Partagez | 
 

 Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mer 6 Fév - 17:48

________________________________________________


Chapitre 1
Un invité... indésirable

◆ ◆ ◆



    Le silence qui s’en suivit aussitôt après força Kaëran à tourner de moitié son corps. Il posa les yeux sur Ellana qui semblait confuse, de prime abord, et qui réfléchissait à ce qu’elle pouvait répondre. De toute manière, la réponse du Lieutenant était toute faite dans sa tête et il ne laisserait pas cette petite bête retourner à l’extérieur. S’il les avait suivis à l’intérieur de la maison, c’était qu’il y avait une raison. Ellana ouvrit alors la bouche, et d’une voix peu assurée, elle répondit:

    ‘‘ Je…je ne peux pas le…le garder…je n’ai pas le droit enfin, rien n’est à moi et…je ne peux pas… ‘‘

    Mais l’animal restait au pied de la jeune femme et continuait de se frôler à ses chevilles. Après quelques secondes, il finit par s’assoir à ses pieds et leva ses yeux dorés vers le haut, miaulant, comme s’il l’incitait à changer d’avis pour qu’elle veuille bien accepter qu’il reste. Kaëran, quant à lui, fronçait les sourcils. Il fallait qu’Ellana s’enlève de la tête qu’elle n’avait droit à rien et qu’elle prenne les devants. Certes cela allait être difficile, mais le soutien était là et elle y parviendrait. Ce n’était qu’une question de temps après tout. Le regard mi-argenté et mi-bleuté de la jeune femme s’abaissa sur le chat puis de nouveau sur Kaëran qui patientait. Un sourire se forma sur le coin de ses lèvres et d’une voix reconnaissante elle dit :

    ‘‘ Merci… ‘‘

    Dans ce seul petit mot, il y sentait une profonde joie. Ellana avait droit comme n’importe qui d’avoir accès aux petits plaisirs de la vie et de l’aider à revivre et déployer ses ailes lui faisait plaisir. La jeune couturière était beaucoup plus jolie sans cet air renfrogné et malheureux. Donc en guise de réponse à son remerciement, Kaëran lui renvoya son sourire et rapporta son regard vers le feu qui venait tout juste de s’étouffer. Arh ... il fallait le rallumer maintenant ! N’étant pas le plus doué pour rendre la vie à des flammes mortes, le Lieutenant fit son possible bien que ça lui prit une éternité. Ellana avait même pu commencer à faire le repas. Voilà. Enfin ! Le feu reprenait vie sous la cheminée et le jeune homme put rejoindre sa protégée à la cuisine. Encore une fois, elle fit preuve de retenue, mais Kaë n’en fit pas de cas. On ne se débarrassait quand même pas d’une habitude du jour au lendemain, non ? Le chat lui, restait à leurs pieds, juste derrière et ne manquait pas de manger les bouts de viande qui tombait au sol. Celui-ci miaula, réclamant davantage, mais à la place, la petite boule de poil eut droit à un bol de lait. Bien entendu, l’animal sauta pratiquement dedans et lapa la surface avec appétit. Ça devait bien faire plusieurs jours qu’il n’avait pas mangé à voir sa corpulence; il était assez chétif pour un matou.

    Une fois le repas prêt, les jeunes adultes s’installèrent à table et commencèrent à manger tranquillement. Perdu dans ses pensées, Kaëran picossait dans son assiette, faisant perdurer le silence à table. C’était comme s’il s’était retrouvé seul l’espace de quelques minutes où ses yeux se posaient sur la place vide qu’occupait habituellement Naël. Il l’imaginait là, en train de sourire et ne faisant qu’écouter les conversations. Même pendant les pires moments de sa maladie, elle avait su se montrer forte et heureuse. Elle voyait toujours le côté positif de la vie et savait trouver les mots justes pour remonter le moral des siens et savait comment tirer les vers du nez de son fils pour le faire parler, celui-ci n’aimant pas parler de ses sentiments.. Mais elle n’était plus ... C’était ... difficile ...

    D’un coup, Kaëran revint dans le monde des vivants et baissa les yeux vers le matou qui s’amusait à sauter sur ses orteils. Il se lança ensuite dans l’escalade de sa jambe, plantant ses griffes dans ses pantalons et dans sa peau par la même occasion. Le Lieutenant grimaça et allait attraper la bête, mais celle-ci fut plus rapide et se retrouva sur son épaule gauche à lui lécher la joue et renifler sa bouche avant d’y mettre un coup de langue. Cependant, le chat sans nom retrouva le sol après qu’il y fut déposé, mais quelque chose n’allait pas. Son regard vairon se posa sur Ellana qui avait cessé d’un coup de manger. Se sentait-elle coupable ? Il y avait de fortes chances et puis c’était quelque peu normal vu qu’elle luttait contre ses valeurs et la découverte de nouvelles choses.

    Ils finirent donc de manger et Kaëran alla secouer la nappe dans la cour arrière pendant que le nouveau membre de la famille allait faire la sieste devant le feu. Ce ne fut que quelques minutes plus tard qu’Eiriel débarqua. Ses yeux argentés se retrouvèrent au niveau du sol lorsque ses tympans perçurent un miaulement faible. Elle s’exclama, lâchant son sac de toile et s’empressa de le prendre dans ses bras.

    ‘‘ Un chat ! Tu as toujours aimé les chats, Kaëran…qu’il est beau ! ‘‘ S’exclama-t-elle.

    Elle se rendit jusqu’à salon, prit place sur le canapé et commença à jouer avec lui sous le regard découragé de Kaëran qui se tenait debout, les bras croisés derrière le dossier. Le chat ronronnait et gigotait telle une truite hors de l’eau, et ce, jusqu’à ce qu’il décide qu’il en ait marre et se roule en boule devant le feu de foyer.

    ‘‘ Où est Ellana ? Il me semblait qu’elle était là il y a quelques minutes. ‘‘

    ‘‘ Elle est peut-être montée. Je vais aller voir ... ‘‘

    Kaëran posa les pieds sur l’escalier et monta d’un pas régulier, se dirigeant vers la chambre d’Ellana qui se trouvait tout au fond du couloir. Il crut entendre parler et s’arrêta juste devant la porte. Les paroles étaient claires et le jeune homme parvenait très bien à entendre ce qu’elle disait...

    ‘‘ Je ne peux pas devenir quelqu’un d’autre…j’ai tué ma mère je ne peux pas…mon père ne le mérite pas, je lui ai fait mal, je n’ai pas le droit… ‘‘

    À l’extérieur de la pièce, le Lieutenant laissa échapper un long et profond soupir. Sa tête se baissa légèrement alors que ses yeux fixaient la poignée de la porte. Il se sentait mal à l’aise d’avoir pu entendre ces paroles, mais d’un autre côté, celle pourrait lui permettre d’enfin expliquer certaines choses à Ellana qu’elle ignorait même si elle ne voudrait certainement pas les entendre. Après un long moment d’hésitation, Kaë toqua à la porte puis l’ouvrit délicatement. Encore une fois, il vit les manches remontés de la chemise de la jeune femme et fronça les sourcils. Sans dire quoi que ce soit, il fit demi-tour, entra dans la salle d’eau, prit le nécessaire de soin et revint dans la chambre. Il s’agenouilla au sol, devant elle et prit son poignet droit afin d’observer les plaies à la lueur du jour. Une grimace d’horreur se forma sur son visage à la vue de l’infection qui commençait à prendre le dessus.

    ‘‘ Tu finiras par perdre tes bras si tu enlèves les bandages et ne donne pas une chance à tes blessures de se cicatriser ... ‘‘

    Et en effet, si elle continuait en ce sens, ils devraient amputer, car l’infection prendrait beaucoup trop d’ampleur. Le soldat leva légèrement les yeux et eut droit au regard choqué d’Ellana qui ne semblait pas en croire ses oreilles.

    ‘‘ Ils finiront par tomber ... pouf ... ‘‘

    Mais ces derniers mots furent de trop, car la jeune femme commençait à paniquer et il le sentait. Se reprenant, il s’empressa de dire :

    ‘‘ Ils ne tomberont pas. Je disais ça pour rire ... malgré que ce n’est pas drôle, mais il faut les soigner avant que l’infection ne poursuive sa route. Sinon il est vrai que tu perdras tes bras. Alors, n’enlève pas les bandages. D’accord ? Je m’occuperai de te les changer quelques fois par jours et il faudra bien les nettoyer, sans savon. ‘‘

    Elle avait secoué la tête d’un mouvement vif et il commença à nettoyer ses bras en entier, soufflant doucement à la surface de la peau quand Ellana grimaçait; un peu comme la première fois.

    '' Tu n'as pas tué ta mère Ellana... Elle est morte en te donnant naissance et ce phénomène est plus fréquent qu'on ne le pense. La mère d'Eiriel est elle aussi décédée de cette manière. Ce ne sont que des accidents. ''

    Les bandages furent appliqués et Eiriel arriva à ce moment. Elle ne chercha pas à savoir ce qui se passait, car elle le comprit bien rapidement en voyant tout ce qui trainait aux côtés de Kaëran. Lorsque ce fut fait, le jeune homme se releva et incita Ellana à la suivre jusqu’au salon. Elle ne devait pas rester seule elle aussi au risque de se renfrogner et de chuter dans sa culpabilité. Ainsi, le trio se retrouva au salon; Eiriel tricotait en chantonnant, Kaëran lisait en caressant distraitement la tête du chat qui se trouvait entre lui et Ellana, sur le canapé. À tout moment, du coin de l’oeil, Kaë voyait le visage de la jeune couturière tenter de regarder ce qu’il faisait et au bout de la cinquième fois, il lui montra le livre.

    ‘‘ Tu sais lire ? ‘‘

    Mais la réponse fut négative.

    ‘‘ Je te montrerai. Pour ce qui est d’écrire aussi ... tu risques de bien aimer. ‘‘

    Ellana semblait enchantée malgré la réserve dont elle fit preuve puis le silence se réinstalla sous le regard maternel d’Eiriel qui observait ces jeunes gens en convalescence. Un peu plus tard, on prépara le dernier repas de la journée en groupe et pour une fois, on s’installa devant le feu pour profiter de sa chaleur. On racontait des blagues et des anecdotes d’enfance, de quoi faire sourire, même légèrement, Ellana. Kaëran lui se renfrognait et faisait la moue dès qu’on racontait quelque chose de honteux à son sujet. Le soir venu, on alla se coucher et le chat suivit Kaëran jusqu’à sa chambre.

    ‘‘ Demain, je te le laisse. On fera la garde partagée. ‘‘

    Plus loin, Eiriel s’esclaffa et s’enferma dans l’ancienne chambre de sa défunte amie où elle dormait. De son côté, Kaëran se départit de la presque totalité de ses vêtements et se glissa sous les draps. Une boule de poils vint se lover au creux de son cou, couché en boule et bientôt le sommeil les gagna. Pour une fois, Kaë n’eut pas de difficulté à s’endormir, car il se répétait sans cesse que sa mère était mieux là où elle se trouvait et qu’elle était en bonne compagnie. Au beau milieu de la nuit, le Lieutenant se réveilla et quitta sa chambre après avoir enfilé son pantalon et sorti dans le couloir en bayant aux corneilles, accompagné du chat; il avait un petit creux ...

    Mais ... quelque chose lui semblait étrange. Il y avait des bruits provenant du fond du couloir ...

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mer 6 Fév - 20:17


Ellana entendit la porte de la pièce s'ouvrir et, sursautant, elle voulut redescendre les manches de sa chemise. Mais en faisant ça elle avait bougé de telle sorte à ce que tout le monde puisse voir ses plaies. Aussi ne vit-elle que le dos de Kaëran lorsqu'elle se retourna. Il s'éloigna dans le couloir et elle ne comprit pas pourquoi. Elle ne bougea donc pas d'un poil jusqu'à ce qu'il revienne. Il s'agenouilla devant elle, posant le nécessaire de soins à ses côtés.

Elle se laissa faire lorsqu'il prit son poignet pour observer les plaies mais son cœur accéléra quand le visage du jeune homme se déforma en grimace et qu'il s'exclama :

-Tu finiras par perdre tes bras si tu enlèves les bandages et ne donne pas une chance à tes blessures de se cicatriser ...

Per-perdre ses bras ?! Mais…mais, mais…non…elle ne voulait pas les perdre elle…il releva les yeux vers elle, sortant de l'observation des blessures, et elle lui offrit qu'un regard choqué et angoissé.

-Ils finiront par tomber ... pouf ...

Là, ce fût le début de la panique. Tomber…c'était vrai ?! Il était sincère ?! Comment ferait-elle sans ses bras ? Elle n'avait pas voulut mais…pour se laver elle avait retiré les bandes et n'avait plus osé demander à ce qu'on lui en remette, tout ça parce qu'elle ne le méritait pas…

-Ils ne tomberont pas. Je disais ça pour rire ... malgré que ce n’est pas drôle, mais il faut les soigner avant que l’infection ne poursuive sa route. Sinon il est vrai que tu perdras tes bras. Alors, n’enlève pas les bandages. D’accord ? Je m’occuperai de te les changer quelques fois par jours et il faudra bien les nettoyer, sans savon.

Elle acquiesça vigoureusement, ne voulant pas perdre ses bras. Kaëran commença alors à nettoyer ses bras, complètement et non plus l'endroit de la blessure. Et…c'était atroce comme brûlure. Le désinfectant entrait en guerre avec l'infection et le champ de bataille était sanglant. Ellana ne pouvait s'empêcher de grimacer, et le jeune homme soufflait alors sur sa peau, dissipant quelques secondes la sensation.

-Tu n'as pas tué ta mère Ellana... Elle est morte en te donnant naissance et ce phénomène est plus fréquent qu'on ne le pense. La mère d'Eiriel est elle aussi décédée de cette manière. Ce ne sont que des accidents.

Il lui enroulait les bandages autour des bras, et elle le regardait, réfléchissant à ses paroles. Elle…n'avait pas tué sa mère ? Mais…son père lui avait toujours soutenu le contraire…un accident…si c'était vrai, pourquoi son père ne lui avait-il pas dit la vérité ? Pourquoi lui avoir fait porter le meurtre ? Les barrières que son père avait solidement implantées en elle commençaient à se fissurer. Elle doutait de la sincérité de ses paroles et de ses actes. La petite voix en elle lui affirmait que c'était Kaëran qui avait juste sur toute la ligne. Sans savoir pourquoi, elle faisait plus confiance à cet homme qu'en son père.

En plus, si c'était vrai, les propos de son père sur sa malédiction, son origine de monstre, étaient fausses…mais elle ne savait pas et ne préférait pas brusquer les choses. Elle commençait à peine a essayer de changer.

Il termina de nouer le second bandage et se releva, reprenant le nécessaire en vue de le ranger. Ellana l'imita, le remerciant de la tête, honteuse, et se tourna. Là elle vit Eiriel qui les regardait, un peu inquiète. Mais elle ne dit rien et entraîna Ellana avec elle au salon, en bas, avec une infinie douceur.

Elles étaient à peine arrivées que Kaëran les rejoignit et que le chat se faufila entre leurs jambes en ronronnant. Il avait réellement l'air plus heureux ! Manquait plus qu'il reprenne quelques kilos et il serait encore plus beau. Ellana le trouvait magnifique. Il avait de jolis yeux dorés, mystérieux, et un pelage noir tacheté de blanc, dont une tache autour d'un seul œil, lui donnant l'air d'un bandit. Mais c'était ce qui faisait tout son charme…

Spoiler:
 

Eiriel s'était installée dans le fauteuil et tricotait, une variante de la couture pour Ellana, tout en chantonnant. Kaëran avait pris un objet qu'elle ne connaissait pas et s'était posé dans le canapé. Elle se mit à ses côtés, sa curiosité à nouveau grandissante, tandis que le chat se lovait entre eux.

Le jeune homme ouvrit alors l'objet et les symboles noirs apparurent, étalés sur les deux pages. Les yeux de Kaëran allaient de gauche à droite inlassablement, et il caressait l'animal en même temps. Mais c'était quoi ? Elle ne trouvait plus le mot…ah oui ! Un livre. A plusieurs reprises, elle loucha dans sa direction, commençant à être fébrile comme quand elle était dans le jardin. Son cœur faisait des embardées, et tout ça parce qu'elle voulait voir ce qu'il faisait. Et il remarqua son manège car il s'arrêta, lui montra l'ouvrage et lui demanda :

-Tu sais lire ?

Elle secoua négativement la tête, honteuse, mais il ne fût pas choqué et répondit :

-Je te montrerai. Pour ce qui est d’écrire aussi ... tu risques de bien aimer.

Elle se retint de sauter de joie et fît preuve de réserve, mais ses yeux devaient parler pour elle. Il allait lui apprendre ! Vraiment ! Elle pourrait lire et écrire d'elle-même ! Découvrir encore plus de choses ! Des choses qui ne se voyaient pas simplement comme ça, qui ne se touchaient pas mais qui s'interprétaient ! C'était formidable et elle avait peine à y croire ! Elle était sûre d'être en train de rêver et lorsqu'elle se réveillerait, elle se rendrait compte que jamais Kaëran, Eiriel, Naël et le chat n'avaient existés. Qu'elle était toujours chez son père, toujours aussi malheureuse, enfermée dans cette prison psychologique qu'elle tentait de briser depuis deux jours.

Une bonne demi-heure passa jusqu'à ce qu'ils se lèvent pour préparer le repas du soir. Le chat avait rouspété, lui qui était si bien installé entre les deux jeunes gens, mais il le fallait bien et puis…ce fût le premier à se jeter sur son bol de nourriture lorsqu'Ellana le lui posa au sol. Elle cherchait toujours un nom d'ailleurs…

Et, à la grande surprise de la jeune couturière, ce ne fût pas à table qu'ils mangèrent. Elle avait voulut poser les assiettes dessus, comme toujours, mais Eiriel l'avait stoppée et montré la table basse devant la cheminée. Intriguée, Ellana avait obéit et avait tout préparé sur la table basse, empêchant le chat de grimper dessus.

Ils mangèrent paisiblement, les flammes de la cheminée apportant un bruit de fond, et Eiriel commença à raconter des blagues, bientôt suivie par Kaëran. Ellana ne comprit pas toutes les blagues mais ce n'était pas grave. Ils rajoutèrent encore des anecdotes d'enfance et Kaëran faisait une drôle de tête lorsqu'Eiriel abordait les sujets honteux pour lui. Ellana réussit d'ailleurs à en sourire, certes faiblement, mais quand même…

Le soleil était déjà bien loin sous l'horizon lorsqu'ils montèrent se coucher, le chat suivant docilement Kaëran jusqu'à la chambre du jeune homme qui déclara :

-Demain, je te le laisse. On fera la garde partagée.

Elle acquiesça, même si cela ne la dérangeait pas. C'était sa maison donc bon…et non, elle n'avait pas encore supprimé toutes les barrières ! Eiriel souriait et ferma la porte de l'ancienne chambre de Naël, qu'elle occupait désormais quand elle restait pour veiller sur Kaëran, qu'elle maternait presque autant que Naël l'avait fait. Parce que c'était ce dont il avait besoin. D'une femme pour l'épauler, malgré ses airs de confiance totale. Cependant, Eiriel se disait qu'il aurait à présent plus besoin d'une femme dans le sens strict du terme plutôt qu'une femme dans le sens de mère…

Ellana quant à elle, referma la porte de sa chambre et regarda une nouvelle fois le lit. Il était peut-être grand temps pour elle de s'y allonger. De profiter d'un véritable lit. Ce serait son épreuve du soir, qui ferait lézarder un peu plus le mur en elle…elle se convainquait que si elle était parvenue à sourire, à poser des questions, à accepter de l'aide, à accepter d'avoir le chat, elle pouvait bien réussir à dormir dans un lit non ?

Prenant donc son courage à deux mains, elle tira les couvertures pour la première fois depuis qu'elle était arrivée chez les Eira. Elle s'allongea lentement sur le matelas, ressentant tout de suite une paix l'envahir. C'était…si moelleux ! Si confortable ! Si doux ! Même ses bras enrubannés de bandages ne souffraient pas ! La voix intérieure lui disait que ce n'était pas bon, qu'elle allait être punie pour ça, mais l'autre voix l'encourageait. Si seulement elle pouvait prévoir que la punition viendrait la nuit même…

Elle s'endormit, revoyant cette journée ou elle avait découvert le monde et ces merveilles…

Raven grimpa le long de la façade et réussit à ouvrir la fenêtre tant bien que mal. Il se glissa dans la pièce et la referma sans bruit, manquant marcher sur le sac de la jeune femme qui trainait. S'arrêtant quelques secondes le temps que ses yeux s'habituent à l'obscurité, un sourire narquois se dessina sur ses lèvres lorsqu'il vit la silhouette endormie dans le lit. Stark avait été clair. Ne pas se priver, y aller par la force s'il le fallait et surtout, lui faire croire que c'était le lieutenant qui agissait. La remettre sur le droit chemin. Il allait s'amuser.

Ellana dormait profondément, lorsqu'une main s'abattit sur sa bouche. Elle se réveilla en sursaut, ouvrant les yeux. Une masse noire était au-dessus d'elle et elle ne pouvait rien distinguer. Elle commença tout de suite à trembler et voulut gesticuler, elle reçut une gifle, la main sur sa bouche ne la quittant pas. Et cela eut pour effet de l'immobiliser. Son cœur battait à tout rompre alors que l'homme glissait la lame d'un couteau sous son vêtement. D'un coup sec, il trancha le tissu qu'il arracha, dévoilant le haut du corps d'Ellana.

Elle vit un sourire se dessiner sur le visage de l'homme et ne voulut pas croire que c'était Kaëran. Non…ce ne pouvait pas être lui…celui-là lui paraissait trop gros…Alors elle recommença à gesticuler mais l'autre était plus fort et la plaqua contre le lit. Il relâcha sa bouche mais lui mit le couteau devant les yeux. Si elle hurlait, il la tuait ou la mutilait. Et les bandages sur ses bras étaient suffisants. L'homme lui retira alors le reste de ses vêtements et elle se retrouva nue devant lui, terrifiée. Il se baissa vers elle et l'embrassa alors de force, sa main la caressant partout. Elle passa sur ses seins qu'il serra, comprima à lui faire mal. Et il descendit encore, trop bas. Comme son père, ses doigts se faufilèrent en elle, commençant à appuyer. Elle grimaça, revoyant ses affreuses nuits. Mais elle était immobile. Son père la punissait…il la surveillait, elle était allée trop loin et maintenant, cet homme allait la prendre…son cerveau lui, hésitait. Était-ce Kaëran ou non ? Elle ne voyait rien et fermait les yeux, apeurée et tremblante. Les doigts se faisaient pressants et de plus en plus douloureux et elle se cambra involontairement. Mais pas par plaisir. Par douleur. L'homme libéra alors sa bouche et, sans enlever ses doigts d'elle, il délaissa son couteau entre ses seins et commença à dénouer sa ceinture d'une main.

Là elle ouvrit les yeux et vit le vêtement glisser sur les jambes de l'homme, suivit rapidement par son sous-vêtement. Elle le voyait, là, se dresser devant elle et elle déglutit alors qu'il continuait avec ses doigts, comme s'il se mettait en appétit avant l'acte final.

Un acte qui la détruirait à coup sûr et dont elle ne se relèverait pas.
Un acte qui satisferait son père et la plongerait dans les ténèbres.

Et lorsqu'il s'approcha, ne semblant plus vouloir détacher ses doigts et tout faire en même temps pour lui faire encore plus mal, elle referma les yeux, appelant silencieusement à l'aide, même si elle doutait que quelqu'un soit debout à cette heure aussi tardive…elle était perdue…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 7 Fév - 0:32

________________________________________________


Chapitre 1
Détruite

◆ ◆ ◆



    Sur le coup, Kaëran crut avoir halluciné des bruits. Peut-être s’agissait-il seulement du bruissement du branchage des arbres contre le mur externe de la demeure ? Certainement, car à cette heure tardive de la nuit, Ellana et Eiriel devaient très certainement dormir à point fermé. Se massant la nuque d’un geste lent, un second bâillement s’échappa de sa bouche alors que ses pas s’approchaient de plus en plus de l’escalier. Mais le chat lui, ne suivait pas. Ses yeux dorés fixaient la porte tout au fond du couloir et il se mit soudainement à feuler. Il se courba, sa queue devint touffue et ses poils se dressèrent sur son dos. Que... se passait-il ? Le Lieutenant regarda un long moment en direction de la chambre d’Ellana et se décida enfin à rebrousser chemin au lieu d’écouter son ventre qui hurlait. En silence, il s’y rendit et s’arrêta une fois devant pour écouter; il y avait de fortes respirations et du mouvement. Les sons étaient faibles, mais bien présents. Fronçant les sourcils, Kaë posa la main sur la poignée et la tourna doucement. Ellana pouvait très bien faire un mauvais rêve et tout simplement bouger dans son sommeil. Mais pour en avoir le coeur net, il ouvrit la porte.

    Son coeur se révulsa et il se sentit blêmir en voyant le spectacle horrible qui s’offrait à lui. Et horrible était encore bien généreux ... Il y avait une silhouette sombre courbée au dessus de la jeune femme dont les vêtements en lambeaux se retrouvaient au sol. Le visiteur indésirable ne tarda pas à lâcher l’intimité d’Ellana et remonta son pantalon en vitesse avant de s’élancer vers la fenêtre contre laquelle il sauta, épaule la première. Ce qui était de toute évidence un homme roulait sur la corniche du toit puis se redressa sur ses jambes pour prendre la poudre d’escampette. Kaëran s’était lancé à sa poursuite sur le toit, marchant dans le verre qui jonchait le plancher de la chambre, mais avait stoppé sa course sur le bord en voyant qu’il n’avait aucune chance de le rattraper. De toute manière, l’agresseur avait disparu dans l’obscurité de la nuit. Retournant à l’intérieur, l’homme s’empressa d’aller aux côtés d’Ellana qui tremblait, recroquevillé sur elle-même et pleurant à chaudes larmes. Il tira sur l’un des draps du lit qui s’était retrouvé plié au pied de celui-ci et entoura la jeune femme pour habiller son corps dénudé. Les mots lui manquaient pour exprimer sa rage. L’envie de se lancer à sa poursuite le tenaillait affreusement et s’il avait le malheur de lui mettre la main dessus ... bon sang ... ses doigts, il les lui ferait avaler histoire qu’il s’étouffe avec. Et encore, il était doux ! Mais l’heure n’était pas au défoulement, car Ellana était dans un sale état et avec raison.

    ‘‘ Je suis là ... tu n’as pas à avoir peur ... ‘‘

    Quel idiot ... lui et les mots aussi. Une vraie andouille ! À chaque fois qu’il tentait de remonter le moral à quelqu’un, Kaë trouvait toujours le moyen de s’enfarger dans ses paroles et de tout faire foirer et ce n’était certainement pas ce soir que ça allait changer. Alors au lieu de trouver autre chose à lui dire pour qu’elle s’apaise, le Lieutenant s’asseya à côté d’elle dans le lit et commença par entourer ses épaules d’un bras pour la rapprocher tranquillement de lui. Il sentit la réticence de la jeune femme, mais elle finit par se laisser faire et elle se retrouva contre son torse. Ce n’est qu’à ce moment qu’il l’entoura totalement de ses bras pour la consoler, jusqu’à ce qu’elle se calme et que ses tremblements se calment.

    Cette jeune femme vivait dans un enfer constant et que ne semblait pas vouloir la délaisser une seule seconde. Était-ce son père qui était derrière tout ce manège ? Qui ne supportait pas de la voir heureuse ? Qui ne désirait que son malheur et jouir de celui-ci ? Le pire dans tout ça, c’est que Kaëran ne pouvait rien faire tant et aussi longtemps qu’il n’avait pas la preuve concrète qu’il était derrière tout ça. Et ce gros salaud qui avait violenté Ellana était en liberté. C’était tout simplement inconcevable. Il voulait faire quelque chose pour elle, mais il ne pouvait qu’assister en spectateur à cette pièce qui ne faisait que dévaster la vie de cette jeune personne. C’était assez... et maintenant, il s’en faisait lui-même la promesse; Ellana serait sous sa protection tant et aussi longtemps qu’il respirerait ! Aussi, Stark allait payer pour ce qu’il avait fait dès qu’il saurait comment l’inculper. Ellana était une femme, un être humain comme lui. Pas une chienne !

    Kaëran tentait de calmer son sang qui bouillait et son coeur qui battait comme sa rage contre ses tempes. S’il s’était écouté... Eiriel ne se leva quelques minutes plus tard ayant pris conscience qu’une fenêtre avait été fracassée. Oui, elle entendait tout en retard ! Elle voulut se précipiter vers les jeunes gens, mais Kaëran lui fit signe de se calmer et de rester silencieuse du regard. Ellana avait déjà suffisamment peur et il fallait qu’elle se calme d’abord. Alors, elle se tut et mit ses mains devant sa bouche lorsqu’elle vit les vêtements de la jeune femme au sol, déchiré, tout comme le couteau dont la lame brillait sous la lueur des rayons de la lune. Lorsque les tremblements de la couturière se calmèrent, le Lieutenant la prit dans ses bras et la transporta à sa chambre, Eiriel l’accompagnant.

    ‘‘ Vieille sur elle, le temps que je referme la fenêtre. Je reviens tout de suite après. ‘‘

    La nounou d’Ellana ne fit que hocher légèrement la tête, triste pour elle, et veilla sur elle comme si elle était sa propre fille. Kaëran quitta donc la chambre et alla dans la salle d’eau pour enlever les morceaux de verre qui s’étaient enfoncés dans la plante de ses pieds et les entoura de bandages avant de descendre au rez-de-chaussée. Il déverrouilla la porte arrière et alla dans l’établie où se trouvaient quelques planches, un marteau et des clous. Les tout sous un bras, dans une main, le jeune homme retourna à l’intérieur, veillant à ce que tout soit verrouillé à double tour puis retourna à l’étage supérieur pour nettoyer les débris de verre et ensuite il condamna la fenêtre. La porte fut refermée, verrouillée de l’extérieur pour la nuit et Kaë retourna auprès des deux femmes. Prenant place sur le lit à la droite d’Ellana, celle-ci ne daigna pas lever son regard, son visage toujours camouflé par cette cascade de cheveux noirs.

    ‘‘ Tu vas rester avec elle cette nuit ? ‘‘

    ‘‘ Oui ... et puis je ne crois pas réussir à me rendormir. ‘‘ Murmura t-il.

    ‘‘ Je vais aller faire du thé. Ça nous calmera les nerfs. ‘‘

    Kaëran remercia Eiriel du regard alors que celle-ci déposait un baiser sur la tête de la jeune couturière. Ses pas s’éloignaient dans le couloir et le silence était revenu. Lourd. Pesant. L’homme de la maison se mit alors à réfléchir, tentant de trouver une solution qui lui permettrait de mettre la main sur le monstre qui avait osé faire du mal à sa protégée. Mis à part la faire surveiller elle et la demeure, il ne pouvait rien faire d’autre alors dès que l’aube serait là, le Lieutenant irait voir Ayden pour lui demander un service de la plus haute importance; veiller sur Ellana d’un point de vue externe et en toute discrétion. Pour ça, il excellait.

    ‘‘ Est-ce qu’il t’a blessé ... ailleurs ? ‘‘ Demanda t-il, mal à l’aise.

    Mais il semblait que non. Ellana avait répondu par la négative, sa tête bougeait d’une extrême lenteur de gauche à droite. La mâchoire du jeune se crispa en revoyant la scène et dut chasser ces images de son esprit avant de péter les plombs. Il devait rester calme pour elle. Ils devaient se soutenir mutuellement, car tous deux traversaient une difficile période même si celle d’Ellana perdurait depuis bien plus longtemps. Le chat sauta alors sur le lit et vint s’assoir sur les jambes d’Ellana qui le regardait de ses yeux humides. Tout regarda l’animal un long moment, celui-ci se mettant à ronronner. Après un long moment, le Lieutenant la prit de nouveau contre lui et elle se laissa faire, une main se déposant sur cette crinière ténébreuse.

    ‘‘ Tu y arriveras un jour... je t’en fais la promesse... ‘‘ Commença t-il. ‘‘ Ne te laisse pas abattre. ‘‘

    C’était plus facile à dire qu’à faire, mais elle savait qu’il était présent pour l’épauler dans cette épreuve. Tout ce qu’il voulait était de la rassurer comme il pouvait, lui faire comprendre qu’il ne fallait pas abandonner malgré l’horrible évènement qui venait de se produire. Ne voulant pas tourner le couteau dans la plaie plus longtemps, Kaëran se tut et ne tourna les yeux vers l’entrée de sa chambre que lorsqu’Eiriel s’approcha avec un plateau où se trouvait du thé. La seule à ne pas en prendre fut Ellana, et c’était tout à fait compréhensible aussi. Son estomac devait être noué, et ce, pour quelques longs jours. Histoire de faire taire son ventre qui recommençait à faire des sienne, le jeune homme but quelques gorgées et étira son bras pour poser la tasse sur sa table de chevet.

    ‘‘ Tu peux retourner te coucher, Eiriel. Je veille sur elle. ‘‘

    ‘‘ Tu es certain ? Je peux m’occuper d’elle, tu sais ... ‘‘

    Kaëran avait besoin de repos lui aussi avec le décès récent de sa mère, même si elle doutait fortement qu’il trouve le sommeil. Elle ne savait pas trop ce qui s’était passé, mais était assez intelligente pour comprendre que c’était quelque chose de grave.

    ‘‘ Je vais lui apporter des vêtements et les poserai sur ta commode. Je crains que les siens soient de nouveau utilisable, même recousu. ‘‘

    ‘‘ Merci ... ‘‘ Murmura t-il.

    Eiriel lui sourit faiblement et revint pour poser une pile de vêtements comme dit avant de refermer la porte derrière pour le restant de la nuit. Kaëran lui, se détacha d’Ellana après un moment et la borda une fois qu’il lui eut demandé de se coucher. Le chat se glissa sous les couvertures et se colla contre elle en ronronnant.

    Les quelques heures qu’il restait avant le lever du jour s’avéraient lointaines soudainement.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 7 Fév - 19:00


Elle était terrifiée, regardant l’homme s’approcher. Il appuyait toujours avec ses doigts et elle avait mal. Affreusement mal. Même son père était un minimum plus doux ! Et il venait lentement, il allait la prendre, là, dans les secondes qui suivraient. Il passerait à l’acte et le lendemain, Kaëran la trouverait détruite dans le lit. Son père la punissait…il lui montrait qu’il la surveillait constamment et surtout il lui faisait comprendre qu’elle devait rester à sa place…elle n’avait pas le droit au bonheur, pas le droit de sourire…malgré les paroles de Kaëran…

C’est là que les doigts se retirèrent, et elle crut que ça y était, il allait le faire, mais la pression du corps indésirable s’évapora. Elle entendit vaguement le bruit de verre brisé alors que ses jambes se relevaient contre sa poitrine et que les larmes s’échappaient de ses yeux. Elle ne prit même pas le temps de remonter une couverture sur son corps pour le cacher. Cela ne servait à rien, il ne lui appartenait pas. Il…fallait qu’elle se calme…elle vit dans le brouillard de ses larmes Kaëran qui se penchait à la vitre. C’était lui qui avait fait fuir l’autre…et cela la rassurait. Ce n’était pas lui qui avait tenté de la prendre…

Ellana sentit le drap recouvrir son corps et ressentit la présence de l’homme à ses côtés.

-Je suis là ... tu n’as pas à avoir peur ...

Ne pas avoir peur…elle était littéralement terrifiée. Elle avait mal, elle avait toujours l’impression que les doigts entraient en elle et appuyaient. Le vent s’infiltrait dans la pièce faiblement, passant par la vitre brisée.

Le matelas à ses côtés s’affaissa lorsque Kaëran s’installa. Cependant il glissa un bras autour de ses épaules et tira pour l’approcher de lui. Immédiatement, Ellana se tendit, ne sachant pas si elle devait accepter ou pas. Mais maintenant, les règles étaient à nouveau bien présentes en elle, le mur qu’elle avait commencé à briser c’était reformé et elle se laissa faire, docile et obéissante à souhait. Il la colla contre son torse et elle entendit son cœur battre son sa tête. Elle sentait sa peau sur elle, chaude, et les muscles qui s’y dessinaient. Et ce n’est que là qu’il l’entoura complètement, comme un bouclier autour d’elle.

Elle aurait voulut lui dire d’aller se recoucher, de ne pas s’occuper d’elle, qu’elle n’avait que ce qu’elle méritait. Elle aurait voulut lui dire de ne pas s’en faire pour elle et qu’elle serait là pour le soutenir dans son deuil. Mais sa gorge était nouée et aucun mot ne voulait passer au travers. Elle tremblait et pleurait contre le torse de Kaëran, sans pouvoir se stopper. Elle entendit alors des pas rapides et vit du coin de l’œil Eiriel débarquer dans la pièce. Ellana se recroquevilla un peu plus contre le jeune homme, même si elle savait qu’Eiriel ne ferait rien.

Inspirant profondément, elle réussit à calmer ses tremblements tant bien que mal. Il fallait qu’ils aillent ce recoucher…elle ne voulait pas les priver de sommeil, surtout pas Kaëran qui en avait plus que besoin avec cette épreuve qu’il traversait ; celle de la mort de sa mère.

Mais il en décida autrement et elle sursauta lorsqu’il la prit contre lui, la soulevant et l’emmenant dans sa propre chambre. Il la déposa sur son lit et se tourna vers Eiriel pour lui dire :

-Veille sur elle, le temps que je referme la fenêtre. Je reviens tout de suite après.

