. Elle frissonnait à chaque fois, et ce n'était pas à cause de la crème…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-