Tête basse, Ellana ne put qu’entendre ses pas s’éloigner dans le couloir. Eiriel resta à ses côtés, lui murmurant de douces paroles qui n'atteignirent pas la jeune fille. Elle tentait de se recréer une bulle, comme chez son père, pour se calmer d’elle-même. Sauf que c’était devenu bien plus difficile…
Son intimité se rappelait bien trop à elle, comme une mise en garde. La prochaine fois, se serait pire. Elle le sentait, son père continuerait. Elle était sûre que c’était lui qui avait envoyé l’homme. Alors…elle n’avait pas le choix si elle ne voulait pas que Kaëran ou Eiriel souffrent ; elle devait rester dans les règles et oublier tous ses rêves de changement. Oublier les leçons de lecture ou d’écriture, oublier la découverte du monde, oublier le chat. Partir.

Rester à sa place.

Lorsque Kaëran revint, il s’assit à sa droite mais elle ne leva pas le visage. Ils parlèrent et elle comprit juste qu’il allait rester avec elle pour la nuit. Mais…non…elle ne voulait pas, c’était bon…à nouveau elle voulait lui dire de se coucher et qu’elle retournerait dans l'autre chambre, lui dire qu’elle avait l’habitude de ce genre de visite nocturne…aucun mot ne franchit la barrière de ses lèvres et elle sentit tout juste le baiser d’Eiriel sur sa tête.

Le silence se réinstalla lorsqu’elle fût partie, lourd et pesant, tendu. Ellana restait là, assise dans le lit, tête basse et tentant de se calmer…

-Est-ce qu’il t’a blessé ... ailleurs ?

Elle secoua lentement la tête de gauche à droite, comme un automate. Non…juste ses doigts en elle et la douleur qui accompagnait, ou sa main lui enserrant la poitrine à la comprimer.

Kaëran ne dit plus rien, et le seul mouvement qu’il y eut dans la pièce fût l’arrivée du chat sur le lit et plus précisément sur les jambes de la jeune femme qui le regarda, les yeux embués de larmes. Plus la peine de chercher un nom à présent…rien n’était à elle c’était tout…le chat ronronnait sur elle et elle enviait son calme et sa paix, quand Kaëran la reprit contre lui. Elle n’opposa aucune résistance, docile, parce qu’elle aimait bien, même si elle n’avait pas le droit d’aimer, et elle sentit sa main caresser ses longs cheveux noirs.

-Tu y arriveras un jour... je t’en fais la promesse... Ne te laisse pas abattre.

Ne pas se laisser abattre…elle en avait tellement envie. Tout abandonner, tout lâcher et rester dans sa prison intérieure. Quitter cette famille qui n’avait rien demandé et qui était impliquée malgré tout, les laisser vivre en paix, les laisser faire leur deuil comme il le fallait sans qu’elle soit une entrave à ce processus. Son père s’en fichait pas mal du deuil, il ne voulait qu’une chose, qu’elle obéisse et reste à sa place. Alors, faire souffrir cette famille lui était bien égal.
Elle avait envie de s’arracher les cheveux au sens strict du terme, d’arracher ses bandages et de laisser l’infection pourrir ses bras jusqu’à ce qu’il faille les couper. Ainsi elle serait ce qu’elle était : un monstre.

Elle ne voulait pas qu'il arrive quelque chose à Kaëran ou Eiriel à cause d'elle. Il fallait…qu'elle s'en aille.

Mais Eiriel arriva à ce moment, posant un plateau avec du thé sur le lit. Kaëran en prit une tasse pour calmer son ventre qui grondait, Ellana l'avait bien entendu contre elle et en avait déduit qu'il s'était levé pour ça…en revanche elle ne prit pas de thé. Sa gorge était bien trop nouée, son estomac bien trop retourné.

Ils parlèrent, Kaëran conseillant à Eiriel d'aller se recoucher, qu'il veillerait sur Ellana. Mais celle-ci hurlait intérieurement. Elle hurlait qu'il devait dormir et ne pas se soucier d'elle. Elle hurlait comme jamais elle n'avait hurlé, mais intérieurement. Elle ne savait plus comment elle faisait, chez son père, après une visite de ce genre, pour se calmer…
Eiriel s'en alla alors, disant qu'elle allait chercher des vêtements. Non…elle remettrait les siens une fois qu'elle les aurait rafistolés…trop tard une pile d'habits étaient posés délicatement sur la commode.

La porte se referma, laissant les deux jeunes gens seuls. Ellana tremblait toujours et laissait encore quelques larmes s'échapper, mais le fait d'être contre Kaëran avait son positif…

Quelques instants plus tard cependant il se détacha, lui demandant doucement de se coucher. Ce qu'elle fît, obéissante. Il la borda même, laissant le chat se coucher tout contre elle pour lui transmettre sa chaleur animale. Repliée en position fœtale dans le lit, toujours nue, Ellana savait pertinemment qu'elle ne dormirait plus. Tout comme elle avait encore une fois privé de sommeil Kaëran.

Son père ne reculerait devant rien…et elle ne voulait vraiment pas qu'il s'en prenne à cette famille si gentille. Pour une fois que quelqu'un s'était montré gentil avec elle…

Raven, lui, atteignit enfin la boutique. Il la contourna, essoufflé, et entra par la porte de service. Stark, comme convenu, l'attendait, un sourire aux lèvres.

-Je n'ai pas pu.

Stark fronça tout de suite les sourcils et s'approcha, menaçant, même si Raven était deux fois plus grand et plus musclé que lui.

-Comment ça tu n'as pas pu ?! Elle ne sait pas se défendre ! Elle obéit au doigt et à l'œil !

-Oui pour cette partie tout est bon, elle se laissait pratiquement faire, mais vous n'aviez pas prévu l'arrivée de ce stupide Lieutenant !

-Mais qu'est-ce qu'il fichait debout au milieu de la nuit celui-là ?!

-Allez le lui demander vous-mêmes. Moi je dois me faire discret quelques jours. Il n'a pas pu me voir convenablement mais je ne veux pas courir de risque. Il a une réputation derrière lui et vous le savez très bien.

Stark ricana.

-Crois-tu que je suis si bête ? Jamais il ne fera le lien avec moi. Jamais.

Raven le regarda de haut et lui asséna avant de partir :

-Veillez à ce que votre prochaine idée soit plus au point que celle-ci. Je n'ai pas envie d'y laisser ma tête pour cette salope.

Stark ne répondit rien et retourna ce coucher. Elle avait gagné cette manche, grâce à l'autre idiot, mais elle était idiote. Il la connaissait. Elle reviendrait la queue entre les pattes chez lui. Et il s'empresserait de la vendre à Raven. Ainsi le Lieutenant n'aurait rien à dire. Parce qu'elle aura agit de sa propre initiative.

Le lendemain, Ellana se tourna juste dans le lit, les souvenirs affluant comme un coup de couteau en elle. Le chat se leva et se lécha pour faire sa toilette tranquillement. Elle n'avait bien sur pas dormit pour les quelques heures qui restaient et Kaëran non plus, mais tous deux étaient restés silencieux.

Elle avait toujours mal et cherchait en elle le courage et la force de mettre son plan à exécution. Le matelas bougea lorsque le jeune homme se leva, cherchant le plateau qu'Eiriel ramenait. Ensemble, ils mangèrent, mais Ellana n'ouvrit pas la bouche. Elle restait assise, la couverture glissante de son corps et dévoilant sans cesse sa poitrine, tête basse.

Elle les laissa descendre, et elle se leva, nue, pour faire le lit. Il n'y avait plus aucun pli lorsqu'elle eut terminé, malgré ses tremblements. Ensuite, elle retourna dans la chambre qu'elle avait occupée avec la pile de vêtements qu'Eiriel avaient posés. Au final, ce serait un souvenir…

Ouvrant la porte une fois qu'elle eut compris le mécanisme de la serrure qui était fermée à double tour, elle entra et se remit tout de suite à trembler et les sensations rejaillirent sur elle. Elle voyait ses affaires, au sol, et le couteau au milieu de la pièce. Doucement, elle s'habilla, faisant attention aux bandages pour le haut. Son père les lui enlèveraient dès qu'il les verrait mais bon…

Une fois fait, elle décida de laisser son sac. A part des aiguilles et un vieux haut, il n'y avait rien dedans. Le chat, assis sur la commode, la regardait et sauta au sol lorsqu'elle ouvrit la porte. Il la suivit alors qu'elle descendait, le cœur lourd, cherchant ses mots. Elle allait parler, beaucoup même, et donc enfreindre une règle. Mais cette fois, elle ne pouvait pas partir en voleuse. Et à chaque pas, le pantalon frottait sur ses cuisses et elle avait mal…

Ils étaient tous deux dans la cuisine, terminant de tout ranger. Elle se mit dans l'encadrement de la porte, n'osant les interrompre. Ils sentirent sa présence quelques secondes après et elle releva la tête vers eux, rompant encore une règle. La dernière fois qu'elle le ferait d'ailleurs.

-Je…je voulais vous remercier pour…pour ce que vous avez fait et voulut faire pour moi. Vous avez été très gentils et j'ai cru pouvoir changer. Mais…mon père ne l'acceptera pas et…je ne veux pas que vous souffriez pour moi. Il est capable de tout et vous n'avez pas demandé à me supporter dès le départ. Vous avez un deuil à faire, Käeran et je sais que vous y arriverez…vous êtes quelqu'un de fort. Merci encore. Je dois donc partir et je vais essayer de retourner chez mon père…ne vous souciez pas de moi s'il vous plaît. Je n'ai que ce que je mérite et…je ne veux pas qu'il vous arrive quelque chose par ma faute…alors…adieu…je n'oublierais pas les moments joyeux passés ici, ou j'ai pu sourire pour la première fois. Grâce à vous…

Elle se tut, bien trop sensible à ce genre de discours, et s'éloigna vers la porte. Elle avait beaucoup parlé…Posant la main sur la poignée, elle inspira un grand coup. Non, elle n'oublierait pas ce jour bénit ou elle avait découvert le monde. Ni même ses quelques jours ou elle avait sérieusement cru pouvoir changer.

Ils lui permettraient de tenir le coup, une fois qu'elle serait chez son père…si elle trouvait le chemin…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 7 Fév - 21:04

________________________________________________


Chapitre 1
Un jeu qui se joue à deux

◆ ◆ ◆



    Et effectivement, les quelques heures qui restaient à cette nuit bouleversante s’écoulèrent à un rythme affreusement lent. Ni Kaëran, ni Ellana n’osaient ouvrir la bouche. La jeune femme était couchée sous les couvertures en position foetale et n’osait même plus bouger. Le Lieutenant lui, était assit au pied du lit et réfléchissait comme jamais, essayant d’assembler les pièces d’un casse-tête bien complexe. Le problème était qu’il ne pouvait pas agir tant que ses preuves étaient basées sur des doutes. Il n’avait rien de concret entre les mains pour porter des accusations de maltraitance contre Stark. Et même s’il y arrivait, comment allait-il s’y prendre pour le démontrer ? Ellana allait-elle plier sous le coup de la peur et donner raison à un père qui l’avait traité comme un déchet depuis sa naissance ? Dire qu’il en voulait à sa fille pour le décès de sa femme alors que ce n’était qu’un simple accident... Au final, le monstre ce n’était pas elle, mais lui. Ce qu’il pouvait avoir mal au crâne ! Le sang cognait dans ses tempes sous le rythme des battements de son coeur. Trouver une solution était difficile dans ce genre de situation et la fatigue des derniers jours n’aidait pas non plus.

    Les premiers rayons du soleil traversèrent enfin la fenêtre, passant au travers des rideaux qui étaient entrouverts de quelques centimètres. Eiriel s’était levé et était descendu en bas; il avait entendu ses pas descendre l’escalier. Le chat sortit des couvertures et s’étira de tout son long et commença à faire sa toilette lorsqu’Ellana se tourna dans le lit. Elle avait les yeux enflés et injectés de sang. Des cernes ornaient le dessous de son regard blessé qui fixait un point invisible. Kaë ne tourna la tête que de moitié pour l’apercevoir et dut se lever une fois qu’Eiriel toqua à la porte d’un pied. Il lui ouvrit la porte, prenant le plateau-repas et ils vinrent s’installer auprès d’Ellana qui ne daigna pas manger. Sa tête restait abaissée et sa bouche ne s’ouvrit pas non plus lorsque la petite femme corpulente se risqua à lui souhaiter le bonjour. À tout moment, il fallait replacer la couverture sur les épaules de la jeune couturière afin de cacher son corps, mais la pauvre semblait ne pas s’en soucier le moins du monde puisqu’elle était plus abattue que jamais. Eiriel et Kaëran se jetèrent un coup d’oeil, comprenant leur impuissance face à un tel évènement et cessèrent de manger puisque leur estomac se noua d’un coup.

    ‘‘ Tu ... peux te changer si tu le désires, Ellana. ‘‘ Dit-elle, mal à l’aise.

    Kaëran prit alors le plateau-repas et prit les devants, laissant Eiriel fermé la porte derrière elle pour lui laisser son intimité et ils descendirent l’escalier. Une fois dans la cuisine, le jeune homme déposa le tout et garda les mains à plat sur le comptoir, la tête basse. Sa mâchoire était serrée sous la rage. Une main se posa sur l’une de ses épaules et du coin de l’oeil, il regarda Eiriel qui l’interrogeait silencieusement; elle voulait savoir pour se rendre utile et aider si possible.

    ‘‘ Un homme est entré cette nuit et a tenté de la violer. ‘‘ Réussit-il à dire. ‘‘ Ce chien s’est enfui sans que je n’aie pu voir son visage... ‘‘

    Son poing gauche percuta le comptoir de plein fouet, faisant sursauter la femme qui était tétanisée par cette révélation. Ses lèvres tremblaient et ses yeux se rondirent. Elle était littéralement horrifiée. Qui avait bien pu oser faire une chose pareille à cette jeune femme sans défense ?!

    ‘‘ Qui aurait pu ... oser ? ‘‘

    ‘‘ J’ai mes doutes, mais je ne peux rien dire avant d’en être certain... je dois mener mon enquête avant de juger trop hâtivement. ‘‘

    ‘‘ Kaëran ... tu dois prendre le temps de te remettre du décès de ta mère. ‘‘

    ‘‘ Eiriel, je sais tout ça déjà. Mais je n’aurai pas l’esprit tranquille tant que l’investigateur de cette mutinerie ne sera pas jeté au cachot ! Je veux qu’Ellana puisse repartir à zéro ... elle ne mérite pas un tel traitement ! Personne ne le mérite ! ‘‘

    La paysanne se tut et baissa légèrement la tête. Elle comprenait parfaitement ce que pouvait ressentir le jeune homme, car elle aussi aurait fait la même chose si elle avait pu. Cependant, ils étaient tous deux impuissants et ne pouvait qu’attendre.

    ‘‘ Je vais me rendre au palais tout à l’heure et faire surveiller Ellana par deux de mes meilleurs hommes. Je refuse qu’une telle chose se produise une deuxième fois. ‘‘

    ‘‘ Je... resterai avec elle dans ce cas. ‘‘

    Le Lieutenant ne fit qu’acquiescer d’un signe de tête et nettoya les couverts dans la bassine d’eau et Eiriel se contenta d’essuyer en silence. Ils rangèrent le tout lorsqu’ils sentirent une présence derrière eux. Le premier à se retourner fut Kaë. Ellana se trouvait là, la tête basse l’espace de quelques secondes puis leva son regard vairon sur eux. Elle se mordit la lèvre inférieure, signe de nervosité, puis ouvrit la bouche.

    ‘‘ Je…je voulais vous remercier pour…pour ce que vous avez fait et voulut faire pour moi. Vous avez été très gentils et j’ai cru pouvoir changer. Mais…mon père ne l’acceptera pas et…je ne veux pas que vous souffriez pour moi. Il est capable de tout et vous n’avez pas demandé à me supporter dès le départ. Vous avez un deuil à faire, Käeran et je sais que vous y arriverez…vous êtes quelqu’un de fort. Merci encore. Je dois donc partir et je vais essayer de retourner chez mon père…ne vous souciez pas de moi s’il vous plaît. Je n’ai que ce que je mérite et…je ne veux pas qu’il vous arrive quelque chose par ma faute…alors…adieu…je n’oublierais pas les moments joyeux passés ici, ou j’ai pu sourire pour la première fois. Grâce à vous… ‘‘

    Le silence s’installa de nouveau et Ellana prit la direction de la porte d’entrée de la demeure. Kaëran comme Eiriel étaient restés bouche bée devant ce discours d’adieu. Elle ... abandonnait ?! Alors ça non. Il était hors de question qu’elle s’en retourne chez Stark et qu’il la retrouve morte quelque part. Pas tant qu’il respirerait ! Comment pourrait-il avoir la conscience tranquille en la sachant entre de mauvaises mains ? Jamais il ne l’aurait. D’un geste brusque, le Lieutenant ferma l’armoire et devança la couturière pour lui bloquer l’entrée. L’air sévère, il secoua la tête de gauche à droite. Elle ne sortirait pas de cette demeure si c’était pour s’en aller chez son père.

    ‘‘ Tu te jettes dans la gueule du loup et abandonne aussi vite ?! Es-tu aveugle à ce point, Ellana ? Ton père te jettes le blâme de la mort de ta mère parce qu’il ne la jamais supporté. Tu n’es pas un monstre bon sang ! Tu n’as pas à subir sa fureur pour un accident qui n’avait pas été prévu! Tu mérites plus que la vie de chienne qu’il t’offre... C’est ta mort qui t’attend si tu remets les pieds dans cette boutique et qui sait ce qu’il te fera après ? Je n’ai pas envie de trouver ta dépouille dans une ruelle ou dans le quartier malfamé de Racium, mutilé, violenté par je ne sais quel porc. ‘‘

    Kaëran se tut et reprit sa respiration, car il était vraiment très énervé. Pas envers elle, mais envers la situation. Levant les yeux vers le ciel, le jeune homme laissa échapper un long et profond soupir puis reporta son attention sur la jeune femme qui semblait choquée. Mais il n’avait pas fini... Dire qu’il n’était pas un grand bavard. Aujourd’hui faisait exception à la règle.

    ‘‘ J’ai fait une promesse et je compte bien la respecter. Que tu le veuilles ou non et je ne te lâcherai pas tant et aussi longtemps que tu ne seras pas en sécurité, tu m’entends ? Nous nous sommes attaché à toi bien que tu sois assez silencieuse, Ellana. Il y a quelque chose d’enfoui chez toi qui ne souhaite qu’à sortir, mais ta peur l’empêche. Tu DOIS l’irradier avant qu’elle ne t’étouffe. Tu es capable d’accomplir de grandes choses, mais tu n’as pas confiance en toi à cause de cet homme qui t’a détruite. Rien n’est perdu... donne-toi une chance bon Dieu de merde ! ‘‘

    ‘‘ Kaë ! ‘‘

    ‘‘ Oui, je sais et puis !? Laisse-moi jurer en paix ! ‘‘ Cracha t-il.

    Eiriel fut bouche-bée et se fit toute petite derrière. Le soldat était énervé et il ne fallait pas interrompre son discours au risque d’avoir une claque sur les doigts. Le regard bicolore de Kaëran se reporta de nouveau sur Ellana.

    ‘‘ Tu ne sortiras pas de cette demeure toute seule. J’ai dit que j’allais t’aider, et je le ferai. Quand tu quitteras pour faire ta vie de ton côté, c’est que tu auras déployé tes ailes et que tu souriras par toi-même. Est-ce bien clair ? ‘‘

    Le voilà qui parlait à la jeune femme comme s’il parlait à ses soldats. Non, mais ! Eiriel fulminait derrière et devait attendre le bon moment avant de lui donner une bonne correction. Ce jeune allait regretter de jurer devant une demoiselle et ça, elle se le promit ! Le Lieutenant croisa alors les bras sur son torse, signant la fin de son discours et faisant comprendre aux deux femmes qu’il n’y avait pas moyen de trouver un arrangement. De toute manière, jamais Eiriel ne l’aurait laissé partir chez son père après tout ce qu’elle avait vu chez la jeune couturière. Résignée, Ellana ne put sortir et l’homme de la maison la laissa aux bons soins de sa nounou.

    ‘‘ Je dois aller au palais ... je reviens rapidement. ‘‘

    Sur ce, il quitta la demeure des Eira et se dirigea aux pas de course jusqu’au palais. Sortir dehors et se dégourdir les jambes de cette manière faisait une bien monstre aussi... disons qu’il avait quelque peu laissé de côté ses entraînements dans les derniers jours. Il fallait qu’il pense à se défouler sur le mannequin qu’il avait installé dans la court arrière prévu à cet effet. Mais bref, ce n’était pas le moment de penser à de telles choses. Pour l’heure, il devait trouver Ayden.

    Au palais, on le salua bien qu’on fut surpris de le voir de si bon matin ainsi essoufflé. Le Lieutenant questionna quelques hommes et on lui donna la position d’Ayden. La dernière fois qu’on l’avait vu, il perfectionnait son tir à l’arc dans la salle d’armes. Y mettant le cap, Kaëran le retrouva effectivement là en train de parler avec le second soldat dont il avait besoin; Dart.

    ‘‘ Eh bien, qu’est-ce que tu fais là vieux ? ‘‘

    ‘‘ J’ai besoin de votre aide à tous les deux. C’est urgent ... ‘‘

    Les deux soldats regardèrent leur supérieur en congé temporaire et l’observèrent un long moment en silence. Ils ne manquèrent pas de voir les cernes sous ses yeux et ceux-ci qui étaient rougeâtres. Là Kaëran leur expliqua la situation d’Ellana, de Stark et de l’homme qui était entré chez lui en pleine nuit pour violer la jeune femme. Leurs sourcils se froncèrent et ils acquiescèrent d’un signe de tête.

    ‘‘ Alors, je veux que l’un de vous deux surveille la nuit et l’autre prendra le relai de jour. Idéalement, il faudrait commencer demain matin. En civil et dans la discrétion. S’il faut que je vous paie moi-même, je le ferai, mais je dois mettre la main sur le cerveau derrière ces manigances le plus tôt possible. ‘‘

    ‘‘ Très bien, Lieutenant. Je m’occuperai de la nuit, j’y suis plus à l’aise de toute manière ... ‘‘

    ‘‘ Parfait, et Ayden de jour. Il ne faut pas qu’on doute sur votre identité et pour ça, vous êtes parmi les meilleurs. Je vous fais entièrement confiance. Et pas un mot à personne. Il ne faut pas que ça s’ébruite sinon s’en est fichu d’elle ... ‘‘

    Les soldats lui sourirent et ils se quittèrent. Kaëran s’en retourna donc à la demeure, mais pas sans passer dans son bureau pour y prendre quelques feuilles parchemin, sa plume et son encre, chose qu’il n’avait plus à la maison.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Jeu 7 Fév - 22:01


Ellana cherchait du courage pour ouvrir la porte et sortir. Mais elle était si bien avec Eiriel et Kaëran…et elle se doutait qu'une fois chez son père ce serait pire que tout. Elle ne voulait pas qu'il leur arrive quelque chose…

C'est là que le jeune homme débarqua, se mettant devant la porte et lui bloquant l'accès. Il arborait une mine qu'elle ne lui avait encore jamais vue, sévère, et il secouait la tête de droite à gauche en signe de dénégation.

-Tu te jettes dans la gueule du loup et abandonne aussi vite ?! Es-tu aveugle à ce point, Ellana ? Ton père te jettes le blâme de la mort de ta mère parce qu’il ne la jamais supporté. Tu n’es pas un monstre bon sang ! Tu n’as pas à subir sa fureur pour un accident qui n’avait pas été prévu! Tu mérites plus que la vie de chienne qu’il t’offre... C’est ta mort qui t’attend si tu remets les pieds dans cette boutique et qui sait ce qu’il te fera après ? Je n’ai pas envie de trouver ta dépouille dans une ruelle ou dans le quartier malfamé de Racium, mutilé, violenté par je ne sais quel porc.

Ellana se mordit la lèvre. Il était énervé. Contre elle ? Elle…elle n'abandonnait pas…elle voulait les protéger…protéger les seules personnes qui avaient crus en elle et avaient été gentils…elle non plus n'avait pas envie de voir Kaëran ou Eiriel se faire tuer à cause d'elle…

Il reporta alors son attention sur elle pour poursuivre sur sa lancée :

-J’ai fait une promesse et je compte bien la respecter. Que tu le veuilles ou non et je ne te lâcherai pas tant et aussi longtemps que tu ne seras pas en sécurité, tu m’entends ? Nous nous sommes attaché à toi bien que tu sois assez silencieuse, Ellana. Il y a quelque chose d’enfoui chez toi qui ne souhaite qu’à sortir, mais ta peur l’empêche. Tu DOIS l’irradier avant qu’elle ne t’étouffe. Tu es capable d’accomplir de grandes choses, mais tu n’as pas confiance en toi à cause de cet homme qui t’a détruite. Rien n’est perdu... donne-toi une chance bon Dieu de merde !

Il se fît tout de suite reprendre par Eiriel mais il lui répondit sèchement, signe qu'il était réellement énervé. Ellana baissa la tête, touchée de plein fouet par ses paroles. Ce donner une chance…oui mais si à chaque fois son père intervenait que ferait-elle ? Si à chaque fois il lui faisait faire marche arrière ce serait un cercle sans fin et elle ne souhaitait pas faire vivre ça à Kaëran et les siens. Irradier sa peur…elle semblait si ancrée en elle…si solidement accrochée…et…ils s'étaient attachés à elle ? Ils…l'appréciaient ? Mais son père…NON ! Son père lui avait menti. Son père…son père était odieux…
Kaëran venait de dégoupiller le déclic intérieur. Elle allait se battre. Elle allait y arriver. Par tous les moyens.

-Tu ne sortiras pas de cette demeure toute seule. J’ai dit que j’allais t’aider, et je le ferai. Quand tu quitteras pour faire ta vie de ton côté, c’est que tu auras déployé tes ailes et que tu souriras par toi-même. Est-ce bien clair ?

Relevant la tête, elle le vit croiser les bras sur son torse et ne vit plus le simple jeune homme qui l'avait réconfortée. Non, elle voyait plutôt le Lieutenant et elle le trouva sur le coup…terrifiant, impressionnant, intimidant. Elle se résigna, et ressentit un soulagement l'envahir. Elle sentit comme un vent nouveau dans son corps, se plaçant face à cette peur. Elle allait livrer bataille. Et tout ce qu'elle espérait, c'était que son père ne s'en prenne pas à Kaëran ou Eiriel.

Le jeune homme annonça alors qu'il allait au palais et sortit, laissant les deux femmes ensemble. Ellana resta immobile, encore un peu chamboulée par son discours. Elle sursauta donc lorsqu'Eiriel lui mit une main sur l'épaule.

-Ce n'est que moi, ma belle. Viens, on va discuter toutes les deux.

Ellana se tourna et voulut suivre, mais le chat gratta sa jambe et elle se baissa, le prenant dans ses bras et le soulevant, faisant néanmoins attention à ses plaies. Elle rejoignit donc Eiriel au salon, sur les fauteuils, et attendit qu'elle commence, un peu nerveuse.

-Déjà, sache que Kaëran n'est pas en colère contre toi. C'est juste la situation qui le rend fou et…avec le décès de sa mère…

Ellana baissa légèrement la tête vers le chat, le caressant, et répondit :

-Je m'en veux de ne pas l'aider plus à faire son deuil…avec tout ça…en plus il ne dort pas…

Elle parlait…et éloignait difficilement cette voix qui lui intimait de respecter les règles.

-Je pense que tu l'aides tout de même beaucoup, Ellana. Rien que ta présence doit lui faire du bien. Mais oui, il faut qu'il dorme…je pense le faire boire à nouveau…mais il va se méfier maintenant…

Ellana lui offrit un petit sourire en coin.

-Mais il a raison, Ellana. Nous sommes là pour t'aider et il faut que tu te battes. Kaé m'a raconté…ce qu'il s'est passé cette nuit. Si tu veux en parler, je suis là…

Ellana perdit le petit sourire et serra sans le faire exprès la peau du chat qui voulut la griffer. Elle enleva sa main et s'excusa, le caressant tendrement puis répondit à Eiriel :

-Il voulait…il voulait…me prendre…j'ai eu peur qu'il y arrive…il avait…ses doigts, en bas…et…il faisait mal…

Elle parlait, elle en ressentait le besoin, et trouvait cela plus simple parce qu'elle parlait à une femme. Jamais elle n'aurait pu le dire à Kaëran, et encore moins ce qu'elle allait avouer…

-Mais…mon père faisait pareil…chaque nuit il…il venait…j'ai dû…toucher…j'ai…enfin…

Elle s'était remise à trembler, tentant de se calmer seule et d'éloigner sa peur. Eiriel était complètement estomaquée par la nouvelle et quitta sa place pour s'asseoir près de la jeune femme qu'elle prit contre elle, sur son épaule.

-Plus personne ne te forceras ma belle. Kaëran tient toujours ses promesses. Il veillera sur toi aussi bien qu'il a veillé sur sa mère…Elle se coupa, repensant à Naël, puis une question lui vint Mais…ton père…ne t'a jamais…violée…rassure-moi…

-N-non…jamais…Eiriel…il m'apprendra vraiment à lire et à écrire ?

Eiriel se mit à sourire. Kaëran avait réussi à la convaincre de se battre et elle voyait une petite flamme briller dans les yeux vairons de la jeune couturière. La flamme du changement. Du renouveau. En même temps qu'eux, elle allait se découvrir et découvrir le monde…

-Bien sûr. Je suis sûre qu'il y prendra du plaisir, à t'apprendre. C'est un grand lecteur, à ses heures perdues.

Ellana sourit timidement. Finalement, tout n'était pas perdu…et bien que cette horrible nuit était encore gravée en elle, que la douleur se faisait toujours ressentir au niveau de son intimité, elle s'en fichait. Parce que Kaëran lui avait ouvert les yeux. Parce qu'il venait de réussir l'impensable.

Il venait d'allumer la bougie qui n'attendait que de se consumer. Il venait de donner une seconde naissance à Ellana. Et c'était plus que tout ce qu'elle aurait pu imaginer.

Les deux femmes parlèrent encore un peu, jusqu'à ce que l'homme rentre, le visage un peu moins colérique qu'en partant. Eiriel les laissa, faisant un clin d'œil à Ellana, pour aller s'occuper des plantes de Naël dans la serre. Et peut-être chercher des légumes pour le midi.

Ellana se leva et se planta devant Kaëran. Elle lui fît un petit sourire et lui dit :

-Kaëran…ce que vous m'avez dit avant…merci. Vous…vous m'avez ouvert les yeux et je me rends compte à présent de ma lâcheté…mais c'est que je ne veux pas qu'il vous arrive quelque chose…vous êtes si gentil avec moi…merci.

Elle lui sourit un peu plus franchement. La peur battait son plein en elle, mais elle luttait. Extérieurement, elle restait parfaitement neutre, gardant sa bataille secrète. Elle y arriverait.

Le chat se frotta alors à ses jambes et elle trouva. Elle regarda Kaëran, et lui souffla :

-Hewie. Il se nomme Hewie.

En disant ça, elle annonçait ouvertement que le chat était à eux. Enfin, à Kaëran puisque c'était sa maison. Mais elle venait de prendre une décision, toute seule, et malgré sa peur, elle se surprit à être fébrile comme un enfant qui ouvrirait un cadeau. Elle avait osé !

C'était le début du renouveau. Elle y arriverait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 8 Fév - 4:16

________________________________________________


Chapitre 1
Revirement de situation

◆ ◆ ◆



    Son colis sous le bras gauche, emballé dans un bout de cuir mince, Kaëran entra chez lui sans prendre le temps de toquer. De toute manière, Eiriel et Ellana étaient là et s’attendaient à son retour, d’une manière ou d’une autre. Déjà, sa petite sortie lui avait permis de se calmer les nerfs et de refouler sa frustration dans les tréfonds de son esprit. La porte se referma derrière lui, fut verrouillée puis il s’enfonça dans le couloir jusqu’à atteindre la frontière qui l’amènerait dans la cuisine. Entre-temps, Eiriel s’était levé et était sorti par la porte arrière afin de faire il-ne-savait-quoi. Ellana elle, en avait profité pour contourner le canapé et se posta devant lui. Son regard bleuté tacheté de vert à un iris se posa alors sur elle qui souriait légèrement. En cours de route, il avait craint l’avoir blessé au vu des mots qu’il lui avait lancés au visage avant son départ précipité.

    ‘‘ Kaëran…ce que vous m’avez dit avant…merci. Vous…vous m’avez ouvert les yeux et je me rends compte à présent de ma lâcheté…mais c’est que je ne veux pas qu’il vous arrive quelque chose…vous êtes si gentil avec moi…merci. ‘‘

    C’était bien la seule avec qui il l’avait été depuis la dernière année. Il fallait s’en dire. Même certains de ses hommes le trouvaient insupportable depuis que la maladie de sa mère s’était aggravée. Le jeune Lieutenant était devenu beaucoup plus distant vis-à-vis de ses connaissances et personne n’avait vraiment compris pourquoi, car jamais il n’avait voulu parler. Kaëran avait toujours été le genre de personne à garder ses problèmes personnels pour lui et à refouler ses ressentiments pour les exprimer lors des entraînements où il pouvait se montrer particulièrement agressif. Seulement envers les mannequins cependant. Jamais il ne levait la main sur quelqu’un. Jamais. Pour lui, parler de ses émotions et pleurer était pour les femmelettes. Rien de plus, mais c’était autre chose lors de la perte de sa mère. M’enfin ... peut-être parce qu’il avait eu pitié d’Ellana au départ, même s’il se fichait un peu de son cas la journée où il l’avait ramené. Mais Naël semblait tellement tenir à cette jeune inconnue qu’il n’eut pas le choix d’ouvrir les yeux. Il y avait sa promesse aussi et depuis la nuit dernière, bien des choses avaient changé sans qu’aucun des deux ne l’eût cru. Le bonheur d’Ellana était devenu sa responsabilité première, son but et il ne lâcherait pas le morceau tant qu’elle ne serait pas complètement remise.

    C’est alors que la jeune femme à la longue chevelure noire de jais se mit à sourire. Un sourire qui lui allait à merveille d’ailleurs. Une lueur nouvelle brillait dans ses yeux; une flamme de renaissance et de détermination qui arracha un sourire en coin au maître de la maison. C’était étrange, car au fond, il ressentait une certaine fierté à la vue de ce regard qu’Ellana avait, mais jamais il n’aurait pensé que son discours d’un peu plus tôt l’aurait secouée à ce point.

    ‘‘ Hewie. Il se nomme Hewie. ‘‘ Souffla Ellana.

    ‘‘ C’est un joli nom, qui lui va comme un gant. ‘‘ Finit-il par dire.

    Kaëran se mit à sourire un peu plus et posa une main sur la tête de sa protégée, ébouriffant faiblement sa longue chevelure. Il se sentait comme un grand frère avec sa petite soeur, faisant cette gestuelle pour la féliciter. Mais sur le coup, elle semblait se demander ce qu’il faisait là. Il y avait quelques mèches folles ici et là, mais rien de bien alarmant quoi. De toute façon, Ellana les replaça vite fait alors que le Lieutenant posait son paquet sur la table de la cuisine.

    ‘‘ J’ai apporté ce qu’il faut pour te montrer comment écrire. Ainsi, je pourrai t’apprendre les bases en après-midi. ‘‘

    Il voyait déjà ses yeux brillés de curiosité alors qu’ils se posaient sur l’emballage de cuir qui se trouvait au centre de la table. Et ils ne le quittèrent pas non plus. Kaëran dut donc se résigner à dévoiler le tout. D’abord, il dénoua la lanière qui tenait le tout fermé puis déplia chacun des quatre coins pour lui montrer, en premier lieu, le papier parchemin vierge qu’elle prit dans ses mains, le tournant dans tous les sens possible. Amusé, le jeune homme la regarda faire un moment, histoire de satisfaire sa curiosité, puis il lui expliqua:

    ‘‘ C’est du papier. C’est sur quoi il faut écrire et pour ça, tu as besoin d’une plume et d’encre. ‘‘

    La prochaine étape fut de lui montrer les objets en question. Il lui désigna la pointe de la plume qui était revêtue d’une pièce de métal qui permettait de garder un peu d’encre et ouvrit l’encrier. La feuille de parchemin fut déposée sur la table et la plume trempée dans le liquide aussi noir que le pelage des corbeaux. La pointe de la plume se posa sur le papier et Kaëran commença à écrire le nom du chat; Hewie. Ellana semblait complètement subjuguée par ce simple mouvement et l’apparition de ces symboles noirs qui marquait le parchemin.

    ‘‘ Ça te semblera difficile au départ et c’est tout à fait normal. Il ne faudra pas te décourager et une fois que tu connaîtras le son des lettres et des syllabes, tu pourras écrire et lire. La clé de la réussite est la patience. ‘‘

    Le tout fut soigneusement rangé dans le bout de cuir et le jeune homme alla plutôt le déposer sur la table du salon pour ne pas encombrer inutilement celle de la cuisine. Ils montèrent ensuite à l’étage et pour la première fois depuis quelques jours, ils entrèrent dans la chambre de la défunte qui n’avait pas changé d’un poil. La seule chose qui dérangeait était le sac d’Eiriel qui était soigneusement posé sur le grand coffre qui se trouvait au pied du lit. Kaëran se sentit mal sur le coup de violer ce sanctuaire, mais se résigna et entra après une longue hésitation, suivie d’Ellana. Là, il ouvrit les tiroirs.

    ‘‘ Il faudra que je fasse le tri un jour ou l’autre ... alors prend ce qui te plait et nous irons les mettre dans ta commode. Ces vêtements seront les tiens. ‘‘

    Mais Ellana ne semblait pas certaine de vouloir au vu de la tête qu’elle piquât. Kaëran soupira alors et dut lui faire un sourire en coin pour lui dire que ça allait. Et puis, c’était soit il les lui laissait ou il les donnait à quelqu’un d’autre. Et d’après ce qu’il avait vu, Ellana n’avait que très peu de vêtements alors autant que ça lui serve à elle.

    ‘‘ Elle faisait sensiblement la même taille que toi avant qu’elle ne tombe malade. Elle ne cessait de dépérir à la fin, n’arrivant qu’à avaler de la soupe puisque sa gorge lui faisait mal, même si le liquide lui brûlait la gorge. ‘‘

    Il en parlait ouvertement, tout en sortant les morceaux de leur tiroir et les déposant à même le sol histoire qu’Ellana regarde et prenne ce qu’elle désirait. Pendant qu’elle fouillait les piles au sol, Kaë se leva et alla vers le placard, sortant d’autres vêtements, dont des robes de soirée qui prenaient la poussière. Il les laissa, ne prenant pas garde. En fait, elles atterrissaient sur la tête de la jeune couturière et dès qu’elle en enlevait une, une autre y tombait. En se retournant, le Lieutenant se retint de rire en voyant le carnage qu’ils avaient fait dans la pièce. Ils prirent bien l’avant-midi complète ainsi qu'une bonne partie du restant de la journée pour faire le ménage de la pièce, permettant aussi à Kaëran ne faire une partie de son deuil. Tout ce qu’il gardait d’elle, et qui lui suffisait était la bague de fiançailles que Naël lui avait confiée. Celle que lui avait offerte son père avant qu’il n’apprenne qu’elle était enceinte. Mais bref, pour lui, son père avait été Oward, le Lieutenant qui avait su conquérir le coeur de Naël alors qu’il n’était que tout petit

    Eiriel n’arriva que plus tard, cherchant les jeunes adultes. Elle cria de stupeur en voyant l’état de la chambre, mais ricana bien rapidement, les aidant ensuite à tout ramasser. Au soir, ils s’occupèrent du repas; Eiriel et Ellana veillaient sur le repas alors que Kaëran montait la table et y déposait les couverts sous l’oeil vif d’Hewie qui observait le tout depuis le fauteuil du canapé, dans le salon qui était la pièce voisine. Ils mangèrent tranquillement, mais surement. Ellana n’avait pas beaucoup d’appétit, mais se força tout de même à cause d’Eiriel. Lorsque leur estomac fut contenté, les couverts nettoyés et le tout rangé, ils allèrent s’assoir dans le salon. L’homme de la maison alimenta le feu et s’installa par terre, dos contre le canapé et se mit à lire alors que les femmes conversaient. Eiriel lui posa même une question et ne répondit que de moitié, ne l’écoutant pas du tout. Bientôt, il commença même à cogner des clous et sa tête s’accota contre le meuble moelleux, vers l’arrière.

    ‘‘ Va donc te reposer ... ‘‘

    ‘‘ Non ça va. Je n’ai pas sommeil ‘‘ Rétorqua t-il en se redressant.

    ‘‘ Ce n’est pas ce que je vois sur ton visage. Allez, file te coucher, Kaë. Si c’est d’Ellana que tu t’inquiètes, elle dormira avec moi pour la nuit, le temps que la fenêtre de sa chambre soit remplacée. Ouste ! ‘‘

    Eiriel lui arracha son bouquin des mains, le ferma et le mit sur la table. Choqué, le jeune homme regarda son livre puis Eiriel et s’exclama:

    ‘‘ Je n’ai pas retenu le numéro de page ! ‘‘

    ‘‘ 78 ... maintenant, monte te coucher avant que je ne me fâche. ‘‘

    Digne d’un gamin, le Lieutenant fit la moue et se leva sur ses jambes. Il embrassa le front d’Eiriel qui souriait, fière d’avoir remporté la bataille, et posa une main sur le dessus de la tête d’Ellana en guise de bonne nuit, puis monta l’escalier en silence. Eiriel attendit une bonne demi-heure avant de monter à l’étage avec la jeune couturière et elles ouvrirent la porte. Victoire ! Kaë était tellement épuisé qu’il dormait comme un loir, affalé sur le ventre par-dessus les couvertures. La paysanne ne put s’empêcher de ricaner silencieusement et entraîna Ellana avec elle dans sa chambre, ou plutôt celle qui appartenait à sa défunte amie, et alla se changer derrière le paravent qui se trouvait dans un coin de la pièce.

    Spoiler:
     

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Ven 8 Fév - 20:54


Kaëran mit quelques secondes à répondre, et elle crut même qu'il n'avait pas compris de quoi elle parlait. En même temps, elle était passée du coq à l'âne aussi…Mais si elle ne l'avait pas dit comme ça, elle n'en aurait plus été capable. En elle, la lutte faisait rage entre sa détermination à changer et vivre et sa peur de son père.

- C’est un joli nom, qui lui va comme un gant.

Elle répondit à son sourire qui s'élargissait, ravie qu'il accepte. A moins qu'il accepte pour qu'elle soit contente…enfin, quoiqu'il en soit, il venait de poser une main sur sa tête et, sans qu'elle comprenne, il lui ébouriffa les cheveux. Elle le regarda, étonnée, ne voyant pas l'intérêt d'un tel geste, bien qu'elle l'ait apprécié. C'était comme…comme une marque d'affection et…dieu seul savait à quel point elle en avait besoin ; d'affection. Elle remit ses mèches dérangées en place alors qu'il posait sur la table de la cuisine un rouleau en cuir. Elle le regardait et il déclara :

-J’ai apporté ce qu’il faut pour te montrer comment écrire. Ainsi, je pourrai t’apprendre les bases en après-midi.

Aussitôt, le cœur d'Ellana battit plus vite. Oui oui, juste pour ça il accélérait. Elle regarda le paquet, comme un trésor. Elle voulait savoir ce qu'il y avait à l'intérieur, oh oui elle le voulait ! Et elle se répétait ça en tête pour éloigner sa peur qui disait : "tu n'as pas le droit de vouloir, tu n'as pas le droit d'avoir quelque chose…"
Et à force de contempler cette merveille, Kaëran se résigna à lui dévoiler son contenu. Il l'ouvrit, Ellana suivant le moindre de ses gestes effectués de ses mains fermes. Il prit un objet rectangulaire et plat et le lui tendit. Elle le prit délicatement, de peur de la casser et la tourna dans tous les sens. C'était…ni lisse, ni trop rugueux. C'était étrange comme matière mais elle aimait bien. Il lui donna alors des explications :

-C’est du papier. C’est sur quoi il faut écrire et pour ça, tu as besoin d’une plume et d’encre.

Du papier…elle grava ce mot dans sa tête et regarda les objets dénommés "plume" et "encre". Elle lui redonna la feuille qu'il posa sur la table et il lui montra la pointe de la plume. Elle était blanche, avec un bout grisâtre et dur…c'était étrange…ou l'avait-il cherchée ? Arrachée à un oiseau ? Depuis quand leurs plumes avaient-elles le bout gris ? Bon en même temps avec le peu qu'elle savait…elle avait honte d'elle, d'être aussi bête à son âge…

Il trempa alors ledit bout gris dans ce liquide noir comme la nuit avant de poser la plume sur le papier. Et là…elle crut halluciner. Il faisait…il faisait de la magie ! Il bougeait la plume sur le parchemin et les symboles noirs s'y traçaient comme par enchantement ! C'était…à peine croyable…elle ne savait pas ce qu'il avait écrit, mais c'était joli, rien qu'au tracé.

-Ça te semblera difficile au départ et c’est tout à fait normal. Il ne faudra pas te décourager et une fois que tu connaîtras le son des lettres et des syllabes, tu pourras écrire et lire. La clé de la réussite est la patience.

La patience…ce n'était pas un problème, elle en avait assez. Et puis, elle avait tellement envie d'apprendre que rien ne l'entraverait. Intérieurement elle luttait et parviendrait à briser ses chaînes. Mais elle craignait toujours la réaction de son père et se qu'il pouvait projeter de pire que cet homme la nuit dernière…elle frissonna même en s'en souvenant. Mais c'était du passé, son père était venu ainsi chaque nuit, elle n'allait pas ce laisser abattre. Kaëran ne le voulait pas. Elle allait le faire pour lui, pour Naël, pour Eiriel et pour elle-même.

Ils montèrent ensuite à l'étage ou le jeune homme se stoppa devant la chambre de sa mère. Il ouvrit la porte, entrant de quelques pas et Ellana regardait son dos, prête à agir s'il avait besoin de soutien. Ce devait être dur pour lui en sachant que c'était la première fois qu'il y retournait depuis…sa disparition. Et Ellana se souvenait qu'en refermant la porte elle avait pensé à un sanctuaire qui se refermait sur une fresque qui jamais ne devait être découverte par des importuns.

Il n'y avait que le sac d'Eiriel qui était un peu…anachronique au souvenir qu'elle avait et après quelques instants d'hésitation, Kaëran entra pour de bon, se dirigeant vers les tiroirs et les ouvrants en disant :

-Il faudra que je fasse le tri un jour ou l’autre ... alors prend ce qui te plait et nous irons les mettre dans ta commode. Ces vêtements seront les tiens.

Hein ?! Il était sérieux ? Ah non ! Ces vêtements ne lui appartenaient pas. Et ce n'était pas une question de règles, Ellana les mettaient en veilleuse, mais juste du respect. Ce serait trop dur pour lui, si elle portait des vêtements de sa mère ! Comment pourrait-il faire son deuil, oublier sa douleur, si elle la lui rappelait sans cesse ? Elle se sentirait bien trop gênée aussi…
Mais il lui fit un sourire en coin, pour la rassurer. S'il était d'accord et sûr que ça irait, elle le ferait mais…c'était comme du vol pour elle…

-Elle faisait sensiblement la même taille que toi avant qu’elle ne tombe malade. Elle ne cessait de dépérir à la fin, n’arrivant qu’à avaler de la soupe puisque sa gorge lui faisait mal, même si le liquide lui brûlait la gorge.

Il posait des habits sur le sol, parlant de la maladie de sa mère ouvertement et sans avoir une voix brisée. Ellana s'agenouilla alors, prenant les vêtements entre ses mains, admirant leur tissu et leur légèreté ou tout simplement leur beauté. Pour elle, ils étaient tous beaux et faire un choix se révéla difficile. Surtout que Kaëran avait apparemment décidé de lui jeter tous les habits sur la tête ! Sa vue se bouchait à chaque fois et elle avait à peine le temps de retirer le vêtement qu'un autre lui atterrissait dessus ! Mais elle souriait tout de même, mettant de côté quelques pièces qu'elle souhaitait pouvoir garder. Bien sûr il y en avait de trop petits ou trop grands pour elle et elle les mettait de l'autre côté, à donner aux gens plus démunis.

Kaëran la rejoint bien vite pour mettre de l'ordre et surtout, pour ranger cette pagaille. Les vêtements s'étalaient dans toute la pièce et ils mirent pratiquement toute la journée à déblayer ! Mais tout ça dans une ambiance calme. Ellana ne s'était jamais sentie aussi…détendue et calme. Elle était si bien, là ! Mais une question la taraudait : s'il avait été seul, y serait-il parvenu aussi sereinement ? Elle en doutait. S'il avait été seul, il serait allé dans les tavernes à boire et aurait sombré. En fait, ils s'étaient secourus mutuellement…même si elle n'avait guère l'impression de l'aider beaucoup avec ses soucis personnels qui concernaient…toute sa petite vie d'esclave.

Ils sursautèrent de concert lorsqu'Eiriel débarqua et cria de stupeur. Oui…la pièce était légèrement en désordre…et plus ils rangeaient, plus il y en avait ! Elle les aida donc en riant faiblement. Le soir venu, ils quittèrent la chambre parfaitement ordonnée et descendirent pour préparer un bon repas. Les femmes s'en chargèrent pendant que l'homme mettait les couverts, sous l'œil vigilant d'Hewie qui l'observait du haut de son perchoir, sur le dossier du fauteuil.
Ils mangèrent paisiblement, même si Ellana n'avait guère faim. En fait, elle avait peur…mais pas la même peur qui l'habitait à cause de son père…elle craignait la nuit, et le coucher. Elle sentait qu'elle allait tout revoir, revivre en songe, malgré les visites nocturnes de son père. Eiriel l'incita à manger doucement et elle se força, mangeant quelques bouchées qui firent plaisir à la paysanne.

Puis, une fois la table rangée, les couverts nettoyés, ils allèrent se détendre devant le feu. Kaëran l'alimenta et s'assit pour lire, laissant les femmes parler entre elles. Hewie s'était niché entre les jambes d'Ellana qui le caressait, le faisant ronronner, et elle parlait avec Eiriel de tout et de rien, regardant parfois du coin de l'œil les symboles noirs qui ornaient le livre. Mais elle voyait aussi que le jeune homme s'endormait : cela faisait quelques minutes qu'il était sur la même page et il ne répondit même pas à la question d'Eiriel qui lui conseilla d'aller se reposer. Celui-ci refusa, mais la femme été déterminée à le faire dormir ! Elle lui arracha l'ouvrage des mains et le posa sur la table après lui avoir dit qu'elle veillerait sur Ellana. Il s'offusqua, elle répondit et, faisant la moue, résigné, Kaëran se leva, fît une bise sur le front d'Eiriel et Ellana sentit sa main se poser délicatement sur le haut de sa tête. Elle sourit légèrement, l'entendant monter les escaliers.

Les deux femmes restèrent encore une bonne demi-heure en bas, laissant le feu mourir devant elles, avant d'aller voir s'il dormait. Et en entrouvrant la porte, Eiriel comme Ellana sourirent. Kaëran dormait à poings fermés, vautrés sur les couvertures de son lit. Cela ne pourrait lui faire que du bien !

Elles refermèrent la porte et Eiriel entraîna Ellana dans la chambre de sa défunte amie, pour ce changer derrière le paravent.

-Je…je peux dormir dans l'autre chambre vous savez…

Eiriel lui répondit de l'autre côté de la toile qui les séparaient :

-Non ! Tu restes ici avec moi ! Kaé me tuerait s'il savait que je n'ai pas veillé sur toi !

-Oui mais…enfin j'ai l'habitude d'être seule même…même après…

Eiriel ressortie, prête à dormir et s'approcha d'elle.

-Oublie tes habitudes. Kaëran le sait pour…pour ton père et les nuits ?

Ellana fît non de la tête. Non elle ne l'avait pas dit à Kaëran. Parce qu'elle ne voulait pas non plus s'apitoyer. Il y avait…pire…des gens vivaient pire qu'elle…n'est-ce pas ?
Eiriel sourit légèrement et la prit dans ses bras d'un coup, comme…comme une mère. Ellana se détendit se sentant d'un coup…calme et apaisée. Ainsi c'était ça un câlin d'une mère à son enfant ? C'était si doux…

-Tu veux que je le lui dise ? Il ne faut pas que tu gardes tout ça en toi…

Ellana se mit à réfléchir. Aurait-elle la force et le courage, malgré sa détermination, d'avouer à Kaëran que son père faisait chaque nuit ce que l'homme lui avait fait la veille, sauf que son père n'était jamais allé plus loin alors que l'homme avait voulu le faire ? Serait-ce de la lâcheté si elle demandait à Eiriel de le lui dire ? Ou voulait-elle au contraire le garder secret ? Elle ne savait pas…

-Je…je ne sais pas si…si je dois lui dire ou pas…il…il doit faire son deuil…

-Il y arrivera. Je le sais. C'est peut-être difficile mais il se relèvera, et ce, grâce à toi. Maintenant…il faut le lui dire. Il est Lieutenant. Lui seul peut faire quelque chose contre ton père.

Grâce à elle ? Eiriel s'était détachée et la regardait en souriant tendrement. Pourquoi grâce à elle ? Elle ne faisait rien…mais elle n'osait pas lui demander si ça allait, ayant trop peur d'au contraire le faire ressasser de mauvais souvenirs…et pour son père…oui il pouvait agir mais elle ne voulait pas non plus faire couler son père…elle se morigéna. Non. Son père était odieux. Il ne fallait pas qu'elle croie qu'il méritait sa liberté. Au contraire. Il devait reconnaître ses fautes. Elle voulait que tout le monde sache que ce merveilleux tailleur était un salaud de la pire espèce. Et elle se mordit la lèvre. Penser de pareilles choses de son père…son dernier parent…voilà, elle était à nouveau perdue.

-Allez viens. Tu le lui diras quand tu seras prête à moins qu'il ne te pose des questions avant. Mais là, il est temps de dormir et je ne sais pas toi, mais moi je tombe de sommeil et j'en connais un qui va péter le feu demain matin…

Ellana sourit et suivit, n'ayant pour l'heure aucun vêtement de nuit et…n'arrivant pas encore à intégrer ce mode de vie. Elle y arriverait, elle l'avait dit. Mais cela mettrait un peu de temps et elle ne voulait pas brusquer le tout. Elle se coucha aux côtés d'Eiriel et le lit était bien assez grand pour elles, surtout qu'Ellana se faisait petite, comme à l'accoutumée. Elle sentit alors une présence se glisser tout contre elle et sursauta, repensant à l'homme, mais fût rassurée en voyant que ce n'était qu'Hewie qui voulait dormir près d'elle. Elle ne l'avait même pas vu les suivre…

Elle dormit plus ou moins bien. Plusieurs fois elle se réveilla en sursaut avec l'impression que quelqu'un la touchait alors que ce n'était que le chat ou même une hallucination. Et quand elle dormait, elle revoyait la veille en boucle ou même les épisodes avec son père. Pourtant, elle tentait de faire venir ses rêves ou elle se voyait libre et heureuse, en vain…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 9 Fév - 2:22

________________________________________________


Chapitre 2
Les premières leçons

◆ ◆ ◆



    Avec tout ça, Kaëran n’avait pas eu le temps de lui apprendre les bases de l’écriture. Ça lui était complètement sorti de l’esprit. Normal me direz-vous, parce qu’il dormait comme un loir dans son lit. Pauvre Ellana qui avait si hâte de se mettre au travail. De toute façon, ils avaient été submergés par le ménage de l’ancienne chambre de Naël. Bref, ce serait pour le lendemain, une fois qu’il aurait la tête reposée. Lui comme Ellana. Dès l’aube, le jeune homme fut debout et se tira hors du lit. Dehors, le ciel s’annonçait orageux, mais il ne pleuvrait que d’ici quelques heures alors il avait le temps d’aller frapper quelques coups sur le mannequin de bois dans la cour arrière. Et puis, les femmes dormaient encore vu le silence qu’il y avait dans la maison. Discrètement, le jeune homme se rendit au rez-de-chaussée et prit son épée au passage, sortant par la porte arrière.

    Le pauvre mannequin de bois était ruée de coups aussi violents les uns que les autres. Le Lieutenant voulait se défouler et c’est ce qu’il faisait, sans ménagement. Il fallait s’en dire que ça le faisait décompresser et bouger d’une certaine manière. Étant en congé pour un certain temps, il ne pouvait s’exercer à l’art des armes comme ses confrères. Alors, autant le faire à la maison pendant qu’il le pouvait. Mort de chaud, malgré la brise fraîche, mais humide, du matin, l’homme se départit de sa chemise et continua à manier sa lame jusqu’à ce que ses bras n’écoutent plus. Poussant un long et profond soupir, Kaëran essuya son front de son avant-bras gauche et tenta de reprendre une respiration plus régulière. Sauf qu’il n’avait pas prévu qu’une visiteuse allait lui faire un coup par-derrière. Eiriel s’était levé un peu avant Ellana et elles étaient descendues en bas en voyant que la porte de la chambre de Kaëran était vide et celui-ci absent. Il ne se trouvait nulle part dans la maison d’ailleurs. C’était à ce moment qu’elle avait entendu des bruits et l’avait aperçu dehors, par delà la fenêtre. Malicieuse, elle fit un clin d’oeil à la jeune couturière et remplit un seau d’eau bien froide pour ensuite sortir en douce. Eiriel s’avança jusqu’à lui dans la plus grande des discrétions et lança l’eau glaciale sur le Lieutenant qui sursauta. La chair de poule le parcourut de part et d’autre du corps alors que ses épaules se contractaient à ce soudain changement de température. Brusquement, il planta la lame de son épée dans le sol et se lança à la poursuite de la paysanne qui s’esclaffait à tout rompre. Elle alla se cacher derrière Ellana qui ne savait plus où donner de la tête.

    ‘‘ Tu vas mouiller toute la maison ! ‘‘

    ‘‘ Tu n’avais qu’à ne pas faire ça ! Viens ici Eiriel ... ‘‘

    ‘‘ Oh que non ! ‘‘

    Kaëran fronça les sourcils et le regard qu’il lançait ne laissait rien prévoir de bon. Maintenant, Ellana allait aussi en pâtir et elle n’avait rien à voir dans cette altercation. Sans crier gare, le jeune homme les serra toutes les deux dans ses bras, les mouillant par la même occasion. Eiriel hurlait, car il était froid comme la neige et la faisait grelotter.

    ‘‘ Tu y réfléchiras deux fois avant de recommencer ! ‘‘

    Faisant la moue, la paysanne corpulente laissa le jeune homme monter à l’étage pour prendre des vêtements secs et il en profita pour aller se laver par la même occasion. Ainsi, elles avaient le temps de se faire à déjeuner et il viendrait les rejoindre ensuite. Entre-temps, la pluie commença à s’abattre doucement sur Racium après ces quelques jours de soleil. Une douce odeur de nourriture flottait dans l’air et Hewie ne se priait pas pour renifler, le museau dans le vide et se délectant les babines. Peu de temps ensuite, ce fut Kaëran qui fit de même sauf que dans son cas, son ventre hurlait famine. D’une main, il se frotta le ventre avec une mine embarrassée puis s’excusant. Ils se mirent alors à table et prirent le temps de manger, de nettoyer et de ranger avant d’aller au salon. Kaëran s’installa aux côtés d’Ellana et approcha la table basse d’eux puis sortit les feuilles de parchemin de leur emballage de cuir. Le bouchon de liège de l’encrier fut déposé un peu plus loin et la plume y fut trempée. Il se mit à écrire des lettres sous le regard curieux de la jeune femme qui ne faisait qu’observer en silence, attendant avec patience que les leçons commencent. C’est là que le Lieutenant lui désigna chacune des lettres, accompagné du son qui leur était propre. Ellana dut répéter après lui à plusieurs reprises puis ils passèrent au deuxième exercice; les duos de lettre.

    ‘‘ Quand tu assembles ces deux lettres, le C et R, cela se prononce cr. C’est la même chose quand tu jumelles le B et le L qui font bl. ‘‘

    Comme prévu, Ellana avait effectivement beaucoup de difficulté, mais la motivation était là et elle voulait savoir, voulait apprendre. Parfois elle poussait des soupirs de découragement, mais Kaê comme Eiriel lui souriait doucement, ne disant qu’il ne fallait pas baisser les bras. Ils s’accordèrent une petite pause deux heures plus tard, le jeune homme se levant pour aller faire du thé à ce beau monde et ramena des brioches qu’Eiriel venait de faire pour eux. Ils mangèrent donc un peu et les jeunes gens se relancèrent dans les leçons de prononciation.

    ‘‘ Tu pourras te pratiquer à reproduire les lettres que je t’ai écrites sur le parchemin, mais il faudra aussi que tu mémorises leur son et ce que le jumelage de deux lettres fait. Ainsi, nous pourrons réviser un peu ce soir et nous recommencerons demain. ‘‘

    Là il venait de voir cette lueur qui brillait tout au fond de ses yeux et elle répondit par la positive, ce sourire angélique et enfantin peint sur ses lèvres. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que demain il allait lui faire une surprise histoire de la motiver encore plus à poursuivre dans cette voie. De toute manière, il devait se rendre en ville pour faire quelques courses, comme passer chez le boucher, acheter une nouvelle fenêtre et rencontrer Ayden histoire de voir s’il n’avait pas vu quelque chose de louche. L’apprentissage d’Ellana se poursuivit donc jusqu’en soirée alors que les éclairs et le tonnerre déchiraient le ciel. Il faisait sombre dans la demeure, mais Kaëran alimenta le feu et alluma la lanterne qui se trouvait sur le comptoir de la cuisine. À trois, ils se préparèrent un petit repas bien léger qu’ils allèrent manger devant le foyer. Eiriel ne faisait que sursauter et l’homme de la maison ne pouvait qu’afficher un sourire amusé qu’elle ne manqua pas de voir.

    ‘‘ Qu’est-ce qu’il y a de si drôle, jeune homme ? ‘‘

    ‘‘ Mais rien ... ‘‘

    ‘‘ Kaëran Eira ! Je sais que tu te moques de moi ! ‘‘

    ‘‘ Qu’est-ce que tu racontes ? Je ne me moque pas de toi. Je me moque avec toi, nuance ! ‘‘

    Eiriel gonfla ses joues. Il venait de reprendre sa réplique, mot pour mot et avec le même timbre de voix qu’elle avait l’habitude de prendre. Kaë s’esclaffa pour la première fois depuis un long moment et la paysanne retrouva le sourire aussitôt, si contente de le voir dans un tel état. Il y avait longtemps qu’elle ne l’avait pas vu si calme et joyeux. La mort de sa mère devait être une délivrance pour lui, car voir Naël souffrir autant faisait mal à tout le monde et plus particulièrement son fils.

    ‘‘ Kaë ... Je sais que tu n’aimes pas parler de ce que tu ressens, mais j’aimerais savoir comment tu vas. Comment tu vois la mort de ta mère ... ‘‘

    Le concerné tourna son regard bicolore vers Eiriel et la regarda un long moment avant de fixer les flammes qui dansaient sous la cheminée, inondant la pièce d’une douce chaleur. Le silence s’installa, mais il n’était pas pesant, loin de là. Le sourire que le Lieutenant avait perdu revint tout doucement, mais accompagné d’une certaine tristesse. Sans regarder son interlocutrice, il dit:

    ‘‘ Je vais bien ... parce que vous êtes là, toi et Ellana. Votre seule présence est suffisante et puis vous ne me prenez pas en pitié parce que ma mère m’a quitté. Depuis la dernière année, la voir souffrir m’était rendu insupportable. Je souhaitais qu’elle pousse son dernier soupir à chacune des nuits des dernières semaines pour lui épargner cette douleur qui la rongeait de l’intérieur. Mais elle souriait à chaque fois que je posais les yeux sur elle. ‘‘

    Kaëran se tut puis poussa un long et profond soupir, posant son regard sur Eiriel qui lui serrait la main, lui en faisant de même.

    ‘‘ Savoir qu’elle est partie dans mes bras m’a apporté un énorme soulagement. Je craignais malgré tout qu’elle parte pendant que j’étais au palais ... mais je regrette de ne pas avoir passé un peu plus de temps avec elle. ‘‘

    ‘‘ Ne te sent pas coupable pour ça Kaë. Ta mère t’aimait et jamais elle ne t’en a voulu. ‘‘

    ‘‘ Je sais ... elle est certainement plus heureuse là où elle est aujourd’hui. ‘‘

    Eiriel baissa les yeux et sourit doucement. Mais quelque chose de farfelu lui vint en tête et elle ricana, attirant l’attention des deux jeunes gens sur elle. Kaëran arqua un sourcil et attendit qu’elle daigne leur dire ce qu’il se passait.

    ‘‘ Ta mère t’a certainement raconté ce que je lui ai dit à ton sujet; que si j’étais plus jeune je t’aurais pourchassé jusqu’à ce que tu plies. ? ‘‘

    ‘‘ Mais pourquoi lâches-tu ça maintenant ? ‘‘

    ‘‘ Parce que tu as une belle gueule quand tu souris, jeune homme. Alors, garde-le et ne brise pas trop de coeur. D’accord ? ‘‘ Dit-elle en lui tirant les joues.

    ‘‘ Comme si j’avais le temps ... ‘‘

    ‘‘ Tu ne le prends pas, c’est tout ! Mais bref. Il est temps d’aller dormir pour moi ! Sur ce, je vous souhaite la bonne nuit. Et Ellana, entre dans la chambre quand tu seras prête. De toute façon, je risque de dormir comme une souche alors n’ait pas peur de me réveiller. ‘‘

    Eiriel leur embrassa le front et monta se coucher. Kaëran lui, resta encore un moment là avec la jeune couturière et ils révisèrent encore une petite heure avant que la fatigue ne commence à les gagner.

    Spoiler:
     

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 9 Fév - 11:28


Après une nuit quelques peu agitées par ses rêves, Ellana émergea enfin et s'étira, manquant étouffer Hewie qui faisait sa toilette sur le matelas. Eiriel était derrière le paravent et se changeait en sifflotant doucement, et sourit en voyant Ellana réveillée.

-Bonjour ma belle ! Bien dormit ? Allez on va voir notre cher Kaëran !

Ellana eut à peine le temps de répondre un "bonjour, oui et vous" qu'Eiriel sortait de la chambre. Ouvrant la fenêtre pour que la chambre aère avant de faire le lit, Ellana suivit le sillage de la paysanne et vit tout comme elle que la chambre du jeune homme était vide de toute présence. Et il n'y avait aucun bruit dans la maison non plus. Dans la maison non, mais dehors, si. Elles entendirent nettement les coups et s'approchèrent de la fenêtre. Kaëran était dehors, à frapper un homme ! Ellana crut réellement que c'était un homme, jusqu'à ce qu'elle s'aperçoive qu'il était fait en bois. Donc, quelque chose de spécial apparemment. Mais surtout…le jeune homme était torse nu et de la ou elle était, elle voyait chacun de ses muscles se dessiner et se contracter sous l'effort. Elle se souvenait parfaitement de cette sensation qui l'avait envahie deux jours avant, lorsqu'il l'avait prise tout contre son torse.

Eiriel la sortit de ses songes, voyant qu'Ellana était autant subjuguée par les mouvements de cet objet gris que Kaëran utilisait contre le bois que par l'homme lui-même. Elle lui fît signe de la suivre et toutes deux descendirent, Eiriel allant chercher…un seau d'eau froide ! Ellana eut peur de comprendre alors que la paysanne sortait et approchait l'homme en silence. Restée devant la porte, Ellana ne put que regarder le spectacle en plaignant Kaëran lorsque l'eau atterrit sur lui, le faisait sursauter mais aussi se replier sur lui-même à cause de la différence de température. Il sut bien vite qui était derrière tout ça et lâcha l'objet grisâtre pour courir après sa nounou qui vint se cacher derrière Ellana, surprise. Eiriel riait en s'accrochant aux épaules de la jeune femme et celle-ci ne savait guère quoi faire. Kaëran approchait, ordonnant à Eiriel de venir, mais celle-ci refusait. Et vu le regard de l'homme, Ellana sut qu'il ne l'épargnerait pas.

Et en effet, il s'avança d'un coup et les serra contre lui. Ellana, coincée entre les deux, grelotta tout de suite. Le torse de Kaëran était contre elle et toute l'eau lui fût transférée d'un coup. Cependant elle ne dit rien, appréciant tout de même le contact, contrairement à Eiriel qui hurla.

-Tu y réfléchiras deux fois avant de recommencer !

Il se détacha et Ellana put admirer la moue d'Eiriel tandis que Kaëran montait se changer et se sécher. Ensemble, elles préparèrent le petit-déjeuner, Hewie regardant tous leurs faits et gestes en se léchant les babines. Ellana lui prépara donc un bol de lait et Eiriel lui donna la nourriture qui convenait aux chats. Kaëran refît son apparition, lui aussi mourant de faim à l'écoute de son ventre. Ils s'installèrent donc pour manger, et écoutèrent la pluie s'abattre sur la ville. Ellana voyait l'eau dégouliner sur les vitres, et pensait comme à chaque fois aux larmes qu'elle avait déjà versées dans sa vie. Un peu de trop en fait…mais ce dire que tout changeait et qu'elle allait enfin vivre la réjouissait. Ce libérer de son père aurait été impossible sans Kaëran et Eiriel, ni même Naël. Même si elle n'était pas encore libérée, son père pouvant agir et lui faire du mal ou à cette famille, mais elle était sur la voie.

Ils nettoyèrent, rangèrent et lavèrent les couverts avant de s'installer au salon. Eiriel avait repris son tricot, et Kaëran s'assit aux côtés d'Ellana. Celle-ci sentit son excitation grimper en flèche en voyant qu'il approchait la table et y posait le rouleau de cuir qu'il lui avait montré la veille ! Il allait lui apprendre à écrire ! Enfin ! Elle trépignait d'impatience et le regarda tout disposer sur la table, puis faire apparaître des symboles sur la feuille. Pour elle, cela restait de la magie…

Et les cours commencèrent. Kaëran lui pointa du doigt chaque symbole, le prononçant lentement, et Ellana répéta, se trompant par moment et le jeune homme la rectifiant. Puis il passa à un autre stade :

-Quand tu assembles ces deux lettres, le C et R, cela se prononce cr. C’est la même chose quand tu jumelles le B et le L qui font bl.

C'est là ou tout ce compliqua. Ellana eut du mal à comprendre le principe des duos de lettres, et elle avait beau essayer de retenir, c'était difficile. Surtout qu'elle posait des questions, demandait si tel ou tel duo fonctionnait avec les sons qu'elle venait de mémoriser, et souvent c'était impossible. Elle se mélangeait dans les sons et lorsqu'il lui demandait le C elle prononçait le S ou lorsqu'il lui demandait le R elle n'arrivait plus à sortir ce son si rauque. Elle ne put donc retenir des soupirs de découragement en voyant la difficulté se dresser devant elle, mais Kaëran comme Eiriel lui souriait, l'encourageant à ne pas baisser les bras. Oh non elle ne baisserait pas les bras, mais jamais elle ne s'était attendue à ce que ce soit si compliqué !

Kaëran lui accorda une pause deux heures après, se levant pour chercher du thé et des brioches. Dans sa tête, Ellana prononçait les duos comme cr ou bl ou encore ch.
Tous trois mangèrent une brioche, l'appétit d'Ellana étant revenu, et burent un bon thé chaud avant de se relancer dans les leçons, l'orage grondant toujours à l'extérieur et Hewie dormant près du feu.

-Tu pourras te pratiquer à reproduire les lettres que je t’ai écrites sur le parchemin, mais il faudra aussi que tu mémorises leur son et ce que le jumelage de deux lettres fait. Ainsi, nous pourrons réviser un peu ce soir et nous recommencerons demain.

Elle hocha vivement de la tête, souriante et si contente de pouvoir apprendre ! Elle se sentait si bien, la peur qui régressait tout doucement et la lutte en elle se faisant moins dure…elle parvenait mieux à taire la voix qui répétait les règles…

Ils continuèrent toute la soirée, Kaëran inscrivant les lettres et duos de lettre sur le parchemin, la faisant répéter les sons et leur prononciation, donnant même des exemples concrets en parlant. Ils s'étaient fait un petit repas qu'ils dégustèrent devant la cheminée, pendant une pause dans les leçons.

Dehors, la pluie battait son plein, Ellana se souvenant du premier soir ou elle était venue nue près du jeune homme et s'était enfuie ensuite, pensant qu'il la mettait dehors parce qu'elle avait mal agit. La aussi, il avait plut averse. Sauf que là, l'orage et les coups de tonnerre se mêlaient à l'eau et Eiriel sursautait à chaque fois, faisant ricaner Kaëran. Aussitôt ils se lancèrent des piques comme à l'accoutumée et Kaëran ressortit même mot pour mot une phrase d'Eiriel qui se mit à bouder. Cela fît rire Kaëran et Ellana ne put s'empêcher de trouver ce son très beau. C'était la première fois qu'elle l'entendait rire. Avait-elle rit aussi elle ? Non…jamais. Elle parvenait à peine à sourire seule alors rire…
Mais le ton redevint sérieux lorsqu'Eiriel se risqua à demander :

-Kaë ... Je sais que tu n’aimes pas parler de ce que tu ressens, mais j’aimerais savoir comment tu vas. Comment tu vois la mort de ta mère ...

Là, le jeune homme tourna la tête vers les flammes et le silence s'installa, mais guère pesant. De là ou elle était assise, Ellana ne voyait que le profil de Kaëran, et son yeux vert tacheté de bleu, mais aussi le petit sourire qui revint sur ses lèvres, bien que triste.

-Je vais bien ... parce que vous êtes là, toi et Ellana. Votre seule présence est suffisante et puis vous ne me prenez pas en pitié parce que ma mère m’a quitté. Depuis la dernière année, la voir souffrir m’était rendu insupportable. Je souhaitais qu’elle pousse son dernier soupir à chacune des nuits des dernières semaines pour lui épargner cette douleur qui la rongeait de l’intérieur. Mais elle souriait à chaque fois que je posais les yeux sur elle.

Il soupira, serrant la main d'Eiriel dans la sienne. Ellana restait en retrait, ne disant rien et ne bougeant pas. Elles l'aidaient donc…cela la touchait. Si elle pouvait se rendre utile, elle le ferait.

-Savoir qu’elle est partie dans mes bras m’a apporté un énorme soulagement. Je craignais malgré tout qu’elle parte pendant que j’étais au palais ... mais je regrette de ne pas avoir passé un peu plus de temps avec elle.

Eiriel se chargea de le rassurer. Et Ellana savait qu'elle avait raison, Naël ne lui en voulait certainement pas pour ça. Mais ensuite…la paysanne embrancha sur un autre sujet, qu'Ellana ignorait. C'était à propos des dernières paroles de Naël à son fils concernant son amie…

Même Kaëran ne comprit pas et Eiriel répondit en tirant ses joues :

-Parce que tu as une belle gueule quand tu souris, jeune homme. Alors, garde-le et ne brise pas trop de coeur. D’accord ?

Briser des cœurs ? Comment ça ? Qu'est-ce que cela voulait dire ? Bien entendu, Ellana ne connaissait rien à l'amour et aux sentiments entre hommes et femmes. Déjà, n'ayant pas eu de mère, personne ne lui avait expliqué le principe. Elle se souvenait avoir paniqué la première fois qu'elle avait vu du sang s'écouler le long de ses jambes…son père lui avait dit que c'était la démonstration physique de sa malédiction. Chaque mois cela allait revenir. Elle ne savait donc pas que toutes les femmes avaient ça et que c'était ça qui faisaient d'elle des mères potentielles. Enfin pour l'heure, elle prenait la vie comme elle venait, avec les changements qui allaient s'opérer.
Kaëran répliqua ne pas avoir le temps et Eiriel lui répondit tout en se levant :

-Tu ne le prends pas, c’est tout ! Mais bref. Il est temps d’aller dormir pour moi ! Sur ce, je vous souhaite la bonne nuit. Et Ellana, entre dans la chambre quand tu seras prête. De toute façon, je risque de dormir comme une souche alors n’ait pas peur de me réveiller.

Elle les quitta après leur avoir embrassé le front et les deux jeunes gens restèrent à réviser encore un peu. Ellana répétait sans relâche, et lorsqu'il prononçait un son, elle devait retrouver le symbole qui allait avec sur la feuille. C'était du deux en un, apprendre en même temps à lire et à écrire.

Une heure encore s'écoula avant qu'Ellana ne commence à s'emmêler, signe de fatigue. Kaëran lui même baillait depuis quelques minutes et tous deux se levèrent pour aller se coucher. Sauf qu'Ellana emporta la feuille avec elle…ils se séparèrent dans le couloir, Hewie suivant le jeune homme, et Ellana fît le moins de bruit possible pour aller se coucher. Elle s'assit devant la fenêtre et reprit la feuille, murmurant les sons et pointant du doigt les lettres. Elle voulait les apprendre, tant pis pour la fatigue ! Mais celle-ci remporta la bataille. Les yeux de la jeune femme se fermèrent tous seuls et elle eut juste la présence d'esprit d'aller poser la feuille sur une commode et d'aller se coucher, s'endormant aussitôt et cette fois, les rêves de liberté revinrent, accompagnés des lettres et des sons appris.

Au matin, Eiriel fût la première debout et ce fût l'odeur de nourriture qui réveilla Ellana. Elle s'étira, se leva, ouvrit la fenêtre et peigna sa longue crinière quelque peu désordonnée. Elle sortit en même temps que Kaëran et tous deux se sourirent, Ellana serrant la feuille de papier dans sa main. Elle l'avait récupérée une fois prête. Ils retrouvèrent Eiriel et mangèrent en silence. Ah non. Pas tout à fait. Ellana demanda à Kaëran de l'interroger sur les lettres. Et elle fût ravie de constater qu'elle avait retenu ! Elle les connaissait, il pouvait passer aux suivantes ! Qu'est-ce qu'elle avait hâte !

Ils débarrassèrent et elle sautait presque d'impatience ! Alors lorsqu'il s'installa à nouveau à ses côtés et prit une nouvelle feuille, elle laissa sa concentration l'envahir. Il lui donna la plume et la plaça entre ses doigts comme il le fallait. C'était étrange…avec deux doigts elle devait le faire ? Il lui fît poser la pointe sur la feuille et l'aida à tracer la première lettre. La sensation de la plume sur le papier était exquise. Elle grattait, avançait, et le symbole se traçait. C'était un peu tremblant mais cela ressemblait pas mal. Mais…elle avait du mal avec la main droite. Elle essaya donc seule, se concentrant au maximum, et le résultat fût bien moins joli. Ensuite, curieuse, elle recommença après avoir mis la plume dans sa main gauche. Elle se sentait déjà plus à l'aise et dû moins forcer sur la pointe. Le résultat n'était toujours pas super, mais cela ressemblait bien plus à la lettre B que la première fois.

-J'écris! Kaëran j'écris ! Regardez c'est moi qui ais fait ça ! Moi ! Mais…j'y arrive mieux de la main gauche…c'est normal ?

Elle craignait que ce ne soit pas bon en fait…mais il n'avait pas perdu son sourire…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 9 Fév - 18:02

________________________________________________


Chapitre 2
Un petit cadeau de rien du tout

◆ ◆ ◆



    La fatigue ne tarda pas à gagner l’esprit des jeunes adultes qui commençaient à ne plus être très concentrés sur leur tâche initiale. Kaëran baillait de tant à autre, s’excusant envers Ellana pour cette impolitesse, alors qu’elle, s’emmêlait dans ses lettres. Rendu à ce stade, il était peut-être préférable de se mettre au lit sans faire de discussion. D’un commun accord, les feuilles de parchemin furent retournées dans l’étui de cuir et le bouchon scella l’encrier. Ne sait-on jamais quand un accident pourrait survenir. Ils montèrent l’escalier et chacun s’en alla dans sa chambre pour une bonne nuit de sommeil. La porte se referma donc derrière le jeune homme qui se débarbouilla devant la glace de sa commode après avoir trempé une petite serviette dans la bassine d’eau tiède qui se trouvait toujours au même endroit. Ses vêtements volèrent jusqu’au fauteuil, mais le tout se retrouva par terre et dans un élan de paresse, Kaë laissa tout ça là. Il ramasserait le lendemain avant de descendre. Se glissant donc sous les couvertures, un soupir d’aise s’échappa des poumons de notre homme qui fixa un moment le plafond, les bras sous la tête. Depuis combien de temps n’avait-il pas dormi sur ses deux oreilles, sans craindre une rechute de l’état de santé de sa mère ? Trop longtemps et ses jours de congé lui en faisait prendre conscience. Maintenant, il la sentait cette fatigue; elle le rattrapait. Ses paupières, maintenant devenues lourdes se refermèrent par elles-mêmes et emportant l’homme dans un autre monde l’espace d’une nuit.

    Le soleil commença son ascension plusieurs heures plus tard et déjà Racium s’activait. Les cris des enfants et des citoyens résonnaient dans les environs. Maintenant que le beau temps était revenu, il était temps de vaquer à ses activités quotidiennes; les marchands ambulants installaient leur kiosque, les fermiers retournaient sur leurs terres. Kaëran était réveillé, mais n’avait pas voulu sortir de la chaleur de son lit tout de suite. Ce qui le força à le faire était l’odeur de nourriture qui inondait la maison toute entière et qui faisait hurler son ventre à tout va. Non, mais quelle sensation désagréable quand même ! Se débarbouillant lentement, ses paupières réussirent à s’ouvrir un peu plus et ensuite il se changea. Bien entendu, Kaë prit soin de ramasser ses vêtements de la veille qui l’attendait bien sagement sur le plancher et les mit dans un panier prévu pour la lessive. Oui ... le panier se trouvait juste à côté ... Je vous l’avais dit, c’était la paresse. Tout simplement. Sa main se posa donc sur la poignée qui tourna sous la force du mouvement et la porte s’ouvrit pour donner sur un couloir envahi par une douce lumière matinale. Ellana sortait de la pièce voisine au même moment et il lui fit un sourire, qu’elle lui renvoya, en guise de bonjour. Eiriel ne resta pas bien longtemps toute seule et elle fredonnait en terminant de placer les couverts sur la table.

    ‘‘ Bon matin les jeunes ! Asseyez-vous et mangez avant que tout ne refroidisse. ‘‘

    Kaëran comme Ellana s’exécutèrent sans trop se faire prier et ils commencèrent à manger. Au départ, le trio se faisait silencieux jusqu’à ce que la jeune couturière décide de briser le calme qui régnait à table. Celle-ci voulait déjà reprendre les leçons, de si bon matin, mais l’homme s’exécuta avec plaisir et lui posait quelques questions en lien avec ce qu’il lui avait montré la veille. À sa plus grande surprise, Ellana se débrouillait comme un chef. La nuit aidait grandement à la mémorisation. Kaëran la félicita puis ils débarrassèrent la table et continuèrent la petite routine matinale. Se retrouvant au salon, les jeunes adultes continuèrent les leçons en se concentrant surtout sur les duos de lettres, ajoutant une troisième lettre qui formait souvent une syllabe. Ensuite ce fut le moment pour elle de tester l’écriture. Le Lieutenant prit la plume et la plaça dans sa main droite, prenant bien soin de positionner ses doigts aux bons endroits. La pointe fut trempée dans l’encre et déposée sur le papier parchemin où il l’aida à tracer une première lettre. Au second essai, Ellana tenta par elle-même sauf que la lettre ne ressemblait en rien à cela. Il y eut alors un changement; la plume fut mise dans sa main gauche et déjà il y avait une nette amélioration du mouvement.

    ‘‘ J’écris! Kaëran j’écris ! Regardez c’est moi qui ais fait ça ! Moi ! Mais…j’y arrive mieux de la main gauche…c’est normal ? ‘‘

    Eiriel quitta des yeux son tricot pour voir ce qui se passait et vit bien le large sourire qui ornait le visage de la jeune femme. Ses yeux brillaient de fierté face à ce qu’elle avait accompli et elle avait raison. Kaëran souriait, amusé puis acquiesça d’un bref signe de tête.

    ‘‘ C’est normal, oui. Tous les gens ne sont pas droitiers, comme moi ou Eiriel. Cela veut dire que tu es plus habile de la main gauche et c’est avec elle que tu devras concentrer tes efforts lorsque tu écriras. ‘‘ Dit-il en se levant, voyant que le soleil commençait à être haut dans le ciel. ‘‘ Je me rends en ville faire quelques courses. Eiriel, tu prends le relais ? ‘‘

    ‘‘ Oui, Lieutenant ! ‘‘

    Le concerné roula des yeux et contourna le canapé, ne manquant pas de poser une main sur la tête d’Ellana avant de s’en aller vers l’entrée de la demeure. Un geste qui commençait à devenir une habitude en fait. Elle était comme une petite soeur. Une soeur qu’il n’avait jamais eue étant enfant unique. Bon, ça aurait pu être un frère aussi, mais bon. N’empêche qu’il veillerait au grain sur elle. Bref, le soldat quitta le nid familial, les mains dans ses poches de pantalon et s’en alla d’abord chez le charpentier en vue de faire remplacer le carreau brisé de la chambre d’ami. La commande fut prise en note et il lui faudrait revenir demain en fin de journée, le temps de tout fabriquer. La prochaine direction; le libraire. Se trouvant trois coins de rue plus loin, l’établissement se trouvait entre la boutique de la fleuriste, là où travaillait anciennement sa mère, et la forge où s’échappaient des tintements métalliques. Lorsque la porte fut poussée, une clochette tinta et une vieille dame apparut. Celle-ci était plutôt grande et maigre. Son dos légèrement vouté vers l’avant montrait sa vieillesse, tout comme les rides qui marquaient son visage. D’un pas lent, elle s’approcha du visiteur et le salua d’un sourire avant de lui demander:

    ‘‘ Bonjour jeune homme. Que puis-je faire pour vous ? ‘‘

    ‘‘ Bonjour ‘‘ Commença t-il par politesse. ‘‘ J’aurais besoin d’une plume, d’un encrier et son contenu puis ... Vous n’auriez pas quelque chose qui s’apparenterait à un livre, dont les pages sont vierges ? ‘‘

    ‘‘ Hum ... ‘‘ Souffla t-elle en réfléchissant. ‘‘ Je crois qu’il y aurait quelque chose qui pourrait vous convenir oui, mais j’avoue que je tiens surtout des feuilles. La plupart de mes clients et clientes fabriquent par eux-mêmes leur livre. Vous voyez. ‘‘

    ‘‘ Je trouverai le moyen de me piquer l’aiguille dans tous les doigts. ‘‘

    La vieille dame sourit à cette moquerie et invita Kaëran à la suivre jusqu’à une rangée, prenant le nécessaire au passage. Ils s’arrêtèrent devant une étagère vide et la dame dut tirer un vieux tabouret en bois pour ensuite y grimper. Sur le dessus se trouvait un vieil ouvrage poussiéreux. D’un souffle, le tout forma un épais nuage dans l’air qui retomba aussitôt après.

    ‘‘ Voilà ce dont je vous parlais. ‘‘

    Kaëran prit l’objet et l’examina soigneusement. La reliure était apparente et lui donnait un petit quelque chose de spécial. Sa couverture était d’un noir profond, texturé et une boucle de métal argenté lui permettait de rester constamment clos. En plus d’être assez épais, il était bien solide et les pages étaient vides, bien que jaunies par le temps. Ça lui donnait un cachet ancien et c’est ce qui lui donnait tout son charme d’ailleurs.

    ‘‘ Je le prends. C’est parfait. ‘‘

    Ellana allait certainement refuser ce présent, mais c’était un objet qui lui serait utile pour pratiquer son écriture. De plus, si elle avait envie d’y transcrire ses pensées, elle le pourrait puisque ce livre lui appartiendrait. Payant le tout et remerciant la vieille dame, Kaë se dirigea vers la boutique du boucher qui se trouvait beaucoup plus loin. Il sentit alors la présence d’un homme derrière lui et il n’eut aucunement besoin de tourner les yeux pour comprendre de qui il s’agissait.

    ‘‘ Et puis ? ‘‘ Demanda Kaëran d’une voix basse, marchant un peu plus lentement.

    ‘‘ Il n’y a rien d’étrange jusqu’à maintenant. C’est la même chose du côté de Dart. J’y retourne ... ‘‘

    Et aussitôt qu’il était apparu, Ayden s’était fondu dans la foule pour retourner vers la demeure des Eira comme on lui avait ordonné de faire. Alors comme ça, on se faisait plus discret ? Qu’il le fasse, mais Stark finirait par se faire avoir à son propre jeu et le jour où il l’aurait, il finirait derrière une porte de bois massif et entouré de 4 murs de pierre à vivre avec ceux de son espèce; les rats.

    Continuant donc sa route, le Lieutenant arrêta chez le boucher et repartit avec de la viande pour ensuite revenir à la maison. En entrant, il n’entendit aucun bruit et personne ne se trouvait dans le salon. En fait, il n’y avait personne dans la demeure, car Eiriel et Ellana se trouvaient dans la serre, dans la cour arrière. Au moment où il mettait le pied dehors, les femmes sortaient avec un panier rempli de légumes frais.

    ‘‘ Tu as fait vite, dis donc ! ‘‘

    ‘‘ Ça ne me prend pas trois heures faire des courses moi. ‘‘

    ‘‘ Seulement parce que tu ne t’arrêtes pas devant tous les étals, comme moi. ‘‘

    ‘‘ Voilà ‘‘

    Ils se sourirent puis ils retournèrent à l’intérieur. Ellana était déjà prête à se remettre au travail, mais Kaëran déposa un sac de toile juste devant elle. Sur le coup, elle ne semblait pas comprendre que ceci était pour elle et son regard vairon se posa sur son voisin qui dut lui expliquer de vive voix.

    ‘‘ C’est pour toi, histoire que tu puisses pratiquer l’écriture... et si tu veux, tu pourras en faire ton journal, y écrire tes mémoires. ‘‘

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 9 Fév - 19:10

-C’est normal, oui. Tous les gens ne sont pas droitiers, comme moi ou Eiriel. Cela veut dire que tu es plus habile de la main gauche et c’est avec elle que tu devras concentrer tes efforts lorsque tu écriras.

Ellana acquiesça. Ainsi donc elle n'écrirait pas de la même main que les autres…Kaëran se leva alors, à sa plus grande surprise et déclara :

-Je me rends en ville faire quelques courses. Eiriel, tu prends le relais ?

La dénommée affirma en prenant le ton militaire et surtout en employant le grade de Kaëran, ce qui le fît lever les yeux au ciel, comme découragé. Il contourna donc le canapé et avant de s'éloigner posa la main sur la tête d'Ellana. Celle-ci ne comprenait pas vraiment pourquoi il le faisait, mais elle aimait bien…

Elles entendirent la porte se refermer sur lui et Eiriel s'assit à sa place, continuant les leçons. Ellana était vive et apprenait vite. Cependant le fait qu'elle soit gauchère compliquait la tâche pour ses professeurs, surtout lorsqu'ils voulaient replacer la plume entre ses doigts. Tout était à l'envers. Eiriel lui fît donc écrire les premières lettres de l'alphabet qu'elle était en train d'apprendre, tout en les lui faisant prononcer. Le A, le B, le C, Le D…elles en firent bien la moitié et même si le tracé était désordonné, tremblant et irrégulier, les lettres ressemblaient à ce qu'elles devaient ressembler. Et jamais Ellana n'avait ressentit autant de fierté qu'en ce moment. Elle avait un immense sourire sur les lèvres, un sourire qu'elle n'avait pas eu durant sa prime jeunesse et qui semblait vouloir rattraper le temps perdu en restant sur ses lèvres. En elle, la voix de son père tintait toujours, résonnant lourdement, la mettant en garde que son père ne la laisserait pas faire, qu'elle devait retourner dans le droit chemin, mais sa détermination la faisait taire. Elle se libérait.

-Tu apprends vite dis donc ! S'exclama Eiriel.

Ellana la regarda, plume en main, et lui dit :

-J'aime ça. C'est…je ne saurais dire mais j'aime apprendre à lire et écrire.

-Tu verras, bientôt tu pourras lire de beaux livres. Je t'en prêterais si tu veux.

-Merci beaucoup, Eiriel.

Elles se remirent au travail, Ellana récitant les lettres qu'Eiriel lui montrait sur la feuille. Son cerveau mémorisait tout, et maintenant les symboles prenaient du sens à ses yeux. Cependant une bonne heure avant midi, Eiriel lui dit qu'il fallait malheureusement mettre en pause, pour pouvoir préparer le repas. Ellana acquiesça et rangea le tout soigneusement, suivant ensuite Eiriel dans le jardin. C'était la première fois qu'elle sortait depuis…ben la première fois ou elle avait mis les pieds dans la cour arrière en fait. Hewie courut entre leurs jambes, commençant son exploration et à chercher une occupation. Eiriel conduisit Ellana dans la serre, mais juste avant d'entrer, la jeune femme releva la tête pour regarder le panneau. Les symboles y étaient, enfin les lettres, et cela formait des mots. Elle reconnut certaines d'entre elles mais ne put lire. Eiriel l'aida donc :

-Il y a écrit : "La paix est en chacun de nous" C'est Naël qui l'avait peint.

En chacun d'eux ? C'était comme si Naël avait pensé à elle en l'écrivant, bien que le panneau eut été fait il y a bien longtemps auparavant. Ellana entra donc dans la serre, regardant toutes les plantes avec une grande curiosité. Eiriel souriait et prit le temps de lui dire ce que c'était à chaque fois qu'elle demandait, prenant plus de temps que prévu pour la cueillette des légumes. C'est ainsi que lorsqu'elles ressortirent, panier en main, qu'elles virent Kaëran venir vers eux, surprenant Eiriel. Celle-ci ne l'attendait pas si tôt, comme elle le lui fît remarquer. Ils parlèrent entre eux mais Ellana pensait encore à cette phrase sur la serre. Était-elle en train de découvrir sa paix ? Était-ce ça le changement qui s'opérait, la libérant petit à petit de sa peur, au fur et à mesure qu'elle apprenait à connaître ces gens formidables et à leur faire confiance ? Parce que maintenant elle le savait, jamais Kaëran ou Eiriel ne lui ferait du mal. Ils entrèrent dans la maison et Ellana avait à nouveau envie de poursuivre ses leçons. Mais elle avait peur que Kaëran s'en lasse tout de même si elle le harcelait…

Cependant il posa simplement un sac en toile devant elle. Elle regarda le sac, sans comprendre. Qu'est-ce que c'était ? Pourquoi le posait-il là ? Elle releva la tête vers Kaëran qui lui expliqua alors :

-C’est pour toi, histoire que tu puisses pratiquer l’écriture... et si tu veux, tu pourras en faire ton journal, y écrire tes mémoires.

Pour…elle ? Un…cadeau ? Mais…la voix de la peur revint brusquement. Elle ne pouvait pas accepter…elle ne voulait pas qu'il achète des choses pour elle…et selon ses dires c'était pour l'écriture…
Elle prit donc le sac, la voix hurlant en elle qu'elle ne devait pas, et l'ouvrit. Kaëran s'était assis à côté pendant ce temps et elle sortit une plume et son encrier en premier lieu. Une magnifique plume blanche à la pointe inutilisée et prête à l'emploi, un encrier plein qui servirait prochainement. Posant le tout sur la table, elle plongea une nouvelle fois sa main dans le sac, en sortant…

Un livre. Magnifiquement noir, il était entouré d'une boucle en métal pour le laisser fermé et il était assez épais. Lentement, Ellana l'ouvrit, constamment avec stupeur que les pages étaient vierges. "En faire ton journal" …elle allait devoir remplir le livre ? Mais avec quoi ? Avec ses pensées ? C'était difficile à concevoir pour elle, novice en écriture. Mais elle adorait le présent, taisant ses peurs qui lui disaient de ne pas l'accepter. Posant le livre à côté des ustensiles, elle se tourna vers Kaëran et lui sourit. Puis, alors qu'elle-même ne s'y attendait pas, elle se serra contre lui en disant :

-Merci, Kaëran. C'est le plus beau cadeau que j'ai jamais eu…

Le seul aussi et elle en prendrait réellement soin. Elle se rendit alors compte de son geste et se détacha, rougissante et lui murmura :

-Pardon…je ne voulais pas…

Pour enlever ce moment de gêne, ou elle ne comprenait pas comment elle avait pu ainsi se coller à lui sans permission, elle décida de lui montrer ses maigres progrès. Elle prit la plume, la cala entre ses doigts, y mit de l'encre et écrivit. De mémoire, sans regarder les essais précédents. Elle se concentrait au maximum et faire une seule lettre lui prenait bien une bonne minute. Elle n'osait pas regarder Kaëran, ne sachant pas comment il avait pris son geste d'avant.

Elle dut s'arrêter lorsqu'Eiriel les appela pour manger. Elle rangea tout à nouveau, convenablement, refermant l'encrier, et alla avec le jeune homme dans la cuisine, sans le regarder, encore gênée. Eiriel le remarqua bien, mais ne dit rien. Ellana s'en faisait à nouveau tout un film alors que le jeune homme ne l'avait pas mal pris…

S'en voulant aussi de ne pas avoir aidé la paysanne à cuisiner et mettre la table, Ellana fît le plus gros du rangement, laissant une cuisine magnifiquement propre. L'après-midi s'annonçait paisible, et Eiriel leur faussa compagnie pour s'occuper de son foyer. Ellana se disait qu'elle pouvait retourner y vivre…elle était là pour soutenir Kaëran et puis…elle pouvait dormir seule…cela lui fit penser à autre chose.

Devenant nerveuse et perdant son sourire alors qu'ils s'asseyaient pour reprendre la suite de l'alphabet, Ellana se tourna vers lui et inspira un grand coup. Elle allait…lui avouer quelque chose…

-Kaëran…je…Eiriel m'a conseillé de vous en parler…je…concernant la nuit…avec l'homme…

Elle se tut, cherchant ses mots. Ca avait été plus simple avec Eiriel…Kaëran la regardait droit dans les yeux et cela la troublait aussi. Il avait de si beaux yeux en même temps, si semblables aux siens…

-Mon…mon père venait aussi chaque nuit…dans ma petite chambre…il…faisait pareil…mais il n'est…jamais passé à l'acte…je…

Elle n'allait pas non plus tout lui décrire. Avoir avoué avait permit à ses peurs de gagner à nouveau du terrain en elle. Elle revoyait les scènes, son père l'embrassant méchamment, sa main caressant sa poitrine, son ventre et ses cuisses, jusqu'à ses doigts qui se glissaient en elle pour lui faire mal…elle revoyait son père lui montrer son anatomie et la forcer à toucher, embrasser…la dégoûtant.

Elle réussit cependant à offrir un maigre sourire à Kaëran. Voilà, elle le lui avait dit…

Plus loin dans la ville, la boutique du tailleur était vide. Stark avait terminé ses commandes et les clients n'affluaient pas pour l'heure. Il avait donc le temps de réfléchir. Raven surveillait toujours la maison, mais de bien plus loin. Il y avait donc peu d'informations à la clé. Il avait vu le Lieutenant faire des courses, l'avait vu entrer dans une librairie. Et Stark n'était pas bête. Cette garce apprenait à lire et à écrire ! Raven n'avait malheureusement pas vu l'homme de main du Lieutenant, en civil. Il était repartit avant.
Faisant tourner une paire de ciseaux entre ses doigts, Stark échafaudait des plans. Elle n'était pas revenue vers lui comme il l'avait pensé, donc le Lieutenant l'en avait empêchée. Mais maintenant, il était persuadé qu'elle faisait tout pour vivre comme une personne normale. Elle n'en avait pas le droit ! Elle l'avait privé de sa vie ! De son bonheur, alors elle n'y avait pas droit ! Jamais personne ne pourrait l'aimer ! Jamais personne ne voudrait d'elle ! Le Lieutenant voulait juste ce faire bien voir ! Idiot de première lui aussi. 'Fin bref, cela ne l'aidait pas, de jurer et de pester.

Il fallait qu'il l'attrape avant qu'elle ne se libère totalement. Qu'il l'attrape et la donne à Raven qui partirait de Racium, la ou le Lieutenant ne pourrait rien faire. Dans une forêt bien sombre, bien terrifiante…et là elle connaîtrait le pire cauchemar de sa vie. Raven voulait la prendre et l'aurait, il le lui avait promis. Il la violerait jusqu'à la tuer s'il le fallait. Pour Raven, les femmes ne servaient qu'à sa. Il était réputé pour être assez violent et des femmes avaient été retrouvées mortes en ville, pour la plupart des prostituées. Les gardes n'avaient jamais trouvés leur meurtrier. Non, parce que malgré sa corpulence, Raven était discret et savait ce fondre dans la masse. C'était pour ça que Stark l'avait prit avec lui.

Oui, tout ça était bien beau, mais il fallait la faire sortir de son terrier…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 9 Fév - 21:15

________________________________________________


Chapitre 2
L'art des armes

◆ ◆ ◆



    Une soudaine inquiétude submergea le jeune homme qui redoutait un refus potentiel de la part de la couturière. Elle lui avait bien dit que rien ne lui appartenait et qu’elle ne méritait rien, mais ce présent était pour son apprentissage et aussi un cadeau pour permettre à sa motivation de croitre davantage. Il savait qu’elle était capable de prendre le dessus sur l’enfer de sa vie passée et elle était en train de franchir le cap avec une once d’hésitation. La plume et l’encrier furent les premiers objets à être déposés sur la table, Eiriel regardant la scène du coin de l’oeil alors qu’elle nettoyait les légumes avec un sourire au coin des lèvres. Mais le summum vint lorsque le livre fut entre les doigts délicats d’Ellana qui l’ouvrit pour l’observer sous toutes ses coutures. Délicatement, l’objet fut déposé sur la table basse du salon et la jeune femme pivota de manière à faire face au Lieutenant. Le sourire qu’elle dessina sur son visage fut assez pour le rassurer; elle acceptait le présent. Sans qu’il ne put le prévoir, il sentit la chaleur du corps de celle-ci contre le sien.

    ‘‘ Merci, Kaëran. C’est le plus beau cadeau que j’ai jamais eu… ‘‘

    Ses yeux se baissèrent sur Ellana qui s’était collé à lui, dans une courte étreinte, mais se détacha quelques secondes plus tard, la tête basse. Il ne put même pas voir son visage car elle ne voulait pas dévoiler sa gêne.

    ‘‘ Pardon…je ne voulais pas… ‘‘

    Kaëran n’eut qu’un sourire en coin à son murmure. Elle n’avait pas à s’excuser pour ce simple geste de remerciement et puis, ça lui avait fait plaisir de lui offrir ces effets. Pour lui, ce n’était rien de plus que du papier, alors que pour Ellana, cela semblait signifier beaucoup plus. C’est alors que la femme s’activa et lui montra ce dont elle était capable alors que le soldat regardait l’encre marquer cette première page du bouquin qu’il avait sauvé de la poussière.

    ‘‘ Eh bien, c’est un très bon début dis donc. ‘‘

    ‘‘ Venez vous mettre à table les jeunes ! ‘‘ Dit Eiriel derrière, dans la cuisine.

    Kaë et Ellana s’exécutèrent aussitôt, laissant le tout sur la table du salon et s’assirent à leur place respective pour se remplir la panse. Eiriel regardait la protégée du jeune homme qui ne parlait pas, ni ne les regardait. La seule chose qu’elle put apercevoir était le rouge qui teintait légèrement ses joues. Un sourire en coin se dessina sur ses lèvres et elle garda le silence. Après un repas bien calme, on rangea ou plutôt ... Ellana rangea. Eiriel les laissa donc tous les deux et ils retournèrent au salon pour la suite des leçons. Sa voisine était devenue tendue soudainement et nullement concentrée. Les yeux vairons du soldat se posèrent sur elle, respirant l’interrogation. Une grande inspiration fut prise par la demoiselle ... Avait-elle quelque chose à dire ?

    ‘‘ Kaëran…je…Eiriel m’a conseillé de vous en parler…je…concernant la nuit…avec l’homme…’’

    Mais elle s’arrêta net de parler, ce qui commença à l’inquiéter. De quoi voulait-elle lui parler ? Lui dire qu’elle le connaissait, savait son identité ? Mais il patienta en la regardant dans le blanc des yeux. Peut-être avait-elle peur qu’il ne la juge ? Tout ce qu’il espérait c’est que ce n’était rien de grave...

    ‘‘ Mon…mon père venait aussi chaque nuit…dans ma petite chambre…il…faisait pareil…mais il n’est…jamais passé à l’acte…je… ‘‘

    C’était bien pire que ce à quoi il avait pensé; son père lui faisait des attouchements comme le porc qui était entré dans sa chambre il y avait deux nuits de ça. Un frisson d’horreur parcourut sa nuque, descendant le long de son dos. Il n’en revenait tout simplement pas. Un parent pouvait réellement faire une telle chose à son enfant ? Il fallait être dérangé pour agir de la sorte ! Cela expliqua pourquoi Ellana n’avait pas crier le soir de l’accident... elle était habituée à de telles visites, mais jusqu’à quand Stark avait-il fait ça ? Pendant combien de temps ? L’avait-il ... ? Non, elle venait de lui dire que Stark n’avait pas passé à l’acte. Le Lieutenant sortit de son questionnement lorsqu’il vit un faible sourire sur les lèvres d’Ellana. Ce qu’il pouvait être désolé pour elle d’un coup. Vivre un tel enfer et ne se contenter que d’obéir et endurer dans le silence. Jamais elle n’avait put parler à quelqu’un, prisonnière de sa propre existence menée par son bourreau.

    ‘‘ Je... suis navré pour ce qui t’es arriver. ‘‘ Murmura t-il, choqué.

    Sa tête se tourna pour se poser sur Hewie qui les regardait, assit par terre. D’une main, il se massa les tempes, tentant de digérer cet aveu qu’il avait redouté depuis quelques jours. Il s’était douté que le couturier avait fait du mal à sa fille, mais de cette manière ? Jamais. Ce porc ne méritait que la prison... ou la mort.

    ‘‘ Il ne lèvera plus une seule fois la main sur toi. Pas tant que je serai dans les parages. ‘‘

    En tout cas, il lui levait son chapeau pour une chose: avoir garder sa lucidité malgré le calvaire qu’on lui avait fait vivre. Cela prouvait qu’elle était une personne forte malgré les apparences et ce qu’elle-même pouvait croire. Peu de gens auraient réussit rester sain d’esprit. Certains seraient devenu fou ou aurait attenté à leur vie pour enfin être en paix. Kaëran se leva brusquement, faisant sursauter la jeune femme et lui prit délicatement le poignet pour l’inciter à le suivre. Au passage, il ramassa son épée qui ne trainait jamais bien loin et l’amena dans la cours arrière. Sa protégée semblait confuse d’un coup, et l’homme comprit qu’elle se demandait ce qu’il allait faire.

    ‘‘ Dis-moi si tu es capable de lever ça, bien que j’en doute. Sinon, je m’arrangerai autrement. ‘‘

    Une main sur le pommeau de son arme, Kaëran dégaina la lame d’un grand geste et la pointa vers le sol pour ensuite la lui tendre. Comme il pensait, l’arme était beaucoup trop lourde pour le corps frêle d’une jeune femme de cette tempe. Il ricana légèrement lorsqu’il la vit s’entêter à essayer de la lever à deux mains. L’arme revint dans les mains de son maître et fut rangée dans son fourreau.

    ‘‘ Approche, je vais te montrer autre chose. Celles-ci te seront un peu plus malléable. ‘‘

    Il se pencha et sortit deux petites dagues d’une cachette se trouvant à l’intérieur de chacune de ses bottes. Se redressant ensuite, Kaëran s’approcha d’Ellana, et mit les armes dans ses mains. Il referma les doigts de celle-ci sur le manche des armes.

    ‘‘ Je vais te montrer comment te défendre avec et sans arme. Si jamais je ne suis pas là et que par malheur ça arrive, tu sauras repousser l’assaillant. Prête, recrue ? ‘‘

    Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres et il lui désigna d’une main les endroits vitaux où frapper sur son propre corps. Ellana avait un regard paniqué, mais il la rassura en l’apportant devant le mannequin de bois. C’était sur ce machin qu’elle allait se pratiquer pour les prochaines fois et il l’invita à essayer. Comme elle n’avait jamais fait ça de sa vie, Kaëran se plaça derrière elle et mit ses mains sur les siennes. À l’aide de ses pieds, il tassa un peu les sien et lui montra aussi comment placer son corps pour l’attaque ainsi que pour la défense. Avec elle, il fit les mouvements au ralentit, accotant les lames des dagues contre le bois du mannequin puis y alla avec un peu plus de vitesse tout en répétant les mouvements plusieurs fois d’affilées. Lorsqu’il crut que c’était bon, le Lieutenant se détacha de la jeune couturière et la laissa faire, regardant ses mouvements d’un oeil attentif pendant qu’il traçait un demi cercle autour d’elle, les bras croisés sur son torse.

    ‘‘ Demain je te montrerai comment frapper avec ça. ‘‘

    Il avait reprit les dagues pour les ranger, une fois qu'il eut jugé que c'était assez, là où il les avaient prise et désignait la main d’Ellana qu’il prit pour lui plier les doigts, formant ainsi un poing.

    ‘‘ Un coup bien placé peu te sauver la vie. ‘‘

    Dans un sourire, ils retournèrent à l’intérieur et cette fois, Kaëran s’occupa de préparer le repas seul puisqu’il voulait qu’Ellana s’exerce encore un peu à son écriture. Cependant, Eiriel ne fit que passer, histoire de les prévenir qu’elle allait manger chez elle ce soir là. Elle s’excusa et le laissa de nouveau. Dehors, Dart observait la demeure et tout ce qui pouvait lui paraître suspect. Tapis dans l’ombre d’une ruelle, le visage caché par une cape aussi sombre que la nuit, il se faisait discret. Ses yeux avaient cependant repérés quelque chose un peu plus loin; un homme. La veille aussi il était là, toujours au même endroit...

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Dim 10 Fév - 19:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Sam 9 Fév - 22:41

Ellana regardait Kaëran, qui semblait perdu dans ses pensées. Que pensait-il maintenant ? Elle avait franchi le pas et lui avait dit pour…pour les nuits…peut-être n'aurait-elle pas dû ?

-Je... suis navré pour ce qui t’es arrivé.

Il…n'avait pas à être navré. Elle avait l'habitude et puis…c'était du passé…elle voulait regarder l'avenir et saisir cette chance que Kaëran lui offrait, de vivre pleinement et normalement. D'apprendre à se connaître et se découvrir des talents.

Le jeune homme semblait vraiment sous le choc et elle ne comprenait pas vraiment la raison. Son père lui avait dit une fois que c'était normal et que tous les pères faisaient ça…était-ce faux ? Sans doute. Mais alors…elle frissonna à nouveau alors que Kaëran regardait le chat en se massant les tempes.

-Il ne levera plus une seule fois la main sur toi. Pas tant que je serai dans les parages.

Elle le regarda, se mordant la lèvre. Il…allait la défendre ? Personne n'avait fait ça pour elle, jamais. En même temps, la plupart des gens ne soupçonnaient même pas son existence. Quand elle servait les clients et qu'on demandait à son père qui elle était, il répondait que c'était une employée engagée pour pallier la mort de sa femme…pas étonnant que les autorités n'avaient pas enquêté ou autre…
D'un coup, le jeune homme se leva et elle sursauta, ne s'y étant pas attendu. Qu'avait-il soudainement ? Il lui prit doucement le poignet pour l'inciter à venir et elle s'exécuta, ne comprenant vraiment pas. Il l'entraîna dans la cour arrière, prenant au passage un objet long, rangé dans un étui de cuir. Dehors, il la relâcha doucement et elle le regardait, attendant qu'il lui explique ce qu'il attendait d'elle.

-Dis-moi si tu es capable de lever ça, bien que j’en doute. Sinon, je m’arrangerai autrement.

Il avait l'objet en main et prit une sorte de poignée pour sortir ledit objet de l'étui. C'était la chose qu'il avait le matin lorsqu'il frappait l'homme de bois ! C'était beau…et au vu de la lame, coupant. Elle l'assimila donc à un grand couteau. Il posa le bout au sol et lui tendit la poignée.

Hésitante, Ellana l'agrippa de sa main gauche, puisqu'elle devenait gauchère et n'avait même jamais remarqué qu'elle cousait depuis toujours avec la gauche, et tenta de la soulever.
Bon sang que c'était lourd ! Elle y mettait toute sa maigre force, tirant même sur les bandages qu'elle portait toujours, voulant vraiment la soulever. La pointe quitta le sol d'un millimètre, mais Ellana était essoufflée. Alors, déterminée, elle prit les deux mains, mais ce fût le même résultat et en prime elle fît ricaner Kaëran. Mais quelle nulle !

L'arme revint aux bons soins de son propriétaire qui la rangeait et qui lui la soulevait comme si c'était une plume, et il lui dit :

- Approche, je vais te montrer autre chose. Celles-ci te seront un peu plus malléable.

Il se baissa tandis qu'elle approchait de lui, et le vit sortir deux autres couteaux de ses chaussures, bien plus petits mais à l'air tout aussi tranchant. Il vint vers elle et les lui posa sur les paumes, refermant ses doigts contre cette poignée beaucoup plus petite. Les armes étaient légères et elle n'eut aucun mal à les tenir.

-Je vais te montrer comment te défendre avec et sans arme. Si jamais je ne suis pas là et que par malheur ça arrive, tu sauras repousser l’assaillant. Prête, recrue ?

Elle lui rendit son sourire, bien qu'elle fût un peu angoissée. Elle, se battre ? Mais elle n'avait que la peau sur les os, presque pas de muscle ! Le combat c'était fait pour les forts…elle était faible…
Kaëran lui montra alors les parties du corps les plus vulnérables et elle crut un instant qu'il voulait qu'elle s'entraîne sur lui. Elle écarquilla les yeux, paniquée. Non ! Elle refusait de le toucher ! Enfin…de le frapper quoi. Cela la rassura donc lorsqu'il l'entraîna vers l'homme en bois qui semblait avoir beaucoup souffert déjà. Kaëran se plaça alors derrière elle et elle sursauta, ne s'y étant pas attendue. Les mains du jeune homme apparurent sur les siennes, les serrant doucement, et de ses pieds il replaça les siens convenablement.

Une jambe pliée vers l'arrière, l'autre tendue en avant, les bras fléchis et prêts, elle se sentait…forte. Elle ne savait pas se battre, mais là, avec Kaëran et la chaleur de son corps contre le sien, cette confiance qu'il avait en elle, elle se sentait capable de tout. Lentement, il fît bouger ses bras pour qu'elle voie les mouvements, touchant à peine l'homme de bois du bout de la lame.

Le tout au ralentit et elle observait, mémorisait la gestuelle. Il accéléra même, mais elle suivait, leurs deux corps collés en train de danser à l'unisson. Elle était comme sur un nuage, même si c'était très sérieux. Si elle savait se défendre, elle pourrait peut-être éloigner d'éventuels danger et même protéger Kaëran si besoin était. Lieutenant ou pas, il n'était pas invincible…

Peu à peu, elle faisait les mouvements pratiquement d'elle-même, et Kaëran se détacha lentement, la regardant faire. Elle ne s'arrêta pas, concentrée, ne remarquant pas le Lieutenant qui l'observait comme il observait ses élèves au Palais.

-Demain je te montrerai comment frapper avec ça.

Avec ça ? Elle lui redonna ses armes, fière d'avoir réussit à imiter les mouvements, et il les rangea en désignant sa main. Elle pouvait se défendre avec sa main ? Sa main frêle, pâle, fine ? Impossible. Il lui referma alors les doigts, les repliant contre sa paume. Sa main formait un nœud compact et elle la sentit un peu plus forte.

-Un coup bien placé peu te sauver la vie.

Elle avait hâte de voir comment elle pouvait se défendre avec sa main…dans un sourire, ils rentrèrent, Kaëran lui disant d'aller continuer l'écriture pendant qu'il préparerait le repas. Elle s'installa donc à la cuisine pour lui tenir tout de même compagnie et surtout pour qu'il puisse la rectifier si jamais, Hewie assis à côté d'elle. Elle ne prenait qu'un petit bout de la table, ainsi ils pourraient avoir de la place pour manger malgré tout, même si elle rangerait. Eiriel passa en coup de vent, les informant qu'elle ne mangerait pas avec eux pour une fois. Elle semblait vraiment désolée et les deux jeunes gens durent la rassurer avant qu'elle ne s'en aille. Ellana s'entraîna donc, écrivant les lettres sur le journal que Kaëran lui avait offert, osant à peine le toucher de peur de le casser. Pour elle cela équivalait à un trésor et puis, le premier cadeau de sa vie…

Elle fît plusieurs lignes de la même lettre, le A, le B, le C, le D, le E, le F, le G, le H…jusqu'à ce que la page soit noircie. Les lettres devenaient bien moins hésitantes et elle avait hâte de pouvoir écrire des mots complets. Mais d'abord il faudrait qu'elle apprenne la fin de l'alphabet. Et elle avait hâte !

Lorsque le repas fût prêt et que son ventre hurlait dans la pièce, la faisant rougir, ils mangèrent tranquillement, Ellana ne pouvant s'empêcher de montrer au Lieutenant sa page noircie. Elle était si fière de ses progrès ! Son écriture se stabilisait et tremblait moins !

A la fin, elle rangea cependant, nettoyant la vaisselle. Hewie ronronnait, réclamant des câlins que Kaëran lui donna très vite. Ils s'assirent ensuite devant le feu, un peu comme chaque soir, et Kaëran lui montra la suite des lettres. U, V, W, X, Y et Z. Les dernières. Ensuite viendrait les mots. Mais Ellana ne décourageait pas ! C'était merveilleux.

En plus le lendemain il continuerait à lui apprendre à ce battre ! La voix en elle voulait toujours la faire reculer, revenir dans le droit chemin tracé par son père, mais elle goûtait à une joie trop intense pour faire marche arrière.

Eiriel rentra bien plus tard, s'excusant encore. Ellana comme Kaëran lui firent comprendre que ce n'était pas un problème. Ensuite, ce fût l'heure du bain. Depuis les bandages, Ellana n'avait plus vraiment lavé ses bras. Juste passé autour des bandes avec un tissu humide. Mais il fallait les changer justement. Timidement, elle demanda à Kaëran s'il pouvait le faire. Il accepta et la fît s'asseoir sur le tabouret comme la première fois. Elle le laissa enlever les bandes, et cela tira à la fin, puisque c'était collé à sa peau. Mais heureusement, l'infection avait reflué. Cela commençait à cicatriser mais restait toujours assez moche à regarder.

-Je…suis désolée pour ça aussi…mais…mon père m'avait dit que je devais me punir…

Décidément, c'était la journée des aveux. Cela lui semblait important, de parler. Et Kaëran l'écoutait vraiment. Elle pouvait lui dire tout ça sans qu'il ne la juge…elle qui n'avait jamais parlé à personne…elle ne le remercierait jamais assez pour ce qu'il faisait pour elle. Finalement, son père avait bien fait de la vendre à cet homme, malgré des débuts un peu étranges…

Il remit du désinfectant, soufflant sur sa peau, mais Ellana ne sentait quasiment plus rien. Les plaies furent renfermées dans les bandes et elle le remercia, le laissant aller se changer pour la nuit. Elle prit une rapide douche, sécha ses cheveux et ressortit, allant dans la chambre retrouver Eiriel qui…dormait déjà profondément ! Ellana se disait qu'elle pouvait retourner dans l'autre chambre…la vitre allait bientôt être remplacée apparemment. Pas que dormir avec Eiriel la gênait, mais bon…

Elle se coucha donc, et s'endormit, paisiblement, Hewie contre elle, un peu comme une peluche.

Le lendemain, le soleil inondait la pièce lorsqu'elle se réveilla. Comme toujours, elle s'étira, se débarbouilla et se coiffa avant de descendre pour aider à faire le petit déjeuner puis déjeuner, révisant les lettres.

Eiriel devait aller s'occuper des plantes dans la serre, et les deux jeunes la suivirent, mais pour autre chose. Venait l'heure de l'apprentissage, et Ellana avait plus que hâte de poursuivre, que ce soit l'écriture, la lecture ou même le combat…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 10 Fév - 1:49

________________________________________________


Chapitre 2
La fin d’une première étape

◆ ◆ ◆



    Le pauvre morceau de viande n’avait jamais désiré être ainsi coupé. On le réduisait en fines lamelles et s’il avait pu hurler, il l’aurait fait. Sauf que l’animal à qui appartenait cette même viande était mort pour nourrir des bouches humaines. Un couteau bien affilé en main, Kaëran arrangeait l’ingrédient principal de leur repas du soir avant de s’attaquer aux légumes frais que les dames avaient rapportés de la serre. Le tout fut mis à bouillir dans l’eau, excepté la viande, et il s’attaqua à la marinade. Ces trucs, il les avait appris par lui-même en regardant sa mère faire la cuisine. Parfois, il gaffait, mais c’était par inattention, d’où les moqueries d’Eiriel. Ellana s’était assise à table avec tout le nécessaire pour écrire et elle était concentrée à sa tâche. De temps à autre, Kaë jetait un coup d’oeil dans sa direction et un faible sourire en coin se formait sur ses lèvres en voyant qu’elle prenait tout son temps pour écrire dans son journal. La marinade fut chauffée dans une petite marmite au dessus du feu une fois les légumes prêts puis se fut au tour de la viande de pâtir sur les flammes. Les assiettes furent dressées et le jeune homme crut entendre un drôle de bourdonnement provenir de l’arrière. En se retournant, il vit la tête d’Ellana et comprit que c’était son ventre. Il était à l’heure parce son assiette fut déposée devant elle alors que Kaë s’installait lui-même avec la sienne. Prenant les ustensiles ils s’attaquèrent avec appétit à leur repas et le Lieutenant tourna la tête dans la direction de la couturière lorsqu’elle lui montra la page de parchemin qu’elle avait noircie de lettres retranscrites et répétées. Le mouvement des lettres commençait à se faire plus gracieux et surtout, moins maladroit. Tout comme elle, il était fier des progrès dont elle faisait preuve depuis qu’ils avaient commencé les leçons. Décidément, cette jeune femme apprenait rapidement et était vraiment douée. L’homme n’eut même pas à la reprendre tant son travail était bien exécuté.

    Les couverts furent nettoyés dans la bassine puis rangés, comme à chaque fin de repas. Kaëran posait ce qui était plus en hauteur sur les tablettes. À ses pieds, Hewie miaulait et le regardait de ses grands yeux. Ne pouvant résister à un tel regard, le soldat se pencha et le prit dans ses bras, grattant le dessous de son menton. Ensuite, les jeunes gens s’installèrent dans le salon, partie de leur rituel, et ils passèrent aux lettres encore inconnues pour Ellana. Ils reprirent les mêmes étapes que pour les précédentes et suivaient aussi la même cadence. Tranquillement, elle y arriverait et pourrait s’attaquer aux mots. Ce n’était qu’une question de temps après tout. À ce moment, Eiriel revint à la maison et prit soin de verrouiller la porte de derrière comme la nuit était tombée. Elle s’approcha du salon où brûlait un feu de cheminée invitant et vint s’assoir dans le fauteuil, s’excusant de nouveau. Les deux jeunes gens lui sourirent simplement et elle le leur renvoya, regardant et écoutant Kaëran lui faire la leçon comme les soirs précédents. Il se relevait tout doucement et cela la comblait de joie.

    Au bout d’un moment, Ellana tourna son regard vers le Lieutenant qui rangeait soigneusement leurs effets pour pouvoir continuer le lendemain matin. D’une voix timide, elle demanda si c’était possible de changer ses pansements et il accepta sans hésitation. Ça tombait bien parce qu’il était en train de les oublier ceux-là. Ils laissèrent donc Eiriel seule en bas qui tricotait et ils gravirent l’escalier pour se rendre dans la salle d’eau où Ellana dut s’assoir sur le tabouret. Kaëran s’éloigna le temps de sortir le nécessaire de soin de l’armoire et posa le tout par terre, à sa droite. Les manches du chemisier de la jeune femme furent roulées soigneusement jusqu’à ses coudes et doucement, l’homme entreprit de dérouler les bandages qui entouraient chacune de ses avant-bras. Une légère grimace se forma sur le visage de la couturière, mais la douleur fut brève et se volatilisa aussitôt après alors que les plaies respiraient l’air frais. Au moins, il n’y avait plus de trace d’infection et les marques se cicatrisaient. C’était déjà plus joli à regarder que la première fois ...

    ‘‘ Je…suis désolée pour ça aussi…mais…mon père m’avait dit que je devais me punir… ‘‘

    Son regard croisa le sien, l’espace de quelques secondes où il parut surpris de ce second aveu. Elle devait se punir en se mutilant elle-même ? C’était tout simplement insensé... Cet homme était réellement dingue. Reportant son attention sur les bras de la jeune femme, Kaë fit couler le liquide désinfectant sur une petite serviette et épongea doucement la totalité des plaies de l’avant-bras droit et souffla sur la surface de la peau. Déjà, Ellana grimaçait moins, signe que le tout guérissait.

    ‘‘ Tu n’as pas à être désolée. Ton père t’a éduqué en ce sens et pour toi, c’était quelque chose de normal... ‘‘

    Ce fut ensuite au tour du bras gauche et il répéta le même scénario avant de momifier les plaies. Il eut droit à un merci et quitta la salle d’eau en lui souhaitant une bonne nuit puis la laissa se laver avant le coucher. Quant au jeune homme, il s’en alla dans sa chambre et ferma la porte derrière lui. Ses habitudes de sommeil revenaient au compte goutte avec ces journées bien remplies. Au moins, il reprenait du poil de la bête et se retrouvait lui-même, car depuis quelques mois, il voyait qu’il avait considérablement changé. On lui avait souvent fait la remarque d’ailleurs, mais à chaque fois les commentaires coulaient sur son bouclier invisible sans pour autant l’atteindre. La maladie de sa mère l’affectait à un tel point qu’il était devenu froid et passablement intolérant. Pour il ne savait quelle raison, Ellana n’avait pas connu ça. Vu ce qui s’était produit ensuite aussi ... Redevenait-il l’homme qu’il avait jadis été ? Sur cette question, Kaëran s’endormit, revoyant le visage de sa mère qui lui souriait tendrement.

    Au petit matin, ce fut un rayon de soleil qui le réveilla, celui-ci frappant la paupière de son oeil droit. Grommelant, l’homme mit un moment à se tirer hors du lit et s’asseya au bord en se massant la nuque. Ses pas se firent nonchalants jusqu’à sa commode où il sortit des vêtements qu’il posa à côté de sa bassine personnelle. La serviette y fut trempée, essorée puis fut déposée sur son visage. Il ouvrit les yeux et replaça un peu sa coiffure en pétard avant de se vêtir et sortir de la chambre. Eiriel avait terminé de préparer le petit déjeuner avec l’aide d’Ellana et déposait le tout sur la table lorsque le pied du Lieutenant retrouva le plancher du rez-de-chaussée. On mangea, révisa un tantinet pendant le repas, nettoya et rangea. Eiriel sortie dehors pour aller dans la serre, les deux jeunes adultes sur ses talons sauf qu’ils s’arrêtèrent avant. Kaëran donna ses dagues à Ellana qui les prit et il la laissa se remémorer les mouvements de la veille, s’approchant lorsqu’elle se trompait ou lorsqu’elle se positionnait d’une mauvaise manière. Suite à ce petit échauffement, Kaë reprit ses armes et se posta devant Ellana. Il lui prit les mains, ferma ses doigts de manière à ce qu’elles deviennent des poings bien fermés et leva ses bras.

    ‘‘ Frappe-moi. ‘‘

    La surprise qui prit possession du regard d’Ellana l’amusa l’espace d’un instant, mais son visage redevint un peu plus sérieux. Il savait encaisser les coups et ce n’était pas ceux de la couturière qui allait le faire souffrir. De toute manière, il fallait qu’il lui montre comment frapper et qu’il mesure sa force avant de lui apprendre quoi que ce soit d’autre.

    ‘‘ Allez, frappe juste ici. Je dois évaluer tes capacités et frapper le mannequin de bois n’est pas une bonne idée. ‘‘

    En effet, elle risquait de se blesser et ce n’était pas ce qu’il voulait. Le but était qu’elle puisse se défendre si on l’agressait de nouveau. Kaëran lui désigna son torse et après une longue hésitation de la part de sa protégée, il reçut un premier coup. Un deuxième fut envoyé et puis un troisième.

    ‘‘ Imagine que tu es dans une mauvaise posture ... que je suis quelqu’un qui te veut du mal. ‘‘ Dit-il en s’approchant. ‘‘ Frappe ! ‘‘

    Ce coup de poing fut plus fort que ceux envoyés jusqu’à maintenant et cela fit sourire le Lieutenant. C’était ce qu’il attendait. Alors, il pouvait passer aux leçons de base; les points faibles du corps humain.

    ‘‘ Quand tu te retrouves sans armes, il y a des endroits où nous sommes plus sensibles. Tout dépend aussi de ton adversaire. Il faut frapper dans les côtes, dans le ventre ou bas-ventre, le visage et, chez les hommes, dans les parties sensibles. Mais évite-moi cette souffrance ... pour le moment. Sinon tu peux faire ceci pour faire reculer l’assaillant. ‘‘

    Il prit sa main gauche, plia tous les doigts, sauf l’index et le majeur, et les apporta à son propre cou pour qu’elle sente le creux qu’il y avait à la base de la gorge.

    ‘‘ Tu sens ? Il ne te reste qu’à enfoncer les doigts ici pour forcer ton agresseur à reculer. Sinon tu peux donner un coup sous le nez avec la base de ta paume de main. Juste ici. Cette partie du visage et particulièrement sensible, mais ce coup peu parfois être fatal si la force devient trop brute. ‘‘

    Ellana assimilait le tout comme une éponge et elle ne faisait qu’acquiescer à ce qu’il disait. Puis vint la partie pratique où Kaëran lui dit de le frapper avec toute la force qu’elle avait. Lui se contenta à bloquer les coups de ses mains et lui donnait des conseils pour gagner en vitesse; se pencher, par la droite, se courbant davantage, etc. Ils s’arrêtèrent après une demi-heure, juste au moment où Eiriel les regardait, les sourcils froncés. Elle aurait voulu dire à ce jeune homme qu’une femme ne devait pas être aussi violente, mais il n’avait pas non plus tort en lui apprenant à se défendre. Elle était trop docile et il fallait qu’elle puisse frapper si on osait lui mettre une fois de plus la main dessus. De retour à l’intérieur, Kaë laissa à Ellana le soin de monter se laver en en profita pour aller frapper quelques coups sur le mannequin dehors pendant ce temps. Ce fut ensuite son tour puis une fois propre et changée, il s’installa aux côtés d’Ellana sur le canapé et ils continuèrent les leçons.

    ‘‘ Je vais devoir aller chez le charpentier chercher la fenêtre de la chambre d’Ellana. Je ne serai pas long. ‘‘

    ‘‘ Va mon grand. Je veille sur ta protégée ! ‘‘

    Kaëran parut surpris des mots dit par la vieille femme, mais ne put que sourire et se leva. Encore une fois, il posa une main sur la tête de la couturière qui ne comprenait pas la raison de ce geste, et ça, Eiriel n’avait pas manqué de le remarquer. Lorsque l’homme fut parti, elle lui expliqua :

    ‘‘ Il t’apprécie énormément. Voilà pourquoi il te caresse la tête. ‘‘

    Eiriel lui sourit doucement et baissa ses yeux argentés vers son tricot. De son côté, Kaëran entra chez le charpentier et paya pendant qu’on lui apportait le nouveau carreau séparé en deux volets. Il le mit sous son bras et remercia l’homme, quittant l’établissement. Il vit une silhouette dans la ruelle et reconnut le sifflement. Faisant mine de devoir arranger ses bottes, le Lieutenant appuya la fenêtre contre le mur du bâtiment et se pencha.

    ‘‘ Dart dit avoir aperçu un homme surveillant ta demeure à une bonne distance. Toujours au même endroit, autant de jour que de nuit. Il ne s’absente qu’une heure ou deux. Dans une ruelle près de la demeure du cordonnier, caché derrière son vieux chariot. ‘‘

    Ayden fila comme une ombre et Kaëran reprit sa route. Il ne manqua pas de passer près du lieu en question, sans pour autant y jeter un coup d’oeil et entrant dans sa demeure où les femmes révisaient les leçons d’Ellana. Il les laissa faire et monta à l’étage après avoir pris les outils pour mettre la fenêtre en place. À l’aide de son marteau, il enleva les planches qu’il avait mises en place pour condamner l’ouverture et enleva le vieux cadrage avec précaution puisqu’il restait des bouts de verres. Kaëran se retrouva donc sur le toit à tirer sur le bois, le soleil lui tapant sur la tête. Bon ... oui il fit encore son exhibitionniste, mais il était seul alors bon et puis cela l'empêcherait d'abîmer ses vêtements. Sa chemise fut accrochée à sa ceinture et il prit soin d’enlever sa chaîne qu’il lança sur le lit afin de ne pas la briser par mégarde. Des clous sur le bord de la gueule, Kaë plaçait les nouveaux volets d’une main et prit son marteau afin de mettre le tout en place. Les coups ne manquèrent pas d’alerter les deux curieuses qui montèrent à l’étage. Accroupi à l’extérieur, l’homme ne manqua pas de les voir arriver et dut demander à Eiriel d’ouvrir de l’intérieur. Sauf qu’elle hésita.

    ‘‘ J’ai envie de te laisser dehors ! Tu ferais fuir les corbeaux ainsi posté sur le toit ! ‘‘

    De l’autre côté des carreaux, Kaëran fronça les sourcils et attendit qu’Eiriel s’exécute pour qu’il puisse entrer. Le marteau fut donc posé sur la table de chevet.

    ‘‘ La fenêtre ne s’ouvre que de l’intérieur alors personne ne pourra entrer par cette pièce à moins de la casser elle aussi. Donc si tu veux te réinstaller ici, tu le pourras dès ce soir Ellana. Et Eiriel, si tu veux retourner chez toi, tu le peux aussi. ‘‘

    ‘‘ Puisque je devine que tu me supplies de rester encore quelques jours, j’accepte avec joie. Mon époux attendra encore un peu. Et rhabille-toi, tu me gênes .... ‘‘

    C’était surtout parce qu’il y avait une jeune demoiselle. Les hommes! Toujours là à se pavaner !

    Spoiler:
     

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Dim 10 Fév - 21:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 10 Fév - 11:27

Les deux jeunes laissèrent Eiriel aller seule vers la serre, eux-mêmes s'arrêtant devant l'homme de bois. Sans un mot, Kaëran lui tendit les deux petits couteaux de la veille et elle les prit, les serrant dans ses mains avant de se concentrer. Le jeune homme s'était reculé pour l'observer et elle se remémora les leçons de la veille. Lentement, elle se mit en place et répéta les mouvements, même si Kaëran dut intervenir l'une ou l'autre fois pour la reprendre et la repositionner convenablement.

Ensuite, il rangea les couteaux et, devant elle, lui prit ses mains qu'il referma en un nœud compact et bien dur avant de dire :

-Frappe-moi.

Elle écarquilla les yeux. Le…le frapper ? Mais non elle ne voulait pas le frapper, pas lui ! Elle n'avait aucune raison de le faire ! Cela fît même ricaner le jeune homme l'espace d'un instant mais il redevint sérieux et lui dit :

-Allez, frappe juste ici. Je dois évaluer tes capacités et frapper le mannequin de bois n’est pas une bonne idée.

C'est sûr que sur du bois elle risquait de ce faire mal…Il lui montra son torse, ce torse qui l'avait réconfortée déjà à plusieurs reprises, et elle hésita. Elle regarda ses mains, refermées, puis le jeune homme, se demandant comment elle devait si prendre. Comment frapper ? Elle ne voulait pas lui faire mal…

Elle inspira donc et se jeta à l'eau, le frappant une première fois puis une seconde et enfin une troisième fois. C'était une étrange sensation qu'elle ressentait à chaque fois que ses mains entraient en contact avec le corps du jeune homme. Elle ne frappait cependant pas très fortement et elle espérait qu'il n'ait rien sentit…

-Imagine que tu es dans une mauvaise posture ... que je suis quelqu’un qui te veut du mal. Frappe !

Il s'était rapproché et elle écouta. Elle imagina qu'en face d'elle se trouvait l'homme de l'autre nuit. Même s'il était plus costaud qu'elle, la peur éprouvée lui fît décocher un coup bien plus fort que les précédents, ce qui sembla satisfaire Kaëran.

-Quand tu te retrouves sans armes, il y a des endroits où nous sommes plus sensibles. Tu dépends aussi de ton adversaire. Il faut frapper dans les côtes, dans le ventre ou bas-ventre, le visage et, chez les hommes, dans les parties sensibles. Mais évite-moi cette souffrance ... pour le moment. Sinon tu peux faire ceci pour faire reculer l’assaillant.

Les côtes, le ventre, les parties intimes des hommes…elle mémorisait lentement les informations. Mais elle avait tout de même peur qu'en cas de réel danger elle oublie tout ça et reste docile comme à l'accoutumée. Elle craignait que ces leçons ne servent à rien au final et que son autre voix prenne le dessus.
Kaëran lui prit alors la main gauche et replia ses doigts sauf l'index et le majeur qu'il laissa levés. Elle aimait bien, quand il lui prenait la main ainsi…main qu'il posa sur son cou, la faisant sentir…un creux. Elle fronça un peu les sourcils, se demandant si c'était normal qu'il y eut un creux sur son cou et il expliqua :

-Tu sens ? Il ne te reste qu’à enfoncer les doigts ici pour forcer ton agresseur à reculer. Sinon tu peux donner un coup sous le nez avec la base de ta paume de main. Juste ici. Cette partie du visage et particulièrement sensible, mais ce coup peu parfois être fatal si la force devient trop brute.

Elle acquiesça, regardant bien ou il avait posé ses doigts pour retenir l'emplacement du creux. Ensuite vint les cours pratiques. Elle dut le frapper encore, et elle s'exécuta, y mettant bien plus de force que les premiers coups. Lui évitait et bloquait et elle s'était vite rendue à l'évidence : jamais elle ne pourrait lui faire mal, il excellait dans l'art de se battre.
Il lui donna même des conseils pour être plus rapide et mettre à profit sa petite taille et sa minceur. Se pencher, feinter, se courber…c'était vivifiant. Jamais Ellana ne s'était sentie aussi vivante. Elle en oublierait presque son père et ce qu'il mijotait pour elle…

Elle ne sut combien de temps s'écoula, mais suffisamment pour qu'elle transpire et ait droit à une bonne douche matinale. Kaëran aussi d'ailleurs. Ils rentrèrent donc, suivis d'Eiriel qui les avait observés, et le jeune homme laissa Ellana monter en premier pour se laver. Là elle aurait voulut lui dire qu'elle pouvait attendre, c'était tout de même chez lui, mais au vu de son regard c'était niet. Et il s'était déjà détourné. Alors elle se hâta, lavant son corps qui avait bien sué après l'exercice et, nue devant la glace, elle se regarda. Elle avait une silhouette des plus jolies, et un corps maigre qui mettaient ses attributs féminins en valeur. Sur son ventre se voyait toujours les légères marques de quand elle avait commencé à l'entailler, mais elles étaient en train de disparaître. Son visage avait changé aussi. Elle le trouvait…plus ouvert. La dernière fois qu'elle avait pris le temps de le regarder, elle n'avait vu qu'un visage plongé dans la douleur et la tristesse, refermé et peu avenant. Maintenant il semblait rire tout seul, même si sa bouche ne l'avait jamais fait encore, et il semblait aussi plus lumineux. Même ses yeux ne lui faisaient plus aussi peur maintenant que Kaëran lui avait ôté de l'esprit qu'ils étaient une malédiction. Et vu que le jeune homme avait les mêmes en encore plus beaux, elle le croyait forcément…
De plus ils pétillaient. De curiosité, de naïveté, de joie de vivre nouvellement découverte et d'une lumière un peu plus enfantine aussi. Elle rattrapait un peu les années perdues…

Bref, elle se dépêcha de se laver et de se coiffer, ses longs cheveux noirs qui cascadaient jusqu'à ses hanches, et ressortit, permettant au jeune homme d'aller se laver à son tour. Elle descendit et s'installa sur le canapé avec son journal et tout le nécessaire, Hewie s'amusant avec une sorte de boule de laine qui était tombée du sac d'Eiriel, qui tricotait. Lorsque Kaëran revint, propre et…sentant bon, ils reprirent les leçons, Ellana s'entraînant à écrire les dernières lettres de l'alphabet. Encore un peu et elle saurait toutes les écritures, toutes autant qu'elles étaient, et elle pourrait s'attaquer aux mots ! Cela la comblait. C'était difficile, mais elle s'accrochait, déterminée à se libérer de son ancienne elle.

Mais au bout d'un moment Kaëran y mit fin pour déclarer :

-Je vais devoir aller chez le charpentier chercher la fenêtre de la chambre d’Ellana. Je ne serai pas long.

Ellana acquiesça alors qu'Eiriel s'exclamait :

-Va mon grand. Je veille sur ta protégée !

Kaëran comme Ellana furent surpris. Sa…protégée ? Cela la touchait…il se leva en souriant à Eiriel et s'éloigna, non sans avoir déposé une main sur la tête de la jeune couturière, qui ne comprenait toujours pas pourquoi il agissait ainsi. Et Eiriel vint à sa rescousse :

-Il t’apprécie énormément. Voilà pourquoi il te caresse la tête.

La paysanne sourit et reprit son tricot, laissant Ellana perplexe. Il l'appréciait, et lui caressait la tête ? Devait-elle faire quelque chose de semblable pour lui ? Parce qu'elle l'appréciait également beaucoup…et elle aimait bien quand il lui touchait la tête d'ailleurs…ou n'importe quelle partie de son corps…ses mains, ses bras…elle aimait bien. C'était des contacts doux qu'elle n'avait jamais connus, puisque les rares fois ou son père la touchait c'était pour la frapper. Et la nuit…n'en parlons pas.

Pendant quelques minutes, tout ne fût que silence dans la pièce, à part le cliquetis des aiguilles d'Eiriel et la plume qui grattait sur le vieux journal d'Ellana. Elle remplissait des pages de lettres, les répétant toutes, s'entraînant. Sa main gauche s'était assouplie et maintenant elle écrivait avec bien plus de facilité. Eiriel s'arrêta alors et ensemble elles révisèrent, Ellana lisant les lettres précédemment tracées. Elle se trompa qu'une fois et en fût ravie. Elle lisait ! Et écrivait ! Certes ce n'était que des lettres, mais bon. Les mots viendraient vite. Tellement absorbées, elles n'avaient pas entendu le jeune homme et sursautèrent donc lorsque des coups se firent entendre à l'étage. Hewie siffla aussi et d'un commun accord elles se précipitèrent à l'étage, Ellana se remémorant déjà les leçons de combats au cas où, même si elle avait peur de ne pas y arriver. Elles entrèrent dans la chambre et furent surprises de voir Kaëran accroupi sur le toit, torse nu. Il avait remit la nouvelle fenêtre en place…Ellana vit très bien aussi la chaîne posée sur le lit, avec un bague comme pendentif…était-ce à sa mère ? Un souvenir ? Elle ne savait pas et n'oserait même pas lui demander.
D'ailleurs il voulait rentrer et Eiriel le charria en disant qu'il serait mieux sur le toit. Ellana sourit en coin mais la paysanne ouvrit tout de même, Kaëran pouvant enfin se remettre droit et expliqua :

-La fenêtre ne s’ouvre que de l’intérieur alors personne ne pourra entrer par cette pièce à moins de casser elle aussi. Donc si tu veux te réinstaller ici, tu le pourras dès ce soir Ellana. Et Eiriel, si tu veux retourner chez toi, tu le peux aussi.

Oui, Ellana retournerait dans la chambre, elle ne voulait pas non plus déranger trop longtemps Eiriel, qui répondit d'ailleurs :

-Puisque je devine que tu me supplies de rester encore quelques jours, j’accepte avec joie. Mon époux attendra encore un peu. Et rhabille-toi, tu me gênes ....

Se rhabiller parce qu'il la gênait ? Ellana n'était pas gênée…surtout pas en sachant qu'elle avait été contre ce torse pour être réconfortée. Elle aimait bien regarder les muscles qui s'y dessinaient d'ailleurs. Mais Kaëran ne fît que ricaner et remit sa chaîne autour de son cou avant de renfiler sa chemise, dissimulant ainsi son corps. Ellana s'occupa ensuite de ranger la chambre et de la nettoyer. Le lit n'avait plus été fait depuis ce fameux soir et les souvenirs affluèrent quand elle prit les draps en main. Elle revoyait tout nettement, si nettement qu'elle s'était stoppée dans son mouvement. Ce fût Eiriel qui l'aida en prenant le tissu et en disant gentiment :

-Laisse. Je vais le faire d'accord ?

Ellana acquiesça simplement et se recula, calmant son inquiétude liée aux souvenirs. C'était du passé…et personne ne pourrait rentrer à nouveau, la fenêtre ne s'ouvrait que de l'intérieur et il fallait la casser. Et qui dit casser dit bruit et donc alerter tout le monde…

Une fois la chambre toute prête, ils descendirent préparer le repas du midi. Tout ce faisait dans la bonne humeur et ils mangèrent paisiblement, ne se doutant pas que le père d'Ellana ruminait son prochain coup…

Une fois tout nettoyé, Ellana sortit d'elle-même dans la cour arrière avec son journal, pour profiter du soleil qui caressait sa peau. Elle aimerait bien que Kaëran lui fasse visiter la ville et lui apprennes à la connaître et l'apprivoiser. Mais…elle avait tout de même peur…avec son père, il fallait s'attendre à tout et jamais elle ne l'avait vu sous cet angle, trop ancrée dans les règles. Il avait toujours voulut se débarrasser d'elle et maintenant qu'elle était loin, il cherchait à la ramener ou pire lui faire du mal à distance, à elle comme à Kaëran et Eiriel. Pourquoi ? Pourquoi s'acharner ainsi ? Ah oui…elle n'avait pas droit au bonheur ou aux simples joies de la vie c'était vrai…
D'une main, elle ramena ses cheveux de côtés, sur son épaule, libérant son dos. Un jour, elle irait chez son père et lui dirait qu'il avait eu tout faux. Elle lui dirait merci de l'avoir confiée à Kaëran et que c'était bien la seule chose de bien qu'il aura faite pour elle.

Enfin…si elle en avait le courage…c'était bien beau de se le dire, mais au fond d'elle, elle craignait plus que tout son père et ce qu'il pouvait faire…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 10 Fév - 17:55

________________________________________________


Chapitre 2
Au pied du mur

◆ ◆ ◆



    La réponse face au commentaire d’Eiriel fut un simple ricanement, celle-ci ayant fait mine de regarder ailleurs comme si ça l’importunait réellement. Le jeune homme fit donc quelques pas en direction du lit et prit son bijou - une longue chaîne argentée dans laquelle passait un petit anneau doré bien simple - pour le remettre autour de son cou. D’une main, il tira sur sa chemise qu’il avait accrochée à sa ceinture un peu plus tôt et l’enfila. Maintenant, il lui fallait ramasser le bordel qu’il avait fait en enlevant l’ancien cadrage de bois de la fenêtre, ainsi que les débris laissés. Ellana l’y aida puis il ramassa son marteau en y passant le manche entre sa ceinture et son pantalon, car il allait bientôt avoir les mains pleines. Laissant les femmes refaire le lit, Kaëran descendit et alla mettre tout ça dehors pour ensuite revenir. Le lit était fait et c’était comme s’il ne s’était jamais rien passé dans cette pièce. Le trio put donc retourner au rez-de-chaussée préparer le repas de midi. À tout moment, le Lieutenant étirait un bras pour voler un bout de carotte pendant qu’Eiriel les coupait. Il le fit à trois reprises avant de recevoir une claque sur les doigts.

    ‘‘ Enlève tes pattes de là ! Sinon je te coupe les doigts ! ‘‘

    Kaëran la regarda avec un air peu convaincu. Bah oui, comme si elle ferait une telle chose. Eiriel lui fit un sourire en coin qu’il lui rendit aussitôt puis il s’occupa de monter la table sous le regard d’Hewie qui avait pris l’habitude de s’installer sur son perchoir; le dossier du fauteuil. Ils mangèrent donc calmement et ce fut la routine de nettoyage. Ellana avait quitté l’intérieur de la demeure pour se rendre dans la cour arrière avec son nécessaire d’écriture pendant que l’homme de la maison allait chercher du bois dans une petite remise située sur le côté de la demeure qui servait à l'entreposage des bûches. Son boulot terminé, le soldat vint se poster devant elle, lui bloquant ainsi les rayons du soleil. On ne voyait ainsi qu’une ombre sombre dont les bras étaient absents, parce qu’en réalité, ils étaient croisés sur le torse de l’homme.

    ‘‘ Ça te dit de sortir un peu d’ici et d’aller voir la ville ? Ça nous permettra dégourdir nos jambes. ‘‘

    La jeune couturière ne fit ni une ni deux qu’elle était déjà debout sur ses jambes, frétillante d’impatience. La réponse fut donc plus que claire et Kaëran laissa Ellana entrer à l’intérieur pour qu’elle puisse se préparer pour la visite guidée. Il l’attendit donc dans l’entrée puis Eiriel attendit qu’ils quittent la demeure des Eira en leur souhaitant une bonne après-midi. Une fois dehors, Kaëran s’arrêta et lui désigna son bras droit.

    ‘‘ Reste tout près, et surtout, ne le lâche pas. ‘‘

    Un hochement de tête et c’était parti. Ils traversèrent l’allée qui menait à la rue où quelques citoyens passaient. Leurs pas les menèrent jusqu’à la place du marché où se trouvaient toute sorte de babioles qui agrandissaient sans cesse les yeux de la jeune demoiselle qui pendait à son bras. À tout moment, ils s’arrêtaient devant un étal; bijoux faits à la main, armure et arme, fleurs, vieilles camelotes, tissu et nourritures. Il y en avait pour tout les goûts, assurément. Ils serpentaient avec une certaine aise entre les gens et Kaëran jetait souvent un coup d’oeil en direction d’Ellana qui souriait à s’en décrocher la mâchoire, ce qui le faisait sourire lui aussi. Mais ses sens étaient en alerte la seconde où ils passèrent devant la boutique du tailleur. Le Lieutenant ne sut pas s’il avait halluciné, mais il avait cru voir une silhouette dans la vitrine, derrière un mannequin qui portait une large robe de soirée digne des plus grands bals de la royauté. Fronçant légèrement les sourcils, ses yeux bicolores se portèrent sur ce qui les entourait, surveillant surtout les alentours.

    Après un moment, ils quittèrent le lieu le plus achalandé de Racium pour se diriger vers les quartiers plus riches et donc, du palais en question. Ils croisèrent quelques bourgeois, certains hautains et dédaigneux, d’autres qui les saluait d’un sourire auquel Kaëran répondait. Le jeune homme lui expliqua que les gens les plus aisés de la cité habitaient ici et que tout au fond, se trouvait le palais du Roi. Un château splendide qui ne manqua pas d’émerveiller Ellana.

    ‘‘ Habituellement, c’est là-bas que je me rends tous les matins. ‘‘

    D’un mouvement vif, la tête d’Ellana se leva dans sa direction et Kaëran ne manqua pas de se sentir observé. Elle avait la bouche à moitié ouverte, surprise et il sentait l’étreinte autour de son bras se resserrer lentement. Un sourire en coin se dessina alors sur ses lèvres, tournant la tête vers elle.

    ‘‘ La visite du palais sera pour une autre fois puisque le temps risque de nous manquer. Si je reviens en retard, Eiriel me tuera ou viendra me chercher par la peau des fesses ... ‘‘

    Et ils s’en retournèrent dans les quartiers de la classe moyenne de la population. Sauf que cette fois, le duo ne passa pas par la place, mais plutôt par les rues. Au final, ce ne fut pas une bonne idée, car des hommes vêtus d’habits sombres au visage camouflé de capuchon sortaient d’un peu partout, les entourant. Kaëran prit alors le poignet gauche d’Ellana et la força à se placer derrière lui, sur ses gardes. Comme il le redoutait, ces hommes n’étaient pas là par hasard et les forcèrent à s’isoler dans une ruelle où il n’y avait aucune possibilité de fuir. Les yeux du Lieutenant ne faisaient que passer brièvement des agresseurs à l’environnement qui les entourait et jura en voyant qu’ils s’étaient fait piéger.

    ‘‘ Reste derrière moi, quoi qu’il arrive. ‘‘ Murmura t-il, d’un calme déconcertant.

    Devant, se trouvaient au minimum cinq hommes assez costauds, mais l’un d’eux était un peu plus grand et plus large d’épaules. Celui-ci restait en retrait et le regardait. Tout ce qu’il voyait était un sourire mauvais dans l’ombre de sa capine. Kaëran se tendit et craignait de ne pouvoir s’en sortir indemne. Ils étaient trop nombreux pour tenter de fuir en plus de bloquer le passage et les murs des demeures étaient trop haut pour qu’il puisse faire la courte échelle à Ellana; ils étaient dans de sales draps et tout ça parce qu’il n’avait pas été assez prudent.

    ‘‘ On se sent comme un lapin au fond d’une cage, Lieutenant ? ‘‘

    Le concerné inspira profondément et serra les poings. Il n’avait pas le temps de se pencher pour prendre ses dagues au risque de se retrouver dans une mauvaise posture. De toute manière, les hommes reçurent l’ordre de frapper et ils se lancèrent sur les jeunes gens, l’homme tentant de faire une barrière pour les empêcher d’atteindre Ellana. Kaë réussit tout de même à en envoyer un au tapis en usant de vitesse, mais se fit agripper les bras et reçut un coup de pied derrière les genoux qui le fit plier. Une droite sur la gueule, un talon dans le ventre, un genou sous le menton; on ne le ménagea pas et le plus imposant des voyous venait tout juste d’attraper Ellana par les cheveux pour la tirer vers lui. Elle se débattit comme un diable, mais il ne lui suffit que d’un solide coup de poing dans le ventre pour la calmer.

    ‘‘ Laisse-la tranquille ... ‘‘ Grogna t-il.

    ‘‘ Sinon quoi ? Tu me fais arrêter ? Ne me fais pas rire ... comment veux-tu m’attraper alors que tu es totalement impuissant ? Hm ? Ça me fait penser que ... ‘‘

    Il tenait Ellana solidement contre lui, son bras entourant le cou de celle-ci qui respirait profondément, les yeux fermés. Ce sale porc souriait et lécha le cou de la couturière qui frissonnait visiblement d’horreur, essayant de se libérer encore une fois. De son côté, le Lieutenant avait beau essayer de se libérer par la force, on lui flanquait un coup de pied dans le vendre qui lui coupait le souffle et le faisait tousser.

    ‘‘ Tu ne fais rien ? Dans ce cas, je pourrais m’amuser un peu avec elle. Qu’en dis-tu ? Tu veux regarder ? ‘‘

    Kaëran redressa vivement la tête dans sa direction pour voir ce chien glisser sa main bien lentement dans l’encolure du chemisier d’Ellana. Le membre continua son chemin en parcourant le haut de sa poitrine pour ensuite se déposer sur ses attributs, y passant chacun leur tour. Le Lieutenant était tout simplement dégoûté et son sang bouillait dans ses veines.

    ‘‘ LÂCHE LÀ ! ‘‘ Cracha t-il.

    L’agresseur d’Ellana s’approcha de lui et ordonna à ce qu’on le remette sur pieds. La jeune femme était devant lui, à quelques centimètres près et ce porc ne cessait de la tripoter, y prenant même un malin plaisir. Dans un rictus mauvais, il murmura :

    ‘‘ Tu devrais toucher. Elle en a une sacrée paire; bien ferme et doux. Je peux te montrer, Lieutenant ... ‘‘

    De l’autre main, il empoigna une dague rangée à sa ceinture et commençait à faire le geste de porter l’arme sur la jeune femme lorsqu’il reçut une flèche dans l’avant-bras. Un autre homme s’écroula, une flèche dans la nuque, ce qui permit à Kaëran de se libérer aussitôt. Le gros lard avait lâché Ellana et le Lieutenant s’était empressé à la mettre derrière lui pendant qu’il accotait un pied sur le cou d’un voyou couché au sol. Le reste de la bande prit la poudre d’escampette en voyant que les renforts arrivaient. Sautant en bas d’un toit, un homme atterrit en fléchissant légèrement les jambes. Il n’y avait pas à dire, il était agile. L’arc fut rangé à son dos et il s’approcha avec empressement, mais pas du soldat, de la jeune femme. Ayden dévoila son visage, prenant la main d’Ellana dans la sienne.

    ‘‘ Ô Bellissima ! ‘‘ S’exclama-t-il. ‘‘ C’est elle, la fameuse Ellana dont tu me parlais ? ‘‘

    ‘‘ Ayden ... ‘‘

    ‘‘ Oh ! quelle jolie demoiselle ... tu m’as caché ça ? Ou tu avais peur que je te la vole ? ‘‘ Demanda t-il sans pour autant dévier les yeux de ceux époustouflant de la jeune femme. ‘‘ Belle créature, permettez-moi de me présenter. Ayden, bras droit du Lieutenant Grognon Eira. Enchanté d’enfin faire votre connaissance... ‘‘

    L’archer lui fit une révérence digne des bourgeois de la haute cour et embrassa délicatement la main d’Ellana. À ses côtés, Kaëran fronçait les sourcils. Mais qu’est-ce qu’il fichait ?! Idiot ! Ce n’était pas le temps pour de telles sérénades ! Ils venaient de se faire agresser par des malfrats et lui paradait devant sa protégée. Il fulminait, s’était le cas de le dire et il en devint rouge même.

    ‘‘ Kaë, tu ne vas pas bien ? Tu as du sang qui te coule du nez ... ou bien tu es jaloux ? ‘‘

    Le Lieutenant lança un regard noir à son bras droit et prit le bras d’Ellana pour l’entraîner avec lui, jurant en silence. Sur un ton monotone frustré, Kaëran lança à Ayden :

    ‘‘ Retourne à ta tâche et retrouve-moi un de ces porcs. Nous avons besoin d’informations ... sinon tu n’auras pas ton dût à la fin de la semaine. Et puis dis aux soldats en patrouille dans le secteur qu’il faut faire du ménage ici. ‘‘

    ‘‘ Merci Ayden de m’avoir sauvé la vie ! Je te donnerai une augmentation parce que je t’adore ! ‘‘

    Faignant l’ignorance, Kaëran poussa un long et profond soupir, ne voulait que déguerpir de cet endroit et retourner à la maison pour s’assurer de l’état d’Ellana.

    AYDEN
    Spoiler:
     

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Dim 10 Fév - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 10 Fév - 19:06

Perdue dans ses pensées, Ellana fronça les sourcils lorsque la lumière du soleil lui fût d'un coup camouflée. Elle ouvrit les yeux et ne vit qu'une ombre longiligne. Elle ne reconnut donc Kaëran que lorsqu'il parla :

-Ça te dit de sortir un peu d’ici et d’aller voir la ville ? Ça nous permettra dégourdir nos jambes.

Les mots avaient à peine touchés sont esprit qu'elle était debout. Oui ! Elle voulait ! Elle voulait découvrir la ville et découvrir tout ce que son père lui avait caché ! Rapidement, elle rentra, posa convenablement le nécessaire d'écriture dans un coin ou il ne dérangerait pas, et retrouva Kaëran devant la porte ou Eiriel leur souhaita de passer une bonne après-midi. Dehors, Ellana était déjà prête à s'élancer mais Kaëran s'était arrêté. Pourquoi ? Vite ! Elle frétillait littéralement sur place, comme un enfant à qui l'on a promis une glace.
Il lui désigna alors son bras droit et lui dit :

-Reste tout près, et surtout, ne le lâche pas.

Elle acquiesça et posa sa main sur son bras, le suivant lorsqu'il commença à marcher. Elle se sentait parfaitement en sécurité, là. Elle observait tout sans avoir peur des gens qui surgissaient de nulle part, ne s'effrayait plus autant lorsqu'un homme se retrouvait devant elle. Non, tout ce qu'elle faisait, c'était admirer. Elle ne savait même plus où poser ses yeux !
Le Lieutenant la conduisit vers une grande place ou s'alignaient des petits commerces, environnés de hurlements. Les marchands criaient leurs produits, attirant ainsi les acheteurs potentiels. Pendue au bras de Kaëran, Ellana souriait à s'en décrocher la mâchoire. Elle voulait tout voir, tout sentir, tout toucher. Quoique toucher, non. Toucher des yeux mais pas avec les mains. Elle regardait les bijoux, qui brillaient sous le soleil, et les objets insolites qui tapaient l'œil. Il y avait des plantes et aussi des couteaux comme ceux que Kaëran lui avait donnés pour s'entraîner, mais également des pièces de métal qui avaient l'apparence d'un torse ou d'une tête…ça par contre elle ne savait pas ce que c'était. Et puis évidemment, elle observa les tissus présentés, étant couturière c'était un passage obligatoire pour elle.

En plus, elle parvenait à déchiffrer certaines choses écrites sur les présentoirs ! Avec les lettres, elle assemblait les sons, et même si elle mettait du temps et que le Lieutenant du lui lire la phrase complète, elle avait réussi à trouver les consonances, ce qui la rendait fière d'elle comme jamais. Bientôt elle lirait couramment. Elle suivit donc Kaëran dans les rues, agrippée à son bras, et, trop occupée à regarder son environnement, elle ne remarqua pas qu'ils passaient devant la boutique de son père, ni même que ce dernier les observaient et venait de décider de passer à l'attaque discrètement, grâce à Raven et…de bons amis.

Après cette place noire de monde et de merveilles, le jeune homme l'emmena vers un autre endroit, encore plus chic. Des hommes et des femmes se promenaient, tous plus richement vêtus les uns que les autres. Ellana aurait du se sentir un peu déplacée en ce lieu bourgeois avec ses vêtements de la plus simple facture, mais elle était trop béatement absorbée par la contemplation du lieu pour remarquer le regard de certains bourgeois, dédaigneux. Elle apprit donc après qu'un couple leur eut sourit et salué en réponse à Kaëran, qu'ils se trouvaient dans un quartier riche de la ville. Continuant de marcher, il lui montra un immense château, disant que c'était celui du Roi. Il était imposant et fait de tours et tourelles, ornées de drapeaux. Il était si beau qu'Ellana se figea, la bouche ouverte.

-Habituellement, c’est là-bas que je me rends tous les matins.

Aussitôt, elle leva la tête vers lui. Il pouvait y aller ?! Elle voulait voir ! Elle voulait voir de plus près cette merveille ! Sans s'en rendre réellement compte, elle resserra sa prise sur le bras du jeune homme qui sourit pour ensuite la regarder et dire :

-La visite du palais sera pour une autre fois puisque le temps risque de nous manquer. Si je reviens en retard, Eiriel me tuera ou viendra me chercher par la peau des fesses ...

Elle fût quelques peu déçue mais bon, il lui avait montré tant de choses que cela n'entacherait pas sa joie. Ils rebroussèrent donc chemin, retournant vers la place, mais le jeune homme préféra passer par les rues ou c'était tout de même plus tranquille. Ellana souriait, encore rêveuse de tout ce qu'elle avait vu. Oui, comme un enfant mais bon, elle n'y pouvait rien…

Mais le retour à la réalité fût brusque. Des hommes apparurent, masqués, ne laissant voir que leurs yeux et encore. Ils les poussèrent à reculer, dans une ruelle sombre et isolée. Ellana commença à paniquer. Ils étaient bien cinq voire plus, tous costauds et menaçants. Oh non…dans quel pétrin avait-elle mis Kaëran ? Celui-ci semblait réfléchir et plaça la jeune femme derrière lui en murmurant, étonnement calme :

-Reste derrière moi, quoi qu’il arrive.

Ellana voulait être calme et tentait de se souvenir des leçons. Elle voulait l'aider tout de même…ils étaient deux et ce devait être son père qui les avaient envoyés…mais quel était son but, elle l'ignorait. L'enlever, tuer Kaëran…elle avait peur…

-On se sent comme un lapin au fond d’une cage, Lieutenant ?

L'homme qui venait de parler était resté un peu en retrait, observant la scène. Ellana avait déjà vu cette silhouette, elle en était sûre…
Et alors tout s'enchaîna. Les voyous se ruèrent sur le Lieutenant qui faisait barrage entre eux et la jeune femme. Il put rapidement en mettre un à terre, mais ensuite…les hommes le maîtrisèrent, étant bien plus nombreux et attaquant en même temps. Ellana ne savait pas comment agir, tentait de se souvenir des mouvements mais était bloquée par la peur. Elle regarda donc Kaëran recevoir des coups au visage, au ventre, dans le dos…elle avait mal pour lui et au moment ou elle se décida à intervenir, elle ressentit une traction sur ses cheveux. Elle écarquilla les yeux alors qu'on la tirait en arrière. Elle ferma les poings et voulut se défendre, à l'aveuglette, mais un énorme coup de poing dans le ventre la fît redevenir assez docile. Elle avait le souffle coupé et des étoiles devant les yeux.

Elle entendit des voix mais ne comprit pas, et retint un cri en fermant les yeux lorsqu'elle fût plaquée contre le corps du voyous qui était resté en retrait au début. Un bras encercla son cou, serrant pour qu'elle ne tente rien. Elle respirait vite, gardant les yeux clos et frissonna d'horreur lorsqu'elle sentit qu'on lui léchait le cou. Elle tenta de se débattre, en vain... Non…pas encore…pourquoi…pourquoi…pas devant Kaëran…

-Tu ne fais rien ? Dans ce cas, je pourrais m’amuser un peu avec elle. Qu’en dis-tu ? Tu veux regarder ?

Là, la seconde main du voyou se faufila dans son chemisier, descendant vers sa poitrine. Elle déglutit lorsqu'il serra ses seins l'un après l'autre. Et surtout, elle se souvint. C'était…c'était l'homme de l'autre nuit ! Ce toucher dur…brutal…

-LÂCHE LÀ !

Elle rouvrit les yeux pour voir Kaëran agenouillé, tentant de se défaire des voyous, une lueur de colère dans les yeux en voyant cette scène. Un coup au creux des genoux obligea Ellana à avancer tandis qu'on relevait Kaëran. L'homme ne s'arrêta que lorsqu'elle fût à un centimètre du visage du Lieutenant. Elle vit tous les bleus et marques de coups causés par les bandits, et se jura de le soigner, si elle le pouvait.

-Tu devrais toucher. Elle en a une sacrée paire; bien ferme et doux. Je peux te montrer, Lieutenant ...

Le cœur d'Ellana battait à tout rompre et elle vit du coin de l'œil qu'il sortait un couteau, dans le but évident de lui retirer sa chemise pour que Kaëran puisse admirer sa poitrine. Mais au même moment il cria, lâchant Ellana qui se dégagea et se mit de côté rapidement. Elle vit un objet long, terminé par des plumes, dans l'avant-bras de l'homme. Et tout de suite après, un objet similaire se planta dans le cou d'un second voyou qui s'écroula. La bande ne demanda pas son reste et s'en alla, l'homme qui avait maintenu Ellana à leur tête. Kaëran s'était empressé de se mettre devant elle, posant un pied sur l'homme à terre pour éviter qu'il ne s'enfuie. Leur sauveur décida de se montrer à cet instant, sautant à bas du toit.

Il s'approcha, se dévoilant et Ellana sentit Kaëran se détendre. Apparemment, il le connaissait. Il avança jusqu'à s'arrêter non pas devant le Lieutenant mais devant elle, lui prenant la main. C'était un homme jeune, aux yeux gris et cheveux noirs qui lui couvraient un peu le visage. Celui-ci était fin et un sourire étirait ses lèvres alors qu'il s'exclamait :

-Ô Bellissima ! C’est elle, la fameuse Ellana dont tu me parlais ?

Elle ne comprit pas…"la fameuse" ? Kaëran voulut le couper mais, dans son élan, l'homme reprit, ne la quittant pas des yeux :

-Oh ! quelle jolie demoiselle ... tu m’as caché ça ? Ou tu avais peur que je te la vole ? Belle créature, permettez-moi de me présenter. Ayden, bras droit du Lieutenant Grognon Eira. Enchanté d’enfin faire votre connaissance...

S'ensuivit un geste étrange pour elle. Il se courba de moitié et embrassa sa main avant de se redresser, toujours souriant. Elle ne comprenait pas pourquoi il agissait ainsi…surtout qu'ils venaient de se faire agresser et que Kaëran avait besoin de soins. Ayden se tourna enfin vers son Lieutenant qui était rouge, mais pas qu'à cause du sang…

-Kaë, tu ne vas pas bien ? Tu as du sang qui te coule du nez ... ou bien tu es jaloux ?

Jaloux ? Pourquoi ? Décidément, il y avait encore beaucoup de chemin à parcourir…Kaëran lui prit alors le bras pour l'emmener avec lui et elle suivit, bien contente de quitter cet endroit. Il déclara à son bras droit, d'une voix assez…frustrée :

-Retourne à ta tâche et retrouve-moi un de ces porcs. Nous avons besoin d’informations ... sinon tu n’auras pas ton dût à la fin de la semaine. Et puis dis aux soldats en patrouille dans le secteur qu’il faut faire du ménage ici.

Et là, leur sauveur eut une réplique qu'Ellana ne comprit réellement pas tant elle était dénuée de sens à ses yeux, ne comprenant pas l'ironie employée :

-Merci Ayden de m’avoir sauvé la vie ! Je te donnerai une augmentation parce que je t’adore !

Le Lieutenant ne fît que soupirer alors qu'il entraînait Ellana en-dehors de la rue, laissant Ayden prendre les choses en main pour le voyou qu'ils avaient réussis à coincer. En silence, ils retournèrent chez Kaëran, celui-ci serrant le bras d'Ellana pour être sûr qu'elle soit bien là. Elle, elle restait stoïque, ne voulant pas paraître faible. Elle était sûre que c'était le même homme…son père était-il à nouveau derrière tout ça ?

Ils entrèrent et Eiriel qui au départ souriait pour les accueillir devint très sérieuse en voyant Kaëran.

-Mais…que s'est-il passé ?

-Des…des voyous…

Ellana ne put rien dire de plus et lorsque Kaëran la relâcha, il voulut l'emmener pour voir si elle allait bien mais elle ne lui en laissa pas le temps. Étonnant n'est-ce pas ? C'était elle qui le conduisit dans la salle de bain, suivie d'Eiriel. Elle obligea Kaëran à s'asseoir même s'il rouspétait, et revint avec le nécessaire de soin en disant :

-Je…je vais bien, Kaëran. Ils ne m'ont pas frappée. Vous si. Laissez-moi vous soigner…

Elle le regarda, n'osant pas dire que c'était de sa faute. Ce devait être son père encore…cela voulait lui montrer qu'il n'hésiterait pas à s'en prendre à un gradé pour elle…

Lentement, elle aspergea un bout de tissu de désinfectant et le passa délicatement sur le visage quelque peu tuméfié de Kaëran, affichant une mine plus que désolée. Elle sentait toujours la main de l'homme sur sa poitrine, mais ne disait rien.

Lorsqu'elle eut finit, elle referma le flacon, un peu tremblante et murmura :

-Je suis désolée…

Eiriel les avait laissés seuls, devant surveiller le repas, mais bien sûr elle voulait savoir ce qu'il s'était passé…

-L'homme…c'était…c'était le même qui est venu…la nuit…

Elle en était persuadée. C'était la même sensation lorsqu'il l'avait touchée. Et il l'avait même léchée au cou…elle frissonna à nouveau. En plus, elle n'avait même pas su se défendre et appliquer les leçons de Kaëran…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 10 Fév - 21:32

________________________________________________


Chapitre 2
Le tombeur de ces dames

◆ ◆ ◆



    Le chemin de retour ne fut pas bien long, car ils ne restaient que quelques coins de rue avant qu’ils n’arrivent à la maison du Lieutenant. Tout au long du trajet, il veillait à ce qu’Ellana soit à ses côtés. Aucun mot ne fut échangé jusqu’à ce qu’ils franchissent le seuil de la porte, Eiriel les accueillant avec un sourire qui ne trouva plus sa place en voyant l’état de l’homme. Reprenant un sérieux qu’elle n’avait que très rarement, la paysanne s’approcha de Kaëran et posa les mains sur ses joues pour observer les blessures, mais au final il n’y avait que du sang et des rougeurs au niveau de la mâchoire et de l’arcade sourcilière droite.

    ‘‘ Mais…que s’est-il passé ? ‘‘ Demanda t-elle en inspectant le jeune homme.

    ‘‘ Des…des voyous… ‘‘

    Eiriel parut surprise et lâcha Kaëran qui voulut emmener Ellana avec lui histoire de voir si elle allait bien. Sauf qu’il se fit surprendre à son propre jeu, car les rôles furent inversés. La demoiselle avait pris son poignet dans sa main droite et l’entraînait avec elle à l’étage sous le coup de la surprise. On le trimbala de force jusqu’à la salle de bain, Eiriel aux talons, et on le fit assoir. Le Lieutenant fronça les sourcils et tenta de se relever, mais il reçut une claque derrière la tête de la paysanne corpulente qui croisait les bras sur sa poitrine, l’air sévère.

    ‘‘ Je suis parfaitement capable de le faire moi-même ! Avec un lavage ce sera bon... Je veux savoir si elle n’a rien de cassé ! ‘‘

    Mais on ignora ses railleries et Ellana vint à lui avec ce qu’il fallait pour le soigner. Le genou au sol, et prit délicatement la serviette que lui avait donnée Eiriel en disant :

    ‘‘ Je…je vais bien, Kaëran. Ils ne m’ont pas frappée. Vous si. Laissez-moi vous soigner… ‘‘

    Elle n’avait même pas besoin de dire qu’elle se sentait coupable puisque ses yeux parlaient à sa place. Un regard argenté et bleuté qui était plus que désolé et qui l’observait en silence. Pourtant, ce n’était pas de sa faute s’il s’était fait tabasser par des voyous qui étaient probablement des hommes de main de Stark. M’enfin ..., il finirait par savoir tôt ou tard, car Ayden détenait au moins un des agresseurs. Sauf que c’était le plus costaud qu’il leur fallait et personne d’autre. Kaëran reprit une respiration régulière et baissa les yeux pendant qu’Ellana épongeait son visage avec délicatesse. C’était bien la première fois qu’il se laissait faire de la sorte, surtout par une femme. L’orgueil? Peut-être. C’était surtout parce qu’il détestait qu’on prenne soin de lui, de ses blessures.

    ‘‘ Je suis désolée… ‘‘

    Son regard se posa alors sur elle à l’écoute de son murmure. Ses membres tremblaient légèrement alors que ses mains pâles et frêles tenaient le flacon de liquide désinfectant.

    ‘‘ L’homme…c’était…c’était le même qui est venu…la nuit… ‘‘

    Son sang se mit à bouillir de plus belle. Sa mâchoire se crispa et ses poings se serrèrent d’un coup et avec une telle force que ses phalanges en devinrent blanches. Ce porc ... il l’avait eut juste devant ses yeux tout ce temps et il n’avait rien pu faire. Brusquement, dans un excès de rage, le Lieutenant se leva. Le tabouret versa sur le côté alors que l’homme commençait à faire les cent pas dans la salle d’eau en jurant.

    ‘‘ Ce salaud d’enfant de putain ! Trop lâche pour agir seul ... si je le trouve, je le découpe en rondelle et je lui fais manger ses mains en plus de ses parties. Il rira moins quand il sera infirme ! ‘‘ Cracha t-il, littéralement énervé.

    Il mit un moment à se calmer, tenait le bord du comptoir où se trouvait une bassine de pierre, la tête basse. Trouver un plan, c’est ce qu’il fallait faire et puis ce salaud était blessé. C’était le moment où jamais de se lancer à sa poursuite une fois les soldats en patrouille prévenu. Non ... s’il alertait toute la ville, Stark se tiendrait tranquille et le ferait passer pour un incompétent de première histoire de se jouer de lui et de frapper plus fort. Une chose était certaine, il allait devoir reprendre du service au palais et continuer ses recherches d’une autre manière. Sauf que laisser Ellana sans surveillance lui coûtait. Eiriel ne saurait pas la défendre si jamais il leur arrivait quelque chose. Il se retrouvait devant une impasse et ne parvenait pas à réfléchir clairement avec cette colère qui affluait en lui.

    ‘‘ Je te demande pardon, pour m’être emporté ... ‘‘

    Mais pour l’heure, il ressentait un besoin urgent de se défouler, de frapper sur quelque chose pour extérioriser. Les jeunes gens quittèrent donc la salle d’eau pour descendre au rez-de-chaussée, mais Kaëran leur faussa compagnie sans préavis en prenant son épée et sortant à l’extérieur par la porte arrière. Sur le coup, Eiriel parut surprise, mais un faible sourire en coin se dessina au coin de ses lèvres.

    ‘‘ Il a besoin d’être seul un moment. Ça ira mieux une fois qu’il aura déferlé sa rage sur son copain en bois. ‘‘ Dit-elle. ‘‘ C’est difficile pour un soldat de voir les suspects lui filer entre les doigts, surtout lorsqu’ils osent se rire de lui en situation de désavantage. À voir son état, j’en déduis que c’est ce qu’il s’est produit, pas vrai ? ‘‘

    Ses yeux grisâtres se posèrent sur Ellana qui s’était approché de la fenêtre qui donnait sur la cour arrière alors que le mannequin de bois passait un sale quart d’heure, tournant sur lui-même sans cesse. La lame de l’épée de Kaëran sifflait dans les airs et le dernier coup fut envoyé avec une telle force que la tête de bois fut coupée et roulait au sol. La pointe du métal s’enfonça dans le sol alors que le soldat posait les poings sur ses hanches en levant la tête vers le ciel en cherchant sa respiration. Doucement, une main se posa sur l’épaule d’Ellana et la femme l’incita à la suivre dans la cuisine. La table fut montée, mais ne comprenait que deux couverts.

    ‘‘ Il ne viendra pas manger. ‘‘ Expliqua Eiriel. ‘‘ Il va entrer, poser son épée contre le mur près de la cheminée, monter à l’étage et s’enfermer dans la salle d’eau pour une bonne heure. ‘‘

    Le Lieutenant entra sans dire quoi que ce soit, posa son arme près du feu en se massant la nuque et monta l’escalier. Ses pas se firent de plus en plus lointains et effectivement, un bruit de porte qui se refermait se fit entendre depuis l’étage. Eiriel fit un clin d’oeil à la couturière puis elles s’installèrent pour le repas, bien que la jeune femme ne faisait qui picorer dans son assiette, inquiète. En haut, Kaëran s’était allongé dans la cuve d’eau chaude et avait accoté la tête contre le rebord, fixant le plafond. Comment avait-il pu être aussi imprudent ? Les choses auraient pu s’envenimer si Ayden n’était pas arrivé pile au bon moment pour les aider. Son poitrail se souleva lentement puis s’abaissa en échappant un long et profond soupir. Dire qu’il avait laissé ce porc s’enfuir et qu’il traînait encore dans les rues de Racium. Ses paupières se fermèrent sur ses yeux et le silence s’installa dans ses pensées. Son corps réussit enfin à se détendre et une longue heure s’écoula avant qu’il ne soit tiré hors de l’eau. À l’aide d’une grande serviette, le jeune homme se sécha puis se rendit compte qu’il avait omis de prendre des vêtements de rechange. Enroulant la serviette autour de sa taille, Kaë entrouvrit la porte pour veiller à ce qu’il n’y eût personne et fila comme une flèche dans sa chambre. En bas, Eiriel avait tout entendu et se mit à ricaner.

    ‘‘ Il a oublié de prendre des vêtements... Là il va descendre et s’affaler sur le canapé, se relever et venir chercher de quoi se remplir l’estomac. ‘‘

    Et encore une fois, elle avait misé juste. Kaëran faisait exactement ce qu’Eiriel venait de dire et lorsqu’il commença à manger, il sentit deux regards sur lui. Relevant les yeux, il vit le sourire amusé de la paysanne.

    ‘‘ J’avais raison hen ? ‘‘ Murmura t'elle à l'intention d'Ellana.

    ‘‘ De ? ‘‘ Demanda Kaë, soudainement confus.

    Mais il n’eut droit qu’à deux sourires en coin alors qu’il n’eut jamais de réponse concrète de la part de ses deux congénères. Après qu’il eut grignoté, ils nettoyèrent et filèrent dans le salon où le Lieutenant poursuivit les leçons d’Ellana. Cette fois-ci, ils entamèrent les mots après une bonne révision de l’alphabet en entier. Sauf qu’on toqua à la porte. Kaëran se leva donc et alla ouvrir avec précaution.

    ‘‘ C’est moi, chéri ! ‘‘

    ‘‘ Mais qu’est-ce que tu fiches ici ? ‘‘

    ‘‘ Tu es bien grincheux ce soir. Tu ne m’as même pas remercié pour cet après-midi. Tu devrais avoir honte. Au fait, le crétin a avoué, mais rien qui pourrait t’intéresser. Il ne faisait ça que parce que c’était un bon coup et pour la récompense. Il n’a pas d’employeur. ‘‘

    Kaëran croisa les bras sur son torse et soupira de découragement, visiblement irrité par la situation. Ayden en profita pour entrer et arriva dans le salon avec un large sourire aux lèvres lorsqu’il vit le doux visage d’Ellana. Il salua Eiriel puis vint s’installer là où Kaë se trouvait avant qu’il ne débarque.

    ‘‘ Bonsoir, belle demoiselle. Comment vous portez-vous ? ‘‘

    ‘‘ Ayden ... ‘‘ Mais son confrère l’ignora, même lorsqu’il prit place à ses côtés en le dardant du regard. ‘‘ Hé ho ! ‘‘

    ‘‘ Attends ! Deux minutes ! ‘‘

    ‘‘ J’ai des leçons à donner ! ‘‘

    Mais encore une fois, l’archer ignora son supérieur et ami qui dût se lever sur ses jambes et s’assoir de tout son poids sur lui pour le faire réagir. Ayden fut surpris et Kaëran réussit à glisser son fessier entre les deux personnes. Cela força le tombeur de ces dames à se pousser.

    ‘‘ Tu ne dois pas aller prévenir Dart sur les derniers évènements ? ‘‘

    ‘‘ Oh ! Oui ... La vue de cette splendide beauté me subjugue et me porte à oublier ... Je file ! ‘‘

    Et aussi vite qu’il était arrivé, l’archer fila.

________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Dim 10 Fév - 22:40

Kaëran eut une réaction qui surprit Ellana. Il serra ses poings et elle vit ses doigts devenir blancs. Elle commença à s'inquiéter mais il se releva d'un coup, visiblement énervé. Le tabouret s'écroula et l'homme fît les cent pas, Ellana se relevant, serrant le flacon dans ses mains. Elle n'aimait pas le voir comme ça…elle se sentait si responsable de nouveau…

-Ce salaud d’enfant de putain ! Trop lâche pour agir seul ... si je le trouve, je le découpe en rondelle et je lui fais manger ses mains en plus de ses parties. Il rira moins quand il sera infirme !

Ellana restait immobile, n'osant pas le perturber. Il tenait le rebord de la commode fortement et réfléchissait, sa poitrine se soulevant et s'abaissant au rythme d'une respiration saccadée par la colère. En fait elle sentait que si maintenant elle parlait ou voulait le soutenir, il s'emporterait encore plus violemment, et ce sans le vouloir.

-Je te demande pardon, pour m’être emporté ...

Elle…ne lui en voulait pas. Sans un mot, ils sortirent de la pièce et redescendirent, mais Kaëran prit son arme et sortit. Ellana se posta à la fenêtre pour le regarder frapper l'homme de bois, se sentant si mal…

-Il a besoin d’être seul un moment. Ça ira mieux une fois qu’il aura déferlé sa rage sur son copain en bois. C’est difficile pour un soldat de voir les suspects lui filer entre les doigts, surtout lorsqu’ils osent se rire de lui en situation de désavantage. À voir son état, j’en déduis que c’est ce qu’il s’est produit, pas vrai ?

Oui…elle avait juste. Ils l'avaient ridiculisé alors qu'il était Lieutenant. A cause d'elle. Mais elle ne dit rien. Elle observait l'homme se défouler, réussissant même à décapiter son homologue en bois. Il regardait à présent le ciel, mains sur les hanches, et Ellana sentit une main se poser sur son épaule et elle vit Eiriel qui lui demandait silencieusement de la suivre. Après un dernier coup d'œil à Kaëran, elle s'exécuta, aidant à mettre la table mais…il n'y avait que deux couverts. Et le Lieutenant alors ? Il devait manger pour reprendre des forces après ce qu'il avait subi ! Eiriel lui expliqua donc :

-Il ne viendra pas manger. Il va entrer, poser son épée contre le mur près de la cheminée, monter à l’étage et s’enfermer dans la salle d’eau pour une bonne heure.

Ellana se mordit la lèvre tout en aidant à la préparation. Et effectivement elles entendirent le jeune homme rentrer et monter, puis une porte qui se refermait à l'étage. Eiriel lui fît un sourire, parce que oui elle avait vu juste encore une fois. Mais Ellana ne le lui rendit pas. Parce qu'elle n'aimait pas voir Kaëran dans cet état et elle avait l'impression qu'il l'était souvent depuis qu'elle était là, hormis quand il l'entraînait…et puis, cet homme…contre elle et sa main sur elle…sa langue sur sa peau…elle en frissonnait rien que d'y songer et cela lui coupa l'appétit, ne lui permettant de manger que quelques bouchées picorées dans son assiette.
Elles débarrassèrent en silence puis gagnèrent le salon, Hewie sautant souplement sur les jambes d'Eiriel. Ellana fixait le journal posé sur la table, ce disant qu'elle pourrait réviser pour se changer les idées, mais elle ne pouvait pas. Pas tant que Kaëran n'irait pas mieux.

Elles entendirent alors des pas rapides et Eiriel dit en ricanant :

-Il a oublié de prendre des vêtements... Là il va descendre et s’affaler sur le canapé, se relever et venir chercher de quoi se remplir l’estomac.

Ellana n'arrivait pas à comprendre comment elle faisait pour deviner ses moindres faits et gestes. Parce que oui, encore une fois, elle avait juste ! Kaëran arriva, s'assit, et se releva pour revenir avec un sandwich. Ellana ne put s'empêcher de sourire un peu avec Eiriel et l'homme se sentit rapidement observé :

-J’avais raison hen ?

Il ne comprit pas et elles ne firent que sourire, le laissant manger tranquillement. Il était déjà plus calme et son visage, bien que rouge par les coups, n'était plus aussi affolant. Il nettoya son assiette et revint pour les leçons, se qui ravit la jeune femme. Et en plus ils commencèrent les mots ! Elle récita tout l'alphabet et il commença avec les prénoms, écrivant le sien, Eiriel, Hewie et Ellana. Celle-ci lisait, s'entraînait, et d'un coup on toqua à la porte. A cette heure-ci ? L'homme se leva et s'approcha lentement, sur ses gardes. Ellana tentait de rester calme…

Kaëran ouvrit et les femmes s'entreregardèrent quand le visiteur déclara :

-C’est moi, chéri !

Ni Ellana, ni Eiriel ne comprirent la suite de l'échange, mais Ayden débarqua rapidement au salon, un grand sourire aux lèvres. Il salua Eiriel, contourna le canapé et s'assit à la place de Kaëran, à côté d'Ellana qui…ne comprenait rien.

-Bonsoir, belle demoiselle. Comment vous portez-vous ?

Belle demoiselle ? Il s'adressait à elle là ? Elle ouvrit la bouche pour répondre mais Kaëran était apparut et tentait d'attirer l'attention de son collègue qui ne détournait pas le regard de la jeune femme. Plus loin, Eiriel regardait le tout, un petit sourire aux lèvres. Ses jeunes…

Kaëran s'assit alors sur les jambes d'Ayden, appuyant pour qu'il se pousse et enfin le Lieutenant put retrouver sa place à côté d'Ellana qui…préférait grandement ça. Pas qu'elle n'aimait pas Ayden mais…il lui semblait un peu bizarre…

-Tu ne dois pas aller prévenir Dart sur les derniers évènements ?

Ayden répondit comme s'il sortait d'un rêve :

-Oh ! Oui ... La vue de cette splendide beauté me subjugue et me porte à oublier ... Je file !

Splendide beauté ? Mais…elle ne comprenait rien…Ayden se leva alors et s'en alla aussi vite qu'il était apparut. Et au final, pourquoi était-il venu alors ?

Seule Eiriel souriait en coin tout en caressant le chat. Kaëran reprit alors ses leçons, Ellana apprenant avec une envie non dissimulée. La soirée avançait et finalement, tous se rendirent dans leurs chambres respectives, prêts pour une bonne nuit de sommeil. Ellana mit un peu de temps avant de plonger dans les bras de Morphée, revoyant la scène de l'après-midi en boucle.

Le lendemain, ils mangèrent tous tranquillement et Kaëran entraîna Ellana dans la pièce d'eau tout de suite après. Doucement, il lui retira les bandages, remit du désinfectant et replaça les bandes. Cela cicatrisait convenablement et c'était tant mieux d'ailleurs. Elle aussi s'occupa de nettoyer son visage, préférant de loin le voir sans bleu ni rien.

Puis, après une révision des lettres et des mots, le jeune homme l'emmena à l'extérieur. Elle répéta les mouvements des mains, frappa une nouvelle fois Kaëran comme il le lui disait, modérant ses coups tout de même. Mais il les bloquait très facilement. Puis, il lui annonça qu'il passait aux jambes, disant que c'était tout aussi important que les bras. Il se remit en place et tout reprit.

Ellana se concentrait, visait les endroits qu'il lui indiquait et tentait de faire au mieux. Elle s'en voulait encore de ne pas avoir pu l'aider la veille. Eiriel elle, tricotait assise sur le banc non loin d'eux, les regardant avec un petit sourire aux lèvres.

Et, prise dans ses mouvements, Ellana eut le coup disons…fatal mais surtout involontaire. Elle frappa Kaëran juste là ou il ne fallait pas pour les hommes. Aussitôt, Lieutenant ou non, il étouffa un gémissement et se plia en deux, tombant au sol et les mains posées sur l'endroit douloureux. Eiriel, qui avait tout vu, s'était levée et s'approchait. Ellana elle, se mit à stresser. Elle s'agenouilla près de Kaëran et lui dit, ne sachant que faire de ses mains :

-Pardon, pardon, pardon…je ne voulais pas, vraiment, pardonnez-moi Kaëran… Qu'est-ce que je peux faire ? Parlez…dites-moi quelque chose…ça va ?

Il fermait les yeux et grimaçait, plié en deux. Oh non…mais quelle maladroite elle était…

Stark finissait de panser l'avant-bras de Raven. Et oui, ses talents de couture ne servait pas qu'au tissu.

-Et tu n'as pas réussi ? Toujours pas ? Pourtant il était seul et Lieutenant ou non…

-Je vous l'ai dit, ils ont eu de l'aide au bon moment. Croyez-vous qu'il a sortit un arc comme par magie ? Cette garce, j'allais me la faire devant lui…

-Tu l'auras. Au moins ils savent qu'ils ne sont pas en sécurité. Et lui sera forcé de retourner travailler. Et ce n'est pas avec les bases de combat qu'elle saura se défendre et tu l'as bien vu. Elle est incapable de se battre, qu'il lui apprenne ou pas. Tu l'auras. Là, ce ne sont que des mises en bouche et ensuite, nous frapperons plus fort…elle ne doit pas être aimée ou connaître le bonheur…

Raven se releva et regarda Stark. Il était peut-être idiot mais quelque chose l'intriguait :

-Vous avez toujours voulut vous en débarrasser. Maintenant que c'est fait pourquoi voulez-vous tant continuer à la voir souffrir ?

-Bougre d'andouille ! Je voulais m'en débarrasser oui ! Mais la confier à un homme qui continuerais de la traiter comme moi je l'ai fait ! Et pas un neuneu dans son genre ! Il faut que l'on réussisse à la reprendre et alors je te la confierais. Tu devras juste sortir de la ville, pour que le Lieutenant n'ait plus trop de pouvoir. Tue le s'il le faut à ce moment là. Et elle…fais en bon usage.

Raven sourit et sortit, rabattant sa capuche. Encore une fois, se faire discret jusqu'à ce que tout se tasse…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 11 Fév - 2:04

________________________________________________


Chapitre 2
Sérénades

◆ ◆ ◆



    La porte de l’humble demeure des Eira se referma toute seule après le départ de l’archer et Kaëran prit soin de bien verrouiller par la suite. De toute façon, personne ne sortirait puisque la noirceur était tombée. Revenant aux côtés d’Ellana qui semblait quelque peu troublée par les agissements de son frère d’armes, le Lieutenant reprit là où ils s’étaient arrêté, sous le regard amusé d’Eiriel qui caressait la fourrure d’Hewie doucement. Une heure ou deux s’écoula ainsi avant que les habitants de la maison décident qu’il était temps de se mettre au lit. La couturière fut escortée jusqu’à sa chambre par le soldat qui restait sur le seuil de la porte, l’épaule gauche accotée contre l’embrasure de la porte. Peut-être était-ce mieux qu’elle dorme encore avec Eiriel pour ce soir ? Il lui demanda si elle était certaine de vouloir faire ainsi et elle lui affirma que tout irait bien. D’un sourire, le jeune homme la laissa en refermant sa porte derrière lui et s’en alla vers sa chambre, le chat sur les talons. Ses vêtements finirent dans le panier à lessive et le corps du Lieutenant s’affala sur le matelas dans un soupir d’aise. Il était courbaturé de partout et c’était sans parler des contusions qu’il avait un peu partout sur lui. Hewie grimpa avec agilité sur le lit et se coucha en boule sur le ventre de son maître qui lui caressait doucement la tête. Cette nuit-là, il fit un rêve étrange où tout était rouge. L’odeur du sang était omniprésente et tout ce qu’il entendait était des murmures sinistres. Il y eut un cri lointain, un long et pesant silence, puis un second hurlement qui lui explosa dans les tympans. Kaëran se réveilla en sursaut, son coeur voulant sortir de sa poitrine. Le félin était couché sur ses jambes et faisait sa toilette, une patte arrière soulevée.

    ‘‘ C’est très séduisant Hewie... ‘‘

    Le concerné leva ses grands yeux globuleux vers l’homme et miaula un coup avant de se remettre à sa tache en ronronnant. C’était tout simplement dégoutant, mais bon. Dehors, le soleil commençait tout juste à se pointer à l’horizon, annonçant une autre belle journée niveau température. Kaëran se tira donc hors du lit, se lava sommairement et se changea. Le chat sur une épaule, il sortit de sa chambre et descendit à la cuisine où il s’affaira à préparer le déjeuner pour Eiriel et Ellana. Celles-ci furent étonnées de le voir de si bon matin, une fois debout, et ils s’installèrent à table pour manger. Mais avant l’entraînement, Kaë monta à l’étage supérieur pour changer les bandages qui recouvraient toujours les avant-bras de la couturière. Les plaies devenaient de plus en plus belles avec les jours qui défilaient et bientôt, elle n’aurait plus besoin de se faire momifier. Lorsqu’il eut fini, il dut cependant attendre parce qu’Ellana faisait de même pour lui, épongea la petite égratignure qui ornait son arcade sourcilière droite. Par la suite, il y eut une petite heure consacrée à la révision puis ils allèrent dehors en vue de poursuivre l’entraînement physique de la jeune demoiselle. Celle-ci pratiqua les mouvements de la veille sous le regard d’Eiriel qui tricotait sur un banc à l’ombre d’un grand saule.

    ‘‘ C’est très bien. Maintenant, passons aux jambes. Ce n’est pas non plus très compliqué, mais essentiel si tes bras se retrouvent prisonniers. Tu peux frapper sensiblement aux mêmes endroits que pour les poings sauf que je te recommande fortement de t’acharner sur les hanches, le bas-ventre et les genoux de ton agresseur. Cela te permettra de prendre l’avantage lors de certaines situations. ‘‘

    Ils se mirent alors au travail et le Lieutenant lui désignait l’endroit où frapper, lui faisant répéter le moment à plusieurs reprises avant de passer à un second. Au bout d’une vingtaine de minutes, il lui fit enchaîner tous les mouvements qu’il lui avait apprit, mais Ellana en ajouta un qu’il ne lui avait montré que sommairement au tout début, afin de ne pas en pâtir. Il n’avait pas prévu de protection et n’avait pas vu le coup venir, habitué à la routine qu’il lui faisait faire. Mais un pied vint frapper avec force dans ses bijoux de famille. À un moment, il crut qu’ils allaient lui sortir par la gorge. Il étouffa un gémissement et se plia automatiquement en deux en portant ses mains à cet endroit si sensible, à ce nerf de vie rattachée directement au coeur. Bon sang que ça faisait mal ! Recroquevillé en boule au sol, le Lieutenant avait fermé les yeux et grimaçait sous la douleur, jurant en silence pour que la douleur s’estompe au plus vite. Il s’était même mordu la langue ...

    ‘‘ Pardon, pardon, pardon…je ne voulais pas, vraiment, pardonnez-moi Kaëran… Qu’est-ce que je peux faire ? Parlez…dites-moi quelque chose…ça va ? ‘‘

    ‘‘ Ça ... ça va ... ouf ... ! ‘‘ Réussit-il à souffler avec difficulté en reprenant son souffle. ‘‘ Rien ... attendre que ça passe ... oh bon sang ... ! ‘‘

    Eiriel essayait tant bien que mal de ne pas rire en voyant cette scène, mais elle ne put se retenir plus longtemps et s’esclaffa. Ses mains se posèrent sur ses genoux faiblement pliés et elle pleurait tellement elle trouvait ça drôle. Le jeune homme réussit à s’agenouiller, rouge à cause de la douleur et resta plié encore un moment le temps que tout se replace. Il en avait de la chance depuis hier !

    ‘‘ C’est ça ... ris! ‘‘

    ‘‘ C’est ce que je fais ! ‘‘ S’exclama Eiriel qui essuyait ses larmes du revers de la main. ‘‘ Ça fait si mal ? ‘‘

    ‘‘ Que crois-tu ? C’est sensible ce machin ! ‘‘

    ‘‘ Je n’en sais rien. Je n’ai rien senti! Hahahahaha ! ‘‘

    Et encore une fois, la petite femme se moqua de Kaëran en lui tapotant l’épaule. Celui-ci se remit sur pied sous le regard désolé d’Ellana qui s’en voulait encore. Il dut la rassurer d’un sourire en coin puis il s’installa pour recommencer la routine. Cette fois cependant, il surveillait plus que jamais ses parties. Cela manqua arriver une seconde fois, mais Kaë bloqua de deux mains et soupira de soulagement. On retourna à l’intérieur lorsque le vent se leva et chacun leur tour, les jeunes adultes occupèrent la salle d’eau après cet entraînement matinal qui les avait fait passablement transpirer. Ensuite on fit la lessive, le repas du midi et un peu de ménage avant la suite des leçons d’Ellana qui n’avait hâte qu’à ce moment. Ils attaquèrent de nouveaux mots que Kaëran écrivait lui-même sur l’ouvrage qu’il avait offert à sa protégée. Il attendait qu’elle tente de les prononcer et lorsqu’elle bloquait, il l’aidait et revenait plus tard sur ledit mot sur lequel elle butait afin qu’elle mémorise bien. Un peu plus tard en après-midi, Kaëran lui fit ranger ses effets et elle semblait confuse. Se levant, il lui fit signe de la suivre et elle s’exécuta sans poser de question alors qu’il s’installait sur le divan en prenant le bouquin qu’il lisait dans ses temps morts. Eiriel ne faisait que leur jeter un petit coup d’oeil, toujours ce même petit sourire en coin aux lèvres. Ils étaient assit sur le canapé, épaule contre épaule, et Kaë avait ouvert le livre à la première page alors qu’Ellana regardait les symboles, tenait-elle aussi l’ouvrage par la page couverture. Lentement, elle prononçait les lettres, se fiant aux sons et assemblant le tout pour tenter de dire le mot qu’elle voyait. Le jeune homme la laissa faire pour la première fois et écoutait attentivement. La voix d’Ellana était incertaine et hésitante au départ, mais elle se débrouillait plutôt bien pour une première lecture. Une page fut amplement suffisante pour ce soir, mais Ellana décida du contraire et lisait à voix haute, installée à table, alors que Kaëran et Eiriel s’occupaient de préparer le souper. C’est là qu’on toqua à la porte.

    ‘‘ Je m’en occupe. ‘‘

    S’essuyant les mains avec une serviette qu’elle posait ensuite sur son épaule, Eiriel alla ouvrir et fut surprise de voir le confrère de Kaë débarquer. Mais ... ils étaient sur le point de passer à table ! L’archer la salua gaiement et s’invita lui-même à entrer. Et l’apparition divine qu’il eut... Sa belle était en train de lire un livre sagement à table, son nez se retroussant légèrement à chaque mot sur lesquels elle butait. Kaëran, dos à elle, l’aidait à dire les mots convenablement jusqu’à ce qu’il aperçoive son bras droit en train de sourire béatement à la vue d’Ellana. Juste derrière Ayden, Eiriel croisait ses bras sur sa poitrine et faisait la moue, visiblement mécontente.

    ‘‘ Ayden ? Qu’est-ce que tu fais là ? ‘‘

    ‘‘ Mon rapport. Qu’est-ce que tu crois ? ‘‘

    ‘‘ Ça n’aurait pas pu attendre ? ‘‘

    Mais déjà notre Don Juan s’était assis à table aux côtés d’Ellana qui daigna lever les yeux vers lui, puis vers le Lieutenant qui dut hausser les épaules d’incompréhension. Ayden ne manqua pas de la bombarder de compliments concernant ses yeux, son visage, ses cheveux, bref sur sa personne en tant que tel. Eiriel elle, se réinstalla aux côtés du fils de sa défunte amie et s’approcha en murmurant :

    ‘‘ Il lui fait la cour ... ‘‘

    ‘‘ ... et puis ? ‘‘ Demanda t-il, ne comprenant pas où elle voulait en venir.

    Eiriel le regarda et roula les yeux en soupirant de découragement pendant que Kaëran fronçait les sourcils. Qu’est-ce que ça pouvait lui faire qu’Ayden fasse la cour à Ellana ? Elle était comme une petite soeur pour lui et l’archer comme son frère. Cela faisait de nombreuses années qu’ils se connaissaient et toutes les fois son frère d’armes était parvenu à faire plier les femmes. C’était son don. Que pouvait-il y faire ? En ce qui le concernait lui, il n’avait eut qu’une seule compagne et ça remontaient à ... une année auparavant ? Elle l’avait laissé en plan, car il s’occupait plus de sa mère malade que d’elle alors, bye bye. Mais bon, sa vie privée ne regardait personne d’autre que lui et il n’avait pas le temps de butiner de fleurs en fleurs avec son grade et les responsabilités qui venaient avec. Il avait travaillé fort pour en arriver là après tout.

    Ayden collait à table, parlant sans cesse avec Ellana alors que Kaëran posait les assiettes devant chacune des personnes présentes, l’archer compris. Il s’était en quelque sorte invité si on pouvait dire ça comme ça. Mais bon. C’était un ami et sa présence ne dérangeait pas Kaëran, enfin, pas tant que ça. C’était surtout Eiriel qui le dévisageait après le repas, le Lieutenant ne put continuer les leçons d’Ellana et monta plutôt à l’étage pour se reposer les oreilles un moment, Eiriel venant le rejoindre alors qu’il rangeait les vêtements pliés sur son lit dans ses tiroirs.

    ‘‘ Ça ne te dérange pas ? ‘‘

    ‘‘ Mais de quoi parles-tu Eiriel ? ‘‘

    ‘‘ Que ton copain courtise Ellana ! Idiot ! ‘‘

    ‘‘ Que veux-tu que ça me fasse ? Mais où veux-tu en venir à la fin ?! ‘‘

    ‘‘ Nulle part! Mais moi, il me tape sur les nerfs ! Il parle trop ! J’en suis tout étourdie d’ailleurs alors, fais-le partir, que nous puissions nous détendre parce que je commence à en avoir marre de ses sérénades ! ‘‘

    Le regard bicolore du soldat se posa sur Eiriel un instant et il quitta la chambre pour redescendre. Il voyait bien qu’Ellana était morte de fatigue et n’écoutait pas la moitié de ce qu’Ayden disait.

    ‘‘ Ayden, il faudrait que tu partes. Je dois changer les bandages d’Ellana et il commence à se faire tard. ‘‘

    ‘‘ Je peux le faire si tu veux. ‘‘

    ‘‘ Non, c’est bon. Merci quand même. ‘‘

    ‘‘ Je reviens demain soir ! Bonne nuit, douce créature au regard envoûtant. Bonne nuit Chef. ‘‘

    L’archer fut poussé dehors de force par son supérieur qui ferma la porte juste derrière et sans un mot, Kaë ferma tous les rideaux de la demeure pour enfin avoir la paix. Il s’affala sur le canapé aux côtés de la couturière qui tenait solidement, dans ses bras, le bouquin qu’ils avaient commencé à lire plus tôt. Avait-elle envie de réviser malgré l’heure ? Ce fut le sourire timide qu’elle lui offrit qui répondit à sa question muette. Redressant son dos, le jeune homme s’asseya un peu plus confortablement et la laissa commencer.

    Au final, Ayden n'avait pas fait son rapport ...

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Ven 15 Fév - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Lun 11 Fév - 19:06

Kaëran se tordait de douleur au sol, et Ellana stressait. Mon dieu mais qu’avait-elle fait ?! Jamais elle n’avait voulut le frapper là ! Il tentait de souffler et réussit alors à dire :

-Ça ... ça va ... ouf ... ! Rien ... attendre que ça passe ... oh bon sang ... !

Ellana attendit donc, prête au cas où. En fait, elle avait eu l’idée folle de toucher et masser pour faire passer la douleur, mais…c’était…intime et…même si elle l’avait fait avec son père par force, jamais elle ne pourrait là comme ça…

Au bout de quelques minutes, le jeune homme eut assez de souffle pour s’agenouiller, rouge et plié en deux. Eiriel, elle, riait aux éclats, ce qui ne manqua pas d’échauffer Kaëran. S’ensuivit comme à leur habitude des piques, mais Ellana ne souriait pas. C’était à cause d’elle ! Eiriel consola Kaëran d’une tape à l’épaule et retourna à son tricot, s’essuyant les yeux humides à force de rire. Kaëran se leva alors, imité par Ellana qui le regardait vraiment désolée. Il n’allait plus vouloir l’entraîner maintenant, si ?

Il lui sourit légèrement pour lui montrer que ça allait et se remit en position. Ellana se concentra donc à nouveau, faisant attention à ses gestes, mais malheureusement cela faillit se reproduire si Kaëran n’avait pas bloqué le pied de la jeune femme au dernier moment. Le vent se leva tout doucement, les obligeant à rentrer pour ne pas tomber malade. S’il présageait de la pluie ça, Ellana ne le savait pas. Chacun leur tour, ils allèrent se laver, profitant de l’eau pour détendre leurs muscles. Elle ne l’avouait pas, mais ses exercices physiques faisaient mal, mais c’était un mal pour un bien et elle adorait se défouler de la sorte.

Puis, comme toujours, ce fût « corvée » lessive, repas, ménage. Et Ellana frétillait déjà, l’heure de ses leçons approchaient. En fait, elle espérait que cela ne dérangeait pas Kaëran malgré les apparences, mais c’était si plaisant ! Et, être avec lui…elle aimait bien. Avec lui elle se sentait protégée et…elle sentait que jamais il ne la trahirait…

Ils s’installèrent donc, laissant Hewie aux bons soins de la paysanne. Ellana regardait les mots qu’il écrivait et tentait de les prononcer, se faisant aider lorsqu’elle bloquait. Il lui apprit même de nouveaux mots et elle enregistrait. Les heures s’écoulèrent ainsi sans qu’ils s’en aperçoivent, jusqu’à ce que le jeune homme lui demande de tout ranger. Ranger ? Elle s’exécuta, se demandant s’il était lassé de faire ça, ou ennuyé, un peu gênée aussi.
Il se leva et elle l’imita lorsqu’il lui fît signe, le suivant jusqu’à la pièce adjacente ou ils s’installèrent dans le canapé, épaule contre épaule devant Eiriel qui souriait légèrement. Kaëran prit alors le livre qu’il lisait et l’ouvrit à la première page. Il…il allait lui faire lire un livre ? Elle faillit sauter de joie ! C’était merveilleux ! Elle prit la couverture du livre à son tour, le tenant en même temps que le jeune homme, et observait les symboles qui maintenant devenaient des lettres à ses yeux.

Alors, d’elle-même, elle commença à lire, déchiffrant les sons, les assemblant et formant les mots. Kaëran restait silencieux, écoutant simplement. C’était vraiment dur, mais elle lisait ! Certes son cerveau était si occupé par le déchiffrage des lettres qu’elle ne comprenait guère ce qu’elle lisait mais elle lisait ! D’une voix incertaine et hésitante, la page fût lue en bien plus de temps que la normale, et Kaëran était d’avis que cela suffisait pour le soir. Mais elle avait trop envie de continuer ! Alors elle s’installa à table, laissant Kaëran et Eiriel cuisiner et reprit sa lecture à voix haute, jusqu’à ce qu’on toque à la porte. Elle entendit Eiriel annoncer qu’elle y allait, mais Ellana se concentra et poursuivit. Kaëran, dos à elle, la reprenait lorsqu’elle butait trop longuement. Elle entendit alors des voix, les ignora pour rester dans sa lecture, mais fût forcée de lever la tête lorsqu’elle sentit quelqu’un s’asseoir à côté.

Elle vit donc Ayden, un grand sourire aux lèvres et elle regarda Kaëran, l’interrogeant du regard, mais celui-ci ne fît qu’hausser les épaules. Il ne comprenait pas plus qu’elle.
En plus, Ayden recommença à lui parler bizarrement, disant que ses yeux le subjuguait et que jamais il n’aurait cru possible de voir pareille chose tombée sur terre.

Elle referma le livre alors que Kaëran préparait la table, même pour Ayden qui s’était invité. Durant tout le repas il parla à Ellana, lui vantant ses mérites, la complimentant et parlant de sa vie de soldat. Il s’amusait à traiter son Lieutenant de « grognon » et Ellana regardait ledit Lieutenant avec un air signifiant : « qu’est-ce que je dois faire ? » Mais il ne réagit pas et elle se résigna à écouter.

A la fin, alors qu’elle aurait de loin préféré reprendre les leçons de lecture, elle dut continuer à écouter le soldat. En plus, Kaëran comme Eiriel montèrent à l’étage, la laissant seule avec lui ! Elle n’osait pas lui dire qu’il devrait partir, vu l’heure. C’était encore son côté docile et puis son caractère était ainsi fait : doux et timide.

Cependant elle ne comprenait plus ce qu’il racontait. Elle entendait un mot sur trois, et la plupart étaient : « créature, merveille, beauté » Mais qu’est-ce qu’il lui voulait à la fin ?!
Un côté d’elle voulait dormir et l’autre continuer à lire…et heureusement Kaëran arriva, la sauvant :

-Ayden, il faudrait que tu partes. Je dois changer les bandages d’Ellana et il commence à se faire tard.

Ayden voulut se proposer pour le faire, Kaëran refusa poliment et Ayden se leva lentement en terminant :

-Je reviens demain soir ! Bonne nuit, douce créature au regard envoûtant. Bonne nuit Chef.

Il fût littéralement poussé dehors, la porte se refermant derrière lui. Kaëran ferma alors les rideaux et elle le suivit jusque sur le canapé ou il s’affala. « Douce créature au regard envoûtant » ? Décidément elle ne comprenait plus…
Elle avait pris le livre en main et le tenait fermement, souhaitant malgré l'heure et la fatigue reprendre un peu. Lorsque le jeune homme la regarda, elle ne put que lui offrir un petit sourire, et il se redressa, si patient envers elle. Elle recommença donc la lecture, s'acharnant pour y arriver.

Ayden lui faisait la cours et ça, elle ne le comprenait pas. Pour elle, Ayden était un homme sympathique qui avait sauvé la vie de son Lieutenant face aux voyous. C'était tout. Et puis…elle était encore instable psychologiquement malgré ses apparences normales. Dedans la lutte se poursuivait entre l'ancienne Ellana et celle qu'elle voulait devenir. Seuls Kaëran et Eiriel la connaissait suffisamment pour la maîtriser en cas de crise comme l'autre fois ou lorsqu'elle se repliait. Ayden, ne connaissant pas son histoire, et d'ailleurs il ne la saurait pas, ne pouvait le deviner. En étant un Don Juan de première catégorie, il n'aimait pas s'attacher aux femmes. Il les séduisait, les emmenaient pour la nuit dans une belle chambre et leur faisait connaître une nuit des plus torrides. Mais ensuite il s'envolait dans la nature. Or Ellana n'avait guère besoin d'un homme pareil. Alors s'il allait trop loin, qui sait ce qui pouvait se passer ?

Ellana s'arrêta de lire lorsque la fatigue eut raison d'elle. Kaëran aussi commençait à en pâtir et elle s'excusa timidement. Il voulut lui changer les bandages mais elle refusa.

-Allez dormir Kaëran…demain matin ça ira…

Elle lui sourit et ils se séparèrent, chacun s'enfermant dans sa chambre. Ellana dormit paisiblement, malgré quelques rêves étranges ou se mêlaient son père, son ancienne elle, Ayden, Kaëran…surtout Kaëran. Elle pensait beaucoup à lui en fait. Parce qu'il était toujours là pour elle…même si parfois il s'emportait, il avait un bon fond, très gentil et très attentionné. Naël pouvait être fière de lui, de là haut.

Au petit matin, ils s'éveillèrent bien reposés, et mangèrent en silence ou presque, Hewie n'arrêtant pas de miauler. Ellana lui donnait à manger et à boire mais il continuait ses plaintes. Alors elle le prit et le fît sortir dans la cour arrière. Voilà, il ne voulait que se dégourdir les pattes. Après avoir rangé, Eiriel les délaissa pour la journée, devant s'occuper aussi de son foyer. Ellana se demandait pourquoi elle restait en fait…pas qu'elle n'appréciait pas la paysanne, mais elle était là pour aider Kaëran dans son deuil et puis…vu qu'elle avait aussi un époux, c'était égoïste qu'elle ne soit plus avec lui…

Les deux jeunes, une fois seuls, montèrent à l'étage. Kaëran changea ses bandes tranquillement, avec des gestes doux. Elle ne sentait plus rien et les plaies devenaient belles. Bientôt on ne verrait plus rien. Et avec un peu de chance elle pourrait enlever les bandages le jour même ou le lendemain. Elle nettoya aussi son visage, qui reprenait son aspect normal, les bleus disparaissant convenablement.
Et, comme chaque jour, elle reprit ses entraînements. Lecture et écriture, puis le combat. Elle avait assimilé les techniques et le jeune homme n'avait plus beaucoup à la reprendre. Mais Ellana savait qu'en affrontement réel elle ne serait pas aussi douée. Face à l'homme dans la ruelle, elle n'avait pas été fichue de s'en sortir pour aider Kaëran…non, tout ce qu'elle avait fait était de regarder le jeune homme se faire battre.

A midi, ce fût Ellana qui cuisina. Elle prépara à Kaëran un plat qu'elle avait mis au point elle-même…quand elle "s'amusait".

Il semblait d'ailleurs l'apprécier. A base de pommes de terre et de légumes, le tout mijoté avec de la viande et un peu de vin.

-Je l'ai mise au point à l'époque…mon père avait des restes et…il m'avait dit que je pouvais les manger. J'avais faim vu que je n'avais rien mangé depuis près d'une semaine et je me suis un peu amusée à tout mélanger comme je pouvais. Et au final…ce n'est pas mauvais…

Elle sourit timidement. Oui, les privations elle avait aussi connu. Et n'en était pas morte.

Ils venaient de terminer de tout ranger et voulaient reprendre la lecture, Ellana y arrivant de mieux en mieux, lorsqu'on toqua, encore. Kaëran ayant les mains un peu occupées, ce fût Ellana qui alla ouvrir, nerveuse. Elle entrouvrit à peine la porte pour voir Ayden qui, aussitôt, retrouva son sourire de charmeur. Pour lui, c'était une affaire rondement menée…

-Oh mais quelle divine apparition ! Être ainsi accueilli je ne pouvais espérer mieux !

Il avança, profitant de l'effet de surprise de la jeune femme pour entrer. Il lui prit la main et la lui baisa comme dans la ruelle, se courbant à nouveau. Elle, elle ne savait ni quoi faire, ni quoi dire. Il n'avait même encore jamais entendu le son de sa voix.

Ayden vit alors son supérieur et lui lança :

-Je t'emprunte cette douce créature Lieutenant grognon ! N'aie crainte elle est en sécurité !

Hein ? L'emprunter ? Pourquoi ? Mais sans qu'elle puisse répliquer, il l'entraînait déjà dans la cour arrière comme si c'était chez lui. Même Kaëran n'avait pu réagir…Ayden la fît s'asseoir sur le banc à l'ombre, vérifiant qu'on ne pouvait guère les voir sans devoir sortir puis se tourna vers sa nouvelle conquête.

-Belle jeune femme, jamais mes yeux n'ont autant soufferts que lorsqu'ils te voient. Jamais mon cœur n'a autant palpité qu'à présent. Et jamais je n'ai eu aussi chaud qu'en prenant ta délicate main dans la mienne…

Il souriait, sûr de lui et de sa victoire. Ellana, elle, avait légèrement peur. Il ressemblait beaucoup aux hommes décrits par son père…de ceux qui vous caresse dans le sens du poil pour vous utiliser et une fois leur objectif atteint vous jette comme un torchon usé. Imperceptiblement, elle trembla, priant pour que Kaëran vienne. Mais rien pour le moment. Ayden poursuivait, l'aguichant, la séduisant. Sa technique était rôdée et il y arriverait, aucun doute. S'il le fallait, il grimperait le long de la façade et lui ferait sa cours la nuit, par la fenêtre…

-Douce créature, aurais-je l'immense honneur de pouvoir vous faire une bise ?

Elle chercha une issue de secours. N'en trouva pas. Elle se dit alors qu'il ne voulait peut-être que ça et qu'ensuite il s'en irait.

-Une seule…Murmura-t-elle.

Elle s'approcha un peu et tendit la joue, Ayden souriant, satisfait. Bah voilà…Il s'approcha, mais au lieu de lui faire une bise, il lui prit le visage entre les mains et le tourna pour pouvoir l'embrasser, sur la bouche.

Aussitôt, Ellana se tendit, trembla, son cœur manqua se rompre. Les mains d'Ayden étaient posées sur son visage et elle se débattit, jusqu'à ce qu'elle parvienne enfin à se dégager.

-Tu n'as pas aimé ? Mais si…je peux t'emmener avec moi tu sais…tu dois en avoir marre que Kaëran t'enferme ici…

Ellana se frottait la bouche et s'éloigna, se relevant du banc. Elle croisa ses bras sur sa poitrine, masquant ses tremblements. Il était le confrère et ami de Kaëran…

-Il ne m'enferme pas…et je ne veux pas…je ne veux pas vous suivre…je suis bien ici…

Si elle avait eu du courage, elle lui aurait dit qu'elle ne voulait plus du tout le voir et qu'il devait déguerpir. Mais voilà, elle n'avait aucun courage et sa docilité revenait, la voix profitant de cet instant un peu vacillant pour grappiller du terrain. Elle recula alors qu'il se levait, ne perdant pas le sourire. Aucune femme ne résistait à son charme…et celle-là était magnifique. Un corps de déesse, un ange tombé du ciel. Elle serait l'ultime trophée de toutes ses conquêtes, Kaëran ou non, Lieutenant ou non. Quand Ayden revêtait sa peau de Don Juan, il ne pensait plus à son emploi.

-Je vais donc te laisser ma douce…je reviendrais peut-être…cette nuit…la lune m'inspire des rimes que jamais je ne pourrais composer ici sous le soleil…oh, ne dis rien à Kaëran…ce sera un secret entre nous…

Il avait un ton sensuel et autoritaire à la fois, ce qui pétrifia Ellana. Elle entendit les portes se refermer et se rassit, se calmant. Ne rien dire à Kaëran…de toute façon elle ne l'aurait sans doute pas fait. Ayden était tout de même son ami…elle ne voulait pas qu'il y ait une dispute à cause d'elle, une nouvelle fois. Mais…revenir la nuit ? Pourquoi tout le monde voulait-il venir la nuit chez elle ?! Heureusement la vitre ne s'ouvrait que de l'intérieur…elle ne comprenait toujours pas pourquoi il lui parlait ainsi ni qu'elle était sa démarche, ne sachant rien dans le domaine, mais tout d'un coup, elle ne vit plus Ayden comme le sauveur sympathique et drôle…elle le vit plutôt comme un prédateur.

Et elle se rendit compte que sa proie, c'était elle, sans qu'elle ne put expliquer ses motivations, comme elle les expliquait à son père.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 12 Fév - 2:43

________________________________________________


Chapitre 2
Un ressentiment étrange...

◆ ◆ ◆



    Le calme était revenu depuis qu’Ayden avait levé les voiles de l’humble demeure des Eira. On ne pouvait cacher qu’il prenait considérablement de place lorsqu’il était dans les parages. Plus particulièrement lorsqu’il y avait de jolies demoiselles à courtiser et malheureusement, Ellana était dans son champ de mire. Une heure s’était écoulée depuis le départ de l’archer où Kaëran laissait la jeune femme lire par elle-même. Ils avaient repris à la première page à une deuxième reprise afin qu’elle se familiarise avec les mots qui s’y trouvaient. Déjà, elle s’en tirait beaucoup mieux et un sourire s’était dessiné sur ses lèvres lorsqu’elle se rendit compte qu’elle commençait à comprendre ce que le texte en soi décrivait. Cependant, tous deux firent prit d’un coup de fatigue qui les porta à bâiller. La concentration n’était plus trop au rendez-vous d’ailleurs. Ellana s’excusa alors d’une voix timide sans que le soldat ne comprenne pourquoi. Ils étaient ensuite montés en haut et venaient tout juste de poser le pied sur le plancher du second étage lorsqu’il se tourna vers elle.

    ‘‘ Je vais changer tes bandages et ensuite tu pourras aller te reposer. Ce ne sera pas long.‘‘

    Ellana refusait doucement, bougea sa tête de gauche à droite à deux reprises alors qu’il arqua un sourcil.

    ‘‘ Allez dormir Kaëran…demain matin ça ira… ‘‘

    ‘‘ Très bien. Demain alors. ‘‘ Répondit-il. ‘‘ Bonne nuit, Ellana. ‘‘

    Kaëran lui renvoya son sourire et il la laissa alors qu’elle continuait son chemin dans le couloir pour se rendre à sa chambre. Tout comme la jeune couturière, le Lieutenant s’enferma dans sa chambre et se débarrassa de ses vêtements pour se glisser sous les couvertures. Cette fois, Hewie se trouvait avec Ellana. La bête savait comment s’y prendre maintenant et c’était même assez étrange, mais bon. Quelques minutes s’écoulèrent avant qu’il ne s’endorme profondément, ne s’éveillant qu’au lendemain matin. La routine s’installa comme à l’habitude; repas, ménage, nettoyage des couverts. Puis vint le temps où il fallait changer les bandages d’Ellana. Sur ce, ils montèrent à la salle d’eau où l’homme s’occupa des plaies, constatant que ça s’améliorait toujours. Dès le lendemain, ses avant-bras pourraient respirer et terminer leur processus de guérison. Eiriel elle, était partie chez elle pour voir son époux qui commençait à terriblement lui manquer. Son visage passa aussi sous le désinfectant, les contusions disparaissant par elles-mêmes. Une fois que les jeunes adultes furent de retour en bas, ils monopolisèrent la table de la cuisine et Kaëran commença avec les leçons d’écriture une heure durant, puis avec la lecture. On passa ensuite à l’entraînement physique qui faisait bouger autant la jeune femme que le soldat gradé et cela ne leur faisait que du bien au final.

    Pour le repas de midi, Ellana vola la place de son plein gré pour cuisiner et Kaë dut se résoudre à regarder par-dessus son épaule ainsi qu’à dresser la table. Les assiettes furent déposées et ils commencèrent à manger. C’était ... drôlement bon ce truc et son ventre en réclamait davantage, jusqu’à ce qu’il soit complètement repu.

    ‘‘ Hmmmm hm hm ‘‘

    Bon, il avait la bouche fermée au moins. Il n’allait quand même pas lui montrer sa nourriture pré-mâchée ! Alors, il lui faisait savoir que c’était savoureux d’une autre manière qui était aussi facile à comprendre que par les paroles. Ellana semblait heureuse que ça lui plaise et elle expliqua, alors qu’il continuait son assiettée :

    ‘‘ Je l’ai mise au point à l’époque…mon père avait des restes et…il m’avait dit que je pouvais les manger. J’avais faim vu que je n’avais rien mangé depuis près d’une semaine et je me suis un peu amusée à tout mélanger comme je pouvais. Et au final…, ce n’est pas mauvais… ‘‘

    Un sourire timide apparut sur les lèvres vermeilles de la jeune demoiselle alors que Kaë avait cessé de mastiquer en entendant ça. Ses yeux vairons regardèrent un long moment sa nourriture avant de se poser sur Ellana. En plus, elle avait été privée de repas une semaine durant ? Bon sang ... à côté d’elle, il avait vécu comme un Roi. Mais maintenant, elle ne vivait plus dans l’enfer de Stark. Elle habitait ici, chez lui, et ne serait aucunement traitée de la même manière.

    Ils terminèrent bientôt leur repas et ils s’attaquèrent à la vaisselle puis de nouveau à la lecture. À force de relire la même page, Ellana assimilait de mieux en mieux les mots, leur sens dans l’ouvrage et leur prononciation. Elle put même entamer la seconde page avec cette lueur de fierté qui brillait plus fort que jamais au fond de ces magnifiques yeux; elle y arrivait. On toqua à la porte au moment ou le Lieutenant étirait les bras pour ranger la marmite sur une tablette un peu trop haute pour la jeune femme et c’est Ellana qui décida d’aller répondre, mais la voix qui se rendait jusqu’aux oreilles du propriétaire de la maison le fit soupirer de découragement. Pas encore ! On était en plein jour et il était sensé se cacher dans l’ombre pour veiller sur Ellana de loin. Au lieu de ça, il était là à parader devant elle. Bref, l’archer pointa son nez dans la cuisine en tenant le poignet de sa protégée pendant qu’il terminait de ranger.

    ‘‘ Je t’emprunte cette douce créature Lieutenant grognon ! N’aie crainte elle est en sécurité ! ‘‘

    ‘‘ At- ... ‘‘

    Le Lieutenant n’eut même pas le temps de rétorquer qu’ils avaient tous les deux disparu derrière la porte qui donnait sur la cour arrière. Prenant une grande inspiration, celle-ci se termina en un long soupir. Oui, c’était un compagnon de longue date, mais il commençait à devenir ... envahissant ? Sauf qu’il avait Ellana en cible et il ne lâcherait certainement pas prise tant qu’il ne l’aurait pas attiré dans ses filets. C’est là qu’il prit conscience de quelque chose; Ayden était un tombeur. Une fois qu’il avait eu ce qu’il voulait de sa douce et qu’il l’avait conquise, c’était une folle nuit de passion et les oubliettes. Et Ellana, était-ce un nouveau trophée ou y avait-il quelque chose d’autre ? Quoi qu’il en soit, s’il lui faisait du mal, l’archer se ferait trucider. Kaëran jeta donc un coup d’oeil à l’extérieur et les vit assit sur le banc en dessous du feuillage du vieux saule, tout au fond.

    ‘‘ Ce n’est rien ... il ne lui fera pas de mal, voyons ... ‘‘

    Avec les voyous et Stark qui rôdaient dans les alentours, la peur qu’elle souffre encore commençait à le tenailler. Il n’avait pas envie de revoir ce regard anéanti qu’elle avait eu le soir où ce gros porc avait tenté de la violer sous son propre toit. C’était étrange ... Pourquoi cela l’affectait-il autant tout d’un coup ? Lui qui se fichait un peu des autres habituellement. Le Lieutenant jeta un dernier coup d’oeil vers son collègue et sa protégée, part delà la fenêtre, puis monta à l’étage pour faire sa lessive. Pendant qu’il faisait sécher le tout dans sa chambre, il prit place à son bureau et sortit son propre journal dans lequel il n’avait pas écrit depuis longtemps. Les écrits les plus frais étaient les deux pages de parchemin qu’il avait rédigées alors qu’il était au palais. Avant et après la mort de sa mère. De toute manière, les deux autres n’étaient certainement pas sur le point de rentrer alors il avait tout son temps, sauf qu’il bloquait dès le premier mot. Une main sur le front, la plume dans l’autre qui tournoyait entre ses doigts, Kaëran repensant aux paroles dites par Eiriel la veille.

    ‘‘ Ça ne te dérange pas ? ‘‘

    En fait, il ne savait pas et puis comme il lui avait dit, il n’avait pas le temps de s’attarder à des choses de ce genre, car son travail était important et prenait beaucoup de son temps. Et puis de toute manière, Ayden n’était pas un mauvais gars. Tout ce qu’il lui fallait était une bonne claque derrière la tête pour le ramener sur le droit chemin.

    En bas, la porte se referma puis le silence fut. Kaëran s’était levée de sa chaise et s’était approchée de la fenêtre pour voir qu’Ellana se trouvait seule dans le jardin, assis sur le banc. Comme il n’avait plus rien à faire, il se décida à descendre pour aller la rejoindre. Prenant place à ses côtés, le jeune homme put profiter de l’air frais et du vent qui caressait leur visage à cet instant.

    ‘‘ Tes oreilles ne souffrent pas trop, j’espère ? ‘‘ Demanda t-il, brisant le silence. ‘‘ Dès qu’il y a une jolie dame dans les parages, il perd ses moyens et la bombarde de compliments. Mais s’il en fait trop, sens-toi libre de le lui faire savoir. Il comprendra. Parfois, je dois moi-même le remettre à l’ordre ... ‘‘

    Mais il lui épargna les anecdotes telle qu’à la cérémonie des grades où il avait courtisé les dames de la cour, même la princesse. C’était tout simplement décourageant et Kaëran avait dû le prendre par le collet pour l’amener dans un coin et le réprimander. Il y avait aussi eu la fois où ils étaient partis en mission dans un village se trouvant à plusieurs jours de Racium. Le groupe de soldats avait dû dormir dans une auberge, mais bien entendu, Ayden se vantait auprès de la gent féminine au comptoir. Cette fois encore, le Lieutenant l’avait ramassé par la cape et l’avait traîné de force avec lui jusqu’à une chambre où il le poussa. Bien entendu, la fille de l’aubergiste se retrouva rapidement sous ses draps ... m’enfin bref.

    ‘‘ Je reviens. Ne bouge pas surtout. ‘‘

    Kaë se redressa vivement du banc et s’en alla vers la maison au pas de course, laissant la porte ouverte derrière lui. Il prit l’ouvrage avec lequel il entraînait Ellana et vint la rejoindre sans un brin d’essoufflement. Le lui tendant, le jeune homme attendit qu’elle le prenne et le sourire de celle-ci revint aussitôt.

    ‘‘ D’ici une semaine, si tu continues à ce train, tu pourras lire et écrire toute seule. Et... ‘‘

    L’hésitation le prit de court et il chercha comment dire ce qu’il voulait justement dire, car il se sentait mal de la laisser en plan pour reprendre ses responsabilités de Lieutenant. Sauf qu’il n’avait pas le choix s’il voulait rapporter des vivres à la maison. Ellana semblait attendre la suite de ses dires avec une certaine inquiétude peinte sur le visage.

    ‘‘ Je vais devoir reprendre le travail d’ici quelques jours. Sauf que je voudrais qu’Eiriel veille sur toi pendant que je ne serai pas à la maison... je... m’en voudrais s’il t’arrivait malheur. ‘‘

    Sa main droite se porta alors à sa nuque qu’il massa avec embrassement. Il ne voulait pas obligé Ellana à être avec elle, mais il ne pensait qu’à sa sécurité et rien d’autre. C’était soit Eiriel ou Ayden et le choix ne fut pas très compliqué pour une raison qu’il ignorait encore à vrai dire. La couturière accepta à son plus grand soulagement, mais elle semblait quelque peu anxieuse.

    ‘‘ Ne t’inquiète pas. Je suis apte à reprendre mes fonctions grâce à toi et Eiriel. ‘‘

    Kaëran tourna enfin les yeux vers elle et lui offrit un sourire rempli d’une gratitude qu’il n’arrivait pas à exprimer par les paroles. C’était la pure vérité. Ellana elle, se mit à rougir légèrement puis s’empressa d’ouvrir le livre pour commencer la révision. Reprenant un peu de sérieux, les jeunes gens se lancèrent dans la lecture, et ce, jusqu’au soir. Eiriel était venu souper avec eux et leur avait dit à ce moment qu’elle retournerait chez elle le soir même puisque tout semblait aller pour le mieux. Kaëran la remercia en la serrant fortement et longuement dans ses bras, embrassant son front. On la raccompagna jusqu’à la sortie une fois le repas terminé et l’homme de la maison prépara du thé avant de venir rejoindre sa protégée sur le canapé devant un feu de cheminée bien vivifiant. Encore une fois, on s’acharna sur l’écriture et la lecture puis ce fut l’heure de monter se coucher. Sauf que ...

    En pleine nuit, Kaëran se réveilla en entendant des bruits. C’était comme si on toquait à la porte ou ... une fenêtre ? N’hésitant pas une seule seconde de plus, il se leva, enfila son pantalon à la va-vite et se précipita vers la chambre d’Ellana. Celle-ci se trouvait devant la fenêtre à moitié ouverte et Ayden se trouvait là, accroupi de l’autre côté. Là, c’en était trop ! Le Lieutenant s’approcha et sortit par la fenêtre en empoignant son ami par le collet pour l’éloigner de l’ouverture.

    ‘‘ Non, mais ! T’es malade ?! ‘‘

    ‘‘ Je peux te renvoyer la question, Ayden ! Qu’est-ce que tu fiches sur le toit de ma maison, à la fenêtre de la chambre d’Ellana, en pleine nuit ? Il est minuit passé ! Triple idiot ! ‘‘

    ‘‘ Mais ! Je ne peux pas taire mon coeur, car il chante pour cette merveille sans jamais s’arrêter ! ‘‘

    ‘‘ Retourne chez toi avant que je ne te botte le cul et te pousse en bas du toit ! ‘‘

    ‘‘ Oui Chef ! ‘‘

    L’archer se volatilisa aussitôt et sauta par lui même dans les buissons pour se fondre dans l’obscurité de la nuit. Kaëran l’observa jusqu’à ce qu’il disparaisse et retourna à l’intérieur en soupirant de découragement. Malgré ça, il avait encore les yeux petits et les cheveux en pétard.

    ‘‘ J’ai cru que c’était quelqu’un d’autre ... désolé ... Tu peux retourner te coucher. Il te fichera la paix jusqu’à demain. ‘‘

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Ven 15 Fév - 16:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mar 12 Fév - 20:41

Assise, Ellana profitait de la douce caresse du vent sur son visage. Elle savait qu'il faudrait qu'elle rentre pour que Kaëran ne s'inquiète pas, mais elle ressoudait sa fragile carapace et éloignait l'autre voix qui lui intimait de redevenir l'ancienne Ellana. Elle n'arrêtait pas de se lécher les lèvres pour enlever le goût d'Ayden d'elle et grimaçait imperceptiblement. Pourquoi les hommes la forçaient-ils ? Enfin pas tous. Kaëran n'avait jamais rien tenté, et c'était bien pour cela qu'elle lui faisait confiance. Avec Eiriel, il était le seul à l'avoir, sa confiance.

En fait, elle se méfait d'Ayden. En plus il avait dit qu'il reviendrait la nuit même…une partie d'elle voulait le dire au Lieutenant, mais l'autre…c'était son ami et elle ne voulait pas de dispute. Et Ayden lui avait dit de ne rien dire, et le timbre de voix, bien que sensuel, cachait son autorité. Apparemment, il ne voulait pas être désobéit. Alors, habitude de soldat ou caractère naturel elle l'ignorait…

Elle sentit plus qu'elle ne vit Kaëran s'asseoir à ses côtés. Aucun des deux ne parla de prime abord, profitant simplement de cette journée ensoleillée, l'automne approchant, et du vent sur leur peau, jusqu'à ce que le jeune homme brise le silence :

-Tes oreilles ne souffrent pas trop, j’espère ? Dès qu’il y a une jolie dame dans les parages, il perd ses moyens et la bombarde de compliments. Mais s’il en fait trop, sens-toi libre de le lui faire savoir. Il comprendra. Parfois, je dois moi-même le remettre à l’ordre ...

Ses oreilles….si un peu elle l'avouait. Elle qui ne parlait pas ou vraiment très peu, ça lui faisait bizarre que quelqu'un puisse parler aussi vite et sans relâchement. Mais…"une jolie dame" ? Elle n'était pas belle. Au contraire. En se promenant avec Kaëran l'autre jour, avant les voyous, elle avait vu des dames bien plus belles et plus distinguées qu'elle. Ca c'était un point qu'elle ne changerait pas, elle se trouvait laide.
Et puis, elle n'oserait pas lui dire de partir. Même si elle le voulait, elle n'oserait pas élever le ton avec qui que ce soit et encore moins donner des ordres. Jamais elle ne pourrait…

-Je reviens. Ne bouge pas surtout.

Elle fronça les sourcils alors qu'il partait en courant, entrant dans la demeure. Elle attendit donc, ne bougeant surtout pas, et il revint rapidement sans même être essoufflé. Il lui tendit le livre dans lequel elle s'entraînait à lire et elle le prit, son sourire réapparaissant sur ses lèvres, comme par magie.

-D’ici une semaine, si tu continues à ce train, tu pourras lire et écrire toute seule. Et...

Lire et écrire seule ! Ce serait si bien ! Elle n'embêterait plus Kaëran alors…mais…pourquoi hésitait-il à présent ? Est-ce que…est-ce que cela signifiait aussi qu'elle devait quitter la demeure et vivre de son côté ? Non…il…il ne la jetterait pas maintenant…a part lire et écrire elle ne saurait pas se débrouiller comme il faut…enfin les tâches ménagères si mais après…si son père le savait il rappliquerait et l'autre brute avec et c'en serait finit d'elle…qu'elle tente de se défendre ou pas. Une sourde peur s'insinua en elle alors qu'il reprenait :

-Je vais devoir reprendre le travail d’ici quelques jours. Sauf que je voudrais qu’Eiriel veille sur toi pendant que je ne serai pas à la maison... je... m’en voudrais s’il t’arrivait malheur.

Elle soupira en silence. Il…allait juste reprendre son poste…Il ne voulait pas qu'il lui arrive quelque chose ? Cela la touchait et puis, Eiriel ne la gênait pas, en plus cela la confortait même parce que…seule dans cette grande maison, elle n'aurait plus osé toucher quoique ce soit vu que ce n'était pas réellement chez elle. Déjà plus que chez son père mais bon…
Il semblait gêné, passant sa main sur sa nuque, et elle accepta d'un signe de tête. Et là, elle réalisa autre chose. Était-il apte à reprendre justement ? Le décès de sa mère datait bien de bientôt une semaine et demie, mais avec les voyous, la tentative de viol, et tout ce qui s'ensuivait, il n'avait peut-être pas pu faire convenablement son deuil. Et elle ne voulait pas qu'il ait l'esprit tourmenté.

-Ne t’inquiète pas. Je suis apte à reprendre mes fonctions grâce à toi et Eiriel.

Et là, il se tourna vers elle et lui offrit le plus significatif de tous les sourires. Ce sourire voulait tout dire et elle ne put s'empêcher de rougir. Elle l'avait aidé tout de même et elle en était très heureuse. Alors, pour passer ce moment de gêne, du moins pour elle, elle ouvrit le livre pour lire. Elle lisait pratiquement toute seule, et Kaëran ne l'aidait plus que très rarement. En fait, c'était un peu comme si elle lui racontait une histoire, même d'une voix hésitante. Et le mieux, c'était qu'elle commençait à comprendre ce qu'elle lisait ! Elle en était à la troisième page du livre, et l'aimait bien. Pour le moment il ne se passait pas grand chose, mais elle trouvait dans le personnage une ressemblance frappante avec elle. Dans le livre, le personnage avait lui aussi perdu ses parents et errait pour trouver une nouvelle famille.

Ils lurent ainsi jusqu'au soir ou Eiriel refît son apparition pour manger en leur compagnie. Elle leur annonça qu'elle dormirait chez elle désormais, puisque tout semblait bien rouler pour eux. Et puis, Ellana soutiendrais Kaëran, il n'y avait pas de problèmes, il n'était pas seul…celui-ci remercia fortement la paysanne, la serrant contre lui et lui donnant une bise sur le front.

A la fin du repas, il l'accompagna à la sortie puis rejoignit Ellana avec du thé, au salon. Elle avait pris goût à cette boisson et ne se privait plus. Elle faisait tout le contraire que ce qu'on lui avait appris jusque là. Et malgré la voix, elle le faisait, luttait avec acharnement pour. Le feu les réchauffait bien même s'ils n'avaient guère froid, et Ellana écrivit et lut durant bien deux heures avant qu'ils ne se décident à aller se coucher.

Ils se séparèrent comme toujours dans le couloir, Hewie suivant pour cette nuit la jeune femme. Après un "bonne nuit", qu'elle murmura, trop timide, elle entra dans la chambre et referma la porte. Elle ne la verrouillait jamais. Sait-on jamais…

Elle se coucha, profitant du moelleux pour tout de suite s'endormir…

Et être réveillée deux heures après par un bruit à la fenêtre. Elle sursauta et se redressa, clignant des yeux. Mais…qu'est-ce que…?

Forçant ses yeux à l'obscurité, elle distingua quelqu'un perché sur le petit rebord, toquant à la vitre. Ayden ! Oh non…

Elle se leva et alla près de la fenêtre. Là, elle l'ouvrit de quelques millimètres, ne lui permettant pas d'entrer mais pour entendre.

-Oh ma douce…sous les rayons de lune vous êtes encore plus belle. Faites moi donc entrer que je puisse vous admirer de plus près encore…

Elle secoua la tête, mais cela ne le démotiva pas. Un peu plus coriace mais il l'aurait. En plus, s'il y parvenait cette nuit même, ce serait encore plus amusant de le faire sous le nez de Kaëran…Ayden avait toujours voulut lui montrer comment s'y prendre avec les femmes, il n'avait jamais écouté. Et maintenant ? Il était seul et se retrouvait nounou. Tant pis pour lui s'il ne voulait pas sauter sur l'occasion. (sauter dans tous les sens du terme XD)

-Mais ma chère…laisseriez-vous votre plus fidèle adorateur mourir de froid dehors ? Même si vos yeux sont des charbons ardents, ils sont trop loin pour que je puisse en apprécier la chaleur…et dehors…l'automne arrive et le vent frais me fait frissonner.

Elle hésita. Elle s'en voudrait s'il tombait malade à cause d'elle…mais s'il entrait…elle avait peur de ce qu'il ferait…
Il tentait de s'approcher tout en continuant à lui faire la cours :

-Laisse moi toucher ta peau de satin ma douce, la lune sera notre seul témoin !

Non…elle ne voulait pas qu'il entre et ne savait pas quoi dire. Elle n'osait pas lui dire de s'en aller comme Kaëran lui avait dit, tout comme elle n'osait pas appeler pour qu'il vienne. Ayden se mit alors à gratter la vitre, à toquer contre lentement en murmurant, sensuel et charmeur :

-Tu entends ? C'est l'écho de mon cœur quand je te vois…fais-moi entrer que tu puisses l'entendre de plus près…

Elle avait peur d'un coup sans savoir pourquoi. Et, comme en réponse à ses prières, Kaëran apparut, agrippant son collègue et le faisant reculer, la fenêtre s'ouvrant plus largement encore.

-Non, mais ! T’es malade ?!

Kaëran ne parut pas désarçonné et reprit, Ellana se mettant un peu de côté :

-Je peux te renvoyer la question, Ayden ! Qu’est-ce que tu fiches sur le toit de ma maison, à la fenêtre de la chambre d’Ellana, en pleine nuit ? Il est minuit passé ! Triple idiot !

-Mais ! Je ne peux pas taire mon coeur, car il chante pour cette merveille sans jamais s’arrêter !

Ellana se mordit la lèvre. Mais qu'il s'explique ! Qu'il arrête de lui parler comme ça, par phrases alambiquées ! Que cherchait-il à la fin ?! Même si elle avait une petite idée, elle ne voulait pas y croire. Pas encore.
Kaëran lui ordonna de déguerpir et Ayden obéit rapidement, sautant du toit et s'éloignant en courant. Le Lieutenant attendit un peu avant de refermer la fenêtre en soupirant. Il était à peine réveillé, cela se voyait à ses yeux.

-J’ai cru que c’était quelqu’un d’autre ... désolé ... Tu peux retourner te coucher. Il te fichera la paix jusqu’à demain.

Pourquoi désolé ? Au contraire heureusement qu'il était venu. Il voulut partir mais Ellana le rattrapa, l'arrêtant en agrippant son poignet. Jamais elle n'avait forcé quelqu'un et elle retira vivement sa main en s'en rendant compte, craignant qu'il le prenne mal vu qu'il voulait aller dormir.

-Kaëran je…je ne comprends pas…pourquoi il agit ainsi…je ne suis pas jolie ni belle…il y a mieux que moi et bien plus souriante, plus assurée, plus intelligente…enfin…je ne sais pas quoi faire face à lui…et je n'ose pas, n'arrive pas à lui dire de partir…

Elle baissa la tête, honteuse d'un coup. Elle reprit néanmoins, ne voulant pas lui faire perdre plus de temps encore :

-Je…je ne veux pas que vous vous disputiez tous les deux, c'est votre ami…mais il me fait un peu peur…

Voilà elle avait avoué. Elle craignait Ayden. Même s'il était sympathique, il montrait envers elle un autre côté qu'elle n'appréciait pas en plus de ne pas le comprendre.

Finalement, elle acheva :

-Laissez…vous avez d'autres choses à penser je…me débrouillerais. Allez dormir…

Il fallait qu'il se repose, pour être bien en forme pour reprendre, quand il reprendrait. Elle le laissa donc partir, regardant la porte se refermer derrière lui. Avant de se recoucher, elle ne put s'empêcher de vérifier par la fenêtre qu'Ayden n'était pas là. Allait-elle vivre constamment dans la peur ? Parviendrait-elle un jour à vivre…normalement ? Elle ne savait pas et se recoucha, mettant bien plus de temps à s'endormir…

Raven lui, avait tout suivit. Bien camouflé et ne se doutant pas de la présence de Dart, il souriait. L'un des hommes de ce crétin de Lieutenant qui séduisait la garce ? Intéressant…peut-être que Stark pourrait l'utiliser, comme un pion sur son échiquier…

Le lendemain, Ellana mit du temps à émerger. Vraiment longtemps. Les pensées tournaient dans sa tête, les paroles d'Ayden et de Kaëran. Elle tentait de démêler tout ça, tournée vers le mur, emmitouflée sous les draps, comme s'ils étaient une protection. Elle craignait déjà le bruit d'un coup donné contre la porte pour annoncer un visiteur…Mais ce fût plutôt le bruit de pas dans le couloir qui se fît entendre. Oh non ! Elle était en retard et il avait du tout faire seul ! Depuis quand était-il debout ? Et là, venait-il chez elle ou pas ? Elle s'assit sur le lit au moment ou la porte s'ouvrait doucement.

Kaëran entra, doucement, comme gêné et elle lui dit, désolée :

-Je…désolée du retard…je vais me rattraper…

En fait elle aurait été à l'heure, si elle n'avait pas été en train de se tordre les méninges pour comprendre ce qu'il se passait avec Ayden…

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   Mer 13 Fév - 2:19

________________________________________________


Chapitre 2
Les vieux mariés

◆ ◆ ◆



    Sans attendre de réponse, Kaëran pivota de manière à faire face à la porte de la pièce et s’apprêta à sortir lorsqu’il sentit une main délicate entourer son poignet gauche. Ce touché fut bref, mais suffisant pour stopper le Lieutenant dans son avancée. Celui-ci se retourna alors vers elle, arquant un sourcil. Malgré cette noirceur, il était assez près d’Ellana pour voir la confusion qui régnait dans son regard. À coup sûr, elle avait quelque chose à dire et il était prêt à en mettre sa main au feu que cela concernait la petite mise en scène d’Ayden. Disons que ce genre de comportement était très peu familier pour la jeune demoiselle puisqu’elle avait vécue recluse dans la maison de son père sans même pouvoir sortir des années durant. Alors, elle ne connaissait pas les coureurs de jupons puisque tout était nouveau pour elle.

    ‘‘ Kaëran je…je ne comprends pas…pourquoi il agit ainsi…je ne suis pas jolie ni belle…il y a mieux que moi et bien plus souriante, plus assurée, plus intelligente…enfin…, je ne sais pas quoi faire face à lui…et je n’ose pas, n’arrive pas à lui dire de partir… ‘‘

    Ellana baissa la tête d’un coup, cachant ainsi son visage dans l’ombre de cette longue et fine chevelure noire. Il était normal qu’elle ne comprenne pas, car il y avait beaucoup de choses qu’elle ignorait encore. Le monde extérieur était vaste, les mentalités et les valeurs différaient d’une personne à l’autre et aussi selon les familles et modes de vie. Mais elle verrait par elle-même un jour ou l’autre, lorsqu’elle aurait acquis suffisamment de confiance en elle pour parcourir le pays. Et puis, elle n’était pas laide, au contraire. L’image qu’elle avait de sa propre personne avait été réduite à néant par un père ingrat qui la maltraitait et la traitait de monstre. Ellana était une femme sublime, attachante en plus d’avoir un magnifique sourire. Elle faisait preuve d’une vivacité d’esprit et d’une soif d’apprendre qui ne cessait d’étonner le Lieutenant au fil du temps. Quelques jours de dur labeur lui avaient suffi pour apprendre l’écriture et la lecture. Stupide ? Ça non et loin de ça même. Elle ne connaissait que très peu de choses, c’était différent.

    ‘‘ Je…je ne veux pas que vous vous disputiez tous les deux, c’est votre ami…mais il me fait un peu peur… ‘‘

    Étrangement, cet aveu ne l’avait pas surpris. Kaëran avait remarqué et sentit le mal aise dont elle faisait preuve quand Ayden la bombardait de compliment et lorsqu’il ne cessait de l’aguicher avec son sourire enjôleur. Cela arracha un faible sourire en coin au jeune homme qui baissa légèrement la tête à son tour, ses mains se faufilant lentement dans les poches de son pantalon.

    ‘‘ Laissez…vous avez d’autres choses à penser je…me débrouillerais. Allez dormir… ‘‘

    ‘‘ Ne te casse pas la tête pour lui, Ellana. Je t’expliquerai demain, quand mon esprit ne sera pas à moitié endormi comme en ce moment. Et puis, je lui parlerai moi-même s’il le faut, avant que ça dérape. ‘‘

    Si Ayden lui faisait peur, c’était qu’elle n’appréciait pas comment il agissait envers elle. Déjà que la visite nocturne était de trop. Ellana commençait tout juste à remonter la pente et avait besoin d’un minimum de stabilité dans sa vie au moment actuel et ce n’était certainement pas avec son frère d’armes qu’elle la trouverait. Dans un dernier sourire en coin, le Lieutenant quitta la pièce et referma doucement la porte derrière lui, laissant ainsi la couturière seule dans sa chambre. Ce fut en bayant aux corneilles qu’il s’en retourna dans son lit, s’affalant par-dessus les couvertures pour s’endormir en l’espace de quelques petites minutes. Quelle drôle de nuit quand même.

    Au petit matin, Kaëran mit un moment à se tirer hors du lit. Il s’étira de tout son long puis bâilla à s’en décrocher les mâchoires avant de se pousser jusqu’au rebord du matelas. D’une main, il se frotta la tête alors que ses pas se dirigeaient lentement, mais sûrement, vers la commode où il prit des vêtements. Prochaine destination: le bain. La chaleur de l’eau sur sa peau n’était que vivifiante et l’aida à se réveiller histoire de bien entamer la journée. Désormais propre et changé, le jeune homme descendit au rez-de-chaussée pour commencer à préparer le petit-déjeuner. De toute façon, Ellana devait encore dormir. Elle pouvait bien se permettre un peu de repos la pauvre, surtout avec sa petite mésaventure de la nuit précédente. Quand tout fut prêt, la jeune femme n’était toujours pas là alors il décida de monter histoire de voir si tout allait bien, n’oubliant pas le plateau-repas. Il n’allait quand même pas manger avant elle et lui apporter son assiette froide ! Une fois devant la chambre, Kaëran ouvrit la porte après avoir toqué d’une main, tenant le plateau dans l’autre, son genou droit en support, puis poussa celle-ci doucement. Ellana était assise dans son lit, la mine dépitée et rongée par la culpabilité.

    ‘‘ Je…désolée du retard…je vais me rattraper… ‘‘

    ‘‘ Ce n’est pas grave voyons et puis tu as certainement eu de la difficulté à te rendormir, je me trompe ? ‘‘ Dit-il en s’approchant, puis s’asseyant sur le bord du lit en déposant le plateau devant elle. ‘‘ Quand la personne ne vient pas à son petit-déjeuner, c’est lui qui vient à elle. ‘‘

    Cela semblait lui redonner le sourire puis ils purent se rassasier avant que leur estomac ne se mette à rugir à tout rompre. Kaë en profita donc pour revenir sur les évènements de la nuit dernière, plus particulièrement sur les craintes d’Ellana.

    ‘‘ Tu sais... je suis certain qu’Ayden n’avait pas pour but de te faire peur, Ellana. Je le connais depuis longtemps déjà et je peux te dire que ce n’est pas son but. Il est tout autre... ‘‘ Commença t-il, remarquant l’incompréhension dont faisait part sa protégée. ‘‘ Ayden est en quelque sorte un homme à femmes. Il adore les courtiser, et ce, jusqu’à ce qu’elles tombent sous son charme. Pour être franc, je ne l’ai jamais vu s’attarder avec autant d’acharnement sur dame auparavant. ‘‘

    Kaëran marqua une courte pause et termina de manger avant de poursuivre, cherchant comment poursuivre ses explications pour qu’Ellana comprenne. Il n’allait tout de même pas lui dire qu’elle était le prochain trophée de chasse d’Ayden. Et puis, il s’interposerait avant que ça ne tourne au vinaigre.

    ‘‘ Il n’est pas mauvais et ne te fera pas de mal. Il faut seulement que tu sois prudente et que tu ne le laisses pas t’approcher sans lui avoir donner ta permission. Et je veux dire, physiquement parlant, puisqu’il est tenace. ‘‘

    Ellana avait elle aussi terminé son repas et le Lieutenant avait pu mettre le plateau sur la table de chevet. Délicatement, il prit son poignet gauche, leva la manche et commença à dérouler les bandages qui camouflaient ses plaies. Il fit de même avec le bras droit. Il voulut continuer sur le sujet, mais un visiteur innatendu arriva à ce moment. Kaëran avait sursauté en entendant toussoter et s’était vivement retourné vers la porte d’entrée. La tête que faisait l’archer était des plus étranges... Se levant du lit d’Ellana, le Lieutenant s’approcha de son frère d’armes et lui fit signe de tête de le suivre. Celui-ci s’exécuta sans un mot et la porte fut refermée pour que la jeune couturière puisse être tranquille. Les deux hommes descendirent au premier étage puis Kaëran fit face à Ayden.

    ‘‘ Écoute vieux... ce qui s’est passé cette nuit, c’était de trop. J’ai cru qu’un agresseur tentait d’entrer dans sa chambre pour une seconde fois. ‘‘

    ‘‘ Oh ? Hum ... pardon. Je ne voulais pas mal faire, mais je ne pouvais pas me résoudre à ne pas voir son visage une dernière fois avant de m’endormir. ‘‘

    ‘‘ Ayden. Je sais que tu la vois comme une déesse, une cible potentielle, mais il faudrait que ... tu calmes tes ardeurs sinon elle va prendre peur. Elle commence tout juste à prendre le dessus. Je ne veux pas qu’elle rechute malencontreusement. Tu comprends ? Et si tu lui fais du tort... ‘‘

    ‘‘ Tu ne serais pas plutôt jaloux parce que je lui tourne autour, alors que toi tu restes là, les bras croisés à jouer la nounou et à attendre qu’un miracle te tombe sur la tête ? ‘‘

    ‘‘ Ne lui fais pas peur, Ayden. Je ne te le redirai pas une deuxième fois et puis hier après-midi, tu as quitté ton poste, je te signale. Il aurait put lui arriver malheur. ‘‘

    ‘‘ Hum... oui, pardon... je... ‘‘

    ‘‘ Demain, je reprendrai le travail et je veux que tu surveilles Eiriel et Ellana pour moi, de loin comme convenu. Est-ce bien clair ? ‘‘

    Ayden fit la moue, mais acquiesça d’un signe de tête; son supérieur venait de parler. Il quitta donc la demeure pour reprendre son poste avec discrétion alors qu’Ellana descendait, semblant se demander où se trouvait l’archer. Kaëran ne parla pas et ils en profitèrent pour réviser un moment avant de sortir à l’extérieur pour l’entraînement physique. Pendant la journée, ils purent nettoyer la maison au grand complet, Hewie miaulant en suivant Ellana dans toute la maison. Une fois rendu au salon, cela tourna en guerre de coussins et l’un d’eux termina sa vie dans les flammes du feu. Kaë le regardait brûler avec de grands yeux alors qu’ils durent ouvrit les fenêtres pour la seule raison que ça empestait dans la maison. Le jeune homme se mit à rire subitement en voyant les plumes qui volaient un peu partout, le chat s’amusant à les attraper. Eiriel passa en fin de journée pour voir si tout allait bien et ne manqua pas de passer un commentaire sur l’odeur qu’il y avait. Les deux jeunes adultes s’échangèrent un regard complice et souriaient alors que la paysanne leur amenait un bon gâteau qu’elle venait tout juste de préparer. Comme de raison, une fois au repas du soir, Kaëran décida qu’il mangeait ça et rien d’autre. Ellana ne manqua pas de l’imiter.

    ‘‘ Ne le dis pas à Eiriel demain, sinon je risque de me faire gronder. On ne doit jamais manger le dessert avant le repas principal. ‘‘

    Le Lieutenant eut un sourire en coin amusé puis ils en profitèrent pour faire une petite révision avant de se mettre au lit, plus tôt qu’à l’habitude il fallait s’en dire. Kaë accompagna donc Ellana jusqu’à sa chambre et lui souhaita la bonne nuit avant d’aller à la sienne, comme à tous les soirs. Le sommeil ne le gagna pas aussi rapidement qu’à l’habitude, mais une heure plus tard, il réussit à s’endormir jusqu’au lendemain matin. Hewie se chargea de le réveiller en lui léchant le nez et l’homme se tira hors du lit pour ensuite se laver. Il s’habilla, descendit pour préparer le repas, la couturière venant l’aider. Par la suite, le soldat gradé la laissa mettre son nécessaire de révision dans son sac et monta revêtir son armure avant de descendre. Ellana semblait nerveuse une fois devant la porte d’entrée, car c’était la première fois qu’elle ressortait depuis l’attaque dans la ruelle, si on oubliait la cour arrière.

    ‘‘ C’est à côté. On voit la maison de celle d’Eiriel et puis tu n’as rien à craindre. Dorguan, son époux, est là aujourd’hui. Je viendrai te chercher un peu plus tard dans la journée. ‘‘

    Il attendit qu’elle soit prête puis il lui désigna son bras droit pour qu’elle reste près de lui en tout temps. D’un pas régulier, les jeunes adultes se rendirent jusqu’à une maisonnette où Eiriel les accueillit à bras ouvert.

    ‘‘ Ça sent drôlement bon chez vous. ‘‘ Déclara Kaëran en humant l’air.

    ‘‘ Je fais du pain, mon grand ! Au fait, vous pourriez rester à manger lorsque tu auras terminé au palais. Et puis, ça fait longtemps que mon époux ne t’a pas vu, comme tu fais l’hermite. ‘‘ Dit-elle, en faisant un clin d’oeil.

    Kaëran roula les yeux et soupira avant de lui sourire. Il la serra dans ses bras, puis caressa le dessus de la tête d’Ellana délicatement avant de leur souhaiter une bonne journée, promettant de revenir en fin de journée.

    De toute manière, il n’avait pas le choix, car s’il ne restait pas à dîner, il se ferait trucider.

________________________________________________


Dernière édition par Kaëran Eira le Ven 15 Fév - 16:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une rencontre...bouleversante...? [PV Kaëran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Adariel: un monde magique ::  :: Archives-